12 août 2018

Mémoire et radotages (25) - La planche pourrie Turque, la connerie de l’UE

GSMEcrit le 17 décembre 2015

Malgré l'attentat qu'a subi la Turquie, le positionnement de ce pays, n’est toujours pas clair. C’est le moins que l’on puisse dire !
Depuis longtemps, la Turquie affiche une complaisance certaine et avérée vis-à-vis des organisations terroristes opérant en Syrie (pays frontalier) et en Irak.
 
Cela va en réalité beaucoup plus loin. Taxes, rançons, ventes d’œuvres d’art… l’état islamique se finance de différentes manières et beaucoup des chemins qui profitent à Daesh, en finances, en armes, en effectifs, passent par Istanbul, à commencer par la contrebande de pétrole.
Le gouvernement turc était soupçonné de tolérer la concrétisation des transactions de pétrole volé par l’EI en Syrie et en Irak… De nombreux journalistes indépendants, qui enquêtaient sur les collusions possibles entre l’état turc et Daesh, ont d’ailleurs été emprisonnés ou tués…
La preuve officielle du double jeu mené par Ankara a été apportée, lors du fameux raid mené par les forces spéciales américaines conte Abou Sayyaf en Syrie en mai dernier. Ce dernier, tué lors du raid, était l’une des principales figures de l’EI et faisait office de ministre des finances.
Les documents trouvés lors de l’opération, montrent clairement qu’il était en relation directe avec des officiels turc.
Abou Sayyaf avait notamment pour mission, la vente au profit de Daesh, sur le marché noir, de pétrole et de gaz, ce qui représentait des revenus pouvant atteindre 10 millions de dollars par jour ! Les documents saisis révèlent de façon indéniable les liens existants entre la Turquie et Daesh…
On sait que cette contrebande est une des sources principales de financement de l’Etat Islamique. On sait aussi que si le gouvernement turc fermait ses frontières avec la Syrie, Daeh serait rapidement étouffé financièrement…
 
Par ailleurs, le véritable rôle de la Turquie dans le conflit est remis en question par le bilan des opérations militaires. Si depuis son pseudo ralliement officiel à la coalition internationale à l’été 2015, l’armée turque a mené quelques frappes contre des positions sans importance de l’EI, elle en a surtout profité pour cibler les combattants du PKK, c'est-à-dire les troupes Kurdes qui, eux, se battent bien contre Daesh…
 
Dans la région, tout le monde sait qu’il suffirait de libérer les forces actuellement mobilisées face aux troupes turques, principalement Kurdes de l’YPG (parti de l’union démocratique) en Syrie et du PKK (parti des travailleurs du Kurdistan) en Irak. Celles-ci sont actuellement les principales forces combattant Daesh sur le terrain. La Turquie, par son attitude amoindrit  ainsi l’action contre Daesh, en divisant les forces Kurdes…
 
C’est sans compter sur les positions officielles d’Erdogan… En août dernier, l’YPG revigoré par ses victoires de Kobané et de Girê Spî, était sur le point de reconquérir Jarabus, la dernière ville sous contrôle de Daesh sur la frontière turque et point de ravitaillement essentiel pour sa capitale Raqqa, en armes, matériel et recrues. Une fois Jarabus reprise, la chute de Raqqa aurait été inévitable… Mais le président turc a réagi en déclarant que Jarabus constituait une ligne rouge : Si les Kurdes attaquaient, l’armée turque interviendrait contre l’YPG…
 
La ville reste à ce jour aux mains des terroristes, de facto sous protection militaire turque…
 
En outre, c’est avec l’appui des services de renseignement turcs que des milliers de turcs radicalisés ont été recrutés dans les camps de Daesh, que des camps d’entraînement ont été dressés et que des hôpitaux les ont accueillis…
 
Enfin, quant aux armes achetées par l’Arabie Saoudite et par le Qatar, une grande partie a été acheminée vers la Turquie pour être remise à l’Etat Islamique…
 
La Turquie est une planche pourrie qui profite de son appartenance à l’OTAN pour perpétrer ses mauvais coups…
 
Ceci dit, les dirigeants occidentaux, sont bien inconscients de ne pas exclure la Turquie de l’OTAN, de vouloir poursuivre les négociations d’adhésion des turcs à l’EU, de continuer à vendre des armes aux pays du golfe…

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


14 juillet 2018

Quelques 14 juillet...

GSM

Histoire de France – Vive le 14 juillet 2009

 

Mémoires et radotages (55) – 14 juillet 2016

 

14 Juillet 2014

Aujourd'hui, ça a été, même bien.
 
J'ai regardé le défilé à la télé.

 

Mal organisé, mauvaise sélection de troupes, mauvaise synchro des musiques, mal filmé, mal commenté, mauvaises images numériques, mais sinon, ça distrait.
Très content de voir toutes ces délégations de nations qui ont défilé avec nous. Mais elles avaient l'air complètement larguées, voire même abandonnées, comme l'étaient les ministres invités. Quand on invite, on met en valeur, on remercie, on chauffe l'ambiance, normalement...
Enfin, ça va, je m'en contente.
 
 
Ensuite le tour de France. Étape 10 : Mulhouse -La planche des belles filles.
J'étais comme avec eux. Pas avec Gallopin, pas avec Nibali, Contador ou qui que ce soit en particulier. Non ! J'étais avec eux, je souffrais avec eux, je pleurais avec eux, je souriais avec eux.
J'étais dans une sorte d'action immobile. Et ça m'a bien plu d'être sur une autre planète : La planète des gens qui vont de l'avant, le nez dans le guidon, la volonté d'atteindre un objectif pour tout bagage et qui l'atteignent...
 
Aujourd'hui fut, dans ma vie de retraité, comme une journée de vacances...
 

 

Et cette année, à quoi aurons-nous droit ?

Posté par zalandeau à 10:27 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juillet 2018

Comment traiter les djihadistes Français


GSM

Le quotidien américain The Wall Street Journal révèle comment les forces spéciales françaises recrutent des soldats irakiens dans le but de tuer des ressortissants français membres de l’État islamique à Mossoul. L’objectif : éviter à tout prix le retour des djihadistes en France. 
 
Ecrit par Tamer El-Ghobashy, Maria Abi-Habib et Benoit Faucon, dans The Wall Street Journal le  29 mai 2017 
 
Depuis des mois, les forces spéciales françaises font appel à des militaires irakiens pour traquer et éliminer des ressortissants français membres de la hiérarchie de Daech, selon des sources irakiennes et des responsables français, dont certains sont encore en activité. Les officiers irakiens qui commandent les opérations à Mossoul affirment que les forces spéciales françaises ont fourni aux unités irakiennes spécialisées dans la lutte antiterroriste les noms et les portraits de près d’une trentaine d’hommes identifiés comme des cibles prioritaires. Un nombre, pour l’heure inconnu, de ressortissants français ont été tués par l’artillerie et les forces terrestres irakiennes, assure-t-on de même source, grâce à des coordonnées et d’autres informations transmises par les Français.
 
Cette opération secrète a pour objectif de garantir que les ressortissants français ayant fait allégeance à l’État islamique ne reviennent jamais en France pour y perpétrer des attentats, nous ont confié deux sources proches du ministère français des Affaires étrangères. La France a été frappée par plusieurs attentats meurtriers inspirés par Daech ou commandités depuis les fiefs des militants au Moyen-Orient, y compris ceux de novembre 2015. 
 
Pas d’implication directe des forces françaises
 
Une porte-parole du ministre français de la Défense s’est refusée à tout commentaire sur l’opération. “Les forces françaises travaillent en étroite coopération avec leurs partenaires irakiens et internationaux, a-t-elle déclaré, quelles que soient les origines nationales”, faisant référence aux 1 200 militaires français qui aident les forces irakiennes à reprendre Mossoul.
 
Les forces spéciales françaises ne s’impliquent pas directement – la France a aboli la peine de mort –, se contentant d’orienter les combattants irakiens vers les Français membres de Daech, laissent entendre nos deux sources en relation avec le gouvernement français.
 
Un haut responsable de la police irakienne a montré au Wall Street Journal une liste contenant les noms de vingt-sept personnes censées appartenir à l’État islamique et recherchées par Paris, accompagnée de la photo de cinq d’entre elles. Les forces spéciales françaises ont commencé à faire circuler ce document au début de l’offensive sur Mossoul, l’an dernier. Il est mis à jour au fur et à mesure que ces hommes sont éliminés, nous a expliqué ce responsable.
 
L’un d’entre eux était identifié sous le nom de “Badouch”, et le document précisait qu’il avait été vu, en juillet 2016, au volant d’une Kia blanche dans le nord de Mossoul, vêtu d’une tenue traditionnelle irakienne. Plusieurs des noms sont des alias qui soulignent qu’ils sont venus de France – Abou Ismaël Al-Fransi et Abou Souleïmane Al-Fransi — ou de Belgique, dont étaient originaires certains des auteurs des attentats de Paris. Le ministre belge de la Défense s’est lui aussi refusé à tout commentaire. 
 
Bagdad nie les assassinats
 
La France n’est pas équipée de drones armés. Par conséquent, Paris a envoyé ses unités d’élite à Mossoul afin de repérer les militants français, précise un spécialiste occidental de la sécurité.
 
Une quarantaine de membres des forces spéciales françaises auraient déployé des outils de collecte de renseignements ultramodernes, comme des drones de surveillance et des systèmes d’interception des communications, afin d’aider à localiser les militants, nous a-t-on dit de source tant irakienne que française. “Ils se chargent d’eux là-bas parce qu’ils ne veulent pas avoir à le faire chez eux, commente un officier irakien directement impliqué dans la coordination avec les forces spéciales françaises. C’est leur devoir. Et c’est logique. C’est en France qu’ont eu lieu les attentats les plus meurtriers à l’étranger.” 
 
À Bagdad, on indique toutefois que l’armée irakienne ne participe pas aux assassinats clandestins de combattants de Daech, et que si l’information était avérée elle pourrait entraîner l’ouverture d’une enquête. 
 
1 700 Français dans les rangs de l’EI 
 
Un porte-parole du ministère de la Justice irakien a refusé de dire si le gouvernement détenait des combattants de l’État islamique. Selon les militaires irakiens, la plupart des djihadistes se battent jusqu’à la mort. Une source française proche du dossier explique : 
 
S’ils sont vivants, en prison, après s’être rendus, ils seront exécutés. En Irak c’est la peine de mort pour les membres de l’État islamique. Et la France n’interviendra pas. C’est une solution plutôt pratique.” 
 
Mille sept cents Français auraient rejoint les rangs de l’État islamique en Irak et en Syrie, selon le Soufan Group, une organisation basée à New York et spécialisée dans l’extrémisme. Le gouvernement français estime que des centaines d’entre eux sont morts au combat ou rentrés en France. D’autres pays occidentaux sont en possession des noms de leurs ressortissants ayant prêté allégeance à Daech. Mais seule la France se mobilise pour les traquer à Mossoul, expliquent des officiers irakiens. 
 
“Peu de cadre légal”
 
La France a débattu de la légalité de s’attaquer à ses propres citoyens au moment de rejoindre la campagne de bombardement américaine en Syrie à l’automne 2015. Lors d’une frappe aérienne en octobre cette année qui aurait tué des djihadistes français près de Raqqa, le gouvernement a coupé court aux critiques en citant un article de la charte des Nations unies qui autorise le recours à la force en cas de “légitime défense”.
 
Le droit français et la Constitution offrent peu de protection aux citoyens qui prennent les armes contre le gouvernement, explique Michel Verpeaux, professeur de droit constitutionnel à l’université Panthéon-Sorbonne, à Paris. “Les Français ne se battent pas contre un État mais contre un groupe armé, poursuit-il. C’est une situation très floue avec peu de cadre légal.” 
 
La France souhaitait déchoir de leur nationalité les Français partis combattre avec Daech pour les empêcher de remettre les pieds sur le sol français, une mesure déjà mise en place au Royaume-Uni, mais cette proposition n’avait pas fait l’unanimité.
 
Selon deux officiers irakiens, des dizaines de djihadistes français ont été tués au cours de la bataille de Mossoul. Cette offensive qui dure depuis sept mois, menée par les forces irakiennes et la coalition internationale, est sur le point de déloger les derniers combattants de l’État islamique de la partie ouest de Mossoul, leur dernière place forte en Irak.
 
Les forces spéciales françaises circulent souvent dans Mossoul sans être accompagnées par des militaires irakiens. Elles fouillent les maisons abandonnées par des combattants étrangers, ainsi que des centres de commandement, pour trouver des preuves matérielles ou des documents qui font le lien entre leurs ressortissants et l’État islamique, selon deux agents irakiens de lutte contre le terrorisme.
 
En avril, les forces spéciales françaises ont fait une descente dans un centre médical près de l’université de Mossoul, où ils ont contrôlé l’identité des blessés pour la comparer à la liste des Français qui se battent pour l’État islamique. Les forces françaises, qui portent souvent des uniformes irakiens et conduisent des véhicules portant les insignes militaires irakiens, se préoccupent particulièrement des spécialistes des armes chimiques qui travaillent sur le campus, selon un haut responsable de l’armée irakienne qui coopère avec la France.
 
L’université de Mossoul était un quartier général de l’État islamique jusqu’à ce que les forces irakiennes ne reprennent le site, en janvier, selon ce chef militaire. 
 
Collecte de preuves
 
Les forces spéciales françaises ont une équipe médico-légale qui collecte des preuves matérielles – des échantillons de tissus et d’os prélevés sur les morts et les blessés, ainsi que des gobelets et des ustensiles usagés – afin de trouver des traces d’ADN qui correspondent aux hommes recherchés, selon des responsables irakiens et français.
 
Cette équipe a notamment collecté des échantillons osseux sur un combattant mort pour comparer son ADN à la base de données des Français soupçonnés d’avoir rejoint l’État islamique, selon l’ancien conseiller des affaires étrangères à l’Élysée.
 
En janvier, quatre membres des forces spéciales ont fait du porte-à-porte dans le quartier. Deux des soldats contrôlaient l’identité des habitants pendant que les deux autres montaient la garde. “Ils ont leurs propres cibles”, a précisé un agent de lutte contre le terrorisme en voyant la scène.
 
Depuis quelque temps, les forces spéciales françaises concentrent leur énergie sur l’hôpital Al-Jamhuri, un grand complexe situé dans la vieille ville de Mossoul, d’après deux militaires irakiens qui ont travaillé avec elles. La médina, un dédale de rues et d’allées densément peuplées, compte de très nombreux commerces et reste le dernier quartier de Mossoul sous contrôle de l’État islamique.
 
L’armée française soupçonne que les derniers hauts responsables de l’État islamique, dont plusieurs Français, sont retranchés dans l’hôpital.
 
Note de Zalandeau : En fait, l'état Français devrait envoyer tous les djihadistes Français en Irak, puisque là-bas, on peut juridiquement s'en débarrasser sans contraintes juridique.

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2018

L'armée infiltrée par la cinquième colonne

 

GSM

 

La présence croissante de musulmans au sein de l’armée suscite l’inquiétude

Selon un récent article du Canard Enchaîné, cité par Le Salon Beige, la présence croissante de soldats de confession musulmane au sein de l’armée française serait un véritable sujet d’inquiétude au sein des états-majors.
 
D’après une source militaire citée dans l’encadré, « les chefs de corps ont reçu une note pour leur demander de veiller au grain et d’indiquer tout signe de radicalisation ». Aussi, quelques recrues auraient d’ores et déjà été mises à l’écart. Outre le risque qu’un militaire engagé dans l’opération Sentinelle (protection du territoire national) ne retourne son arme contre la foule ou ses camarades, l’inquiétude plane également sur les anciens soldats, qui pourraient, une fois retournés à la vie civile, se radicaliser et rejoindre les rangs de l’État islamique. « Un phénomène non mesurable mais qui pourrait avoir déjà touché plusieurs dizaines d’ex-militaires aguerris », précise le Canard.
 
 
Si l’on en croit une enquête menée par Christophe Bertossi, de l’Institut français des relations internationales (IFRI), les effectifs de l’Armée française comptent entre 10 et 20 % de soldats musulmans en 2005, pour la plupart d’origine maghrébine. D’après Olivier Roy, politologue spécialiste de l’islam, il y aurait près de 10 % de musulmans sous l’uniforme. « Il suffit de compter le nombre d’aumôniers musulmans pour s’en rendre compte », expliquait-il au Monde des Religions en mars 2015.
 
La France étant engagée sur de nombreux théâtres contre des groupes islamistes, ce constat a de quoi soulever des questionnements quant à leur loyauté. D’autant que les exemples de tensions voire de mutinerie existent.
 
En 1990, un rapport remis par le colonel Yves Biville, chef du Centre d’études sur la sélection du personnel de l’armée de terre (Cespat), au ministre de la défense de l’époque, Jean-Pierre Chevènement, note « l’attitude intransigeante et revendicative tournant à la provocation » de certains JFOM (jeunes Français d’origine maghrébine). Évoquant « la surdélinquance au sein même de leur régiment », le rapport cité par Le Monde Diplomatique explique en outre que « les JFOM commettent 3,5 fois plus de désertions, 6 fois plus de refus d’obéissance, 6 fois plus d’outrages à supérieurs et 8 fois plus d’insoumission ». 
 
En 1999, sur le porte-avions Foch, le journal communiste L’Humanité rapporte qu’une soixantaine d’engagés volontaires musulmans ont pris en otage leur officier pour protester contre une punition collective. Cette sanction aurait été infligée à la suite d’une rebellion survenue alors que des Super-Étendards avaient frappé le Kosovo, considéré par les recrues musulmanes comme un sanctuaire islamique.
 
Récemment encore, en 2009, l’état-major a reconnu, auprès de Libération, que « moins de cinq » engagés volontaires de l’armée de terre (EVAT) ont exprimé, en 2008, le souhait de ne pas partir en opérations extérieures « pour des raisons confessionnelles ». Il s’agissait de jeunes musulmans ne souhaitant pas combattre d’autres musulmans en Afghanistan. « Ces cas sont rarissimes (moins de 0,01% des engagés) mais ils existent », précise Jean-Dominique Merchet.
 
En 1996, après l’abandon de la conscription par Jacques Chirac, l’armée s’est retrouvée confrontée à des besoins de recrutement et a dû élaborer des stratégies pour séduire également les « minorités visibles » que sont les femmes mais aussi les personnes d’origine étrangère. Depuis, leur nombre ne cesse d’augmenter, au point qu’en 2006, l’institution militaire a dû instaurer une aumônerie musulmane.
 
Aujourd’hui, au regard de cette croissance et des antécédents précités, la question de leur loyauté peut effectivement être posée, à l’heure où 300 musulmans (sur un équipage de 3 000) sont engagés à bord du porte-avions Charles de Gaulle au Moyen Orient.

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 juillet 2018

Mémoires et radotages (180) - Communautarisme – Le début du terrorisme anti-Français

GSM

Après le décès d’un jeune homme de 22 ans dans le quartier du Breil, à Nantes, ce mardi 3 juillet 2018, à la suite d’un contrôle policier qui aurait mal tourné, la situation s’est tendue dans plusieurs quartiers de Nantes, dans la nuit du mardi 3 au mercredi 4.
 
Des émeutes avaient éclaté dans la soirée au Breil. Plus tard, dans les quartiers de Malakoff et des Dervallières, plusieurs véhicules ont été incendiés.
 
Désolation, ce mercredi matin, à Nantes. Après les émeutes qui ont explosé au Breil, à la suite de la mort d’un jeune homme atteint par un tir policier, la colère s’est propagée aux quartiers voisins.
 
Des barricades encore fumantes barrent l’accès à la place centrale des Dervallières.
Ici, la mairie annexe a brûlé, la bibliothèque, la boulangerie, le pôle médical, la maison de la justice et du droit.
En fait, tous les commerces ont brûlé. Seul le supermarché a été épargné par la colère.
Les habitants sortent petit à petit de leurs appartements. Estomaqués, ils capturent sur leurs smartphones des souvenirs bien sombres de cette nuit de colère. 
 
Il est à noter qu’a été bien vite passés sous silence le fait que dans la nuit, des racailles armées d’armes de guerre sont sorties dans les rues et de nombreux coups de feu ont été entendus par les habitants atterrés. Le trafic d’armes est particulièrement bien développé, dans ces quartiers de Nantes aussi ! 
 
Le but d’un contrôle est de traquer les gens qui ne sont pas en règle, les délinquants et toutes sortes de trafiquants. On sait très bien que quelqu’un qui tente de s’enfuir au besoin en percutant les forces de l’ordre, a en général quelque chose à se reprocher. D’ailleurs c’est pour cela que les gendarmes peuvent tirer sur quelqu’un qui force un barrage, parce que sinon aucun barrage ne servirait plus à rien, tout le monde passerait de force. Si un Français classique avait été tué, en s’enfuyant lors d’un contrôle routier, rien ne se serait passé. Mais il faut le préciser : quand il s’agit de jeunes issus de l’immigration, le communautarisme prend le dessus, contribuant ainsi à imposer la loi de la communauté qui est l’état de non droit et qui représente par la violence déployée, l’insécurité de tout le corps social Français, devant un état toujours plus laxiste et passif reculant partout et toujours.
 
On a vu ce que donnait la violence dans les rues, organisée par les sections d'assaut d'Hitler, devant un Président Hindenburg passif et résigné : L'accession du nazisme au pouvoir, parce que la raison appartient toujours au plus fort ! Sommes-nous en train de favoriser la domination de la France par un nazisme islamique ?
 
La bonne attitude aurait été l’instauration de la loi martiale et le tir à vue sur la racaille qui a participé aux émeutes de Nantes Mardi 3 juillet. La violence urbaine est une sorte de terrorisme, visant à renverser l’ordre établi. Entre cet activisme communautariste, les ultragauchistes et les djihadistes, il n’y a qu’un pas. Le passage d’une sorte de délinquance à une autre plus violente se fait tout simplement parce que le système ne réagit pas et favorise par son immobilisme les dérives les plus violentes sans aucun risque de sanction.
 
Quand dératiserons-nous ces quartiers pourris par le communautarisme, la délinquance, les trafics et l’islamisme ?

Posté par zalandeau à 08:46 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,


07 mai 2018

Mémoires et radotages (175) – La cabale anti Trump sur le 13 novembre 2015


GSM

Écrit le 06 mai 2018
 
Dans sa croisade pour le maintien de la liberté de détention d’armes aux Etats-Unis, s’agissant du massacre djihadiste à Paris le 13 novembre 2015, qu’il a pris pour exemple, Donald Trump a déclaré : 
 
« Elles ont été tuées brutalement par un petit groupe de terroristes qui avaient des armes. Ils ont pris leur temps et les ont tués un par un. Pom, viens là ; pom, viens là ; pom, viens là », a raconté le président américain, mimant avec sa main droite un djihadiste tirant sur les victimes. « Mais si un employé, ou juste un client avait eu une arme, ou si l’un de vous dans l’assistance avait été là avec une arme pointée dans la direction opposée, les terroristes auraient fui ou se seraient fait tirer dessus, et ça aurait été une tout autre histoire ». 
 
Aussi sec, l’ensemble de la France politiquement correcte conspue le président américain et entre autre le capitaine de pédalo François Hollande, qui était président de la République au moment des attaques a vomi avec un rictus haineux, en dénonçant les propos « honteux » et les « simagrées obscènes » de Donald Trump.
 
Je crois que les réactions de toute la classe politique, allant même à s’indigner du manque de respect envers les victimes,  sont orientées par leur haine envers Trump.
 
Celui-ci est vraiment atypique, il faut le rappeler. Ses propos taillés à la serpe, ne sont bien évidemment pas politiquement corrects !
 
Mais que dit-il stricto sensu dans les propos rapportés ci-dessus ? Tout simplement que s’il y avait eu un (ou des) gens armés dans la salle ce soir là, le bilan aurait été beaucoup moins élevé, parce que les terroristes auraient rapidement subis des pertes, interdisant leurs tirs et les poussant à la défensive.
 
Ces propos sont l’expression du simple bon sens ! Je ne vois pas pourquoi le reprendre sur ce point. De plus il ne manque d’aucun respect envers les 130 morts et plus de 400 blessés, tout au contraire…
 
Mais où le raisonnement de Trump est un sophisme, c’est dans le fait, que la libre circulation des armes en France, s’il s’agissait que les citoyens aient tous le droit d'être armés, provoquerait immanquablement davantage de drames et de tueries à longueur d’année et le soi disant remède serait ainsi bien pire que le mal terroriste actuel… Donc, la démonstration de Trump mérite d’être remise dans un contexte réel, pour démonter que sa proposition n’est pas bonne.
 
La seule réaction raisonnable à cette tempête dans un verre d’eau a été celle du Quai d’Orsay qui a déclaré : 
 
« La France est fière d’être un pays sûr où l’acquisition et la détention d’armes à feu sont strictement réglementées. Les statistiques de victimes par arme à feu ne nous conduisent pas à remettre en cause le choix de la France en la matière. La libre circulation d’armes au sein de la société ne constitue pas un rempart contre les attaques terroristes, elle peut au contraire faciliter la planification de ce type d’attaque. » 
 
Je crois que la réponse est tout à fait satisfaisante. Par ailleurs, il serait judicieux de rappeler à Trump, que les tueries dans les écoles (ou ailleurs) aux Etats-Unis, à chaque fois, ne rencontrent aucune riposte de la part des gens pris pour cibles… Preuve qu’il n’a qu’à faire le ménage chez lui, les choses ne s'y passant pas du tout comme il le souhaiterait…
 
Trump tient des propos outranciers, fait des démonstrations qui sont fausses, mais qui ont le mérite d’être facilement contrées, par le simplisme de leurs teneurs… 
 
Maintenant, on peut aussi avancer, pour revenir sur le sujet du Bataclan et c’est mon point de vue, qu’il aurait été souhaitable que des policiers en civil et armés se trouvent parmi les spectateurs… On aurait certainement eu un bilan moins lourd…

Posté par zalandeau à 08:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mars 2018

Mémoires et radotages (165) – Arnaud Beltrame, l’abnégation et l’amour du prochain

GSM

Quatre morts, voilà le bilan de ce barbare. Je ne compte pas la mort de ce dernier, sa vie ne valait rien à mes yeux. Il y a ainsi en France 10 à 15 milliers de djihadistes dont la disparition ferait économiser la vie de dizaines de milliers de futurs morts innocents et qui eux auraient le droit de vivre…
 
Il est une victime de cet attentat, à laquelle je tiens tout particulièrement à rendre hommage. Il s’agit bien sûr du Lieutenant Colonel Arnaud Beltrame.
 
Cet officier brillant était en plus, tout ce que l’on peut imaginer du serviteur de la patrie, avec son sens du devoir, de sa mission envers la France et les Français. Il a donné sa vie, pour en sauver une autre et cela, c’est tout le contraire du terrorisme et tout le contraire de la société égoïste que l'on nous bâtit actuellement ! Cet acte de bravoure ultime, le place d’emblée dans ce cercle très fermé des gens d’honneur et de devoir, comme Jean Moulin.
 
C’est à lui que je pense, ému, et à ses proches et aux proches des autres victimes. Je sais qu’à travers leur douleur, ils ont compris qu’un homme admirable a tenté vendredi 23 mars d’empêcher et d’atténuer les horreurs d’un crime aveugle, au prix de sa vie. Cet homme mérite le respect et le remerciement de tous les vrais Français pour cet acte qui va nous rapprocher, dans ce qu’il a de désintéressement et de générosité, dans une France gangrenée par la corruption et la barbarie…
 
Il est mort, mais il nous laisse un capital d’espoir et de détermination propre à rehausser le moral des Français dans cette guerre qui ne dit pas son nom…
 
Quand on dira « Arnaud Beltrame », nous pourrons dire voilà un héros, voilà un brave ! Mort pour la France !
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2018

Mémoires et radotages (164) – L’attentat terroriste de Trèbes – Lâcheté contre Héroïsme

 

GSM

 Cet attentat s'est produit vendredi 23 mars 2018 :

 
 
Chacun sait ce qui s’est passé. Ce n’est pas l’objet de mon propos.
 
Quand on y pense, il y a des similitudes avec l’attentat de Toulouse de mars 2012 quant à la personnalité de l’assassin… Tous deux, avaient essayé en vain d’être recruté dans l’armée… Tous deux étaient des traîne-patins, insatisfaits de leur statut social… Tous deux étaient bien évidemment de souche et de culture musulmane…
 
Si la médiocrité d’une vie, doit pousser inexorablement vers la délinquance et le terrorisme, comme exutoire et comme finalité suprême à une vie de héros dans le paradis d’Allah… Et bien, nous n’avons pas fini de trouver dans notre société des assassins tel que ces rebuts innommables dont je tairai le nom, parce qu’ils ne méritent le statut de martyr et la gloire que dans l’enfer de leur dieu, qui n’avait certainement pas concocté telle doctrine. D’ailleurs aucun Dieu ne crée de doctrine, c’est l’œuvre des hommes et en l’occurrence pour cette doctrine, d’hommes pervers, sanguinaires, cruels et barbares !
 
Quand ce terroriste s’est-il radicalisé ? Comme ça, à la dernière minute ?… Il ne lui a certainement pas fallu longtemps pour trouver un faux mobile pour aller vers ce qu'il considère comme la lumière éternelle. Tout ceci n’est qu’un prétexte, afin de devenir le héros de l’apocalypse qu’il croit couvert de gloire après l’accomplissement de son forfait…
 
En fait, qu’est-ce qui est le plus difficile ? Se procurer une arme ! Mais dans les milieux que ce minable fréquentait, ce n’était qu’une simple formalité. Mais sinon ? Le reste ?
 
Prendre un flingue, tirer sur des gens innocents et non armés, c’est facile. C’est la simplicité même. Tout le monde saurait faire cela. Mais bien heureusement les gens normaux ne le font pas. L’exaltation de ce raté, n’est que de la lâcheté en fait : Le refus de sa vie de merde, pour un éclat final qu’il veut faire passer pour héroïque vis-à-vis de la frange djihadiste d’une certaine partie de la société cultivant la haine de ce qui n’est pas elle-même.
 
Il a été tué et c’est ce qu’il y a de mieux ! A défaut de l’avoir éliminé avant qu’il ne commette cette abomination, il a eu le sort que méritent tous les traîtres au cours d’une guerre !
 
Par contre s’il est un exemple de courage désintéressé et de pur héroïsme il y en a un dans cette affaire : C’est le Lieutenant Colonel Arnaud Beltrame, qui n’a pas hésité à prendre la place de l’otage et qui est maintenant entre la vie et la mort… Lui, est vraiment un héros ! Celui qui risque sa vie pour sauver les autres, sans chercher de gloire fallacieuse !
 
Il est digne de voir son nom honoré pour ce dévouement totalement dans notre culture du dévouement pour autrui. Le Héros, c'est lui !
 
Pour ce dernier, je souhaite qu’il s’en sorte. Nous ne souhaitons pas la mort de nos héros, nous, parce que la préservation de la vie est notre culture, qui s’oppose complètement avec la culture de haine de nos ennemis.
 
Et bien que nous devions protéger la vie de nos citoyens de la violence de cette engeance terroriste islamique, il est de notre devoir d’éliminer cette dernière sans aucun état d’âme ! Les inhumains n'ont rien à faire dans notre monde...

Posté par zalandeau à 11:09 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

22 mars 2018

Le projet totalitaire des monarchies du Golfe

GSM

 

29 octobre 2016 : Alexandre del Valle - Le projet totalitaire des monarchies du Golfe - Salut les Terriens (C8)

Posté par zalandeau à 09:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

10 février 2018

Attentat station Saint Michel 1995

GSM

J’ai eu à connaître tous les attentats que la France a subis depuis les années 70.
 
Cependant, il en est un qui me concerne particulièrement.
 
Je travaillais avec mon ouvrier dans la cour intérieure d’un immeuble rue Gay-Lussac. Nous avions fini la journée ce 25 juillet 1995. Nous nous lavons, nous nous changeons et sommes prêts à partir…
 
J’étais en train de ranger les outils dans la fourgonnette. Mon ouvrier, Jean Claude, me dit qu’il est pressé et qu’il irait plus vite en prenant le métro à Saint Michel…
 
D’habitude je le ramenais souvent chez lui…
Je me dis que vu le monde qu’il y avait dans Paris, à cause des touristes, il aurait du mal à circuler, mais que par contre les routes pour sortir de Paris devraient être très fluides, après tout, c’est les vacances…
 
Je monte dans ma fourgonnette et je m’élance à sa poursuite…
Je le rejoins et je lui explique mon idée… Il change donc d’avis et monte dans le véhicule…
 
Je fais demi-tour, direction le jardin des plantes… La radio est allumée comme toujours…
 
Flash spécial : L’attentat vient d’avoir lieu à la station Saint Michel…
 
Les heures correspondaient : 17h30, c'est-à-dire cinq minutes après que Jean Claude ait changé d’avis. J’ai arrêté la camionnette sur un trottoir quai d’Austerlitz (dans ce temps là, on pouvait encore à certains endroits). Puis ce fut l’explosion de joie. Jean Claude m’a serré chaleureusement la main et remercié de lui avoir "sauvé" la vie…
Nous étions tous deux contents comme des gamins, avant d'avoir un peu honte de nous réjouir car il y avait des victimes, qui n'avaient pas eu cette chance...
 
Le lendemain matin, il m’a serré dans les bras et embrassé sur les deux joues…
 
Un hasard qui a bien fait les choses, en somme… Mais pas pour tout le monde…
 
Le malheur des uns…

Posté par zalandeau à 09:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :