28 août 2016

La société Française, cela n’existe plus

GSM

J’ai souvent fustigé l’espèce de fracture sociale dont l’un des symptômes les plus immédiats et visibles est cette façon de mépriser et d’ignorer l’autre, cette façon de se considérer supérieur, cette façon de rabaisser, cette façon de snober, de parader, sur le mode « j’étale ce que je suis pour monter que vous n’êtes rien », cette façon de se regrouper par tranches très étroite simplement par le niveau de revenu.
On me rétorquera que cela a toujours existé. Bien sur. Le problème est que le phénomène s’accentue de plus en plus…
 
Mes arguments ne valent pas démonstration, mais quand je me replonge dans mes années de jeunesse, j’ai énormément d’exemples de la différence de comportement de l’époque par rapport aux années maudites que nous vivons…
 
Dans les années 56-58, alors que nous avions emménagé dans une ancienne remise de calèches retapée par mon père qui était un artisan modeste avec pas beaucoup de travail, notre voisin du dessus était directeur de banque en Afrique. Il venait en vacances tous les ans avec sa famille et nous invitait souvent à déjeuner ou pour l’apéritif. Nous entretenions des relations très amicales et faisions tous bien attention de ne pas faire de tapage ou bien alors nous nous excusions et ce dans les deux sens. J’étais l’ami, presque le frère, de leur fils qui avait un an de plus que moi…
 
Dans les années 59 à 69 nous avions déménagé dans une autre maison. Bien que nous fûmes les plus pauvres de l’avenue (c’était une impasse de 200 mètres de long, mais avenue cela fait plus chic dans un quartier résidentiel) avec 8 maisons dont 5 étaient de vastes propriétés très cossues). Nous nous avions la maison la plus moche et mon père était toujours petit artisan avec pas toujours assez de travail…
Mon père entretenait des relations très amicales bien qu’empreintes de respect avec un voisin, vénérable commandant de la marine marchande à la retraite, très fortuné et qui n’hésitait jamais à engager la conversation et à boire l’apéritif.
 
Le voisin de l’autre coté possédait au Gabon une exploitation de bois rouge et revenait plusieurs fois par an voir sa femme et ses enfants. Bien que cousus d’or, ces gens nous invitaient sans cesse, un de leur fils était mon copain, un autre était l’ami de mon petit frère. Jamais nous n’eûmes de problème de voisinage, c’était l’entente cordiale…
 
Le voisin d’en face… Un jour en 1959 environ, mon père et quelqu’un d’autre (oncle ou grand-père) essayaient de hisser un réservoir métal pour constituer un château d’eau… Mais la force musculaire était insuffisante… Mon père avisât le jardinier en short qui taillait la haie de la grosse propriété d’en-face et lui demandât un coup de main… Celui-ci acceptât tout de go et le travail fut fait avec beaucoup d’efforts physiques et puis une bonne bière après, à la bonne franquette… Au moment de lui donner un pourboire, le jardinier refuse… C’était lui le milliardaire propriétaire de la vaste villa d’en-face !
C’était quelqu’un de très réservé, mais ce coup de main avait brisé la glace et dès lors des relations vraiment cordiales se sont établies…
 
Et j’ai tellement davantage d’exemples encore de ce genre de modèle social de l’époque !…
Cela n’existe plus aujourd’hui et ne serait plus possible.
 
Les gens riches ou aisés, à cette époque, sortaient d’années de souffrance, de ces années de guerre qui ont certainement rapprochés bien des gens. Ils ont appris à apprécier l’autre sur des critères de sympathie, de valeurs humaines, comme le travail et l’honnêteté, le courage. Bien que ces années fussent l’apogée des communistes en France, c'est-à-dire de ceux qui étaient jaloux des possédants, les possédants, eux, n’avaient aucune acrimonie envers les autres et appréciaient le modèle de société émergé dans les années d’après-guerre…
 
Ces gens sont aujourd'hui tous disparus et leur spontanéité avec eux...
 
Alors que maintenant, le possédant qui vous sourit c’est le commerçant. Le propos faussement cordial du commerçant... Sur quatre couples de gérants de magasin partis ailleurs ou en retraite et revus inopinément, un seul est resté amical, les autres nous ont ignorés royalement… Les barrières des classes sociales sont remises en place...
Quand aux riches actuels, ils n’émettent que méfiance, dédain envers les classes 'inférieures'…
 
Il y a la classe des 1000 euros, la classe des 2000 euros, des 3000, etc.… Et chacun s’enferme dans ce qui est comme une caste qui ignore celle d’en-dessous…
 
Comment avons-nous pu en arriver là ?

Posté par zalandeau à 09:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


26 août 2016

Ces gens de peu

GSM

Ces gens de peu, que tout le monde méprise, ces gens de peu, dont le travail est avilissant pour ceux qui se sentent supérieurs, ces gens de peu, qui pour la caste des nantis, ne méritent même pas ce qu'on leur "donne", ces gens de peu, et bien moi, je les aime.
 
Ces gens de peu, ce sont les gens qui vous torchent le cul, qui nettoient vos rues, qui couchent dehors, qui font des travaux les plus pénibles, pendant que vous digérez devant la télé. Ce sont des personnes qui reçoivent un salaire de misère, qui ont des aides de misère, qui ont des allocations de misère et qui doivent parvenir jusqu'à la fin du mois.
 
Ces gens de peu, quand il vous parlent, quand vous leur donnez la parole, vous vous apercevez, si vous n'êtes pas trop con, qu'il sont intelligents, souvent très intelligents.
Quand ils s'expriment, vous voyez, si vous n'êtes pas trop con, qu'ils ont souvent un coeur, un coeur immense, plein de charité, plein d'attente, plein d'abnégation, plein d'envie de vous rendre service, plein d'amour de leur prochain.
 
Ces gens de peu, qui possèdent si peu, ont plus de coeur que tous les nantis que nous sommes.
Cens gens de peu ont plus de sentiment dans leur yeux, que dans les yeux de tous les technocrates de la planète.
Écoutez-donc, ces gens de peu. Avec eux, nous aurions pu construire un monde social, un monde mutuel, un monde d'entraide, un monde coopératif, un monde humain.
 
Mais non. Le monde veut évoluer vers les ténèbres de l'égoïsme, de l'individualisme, sans pitié, chacun pour soi.
 
Ce monde se compose petit à petit d'individus sans richesse intérieure, sans bonté, sans désir, à part celui du lucre, du pouvoir, de la puissance, de l'argent.
 
Alors, je me dis, où sont les gens de peu ?
 
Les gens de peu ne sont pas ceux que l'on croit.
 
Pour moi, les véritables gens de peu et je dirais même, les gens de moins que rien, sont ces êtres que notre société libérale est en train de former. Ce sont des robots, décervelés de la partie affective. Ce sont des êtres arrogants, vénaux, égoïstes, vantards, assoiffés du sang de ceux qu'ils ont peur de regarder, des êtres inhumains, dans un monde inhumain.
 
Ce sont eux... et nous, si nous n'y prenons garde, qui devenons les gens de peu, les bêtes aux instincts primaires, sans comportement social, contrairement à beaucoup d'espèces animales.
 
Nous devenons les animaux les plus primitifs du règne animal.
 
Les petites gens, ne sont vraiment pas des gens de peu. Ce sont souvent eux (pas toujours), les vrais méritants, dans ce monde qui vacille.
Ils sont les victimes d'un système qui broie l'humain.
La dictature de l'homme par l'homme, n'a jamais été aussi forte qu'en ce moment, sous des formes il est vrai, très différentes des dictatures du passé.
 
Mais rassurez-vous, ceux que vous qualifiez de "gens de peu", vous en ferez bientôt partie.
 
Alors un conseil, ne les appelez plus des "gens de peu" et commencez à les prendre en considération...

Posté par zalandeau à 20:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

23 août 2016

La richesse

GSM

Je dois préciser mes idées quant à ce concept de richesse. Je n’aborderai que la richesse pécuniaire, financière, en devise en lingots en patrimoine, bref, je ne parlerai pas de la richesse intérieure…
 
Il est à préciser que la richesse est une bonne chose. Les gens riches sont estimables à priori et je les respecte autant que les autres s’ils le méritent. La richesse n’est pas un stigmate, n’est pas un sujet de diabolisation, n’est pas une tare.
D’ailleurs nous rêvons presque tous de devenir riches ou du moins un peu plus riches que nous ne le sommes actuellement. C’est une ambition légitime…
 
On passera rapidement sur « l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue », qui est l’évidence même.
 
En fait la richesse, comme le pouvoir d’ailleurs, peut être très fréquemment source de troubles du comportement chez les êtres humains. Il faut posséder un caractère suffisamment bien trempé pour résister au véritable envoûtement que l’argent produit sur le cerveau.
 
Ce qui est critiquable, ce n’est pas d’être riche, mais cela peut être la manière dont on l’est devenu ou bien la transformation que cela peut provoquer sur ce que nous étions auparavant.
 
Je le répète, pouvoir et richesse sont de même nature et bien souvent l’un entraine la réalisation de l’autre, dans les deux sens…
 
Lors, il est plus facile de comprendre cette véritable « fièvre de l’or » qui s’empare de nombreux dirigeants et politiciens dont la vénalité n’est plus à démontrer.
 
Cette véritable folie est comme une addiction, car elle modifie souvent le schéma de pensée de ceux qui en sont sujets. Ainsi on ne voit plus l’indécence de certains comportements, on se croit différent du commun des mortels au point de finir par penser que certains droits supplémentaires sont permis, voire que tous les droits sont permis. Toute cette affliction mentale fait se libérer des défauts, tendances et instincts jusque là enfouis sous les interdits ou sous l'impossibilité de les exprimer…
 
Ce que j’explique là, n’est pas un plaidoyer pour absoudre de telles dérives. Je les explique mais je pense que la société devrait se prémunir contre les excès, les tricheries, les prébendes et toutes sortes de privilèges indus, mais que la richesse ou le pouvoir provoquent. Car si la richesse peut provoquer l'injustice, l'iniquité et l'immoralité, c'est à la société, donc à l'état de mettre des garde-fous et de sévir, pour les empêcher…

Posté par zalandeau à 09:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 août 2016

Retraites et équipe de France en 2010 : Le Management

GSM

Écrit le jeudi 24 juin 2010 :
 
Deux manageurs : Nikola 1er et Domenech... Houuuuuu !
 
Est-ce que la réforme de la retraite est soluble dans les maillots bleus de la coupe du monde ?
 
Il semblerait bien que le monarque Français essaye de détourner l’attention avec les pantalonnades de l’équipe de France… Ce qui ne réussit guère dans un cas comme dans l'autre...
 
Les retraites pressurées, les soins déremboursés : Au niveau des impôts il y a 80 milliards de niches fiscales !!!... Cela ne suffirait-il pas pour boucher le trou de la sécu ainsi que petit à petit, le déficit du budget de la France, au lieu de s’acharner uniquement sur les petits, leurs petites retraites, leurs petits soins, leurs petits RMI ?... Lesquels sont prêts à donner, pour sauver leur pays... mais pas seuls !
 
Il y a cependant, une similitude entre Sarkozy et Domenech. Tous deux sont d’exécrables managers…
 
Personne n’explique ce qui se passe parmi les bleus…
 
Je peux très bien le faire. Je suis obligé de prendre mon expérience personnelle à seule fin de faire comprendre…
 
Cela se passait dans le monde du bâtiment et des travaux publics…
 
En arrivant, les résultats étaient pitoyables, l’atmosphère était lourde, les ouvriers faisaient n’importe quoi, ne respectaient plus rien…
 
En observant, chaque individu, on s’aperçoit qu’il y a des meneurs positifs, des meneurs négatifs et des suiveurs…
 
Il faut donc faire émerger et donner des responsabilités à chaque meneur positif et lui faire choisir quel suiveur il accepte de prendre avec lui. Ce faisant, on isole les meneurs négatifs que l’on regroupe suivant une stratégie de conflit, afin qu'ils se neutralisent…
 
On fixe des objectifs, des récompenses et des sanctions par rapport à l’atteinte ou non de ces objectifs…
 
En quelques mois, vous avez des chantiers qui tournent tous seuls… Des commandes faites à l’avance, des gens heureux de leurs payes… Des résultats qui montent en flèche… Une ambiance chaleureuse… Que demande le peuple ?
 
C’est précisément parce que rien de tout cela n’a été fait par Domenech que l’équipe de France n’était pas une équipe…
 
Mais la fédération aurait du juger que Domenech n’était pas l’homme de la situation, et ce, depuis très longtemps… Elle est donc coupable d’avoir choisi le mauvais chef et de ne pas avoir réparé son erreur…
 
Quant à Nikola 1er, il a 64 millions de patrons, auxquels il a le droit de ne pas obéir... Et qui n'ont pas le droit de le virer... Fantastique, la monarchie absolue dans ce doux pays de France !
 
P.S. : De Gaulle, tu as déconné avec ta Vè république... Tu l'avais bien taillée sur mesure pour toi, mais tu as omis de prévoir que tes successeurs auraient un instrument anti-peuple absolu entre leurs mains... Je t'en veux !

Posté par zalandeau à 09:37 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

21 août 2016

Mémoires et radotages (62) – La mouche du coche

GSM

J’en ai vu, j’en ai vu… J’en ai côtoyé, j’en ai subi... des emmerdeurs, véritables mouches du coche (cf Jean de la Fontaine), qui ne savent que faire chier sans véritablement savoir faire autre chose… Petit rappel :
 
« Le coche et la mouche.
 
Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au soleil exposé,
            Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, Vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une Mouche survient, et des Chevaux s'approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
            Qu'elle fait aller la machine,
S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
            Aussitôt que le char chemine,
            Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
            La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;
Qu'aucun n'aide aux Chevaux à se tirer d'affaire.
            Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! Une femme chantait ;
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
            Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.
 
Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
            S'introduisent dans les affaires :
            Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés. »
 
Puis, petit à petit, au fil des annés, après avoir débattu et argumenté, en pure perte, puisqu’il n’est aucun argument pour qui ne veut surtout pas entendre ni raison ni compréhension de l’autre, j’ai fini par abandonner cette bonne volonté gaspillée en défensive, contre des prédateurs toujours agressifs et chiants !
 
Aujourd’hui, après deux ou trois échanges, j’ai compris que, la vie étant courte, il était urgent de ne débattre qu’avec des gens doués de raison, de réflexion et de bonne volonté. L'essentiel n'étant pas d'être d'accord, mais d'échanger de bonne foi.
 
Je passe, dès le repérage du prédateur égotique, en mode frontière de barbelés « Achtung ! Minen ! Verbotener Eingang ! »…
Je ne vais pas fatiguer ma vie avec des chiures, surtout quand je n’y suis pas obligé ! Fut-ce avec une mouche qui foujuste la merde !

Posté par zalandeau à 10:11 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


20 août 2016

Mémoires et radotages (61) – Burkini, islam

GSM

Personnellement, le burkini, parfois seyant d'ailleurs, ne me choque pas…
 
Je comprends que certaines femmes aient la pudeur de ne pas dévoiler leur corps et puissent quand même se baigner… Par ailleurs, il y a des fois où les amas d’énormes bourrelets graisseux dévoilés sont tellement obscènes que je préférerais le flou artistique du burkini…
Je conçois également que de belles pin-ups presque entièrement nues créent de telles pulsions concupiscentes chez certains, que le maillot une pièce de nos grands-mères serait plus décent et éviterait le véritable appel au viol de ceux qui ne savent pas retenir leur trop-plein de testostérone… A cet égard, le burkini est le niveau zéro de la concupiscence, c’est certain…
Je suis prêt à tolérer ce burkini, aux seules conditions que le visage ne soit pas caché et que ce soit un vêtement (non un voile) dont l’ampleur ne soit pas de nature à dissimuler des armes ou des ceintures d’explosifs… 
 
(On avait vu ça il y a quelques années : Deux hommes (pas musulmans pour un sou) avaient braqué un bureau de poste en sortant des uzzis des Burqas dont ils s’étaient revêtus)…
 
Ce qui me choque plutôt, c’est la burqa ou bien tous autres voiles intégraux !
 
Ces vêtements, qui ne sont que des signes communautaristes de non-appartenance à la nation Française, sont des signes d’une aliénation mentale à des règles arriérées qui n’ont pas cours dans notre pays et des signes ostensibles de provocation anti république, anti laïque, anti-français ! (Sans compter le danger précédemment cité)…
 
Le Burkini, risque hélas de subir la même destinée de manipulation ostentatoire et dans ce cas il ne serait plus seulement un vêtement comme un autre...
 
Les tenues lorsqu'elles sont provocatrices doivent être prohibées dans l’espace public !
 
Elles le sont en théorie, mais comme toujours la démocratie ne déploie pas la force régalienne nécessaire pour réprimer les contrevenants (femmes certes, mais hommes surtout, puisque les hommes interviennent violemment dans le cas d’un procès-verbal)…
 
Alors, imaginons un instant, qu’au lieu d’une burqa (ou d’un voile intégral), certaines musulmanes portaient des burkinis, comme je les ai décrits précédemment ! Ce vêtement pourrait aussi convenir en tenue de ville, étant donné son extrême décence… Et dans ce cas, cela nous ferait voir les choses d’un tout autre œil… Cela ne me choquerait pas !
 
Hélas, cent fois hélas, Si le burkini est acceptable selon moi sur le plan vestimentaire, il le serait beaucoup moins s’il servait d’instrument d'asservissement, de propagande et de provocation aux mains d’une secte arriérée et barbare qui veut conquérir le monde et imposer sa loi ! Il reste à déterminer au coup par coup, la nature provocatrice du port de ce vêtement. Est-ce "islamiste radical" d'aller se baigner en burkini sur les plages de France ? Le burkini est-il un symbole islamiste alors qu'il n'a pas été inventé par les pays islamistes ?
Est-ce que j’arbore une chasuble de croisé en sortant dans l’espace public ?
Serait-il tolérable et toléré que quelqu’un porte dans la rue un brassard rouge avec svastika sur un rond blanc ou tout autre symbole nazi ?
Je veux dire que dans tous ces cas, la provocation publique à la haine est à proscrire !
 
Concernant les voiles intégraux, j’ai dit « certaines musulmanes »… Elles ne sont bien heureusement qu’une minorité actuellement… Le problème, c’est qu’il y en a de plus en plus, parce que la pression de la radicalisation et la peur qu’elle engendre, provoque de plus en plus la radicalisation… et aussi parce que l’immigration continue en France à un rythme supérieur à nos capacités d’intégration…
 
Tant qu’on ne fera pas la chasse aux prosélytes en chair et en os ou aux prosélytes cybernétiques et qu’on ne les neutralisera pas, tant qu’on ne sévira pas contre les actes de provocation ostentatoire, tant qu'on n'épurera pas l'influence des lobbies salafistes qui gangrènent l'état laïc, on continuera à dériver vers le chaos…
 
France, tu as fait la séparation de l’église et de l’état ! Maintenant tu dois faire la séparation de l’islam et de la république !
 
Et la république… C’est nous, les Français !

Posté par zalandeau à 09:34 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 août 2016

Comment reconnait-on un vaniteux sur un blog ?

GSM

La recette est simple : S'il réfute vos arguments pour à la fin dire la même chose ou rien du tout...
Parce que le vaniteux a besoin non seulement d'avoir raison, mais encore d'être le seul à avoir raison.
 
Pour cela il est prêt à tout :
- Soit il vous contredit pour dire la même chose,
- Soit pire encore, il dit le contraire de ce qu'il pense, rien que pour être différent.
- Soit il casse pour casser, sans raisonnement,
 
L'important, pour lui c'est d'avoir le dernier mot...

Posté par zalandeau à 21:20 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

18 août 2016

L’égoïsme gagne ? L’égoïsme perd ? L’égoïsme perdra le monde !

GSM

Quel est le point commun de toutes les sociétés impactées par la mondialisation ?
 
L’égoïsme !
 
L’égoïsme des possédants, des « élites », des « intellectuels », des dirigeants est un égoïsme qui gagne du terrain, car guidé par sa seule envie pour lui-même de posséder toujours plus sans soucis pour le bien, la liberté ou le droit de vivre des autres. Cet égoïsme triomphe, dans ce climat si propice, où le laisser faire est son seul passeport…
 
L’égoïsme du peuple, des laborieux comme des pensionnés, des protégés comme des assistés, est un égoïsme qui perd petit à petit, mais qui perd surement. Chacun ne pense qu’à son intérêt immédiat personnel et se fiche de ce qui peut arriver à son voisin. Les seuls cris du cœur « Ouf, c’est pas moi ! » en sont le seul crédo… Chacun de ces égoïstes perd devant l’égoïsme des possédants un jour ou l’autre, seulement satisfait de ne pas faire partie de la « charrette », ou d’avoir stabilisé son statut, ou d’avoir retrouvé un travail. Le mécontent d’hier, redevient content de son petit privilège égoïste…
 
Cet égoïsme du peuple, qui au mieux redevient momentanément solidaire au niveau d’une corporation, voire d’une usine, finit toujours par perdre de sa force sur le long terme, dès qu’il n’a plus d’intérêt à défendre. Parfois même, lorsque le même malheur fond sur ses compagnons d'infortunes, ce peuple égoïste dit « Et pourquoi ça ne leur arriverait pas à eux aussi, chacun son tour ? », légitimant ainsi les auteurs de leur propre déchéance…
 
Nos anciens avaient bien compris que devant le capitalisme égoïste, il fallait une union des exécutants…
 
Hélas, comme je l’ai déjà dit, 40 ans de paix sociale, d’embourgeoisement des esprits et d’intoxication libéralo-consumériste, ont transformé cette force de solidarité en une faiblesse de l’égoïsme. Cet égoïsme-là, perd et perdra tous ses combats…
 
Qu’adviendra –t-il de l’égoïsme en général ? La réponse est bien simple…
 
Lorsque les égoïstes possédants possèderont tout, ils s’éteindront, car il n’y aura plus de richesse à s’emparer, il n’y aura plus de création de richesse, il n’y aura donc plus de richesse du tout…
 
Un exemple : Imaginez Adam, seul sur terre… Tout lui appartient : L’eau, l’air, la mer, la terre, la flore, la faune, l’or, l’argent, le pétrole, le gaz… Mais il lui faut produire ces richesses, en allant les chercher, en les cultivant, en les transformant… Posséder, ne fait pas vivre l’humain ! C’est produire qui fait vivre !
 
Quel qu’il soit, l’égoïsme amène donc inexorablement au chaos et à la mort !
 
Nota : L’égoïsme est aussi nommé « Libéralisme », qui donne la « liberté » aux plus pauvres de mourir ou bien de mourir…

Posté par zalandeau à 09:42 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

14 août 2016

Il y a une mort après la vie

GSM

Plus ce qu'on dit est bête et plus ça plaît. Plus le monde est bête et plus ça plaît aux puissants de ce monde. Plus les puissants de ce monde disent des bêtises et plus ils ont d'électeurs. Plus le monde est individualiste et plus il court à sa perte.
Sauve qui peut, chacun pour soi, les fortunés, les puissants et les gens en bonne santé d'abord !
Comment ? Avant on disait "les femmes et les enfants d'abord" ?
Oui ! Mais avant, c'était avant ! Avant est une époque révolue !
 
Plus il y a de miséreux et plus il y a de riches.
Plus il y a de miséreux et moins il y a de gens pour enrichir les riches !
Donc on va appauvrir les moins miséreux et ainsi de suite...
 
Donc plus il y aura de miséreux et moins il y aura de riches.
Quand il n'y aura plus de miséreux à créer, il n'y aura plus de riche... Il n'y aura plus de société, il n'y aura plus à manger, il n'y aura plus de vie... Sur terre ne règnera que la mort...
 
L'espèce la plus dangereuse se sera éliminée d'elle-même...
La vie animale reprendra petit à petit son cours...

Posté par zalandeau à 10:46 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

10 août 2016

Aide mémoire : dérèglement climatique

GSM

N'en déplaise aux climatologues politiquement corrects con-rects, arc-boutés sur la doxa conservatrice du dérèglement climatique à cause entièrement humaine, j'ai fait mienne les conclusions de chercheurs bien plus curieux dont le travail est étayé par des résultats corroborés. Ils sont d'ailleurs ignorés par le reste du monde scientifique. Les humains n'ont pas changés depuis Galilée !!!
J'ai oublié les détails de date, de lieu, d'expériences labos, d'analyses géologiques, mais qu'importe.
Essentiellement :
1- Le rayonnement cosmique de la voie lactée induit par les bombardements incessants sur la terre une ionisation de notre atmosphère propice à la formation des nuages. Plus il y a de bombardements, en fonction de notre position dans cette voie lactée, plus il y a de couverture nuageuse et plus il fait froid sur terre. La périodicité des changements climatiques due à notre position dans la voie lactée est très longue (140 millions d'années). Nous sommes au milieu d'une aire froide de plusieurs millions d'années.
2- Le soleil qui réchauffe notre planète et lui donne l'essentiel de sa chaleur a par contre une activité irrégulière de périodicité bien plus courte (en siècles). Actuellement, son hyperactivité produit une activité magnétique intense qui réduit fortement l'impact des bombardements cosmiques. En conséquence, cela diminue la couverture nuageuse et accélère le réchauffement de la terre plus exposé à la chaleur du soleil. Cela expliquerait cette période de réchauffement climatique beaucoup plus que l'effet de serre du CO2 qui n'est qu'une hypothèse non prouvée.
D'ailleurs, il y a des centaines de millions d'années l'atmosphère contenait 5 fois plus de CO2 alors que la terre était couverte de glace.
Concernant le bombardement (ou rayonnement) cosmique, le seul phénomène à découvrir et qui est en cours d'expérience, c'est comment l'ionisation provoque des aérosols qui aboutissent à la formation des nuages et à vérifier que ce sont les nuages de basse altitude qui sont engendrés par ces aérosols...
Donc, la couverture nuageuse est générée par les rayonnements cosmiques de la voie lactée et par l'activité électromagnétique de notre soleil.
C'est la couverture nuageuse qui détermine le climat de la terre.
Le réchauffement climatique actuel (diminution de la couverture nuageuse) est le fait d'une suractivité du champ magnétique du soleil.
Que pèse l'activité humaine dans tout ça ?
https://www.youtube.com/watch?v=6xP4Kwvwoxc
Le secret des nuages

Posté par zalandeau à 10:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :