14 décembre 2016

Ma chronique - « Puisqu’on m’a baisé la gueule, y’a pas de raison que vous ne vous fassiez pas baiser ! »

GSM

Ecrit le vendredi 29 octobre 2010 (dans la période des manifs et des grèves pour nos retraites).
 
Qu’il sera difficile de faire changer la société… Pourquoi ? A cause de l’égoïsme, de la manipulation, à cause du « pétage plus haut que j’ai le cul » et aussi de la jalousie…
 
Voilà un exemple de la prose argumentée d’un vieux Français de 80 balais, que j’ai trouvée sur ce buzz de boston. Com : « France on strike » : http://www.boston.com/bigpicture/2010/10/france_on_strike.html
( Les commentaires ont été désactivés depuis 2010)
 
Lisons son texte ensemble : 
 
764
J'ai commencé à travailler à 16ans.
J'ai eu 160 trimestres de cotisation Sécu.
On m'a cassé les pattes à 60 ans avec une retraite diminuée alors que les fonctionnaires contiunuent à avoir des retraites TRES SPECIALES ( montant durée de travail, cotisations et reversion entre autres)
J'ai près de 80 ans; J'estime que j'aurais pu travailler au moins jusqu'à 70 ans.
Pratiquement toute ma vie je me suis levé à 6heures.
J'ai connu les congés payés de 15 jours/an.
en travaillant 45 puis 43 heures par semaine.
Alors ?
Pauvres rigolos ! Arrêtez vos conneries. Car même ,avec cette "REFORMETTE" les prochains socialos vous la feront encore plus chouette .
Oui la vision qu'a, HELAS! l'étranger n'est que trop vraie.
Et puis à regarder les photos qui vous paiera les retraites par répartition?
Guy
 
 
Posted by Guy October 27, 2010 07:05 AM 
 
Voilà quelqu’un qui a travaillé dur et qui en est fier « J'ai commencé à travailler à 16ans. J'ai eu 160 trimestres de cotisation Sécu »…
Ensuite cette personne a été mise au rebut et en éprouve beaucoup d’amertume « On m'a cassé les pattes à 60 ans »…
Puis, il se compare sa situation à celle des fonctionnaires « alors que les fonctionnaires contiunuent à avoir des retraites TRES SPECIALES ( montant durée de travail, cotisations et reversion entre autres) », montrant une haine uniquement déclenchée par la jalousie de ceux qui ont un peu plus que lui (Il est vrai qu’il est si loin des réalités des nantis superprivilégiés, que son champ se limite à ceux qu’il juge devoir être au même niveau que lui-même…
Il exprime à nouveau son amertume « J'estime que j'aurais pu travailler au moins jusqu'à 70 ans »…
Puis il remet une couche sur la pénibilité de sa vie de labeur « Pratiquement toute ma vie je me suis levé à 6heures.
J'ai connu les congés payés de 15 jours/an.
en travaillant 45 puis 43 heures par semaine 
»…
 
Je m’attendais à une conclusion du genre « Allez les petits, c’est bien ! Je me suis fait baiser, mais je suis avec vous : Ne vous laissez pas faire ! Battez-vous contre ce système inique… »
 
Et bien non ! La jalousie est la plus forte !
Lui le méritait et ne l’a pas eu ! Donc les autres ne le méritent pas et c’est bien fait pour leur gueule !...
 
Alors je me dis, que la réforme de la société pour du plus juste, du plus équitable, du plus égalitaire… Est un chemin bien pénible, lorsque l’on y rencontre :
 
-Des détrousseurs de grand chemin,
-Des admirateurs du cynisme de ces détrousseurs, qui n’osent pas le faire eux-mêmes mais sont contents de se positionner dans leurs supporters,
-Mais également des jaloux qui se sont fait détrousser et qui n’ont de cesse que ceux qui ne l’ont pas été, le soient à leur tour, quitte à prêter main forte à ceux qui les ont humiliés et dépossédé…
-Des égoïstes qui ne défendent que leurs intérêts propres et qui se tourneraient contre leurs compagnons de lutte si leurs intérêts étaient les seuls satisfaits, sinistres collabos dont on achète les services pour 40 deniers…
 
Quel syndrome inquiétant ! Il est l’allié du Tyran, l’allié de l’iniquité. L’égoïsme est l’iniquité !
 
Sans unité, pas de victoire…
 
Ma position personnelle : Je me reconnais dans la situation de ce vieillard, mais pas dans sa réaction ! J'ai beaucoup travaillé, mais pas assez longtemps ! Donc je n'ai pas acquis ce que j'aurais pu espérer... Mais ce n'est pas pour autant que je veux faire supporter l'iniquité d'une casse des retraites pour les futurs ayant-droits ! Reculer l'âge de la retraite, c'est diminuer les retraites, c'est paupériser les retraités... Autant prévoir une euthanasie obligatoire à compter d'un certain âge, ce serait plus humain, je crois !
Donc, mon opinion sur ce vieux con prénommé Guy, c'est qu'il aille se faire foutre !

Posté par zalandeau à 09:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


La subjectivité est plus dangereuse que la "partie prenante"

GSM

Il est très "mode" et de bon ton de fustiger l'avis de ceux qui sont "partie prenante" dans une affaire ou même dans l'exposé d'une opinion.
 
Mais où s'arrête la "partie prenante" ?
 
Le supporteur d'un camp qui se prononcerait toujours pour ce camp, n'est-il pas suspect lui aussi ?
 
Que ce soit par intérêt personnel, par idéologie, par fanatisme ou même par passion, l'avis de quelqu'un ne peut être que entaché de favoritisme.
 
Seuls des gens objectifs peuvent donner des avis non pré-orientés, non prédéfinis.
 
Des antimilitaristes condamneront à chaque fois le militaire, même si celui-ci est innocent. Des anarchistes condamneront à chaque fois le chef. Des gauchistes condamneront à chaque fois les innocents parce qu'ils sont de droite. Des capitalistes condamneront toujours le salarié parce qu'il est réputé de gauche.
 
Voila ce que des bonnes âmes, se croyant bien-pensantes, commettent dans leurs préjugés d'exclusion des "parties prenantes". Ils sont partie prenante eux-mêmes en se croyant les seuls aptes à l'objectivité, ce qui est en soi également un "parti pris". En pensant cela, ils ne sont déjà plus impartiaux, car leur préjugé les empêche d'être justes.
 
Mais il faut beaucoup d'intelligence pour comprendre cette notion. Nous voyons bien que c'est une denrée de plus en plus rare dans ce pays voué à la décadence, que tout le monde quitte avant le naufrage final.

Posté par zalandeau à 08:55 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

13 décembre 2016

Les « Sans-dents » et la manipulation en général

GSM

Ecrit en septembre 2014.

Dieu sait que je n’approuve pas le culbuto de l’Élysée. Je n’attendais pas grand-chose de lui, sauf de pousser le Gnome précédent vers la sortie… Mais on ne savait jamais…
 
▪ Cependant cette polémique des « Sans-dents » me laisse sidéré.

 

Voila de l’intox où je ne m’y connais pas. Qui dit que cette appellation soit péjorative ? Y a-t-il de l’ironie, de la condescendance, du mépris dans le propos ? Oui !
Mais si le mot est inventé pour nommer avec empathie les pauvres qui n’ont pas les moyens égalitaires de répondre aux invectives des gens aux « dents-longues », pour définir les démunis qui ne peuvent se défendre, qui ne peuvent contrattaquer et qui sont condamnés à subir, le propos est-il condamnable ? Non !
On ne sait pas, alors dans le doute on s’abstient. J’appelle bien certains pauvres « les gens de peu » et Dieu sait que je ne me moque pas d’eux. Je les respecte et même je les admire. Alors, on pourrait aussi me dire que je dénigre ces pauvres gens alors que ce n'est pas le cas.
 
Donc, c’est une polémique qui ne peut perdurer que si et seulement si, on prouve la façon dont l’expression « les sans-dents » a été prononcée dans la bouche du soi disant « Président normal »…
 
Continuellement on nous fait baigner dans l’intox, dans la désinformation et même dans un certain endoctrinement…
 
▪ Un accident automobile grave causé par un conducteur du 4ème âge et c’est tout de suite « la question se pose si l’on doit refaire passer le permis à ces gens là… Faut-il les interdire de conduite et bla-bla-bla et bla-bla-bla »…
Si demain un jeune commet le même accident, dira-t-on « Faut-il interdire la conduite aux jeunes permis » ?
Si après-demain un quadragénaire commet lui-aussi le même accident, dira-t-on aussi la même chose ? C’est n’importe quoi !
Avant de dire des âneries, il vaudrait mieux avoir des statistiques par tranche d’âge et par gravité similaire avant de parler… Mais c’est plus fort qu’eux, il faut parler avant de réfléchir pour faire de l’info et pour influencer l'opinion…
 
▪ Plein d’accidents automobiles graves causés par des jeunes sous l’emprise de l’alcool. Derechef : « Faut-il abaisser le taux légal d’alcoolémie (actuellement de 0,5 g/l de sang) ? ».
On nous précise que tous ces accidents très graves sont causés par des jeunes affichant 1,5 g/litre ou plus…
Mais on rêve, ou quoi ? Ces jeunes en question n’ont pas respecté la loi en consommant trois fois plus… La question serait plutôt « doit-on alourdir sensiblement les sanctions pour dissuader de tels crimes et doit-on indexer la peine sur le dépassement de taux d’alcoolémie ? »…
On peut abaisser le taux légal à zéro ou même exiger un taux négatif, pendant qu’on y est, cela ne changera rien du tout, à partir du moment ou il s’agit d’une transgression de la loi !
 
▪ Poutine concernant l’Ukraine : Quand aura-t-on fini de le diaboliser ? Si à la porte de la France, il s’installait un état Islamique disons, en Allemagne, est-ce qu’on serait content ? Est-ce qu’on laisserait faire ? Est-ce qu’on ne ferait pas tout pour avoir un voisin plus fréquentable ? Et bien Poutine, c’est pareil : Il ne veut pas des Amerloques et de l’OTAN à la porte de chez lui (il en a déjà en pologne et dans les pays Baltes)... Alors lâchons-lui le calbut ! Et puis ça tombe bien : Nous, peuples abusés d'europe, on ne veut pas de l’Ukraine ; on s’est fait baiser par l’entrée de tous les autres pays de l’est, ça suffit comme ça… Mais non ! On essaye encore et encore de nous intoxiquer, pour justifier l’entrée d’un 29ème pays dans l’UE et pour servir les intérêts militaires des USA...
 
Les exemples seraient légion... On en garde pour la prochaine fois…

Posté par zalandeau à 09:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

10 décembre 2016

L’expérience sert, l’âge rend prudent

GSM

-En 1974, crise du sucre (Une bande de golden boys avaient fait courir la rumeur d’une pénurie de sucre, ils ont spéculé et se sont enrichis) : Tous les gens étaient partis des supermarchés avec des caddies emplis de sucre… Je buvais mon café amer sans sucre en grimaçant et en proférant des jurons à l’encontre de ces cons qui…
 
-Fin 1990, à la veille du déclenchement de l’opération « Désert storm », la propaganda staffel des ricains avait persuadé (entre autres), ces cons de Français que Saddam avait des missiles intercontinentaux prêts à nous frapper ! « N’importe quoi ! », pensais-je… Un soir, je termine mon travail très tard, je passe au magasin « Carrefour » de Créteil Soleil, parce que je n’avais plus rien à bouffer… Le désert dans les rayons ! Pas d’eau, pas de pâtes, de riz, de purée, de féculents, de conserves, de légumes, de viande… Enfin pour simplifier : plus rien d’alimentaire !... Alors, à moins se prendre une biture à l’apéro, ou de manger du cirage… Et par contre, des files de caddies interminables aux caisses, chaque famille au complet, avec chacun un ou deux caddies remplis jusqu’à 2 mètres de haut, d’eau, de riz, de… Dans les jours qui suivirent le C.A. de carrefour chuta très fortement…
Mais en tous cas ce soir-là : « Qui dort dîne » fut ma maxime et encore, eu-je beaucoup de mal à m’endormir le ventre vide en pensant à ces cons qui…
 
- En 1995, grêve des transports de carburants ; j’avais fait remplir ma citerne de 1000 litres ! J'en avais pour deux mois, du carburant ! Je leur faisais des doigts d’honneur, à tous ces cons qui faisaient la queue sur des kilomètres ! Hé hé héééé ! La vengeance est un plat qui se mange froid !
Pendant toute la durée de la pénurie, j'ai fait mes 300 km de déplacement quotidien, sur des routes plutôt bien dégagées (les frileux ne sortant pas leur véhicules)... Hé, hé !
 
-Mardi 19 octobre 2010, un membre de la majorité de l'époque déclare, sur je ne sais plus quel média « nous ne manquerons pas de nourriture » (les hypermarchés ont deux jours de réserves)… Sachant que les Français savent traduire la langue Sarkozyenne, je viens de sortir de « Leclerc », avec 4 paquets de nouilles, 2 paquets de riz, 2 paquets de couscous, des légumes en boites, 2 packs d’eau, 2 de lait…
Encore une fois, vous ne me niquerez pas la gueule, bande de cons !
 
Et au passage j’ai vu la bande de cons qui faisait une file interminable dans les deux derniers points de vente de carburant… Hé hé hé ! J’ai 230 litres de G.O. dans les réservoirs plus 290 dans des jerricans plus au besoin 400 litres de fuel à mélanger en toute discrétion…
Allez, vous faire enculer, bande de cons !
Je vais pouvoir aller manifester avec le ventre plein… Merde alors
 
- 2016 : La CGT de merde prend les rafineries en otage : M'en fout ! J'ai 700 litres (gasoil et fuel) ! Aux véhicules nombreux qui font la queue aux pompes, en passant,  j'adresse un bras d'honneur !
 
Je sais ! Je suis devenu encore plus con qu’eux, mais au moins, à con, con et demi ! Ça sert à ça l’expérience ! Je sais que cela ne sert à rien de stocker, mais on ne me fait pas trois fois le même coup ! Je vais me balader et acheter à bouffer pendant qu'ils font la queue comme des andouilles ! Non, mais !

Posté par zalandeau à 08:52 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

08 décembre 2016

A quoi sert la philosophie ?

GSM

Tout le monde sait que 330 000 bacheliers planchent chaque année sur leur première épreuve de baccalauréat : la philosophie…
 
Mais je pense qu’un seul sujet devrait être posé à cet examen : « A quoi sert la philosophie ?».
 
Je sais pour ma part à quoi sert la philosophie… Ou du moins je croyais le savoir… Et il me semble, que concrètement je ne le sais plus… Cette sagesse tournée vers un objet unique, l’humain, qui est une virtualité de la période scolaire, que devient-elle ensuite ?
 
Lorsque je pense que tous les traders, tous les banquiers, tous les politiciens, tous les dirigeants, ou presque, ont fait de la philosophie au cours de leur cursus, je me demande ce qu’il en reste ?
 
Lorsque je vois des philosophes comme André Glucksmann et bien d’autres adhérer au dogme antisocial Sarkozyste, je me demande vraiment s’il faut encore enseigner la philosophie ?
 
Tous ces « éduqués » ont appris la philosophie, pour finalement aboutir à adorer le seul dieu argent, pour renier la valeur humaine, pour adhérer à l’égoïsme cumulard, à la négation des intérêts vitaux des peuples et de la planète, pour sacrifier le progrès à l’obscurantisme ?…
 
Non, ce n’était pas cela la philosophie…
Ou alors, je n’ai pas appris la même.
Ou bien, ils ont bien changé ces assoiffés d’absolu, ces maoïstes, ces soixantehuitards, dont les idéaux ont sombré dans la facilité d’une vie de bourgeois bohèmes, aux préoccupations intéressées par leur seul devenir subjectif et non plus par l’intérêt collectif ni la vision objective du monde…
 
Oui, le vrai sujet était là… Mais nul n’a osé le poser…

Posté par zalandeau à 08:55 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


06 décembre 2016

Les vacances (2)

GSM

Août 2014.
 
Je trouve la période actuelle, la semaine de la mi-août, la plus agréable dans la micro région de merde où j’habite.
Certes ce n’est pas à cause du temps qu’il fait, la météo s’apparentant plutôt à un mois d’octobre pluvieux, mais à cause d’un phénomène migratoire intéressant.
 
1°) La quantité d’autochtones est la plus faible de l’année, ce qui déjà en soi est une garantie d’espace et de promiscuité moindre qu’à l’habitude…
 
Mais de plus, parmi les évadés migratoires de la mi-aout, il y a une grande proportion de gros enculés de leur sale race de merde  prétentieux vaniteux égoïstes qui sont absents. Cela semble évident, puisque 100 % de ceux qui s’en vont ont les moyens de le faire et tout naturellement, comme les gros cons précités se recrutent parmi la classe de ceux qui se la pètent parce qu’ils se considèrent comme le dessus du panier et bien il y a une forte proportion de gros cons parmi les exilés momentanés. Donc à cette période il y en a moins car ils sont allés polluer ailleurs…
 
2°) En conséquence et je le perçois chaque jour, la proportion des gros cons parmi ceux qui restent est bien moindre, disons 15 % au lieu des 50 % habituels. La vie est actuellement aussi douce que dans bien des régions que j’ai eu à connaitre dans ma vie, voire meilleure.
 
Moins d’ondes négatives, moins de 4x4, moins d’airs hautains, moins de gens qui tentent de te passer devant à la pharmacie, pleins de gens qui répondent à tes « bonjour », à tes « au revoir ». Beaucoup moins de gens roulent sur la ligne blanche, personne ne se range sur les trottoirs juste devant sa destination marchande et ce qui n'est pas le moindre, des gens te sourient…
 
Mais putain, pourvu que cette semaine dure un siècle ! Que les gros cons se fassent zigouiller sur leur lieu de vacances ! Qu’on mette des barricades pour les empêcher de revenir ! Que les escadrilles de l'armée de l'air mitraillent les files de voitures sur le retour dès samedi prochain !
 
Hélas, les nuisibles ne sont pas exterminables à volonté…
 
Je profite donc des vacances. Vive les vacances sans les gros cons ! (Enfin, disons vacances gros-cons-light) !

Posté par zalandeau à 08:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

04 décembre 2016

Devenir un adulte ?

GSM

Devenir un adulte, n'est hélas pas que l'aboutissement intellectuel et physique de l'enfant. Il est malheureusement, la prise de conscience, qu'il lui faut se conformer à des us et coutumes, à des attitudes, à des mentalités, à des renoncements égoïstes qu'il voit autour de lui...
 
Il copie les autres adultes, dans leur égoïsme, dans leur hypocrisie, dans leur lâcheté...
 
Écoutons, les propos de quelqu'un qui se jette à la Seine et sauve un candidat au suicide...
Il déclare à chaque fois, que c'est normal, que ce n'est pas juste de laisser la personne se noyer. Bien souvent, on ne retrouve pas ces anonymes, car dès que les secours sont là, ils sont partis...
Quand on en identifie un, la collectivité trouve cela tellement extraordinaire, qu'elle le médiatise, le temps d'un jour...
Il est vrai, pour ce monde d'adultes, qu'un tel comportement relève de la part d'idéal venue de l'enfance, que certains préservent en eux...
 
Ne vaudrait-il pas mieux rester enfant toute sa vie, afin de préserver la spontanéïté et les élans de générosité téméraires ???

Posté par zalandeau à 09:13 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

03 décembre 2016

La philosophie

GSM

Non, je n’ai pas eu la chance, comme BHL, (cf le chapitre "Historique au lien ci-dessous) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Botul
d’adhérer aux thèses de Jean-Baptiste Botul, qui prétend que « l’essence précède l’existence, mais de peu…»
 
En revanche la sagesse AZ (Al Zandienne) affirme :
 
«A vingt ans, le sang bout,
A cent ans, le bout sent…»
 
.......... Hum ?.......... N'importe quoi !.......... Comment ça ?
 
Ce n'est pas n'importe quoi ! Cela a l'air ridicule et farceur. C'est vrai, de ma part !
 
Mais qu'un philosophe réputé, écouté, adulé, sérieux (qui ne se prend pas pour une petite merde), puisse construire des théories des concepts, des idées basées sur des inepties, des canulars, des farces, qu'il n'a pas reconnues comme telles (certes savamment conçues par un véritable auteur facétieux et supérieurement intelligent, lui), est vraiment risible à une échelle planétaire.
 
Il faut bien des événements de ce genre, pour dévoiler la vacuité de ce genre d'individu, dont le sérieux apparent, la faconde impressionante, l'éloquence multidirectionnelle, cache en fait une sorte d'incontinence verbale qui ne repose sur rien, absolument rien !
 
Il faut l'écouter, il faut le lire et essayer de comprendre.
Je sais, c'est long et fastidieux ! Mais on se rend vite compte que les moulins ne brassent que du vent et que certains philosophes ne brassent que de la célébrité et de l'argent, à défaut d'idées...
 
Plus sérieusement une petite citation de Al Zandeau pour la route :
« Passe-moi le sel...».

Posté par zalandeau à 09:13 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2016

Une autre bonne nouvelle (2010)

GSM

Je viens d’appeler ma boite, pour savoir comment se passerait la clôture de mon compte (certificat de travail, solde, etc …). C’est vrai, ça, j’ai jamais pris ma retraite avant, alors je ne sais pas…
 
Alors, la bonne nouvelle, c’est qu’ils m’enverront tout par courrier !!!! Ouaiiiiiiii !
 
Ouf !!! Moi qui redoutais le traditionnel pot de départ à la retraite que tous les vieux donnent traditionnellement…
Je ne suis allé chez 'Métage et Pilothodes' qu’à un seul pot de départ, celui d’un type formidable et d’une honnêteté impeccable… Mais jamais aux autres !
 
Alors je me voyais mal rincer la gueule de tous ces crevards, faux-culs et autres jaloux qui ont tant cherché à me nuire par derrière. Certes, il y en aurait eu quelques uns que j’aurais aimé revoir, parce que je les apprécie… Mais autant dire que la salle de réunion aurait été presque vide ! Une cabine téléphonique aurait suffit…
 
Il y en a un, paradoxalement, que j’appellerai pour lui dire au revoir : Le patron… (Celui que nous avons longtemps appelé « Le fils », après le départ du « vieux » pour un monde meilleur)…
 
Oui, je serais content de lui parler, parce que malgré nos divergences de vues, malgré sa mentalité rétrograde, malgré son radinisme viscéral, ce n’est pas le mauvais homme…
Après une période de jalousie de mes rapports privilégiés avec son père, il avait fini par comprendre que son père avait de bonnes raisons et que finalement discuter avec moi était le moyen de récolter des conseils avisés et cela sans bourse délier, ce qui n’est pas négligeable pour quelqu’un qui compte les gommes et les crayons. Cela lui avait fait voir ma personne sous un jour nouveau et nos échanges étaient devenus plus humains (Je crois surtout qu’il a du suivre mes conseils de prudence spéculatives début 2008, qui ont sauvé son patrimoine mobilier)…
 
Et puis son mariage tardif a civilisé ce vieux garçon… Il peut encore s’améliorer, qui sait ?

Posté par zalandeau à 09:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2016

Dépression du retraité : Tel père, tel fils

GSM

Lorsque mon père est parti à la retraite, il a très mal vécu cette étape. Il perdit sa force physique très rapidement.
Un jour, sa moto tomba. Il ne parvint pas à la relever sans l’aide de ses collègues de pétanque. Il en éprouvât une telle honte, que le lendemain il alla vendre son bolide à deux roues.
Il perdit aussi sa force psychique.
 
J’avais alors la trentaine et si je comprenais ce qui lui arrivait, je me jurais bien que je serai plus philosophe que lui et que je vivrai mieux que lui ce passage obligé.
Hélas, il n’en fut rien. On a beau se dire qu’on ne peut pas être et avoir été, qu’on savait tout cela d’avance, on ne parvient pas pour autant à échapper à ce traumatisme.
 
J'explique :
La retraite est un moment de changement de rythme de vie où l’humain peut perdre en gratification sociale : c'est donc une phase de grande vulnérabilité.
La perte du statut social et des relations professionnelles consécutive à la prise de retraite peut provoquer un traumatisme si la personne ne recrée pas des rapports sociaux.
Mon travail était dans une région, ma maison dans une autre, sorte de maison dortoir dans une région de cons conservateurs ploucs (double pléonasme). Il est impossible de tisser des liens avec une population que je trouve aussi infecte, dans un cadre aussi vide et aussi peu attractif. Mais ça, j'aurais du l'appréhender bien avant , malheureusement je ne l'ai pas fait.
De plus, la perte de revenus amène des soucis inextricables et l’aliénation de ma liberté. 
 
Nota bene :
Inversement, beaucoup de travailleurs échappent plus souvent à ce syndrome :
- Soit, parce que leur rythme de vie de travail leur a laissé le temps d’avoir une vie sociale qui perdure lors de la prise de retraite et a sauvegardé l’entièreté de leurs capacités. On voit ainsi des retraités se mettre à travailler au black, tellement pleins de l’énergie économisée pendant toute leur vie précédente.
- Soit parce la quantité de stress subi passivement au travail, cesse au moment de la prise de retraite. On voit alors des retraités devenir en meilleure santé psychique et également physique, puisque les maladies étaient souvent psychosomatiques.
 
Il ne faudrait jamais se donner à fond dans un travail dont on attend tout et qui est tout pour nous.
J'ai bien compris que ce choc affectif majeur de la rupture, ce déclin des capacités physiques, intellectuelles, ces disgrâces physiques, suscitent un sentiment de perte, des blessures narcissiques, un traumatisme psychologique et génèrent une dépression entraînant la résignation progressive à notre propre mort.
 
 Je cite des statistiques : 
« 10 à 15 % des personnes âgées de plus de 65 ans souffrent de dépression,
20 % des plus de 75 ans souffrent de dépression majeure.
Fréquente chez les jeunes retraités, la dépression est souvent ignorée des proches et sous-estimée par le médecin, ce qui explique le fort taux de suicide au troisième âge :
En France : un taux de 50 pour 100 000 habitants parmi les hommes âgés de 65 à 74 ans,
Avec ce taux, la France se situe au 2e rang en Europe, derrière l'Autriche (55 pour 100 000 habitants).
En constante augmentation dans les pays développés, le suicide des personnes âgées représente environ 1/3 des suicides. » 
 
Je reviens à mon sujet :
Ce n'est pas parce que je savais et que je comprenais le mal dont je souffrais, que j'ai pu y échapper. Le seul moyen aurait été que je puisse y porter remède. Il m'aurait fallu trouver une solution, bâtir un projet, mais surtout essayer de retrouver suffisamment de ce courage, de cette combativité qui furent les miens et qui avaient disparu. J'ai bien cherché. Je n'ai pas trouvé. Tout m'emprisonnait, l'environnement, l'argent, moi-même.
 
Je subissais, subissais, subissais, chose que je n'avais jamais faite auparavant. Ce renoncement forcé rajoutait au mal qui me rongeait...
 
Aujourd'hui je comprends mon père, parce que je vis ce qu'il a vécu. Aujourd'hui, je suis sorti de cette révolte contre la vieillesse... mais le présent et l'avenir n'ont plus d'attrait ! La vie n'est plus qu'un mal, au mieux nécessaire, au pire transitoire...
 

Posté par zalandeau à 10:28 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,