14 mars 2017

Réhabilitons la quenelle

GSM

2013 :
 
Les quenelles sont des spécialités culinaires de plusieurs régions de France, dont les plus célèbres sont la quenelle Lyonnaise et la quenelle de Nantua.
 
J'ouie par-ci par là, des propos tendant à diaboliser la quenelle. Quels sont ces anti-gastronomes se permettant de déblatérer sur un mets si délicieux et si économique ? J'entends bien réhabiliter ces merveilleuses quenelles de brochet, de veau, d'écrevisse accompagnées d'une goûteuse sauce Nantua... 
 
J'enquête alors illico sur ces blasphèmes gastronomiques... J'apprends qu'un geste porte désormais le nom de quenelle.
 
Ce geste m'est de plus, totalement familier : Je l'ai fait de tous temps ainsi que mon père et bon nombre de mes amis, pour signifier "jusque là"... Et pourquoi cette gestuelle devrait-elle être prohibée ? Sous quel motif ?
 
J'avoue qu'il m'arrive de me gratter parfois les roustons (à travers le pantalon quand même, restons corrects) et même si le geste est quelque peu cavalier, j'espère qu'il ne viendrait à l'idée de personne de l'interdire... Alors pourquoi interdire cet autre geste nommé désormais 'quenelle' ? Au risque de jeter l'anathème sur un plat délicieux et de porter préjudice à nos grands chefs ? 
 
Ahhh ! J'ai compris ! Ca serait parce que ce geste a été pratiqué par quelqu'un qui est anti-sioniste ! 
 
Alors j'essaye de comprendre : Le sionisme c'est la shoah à l'envers, c'est à dire que ce sont certains juifs qui font à une autre ethnie un peu de ce que leurs propres ancêtres ont subi sous le régime Nazi...
 
Donc pour moi, le sionisme, c'est 'mal' et partant, l'anti-sionnisme ça devrait être 'bien', non ?
 
Donc on diabolise le 'bien' ainsi que le 'bien-manger' en même temps ?
 
On n'arrête pas le progrès... Dans la connerie... Des concepts idéologiques de gauche, certainement...
 
Ce ne sont ni des mots ni des gestes qui doivent être diabolisés, ce sont éventuellement des idées exprimées complètement si elles sont causes de troubles à l'ordre public.
 
Mais on continue en France à ériger en imprécation des mots sortis de leur contexte (comme 'race' il y a quelques mois) et maintenant des gestes.
Tristes tribunaux d'une nouvelle inquisition, avides  de censure et de sensation...

 
Moralité : Je suis désolé, le mot quenelle et le geste signifiant "jusque là", n'appartiennent nullement à Dieudonné. Seules ses idées et ses diatribes lui appartiennent !

Posté par zalandeau à 09:42 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


10 mars 2017

Ces mots… Ces mots de merde !

GSM

J’ai déjà maintes fois évoqué au cours de mes 120 mois de blog, le piège que l’on tend aux gens, avec l’usage des mots, pour cacher la réalité, pour mentir, pour tromper, pour snober.
 
A l’instar des « Précieuses ridicules » de Molière, dont les périphrases obstruaient la compréhension des notions les plus simples, j’ai découvert un nouveau concept né de la langue de bois que la pensée unique déferlante met à notre disposition pour nous mieux tromper…
Il existe en France des cabinets de conseils dont l’intitulé est :
«Cabinet de conseil en redéploiement et sécurisation du personnel »
Ô ! Que cette intention est louable et que cette raison sociale est donc charitable et humaniste !
Ah ? Vous trouvez ? Et bien non !
 
Le manager a expliqué à la radio les points suivants, avec mille circonvolutions linguistiques que je résume en termes très clairs :
 
Conseil en Redéploiement : Il s’agit de délocalisation, pour laquelle cette société aide les entreprises à réaliser plus facilement et plus rapidement cette opération.
Conseil en sécurisation du personnel : Il s’agit de définir une stratégie permettant :
-         D’une part, de préserver les cadres dirigeants de désagréments comme la séquestration ou autres mouvements d’humeur spontané des exécutants !
-         Et d’autre part, de mettre en place une dialectique permettant littéralement d’embobiner le personnel à jeter, pendant l’exécution de la susdite délocalisation, en leur faisant prendre des vessies pour des lanternes !
 
Voilà tout le cynisme de ces entreprises qui prospèrent par la « vertu » du mensonge, sur le malheur des autres, en l’accélérant, tout à fait légalement bien sur, étant donné l’impunité dont jouit actuellement le libéralisme forcené !
 
Tiens ! Je devrais bien monter une entreprise de conseil en escroquerie de haut vol (pas vol de sac à main ! Mais plutôt escroquerie genre Madoff !)…
Je pourrais l’appeler, par exemple :
« Cabinet de conseil en valorisation durable du capital »….
 
Ah ! Comme cela devient bien plus honnête avec ces mots là !... Que ces mots sont charmants et comme ils sonnent bien !... 
 
Que voilà des couillons qui vont se faire berner, par ces mots… de merde !
 

Posté par zalandeau à 09:40 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

02 mars 2017

NOTRE DEVOIR ET NOTRE HONNEUR

GSM

En tant qu'êtres humains, vivant sur cette petite orange bleue, nous avons le devoir sacré de venir en aide aux personnes en grande difficulté.
 
Pendant que l'ONU ergote sur un droit d'ingérence international et que l'UE nous oblige à accueillir des migrants dont nous ne voulons pas, nous en tant que citoyens de ce Pays fondateur des droits de l'homme, il est de notre honneur de faire notre possible afin que plus aucun Français ne couche dehors.
 
Depuis que l'homme existe, il a cherché à se loger. "Habiter" en un lieu fait partie de l'instinct atavique de l'être humain.
 
A présent il existe des gens que l'on a pudiquement affublés du nom de "SDF", par soucis de "parler correct". Il faut appeler les gens par leur nom. Ces gens sont des Français "abandonnés par la société".
 
Ce scandale est intolérable. Il est de notre conscience de faire partager à tous, notre envie que cela cesse, de rallier tous ceux qui ouvriront leur coeur, afin que nous puissions avoir une action qui soit entendue et que les mentalités changent.
 
Nous refusons la misère. Ensemble nous la combattrons !

Posté par zalandeau à 09:34 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2017

Le ciel est gris, comme un ciel de mort (6)

GSM

2014
 
Je me souviens même que mon fils ainé s’était tapé un tube de mayonnaise en un repas… Mes parents n’étaient pas contents. La mayonnaise il ne fallait en mettre que pour donner du goût. C’était bien trop cher.
Moi, je les ai laissé faire parce que j’avais les moyens et que s’il ne restait pas d’argent à la fin du mois, ce n’était pas grave… Alors comment leur expliquer que pour certains, Papy-Mamie avant et moi maintenant, la fin de mois, elle est bien avant le dernier jour du mois ?
Et pourtant Dieu sait que mes parents nous recevaient bien. Il y avait à manger en abondance. Bien sur, il n’y avait pas de caviar, d’ortolan, de foie gras ni de champagne.
Les cadeaux qu’ils offraient à mes gamins à Noël étaient vraiment des cadeaux de pauvres, mais heureusement les mômes n’ont jamais fait de réflexion.
 
Du coup, plus mes travaux dureront autour de la douche plus je vais économiser d’eau ! Hé, hé, hé… Bande de petits branleurs, je me lave au gant depuis des années et je ne dis rien, merde !
Mes morpions se prennent pour des fils à Papa, ou bien ils croient que je suis Américain, je ne sais pas !
Ils doivent juger à l’apparence. C’est vrai que j’ai des belles fringues, même s’ils ne savent pas qu’elles sont d’occase, alors que les parents de leurs copains sont fringués au mieux comme des bouseux, au pire, comme… des bouseux… Mais ils ont des SUV...
 
Alors évidemment j’ai la couleur du riche, j’ai l’air d’un riche. Enfin, ils commencent à comprendre au fil des années quand je dis à l’un ou à l’autre que dorénavant, je ne pourrais plus offrir ou payer ceci ou cela… Mais pour l’eau, ils devaient croire que c’était gratuit, probablement…
 
Je reviens sur les fringues : Il y en surtout un qui a honte d’être vu avec moi, donc il faut que je les dépose en ville à l’abri des regards de leurs potes…
Evidemment un type en pantalon à pli et veste à quatre boutons métalliques, ça leur fout la honte, surtout quand les gens voient que c’est un uniforme. Certes je transforme ces tenues : Je peins les boutons brillants avec de la peinture mate de la couleur de la veste ou bien je couds des boutons ordinaires. Tout signe distinctif militaire est soigneusement enlevé… Mais aucun des jeunes de maintenant n’ayant vu de vrais militaires dans de vrais uniformes, ils font l’amalgame dans leur imaginaire…
 
Comme pour ma voiture : « Ton père a une BM ? Pfffff ! »… Ben oui, une occase aussi, au prix de l’argus… Mais tellement brillante que… Enfin, ce que les gens sont cons ! Tout ce qui brille n’est pas or ! Bande de sales ploucs ! Ce sont les mêmes imbéciles envieux dont les parents offrent à chacun de leurs futurs héritiers une maison. Ils ont raison, si je pouvais le faire, je le ferais… Aisés, ils le sont, mais de plus envieux, bouseux et cons !
Qu’est-ce que je suis venu faire dans cette galère ? Je ne savais pas que j’étais dans une région d’UMP quand je me suis installé… Et pourtant j’en ai fréquenté des régions UMP ! Paris, Neuilly, Chantilly, Auteuil… Jamais aucun ostracisme, jamais de problème ; des gens courtois, riches, mais polis et respectueux !
 
Il faut croire que dans cette région qui est microscopique (bien qu’il doive y en avoir d’autres en France), être UMP se conjugue d’une autre façon qu’ailleurs. Il y a un concentré d’orgueilleux, vaniteux, égotiques, méprisants, qui ont tous les droits et aucun devoir (tout cela à la fois), qui ne respectent rien qu’eux-mêmes…
On se croirait au 19ème siècle dans les colonies… Le riche, c’est le missié Toubab et le pauvre, c’est l’esclave méprisable que l’on éduque à la cravache… Ici, la noblesse, c'est l'UMP...
 
Putain, mais qu’est-ce que je suis venu foutre chez ces arriérés ?

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2017

Mémoires et radotages (90) – Courage ou solidarité

GSM

Le courage… C’est bien de cela que je parlais à propos de ce jeune… C’est un vaste sujet… Je ne sais plus si j’en ai déjà parlé…
Le courage ce n’est pas une constante de l’être humain… Souvent la lâcheté est la plus forte…
NDLA : GRRR ce qui m’énerve c’est que la touche du « p » fonctionne mal… Il va manquer des « p » dans mon texte…
Nous sommes tous partagé entre courage et lâcheté… Et souvent c’est la peur qui l’emporte ! Cela varie avec les individus, tout le monde n’a pas forcément assez de force de caractère ou de force physique. Cela varie avec la santé ou même la fatigue, qui modifient ces mêmes forces. Et donc, cela varie aussi avec l’âge…
 
Si aujourd’hui je me trouvais seul dans un RER avec une bande de jeunes agressant un (ou une) passager (gère)… que ferais-je ? D’abord aurais-je la force de maîtriser ma peur ? Ensuite, considérant mon bras gauche défaillant et que mes forces ont décliné (mon Nono m’a ouvert une bouteille d’eau il y a peu de temps avec une facilité déconcertante alors que je n’y parvenais pas et que je maudissais les producteurs d’eau de leur vissage plus serré qu’avant)… Que pourrais-je faire, seul ? Je tirerais la sonnette d’alarme, mais c’est tout…
 
S’il y avait foule, est-ce que j’alerterais les autres ? Probablement ! Mais est-ce que cela ferait réagir les gens ? Je n’en suis pas certain…
 
Dans ma vie, finalement je n’ai jamais été mis devant un cas de secours à personne agressée… Alors, il est facile de dire « j’aurais fait ceci, j’aurais fait cela »… On ne sait jamais ce qu’on aurait fait !
 
Ma participation personnelle envers autrui a été somme toute bien modeste car il n'y avait pas d'agresseur. Pas de quoi fouetter un chat…
 
Sinon, je n’ai eu d'occasions, que celles assez fréquentes de porter secours à moi-même, dans des circonstances très difficiles et des lieux infréquentables, mais ce sont d’autres histoires totalement hors sujet…
 
Mais comment réagit-on devant une agression d’autrui dans laquelle on n'est pas impliqué ? Comment, actuellement, une foule entière, paralysée par la peur, peut-elle faire semblant d’ignorer un viol ou une agression ?
 
Il y a un phénomène qui se produit dans la tête des gens. Outre ceux qui tremblent ou ceux qui pensent « Ce n’est pas mon problème », il y a ceux qui se disent « J’y vais si quelqu’un d’autre y va en premier »… Or comme tout le monde pense cela, et bien, personne n’y va…
 
J’ai été gamin (C’est difficile à croire, mais c’est vrai) ! Je me souviens avoir plusieurs fois assisté à des débuts de bagarres. Immanquablement de nombreux hommes adultes venaient séparer les protagonistes !
Les gens parfois couraient après les pickpockets, lorsque la victime demandait de l’aide…
 
Ce n’est plus le cas aujourd’hui…
Alors pourquoi cette différence ?
 
Les hommes faisaient presque tous leur service militaire et souvent avaient fait la guerre, peu importe laquelle ! C’est dans cette occasion que la solidarité virile s’apprend ! Et il suffisait que quelqu’un dise « On y va, les gars ! », pour qu’un vieux réflexe d’équipe, un "esprit de corps", se réveille et précipite les gens dans l’action commune, pour sauver quelqu’un… Enfin pas à tous les coups, bien sur, mais très souvent !
 
Cela n’apprend pas le courage, mais la solidarité et je crois que rien que pour cela, il faudrait rétablir le service militaire…

Posté par zalandeau à 09:17 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


23 février 2017

La TVA sociale par un pionnier

GSM

J'aime bien la TVA sociale expliquée par des nuls en maths et par des idéologues : C'est n'importe quoi !
 
La TVA sociale sera ce qu'en fera le législateur.
 
Ce concept existe depuis bien avant la naissance des couches-culottes qui en parlent sans savoir...
 
On supprime les charges patronales sur les salaires.
On ajoute une TVA sociale, calculée comme une TVA, sur le prix HT du produit, (ce produit étant moins cher hors taxes, puisque le prix global de la main d’œuvre a baissé).
Ensuite, sur le prix obtenu on rajoute la TVA normale comme avant.
 
En moyenne, les prix obtenus sont identiques.
 
Je dis bien en moyenne. Car les produits à fort pourcentage de main d’œuvre, comme le bâtiment, les services, vont baisser.
 
Les produits comportant peu de Main d’œuvre (produits importés), vont augmenter sensiblement...
 
L'assiette, normalement est celle de la TVA normale + les produits exportés. Donc, tous ce qu'on importe + tout ce qu'on produit (que l'on consomme sur le marché intérieur ou non). Mais certains voudraient exonérer les exportations de cette "cotisation", ce qui ferait que les Français cotiseraient pour les salariés qui travaillent à l'export, ceux-ci ne cotisant pas pour eux-mêmes... Expliqué autrement, les Français subventionneraient de leur poche les exportations... Cela fait une sacré différence d'idéologie avec le concept de base !!!
 
Voilà le concept qui avait été créé dans les années 80.
Il est possible de se reporter au Monde Diplomatique de l'époque.
 
Les avantages :
- c'est qu'un patron considère sa main d’œuvre comme moins chère et donc moins pénalisante.
- c'est qu'un produit importé soit plus cher et donc nos produits à nous moins chers sur le marché intérieur, d'où l'amorce d'une possibilité d'enrayer le chômage et la délocalisation...
 
Alors ceux qui tapent sur la TVA sociale n'ont qu'à se renseigner avant...
 
Que les gens de gauche, qui actuellement sont contre la TVA sociale, se rappellent que, lorsque la gauche a perdu le pouvoir après la mort de Mitterrand, elle a chanté les "mérites" de ladite TVA sociale par la bouche même de leur très idolâtré "Dominique Strauss Kahnn", seulement parce qu'ils savaient Chirac opposé à ladite mesure...
 
La gauche est contre quand la droite est pour, la droite est contre quand la gauche est pour. Il faut toujours empêcher le parti au pouvoir de prendre les bonnes mesures. Il serait trop beau d'améliorer la situation...
 
Si vous pouviez arrêter votre Dogmatisme de mauvaise foi à géométrie variable !
 
Si on la fait comme j'ai dit, la TVA sociale est une bonne chose. Notre baguette de pain et notre Renault seront moins chers. La Toyota et l'écran plat seront plus chers.
 
Alors évidemment, si on fait autrement, par exemple, ne pas supprimer les charges sociales patronales ou faire une TVA sociale exorbitante, évidemment, le consommateur se fera rouler dans la farine... Et le but ne sera pas le même, mais seulement de ponctionner nos portefeuilles...

Posté par zalandeau à 09:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2017

Mémoires et radotages (89) - Héros du quotidien

GSM

http://www.bondyblog.fr/201702120500/jai-sorti-cette-petite-de-la-voiture-je-ne-suis-pas-un-heros-je-veux-juste-retablir-la-verite/#.WKQ7uPJXrB4

Emmanuel Toula, 16 ans et demi

Il était allé ce samedi 11 février à la manif de soutien à "Théo", qui se déroulait à Bobigny...
 
Bon, je sais, on peut se poser des questions sur l'affaire Théo, sur l'opportunité de telles manifestations de soutiens qui tournent au carnage du fait de l'apparition de casseurs et autres autonomes prompts à mettre en danger la république sur n'importe quelle bavure...
 
Mais mon propos n'est pas là. Emmanuel, puisqu'il s'agit de lui, a perçu la dégénérescence de la manif et s'en est écarté. Dans une rue, des casseurs ont mis une poubelle en feu près d'une voiture. La conductrice a fuit emportant son petit bébé... Mais elle avait laissé sa fillette terrorisée dans la voiture...
 
Emmanuel avait peur, très peur, du feu et de ses conséquences... Cependant, il a extirpé la fillette...
 
Je félicite cet adolescent. C'est un héros du quotidien. Bravo ! Tu es un homme, un vrai ! Et j'aurais aimé te connaitre et te féliciter en personne !
Nota : La seule chose qui me gêne : Fais-toi une coiffure symétrique... Je suis comme Monk... Je déteste la dissymétrie...
 
Bien qu'ils soient peu nombreux, il y en a tant d'autres dont on ne parle jamais, de ces courageux, qui n'hésitent pas à passer outre leur peur, parfois au péril de leur vie, à porter secours à leur prochain... Ce n'est pas banal. C'est exceptionnel, c'est beau !

 

Posté par zalandeau à 09:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2017

Où sont passées nos valeurs ?

GSM

J'ai connu des gens si bien, si honnêtes, si intègres, si dévoués au service de la France, si glorieux, si populaires et si regrettés maintenant...
 
Aujourd'hui, nous frôlons les malhonnêtes, nous côtoyons les inciviques, nous croisons les immoraux, nous admirons les égoïstes, les cyniques et les vaniteux, nous vénérons l'argent et le despotisme...
 
Comment la société pourra-t-elle se sortir de cette ornière ? Les valeurs que j'ai connues sont piétinées, méprisées, ignorées...
 
Personne ne comprend pourquoi les incivilités, pourquoi la délinquance, pourquoi la violence se développent sans perspective de récession ultérieure...
 
C'est pourtant de l'abandon de nos valeurs et de la disparition des gens exemplaires, que se nourrit la violence, jusqu'à aboutir au crépuscule de la vie en société : La guerre civile.
 
Il serait nécessaire de repartir du bon pied très rapidement.
 
Il y a devant nous tout un travail de reconstruction de la citoyenneté, des comportements, de la morale, mais ceci, sans basculer dans l'intolérance aveugle.
 
On ne doit être intolérant qu'envers la violence et la malhonnêteté des actes et non pas envers les idées...
 
Qui va remettre les Français dans la solidarité, dans l'effort, dans la justice, dans le respect ?
 
Je cherche un homme...

Posté par zalandeau à 09:23 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2017

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire.

GSM22 Janvier 2014,

 

Cette phrase est faussement attribuée à Voltaire. Ce dernier a quand même pris le parti de Helvétius en ces termes : « ...parce qu’il valait mieux que tous ses ennemis ensemble ; mais je n’ai jamais approuvé ni les erreurs de son livre, ni les vérités triviales qu’il débite avec emphase. J’ai pris son parti hautement, quand des hommes absurdes l’ont condamné pour ces vérités mêmes. »…
 
Je la reprends également à mon compte concernant Dieudonné. Car je ne partage pas tous ses excès, mais ses vérités sont à défendre, même si elles sont taboues, dans notre société du mensonge, de la dissimulation et du politiquement correct, qui prévaut aujourd’hui…
 
Je vois un gouvernement qui utilise les mêmes méthodes visqueuses que celles du Monarque UMP précédent. Intimidations, abus de pouvoir, pressions… Ce sont là les véritables excès d’un pouvoir qui, légalement n’a aucun moyen d’interdire les spectacles du susnommé agitateur, l’issue de procès judiciaires étant incertaine.
Alors ces ministres se permettent les pires atteintes aux droits de Dieudonné, simplement pour « obéir » à un lobby qui est le maitre absolu du monde.
 
C’est une honte pour un pays qui prétendait être une démocratie garante des droits de l’homme et de la liberté d’opinion.
 
Il n'y avait pas de "risque de trouble à l'ordre public", mais maintenant, avec cette chasse à l'homme, il y en a un.

 
Lorsque les pompiers mettent le feu, on appelle cela une dictature.

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 février 2017

Vous avez dit libéralisme ?

GSM

Qu’est-ce que le libéralisme ?
 
C’est la liberté d’entreprendre, avec le moins d’entraves possible. Cela entraîne, chez des dirigeants politiques qui adhèrent à cette idéologie, une volonté de supprimer les contraintes sociales. Suppression d’un salaire minimum, suppression des augmentations salariales, suppression d’un horaire de travail légal, suppression de la sécurité sociale, suppression du chômage, suppression de la retraite, suppression des deux jours de repos hebdomadaire, suppression des jours fériés, suppression de la liberté syndicale, suppression du droit de grève.
 
Le libéralisme, pour se développer a besoin d’un terrain fertile. Or, actuellement, le terrain est propice au développement du libéralisme. En effet la prolifération, d’une société naïve, égoïste, complaisante, facilite le développement de la plus grande récession sociale de l’histoire de notre pays.
 
Nous le voyons bien, entre autres exemples, à cette indifférence des gens qui ont encore un travail et un logement, à l’égard de ceux qui vivent dans la rue. Rejet et dégoût sont de mise. Au mieux, des condoléances passagères sont émises envers ces extra-terrestres.
 
Mais si les individus de France, redevenaient le PEUPLE de France, avec sa conscience collective, son esprit critique, son idéal, de solidarité, alors le libéralisme serait tenu en échec.
 
Mais hélas, cela n’en prend pas le chemin. L’individualisme, favorise l’expansion libérale et son cortège d’injustices, de contournement de lois, de rabaissement du salarié à quantité négligeable et jetable. Tout cela sans sanction, sans impunité, en toute légalité très « border-line »…
 
Seule une prise de conscience des citoyens pourrait arrêter ce cancer, qui va tout détruire, emploi, famille, avenir, espoir… 
 
Recherchons leader charismatique et honnête pour rassemblement citoyen en vue de rétablissement des droits des Français dans notre pays.

Posté par zalandeau à 09:32 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :