23 mai 2016

Mémoires et radotages (47) – CGT, voyous

GSM

La ‘débandade CGTiste’, ai-je dit précédemment… dans le cadre de sa capacité à mobiliser les gens… Il est vrai qu’au sujet de cette loi, ils veulent aller jusqu’au bout, c'est-à-dire jusqu’à l’abrogation totale de la loi… C'est-à-dire ne rien changer… l’immobilisme… au lieu de proposer autre chose... Ah si ! Ils proposent les 32 heures ! N'importe quoi, ces débiles mentaux ! Ils proposeraient de l'essence pour éteindre le feu !  Ils sont jusqu’au-boutistes et cela est très mal perçu par nombre de leurs sympathisants…
 
J’ai d’ailleurs évoqué leur affiche anti-flic, de très mauvais goût, qui les rend suspect d’extrémisme syndical…
 
Par contre, il n’y a pas de débandade quand il s’agit pour cette centrale de bloquer des dépôts de carburants, d’empêcher la circulation et l’approvisionnement… Evidemment, ce sont les seuls encartés purs et durs qui, en groupuscules bloquent ces établissements, sans avoir recours aux sympathisants… Cette attitude de prise en otage des usagers par une minorité, relève plus de procédés de voyous que de défense des salariés…
 
Qu’ils aillent bloquer les ministères, Matignon, l’Élysée… ou ce qu’ils veulent, à condition qu’ils s’en prennent à ceux qui leur font du mal… Beaucoup de gens, n'approuvant pas cette loi, seraient prêts à les soutenir... Mais pas dans des conditions pareilles ! Comment croire qu’ils veuillent défendre une grande partie des Français, quand ils les emmerdent pareillement ?
 
C’est pourquoi je n’ai jamais pu saquer la Confédération Générale Terroriste…

Posté par zalandeau à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 mai 2016

Mémoires et radotages (46) – La débandade CGTiste, loi travail

Écrit leGSM 20 mai 2016.

 
Hier, je suis allé à cette manif par solidarité avec le peuple laborieux qui a justifié toute ma vie professionnelle…
 
60 manifestants à tout casser !
Pour une région de 15000 habitants... ça fait pas derche !
 
Les fonctionnaires brillaient par leur absence (ils ne se sentent pas concernés, leur statut les protège). Quand ils ont besoin de nous, ils savent demander notre aide, mais à l’inverse, les pauvres cons du privés que nous sommes, n’ont eu droit à aucun soutien de qui que ce soit, pas même des personnels hospitaliers, contents il y a un an, de rassembler 1500 personnes pour soutenir « leurs emplois » !...
 
Les salariés des commerces savent que leurs salaires et horaires ne seront pas bouleversés, donc, ils étaient également absents…
 
Les retraités, eux étaient invisibles, à part moi… Que d’égoïsme ! Chacun pour sa gueule ! C’est sans doute ce qu’est devenu la ‘fraternité’, dans notre république déclinante.
 
Mais les salariés des entreprises autres ? A part ceux qui travaillent en horaires décalés... Je crois que d’une part, ils estiment, comme je le pense, que le combat est terminé et perdu d’avance… et que d’autre part, la CGT, seul syndicat à mener la lutte, s’est quelque peu discréditée par l’affiche anti-flics qu’elle a diffusée, il y a quelque jours… Après tout, ça m’arrange, je n’ai jamais pu saquer la CGT !
 
70 % des Français sont contre, mais bien peu sont venus pour manifester leur opposition à cette loi ! 400.000 au niveau national, parait-il, c’est minable !
 
J’ai écouté le discours… lu par un syndicaliste qui bafouillait… lançant que les 32 heures étaient la solution !
N’importe quoi ! Les 35 heures ont suffisamment cassé l’emploi ! « J’ai crié « Houuuu ». Ce n’est pas avec ces propositions démagogiques et chimériques qu’ils se crédibiliseront ! Puis, lorsque le convoi allait s’ébranler, j’ai dit « 60 personnes pour un défilé ? Je ne veux pas me taper la honte ! Je me casse ! »… Et je me suis cassé !
 
Je venais par solidarité avec la classe laborieuse, mais si elle ne se soutient pas elle-même… alors… je n’avais plus rien à foutre là-dedans… Perso, j’ai toujours travaillé 50, 60 heures par semaine, voire plus… Ayant été, dans tous les cas embauché avec une durée de travail « nécessaire à l’exécution des tâches qui m’étaient confiées »… je n’étais pas vraiment concerné… après tout… Sauf pour l'avenir de mes gosses… Mais ceux-ci s’en foutent… Nono, n’avait pas voulu se déranger, malgré mes explications politico-sociales…

Posté par zalandeau à 11:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2016

Mémoires et radotages (21) – Le courage

GSM

Oui, j’ai eu peur… Parce que le courage n’est pas éternel ! Il n’y a pas que des hommes lâches et des hommes courageux… Ce serait trop manichéen ! Il y a aussi des gens qui ont eu du courage dans certaines circonstances et n’en ont pas eu dans d’autres, à certaines époques et pas à d’autres… Le courage n’est pas un acquis… Cela se mérite chaque jour…
 
C’est comme le vertige… J’ai connu un gars qui installait des échafaudages, perché tout en haut, posé d’un pied et accroché d’une main… jusqu’au jour où je l’ai trouvé au pied de l’échafaudage : C’est lui qui accrochait les tubes au bout de la corde… Le vertige était venu d’un coup, un jour… Et le vertige, qu’est-ce, sinon de la peur que l’on ne peut raisonner, irrépressible… La terreur, les tremblements, les suées froides, le blocage complet comme tétanisé…
 
Comme je le comprends ce gus ! J’ai vécu la même chose… Comment ai-je pu aller faire le singe à des hauteurs pareilles sur des bouts de tubes brinquebalants ? Comment ai-je pu sauter par la portière d’un avion ? Comment ai-je pu imposer ma loi à une bande de nègres qui ne rêvaient que de me faire la peau ? Comment ai-je pu mater des mecs comme des armoires à glaces sur les chantiers ? Fallait-il que je sois fou, inconscient, téméraire ?
 
Non, en y réfléchissant bien, je n’étais pas inconscient ni téméraire… J’avais peur mais, j’évaluais les risques, je mettais au point les actions que j’allais mener, je me préparais à contrôler ma peur, puis je contrôlais ma peur, le moment venu… Je me maîtrisais… Je déployais ma volonté plein pot, comme un forcené… Ma force était dans ma voix, dans mon ton, dans la justesse de mon combat, dans ma précision, fut-ce au fusil mitrailleur… En fait tout venait de mon cerveau ! Je serai le plus fort parce que c’est moi ou l’autre… Je serai le plus fort parce qu’il en va de mon emploi… Je serai le plus fort, parce qu’il en va de ma crédibilité…
 
C’était le bon temps, quoi !... Et… le bon temps, c’est fini… Maintenant, je commence à avoir peur et à savoir que je ne saurais plus contrôler la situation… On ne peut pas être et avoir été… Pourtant, j’aimerais avoir encore du courage…
Parce que, non seulement on sait que l’on a plus les moyens de contrôler les situations qui se présenteraient (en matière de force, vivacité d’esprit, etc.…), mais encore, on n’a plus la maîtrise de notre volonté, de notre courage… Tout fout le camp !
 
Et le pire c’est que cette chute est rapide, beaucoup trop rapide…
 
Bordel ! Ça fait chier de vieillir ! Merde !

Posté par zalandeau à 09:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2016

De l’analyse des lois (1)

GSM

Les projets de lois doivent être analysés par les citoyens avant leur adoption. En pratique, je devrais dire « devraient être analysés ». Ce n’est pas le cas ou bien très peu. Par manque de temps, par ignorance, ou incompétence, tant il est vrai que comprendre des textes parfois ardus n’est pas à la portée de tout un chacun.
 
Nous nous retrouvons à chaque fois dans le cas de figure où les élus commentent et interprètent le texte de la loi auprès de l’opinion publique, en le déformant, en le portant aux nues ou en le fustigeant, suivant qu’ils sont dans la majorité ou dans l’opposition. L’extrême mauvaise foi du personnel politique est à la source du capotage de certaines lois qui auraient été excellentes, mais qui sont à jeter parce qu’elles viennent du camp adverse. Inversement combien de lois scélérates ont été adoptées, parce que les scélérats étaient plus nombreux que les autres ?
Ceci est toujours du à une opposition entre deux camps, qui ne veulent surtout pas reconnaître la pertinence d’une idée si elle provient du camp adverse.
 
Un exemple flagrant est l’idée de la TVA sociale. Nous avons eu tous les cas de figures, concernant cette approche nouvelle de la cotisation sociale patronale (qui ne serait pas la panacée, mais pourrait contribuer à un léger rééquilibrage des injustices ‘cotisationnelles’). Depuis l’époque Mitterrand, l’opposition (de droite puis de gauche) l’a proposée, la majorité l’a donc refusée. La majorité (de droite ou de gauche) l’a proposée, l’opposition l’a fait capoter. A chaque fois, cette bonne idée a été enterrée. Elle sert d’épouvantail que l’on agite devant la populace qui se laisse influencer, par ceux qui gueulent les plus forts et surtout par le camp idéologique auquel l’électeur mouton décervelé adhère, sans aucun esprit d’analyse, par simple réflexe de solidarité imbécile.
 
Je me souviens du référendum que de Gaulle avait organisé et perdu d’ailleurs en 1969. Qu’est-ce qu’un référendum, si ce n’est une loi qui passe par le suffrage direct au lieu du suffrage habituellement délégué à ceux que l’on élit pour nous tromper et nous endoctriner ?
 
De Gaulle voulait décentraliser une partie du centre décisionnel du pouvoir, en régionalisant la France.
1) Les conseils régionaux seraient non seulement aptes à décider dans leurs régions respectives, mais ils se réuniraient nationalement pour participer à la discussion des lois nationales, Oeuvrant ainsi comme le fait le Sénat.
2) D’où la nécessité de dissoudre le Sénat sous sa forme actuelle, assemblée de vieillards séniles qui est complètement coupée des réalités du pays.
 
L’ensemble constituait pourtant un lot cohérent (D’autres sont venus depuis. Ils ont fait la régionalisation, mais ils ont conservé le Sénat).
 
Tous les partis de droite ou de gauche et surtout du centre ont conspué à l’époque cette réforme majeure au motif que l’on ne pouvait pas poser une seule question pour deux modifications majeures (Alors que pour le général, l'un n'allait as sans l'autre). Poher, le président du sénat a exercé un prodigieux activisme pour empêcher que l’on supprime la source de revenu sénatoriale. Tous les hommes politiques se sont solidarisés, car les loups ne se mangent pas entre eux.
Le référendum était négatif, de Gaulle ayant mis sont poste en jeu est parti (Il faut bien se dire que ce chantage était de plus l’occasion rêvée pour se débarrasser de cet empêcheur de magouiller en rond qu’était le fondateur de la cinquième république)…
 
Nous avons toujours le Sénat, inutile, et aucune idée territoriale ne remonte au plan national.
 
C’est à chaque fois pareil : Des joutes stériles autour de projets de lois que personne ne comprend ni ne cherche à comprendre, alors que les loups politiques s’acharnent à protéger leurs intérêts en mentant aux moutons. Nous, les moutons; ne nous en apercevons pas, continuant à voter pour nos loups favoris sans comprendre que nous votons contre nous-mêmes…

Posté par zalandeau à 14:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2016

Mémoires et radotages (12) – Enfants (écrit le 26 oct 2015)

GSM

Et maintenant, ce sera à nos enfants de se démerder avec cette gangrène que nous n’avons pas su empêcher, ou plutôt que nos dirigeants ont encouragée… Lesquels ne seront même pas punis… Et pourtant ils mériteraient le poteau d’exécution pour nous avoir livrés à l’ennemi libéral et à l’ennemi rétrograde… Deux factions extrêmes qu’ils auraient du réguler…
 
Notre personnel politique ? Ce sont vraiment des ripoux, des pervers, des saloperies… A quoi nous servent-ils ?... A rien ! Ils ne nous servent pas… mais ils se servent de nous !
 
Quand je pense que le culbuto va aller faire un discours sur le lieu des 43 morts brûlés vifs (Accident 'car de vieux' vs 'camion de bois')…
 
Ça m’a vraiment ému, ce drame… Et il le sait… ils le savent… Il faut à tout prix qu’ils récupèrent cet émoi collectif, histoire de grappiller quelques pourcents de voix supplémentaires que leur politique inepte leur fait perdre…
 
Alors, il va faire semblant de nous jouer du violon « Ah ces pauvres gens calcinés, mémoires des Français, glorieux ancêtres, qui n’ont pas terminés leur vie dans leur lit… Et bla bla bla et bla bla bli »…
Et si on pouvait lire dans son cerveau ainsi que dans ceux de ces ignobles machiavels on y verrait « Merci au hasard de nous avoir fait économiser 40.000 euros de retraites par mois, soit près de 500.000 par an. Ah ! Si 100.000 cars de vieux pouvaient se viander on pourrait rembourser la dette… Et je pourrais alors augmenter ma paye de président de 100%, et je pourrais doubler le nombre de députés, de sénateurs et ainsi de suite, pour privilégier ma caste »…
 
Ah, comme c’est dommage, que les cars de retraités ne se cassent pas plus souvent la gueule pour assouvir les avidités de nos dirigeants imbus de leurs personnes, de leurs privilèges et de leurs images…
 
Personnellement… mon cœur saigne pour ce petit enfant de trois ans… retrouvé carbonisé dans le camion que conduisait son père… Je trouve cela très dramatique… Un enfant, c’est sacré, un enfant, c’est l’innocence et c’est notre avenir, un enfant, c’est ce qui est le meilleur de l’humanité…
Pauvre petit enfant… victime de la connerie et du désintérêt des adultes.

Posté par zalandeau à 12:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


18 février 2016

Mémoires et radotages (11) – Porte ouverte à la barbarie (écrit le 25 oct 2015)

GSM

Quand je pense que la grosse Merkel va donner du fric à la Turquie et veut la faire rentrer dans l’UE… Le but c’est de limiter la venue des réfugiés… C’est n’importe quoi ! Il y aurait alors, non seulement 100 millions de musulmans de plus en Europe, d’un seul coup, avec la proportion d’extrémistes que cela comporte, mais en plus ce serait la porte entièrement ouverte à tout le monde arabe en régression moyenâgeuse et la fin de la civilisation européenne… Il est d’ailleurs inutile de dire que le pognon donné à la Turquie serait engourdi pour tous autres usages corruptifs que la fixation des migrants…
 
Notre avenir sur ces hypothèses ? Travail au black… Plus de smic, plus de travail, plus de sécu, plus de retraites, plus de revenus pour les indigènes que nous sommes… Catholiques, protestants, athées feront la prière à Allah et le ramadan. Finis, la musique, le cinéma, les spectacles autres qu’islamiste. L’alcool, interdit à la consommation servira seulement pour nettoyer les plaies des gens amputés suite à l’application de la charia… Ahhhh, quel bel avenir nous préparent les grands de ce monde… Sont-ils imbéciles ou d’incorrigibles rêveurs, ou alors des traitres pervers ? Je crois plutôt à la dernière hypothèse…
 
J’exagère ? Il suffit de regarder autour de nous : Certaines cafétéria ne servent plus de porc au menu. Il y a un dictat de la religion musulmane sur toute notre société. Et nos imprécations de laïcisation des musulmans restent de plus en plus lettres mortes…
Tout cela à cause de la préférence que nos autorités donnent aux musulmans, soi-disant pour rétablir l’équilibre, mais en fait pour museler la population indigène Française, la rendre plus docile et plus corvéable à merci…
 
Et puis la charia… Décapité-crucifié… après tout… c’est pas si terrible, une fois mort…
 
Trêve de plaisanterie… Quand, à quel moment, nos bo-bos redescendront-ils sur terre ? Quand verront-ils que leur intérêt c’est aussi celui de leurs concitoyens… Quand considéreront-ils que "LIBERTÉ, EGALITÉ, FRATERNITÉ", cela s’applique aussi à eux ? Et donc, qu’ils ne doivent pas en exonérer les immigrants…
 
En conséquence, ils ne doivent pas sacrifier la France périphérique au simple prétexte qu’ils ne la perçoivent pas, les yeux embrumés par leur confort étriqué et éphémère.
 
De toute façon s’il y avait une fraction de l’immigration à diminuer drastiquement, ce n’est pas la partie de réfugiés de guerre, dont nous devons protéger la vie, car je crois que c’est là notre devoir sacré… Mais plutôt les autres… Tous les autres qui arrivent du continent Africain par simple esprit de lucre, de profit… Que ce soit les clandestins que nous devrions raccompagner chez eux, ou que ce soit ceux qui viennent en faux touristes mais en vrais pique-assiettes au nom de quelque regroupement familial bidon…
 
Trop d’immigrants musulmans et forcément contenant des individus porteurs de cette idéologie barbare… Qu’ils soint « porteurs sains », ou déjà contaminés par le virus salafiste… C’est nous condamner à mort nous-mêmes, c’est nous suicider… Dans la mesure où ils ne s'intègrent pas, ce qui est de plus en plus le cas, hélas...
 
Il y a plusieurs décennies, ces populations s’intégraient bien à notre société. Maintenant, une fraction de plus en plus importante ne s’intègre pas et font germer des îlots de plus en plus importants d’intégrisme qui se perpétuent et s’étendent… 90 % des fatmas sont voilées, maintenant… Merci, à ces messieurs de la gôôche, avec leurs idéaux humanistes complètement déconnectés de la réalité et dont je crois qu'ils ne sont qu'un prétexte pour déstructurer la société Française … Merci aux Z’UMP (qui ont changé de nom, tellement ils ont honte de ce qu’ils ont fait et laissé faire), ils ne valent pas mieux…

Posté par zalandeau à 11:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

14 février 2016

Mémoire et radotages (33) – La société

GSM

Enfin, bref, peu importe ce que l’on croit… L’important, c’est d’avoir l’esprit droit et honnête, de bonnes intentions et des actes en conformité avec ces dernières… Parce que, quand je pense aux profiteurs, aux escrocs, aux malfaisants qui fréquentent les églises, je me dis que l’habit ne fait vraiment pas le moine. C’est de cela que les religions ont toujours souffert : Elles ne savent pas trier le bon grain de l’ivraie… Je ne crois définitivement pas aux religions !
 
Aimer son prochain, c’est aimer Dieu… C’est ce que je crois. Comme je l’ai déjà dit : Aide-toi, le ciel t’aidera. Aide les autres, mais ne te fais pas baiser la gueule : "Trop bon, trop con", dit-on !
Le monde est plein de pervers… Ne tends pas l’autre joue à celui qui t’a giflé ; Fous-lui plutôt un bon marron dans la tronche ! Car, autant je suis pour que l’on n’enfonce pas les faibles et les opprimés,  mais que l’on doive tout faire pour les aider, autant je crois, qu’il faille neutraliser les mauvais, les pervers, les psychopathes, les loups déguisés avec une peau de mouton, ceux qui auraient tendance à profiter des pauvres gens, des gens trop gentils, trop naïfs…
 
Le tri ! C’est cela le problème essentiel de la société : Comment faire le tri des bons et des mauvais ? C’est pourtant ce qu’essaye de faire la société à travers ses institutions policières et judiciaires, ses constitutions, ses ‘droits de l’homme’ plus ou moins bafoués, plus ou moins adaptés aux circonstances, son droit social plus ou moins existant suivant les pays…
 
Malgré cet arsenal, bien des problèmes persistent… Notamment, ce droit à avoir un travail, ce droit à vivre tout simplement, que l’évolution actuelle remet constamment en cause, à cause de la voracité de certains, dans des domaines, où tout simplement les institutions régaliennes ne peuvent rien à ce jour... Il est du domaine du politique de régler ces problèmes nouveaux d’équité sociétale… Enfin, je devrais dire ‘il serait du domaine’… Mais on le voit bien : Le personnel politique est du coté des pervers, des escrocs, des mauvais… tout simplement parce qu’il est lui-même inscrit dans cette caste de profiteurs…
L’Homo-politicus est plus souvent du coté du manche que du coté de la cognée…
 
C’est pour cela que nous refusons de plus en plus d’être représentés par ces guignols, pitoyables acteurs, tant leurs pantalonnades ne font plus rire personne, ou bien alors, de façon si grinçante…
 
Nous n’avons affaire qu’à des tenants du privilège, même dans la gauche actuellement au pouvoir !
Ou alors parfois à ces extrémistes de l’égalité pour tous, qui sont prêt, par bons sentiments ou imbécilité, sous couvert de bonnes intentions, à donner ce qui ne leur appartient pas à ceux qui ne le méritent pas… Qu’ils tendent leurs propres joues, ces gauchistes rouges ou verts, c’est leur problème, mais qu’ils ne fassent pas tendre la joue de tous les citoyens. Solidarité, oui, mais pas avec n’importe qui (voyous, criminels, terroristes) ! Personnellement je m’y refuse.
 
Que cette #@*&§ de garde des sots, indépendantiste notoire, partisane de la dépénalisation des criminels et inversant tous les critères de l’égalité et de la justice soit enfin partie… il n’était que temps !
Et tous ces verts, tellement dogmatiques, qu’ils en oublient la réalité du quotidien des gens réels. L’écologie, c’est d’abord l’humain !
 
Donc, en fin de compte, le seul constat est que nous n’avons pas le personnel politique adapté à notre société actuelle, qu’il n’est pas à la hauteur des enjeux de l’évolution à venir… qui sera funeste, alors que l’humain, n’a jamais eu autant de moyens et de richesses à sa disposition…
 
Ce n’est pas gai, tout ça…

Posté par zalandeau à 10:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2016

Mémoires et radotages (10) – Europe de merde

GSM

A quoi donc nous sert cette Europe ? Quand j’étais jeune, moi aussi, je la voulais cette Europe, sorte d’état fédéral, ou bien sorte d’union des peuples. Nous aurions eu un président de l’union, des ministres européens, une sécurité sociale, une armée, un smic commun, de la même façon que l’Allemagne de l’ouest a intégré l’ancienne Allemagne de l’est… C’était cela auquel je m’attendais… Hélas, ce n’était pas cela l’idée de ces dirigeants de pacotille. Leur idée, c’était de faire une arme anti sociale, anti syndicat, anti salariat, anti progrés… Et à la place de faire une Europe du capital, du patronat, du bénéfice, de l’enrichissement pendant que le peuple se paupérise, se ‘corvéabilise’ à merci… Oui c’était cela, leur but ! On nous l’a mis bien profond !...
 
Et dire qu’il y a encore plein de gens, valets de ce libéralisme dont ils ne perçoivent même pas qu’ils en sont les larbins, pour dire et répéter comme de vieux phonos aux disques rayés « Oui, mais grâce à l’Europe nous n’avons pas eu de guerre »…
 
Bande de pauvres imbéciles… Quand un père de famille perd son emploi, que sa femme divorce, qu’il devient SDF et dort sur un banc, qu’il cache à ses enfants ce qu’il est devenu, par honte… C’est quoi, comme violence ? C’est le résultat d’une guerre économique dans laquelle la délocalisation est l’arme de destruction massive. Les pertes humaines sont les chômeurs, les gens au RSA, les 150000 SDF, les millions de personnes paupérisées vivant sous le seuil de pauvreté.
 
Quand on ose nous parler de réfugiés (quelques dizaines de milliers, oui mais par an), qui se rajoutent aux 200000 immigrés officiels dont on ne parle pas, ainsi qu’aux 150000 immigrés clandestins… On oublie de dire qu'une grande partie de ces nouveaux arrivants ne trouvent pas de travail et que nombre d’entre eux n’en recherchent pas pour la bonne raison qu’ils préfèrent profiter de l’aumône que les fonds publics leur dispense sur le dos des plus pauvres des Français, déjà fortement touchés par la misère et dont on veut encore réduire les prestations…
 
Et ce ne serait pas une guerre, dans laquelle nous sommes ? Et le petit peuple Français n’est-il pas en train de la perdre cette guerre en en subissant tous les dommages ?
Et l’insécurité ? Et la colonisation de nos ‘quartiers’ par des idéologies barbares et arriérées, ce n’est pas une invasion et un asservissement, un supplément de privation de notre liberté et de notre droit à vivre dignement ?
 
On a évité la guerre… Mais elle est là à nos portes larvée, incessante, elle progresse sans cesse… Et ceux-là, cette bande de perroquets, quand leurs quartiers préservés jusqu’à présent seront touchés… Ils déchanteront, mais il sera bien trop tard…
 
A moins… Ah moins qu’un sursaut national, nous fasse nous lever, pour refuser ce funeste destin, nous fasse démolir et reconstruire le système européen sur des bases saines cette fois.
A moins que nos nouveaux dirigeants contrôlent et régulent l’immigration afin que l’intégration aux principes de notre république, voire à ceux d’une ‘république européenne’ se fasse sainement, tandis que nous aiderions les ressortissants des pays pauvres ou en guerre à vaincre leurs oppresseurs  et à développer leur activité chez eux… Ce qui supposerait un partenariat avec ces peuples, au lieu de l’habituel pillage de leurs richesses dont nous sommes coutumiers…

Posté par zalandeau à 20:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2016

Mémoires et radotages (7) - Pays décadent

GSM

Il faut le dire tout net, nous n’avons plus la maîtrise de notre destin ! Nous avons donné le pouvoir à des gens qui l’ont donné à l’Europe (c'est-à-dire un machin qui n’existe pas, bancal, illogique, mal conçu, sans responsabilité, dirigé par des gens à la solde de la banque centrale américaine et non aux couillons d’européens que nous sommes)…
 
Nous sommes passés du droit des peuples au droit des banques.
 
Le pouvoir est aux mains d’une élite non élue, à laquelle nos dirigeants élus ont délégué toutes responsabilités.
 
Notre démocratie soi-disant représentative est une imposture, puisque l’alternance d’un quasi bipartisme se fait par dépit d’un parti à l’autre avec les mêmes objectifs : Casser le salariat et établir la loi de la jungle si profitable aux puissants…
 
Le vote pourra-t-il nous faire sortir de ce cycle infernal ? Ce n’est pas certain. La professionnalisation de la politique empêche la venue d’idées nouvelles, ces élites étant formatées dans le même moule d’un libéralisme si bon pour conserver les privilèges consanguins des pourris de la terre.
 
Il n’y a une continuité que dans ces soi-disant alternances, à quelques détails près. Un parti bloque les idées de l’autre et inversement. Jeu de duettiste qui ne fait plus rire personne… Et pourtant nous avons pleins d’exemples dans notre histoire passée d’une bonne gouvernance…
 
Ces élites dans notre pays se croient, et les événements leur donnent raison, au-dessus de toute loi, lesquelles seraient seulement applicable aux autres… Nous sommes en France, dans la monarchie de droit absolu…
 
Qui va nous en sortir ? Doit-on cesser de voter, au risque qu’ils suppriment le vote et dévoilent enfin leurs vrais visages d’oligarques ? Faut-il une nouvelle révolution ? Si ! Mais le problème est que plus personne n’a l’envie de la faire… Vieux peuple sclérosé, engoncé dans ses habitudes… Pauvre France…

Posté par zalandeau à 11:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2016

Mémoire et radotages (29) – Cologne (Koln)

GSM

On a commencé par voir ce petit enfant mort sur une plage d’Asie mineure… Émouvant au plus haut point… Puis on a vu ces familles entières, bien élevées, médecins, ingénieurs, parlant l’Anglais, l’Allemand ou le Français, qui venaient demander asile, cherchant à protéger la vie de leurs êtres chers… C’était très poignant !...
 
Mais les journalistes, toujours en recherche de sensations… et l’émotion est une sensation très puissante qui augmente l’audience et les tirages… je dirais même la seule sensation qui parvienne à ce résultat… ces journalistes, comme toujours, ont omis de nous montrer la totalité de ces migrants… Faisant les affaires de cette ultra-gauche politiquement correcte, toujours prompte à donner l’argent de l’état, l’argent des autres, l’argent qui ne sort pas forcément de sa poche, à ces réfugiés en grande détresse, plutôt qu’à nos SDF victimes de la mondialisation et qui accorde tant d'indulgence qu'elle est prête à gommer crimes et délits dont sont coupables ses chouchous, crachant ainsi sur ses propres principes fondateurs…
 
Or dans toute société, qu’elle soit syrienne, française ou afghane, il n’y a pas que des personnes bon-chic bon-genre… Il y a beaucoup de marginaux, de voyous, de gens intéressés, veules… De gens qui, comme la famille de Léonarda, viennent en occident pour prendre, pour se servir et qui considèrent qu’ils ont tous les droits et aucun devoir…
 
Les plus racailles sont également présents, dans le registre délits et crime… On ne les avait pas envisagés, bien que brièvement, on ait évoqué, la possibilité du transit de terroristes incognito…
 
Et bien on peut le dire, il n’y a pas que des terroristes ou des gens bien, qui passent les frontières européennes…
 
On l’a vu à Cologne, à la saint sylvestre ! Agressions sexuelles, délits et crimes commis par des migrants… Une police locale débordée et tétanisée par le slogan officiel qui tend à ne pas remettre en question la politique migratoire de la Merkel… et donc, à laisser faire…
 
Total… Un retournement d’une partie des opinions publiques quant à ces réfugiés, dont certains sont un véritable danger pour nos démocraties…
 
Comme quoi, la naïveté et les bons sentiments, il ne faut pas trop en jouer, sous peine d’obtenir le contraire, à la moindre désillusion… Personnellement je me doutais de tout cela… D’ailleurs, cela fait longtemps que nos gouvernements, nos institutions tant judiciaires que policières sont obligées, par les discours officiels, à être « borgnes », à ne voir que d’un œil : celui qui ne verrait que le bon coté des choses…
 
Or le mauvais coté l’emporte toujours, quoiqu’on fasse… Parce que c’est la nature humaine : Tends la main et on te prend le bras, accueille et on te parasite, ouvre les bras et on te saigne…
Pourquoi ce monde qui vient chez nous serait-il différent du nôtre ? Pourquoi serait-il dénué de mauvaises intentions, d’envies de profiter, de perversion, d’intentions criminelles ?
Ajouté à cela que ces populations, dont la culture est souvent très différente de la nôtre, surtout dans les classes « malaisées » (non aisées), très axée sur des croyances d’un autre temps, sont un fardeau et un danger pour notre modèle de société laïque, républicaine et relativement libertaire…
 
Alors, je crois qu’il faudrait que les gens réfléchissent plus loin que le bout de leur nez… Ce n’est pas à la portée de tout le monde…

Posté par zalandeau à 12:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :