06 novembre 2016

• "ACHTUNG KONTROLLE" URSSAF A ISSY LES MOULINEAUX

GSM

Je me souviens, avec délice...
 
Ce matin du 17 juin 2008, à 9h30, 4 employés de l'Urssaf, une trentaine de fonctionnaires de la police nationale et une centaine de CRS ont investi et encerclé le chantier (futur siège de Microsoft-France).
Tout le personnel a été descendu au rez de chaussée.
 
Contrôle de la régularité des emplois, puis contrôle des papiers de tous.
 
Tout le personnel, même après contrôle, a été parqué jusqu'à 13h45...
Une jeune fille, ouvrière Française, s'est évanouie, bien qu'elle ait dit aux forces de l'ordre qu'elle se sentait mal. (Là ils attigent un peu avec les gens en règle, quand même !)...
 
Une fois le contrôle effectué, une brigade cynophile a exploré tous les étages du chantier...
 
La police a arrêté 28 personnes, qu'elle a enchainées avec des menottes, les uns aux autres, autour d'un poteau en béton...
 
Nous (le personnel de la société de pilotage et coordination qui m'employait), après être descendus de nos bureaux à 12h30, soit 3 heures après l'ordre intimé par la force publique et encore uniquement parce que c'était l'heure de la coupure et que nous avions faim, après avoir décliné nos identités qui ont été vérifiées par une simple communication téléphonique, sans montrer aucun papier, sommes partis manger, sans autre forme de procès. Je suis passé en premier, porteur d'une mâle assurance... Peut-être que ma veste de para leur a donné confiance ? C'est quand même bizarre d'avoir été la seule boite à n'avoir pas subi le sort des autres. Peut être a-t-il été estimé que des planificateurs ne pouvaient avoir de responsabilité dans l'irrégularité des personnels ? Ou bien le fait d'être descendu 3 heures après l'ordre reçu les a-t-il impressionnés ? Ou bien la descente a-t-elle été initiée par un de mes collègues qui aurait dénoncé ? Ou bien ???... Enfin, je le jure, le délateur c'était pas moi pour cette fois ! Enfin, tant mieux ! Personnellement je bichais comme un vieux pou, content de cette sorte d'aura que je portais à ce moment-là et des visages grimaçants des cadres de chez Bouygues qui rageaient intérieurement...
 
Même ces empaffés du bureau de Maitrise d'œuvre ont été parqués comme des bêtes. Ca c'était encore plus jouissif et je n'ai pas manqué de leur adresser un large sourire alors qu'ils nous regardaient avec une fureur non dissimulée...
 
CONTRÔLE EFFICACE (pour tous les autres) ? Mais à quel prix ? 4 heures sous le soleil !!! L'insolation les a menacés gravement...
 
28 suspects arrêtés, 9 retenus comme sans-papiers employés par BOUYGUES (comme toujours), c'est très bien... Mais cela doit-il conduire à garder 200 personnes (dont beaucoup de personnels de bureau parfaitement innocents et beaucoup d'ouvriers de second oeuvre parfaitement en règle) serrées sous le soleil, entourés de CRS mitraillettes MP5 en mains, sans boire, sans possibilité d'aller aux toilettes, alors même qu'elles ont été contrôlées ??? Il a du y avoir des gonzesses qui ont du pisser dans leur string...
 
Ausweiss !
 
Gestapo ? Nein ! Französische Polizei !
(Police Française...)
 
Ceci dit, je me souviens avec délice, des cadres (directeur de travaux et directeur de région fort malencontreusement en visite ce jour là) de l'entreprise Bouygues retenus comme des malfrats... Ils n'ont qu'à pas employer de personnel sans-papiers et non déclarés. Ça leur a fait les pieds. Et encore c'est bien peu par rapport à ce qu'ils volent à la société Française !!! (Parce qu'il faut savoir que nos impôts financent en grande partie les dossiers de réclamations financières déposés par Bouygues à la fin de chaque chantier de marché public !)... Nous les avons superbement ignorés, tandis que leurs regards haineux se posaient sur nous... Et moi... j'étais le seul qui les narguait ouvertement... On prend son plaisir comme on peut...

Posté par zalandeau à 09:48 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


05 novembre 2016

Ecologistes de mes deux !

GSM

Nos dirigeants n’ont qu’une idée en tête : Éradiquer l’automobile.
 
-Que ce soit au niveau du permis de conduire, pour lequel toutes les difficultés possibles et imaginables sont dressées pour faire baisser le nombre de ceux qui atteignent l'ancien petit papier rose magique (questions pièges du genre que posait Lawrence Riesner à Jean Yanne dans le sketch du ‘permis de conduire’, manque d’examinateurs, délais de représentation interminables)
-Que ce soit au sujet de l’assurance, véritable fardeau financier pour notre jeunesse
-Que ce soit sur la question du stationnement drastiquement diminué par des mobiliers urbains dont la fonction n’est que de tuer la circulation automobile, sur les parcmètres, véritable racket dont les dépassements sont de plus en plus lourdement sanctionnés en signe de culpabilisation de ceux dont on ne veut plus voir les véhicules dans les rues de nos cités…
 
Le résultat est un effondrement progressif de l’industrie automobile.
 
Que les cadors de l’écologie soient conscients de leurs responsabilités dans la stagnation de notre PIB et dans ‘l’inemployabilité’ des compétences !
 
Car ils sont de plus, responsables du fait que de nombreux jeunes n’aient plus le permis.
Pas grave ? Non, si ce n’était que ces mêmes jeunes sont la plupart du temps sans emploi, parce que les gisements d’emplois sont situés dans les grandes villes et qu’ils n’y résident pas, parce qu’il n’y a pas moyen d’y stationner et parce que les loyers y sont rares et hors de prix…
 
Messieurs et dames écologistes de mes deux, pourquoi sacrifiez-vous nos enfants ? Sacrifiez donc les vôtres, si toutefois votre idéologie passe avant votre amour parental…
 
Pendant ce temps, vous polluez la planète en roulant dans des 4x4, en filmant la planète en hélicoptère. Votre idée imbécile est « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ».
 
Sachez que si certains ont les moyens ou la chance d’avoir un emploi pas loin de leur domicile, ou du moins, accessible facilement par des transports en commun existants, beaucoup d’autres n’ont pas cette chance !
 
La plupart du temps, rien n’existe ! De plus, vous continuez à laisser fermer des lignes de transport en commun au lieu d’en créer et ce n’est pas la loi Macron qui va arranger les choses, car transférer des parcours du public au privé, ne crée pas de nouvelles lignes de desserte.
 
Vous ne créez aucun parking périphérique. Les parkings souterrains dans les métropoles régionales, concédés à Vinci, sont à des prix prohibitifs (prix à la journée atteignant le salaire gagné par le travailleur), créant ainsi un impôt sur le droit à travailler, véritable taille et gabelle des temps modernes…
 
Tout cela, vous le laissez faire, parce que la dignité du droit à l’emploi pour le peuple périphérique, n’est pas votre soucis. Seule votre idéologie est importante pour vous, dans la mesure où vous échappez à ce que vous faites subir aux autres…
 
« Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais » : Je hais les écologistes qui veulent préserver tout, sauf l’humain… Vous recréez des classes sociales en dressant des barrières, mais en restant du bon coté. Quand on déconstruit la société, il faut penser d'abord à créer les moyens de remplacement, sans égoïsme, mais avec humanité.
 
On sauve le loup et on tue l’homme ! La véritable écologie est de préserver l’homme à long terme. A quoi servirait une terre intacte sans humains ? Si bien sûr, cela vous servirait si vous faisiez partie des survivants ; c’est votre rêve inavoué et égoïste…
 
On ne protège pas la nature pour elle-même. On protège la nature pour protéger l’homme. Pas plus !

Posté par zalandeau à 09:19 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2016

Espèce humaine, espèce marchande ?

GSM

Comment espérer encore de l’espèce humaine ?... Comment ne pas sombrer dans la mélancolie, devant les préoccupations futiles de nos semblables ?
 
L’exemple, le mauvais exemple, vient d’en haut…
Quand on regarde aux informations télévisées pour la première fois, le 7 octobre 2009, les dégâts provoqués par les tempêtes tropicales en Afrique de l’ouest et du centre en date du 5 septembre, c'est-à-dire un mois après des évènements réels, qui font des dizaines de milliers de sans-abris, à la recherche de vivres et d’eau potable, à la merci d’épidémies et que, de plus, le traitement de cette « actualité » à retardement, prend moins de temps d’antenne que le reportage dédié au défilé de Louis Vuitton, ou même que celui de Karl Laggersfeld !!!… Dois-je finir ma phase ? On est soufflé, estomaqué, on reste sans voix !!!
 
Journalistes, directeurs de rédactions, propriétaires de médias, n’avez-vous pas honte ?... Je sais bien que non. Ce n’est pas la conscience qui vous étouffe…
 
Les petits « négs » qui souffrent, n’intéressent pas autant que ces monuments de futilité et d’inutilité dédiés à la gloire de l’argent-roi…
 
Lorsque le mal-vivre est orchestré par des dirigeants sans âme, au point que les salariés ne trouvent de solution que dans la suppression de leur propre existence, qu’ils se sacrifient comme ils casseraient l’outil de travail, persuadés qu’ils ne sont plus considérés comme des êtres mais comme des rossignols mis au rebut sans recyclage…
 
Je ne pose même pas la question de la honte présumée de ces casseurs de salariat, pour qui le montant de leur rémunération prévaut seul, sur le devenir de ceux qu’ils poussent hors de l’avion, sans parachute doré, sans parachute tout court…
 
Quand pour sauver la face le roi-président fait sauter le fusible, avant que la pression médiatique ne monte, saupoudrant la poudre aux yeux de son humanisme de façade… J’ai même honte pour lui, honte pour ceux qui l’ont élu, honte pour la mémoire des suicidés de France-Télécom…
 
Quand je vois à la tête d’une nation sensément démocratique, un petit malfaisant avec des talonnettes et des tics, sans carrure historique, complexé, dès sa plus tendre enfance, par ses frères, par ses collègues de classe et qui, toujours malade de ce complexe, se défoule en colères et anathèmes, sur ceux qui ont le malheur de lui déplaire, comme s’il voulait leur rendre ce qu’il a subit dans son enfance et l’a figé dans cette attitude d’enfant éternellement insatisfait des autres qu’il rend responsables de ses tourments… Quand je vois, qu’on ne peut chasser cet intrus et le faire enfermer dans un  asile psychiatrique… Quand je vois qu'il se représente, sans honte, avec cette seule motivation : son égo surdimensionné... J’ai honte pour notre pays, pour ses habitants et pour moi-même…

Posté par zalandeau à 09:33 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2016

De l’origine de l’indifférence

GSM

Je crois que nos hussards de la république ne sont plus ce qu’ils étaient, ne sont pas ce qu’ils devraient être et ne font pas ce qu’ils devraient faire…
 
Ils se plaignent d’être malmenés, non respectés
Mais ils en sont la première des causes.
 
Les hussards noirs de la république avaient appris à nos grands parents et à nos parents, les devoirs du citoyen, ont inculqué le patriotisme.
Maintenant, ils n’enseignent plus l’hymne national, ni l’hymne européen, ni les chants révolutionnaire qui nous ont structuré.
Ils refusent de lire la lettre de Guy Môquet
 
Dans le passé, nos enseignants étaient déjà de gauche, mais une gauche qui avait à cœur d’enseigner les valeurs de la république, les valeurs de notre destin national.
 
Maintenant, ils sont toujours de gauche. Mais la gauche a changé. Leurs valeurs sont davantage tournées vers la liberté individuelle, le laisser faire.
Ils n’enseignent pas la Marseillaise, parce que cela fait Nationaliste, Lepéniste !
Être fier d’être Français, n’implique pas d’être nationaliste. Mais allez expliquer ça à des gens qui ont une idée toute faite sur la vie, à des gens qui sont imbus de leur métier et à l’abri des aléas de la vie de par leur fonctionnariat.
 
La seule façon d’unifier les Français, c’est dès la petite école, de leur réapprendre que nous appartenons à une Patrie au destin glorieux et de plus à l’Europe, qui est notre devenir collectif et fraternel.
 
Il faut ré enseigner, la morale, l’histoire, les hymnes patriotiques qui fondèrent notre République, si on veut commencer, à réduire la fracture sociale.
 
Le jour où les enfants auront pleine conscience de ce que signifient : Amour de la patrie, Liberté, Egalité et Fraternité, je crois que l’on pourra enfin songer à un avenir commun collectif, à une volonté d’entraide, à une générosité spontanée, à une ouverture vers l’autre…
 
Mesdames et Messieurs les enseignants, vous faites fausse route, en croyant qu’abandonner ces vieilles valeurs va améliorer la société. C’est tout le contraire.
Votre négationnisme, votre anarchisme, vos préjugés imbéciles, votre indolence conduisent à l’égoïsme, l’individualisme, l’indifférence et au libéralisme.
 
Par votre attitude, vous faites le lit de ce libéralisme qui est une forme extrême du capitalisme, que vous refusez, pourtant.
 
Vous êtes par votre absence en classe, les collaborateurs de cette mondialisation financière, qui va tous nous broyer…
 
Professeurs, je ne vous fais pas mes compliments…

Posté par zalandeau à 09:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

23 septembre 2016

Manipulation de masse

GSMPetite

N.D.L.R. : Pour avoir eu connaissance du contenu des études enseignées à l'ENA, je valide le texte écrit par un auteur inconnu

 

Un cours largement enseigné à l’ENA et dont les anciens élèves tirent le plus grand profit.

 

Les dix stratégies de manipulation de masses

Le philosophe nord-américain Noam Chomsky, activiste et penseur politique, professeur de linguistique au Massachusetts Institute of Technology où il a enseigné toute sa carrière, a fondé la linguistique générative. Il s'est fait connaître du grand public, à la fois dans son pays et à l'étranger, par son parcours d'intellectuel engagé. Il a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les médias. Elle détaille l’éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu’à maintenir le public dans l’ignorance et la médiocrité.
 
1. La stratégie de la distraction
Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
(Le foot, les jeux olympiques, Johnny, etc) ["Panem et circenses" "Donnez leur du pain et des jeux !"].
 
2. Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté.
(Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.).
 
3/ La stratégie de la dégradation
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.
(Baisse des retraites et allongement de la durée du travail).
 
4. La stratégie du différé
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme «douloureuse mais nécessaire», en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite.
Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.
(L’augmentation importante de la pression fiscale ne s’est pas faite avant les élections de 2012).
 
5. S’’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant.
Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
(Les français sont trop gros, trop gros, trop gros ... Les boissons sucrées sont surtaxées : nous les paierons plus cher).
 
6. Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion
Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements
(La terre se réchauffe dangereusement du fait des seules activités humaines (sic), ce sera terrible pour nos enfants : les carburants sont encore plus taxés).
 
7. Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise
Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
(80 % des élèves des universités ou des grandes écoles sont issus des classes moyenne ou supérieure).
 
8. Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte
(Voir certaines émissions de TV particulièrement populaires).
 
9. Remplacer la révolte par la culpabilité
Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!..
(Vous êtes au chômage par manque de formation !: suivez un stage et tout ira mieux).
 
10. Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie et la psychologie appliquée, le «système» est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.
(Pourquoi croyez-vous que les grands politiques utilisent et payent largement des instituts importants des sciences humaines ou des grandes sociétés de publicité ce qui revient au même).
 
Peu importe la couleur politique, voilà comment nos chers dirigeants nous manipulent !

 

Posté par zalandeau à 09:10 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


14 septembre 2016

Justice de m… (3)

GSM

Suite de :

Justice de m.... (1)

Justice de m… (2)
 
Qui pourrait m’expliquer pourquoi dans une affaire opposant un patron et un salarié, le patron l’emporte toujours à Paris, tandis que le salarié gagne toujours à Bobigny ?
 
Est-il normal que la justice soit de gauche ou de droite ? N’est-ce pas bafouer l’idée même de justice, si la partialité est le moteur d’une institution qui se voudrait garante de l’égalité des citoyens devant la loi ?
 
Pourquoi le syndicat de la magistrature est-il si puissant qu'il impose son orientation ultra-gauchiste au point d'orienter l'application des lois par plus de laxisme pour certains délinquants et une sévérité confinant à l'acharnement pour certains autres ?
 
Pourquoi la magistrature est-t-elle infiltrée, comme le reste des institutions, par la Franc-maçonnerie et ses idées chimériques de pouvoir universel et rend des verdicts coupés du monde réel ?

Posté par zalandeau à 09:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2016

Mémoires et radotages (64) – Macron, un ministre, trahirait ? Pas possible !

GSM

Je viens de recevoir en courriel, un sondage sur « MesOpinions.com », intitulé « Macron a-t-il trahi François Hollande ? »… Je rigole, mais alors… à gorge déployée !... Je n'ouvre même pas le mail ! Cela servirait à quoi ? Je me demande…
 
Voyons voir Machin trahit Truc et Chose, Chose trahit Machin et Glandu, Truc trahit Dugland, Duchnok, Duchmoll et Ducon… Duchnok trahit… Il y en a trop !
 
Bon j’étais en train de répertorier les hommes politiques en vue, afin de déterminer lequel trahissait ou avait trahi qui et quand… Pffff ! Tâche ardue ! Tous, tous, tous !
 
Je crois que le plus simple, c’est de chercher à savoir qui n’a trahi personne ?... Silence dans les rangs…
 
Et bien, il n’y a personne qui n’ait trahi personne…
 
De plus, il y en a qui ont trahi les Français… De la trahison de masse… C’est fantastique ! Sarkozy, Hollande, sans citer de nom ! Mais en même temps, c’est dégoûtant !
 
Cela montre quand même la nature de l’homo politicus… Ne leur serre pas la main, ou alors serre leur les deux mains en même temps… Histoire de vérifier qu’ils n’ont pas un couteau dans une main pour te poignarder dans le dos…
 
Il y en a peut-être trois ou quatre qui n’ont à ma connaissance trahi personne… certainement parce que je n’ai pas été mis au courant, les faits n’ayant pas été médiatisés…
 
Alors, la question de « MesOpinions.com »… Je la trouve superflue et bien naïve…

Posté par zalandeau à 09:53 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2016

Le harceleur égotique manipulateur (et pervers)

GSM

Malgré le peu d'envie que j'ai de me remémorer les pourris que j'ai pu croiser dans ma vie, je crois que le temps vient à ce que je décrive quelques pervers, traitres, manipulateurs, afin d'exorciser en quelque sorte les ondes négatives dont ils m'ont irradié. De temps à autre je raconterai l'un d'eux, en espérant toutefois ne pas susciter de vocation...
 
Le harcèlement peut prendre diverses formes, le génie de la perversion humaine étant infini...
 
Il s'agit cette fois d'un type qui vous balance des trucs, dont la démonstration est tendancieuse, des affirmations remplies de sophismes (c'est-à-dire qu’il part d’éléments vrais pour démontrer des idées fausses, que j'appellerai technique Jean-François Copé), sur un ton péremptoire.
 
Si vous lui répondez en démontant ses faux arguments, cela va vous prendre beaucoup de temps et d’énergie. Il est particulièrement difficile de démontrer que quelque chose est faux. Pour 10 lignes d’affirmations mensongères, il faudrait 10 pages de démonstrations… Et quand vous y parvenez, il pratique la rediffusion des mêmes propos en changeant légèrement la forme… Donc, il parvient à vous saouler avec ses démonstrations à la con, complètement stériles et qui ne vous intéressent pas, parce que sans intérêt.
 
A un moment, vous vous dites, que le meilleur moyen, c’est soit de faire comme lui, contre-attaquer sur autre chose, ou soit de choisir de ne pas lui répondre... Dans ces deux cas, il vous dit que vous esquivez les réponses et tâche de vous déstabiliser en vous faisant passer pour un pleutre ou un imbécile, tout en se donnant le beau rôle de la victime offensée (alors que, léger détail, c’est lui qui pénètre dans votre intimité et qui vous agresse)…
Ah oui ! J’oubliais de dire qu’il faut un auditoire au harceleur de type égotique, pour faire briller son esprit de mille feux (enfin du moins le croit-il)…
 
On ne peut faire comprendre à un harceleur que l’on ne veut pas discuter avec lui, parce qu’on discuterait dans le vide. On ne peut davantage lui faire comprendre que les donneurs de leçons ne sont pas les bienvenus.
 
Pourquoi ?
Parce que la seule raison de vivre du harceleur est de harceler, donc de ne pas respecter les gens. Et lorsqu’il invoque sa « liberté » de parler ou d’écrire, il oublie carrément notre liberté de ne pas l’écouter, de ne pas le lire ou de ne pas lui écrire. Voilà le grand sophisme de son raisonnement. Il se donne toutes les libertés dans l’espace des autres en leur refusant leur propre liberté.
Car le harceleur ne se contente pas de son espace privé, il n’y trouve personne à harceler, car chacun respecte ce qu’il dit.
Et si encore, il tenait des propos réservés et bienséants, il serait admis à toutes les tables, car toutes les opinions sont les bienvenues lorsqu’elles sont sincères… Mais ce n’est pas cela qu’il recherche… Ce qu’il recherche, c’est le conflit, faire le beau devant l’auditoire et donner l’illusion de gagner. Le harceleur est un individu à l’esprit pervers, retors, vaniteux et rapace…
 
Ce type de personnage est un des fléaux les plus importants de l’espèce humaine. Mais l’on n’a pas encore réussi à le neutraliser, tant que ses actions demeurent psychologiques et n’ont pas d’impact criminel…

Posté par zalandeau à 11:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

03 août 2016

L’époque la plus extraordinairement con (swat) ! (écrit début 2012, mais rien n'a changé)

GSM

Nous vivons la période la plus con qu’on ait connue de mémoire d’homme…
Jamais les politiciens n’ont été aussi menteurs, d’aussi mauvaise foi, aussi peu clairvoyants…
Jamais ceux qui sont au sommet n’ont été aussi éloignés de ceux d’en bas, ceux de la vraie vie, ceux qui ont du mal à finir le mois et même à le commencer.
Il y a un fossé, que dis-je ? Un gouffre, un abîme, un trou noir entre ceux qui disent savoir et ceux qui subissent.
 
C’est un moment extraordinaire de l’histoire de France, où tout bascule. On rogne nos institutions, on bafoue notre république, on nie la réalité, on gouverne par la peur et par l’égoïsme.
Les valeurs que nous possédions ne sont plus que des principes périmés, que l’on foule aux pieds, dans le plus parfait cynisme.
La France a 15 fois plus de SDF qu’en 1954, mais en 2012, on s’en fout. On pisse sur notre drapeau, mais c’est normal. On fout le feu aux voitures, on pète la gueule aux policiers et c’est la relaxe. On dépasse les vitesses en auto et c’est le permis qui saute, le chômage au bout de la route. On tue une fois ou cinq, c’est le même tarif et on a le droit de recommencer après une remise de peine…
Il y a une inversion des valeurs telle, que nous croyons habiter dans un autre monde, un monde où le bien serait le mal et le mal serait le bien…
 
Ce que nous espérons pour 2012, c’est que la justice judiciaire redevienne équitable, que la justice sociale soit rétablie, que nos soldats ne fassent plus de guerre néocoloniale, que nous recréions  une industrie suffisante sans concurrence déloyale, que chacun contribue justement au redressement de la France et à l’assainissement de nos dettes, que des règles et des contrôles assortis de sanctions appropriées mettent au pas les profiteurs en col blanc, les spéculateurs, les escrocs et enfin que nous nous débarrassions des politiciens corrompus et des lobbies qui les achètent…
 
Même s’il faut pour cela casser l’Euro, déchirer le traité de Lisbonne, pisser à la raie des technocrates esclavagistes de Bruxelles à qui nous ne reconnaissons aucun droit sur le cours de notre vie ; même s’il faut mettre en place une 6ème république dans laquelle nous pourrons contrôler le salarié de l’Elysée…
 
…Rétablissons la LIBERTÉ, l’ÉGALITÉ et la FRATERNITÉ pour les citoyens Français !

Posté par zalandeau à 08:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2016

Mémoires et radotages (58) – Attentats et manipulations

GSM

Finalement, c’est peut-être la piste à suivre pour des gouvernements. Le terrorisme est fait pour terroriser les populations. Lorsqu’on s’approche du point de rupture et de désagrégation, cela terrorise à son tour le pouvoir qui craint de le perdre (le pouvoir)… La désinformation, la manipulation et la censure sont donc, en temps de guerre, une arme pour lutter contre l’implosion du corps social. Chacun sait que les pertes civiles ne sont ‘graves’ que si elles sont connues, sinon, non ! Cachez ce terrorisme que je ne saurais voir, afin que je ne sois pas terrorisé !
 
Il est éventuellement possible que nous dérivions prochainement vers un processus autoritaire, générant une propagande officielle unique et ‘désinformante’ à seule fin de résister à l’offensive de Daesh et accessoirement de se maintenir au pouvoir… Sans terrorisme officiel, nous n’avons plus à nous occuper de notre sécurité…
 
L’avantage : Quelle économie de dépenses pour satisfaire Bruxelles qui sans cela nous taperait sur les doigts parce que nous aggraverions le déficit par des embauches de forces complémentaires de sécurité…
 
L’inconvénient… C’est aussi comme cela que l’on perd des guerres, quand le peuple prend conscience qu’on lui ment sur ce qui se passe ! Tout finirait par se savoir !
 
L’article du JDD que j’ai publié, montre parfaitement, à travers la double tentative de manipulation du ministère de l’intérieur, de trafiquer les données du rapport et d’ordonner la destruction des vidéos, la mauvaise conscience du pouvoir Hollandiste, lequel n’a vraiment pas pris les mesures nécessaires en matière de sûreté. Oh bien sur, je ne parle pas de l’organisation des effectifs, qui se planifie localement, mais des moyens qui sont totalement misérables, faute de budget que notre gouvernement libéral refuse d’octroyer…
 
Quand allons-nous enfin avoir des dirigeants responsables et courageux ? Je me pose la question depuis au moins deux quinquennats… voire plus !

Posté par zalandeau à 12:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,