23 janvier 2020

Mémoires et radotages (266) - Réflexions de monsieur Lavall à notre égard et commentaires



GSM

NDLA de 2020 : J’ai été en stage aux HBL du bassin de Lorraine en 1970, du 10 mars au 31 juillet, avec mes deux collègues de promo. Tous ces reproches faits par le responsable de stage, nous sont adressés à la deuxième personne du pluriel et donc on ne sait jamais lesquels d’entre nous sont visés, sauf à tenter de le deviner. Et parfois nous ne trouvons pas de quoi il peut s’agir. Peut-être du bluff ? J’ai retrouvé un carnet dans lequel sont consignés mes notes de l'époque…
 
 
Écrit le 1er juin 1970
 
« Si vous aviez les mêmes histoires à Douai, vous seriez à la porte »
« J’espère que vous allez continuer votre stage mieux que vous l »avez commencé »
« Je serais à la place de l’école, je croirais que vous l’avez fait exprès (de mal faire le C.T.P) » Je ne sais plus ce que signifie CTP
« Ceci ajouté au reste… » (Ceci : Absence de Jerf et de Bahou le lundi 1er juin)… Le reste ???
 
On nous a d’ailleurs reproché de n’être pas allés à un rendez-vous, auquel nous n’avons même pas été conviés. Des réticences de la part de Mr Lavall pour nous croire sur ce fait, me font penser que l’on est pris pour des menteurs.
Nous n’avons rien à nous reprocher, si ce n’est d’avoir oublié d’apporter à Monsieur Lavall une liste de renseignements dont nous avions besoin. C’est absolument tout. Cela ne nuisait à personne d’autre que nous.
Plus nous y pensons et plus nous sommes amenés à conclure que Monsieur Lavall se fait une montagne d’un rien. Il a essayé de nous bluffer et, ne rencontrant pas d’opposition de notre part, il a cru avoir raison.
Il doit s’imaginer que nous ne foutons rien à la mine. Quel imbécile !
Ses remarques sur la dernière analyse, montrent bien qu’il est susceptible et qu’il a l’esprit étroit.
Affaire à suivre. Il va falloir lui demander des explications sur ses sous-entendus que nous n’arrivons pas à entendre. Que nous reproche-t-il au juste ?
Il va falloir qu’il s’explique !
 
Écrit le 4 juin 1970
 
Je me demande pourquoi la maîtrise en la personne de Mr Lavall, s’acharne sur nous.
Cette expression « le reste », qui désigne Dieu sait quoi, ne laisse pas de nous étonner. On nous traite comme des gosses. Je voudrais bien voir s’il en est de même des stagiaires de Saint-Etienne. Je ne sais pas comment sera interprété la définition de leur stage.
Mais notre stage à nous, est mal interprété. On pourrait croire que la seule raison de notre présence dans ce bled, est primo, de fournir une main d’œuvre à vil prix, et secundo, de passer un examen d’une importance vitale pour nous : Le C.T.P. (Certificat de travaux pratiques). Maintenant je sais ce que veux dire CTP
Mais en ce qui concerne les visites d’installations, nos demandes de renseignements, la mauvaise organisation que l’on rencontre n’a rien prévu à ce sujet.
S’ils veulent inventer des motifs de mécontentement, nous, nous en avons de bien réels !
Pour la paye, autre exemple, nous sommes obligés d’aller la réclamer à chaque fin de mois.
Mais ils sont un peu plus empressés pour nous faire travailler, par contre !
S’ils veulent être tatillons avec nous, qu’ils le soient d’abord avec eux-mêmes.
  

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


21 janvier 2020

Germes de révolte

GSMEcrit le 4 mars 2009

 

L’affaire Pérol, l’affaire Kouchner, sont des icebergs isolés, qui cachent une réalité plus inquiétante… La partie immergée et toute la banquise.
 
En fait, de tous temps, les pouvoirs qui se sont succédés ont mis des hommes à eux, dans les postes clés et dans les bonnes places bien entendu… Sous la droite comme sous la gauche…
Les hautes institutions de l’état, hauts fonctionnaires, élus, sont un vivier de candidats au « pantouflage », dans les fonctions dirigeantes des plus grosses entreprises.
Le pouvoir en place passe le plus clair de son temps à installer le personnel de son sérail dans des postes de dirigeants avec salaires gigantesques, bonus astronomiques, parachutes dorés. Ce qui lui permet de se mettre à l’abri des aléas de la politique et de s’enrichir en même temps.
Parfois, certains font des perruques (un petit rapport payé hors de prix, une intervention diplomatique pour un contrat de vente d’arme), Ces petits boulots sont les CDD des politiciens non encore placés dans des postes mirobolants. Ils n’ont aucun besoin de justifier d’aucun talent managérial pour arriver à ces fins. Seuls leur charisme, leur faculté à mentir, leur jeu de comédien et leur accointances suffisent à constituer leur C.V.
On place même des hommes de l’autre bord. Qui sait ? Le vent tourne…
 
Le pouvoir constitue donc une gigantesque agence de placement pour riches (une oligarchie ploutocratie)… Comment s’étonner dès lors, que la tendance soit à créer des groupes géants (qui génèreront plus d’émoluments), à favoriser toutes opérations tendant à produire des situations financières mirifiques, fût-ce au prix d’une bulle spéculative qui éclate ? Peut-on encore douter que les licenciements aux vertus rassurantes pour la bourse, soient applaudis par ces candidats à la richesse, même si devant les médias ils affichent des visages mélodramatiques convenus ? Peut-on croire qu’ils répartiront mieux la richesse (la part des salaires dans la valeur ajoutée est passée de 74% à 65% entre 1980 et 1985 sous le règne de Mitterrand), au risque de lâcher une partie du gâteau ?
 
La nomenklatura des dirigeants et des élus, de droite comme de gauche, dont l’intérêt financier personnel est totalement au centre de sa préoccupation, ne peut décemment pas défendre les droits du peuple, même s’ils le disent !
 
Sarkozy avait promis une transparence, une moindre ingérence… Et le voilà qui place ses amis, sans vergogne, en balayant toute protestation d’un revers de main…
Tous les Français sauront ce que c’est que faire de la politique : Mentir et s’en mettre pleins les poches. Qu’ils n’attendent pas de progrès civilisateurs, ils n’en auront pas avec ces gens-là !
Les veaux pourraient-ils attendre une grâce de leur boucher, même s’ils l’avaient choisi auparavant ?
 
Le libéralisme un bienfait ? Oui pour ceux qui nous gouvernent, mais c’est une barbarie pour le peuple de France…
 
NDLA : Depuis, tant d'autres "affaires", se sont succédées, à un rythme effréné et le peuple stoïque ou bien résigné attend, encore et encore...

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2020

Mémoires et radotages (44) – La Loi travail, l’ultralibéralisme Hollandais

GSMEcrit le 12 mai 2016

Le 49.3 va probablement entériner la loi telle que son projet est amendé actuellement.
 
-Il est sidérant qu’en partant d’une simple ‘envie’ de dépoussiérer le code du travail, ce gouvernement despotique inverse la valeur du droit du travail en le plaçant sous les accords de branche et sous les accords d’entreprise (Que les entreprises imposeront par chantage aux salariés), renvoyant le code du travail au rebut des gadgets inutiles.
-Il est aberrant d’autoriser la baisse de majoration des heures supp. Jusqu’à 10% au lieu de 25% actuellement. Salariés exploités, est-ce du progrès ?
 
-Il est débile de surcharger les entreprises (référendums internes), compte de ceci, compte de cela… Quant un énarque veut simplifier, c’est toujours en compliquant.
 
-Quant aux modalités de licenciement économique, n’importe qui comprend que les experts en faux comptables ont de beaux jours devant eux !
 
C’est presque un accord perdant/perdant ! Mais les plus perdants, ce sont bien entendu les salariés qui d’un seul coup reviennent en arrière de 50 ans sur leurs acquis sociaux !
 
Donc, on a bien compris, que le souci de ce gouvernement est de renvoyer le salariat Français aux conditions de vie des pays émergeants et que sous une étiquette ‘socialiste’, nous avons affaire à de l’ultralibéralisme débridé, pour lequel le travail passe après les profits, la grandeur de la France après les intérêts particuliers, les conquêtes sociales après la régression mondialisée  !
 
Il n’est pour s’en convaincre, que de regarder attentivement l’interrogatoire devant la commission sénatoriale de Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale, (salaire 2 254 692 € en 2014). Ses pieux mensonges (parjures) de 2012 dénoncés dans les Panama papers, passent à la trappe… Bon, je sais, il s'agit du Sénat. C’est en fait une interview courtoise, dont le gouvernement se détourne pudiquement préférant laisser le temps faire son œuvre d’oubli.
 
Déjà, on l’avait bien vu, Michel Sapin, invité de Cash investigation, avait été très timoré sur ses intentions… Et pour cause ! Nos élites, de droite comme de gauche, mis à part quelques résistants communistes ou patriotes, soutiennent ce système totalement dédié à l’arnaque, la fraude et l’enrichissement sans barrière…
 
La fraude fiscale annuelle est de 80 milliards, la déficit budgétaire annuel est de 73 milliards… Il parait qu’on est dans la merde !.. Voyez-vous ça ! Et à cause du laxisme de qui ? Et à cause de la complicité de qui ?
 
Vous votez pour eux et ils vous le mettent bien profond en vous faisant croire que c’est pour votre bien ! Macron, énarque conservateur non socialiste, issu de la banque Rothschild, favori de nombreux Sarkozystes… c’est social, ça ?
 
Le système LR-PS n’a que trop duré !
 
A quand le coup de balai ?

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 janvier 2020

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (18)

GSM


COMMUNIQUE ADIA du 20-12-19
 
Association de Défense des Intérêts de l’Amicale
 
ENFIN UNE ISSUE AU CONFLIT
 
Chères et chers ami(e)s Papés, chères et chers étudiants en formation à l’école.
 
Le conseil d’administration et l’ensemble des membres de l’ADIA ont le plaisir de vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année et leurs meilleurs vœux pour l’année 2020 qui s’annonce sous les meilleurs auspices.
 
En effet comme l’a annoncé dans son communiqué du mercredi 18 décembre le président de l’amicale (MAA), le conflit né depuis le début de sa présidence en 2014 vient de trouver son dénouement grâce au travail acharné et à la pugnacité des anciens élèves négociateurs très bien épaulés dans cette démarche par le médiateur et les deux
avocats conseils de chacune des parties.
 
Depuis plusieurs semaines ces personnes se sont particulièrement investies pour que cette dernière chance de sortir par le haut sans attendre le couperet du jugement prévu le 17 décembre 2019 ne soit une nouvelle fois gâchée.
 
Grâce à leur action un protocole a pu voir le jour et être présenté pour homologation à l’audience du 17 décembre 2019 de la cour d’appel de Nîmes. L’accueil qu’il a reçu nous laisse présager que l’arrêt qui doit être pris par cette instance en janvier 2020 sera favorable à son homologation.
 
Ce protocole acte le fait que le conseil d’administration en place cesse ses fonctions au jour de la publication de l’arrêt homologuant le protocole et sera remplacé par un conseil d’administration transitoire (CAT) réduit à 11 personnes dont les missions seront :
 
1-D’expédier les affaires courantes afin que les activités de l’association puissent se poursuivre.
2-De missionner un bureau d’études pour la rédaction d’un nouveau pacte statutaire (Statuts et règlement intérieur) mieux adapté au fonctionnement actuel de l’amicale et ne laissant pas la place à des interprétations douteuses et partisanes.
3-D’organiser les assemblées générales extraordinaire et ordinaire pour d’une part soumettre à approbation le nouveau pacte statutaire et ensuite sur la base de ces nouveaux statuts organiser des élections refondatrices pour la mise en place d’un conseil d’administration définitif.
 
En parallèle un comité paritaire de suivi (CPS) composé de 4 personnes est mis en place, ce comité est chargé de suivre et d’apporter sa contribution relative à la préparation des nouveaux statuts et règlement intérieur.
 
Gageons que cette organisation permettra de sortir enfin de l’imbroglio qui n’a pas pu trouver de solution depuis 5
ans et qui a dangereusement amputé les finances de l’association jusqu’à conduire à une augmentation significative
des loyers pour les étudiants de l’école.
 
Depuis sa création, l’ADIA n’a eu qu’un seul objectif : « Défendre les intérêts de l’amicale »
 
Aujourd’hui grâce aux dispositions prévues par le protocole nous pouvons espérer que les personnes qui contribuent chaque jour à son fonctionnement et les étudiants qui utilisent les locaux de la maison des élèves retrouvent une ambiance plus sereine favorable à l’amélioration de leur qualité de vie professionnelle ou étudiante.
 
Ces nouvelles dispositions devraient aussi contribuer à redorer les images de l’amicale et de l’école qui ont été quelque peu ternies par les séquelles résultant de ce long conflit.
 
Dès son homologation un exemplaire complet du protocole où vous pourrez trouver les noms des membres du CAT et du CPS pourra être publié pour l’information de tous.
 
Aparté à l'attention de Jielleaime : Excuse-moi de t'avoir appelé il y a peu... Mais je n'avais pas fait le lien entre le communiqué d'Alumuni et celui d'Adia... En fait ta réponse téléphonique qui reprenait ce présent communiqué a fait tilt dans ma cervelle qui ressemble plus à une vieille noix pourrie... Donc les 4 personnes du CPS sont fifty/fifty entre nous et les usurpateurs... Très bien très bien, et merci !

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2020

Mémoires et radotages (256) – Politiquement correct : Ceci est tabou !


GSM

Écrit le 31 décembre 2019
 
Cela s’est passé le dimanche 22 décembre dernier…
 
Ma femme, esclave consentante de sa mère qui est incontinente, égoïste, menteuse et écornifleuse notoire, retourne, après dîner, en voiture passer sa nuit dans un fauteuil, chez sa mère pour la surveiller, aux abords de la petite ville d’à coté… (J’te foutrais ça à l’EHPAD, moi !... Enfin bref !)
 
Mais entre le stationnement de la bagnole et sa mère, il y a une centaine de mètres à faire à pinces… Il fait nuit à 9h1/2 – 10h…
Vlà-t-y pas, qu’une voiture qui maraudait en grimpant la rue s’arrête à hauteur de ma femme qui la descendait… Il baisse sa vitre et l’interpelle… Ma femme lui répond « Mais, je ne vous connais pas »… Celui-ci insiste et recule au fur et à mesure que ma femme avance en insistant pour la faire monter dans sa voiture… Heureusement le gus était seul… Ma femme parvient à traverser la rue et se met à presser le pas.
Ni une ni deux, le type fait demi-tour dans un portail ouvert et redescend la rue à la poursuite de ma meuf… cette dernière ne voulant pas que l’automobiliste voit où elle se rendait ni qu’il en profite pour l’agresser pendant qu’elle tenterait d’ouvrir la porte, dépasse sa destination et poursuit son chemin en pressant le pas, très angoissée… Hélas, à partir de là, ce ne sont que murs borgnes sans portes, ni fenêtres, donc sans secours possible… Elle commence à paniquer sérieusement quand le sale type arrive à sa hauteur…
 
Elle fait alors volte-face et remonte la rue à toute la vitesse possible permise par ses petites guibolles… Fort heureusement, deux voitures descendant la rue, arrivées derrière l’importun, ont forcé ce dernier à poursuivre sa route… Laissant à ma femme hors de vue, le temps de rentrer chez sa mère, où elle s’est barricadée et où elle m’a appelé à la rescousse, mais trop tard…
 
Alors si je dis que ma femme m’a dit au téléphone que ce type était un Suédois, tout le monde nous plaindra « C’est incroyable, ces Suédois, ils ne peuvent pas rester dans leur pays ! »…
 
Mais où l’histoire devient politiquement incorrecte, c’est qu’elle m’a dit une chose que personne en France n’ose dire sous peine de toutes les diabolisations et anathèmes possibles : « C’était un ara... Un Sarrasin »… Oups ! Je n’ai rien dit ! Elle n’avait ni pris le numéro minéralogique, ni ne savait de quel type de voiture il s’agissait, trop stressée par la situation… Nous ne pûmes donc rien signaler ultérieurement à la maréchaussée… Sous peine d’être qualifiés de racistes, au moment de la description… Ah, s’il avait été Suédois, ça aurait été plus simple ! De toute façon ça s'est bien terminé...
……………….
Autre anecdote. Cela s’est passé il y a plus d’un an…
 
Cela se passait dans le centre de la petite ville d’à coté. Des copains à mon petit Nono se réunissent chez l’un d’entre eux… Certains, pères de familles, et un autre en fauteuil roulant. Cinq adultes en tout… Les bébés pleurent, à cause du bruit du club privé de l’autre coté de la rue… L’un des adultes traverse et va demander poliment si "on" ne pourrait pas faire moins de bruit, patati, patata, etc…
A peine est-il revenu chez lui parmi ses amis silencieux… On sonne ! Il ouvre ! L’expédition punitive avait commencé ! Une vingtaine de… Disons de ‘Trucs’ comme ça on ne risquera pas l’anathème (C'est un club Privé de Trucs)… se sont mis à taper sur les cinq adultes Français, y compris l’handicapé (Heureusement les femmes et les bébés furent épargnés)… sur ces cinq gars, parmi lesquels il n’y avait aucun Rambo, ni ex-commando, ni même de bagarreurs… Ils se sont défendu comme ils ont pu et en ont pris plein la gueule… Deux se sont retrouvés aux urgences pour des points de sutures et des côtes cassées… Les flics n’ont pas voulu se déplacer… Il n’y a pas eu d’entrefilet dans le canard local…
Heureusement mon petit Nono était en retard et est arrivé chez ses amis, juste après le repli de la bande d' Ottomans… Sinon, je crois que j'aurais été Charles Martel à moi tout seul... Qu'on ne touche jamais à un seul cheveu de ma progéniture tant que j'aurais la force de...
 
Bref, nous vivons officiellement dans une région paisible, sans voyous, sans problème… On ne nous parle jamais des exactions commises, ni des immigrés que la région fait venir pour combler la régression démographique préjudiciable aux dotations de l’état. On ne nous parle pas des voitures brûlées à la Saint Sylvestre. On ne parle pas des voitures qui écoulent de la came pas loin du lycée. (Dans les années 2009 environ, j’avais relevé et donné aux gendarmes, le numéro d’une BM de dealer immatriculée dans le 9-3 et qui fournissait des revendeurs dans le quartier Truc)… On ne fait surtout aucun lien entre les crimes, les délits et une certaine population… Il s’agit de non évènements, puisque ceux-ci sont niés et passés totalement sous silence… Pas d’évènement officiellement, donc pas de lien, donc pas de relation de cause à effet…
 
Quand je dis que c’est une petite région bien paisible, bien tranquille… Et bien ne me croyez pas !
  

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


27 décembre 2019

Mémoires et radotages (250) – Nono – Environnement humain de merde


GSM

Écrit le 20 décembre 2019
 
Mon petit Nono travaille depuis le 11 juin comme pion dans un collège… Cela a été très difficile… Il a failli abandonner… Non pas à cause des gamins et gamines… Ceux-là, il les a rapidement maîtrisés… La cause c’était les pionnes ! En effet, il n’y avait aucun surveillant mâle avant l’arrivée de Nono… Ce qui avait motivé l’embauche de mon fils, d’ailleurs… Les gonzesses n’ayant pas la "gagne" sur certains élèves masculins…
En fait ces saletés s’étaient liguées contre mon fils… Les trois pionnes se comportaient comme un gang, dont l’une était visiblement la cheffe ! Une des trois qui avait eu tendance à être sympa avec mon fils à son arrivée, a vite rejoint la bande sous la pression…
 
Alors une bande de filles pionnes, comment ça marche ?
 
Oh bien sûr, elles ne frappent pas, elles risqueraient assez gros avec un Nono musclé et volontaire… L’arme de ces petites saloperies, c’est la langue (langues de putes) ! On le sait bien la parole des femmes est ce qu’il y a de plus dangereux pour les hommes… Elles racontent de gros mensonges et, comme ce sont de « faibles femmes », on les croit, surtout quand elles se liguent et s’accordent au préalable sur ce qu’elles diront et sur leurs témoignages réciproques… Ces propos, du genre à déformer ce que dit mon fils en son contraire, à déformer également ce que fait ou ne fait pas mon fils et à le faire savoir…
Le risque, de la part de ces filles malhonnêtes, c’était et c’est toujours une fausse accusation d’attouchement ou de harcèlement… Mon fils s’en méfie, comme de la peste et tâche de ne jamais se trouver en la présence de ces ordures, sans la présence de tiers crédibles… Il faut savoir que maintenant dans les établissements scolaires, la majorité du corps enseignant et des « encadrants », est féminine… Mon fils est heureusement très bien vu par ces dernières… Elles l’ont à l’œil et ont pu constater son sérieux dans le travail… Et puis je suppose que l’encadrement connaît les pionnes depuis suffisamment de temps et sait pertinemment les exagérations et la mauvaise foi de ces petites connes…
 
On ignore totalement (en tout cas, moi je l’ignorais) quelles sont les difficultés dans ces établissements… Je me souviens du collège de mon temps… Nous étions parfaitement sages et obéissants, car nos parents nous avaient bien éduqués…
De nos jours… C’est vraiment la cour des miracles… Des ados de 12 à 15 ans, à la limite de l’internement psychiatrique, des excités que rien ne calme, des rebelles à toute autorité, des cancres nuls à chier et que l’on fait passer quand même en classe supérieure chaque année, des gamins lourdement traumatisés, par des familles qui les maltraitent, voire qui les violentent, côtoient des jeunes parfaitement calmes, obéissants et même parfois, craintifs…
Cela donne lieu à des harcèlements des uns sur les autres, à des désordres sans cesse répétés, à des conflits ou des bagarres permanents.
 
Parfois, mon fils quand il rentre le soir, assez tard, me raconte sa journée… Il décrit ce à quoi il a été confronté… Mercredi, c’était un grand de 15 ans qui ne voulait pas obtempérer pour venir chez le surveillant général… Devant sa rébellion et les coups qu’il voulait donner, mon fils l’a littéralement soulevé de terre par le colback et conduit manu militari… Bien heureusement, un ado d’un mètre quatre vingt, n’a pas la force d’un adulte de 27 ans comme mon Nono…
Puis plus tard, c’était une gamine d’une douzaine d’année qui pleurait parce qu’elle avait cassé ses lunettes dans le car… Elle n’y voyait plus rien et surtout elle avait très peur de la réaction de ses parents… Nono a eu toutes les peines du monde à calmer la petite d’autant qu’il avait de la peine pour elle… Il l’a conduite à un service social du collège (ça aussi cela n’existait pas de mon temps), qui a décidé sur son budget, de lui faire refaire immédiatement des lunettes… La gamine est un cas social…
Puis comme il n’y avait pas d’infirmière ce jour là (encore malade, comme par hasard), il a soigné et mis des pansements à un môme qui s’était blessé…
Il a aussi eu toutes les peines du monde à tenter de calmer un gosse (qui parait-il est victime, ainsi que son petit frère, de viol par ses parents) et qui n’a pas un comportement normal, alternant moments de folie et moments de dépression… Et ce jour là, la psychiatre n’était pas là, car elle ne vient que deux demi-journées par semaine…
 
J’étais vraiment effaré par le récit de mon Nono et je l’ai écouté de bout en bout… Je sais que lui aussi, avait besoin de décompresser et que cela lui faisait du bien de me raconter sa journée…
Je me suis dit aussi, qu’il avait bien suffisamment à faire avec les élèves, sans avoir à subir le persiflage de ces trois morues de pionnes, avec lesquelles il était cependant obligé d’échanger des informations sur les élèves et sur l’organisation, à chaque passage de 'relais'… Sachant que leurs informations à elles, étaient parfois mensongères, pour foutre mon Nono dans la merde…
  

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

11 décembre 2019

Est-ce cela la justice ? Sommes-nous chez nous ?

GSM

> Message du 21/05/15 18:34
> De : "Axelle Theillier de l'Institut pour la Justice" <contact@e.institutpourlajustice.org>
> A : ZALANDEAU
> Copie à :
> Objet : " Attends, on va pas partir, on est chez nous "
>
>" Attends, on va pas partir, on est chez nous "
L'Institut pour la Justice est une association loi 1901 en faveur d'une Justice plus protectrice des citoyens et plus équitable vis-à-vis des victimes. Un soucis dans la visualisation? suivez ce lien

Pour vous désabonner: suivez ce lien
 
 
Madame, Monsieur,
Chers amis,
 
Avez-vous entendu parler de Maryvonne, cette femme de 83 ans mise à la porte de sa propre maison par des squatteurs ?
 
Ces squatteurs ont profité de son absence pour s’introduire chez elle, en toute illégalité. Et la loi prévoit que, passé 48 heures, la police n’a plus le droit de les déloger !
 
Je sais que cela paraît invraisemblable, mais c’est la réalité. Plusieurs médias en ont parlé ces derniers jours.
 
En fait, la police est bien intervenue, mais pas pour déloger les squatteurs mais pour les protéger contre des personnes qui voulaient les expulser!!
 
En France, on a trop souvent l’impression que le système protège les criminels, pas les victimes.
 
Prenez le cas de Maryline, 36 ans, qui vit dans la terreur depuis que son violeur a été remis en liberté conditionnelle.
 
Condamné à deux ans de prison (seulement !), ce violeur récidiviste y est resté six mois.
 
Et il est revenu habiter… à 150 mètres de chez elle !
 
C’est elle qui aujourd’hui vit dans l’angoisse de le recroiser sachant qu’il l’avait menacée de mort, elle et ses enfants, pendant le procès !
 
Et je ne vous parle pas de Vanessa et Philippe qui vivent un véritable enfer depuis plusieurs mois. Ils ont eu leurs pneus crevés, deux voitures brûlées, leur porte défoncée, des fenêtres cassées, et deux cambriolages où la quasi-totalité de leur maison a été tout simplement pillée, jusqu’aux jouets des enfants…
 
Leur seul tort ? Avoir refusé de se soumettre à la loi d’une bande de jeunes voyous sans foi, ni loi qui terrorisent le quartier, font du trafic de drogues et se considèrent comme chez eux.
 
Cette famille a déposé plainte plusieurs fois et a fini par aller manifester dans le hall de leur mairie pour crier son angoisse.
 
Les représailles ont été immédiates : leur voiture de location, péniblement payée avec les faibles revenus du couple, a été brûlée.
 
Vanessa, Philippe et leurs enfants ont été obligés de fuir leur petite maison et de se réfugier à l'hôtel.
 
La police dit qu'elle connaît les identités des voyous mais qu’ils sont mineurs donc qu’ils ne risquent rien face à la justice !!
 
Et les voyous déclarent, tranquillement : « Attends, on va pas partir, on est chez nous ici, qu’est-ce qu’ils croient ? ».
 
Ce sont les voyous qui dictent leurs conditions !
 
Il y a pourtant des solutions simples et de bon sens.
 
Il suffirait que la justice fasse son travail, sérieusement, à l’égard de tous ces délinquants et criminels pour qu’ils cessent du jour au lendemain de pourrir la vie des honnêtes citoyens !
 
L’Institut pour la Justice lance la plus grande mobilisation nationale jamais organisée pour obliger la justice à protéger réellement les citoyens et victimes.
 
Faites vous entendre et participez en urgence au grand référendum national sur la justice.
 
Il y en a assez de voir tant de gens baisser les bras et voir les voyous dicter leur loi.
 
Mobilisez-vous et signez dès maintenant ce grand référendum.
 
Si vous avez déjà signé ce référendum, transmettez d’urgence ce mail à tous vos contacts. Il y a urgence, nous devons nous mobiliser comme jamais.
 
Enfin, si vous souhaitez soutenir les combats, les actions et les informations qui sont envoyées par l’Institut pour la Justice, vous pouvez également faire un don à l’association.
 
L’Institut pour la Justice refuse toute subvention pour rester totalement indépendant et vous informer en toute liberté des scandales comme cette famille obligée de fuir pour avoir voulu vivre en paix… Mais pour nous permettre d’agir, nous avons besoin de dons, donc si vous souhaitez nous soutenir, rendez-vous ici.
 
Nous ne devons pas baisser les bras et ne pas nous laisser faire.
 
Je compte sur vous.
 
Axelle Theillier
Présidente de l'Institut pour la Justice
 
 
 
 
Pour être sûr(e) de recevoir nos prochains emailings,
ajoutez l'adresse de l'Institut pour la Justice "contact@e.institutpourlajustice.org"
dans votre carnet d'adresses ou dans votre liste d'expéditeurs autorisés.
 

Posté par zalandeau à 11:44 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

27 novembre 2019

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (17)

GSM

Lettre recommandée + AR de Jielleaime à la direction de l'association des anciens élèves le l'école :



Note de Zalandeau : Cette lettre de Jielleaime a eu un effet immédiat, puisque l'usurpateur a annulé immédiatement les deux assemblées générales dont il est question...
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 novembre 2019

Mémoires et radotages (40) – Panama-leaks, c’est parce qu’on a rien à dire…

GSMErit le 13 avril 2016

One way cricket… Non… One way craquette… Ça ne va pas… One way quiquette… Non plus… Pfff... Bon, j’vais essayer avec Bonnet M…
Ahhhhhh, ça y est ! Internet a plus de mémoire que moi : ‘One way ticket par Boney M’ ! Bon ben je l’insère dans mon bloc et je sauvegarde…
 
Merde ! Manque de pot ! Pffff… Pas moyen de le mettre en 'autoplay' ! Crotte de bique !
 
Bon ben je n’ai rien à dire, c’est vrai !
 
D’ailleurs qu’est-ce que j’aurais à dire sur la situation actuelle ? Rien ! Ca schlingue trop !
 
Je ne vais quand même pas parler du Panama-leaks qui est étouffé dans l’œuf ! Déjà que Sapin, le ministre, (pas l’arbre), a été d’une réticence dans l’émission Cash investigation du 5 avril… Il avait comme par hasard pris deux mesurettes juste avant l’émission… C’est bizarre, les hasards, quand-même !... Il ne va même pas aider la lanceuse d’alerte qui a tout perdu ! Un ministre de merde, parmi les autres ministres de merde !
Et le culbuto de l’Élysée… Il va réinscrire le panama sur la liste (Sifflet d’admiration) !!! Ça, ça va faire avancer le schmilblick !!!
Entre parenthèses : Le panama qui nous menace de représailles…. Hou!... Que j’ai peur ! Je suis pétrifié !
 
Ils attendent maintenant que cela se tasse… Afin de n’être pas obligés d’avoir à faire quoi que ce soit… Quelle bande de vendus !
Personne dans notre pays ne va rien faire… La France est de ces pays qui vont en faire le moins possible contre le blanchiment des fraudes fiscales !
Et pourtant, avec tout cet oseille, on parviendrait rapidement à baisser notre dette !... Oui, mais ‘ils’ ne veulent pas ! Parce que ce qu’ils veulent, c’est prendre aux petits, pour combler le trou… Alors garder la fraude telle qu’elle est, est le meilleur moyen de continuer la ponction sociale…
Quant à Micron (Macron), microscopique par l'intelligence économique mais gigantesque par la taille des dents et par l'habileté des manipulations, il veut s'engouffrer dans le gouffre béant des électeurs déçus, pour  récupérer les désespérés et prendre la place du vizir ??? Comme si on ne l'entendait pas venir avec ses gros sabots...
 
Alors, pourquoi je parlerais de ces traîtres qui nous gouvernent ?
 
Et les Français ? Personne ne manifeste à ce sujet… Il faut dire que le Français de base a toujours rêvé d'être de ceux qui cachent plein de pognon au fisc !
Et les autres cons qui passent la nuit debout ?
L’équité et la justice sociale vont bien au-delà de la loi travail ! C’est un ensemble indissociable ! Mais ils s’en foutent ! Leur gueule, leur gueule et toujours leur gueule !
 
Alors pourquoi je parlerais de cette bande de soixante-huitards attardés et alcoolisés qui passent la nuit debout pour leurs intérêts étriqués, à empêcher les autres de dormir ?
 
Bon, je n’ai pas pu mettre le démarrage automatique de ‘Ouane ouais quiquette’, c’est ça l’important…

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2019

Mémoires et radotages (243) – SeNeCeFe – Faignantise – Etat - Laxisme


GSM

Écrit le 29 octobre 2019
 
J’ai déjà écrit sur la formidable machine à faire du sur-place, qu’est la SNCF… Décisions impossibles à prendre, rejet des responsabilités, études techniques bâclées et pourtant interminables…
 
Ce n’est pas l’objet de ma réflexion. Aujourd’hui je veux parler de ces grévistes qui font chier les « usagers », comme ils aiment à nous appeler, alors que nous sommes réellement des « clients » et que c’est ainsi qu’ils devraient nous appeler et nous considérer !
Ils ont obtenu de garder leur statut privilégié de fonctionnaire à vie, alors que les nouveaux embauchés seront seuls touchés en 2020 par des contrats du droit privé…
Donc toute cette bande de cheminots gardera sa retraite et ses privilèges…
Et ils font quand même grève ! En gros, la fainéantise l’emporte, et de loin, sur le service public !
 
Ah ça, pour attirer l’attention sur eux, ils savent faire ! Mais aujourd’hui, quels que soient les problèmes que la mise en concurrence du réseau ferré va poser, ils ne sont plus ni légitimes ni soutenus par le grand public qui souffre suffisamment de nombreux handicaps, sans avoir à supporter en plus l’impossibilité de circuler ou de se rendre tout simplement à son travail.
 
Personnellement, autant j’ai apporté mon soutien à la non privatisation d’ADP, autant je voudrais que la SNCF devienne une entreprise privée et embauche de vrais salariés et non des fonctionnaires planqués !
La SNCF a eu ses heures de gloire, il est vrai ! Mais le personnel d’aujourd’hui n’est plus à la hauteur de ses illustres ancêtres…
 
Bien des problèmes assaillent SNCF ainsi que RFF (réseau ferré de France). Organisation, entretien, bonne volonté, tout est défectueux !!! C’est ainsi ! On a voulu précipiter sa perte, on y arrive !
 
Je vais faire une digression.
La loi laxiste Française apporte également son soutien négatif pour enfoncer cet ancien fleuron des transports Français… J’ai vécu à plusieurs reprises, dans le wagon (il faut dire voiture), où je me trouvais, les événements qui suivent…
 
Le contrôleur contrôle… Un gus, « pas tibulaire mais presque », pas du tout de type caucasien, n’a pas de titre de transport… Le contrôleur lui demande de payer : Il n’a pas de sous… Le contrôleur lui demande ses papiers : Il n’a pas de papiers, prétend-il… Le contrôleur dresse un procès verbal, à l’ordre du faux nom que le resquilleur lui a donné… Le contrôleur lui remet l’original du PV et continue ses autres contrôles. Le voyageur gratuit chiffonne le PV et le jette dans l’allée centrale… Plus tard il descendra du train arrivé à sa destination… Tout le monde dans le wagon sait que ce type a voyagé gratis, tout le monde est écoeuré…
Je verrai cela se reproduire plein de fois, avec des individus différents… Un jour cependant, le contrôleur un peu plus couillu (oui ça existe), a appelé et prévenu le terminus…
Heureusement, le resquilleur ce jour-là, dont je ne dirai toujours pas l’origine pour ne pas être taxé d’islamophobie, est bien descendu au terminus à Paris (Il aurait été intelligent il serait descendu avant, me disais-je)…
Deux cognes l’ont poissé à sa descente sur le quai… Je me suis dit « je vais regarder la justice en marche, enfin ! »…
Cela a discutaillé ferme… (J’étais trop loin pour entendre les paroles dans le brouhaha de la gare)… Et puis le resquilleur est parti vers la sortie tranquille comme Job !!!
 
Et bien non je m’étais trompé… C’était lui le plus intelligent : Il savait que les lois ne sont pas faites pour être respectées, que la république est totalement laxiste et que la société est lâche !!!
 
Voilà, l’égalité en France, voila la liberté en France, voilà la fraternité en France ! Voilà une partie du trou de la SNCF… Et aussi de la RATP… Et ainsi de suite…
 
Ce rastaquouère (non, j’l’ai pas dit) peut chanter tout à fait impunément :
« La France c’est votre mère,
c’est elle qui me nourrit,
et je nique ta mère,
‘parsque’ tout est gratuit »…
  

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :