09 juin 2019

Le changement, c'est pour quand ?

GSMPublié le 31 janvier 2016

50 ans, à peine, se sont écoulés... Qu'est-ce que ce sera dans 50 ans au rythme où ça va?

NOS ENFANTS VONT AVOIR LE MÊME PROBLÈME QUE DANS TOUS LES PAYS
DONT ON PARLE PLUS BAS…
 
Si une image vaut mille mots que valent toutes ces photos ?
J'ai peur de la xénophobie, mais j'ai encore plus peur des fanatiques...
C’est un peu long mais ça vaut la peine d’en prendre connaissance.
Les photos ci-dessous montrent comment le monde a changé en 50 ans :
IRAN 1970
> > > > > > 
 IRAN 2012
>>>>>>>>>>>>>>
 AFGHANISTAN
 
ÉGYPTE (Université du Caire) 1959
> > > > > > 
ÉGYPTE (Université du Caire) 2012
> > > > > >
 
PAYS-BAS (Amsterdam) 1980
> > > > > >  
PAYS-BAS (Amsterdam) 2012
> > > > > >   
... et des personnes ne voient pas de raison de s'inquiéter pour l'avenir.
 
Il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir !!!
> > > > > >

> > > > > > 
> > > > > >
Ceci se nomme « amputation croisée » : main droite et pied gauche.
C'est l'application de la loi coranique : la charia.

C’est monstrueusement inhumain !
Mais grâce à nos politicards «progressistes», ce sera demain, par effets du laxisme de la démocratie, en application en France et en Belgique !
Les prisons seront-elles enfin moins peuplées ?

> > > > > >
> > > > > > 

Nous irons comme cela jusqu'à la fin de notre civilisation, ou bien ?

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,


06 juin 2019

Mémoires et radotages (212) – Terroristes condamnés en Irak


GSM

Écrit le 05 juin 2019
 
Toujours au nom de la loi, des minorités qui n’engagent qu’elles mêmes, prétendent obliger l’état Français à rapatrier ces « pauvres terroristes islamistes » jugés et condamnés en Irak , afin de les rejuger sur le territoire national. On rêve !
Le prétexte de tous ces avocats en manque de clients, de ces utopistes de tous poils, est de préserver ces « pauvres terroristes islamistes » de la peine de mort…
Ils arguent pour cela et brandissent bien haut et fort les « droits de l’homme »…
 
Bande de pauvres nouilles ! Les droits de l’homme ne stipulent pas qu’un accusé doit échapper à sa peine !
 
Bien évidemment, la clique de Chirac, très mal inspirée, a fait voter une loi concernant la modification de la constitution Française le 24 février 2007 et qui stipule :
 
Article unique
 
Il est ajouté au titre VIII de la Constitution un article 66-1 ainsi rédigé :
« Art. 66-1. - Nul ne peut être condamné à la peine de mort. »
La présente loi sera exécutée comme loi de l'Etat.
 
……….
 
Ceci n’est relatif qu’à l’état Français et donc concerne les condamnés en France.
La peine de mort abolie en 1981, sous Mitterrand avec le concours de Badinter, sans aucune consultation du peuple Français, n’est pas précisément une mesure que j’appréciais, d’autant plus que la perpétuité qui s’y substituait, se réduit comme peau de chagrin au fil du temps.
 
Perpétuité, pour moi cela signifie « pour toujours », c'est-à-dire jusqu’au décès en prison… Force est de constater que nous sommes bientôt en train de passer sous la barre des 20 ans de captivité, laissant ainsi le droit aux pires criminels de recommencer tout à loisir, dès leur sortie triomphante…
 
Or donc, les minables minorités représentatives du laxisme voudraient imposer ce rapatriement.
 
Les droits de l’homme n’interdisent pas l’exécution capitale, pour peu que la culpabilité soit établie et les faits très graves.
 
J’espère donc que le pouvoir Macronien ne cédera pas aux jérémiades de jean-Yves le Driant et de tous ces utopistes, mais se conformera à la majorité de 80% des Français qui souhaitent que les terroristes ne reviennent pas en France pour quelque raison que ce soit.
Leur sort m’indiffère, contrairement au sort des victimes et de leurs familles, qui à mes yeux sont les seules à mériter toute notre compassion et qui ont droit à une justice la plus ferme concernant leurs bourreaux !
 
Les minorités ne doivent plus faire la loi en France ! J’espère que l’état Macronien s’en tiendra à ce principe s’il veut que sa propre minorité deviennent une majorité qui deviendrait alors légitime aux yeux du plus grand nombre des Français…
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mai 2019

Européennes - violente altercation entre Collard et Cohn-Bendit

GSM


Européennes - violente altercation entre Collard et Cohn-Bendit

Source RTL

 

"Le député Rassemblement national Gilbert Collard a quitté ce dimanche 26 mai au soir le plateau de TF1 à la suite d'un vif accrochage avec Daniel Cohn-Bendit, qu'il a notamment traité de "faux cul de la politique"."

 

 

 

"Les insultes ont fusé. Le député Rassemblement national Gilbert Collard a quitté ce dimanche 26 mai au soir le plateau de TF1 à la suite d'une violente altercation avec Daniel Cohn-Bendit, auquel il a notamment reproché d'être "vendu à Macron".
 
La dispute a commencé dès l'arrivée sur le plateau de l'ancien eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit comme "grand témoin" de l'émission électorale de la première chaîne. "Il y a deux représentants de la République en marche sur le plateau. Tu es de trop", a lancé Gilbert Collard à Daniel Cohn-Bendit, qui a soutenu Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2017. Stanislas Guérini, président du parti La République en Marche (LREM), était déjà présent pour commenter les résultats de la majorité présidentielle.
 
Une ignoble ordure
 
Daniel Cohn-Bendit à Gilbert Collard sur le plateau de TF1 ce 26 mai au soir.
Partager la citation
 
Le ton est vite monté, Gilbert Collard traitant Daniel Cohn-Bendit de "faux cul de la politique" et de "vendu à Macron", tandis que son interlocuteur l'accusait d'être "une ignoble ordure" puis un "connard". Les deux animateurs de la soirée ont tenté d'apaiser le débat: "Il n'y a pas de place à l'insulte". Constatant que Daniel Cohn-Bendit restait sur le plateau, Gilbert Collard a prévenu qu'il donnait "ses derniers mots" avant de quitter le débat. Un accrochage aussi violent que soudain qu'a eu du mal à contenir Gilles Boulleau."
 
Note de Zalandeau : J'ai assisté en direct à cette scène. Personnellement, j'ajoute que, bien que ces attaques personnelles soient inadmissibles,  les animateurs et en particulier Boulleau, ont pris à partie Collard, dans ce pugilat verbal, alors que les insultes avaient été proférées par Dany le rouge. Les journalistes ont affiché ainsi leur partialité, confirmée en cela par l'invitation de deux représentants de la Macronie face au seul représentant du RN sur le plateau...
 
Elle est belle l'objectivité de TF1, vendue au pouvoir et à l'argent !!!
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2019

Devoir


La langue Française est très riche, mais comme toutes les autres langues, certains mots ont plusieurs sens et parfois des contresens, certaines acceptations doivent être expliquées avec beaucoup de phrases, donc beaucoup d'autres mots.
 
Bref, je n'évoque pas les devoirs de l'élève, ni les devoirs au sens où le prennent certains ouvriers syndiqués ou même une certaine engeance qui bouffe du patron et du curé sans discernement.
Un petit mot quand même : Devoir pour eux, signifie les obligations imposées par leurs supérieurs, enfin disons, ce qui est imposé par un tiers et dont ils pensent avoir le droit de s'exonérer. (C'est d'ailleurs pour cela que bon nombre de travailleurs ne se sentent que des droits, mais aucun devoir. Travailler moins pour gagner plus, voir même être payé à rien foutre, c'est l’égoïsme de certains petits, qui vaut bien celui de certains grands)...
 
Je voulais plutôt parler du devoir que l'on s'impose à soi-même. Je reviens à mon occupation favorite, parler de moi-même...
Je n'ai pratiquement jamais obéi à un ordre ex abrupto. Pour preuve, le nombre de fois où j'ai changé de crèmerie.
Les ordres étaient pour moi des conseils (surtout quand j'étais débutant) et donc je les faisais miens, parce que je les jugeais pertinents et je les exécutais parce que j'étais motivé.
 
Concernant les devoirs que je m'impose, sans intervention extérieure, ce sont parfois les plus pénibles. Je me suis marié par devoir, mais aussi avec l'aide de l'amour. Mais parfois je regrette de l'avoir fait, car j'ai l'impression d'être puni chaque fois que ma femme pique ses crises de jalousie, de haine, de cruauté verbale...
 
Enfin, ma vie n'a été que devoir, c'est à dire : "J'ai reçu ceci, je dois donc cela"...
 
A propos de ceux qui se prennent pour des "grands" : Il y a un con, originaire de Châteauroux, (un gros prétentieux copain avec Poutine), qui devrait bien apprendre la signification de ce mot, lui qui a tant reçu de pognon des spectateurs Français, mais qui ne veut pas se prêter à un peu de charité nationale supplémentaire. Il ne se sent aucun devoir ? Je lui couperais bien tous ses droits...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mai 2019

Communiqué officiel de l’association des anciens élèves : La guerre !

GSM

NDLA : Ces évènements datent de septembre 2015... J'avais omis de les publier... Suis-je bête !... C'étais le début du conflit ouvert...
 
Communiqué officiel de l’association des anciens élèves
 
NDLA : Je reçois ce communiqué officiel de la part de la présidence de l'association des anciens élèves :
 
> Chers camarades,
 
> Notre Association vient de vivre des heures difficiles. Nous vous avions informé que certains membres avait assigné notre Association et certains de ses dirigeants en novembre dernier. Après avoir tenté des discussions pour tenter de sortir de ce conflit, force a été de constater que la situation empirait, qu'ils empêchaient nos réunions de se tenir et menaçaient notre personnel. Nous avons donc été contraints de lancer une procédure de radiation à leur encontre, après leur avoir enjoint pendant 6 mois à nous expliquer pourquoi avoir procédé ainsi et tenté de trouver une solution amiable.
 
> Or lors du Conseil d'administration du 28 août dernier qui devait statuer sur la radiation de ces membres après avoir échangé avec eux pendant l'été, une dizaine d'entre eux sont venus forcer le passage pour empêcher la tenue de ce CA. Ils ont agi avec une telle violence que nous avons été contraints d'appeler la police pour nous protéger, après que l'huissier, notre avocate et le Président de l'association aient été violemment agressés. Des plaintes pénales ont dû être déposées contre ces agresseurs. Sous la protection de la police, nous avons finalement pu tenir notre CA et assuré un débat respectant les droits de chacun pour voter sur la radiation, une mesure que nous aurions préféré éviter. Certains ont été radiés, d'autres membres assignataires ne sont pas radiés. Aucun crédit ne peut être accordé aux communications à la hussarde que certains de ces agresseurs vous font passer à ce sujet.
 
> Nous vous informerons plus en détail de la suite mais nous voulions d'ores et déjà vous prévenir de ces faits très graves, malheureuse conclusion d'un an d'acharnement de la part d'un groupuscule d'anciens qui n'a pas accepté l'élection d'une nouvelle équipe. Ces derniers mois ont été particulièrement difficiles à supporter pour nos dirigeants élus bénévoles victimes de ces agissements et nos salariés. Nous leur rendons hommage et les remercions pour leur engagement et leur dévouement dans ces circonstances difficiles.
 
> Une telle issue est déplorable, mais le comportement de ceux qui se disaient nos camarades, l'est encore plus. C'est impardonnable et d'une gravité rare, ce dont ces personnes ne semblent pas avoir conscience. Nos valeurs développées à l'École (entraide, collaboration, altruisme, responsabilité, humilité, ouverture et honnêteté), socle de notre Association, semble être bien loin pour ces gens qui entachent l'honneur et la dignité de notre Association, notre école et notre profession. Nous ne laisserons pas des personnes prêtes à attaquer notre Président, des professions qui représentent le droit et l'ordre public comme l'huissier et l'avocat, insulter les administrateurs, les salariés, sans prendre les mesures nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre association qui est, et reste, le fer de lance de notre engagement.
 
> En attendant des jours meilleurs, nous communiquerons très prochainement avec nos chers camarades à ce sujet et sur nos projets associatifs.
 
> Le Président et le Bureau
 
NDLA : Les dirigeants élus de l'association ont actuellement une gestion calamiteuse des fonds publics et privés qui leur sont confiés, en passant des marchés en gré à gré à des prix prohibitifs, avec des entreprises au bord de la faillite, sans professionnalisme ni d'un coté ni de l'autre. Nous sommes tous en droit de nous demander si tant d'incompétence ne cache pas des intentions plus douteuses quant à la destination des fonds (construction de chambres d'étudiants : cela se chiffre en millions d'euros). Leur attitude est de nier, de récuser toute attaque sans se justifier sur aucun point. L'affaire est au tribunal et des avocats sont nommés...
 
J'ai donc pris la liberté de répondre à ces gens pleins de suffisance et malhonnêtes, qui préfèrent faire taire leurs accusateurs que se justifier, tout en se donnant bien évidemment, le beau rôle, dans ce communiqué officiel . J'avoue que je n'étais pas dans mon rôle, étant donné mon éloignement de ces deux amicales, l'une  félonne, l'autre résistante. J'ai quand même répondu aux félons : :
 
Je reçois votre "communiqué officiel", véritable avis gestapiste, qui ne cesse de me surprendre et c'est un doux euphémisme.
 
Votre façon de voir les choses est purement personnelle et totalement orientée.
 
En effet, tous ceux qui ont suivi les évènements pensent que vous, quarteron de dirigeants sans foi ni loi, ne respectez aucun des statuts et pire, n'avez aucune attitude respectueuse, transparente et intègre, que l'on pourrait attendre de la part de gens exerçant vos fonctions.
 
De fait, vous vous placez purement et simplement dans l'arbitraire d'un pouvoir personnel et avez rompu le fil de légitimité qui vous reliait à l'ensemble des anciens élèves non élus.
 
Je pense que la base saura vous faire démettre de vos responsabilités usurpatrices.
 
C'est toute la grâce que je vous souhaite.
 
Vous n'avez pas le bonjour.
 
POST SCRIPTUM : J'APPORTE MON SOUTIEN PLEIN ET ENTIER à TOUS LES ANCIENS FAISANT L'OBJET DE LA FATWA DES DIRIGEANTS DE L'ASSOCIATION !
 
NDLA : Je n'ai bien entendu jamais eu de réponse...
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


08 mai 2019

Les hommes que j'ai traité d' .......

GSM


Il s'agit de deux directeurs du même nom à consonance italienne ! ( Ma che ? )...
 
Évidemment ils sont de la même famille. L'un était directeur régional d'île de France chez SAE, l'autre a opéré chez SAE, puis chez Bouygues-construction en qualité de directeur de travaux.
 
Cela s'était passé en public, en réunion de chantier, sur des chantiers différents et à plusieurs reprises (le monde du bâtiment est petit). Ils l'avaient bien mérité et avaient perdu de leur superbe... Mais ça leur glissait dessus... Ils avaient beau être les clients de mes employeurs, je n'ai eu aucune retombée, aucune sanction, aucun rappel à l'ordre, rien... (Insulter un client = faute grave, mais pour ces larves mafieuses, il devait y avoir une tolérance? Vas savoir ?)
 
La famille macaroni, était très huilée. Ça glissait ! Leur seule préoccupation, c'était de voler. Voler les clients, plumer les sous-traitants, voire les acculer à la faillite : Marge avant, marge arrière, tout était bon dans le cochon...
 
Après tout, ils étaient responsables des résultats et intéressés aux résultats... Alors, quelle importance de se faire traiter d'enculé, du moment qu'on puisse se payer une villa, une piscine, un yacht, etc ?
D'autant plus que c'est eux qui enculaient mes employeurs du moment...
Bien sur, ils ont plumé mes employeurs, mais beaucoup moins que s'ils avaient eu affaire à un autre que mézigues. J'ai déployé énormément d'énergie à lutter pied à pied avec ces deux salopards, à allumer des contrefeux et les prendre au piège du formalisme de la légalité...
 
Le second de ces messieurs, un jour, bien longtemps après, je l'ai retrouvé sur un chantier à 20 mètres de moi... Un vrai choc ! Nous nous trouvâmes face à face, figés et arc-boutés, nous dévisageant, comme dans "Duel à OK Coral"...
 
J'étais prêt au pire, même à lui voler dans les plumes, ou bien à lui balancer des noms d'oiseaux...
 
Quelques secondes qui ont duré une éternité. Puis, me désignant, il a lancé à la ronde " Venez voir ! C'est XXX, mon grand ami de trente ans ! Comment tu vas ? Viens boire un coup, on va évoquer le passé, c'est si bon de te revoir "...
 
J'étais interloqué.
 
Il avait changé de crémerie, pour une entreprise familiale de gros-œuvre, où l'honnêteté et le respect étaient les valeurs cardinales qu'il avait intégrées en même temps que son rôle chez ce nouvel employeur...
 
Tous les vendredis, banquet sur le chantier, bonne ambiance. J'étais l'invité d'honneur avec table ouverte permanente... (Il faut dire que je n'étais plus son sous-traitant, mais le coordinateur missionné par son client. La subordination était inversée). J'ai bouffé, mais sans être acheté (par les fenêtres). Je ne l'ai pas ménagé plus que les autres, pas moins non plus... (Après tout, il pouvait bien me nourrir, puisqu'il m'avait fait chier d'avance).
 
Il avait accepté de se plier à des pratiques douteuses pendant de si nombreuses années, avant d'y renoncer enfin...
 
Il n'empêche, qu'accepter de faire ce que la morale réprouve, pendant si longtemps, même sur ordre ??? Il lui sera un peu pardonné de ma part, mais pas trop quand même...
 
Quant à son grand frère... Il est allé jusqu'au bout (la retraite) dans l'abjection immorale, mais je ne l'ai pas revu et je ne m'en porte que mieux !
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2019

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (13)

GSM


INFOS ADIA N° 20
 
Association de défense des intérêts de l’Amicale
 
Informations sur la gouvernance de notre amicale et sur la procédure de conciliation engagée en janvier 2019
 
Chères et chers ami(e)s Papés, chères et chers élèves en formation ;
 
LA GOUVERNANCE et la GESTION :
 
Tout d’abord nous tenons à remercier chaleureusement toutes celles et ceux de plus en plus nombreux qui nous soutiennent moralement et financièrement.
Votre soutien nous conforte quant à la légitimité et la nécessité de notre démarche et nous encourage à poursuivre notre action de défense des intérêts de notre amicale afin d’assurer sa pérennité en veillant à ce que sa gouvernance se fasse avec sérénité et empathie tout en apportant aux élèves en formation les meilleurs services aux meilleurs prix.
Ce qui au vu des dernières informations en notre possession ne semble pas être le cas.
 
Une trésorerie exsangue due notamment :
 
A l’utilisation abusive de conseillers juridiques environ 400 000€ en 4 ans
Au recrutement d’une conseillère en communication sans vérification de la capacité de financement de sa rémunération.
A des erreurs de gestion du projet de construction :
Éviction du titulaire du bail à construction par paiement d’une indemnité de dédit de 230 000€ sans validation de l’AG et conflit sur le paiement de la taxe foncière (270 000€) avec Un Toit pour Tous.
Mise en concurrence approximative et attribution des marchés irrégulière (rupture d’équité entre les concurrents tant pour la maitrise d’oeuvre que pour les travaux).
Erreurs d’appréciation du coût de l’opération de construction qui contraint à souscrire un prêt de 417 000€ pour financer le mobilier
Au déficit de cotisation dû à la méfiance grandissante des membres de l’amicale concernant la gouvernance « Deveaux ».
A des procédures judiciaires qui s’accumulent
-Procédure pour radiation de 22 membres dénoncées par le tribunal d’Alès
-Refus du verdict du jugement du 16 juin 2017 entrainant une procédure d’appel couteuse dont les frais sont entièrement imputés sur le budget de l’amicale y compris ceux qui devraient être supportés par chacun des mis en cause.
-Procédure au tribunal administratif à l’encontre de Logis Cévenol qui a pourtant était préféré à « Un Toit pour Tous » après son éviction contre le versement d’une indemnité conséquente.
-Procédure contre l’assurance AGI (Aide juridique).
-Plainte injustifiée contre notre collègues Yanick Ginel fervent défenseur bénévole des intérêts de notre amicale.
 
Une gestion immobilière du patrimoine discutable et peu efficiente.
 
Nous avons en effet pu à l’occasion de diverses manifestations, échanger avec les élèves qui nous ont fait part de leur étonnement et aussi mécontentement concernant notamment :
La vétusté de certains locaux,
Le peu de réactivité pour la prise en compte de travaux de maintenance courante (fuite de robinet ou canalisations, défauts électriques, office cuisine inutilisable ......)
Le Prix des loyers élevés pour le niveau de prestations proposé qui contraint certains d’entre eux à se loger en ville.
Ghettoïsation de la maison des élèves et manque d’ouverture sur la ville.
 
Tous ces faits démontrent l’amateurisme de la gestion de l’équipe Deveaux et du directeur de la Maison des élèves. Ils confirment les mises en garde non suivi d’effet que nous signalons depuis plus de 4 ans.
 
LA CONCILIATION :
 
Sur notre dernière note d’infos n°19 du 20 décembre 2018, nous vous informions de l’engagement en janvier 2019 d’une tentative de conciliation initiée à la demande du président de la cours d’appel de Nîmes.
Nous l’avions acceptée en espérant que le président Deveaux et son équipe ferait preuve de leur réelle volonté de voir enfin réglé ce conflit sur la gouvernance, désastreux pour l’image et l’avenir de notre amicale.
 
Malheureusement à notre grand regret cette procédure de conciliation n’a pas abouti pour les raisons suivantes :
 
1-L’équipe Deveaux a refusé de se conformer strictement aux statuts et de n’ouvrir le scrutin qu’aux anciens élèves, ceci conformément aux pratiques antérieures afin d’éviter les conflits d’intérêts en rendant les élèves juges et parties et pour ne pas déroger aux principes d’équité entre tous les membres conformément aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 et de l’article 1103 du code civil.
 
2-Proposition d’organiser les élections sur la base d’un nouveau statut rédigé à « la va vite » par nos contradicteurs qui sans scrupules n’hésitent pas à déroger à de nombreuses reprises aux dispositions du statut type des ARUP (Associations Reconnue d’Utilité Publique) .
 
3-Limitation de l’instance à élire à 7 membres , ce qui revient à valider les cooptations irrégulières pratiquées par l’équipe Deveaux pour une grande partie des présidents de région en place dont la plupart ne sont d’ailleurs pas à jour de leur cotisation.
 
4-Droit de vote accordé à tout membre à jour de sa dernière cotisation sans aucune antériorité, ce qui dénote un grand mépris de toutes et tous, celles et ceux qui s’acquittent assidûment de leur cotisation depuis de nombreuses années.
 
5-Notre contre-proposition n’a pas reçu de réponse de nos contradicteurs dans le délai fixé au 2 avril 2019 par le président de la cour d’appel de Nîmes.
 
En conclusion,
 
Il s’avère que nos contradicteurs assoiffés de pouvoir n’ont eu pour seule préoccupation que leur réélection et n’ont pas hésité à proposer des mesures dilatoires et peu scrupuleuses sans aucun état d’âme sur le devenir de la pérennité de notre amicale qu’ils continuent à mettre en danger par leur comportement inconséquent et égoïste.
Le risque étant de voir notre amicale démantelée et la gestion de ses biens (propriété de tous les anciens élèves) confiés à des tiers envers qui nous n’aurions plus aucun pouvoir de contrôle.
 
Si ces propos vous ont convaincu rejoignez nous afin que cette équipe qui a prouvé son incompétence soit relevée de ses fonctions et remplacée par des collègues soucieux du devenir de notre amicale et du service à rendre aux élèves en formation.
 
Alès le 16 avril 2019
 
Le bureau de l’ADIA
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

13 avril 2019

La tête bien pleine mais mal faite

GSM

Écrit le 09 02 2009
 
Tout part en brioche.
 
Ça a commencé avec "Droit de réponse" de Michel Polac. A l'époque, le coté déjanté de l'émission m'avait attiré, mais son résultat, c'est à dire aucun, m'a vite éloigné...
 
Mais depuis... Aïe-aïe-aïe ! Cela s'est répendu comme une trainée de poudre.
 
J'ai déjà parlé de ces débats politico-télévisuels, où tout le monde coupe la parole de tout le monde (sauf Besancenot que je qualifierai d'homme politique le plus poli et le plus respectueux). Et oui, comme quoi être "facteur" est parfois mille fois plus honorable à mes yeux qu'être un "Elkabach"...
 
Ce matin, je pense à l'évolution de ce phénomène dans le BTP...
Quand en 2007-2008, un directeur de travaux de chez Bouygues-construction me lance "Errare humanum est, perseverare diabolicum", cela ne traduit pas qu'une progression du niveau de culture de la gent "batimentesque".
L'irruption des curcus classiques, philosophiques et juridiques, dans la construction a marqué un tournant dans la mentalité et le déroulement des chantiers.
En reléguant à l'arrière-plan le rationnel, le cartésien, la technique et l'organisation, ces nouveaux venus ont transformé la profession en chicanerie et les hommes en plaideurs (Ah Molière, reviens nous faire rire sur ces cons !). Or il est bien connu que les sciences humaines sont le haut lieu de l’irrationalité, de la mauvaise foi, des luttes de pouvoir, enfin toutes choses pourvoyeuses d'immobilisme...
 
Le "compliqué", s'est mué en "complexité" quasiment insurmontable.
 
Le bien-parler s'accompagne du "trop parler", du "tout parlé" bientôt suivi du "rien fait" et du "rien décidé".
Les chantiers dérivent ainsi de 50% en budget et 50% en durée. Les supers-bénéfices des majors du bâtiments sont uniquement réalisés par la procédure, le chantage, la chicane.
Les dépassements de budgets publics concourent à rincer le budget de l'état et à faire grimper le coût de l'immobilier. Tout va bien. Le système s'auto-alimente par les pots de vins et par les beaux-parleurs...
 
Le système dérive tant, que les agents de maitrises et autres ouvriers hautement qualifiés, dégoûtés par un système non-maitrisable ne cherchent qu'à en sortir au plus vite. N'importe quel licenciement ou préretraite fait l'affaire, plutôt que de rester impuissant sur un bateau ivre.
La conséquence est qu'au niveau de l’exécution, le gâchis et le sabotage s'additionnent à l'anarchie...
 
Un métier d'avenir, bien payé ? Intégrez le milieu du bâtiment !
Qualités requises ??? Aucune. Quoique, si : La patience, le flegmatisme, le sens de l'ellipse et pourquoi pas la connaissance du latin.
 
Nota bene : Le Grec parlé serait un plus...
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 avril 2019

Ma chronique - Un grand chef, un héros, c’est celui qui rend leur dignité aux plus faibles


GSM

Dimanche 25 octobre 2009
Hélas, les hommes que nous voyons aujourd’hui se coopter, sans vergogne, n’ont pas cette noblesse !
Ils ne songent qu’à s’accorder des pouvoirs indus, sans mérite, sans gloire, sans capacité, avec pour seul but, se partager le gâteau d’une démocratie qu’ils dépouillent.
Ils sont haïs, mais n’en ont nul scrupule, car le service de leurs intérêts passe au-dessus du service de tous.
.
Nos chefs, enfin, ceux qui actuellement se prétendent nos dirigeants et nos édiles, ne sont pas des grands chefs, ne sont pas des héros.
Derrière leurs beaux discours mensongers et flatteurs, ils laissent les plus faibles sur le coté du chemin, les poussant parfois un peu plus dans le fossé, dans la honte, dans la colère de la servilité, de l’impuissance.
.
Non, nos dirigeants ne sont pas admirables. Ce ne sont que des pleutres, sans idéaux, occupés d’eux-mêmes, à accaparer vénalement richesse et pouvoir…
.
Il n’y a pas de honte à mépriser ces êtres vils. Le pouvoir qu’ils s’octroient est sans sagesse, sans justice, sans dignité, sans conscience, aveugle et sourd…
.
Que vienne enfin le jour, où nous retrouverons le chemin d’un exécutif clairvoyant, à l’écoute du peuple de France, prêt à nous dessiner un avenir commun et à lutter contre l’arbitraire et l’égoïsme !
.
Que vienne l’heure vengeresse, du jugement des forbans par les citoyens de la république…
.
Ce jour-là, nous serons libres !
.

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

05 avril 2019

Ma chronique – Sarko gronde les banquiers

GSM

Ecrit le 27/08/2009 à 21:00
 
Mardi dernier, nostre bon Roy Nicolas 1er a ferraillé très roidement avec les banquiers. Cette réunion étoit déclenchée par le scandale des provisions de bonus exorbitantes des traders de BNP Paribas.
Ah... Qu’il fust difficile de réprimander les amis et austres connoissances très chères, pour monstrer bonne figure aux serfs affalés devant la lucarne animée…
Qu’il fust dur de trouver un arrangement satisfaisant et de bonne apparence…
De fait, les mesures proposées sont de bon aloi, sur leurs principes.
Il est de bon aloi de se poser quelques petites questions cependant :
- Comment la Banque de France contrôlera l’application des mesures dans les banques ?
- Le fait de priver les banques désobéissantes de la distribution de l’emprunt d’état, représente-t-il vraiment une sanction pénalisante (Je ne crois pas) ?
- D’autres sanctions seraient… Quoi ??? 
 
Ci-dessous extrait de « Marianne », très évocateur de la sévérité du bon Roy… Et qui résume bien, le cynisme des uns et l’hypocrisie de l’autre…
 

 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,