21 octobre 2019

La parité… Ha, ha, ha…



GSM

Quand j’étais plus jeune, je me disais qu’il était insensé que les femmes soient totalement absentes des élus politiques et que c’était contraire au simple bon sens : Plus de cerveaux = plus d’intelligence, plus de savoir faire, davantage de ‘variété’ politique… Et surtout je pensais que par leurs sensibilités différentes elles apporteraient beaucoup au bénéfice de notre société…
 
Et puis l’eau est passée sous les ponts… La théorie, finalement, ne s’avère être que chimère, comme c’est le cas très souvent…
 
En effet, depuis, quelques femmes ont ‘percé’ en politique, sous la pression de l’opinion et au nom de ces bons sentiments républicains…
 
Mais il faut bien comprendre le processus : Les femmes ne se sont fait une place, uniquement parce que les hommes leur en ont concédé une toute petite.
 
Dans leur machisme et leur connerie, les politiciens hommes n’allaient pas laisser passer toutes les femmes, mais uniquement celles qui ne risquaient pas trop de leur piquer leur boulot ni surtout de leur porter ombrage…
 
Certes on a eu des femmes comme Simone Weill, mais on a hélas eu Edith Cresson, Nadine Morano, Christine Boutin, j’en passe et des pires…
 
Alors finalement, on peut dire que le panel ‘hommes et femmes’ politiques, étant donné les ‘qualités’ nécessaires que sont l’avidité, le pouvoir, le cynisme, le mensonge, la perversité, ne donne que deux fois plus de chance d’avoir des cons (connes), des salopards (salopardes, tant pis pour les néologismes), des voyous (est-ce qu’on dit voyoutes ? En tous cas il y en a)… Il faut bien se rendre à l'évidence : Dans ce domaine, il n'y a pas une façon de faire masculine et une autre féminine. En matière de pouvoir, les agissements sont les mêmes...
 
On a aussi une double micro-chance d’avoir un jour l’homme ou la femme politique qui sera honnête, sincère, capable, au service des citoyens…
 
On peut toujours rêver…
 
Ecrit le 25 avril 2015
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


04 octobre 2019

Mémoires et radotages (234) – Pauvres, obèses et morts


GSM

Écrit le 03 octobre 2019
 
Il y a une chose qui me tracasse quotidiennement…
Je ne sais pas si la situation est la même dans toutes les régions de France.
 
Quand je vais au supermarché ou à l’hyper, je vois beaucoup, beaucoup de grosses personnes.
Et quand je dis gros, je veux dire énormes, très énormes parfois !
Ne riez pas ! Je ne trouve pas cela drôle du tout !
Je trouve cela dramatique !
Je me pose la question : Mais pourquoi ? Parfois je sens bien que ce sont des gens pauvres, qui achètent les aliments les moins chers, genre pâtes et riz, on le voit à leur mise, à leur véhicule misérable et au contenu de leur caddie…
Mais il peut y avoir d’autres raisons : La dépression, le désespoir qui, soit, pousse à l’anorexie, soit, dans le cas évoqué à la grosse bouffe pour tenter de combler un manque, ou bien alors un problème hormonal…
Mais sinon ? Il y a tant de raisons liées à l’évolution de notre façon de vivre et à l’offre alimentaire toujours plus emplie de sucres et de graisses…
 
Certains de ces gens sont tristes, d’autres, comme cette hôtesse de caisse, sont joviaux et rigolent tout le temps…
 
Mais le problème qui tourne et retourne dans ma tête, c’est d’imaginer constamment ces gens comme étant des morts en sursis… Je vois de futurs cadavres, voilà ce que je vois…
Obésité, cholestérol, crises cardiaques, vont avoir raison de ces pauvres gens, bien avant l'âge "normal" de décès…
 
Non, je ne rigole pas de ces difformités physiques, bourrelets, poitrines qui pendent, tours de fesses ou de ventres de deux mètres voire plus, ce n’est absolument pas rigolo… C’est vraiment dramatique…
 
J’en viens à me demander si cette évolution vers l’obésité, alliée au manque de plus en plus chronique de médecins, ne serait pas voulue, pour faire dégager les gens avant qu’ils n’atteignent la retraite… Car comme par hasard, il y a très peu de gens aisés trop gros…
 
La femme mince et élégante monte dans son SUV après avoir rempli son coffre de nourriture chère et bio… On voit bien la différence…
 
Les gens modestes n’ont qu’à crever, avant de coûter à la collectivité… C’est navrant et c'est horrible… Macron, pas besoin de réformer les retraites, ceux qui te gênent seront morts avant d'en bénéficier !
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

03 octobre 2019

URBI e ORBI


GSMEcrit le 5 avril 2015

 

Je sais, il y a cette messe pleine de références bibliques à des évènements mythiques dont je n’ai rien à foutre, mais vraiment rien !
 
Et il y a tous ces gros connards qui font des attroupements devant le parvis de l’église.
 
Et que j’te discute du prix du blé, du cours du bœuf et de la progression du caca-rente (cac 40). Et que je te caquette pour dire du mal des voisins. Et que j’me la pète devant l’église, parce que c’est le must pour montrer qu’on est UMP.
Et que j’te crache à la gueule du pauv’type qui fait la manche à la sortie d’l’église : « T’as qu’à bosser faignant ! », (tout le monde n’a pas la chance de gagner plein d’sous à la sueur du front de ses esclaves. Il est vrai que pour eux le ‘miraque’ de la multiplication des dividendes est sûrement d’essence divine)...
Et que j’te repars tel Artaban dans mon gros 4x4 rutilant, histoire d’en foutre plein la vue des aut’cons qui bavent de jalousie… Parce que c’est ça le concept de ces bobos très aisés, très cons et très m’as-tu-vu : La com-pé-ti-tion. Il faut dominer, il faut paraître le meilleur au-delà de l’avarice, de l’accaparation, de la vénalité… Et tant pis pour la gueule des autres…
 
Alors pourquoi j’irais voir le cureton prêchant les préceptes du Christ ?
Est-ce que ses fidèles partageraient leur manteau avec qui n’en a point ? Est-ce qu’ils mettraient en pratique les principes de charité et de pauvreté ? Ah, ça jamais ! Plutôt crever !
Mais qu’est-ce qu’ils foutent donc dans un lieu où visiblement ils n’ont rien à foutre ?
C’est le lieu de rassemblement des gens de leur condition, hypocrites, cruels et lâches, cachés derrière le masque des faux bons sentiments. Sarkozy leur a dit, prêchant avant le 1er tour des départementales, du haut de sa chaire : « Dès que j’reviens, j’supprime l’assitanat, Ameeeeeen »…
 
Et bien moi, c’est pareil. Aller dans l’église de mon patelin, avec ces endaufés ? Jamais ! Plutôt crever !
 
La fréquentation du clergé séculier est réservée à ces nantis qui font mine d’adhérer à une morale qu’ils n’ont pas…
Je préfère me souvenir de ces bénédictines du couvent situé derrière le Sacré-cœur…
Vivant dans la pauvreté, cultivant leur jardin, accueillant et soignant les pauvres et les déshérités. Elles offraient à manger à mon ouvrier malien musulman, qui n’en revenait pas.
Je repense à l’abbé Pierre, à sœur Emmanuelle, à mère Teresa, au père Guy Gilbert. Je revois mon abbé, l’abbé Ferret, qui plaisantait avec mon papa sans retenue, parce qu’il était comme mon père, un homme réel, pétri de bon sens, de doute, de bonté et d’humanité…
 
Voilà l’église que j’aime… Le Jean XXIII, qui faisait des escapades dans Rome en soutane avec ce chapeau à la Don Camillo…
 
C’est pourquoi je vais écouter le discours, prêche, enfin le truc urbi e orbi, là, à la télé…
Parce que c’est François, un homme simple, de bon sens, courageux, qui va par son verbe, donner de l’espoir à ceux qui n’en ont pas…
 
Oui car comme les autres, j’ai besoin d’espoir et c’est bon d’entendre la bonne parole à ce sujet.
Car, entre nous, qu’est-ce que j’en ai à faire que jésus ait surfé sur la mer morte ? Qu’il ait fait soi-disant des ‘miraques’ ? C’est du passé ça. Et puis on n’sait pas vraiment…
 
C’est maintenant, qu’il nous faudrait des ‘miraques’…
 
Et comme au commencement était le verbe…
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2019

Suis-je malade, docteur ?

GSM

Ecrit le 15 mars 2015
 
Je discute avec les musulmans, je plaisante avec eux parfois, je n’ai jamais eu aucune difficulté professionnelle particulière avec eux, du moment qu’ils aient un comportement normal.
 
Je ne supporte pas la burqa, le voile intégral, l’arboration de signes ostentatoires de radicalisme, les gens qui prient en s’accroupissant dans la rue ; je ne supporte pas l’idéologie mortifère des extrémistes musulmans, l’impunité, la discrimination « positive », le laxisme en rapport aux délinquants musulmans ; je ne supporte pas l’envahissement de nos lieux de vie par des gens qui ne parlent pas français, vivent en communauté sans respecter nos lois, ni notre mode de vie ; je déteste le contrôle au faciès. Je ne comprends pas qu'on accueille et entretienne des gens, alors que des français sont dans l’extrême misère.
 
Suis-je raciste, docteur ?
 
-Vous ne détestez pas tous les musulmans ?
-Non. Pourquoi faire ?
-Trouvez-vous qu’ils soient d’une race inférieure ?
-Non.
-En fait vous trouvez qu’il y en a de trop et qu’ils ne sont pas intégrés ?
-Oui. C’est cela ! C’est le comportement de certains qui me débecte.
-Vous n’êtes pas raciste ! Vous n’êtes qu’un français qui souhaite le rester et ne pas subir la pression d’une autre culture envahissante…
-Voilà, c’est ça !
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

28 septembre 2019

cinquantitude270 - Aujourd'hui


GSM

Écrit par zalandeau le 4 juin 2007 vers 20 heures... exhumé le 25/09/19
 
Il y a 1 dizaine de jour j'ai été contacté par un chasseur de tête qui a trouvé mon CV sur le web.
 
La description du poste n'était pas fournie. J'ai vu le site du client. Je me suis dit : "C'est pas pour moi, monter une opération, je sais que je saurais le faire, bien que ne l'ayant jamais fait directement, je suis un peu culotté, etc"...
Il était trop tard pour annuler le Rendez vous. J'y suis allé à reculons.
 
Levé à 4h40. Départ 5h30. Stationnement auto à Saint Denis à 7h30. 2 h de repos dans la bagnole (l'entretien est à 16h00), j'ai le temps. Métro, je descend à l'école militaire. Laisser passer.
 
J'arrive au "magasin cession cadres" : Fermé pour cause d'inventaire le lundi 04/06/07. Je tombe "le" jour de l'inventaire, et avec ça sous la flotte...
 
Je récupère mes papiers à la sortie. Métro. Les puces. Je vais voir les potes, j'achète 2 bricoles. Je retourne à la tour Pleyel à pied (il ne pleuvait plus).
Je glande. Métro, 25 °C dehors avec le costard, j'ai perdu deux kg de transpiration. Terrasse de café : 5 Euros la bière pression près de la Madeleine !!!.
 
Puis arrive l'entretien à 16 h00. Je me fait décrire la mission ; " Maître d'Ouvrage en phase exécution ". Je conviendrais très bien... Je remplis un dossier. Ils vont me proposer au Maître d'ouvrage recruteur...
 
Et dire que j'ai failli ne pas y aller...
 
Avant de partir, je commence : "si je n'étais pas recruté, je compte sur vous pour me proposer d'autre...". On me coupe la parole : "Non! C'est mon seul client qui accepte la candidature de personnes de votre âge!".
 
"Mais n'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie", pensais-je.
Je ne me suis pas vu vieillir. C'est bien ça mon handicap : un chiffre supérieur à 50 suivis de "ans". Mes compétences ne sont pas en cause...
 
Affaire à suivre...
  

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


22 septembre 2019

Entre cynisme et hypocrisie

GSM

Sur le tableau de la vie, il y a ceux qui affichent des principes et des pratiques immoraux avec impudence et morgue. A l'autre bout du tableau Il y a les extrémistes de la courtisanerie, qui affichent de trouver tout parfait et d'applaudir aux principes contraires aux leurs.
 
Ce sont ces personnages extrêmes qui détraquent l'harmonie sociale, surtout lorsqu'ils sont connus du grand public.
Ils sont aidés en cela par la connivence des institutions qui laissent au nom de la liberté, libre cours aux plus pervers quitte à en devenir les complices.
 
Souvent d'ailleurs, ce sont les moins hypocrites et les moins cyniques, ceux qui s'expriment au nom de la vérité et de la morale, qui sont victimes de la vindicte et désignés à la foule comme des boucs émissaires.
Évidemment, ils sont un danger pour l'ordre immoral des choses... Celui qui dit la vérité doit être tué. Cela a été valable de tous temps.
 
Notre société va d'un extrême à l'autre. Mais aucun extrême ne convient.
Moins d'arrogance et plus d'humilité pour les premiers, plus de sincérité pour les seconds et nous aurions une société plus vivable.
 
Le problème est que ces gens immoraux sont trop imbus d'eux-mêmes et qu'ils ne se rendent pas compte que le citoyen les observe et qu'une crise de rejet pourrait leur faire perdre un jour, leurs privilèges tout en rabattant leur arrogance...

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

14 septembre 2019

Plein le cul...

GSM



…des andouilles qui nous croient plus cons qu’eux…
 
Qu’ils aillent se foutre de notre gueule ailleurs… si ça leur chante… Après tout, on s’en bat les... z'oreilles… Mais qu’ils viennent se foutre de notre gueule sous notre nez, et nous faire passer pour plus incultes que nous ne sommes, ça, nous apprécions moyennement… Pour ne pas dire, pas du tout… Surtout quand il s’agit de gens qui veulent nous apprendre qui était qui, du temps où ils n’étaient même pas nés…
 
Nous n’avons jamais tenté de leur apprendre qui est tel ou tel personnage de leur sphère actuelle, que nous ne fréquentons pas et que nous n'avons jamais eu la prétention de connaître !
Ah, mais eux, ils connaissent très bien, ils se souviennent de gens et d’œuvres à la mode avant que leur père n’éjecte le spermatozoïde qui allait les envisager comme de futures créatures… 
 
Quelle mémoire !
 
Ils peuvent aussi nous raconter notre biographie, peut-être ? Certainement qu'ils la connaissent mieux que nous ?
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

13 septembre 2019

Chanson – « Sarkozy, aussi !»

GSM

Paroles de zalandeau écrites le 24 juin 2009

(Sur l’air de « Félicie » du regretté Fernandel)
Johnny est une grande idole,
Quand il parle il est très drôle
Sarkozy, aussi !
Toutes les grandes vedettes,
S’affichent comme des starlettes
Sarkozy, aussi !
Sim racontait des histoires,
Entre l’fromage et la poire
Sarkozy, aussi !
Mais voilà c’est des mensonges,
T’as du rêver dans tes songes
Sarkozy, aussi !
 
Il fait l’bouclier fiscal,
Tu voulais beaucoup d’social
Sarkozy, aussi !
Il donne de l’argent aux banques,
Tu voulais que l’on t’augmente
Sarkozy, aussi !
Il veut sauver ton emploi,
Mais on t’oublie à chaque fois
Sarkozy, aussi !
Il distribue notre argent,
T’en voudrais comme tous les gens
Sarkozy, aussi !
 
Les nantis le remercient,
Toi, l’ingrat n’a rien compris
Sarkozy, aussi !
Il a déchiré ton vote
C’était à jeter aux chiottes
Sarkozy, aussi !
Ce n’est pas une surprise,
Tous les Français le méprisent
Sarkozy, aussi !
Et quand tu te diras « oui,
Pourquoi j’ai voté pour lui ? »
Sarkozy, aussi !
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

12 septembre 2019

baptême, rien à branler, cureton, alléluia, Zavatta, Nogent sur Marne, innocente


 
Un baptême... A qui s'adresse la cérémonie ? Les lardons qui sont baptisés n'en n'ont rien à branler ! Donc, ça s'adresse aux adultes, car c'est bien eux qui sont en demande de cette cérémonie...
Alors, je sais bien qu'il peut y avoir deux ou trois décérébrés dans l'assistance, mais quand, à l'attention de 300 adultes en pleine possession de leurs moyens, le cureton dit à peu près :
" Alors le petit Jésus, ça va les petits enfants ? Il faut aimer Dieu plus que soi-même. Répétez : J'aime mon Dieu, Alléluia, alléluia, alléluia, alléluia, alléluia, alléluia "...
 
...Je répète si je veux, quoi... Mais où est-on, là ? Au cirque Zavatta, ou bien ???...
..." Ah les nouilles, ah " ??? Et si on préfère le riz ?
...J'ai horreur qu'on me parle comme à une bille. Est-ce que c'est une façon de parler à des adultes qui ont fait la part des choses ?
... Y devrait nous dire " Salut, camarades prétendument catholiques ! Vous avez fait le choix de baptiser votre bambina. Nous sommes réunis pour ça. Nous allons procéder dans un instant. Et en sortant n'oubliez pas le guide, donnez à la quête qui est organisée tout de suite si vous voulez rester en deuxième mi-temps. AMEN (ton pognon) ".
 
En fait y sont tellement trop bons trop cons, les curetons, que la quête a été faite de main en main, à la fin de la cérémonie mais y’a plein de paroissiens qui passaient la balle sans rien mettre dans la sébile : 30 € à tout casser, dans le nourrain, pour 150 possesseurs de 4x4...
 
Qu'est-ce qu'y sont radins tous ces UMP (Ouais, j'ai pas encore dit que c'était à Nogent sur Marne et qu'il y avait des médecins, des officiers en retraite, des rentiers, des chefs de service, enfin bref, du peuple selon les critères Sarkozyens, mais pas vraiment en toute objectivité)... Des gens bien, soi-disant, dont la doctrine catholico-mutante est plutôt "Charité bien ordonnée commence et finit par soi-même"...
 
On a beau vouloir chasser la politique, elle revient au galop, partout dans la réalité de notre société Française divisée en deux : Les possédants et ceux qui se font posséder...
 
Enfin, heureusement, la petite « nourrissonne » de ma belle nièce est super belle, super mignonne et pour le moment innocente, toute étrangère aux défauts des adultes qui l'entouraient...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

11 septembre 2019

Bon ou mauvais - A la mords-moi-l'noeud - Finalement

GSM



·  Bon ou mauvais


Aussi petit grain de sable que je fusse, je servais quand même à enrayer la mécanique du système pour le rendre plus vivable.
 
Il me reste une zone de paradis dans la tête : Mes enfants lorsqu'ils étaient petits...
A chaque fois que je plonge dans ce passé, j'ai un sourire stupide aux lèvres...
 
J'ai réussi à les élever sans déroger à ma morale et à mes convictions, sans m’aplatir, sans perdre la dignité... Mais il m'a fallu pour cela beaucoup plus d'énergie pour encaisser, pour rebondir, que si j'avais fait comme tout le monde...
 
Mais ai-je su leur transmettre cela ? Je leur en ai peu parlé. Faut-il d'ailleurs leur en parler ?
Je ne crois pas. C'est à eux de trouver leur chemin bon ou mauvais...
 
Mon exemple n'est pas forcément le bon.
 

·  A la mords-moi-l'noeud

 
Quand ils sortent dehors, ils sont voûtés, obséquieux, insignifiants, minables, alors que chez eux, ils jouent les grands philosophes et les maîtres absolus de la pensée...
 
J'ai fait, oui, moi, j'ai fait ! J'ai agi selon mes idées et mes principes ! Et j'en ai pris plein la tronche ! Je l'ai payé très cher ! Et je l'ai fait durant toute ma carrière ! Mais c'est fini, j'ai enfin compris...
 
Alors que ces théoriciens de la morale laxiste aillent au charbon ! On les verra après s'être ramassé la gueule, avec leurs théories fumeuses ! On verra s'ils ne se les foutent pas au cul leurs idées à la mords-moi-l'noeud ! On verra s'ils ne renoncent pas à la première occase !
 

·  Finalement

 
 
Les feignasses syndiquées ne m'ont pas apprécié (et réciproquement).
 
J'ai lutté contre les patrons et cadres supérieurs, pour défendre ceux que je nomme "les gens de peu". Certains de ces cadres me comprenaient, mais tous ne cherchaient qu'à se débarrasser de moi, avec ou sans haine et y parvenaient bien sur...
 
Finalement...
Je n'ai partagé des sympathies qu'avec certains de ces gens de peu...
 
J'ai donc été rejeté par le système et n'ai été apprécié que par ceux qui n'avaient pas d'influence sur ce système...
 
Quand je cherche un imbécile, je n'ai pas à aller loin. Je le vois en me rasant...
 
Définition zalandienne : Les feignasses sont toujours syndiquées. Les syndiqués ne sont pas toujours des feignasses.
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :