20 mai 2019

Le mariage pour tous...


 
Le mariage a d'abord été à l'origine, une institution religieuse, dans notre pays. Je rappelle que la France est la "fille ainée de l'église" (église catholique s'entend)...
 
Le mariage est maintenant et depuis très longtemps quand même, également une institution laïque.
 
Alors, quand on veut modifier une institution laïque, que vient faire le point de vue catholique ?
 
Certes, il y avait un certain mimétisme des modalités et dispositions concernant cette institution du mariage.
Alors, on comprend aisément que certains mélangent un petit peu la religion et la république, même si cela doit être proscrit au nom de la séparation de l'église et de l'état.
 
Mais admettons... Prenons la religion catholique...
 
Dieu n'a rien dit. Qui s'est exprimé au nom de Dieu ? Un prophète nommé Jésus (qui était Youd d'ailleurs : Il faisait le commerce du pain du vin et du poisson en les multipliant et en les vendant au noir)...
 
A-t-il parlé du mariage ? Non ! Tout ce qu'il a dit c'est "Aimez-vous les uns les autres" que je traduis bien volontiers par "les uns SUR les autres"...
C'est contre Jésus qu'ils devraient s'en prendre, ces tordus de grenouilles ou crapauds de bénitier... Car le projet de loi est directement inspiré de cette phrase du Christ.
 
Personnellement je trouve que ce projet de loi est complètement catholique et qu'à ce titre il est complètement communautariste et surtout laxiste.
 
Parce qu'aujourd'hui on veut marier les pédés, on veut marier les gouines...
Mais demain, on mariera les pédophiles avec des gosses ?
Et après-demain on fera des mariages zoophiles ?
 
Messieurs les socialos, vous êtes vraiment beaucoup trop scatholiques !
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


19 mai 2019

Mes vœux : De quoi 2009 sera-t-elle faite ?

GSM

Ecrit début 2009
 
J’avais prévu la crise, un an avant qu’elle ne se produise…
C’était relativement simple, l’observation du phénomène de la bulle financière et spéculative, fournissant ipso facto les réponses à mes questions…
Maintenant, prévoir ce qui va se passer en 2009 est beaucoup plus difficile…
Certes, il est facile de dire 2009 sera en pleine crise, mais ce n’est pas de la prévision, c’est de la simple constatation.
 
Nous sortirons de la crise, mais quand et comment ?
Tout dépendra de la prise de conscience des acteurs économiques et financiers et de la capacité de tous à reprendre confiance. Tout est lié. Sans confiance, point de reprise. Sans changement de comportement des acteurs susnommés point de confiance.
Donc tout revient à la responsabilité des dirigeants de tous poils, y compris les politiciens.
 
Alors 2009, sera-t-elle l’année où l’on tirera les leçons de ce « Panurgisme libéral » ? La question est fondamentale.
La bipolarité du monde n'est plus comme du temps du mur de Berlin. La seule opposition au libéralisme (toute aussi moyenâgeuse que le libéralisme), est le fondamentalisme islamique… Entre ces deux maux, Il n’est selon moi qu’un non-choix…
 
Certes il y a ces milliards de gens, dont nous faisons partie, qui subissent le système… Mais nous ne sommes pas unis. Certains, se raccrochent à ce système par peur de tout perdre… Bref, il y a beaucoup de collabos par nécessité…
Comme au moyen-âge, les serfs que nous sommes, sont très divisés et c’est cela qui fait perdurer le système.
 
Les dirigeants « de tous poils », vont-ils comprendre, que la répartition équitable des richesses et le développement durable sont les seuls moyens d’assurer de manière pérenne un niveau de vie décent à tous.
Mais il faudrait aussi que les possédants renoncent à vouloir toujours plus. Qu’ils se résignent à ne gagner "que" énormément bien leur vie…
 
Et puisque la rapacité humaine n’a pas de limite, il serait souhaitable que ces mêmes responsables édictent des règles et lois avec des sanctions, afin, de forcer le « raisonnable »…
 
Je viens donc d’énumérer ce que je souhaitais pour 2009…
 
Mais, franchement, à part quelques opportunistes déclarant aujourd’hui qu’il faut changer de système, alors qu’hier, ils disaient le contraire… Je ne pense pas qu’ils prennent conscience de l’interdépendance nécessaire de toute l’humanité…
 
Je crois, hélas, qu’ils continueront à provoquer des guerres pour vendre des armes, à stériliser les terres cultivables pour vendre des poisons chimiques, à appauvrir les gens pour spéculer ou prêter à des taux usuraires, à pomper toutes les ressources avec démesure pour s’enrichir…
 
Alors, je souhaite pour 2009, à tous les serfs de la terre, de relever la tête, de s'unir contre cette iniquité...
 
Ce sont des vœux pieux. Il faudra bien une dizaine d'années pour émerger et encore si on récupère en route des dirigeants intelligents... Ce qui n'est pas gagné...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2019

Le mariage scatholique


 
En plus ils font une manif ! Ne serait-ce pas un prétexte de la droite pour se défouler contre le pouvoir qui a remplacé son Nabot chéri ???
 
Pour un "Candide", il est surprenant que les UMP soient catho ! La religion catho normalement, privilégie les pauvres tandis que les riches seront privés de paradis.
 
Mais pour la hiérarchie catho, donc le clergé, c'est l'inverse !!! Les églises sont remplies d'UMP, c'est à dire, des gens qui écrasent les pauvres pour les exploiter davantage...
 
Et c'est ces enculés qui veulent empêcher les pédés  de se marier !!! Elle est forte de café celle-là ! Le mariage catho est d'une hypocrisie à nulle autre pareille !
Personnellement,  que les pédés soient mariés ou non... Ce qui leur rentre dans le c.. , ça ne me fait pas mal aux dents !
 
En plus, s'agissant des UMP, ils voulaient endoctriner leurs mômes dans leurs écoles privées, comme le font déjà depuis longtemps les juifs et les musulmans...
 
Putain ! Quand j'étais gamin, j'ai assez souffert de ces profs gauchisants qui voulaient nous convertir au marxisme et trainaient notre pays dans la boue ! Et c'était l'école publique ! Chaque école endoctrine les élèves ! Toutes ! Les écoles catho... ne sont pas en reste !!!
 
Il faut éradiquer ces gens qui endoctrinent partout !
 
En particulier, l'église catholique ne doit plus être un repaire de nantis et de suppôts de Satan.
 
Ce doit être l'enseignement de la bonté, de la charité, de la tolérance, de l'amour... Enfin ça devrait !
 
Je parlerai une autre fois des écoles de terrorisme que sont certaines mosquées...
 
Tout ça se terminera en eau de boudin, une guerre des religions !Le communautarisme va détruire ce qu'il reste de la notion de "démocratie" dans notre pays...
  

Posté par zalandeau à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 mai 2019

La censure, c'est la force des faibles

GSM

Je ne me sens pas noble par mes ascendances de noblesse chinoise, mais seulement par un certain caractère libre, soucieux de valeurs comme l'honneur, la probité, l’amour de la Patrie, la révolte contre l’arbitraire et l’injustice, la protection des faibles et des opprimés et surtout la fierté de ne pas mettre un genou à terre devant qui que ce soit hormis mon Créateur…
 

Je ne ploierai pas sous la censure de la pensée unique débilitante, premier des prémices d'une société sans valeur, décadente et qui va petit à petit vers sa fin, dominée par un de ces dogmes confessionnels qu'elle sous-estime mais qui la submergera bientôt...

 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

08 mai 2019

Les hommes que j'ai traité d' .......

GSM


Il s'agit de deux directeurs du même nom à consonance italienne ! ( Ma che ? )...
 
Évidemment ils sont de la même famille. L'un était directeur régional d'île de France chez SAE, l'autre a opéré chez SAE, puis chez Bouygues-construction en qualité de directeur de travaux.
 
Cela s'était passé en public, en réunion de chantier, sur des chantiers différents et à plusieurs reprises (le monde du bâtiment est petit). Ils l'avaient bien mérité et avaient perdu de leur superbe... Mais ça leur glissait dessus... Ils avaient beau être les clients de mes employeurs, je n'ai eu aucune retombée, aucune sanction, aucun rappel à l'ordre, rien... (Insulter un client = faute grave, mais pour ces larves mafieuses, il devait y avoir une tolérance? Vas savoir ?)
 
La famille macaroni, était très huilée. Ça glissait ! Leur seule préoccupation, c'était de voler. Voler les clients, plumer les sous-traitants, voire les acculer à la faillite : Marge avant, marge arrière, tout était bon dans le cochon...
 
Après tout, ils étaient responsables des résultats et intéressés aux résultats... Alors, quelle importance de se faire traiter d'enculé, du moment qu'on puisse se payer une villa, une piscine, un yacht, etc ?
D'autant plus que c'est eux qui enculaient mes employeurs du moment...
Bien sur, ils ont plumé mes employeurs, mais beaucoup moins que s'ils avaient eu affaire à un autre que mézigues. J'ai déployé énormément d'énergie à lutter pied à pied avec ces deux salopards, à allumer des contrefeux et les prendre au piège du formalisme de la légalité...
 
Le second de ces messieurs, un jour, bien longtemps après, je l'ai retrouvé sur un chantier à 20 mètres de moi... Un vrai choc ! Nous nous trouvâmes face à face, figés et arc-boutés, nous dévisageant, comme dans "Duel à OK Coral"...
 
J'étais prêt au pire, même à lui voler dans les plumes, ou bien à lui balancer des noms d'oiseaux...
 
Quelques secondes qui ont duré une éternité. Puis, me désignant, il a lancé à la ronde " Venez voir ! C'est XXX, mon grand ami de trente ans ! Comment tu vas ? Viens boire un coup, on va évoquer le passé, c'est si bon de te revoir "...
 
J'étais interloqué.
 
Il avait changé de crémerie, pour une entreprise familiale de gros-œuvre, où l'honnêteté et le respect étaient les valeurs cardinales qu'il avait intégrées en même temps que son rôle chez ce nouvel employeur...
 
Tous les vendredis, banquet sur le chantier, bonne ambiance. J'étais l'invité d'honneur avec table ouverte permanente... (Il faut dire que je n'étais plus son sous-traitant, mais le coordinateur missionné par son client. La subordination était inversée). J'ai bouffé, mais sans être acheté (par les fenêtres). Je ne l'ai pas ménagé plus que les autres, pas moins non plus... (Après tout, il pouvait bien me nourrir, puisqu'il m'avait fait chier d'avance).
 
Il avait accepté de se plier à des pratiques douteuses pendant de si nombreuses années, avant d'y renoncer enfin...
 
Il n'empêche, qu'accepter de faire ce que la morale réprouve, pendant si longtemps, même sur ordre ??? Il lui sera un peu pardonné de ma part, mais pas trop quand même...
 
Quant à son grand frère... Il est allé jusqu'au bout (la retraite) dans l'abjection immorale, mais je ne l'ai pas revu et je ne m'en porte que mieux !
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


06 mai 2019

Cadres-trous-du-cul


Finalement, mes meilleurs souvenirs professionnels, sont ceux vécus avec les ouvriers mis sous mes "ordres". Et encore pas avec tous. Disons avec la moitié d'entre eux, voire les deux tiers, c'était déjà pas mal. C'était beaucoup plus qu'avec mes collègues ou mes supérieurs...
 
Je crois que ces ouvriers m'appréciaient, avec mon sens de la "justice". C'est le mot qu'ils employaient et que bêtement j'avais fait mien.
A Tort, paraît-il !
 
En effet cela me handicapait dans les entretiens d'embauche, jusqu'au jour où j'ai suivi des stages de recherche d'emploi.
J'ai alors appris qu'on ne disait pas "justice"; que ce mot était réservé à l'évocation de l'institution judiciaire. J'ai eu droit à l’opprobre générale (y compris les autres cadres chômeurs) et on m'a inculqué l'emploi du mot "équité".
J'avoue que j'ai oublié de me prosterner de de remercier l'assistance de sa condescendante intention de m'instruire...
 
C'est alors que j'ai compris que pour ces gens-là, l'usage des mots était la principale occupation.
 
Depuis, cette pratique a enflé, s'est propagée tel un tsunami. Nous avons progressivement tous été confrontés à ce phénomène pour lequel des expressions ont été inventées et consacrées : "pensée unique", "politiquement correct", "langue de bois", etc...
 
J'ai gardé le souvenir ce cette condescendance dégoûtée dont ces cadres-trous-du-cul" se paraient et de la vexation que j'avais ressentie.
 
Cela explique aussi que j'ai eu peu d'atomes crochus avec cette catégorie de la population, dont théoriquement je faisais partie, mais avec laquelle concrètement, je ne partageais aucune valeur.
 
J’ai gardé très peu de cadres dans mes bons souvenirs…
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2019

La forme et le fond


Plus le monde va, plus nous dérivons vers la forme. Forme des mots et du langage, forme de l'apparence, forme permettant de modifier les perceptions et même d'occulter le fond des idées.
On en va même à ignorer le fond, complètement, parce qu'il est si facile de jouer avec la forme et parce qu'on peut plus aisément manœuvrer l'opinion publique avec la forme qu'avec le fond...
 
Cette façon de "penser" le monde, si on peut appeler ça penser, est illusoire et toxique dans une société qui voudrait aller de l'avant, mais qui vit le "sur-place" que lui fait subir la caste dominante...
 
Nous ratons ainsi le progrès pour nous complaire dans une régression jamais connue dans le passé, parce que c'est dans les idées nouvelles et dans la saine réflexion que nous puiserions notre renouveau; et non pas dans le théâtre des effets et des mots alternatifs...
 
Bref, pour faire plus simple, on est mal barrés !
 
Ou bien : A ne voir que la forme, on touchera le fond...
 

Posté par zalandeau à 10:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2019

Ce vol noir des corbeaux sur nos plaines…

GSM

Ecrit le 14 janvier 2009
 
Il est  des situations où l’on se pose mille questions. Ces mille questions, sont souvent sans réponses. Certes il y a les réponses convenues des simples mortels, qui vivent en descendant le courant, en courbant la tête, sans faire de vague, en subissant leur vie, comme si leur vie n’existait pas.
 
Dépositaire d’un patrimoine de l’âme et du caractère que l’on croit précieux, que l’on voudrait transmettre, alors que l’on sait la difficulté prégnante au quotidien de le maintenir, que penser et que faire, si cette flamme n’est reprise par personne ?..
 
La force de ce qu’on croît s’arrête avec notre vie, si personne n’en veut perpétrer la survivance. Résistances ignorées, liberté dont tout le monde se moque, expressions autocensurées, conformisme larvé, l’air du temps est dans le moindre effort, quitte à évoluer vers l’obscurantisme et l’asservissement. A quoi sert un rocher au milieu du torrent ? Le rocher finira par être vaincu par le flot…
 
La flamme de révolte que mes aïeux ont transmise cessera avec mon existence. Il est difficile et même déprimant d’admettre que le sang de notre sang préfère s’abandonner à la régression générale. Mais c’est ainsi.
 
Je poursuivrai néanmoins, jusqu’à  ce que mes forces m’abandonnent, à m’exprimer et à agir en fonction de cette conscience si exigeante, malgré cette déception et malgré les menaces totalitaires qui planent…
 
« A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire », dit-on…
 
Je ne gagnerai hélas pas, je finirai dans l’indifférence et même l’opprobre, mais en paix avec moi-même…
 
Je sais qu’ailleurs, existent des individus partageant les mêmes valeurs… Mais nous sommes trop parsemés, nous ne nous connaissons pas et ne pourrons jamais unir nos forces…
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

30 avril 2019

La paranoïa (le délire paranoïaque)

GSM

Ecrit par Dr Jacqueline Rossant-Lumbroso et Dr Lyonel Rossant


La paranoïa est un trouble du fonctionnement mental qui se manifeste par une méfiance exagérée des autres, une sensation de menace permanente et un sentiment de persécution. Le traitement repose sur une psychothérapie associé à la prise de neuroleptiques. L'hospitalisation est parfois nécessaire. 
 
Sommaire
 
1.     Qu'est-ce que c'est ?
2.     Les symptômes de la paranoïa
3.     Causes et facteurs de risque
4.     Traitement de la paranoïa
 

Qu'est-ce que c'est ?

 
C'est une psychose caractérisée par un délire systématisé, sans affaiblissement des capacités intellectuelles. Cette psychose débute à l'âge moyen de la vie sur un fond de caractère paranoïaque (méfiance, orgueil, hypertrophie du Moi, susceptibilité, jugement faux, rigidité du psychisme ) à la suite bien souvent d'un conflit psychoaffectif d'importance variable.
 
Le délire est bien systématisé, interprétatif (dont la principale thématique est la persécution) et les réactions agressives contre autrui sont violentes et fréquentes. Le sujet, comme dans toutes les psychoses, adhère totalement à son délire.
 

Les symptômes de la paranoïa

 

  • Méfiance exagérée ;
  • Le doute incessant ;
  • La tendance au secret ;
  • Les interprétations négatives des gestes et des paroles ;
  • La rancœur ;
  • L'agressivité ;
  • Le soupçon ;
  • La psychorigidité
  • Une surestimation de soi ;
  • Une sous-estimation des autres ;
  • Un orgueil démesuré ; 
  • Un autoritarisme tyrannique ;
  • L'absence d'autocritique ;
  • Des troubles dans les relations sociales ;
  • Parfois la personne est hypocondriaque ;
  • Dépression.

 

Causes et facteurs de risque

 
La paranoïa touche plus souvent les hommes que les femmes. La maladie est plus importante à partir de 40 ans. Cette pathologie psychologique est exaltée par une consommation excessive l'alcool, de substances toxiques telles que la cocaïne. Certains médecins évoquent également des lésions cérébrales après un traumatisme crânien par exemple ou un manque d'oxygénation du cerveau. 
 
Plusieurs sortes de délires paranoïaques sont décrits :
 
  • le délire d'interprétation : C'est un patient chez qui un beau jour tout devient subitement clair, tout s'explique, tout s'illumine.
  • A partir d'une perception ou d'une sensation réelle, le malade construit un délire systématisé, souvent de persécution, dans lequel tout prend une signification personnelle pour lui : il juge intentionnel et souvent malveillant le hasard.
  • Ces déductions sont parfois vraisemblables et le patient peut même présenter des preuves qui provoquent parfois le doute et même l'adhésion de l'entourage.
 
  • Le délire de jalousie et d'érotomanie est un délire passionnel portant sur l'infidélité supposée du partenaire.
  • Le délire de revendication : l'éclosion du délire est brusque et rapide à l'occasion d'un fait réel et précis : surtout un préjudice, un procès perdu, une injure faible, un avancement retardé, une réforme repoussée...
 
Dans tous les cas, il s'agit d'une injustice vraie ou fausse dont le malade se considère la victime et entreprend d'obtenir réparation.
 
L'idée de préjudice devient une idée, fixe, obsédante et dominante.
 
Le besoin d'obtenir la réparation est impérieux. Il s'accompagne d'un état d'exaltation passionnelle et ces patients sont bien connus des magistrats.
 
Parmi ces délirants revendicateurs les psychiatres reconnaissent :
 
  • Les "quérulents processifs" ou procéduriers qui se ruinent en procès ;
  • Les "idéalistes passionnés" qui luttent avec acharnement pour une idéologie politique. Ce sont les fanatiques de la politique et de la religion; ils élaborent un système délirant de réforme sociale, religieuse ou artistique, et ajoutent souvent à des idées généreusement utopiques la cruauté la plus terrible ;
  • Les "inventeurs méconnus" qui doivent s'efforcer de prendre des précautions et de déjouer les complots ;
  • Les "délirants hypochondriaques", etc.
 

Traitement de la paranoïa

 
Les neuroleptiques sont souvent associés à la psychothérapie.
 
L'hospitalisation est parfois nécessaire, parfois même l'internement psychiatrique, quand le paranoïaque accuse un persécuteur précis. De même, l'hospitalisation est envisagée quand le patient devient dangereux pour lui-même (suicide) et/ou pour les autres (agressions).
 

Posté par zalandeau à 10:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

26 avril 2019

Mémoires et radotages (206) – Chroniqueurs et politiciens menteurs ou incultes ?


GSM

Écrit le 25 avril 2019
 
La Macronie et avec, l’intelligentsia, les économistes, les chroniqueurs, nous surinent en disant la moyenne des retraites est plus élevée que la moyenne des salaires… Et il est argué de ce fait qu’il est urgent et juste de prendre aux retraités pour donner aux salariés…
Leurs bases de raisonnement sont les revenus des gens de 18 à 59 ans d’une part et les revenus des 60 ans et plus, d'autre part…
 
Premièrement, comparer des moyennes cela ne veut rien dire… Par exemple si on dit que la pension moyenne des retraités est de 2100 euros cela peut aussi bien dire que nous avons des gens qui perçoivent 2600 euros et d’autres 1600 euros. Mais cela peut aussi bien dire que nous avons des retraites à 3300 euros et d’autres à 900 euros… Ce qui n’est pas du tout la même chose… En fait la seule représentation qui serait réaliste serait d’indiquer le nombre de ceux qui ont une retraite par niveau de pensions : Les 0 à 300, les 300 à 600, les 600 à 900, etc…
 
Nous pouvons faire le même raisonnement pour les salaires…
 
Deuxièmement : Cette comparaison entre les revenus des gens séparés en deux classes d’âge est tout à fait non-représentative des revenus.
En effet dans les 18/59 ans, il y a des gens en recherche d’emploi, dont le nombre est considérable et qui ne perçoivent rien du tout, surtout entre 18 et 25 ans, ce qui s’appelle des « actifs inoccupés). Il y a aussi les chômeurs qui ne perçoivent que 56% de leurs salaires bruts antérieurs au lieu de 75%… Alors que chez les gens de 60 ans et plus, très peu sont sans emploi et sans revenus et le chômage, bien que réel, y est moins important.
 
Donc dans le calcul de ces moyennes, l’on inclut un grand nombre de jeunes sans revenus qui font largement chuter la moyenne des revenus de la première catégorie…
 
La réalité est que les salaires de ceux qui travaillent sont plus importants que ceux des retraités, mais pas autant que dans le passé, c’est bien certain !
Mais que ne faut-il pas inventer comme prétexte pour plumer les retraités !
 
Mais qui va le dire ? Personne de ces beaux messieurs.
 
D e la même façon, ces beaux parleurs menteurs ne disent pas non plus, quand ils parlent de « population active », ce que recouvre ce terme :
 
La population active se définit comme l'ensemble des personnes en âge de travailler qui sont disponibles sur le marché du travail, qu'elles aient un emploi (population active occupée) ou qu'elles soient au chômage, à la différence de celles ne cherchant pas d'emploi, comme les personnes au foyer, étudiants, personnes en incapacité de travailler, rentiers.
 
On oublie ainsi de parler de ceux qui cherchent un travail  mais qui n’en ont pas. Ils sont dans la population active pourtant (Active inoccupée), comme les chômeurs ! Et on peut dire qu’ils sont bien inclus dans les 18 à 59 ans…
 
Les Chroniqueurs sont des gros niqueurs ! Qu’ils aillent mentir ailleurs !
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,