20 février 2019

CONTRIBUTION SOCIALE GENERALISEE

GSM


Affaibli par la crise des gilets jaunes, le président Macron a décidé d'exonérer plus de 3 millions de retraités de hausse de la CSG. L'exonération ne sera effective qu'en milieu d'année.
 
[Mis à jour le 3 janvier 2019 à 15h20] L'année 2018 s'est conclue pour une bonne nouvelle pour 3,5 millions de foyers de retraités. Le président Macron a décidé de les exonérer de la hausse de la CSG (Contribution sociale généralisée) Mais, la mesure, complexe à mettre en place, ne sera pas immédiate... Concrètement, les retraités exonérés de CSG vont quand même devoir payer plein pot la Contribution sociale généralisée, c'est-à-dire à 8,3% (comme en 2018) pendant les six premiers mois de l'année 2019. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud a expliqué, sur RTL, qu'un chèque ou un virement de remboursement sera envoyé au plus tard au 1er juillet. Pourquoi un tel décalage ? La raison est avant tout administrative et informatique. La mise en place de l'exonération implique une modification des systèmes. 
 
L'année 2018 a été particulièrement difficile pour les retraités. Au début de l'année, les retraités qui touchent une pension qui dépasse les 1 200 euros net par mois, ont vu leur taux de CSG grimper de 1,7 point de 6,6 à 8,3%. Cette mesure, très impopulaire, a provoqué la grogne des anciens de notre société. A la fin de l'été, pour calmer le jeu, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé que 300 000 retraités seraient finalement exonérés de hausse. Avec le mouvement des gilets jaunes, le gouvernement a décidé de faire un geste beaucoup plus spectaculaire. Environ 3,5 millions de foyers de retraités devraient être exonérés de hausse de CSG. Pour bénéficier de l'exonération de hausse de CSG en 2019, les plafonds à ne pas dépasser sont : 22 580 euros de revenu fiscal de référence pour une personne seule (pensions de retraite et revenus annexes). Cela équivaut à 2 000 euros par mois de revenus. Pour un couple, le seuil pour être exonéré est porté à 34 600 euros de revenu fiscal de référence. Cela équivaut à 3 000 euros de revenus par mois. 
 

Qu'est-ce que la CSG ?

 
La CSG est un impôt directement prélevé sur les revenus d'activité, sur les pensions de retraite, les allocations chômage, les revenus de patrimoine et de placement, etc. Créée par la loi de finances pour 1991, la CSG participe grandement au financement de la protection sociale (assurance chômage, maladie, etc.). Il a plusieurs fois été proposé de rendre la CSG progressive.
 

Augmentation de la CSG pour les retraités

 
En 2018, la CSG a augmenté pour les retraités de 1,7 point. Elle est passée de 6,6 à 8,3%. Face à la crise des gilets jaunes, le gouvernement est revenu partiellement sur la mesure. L'exécutif a choisi d'exonérer environ 3,5 millions de retraités de hausse de la CSG en 2019. Les seuils à ne pas dépasser sont les suivants : 22 580 euros de revenu fiscal de référence (sur un an) pour une personne seule (pensions de retraite et revenus annexes). Cela équivaut à 2 000 euros par mois de revenus. Pour un couple, le seuil pour être exonéré est porté à 34 600 euros de revenu fiscal de référence. Cela équivaut à 3 000 euros de revenus par mois. Les retraités très modestes bénéficient d'une CSG à taux réduit. Pour bénéficier du taux de CSG à 3,8%, le revenu fiscal de référence pour une personne seule doit être compris entre 11 018 euros et 14 404 euros et entre 16 902 euros et 22 051 euros pour un couple.
 

Augmentation de la CSG pour les fonctionnaires et indépendants

 
Les fonctionnaires et les travailleurs indépendants ne versent pas les mêmes cotisations que les salariés du secteur privé. La hausse de la CSG ne pouvait donc pas être neutralisée par la baisse de cotisations salariales. L'exécutif s'était donc engagé à prendre des mesure compensatrices. Pour les indépendants, la hausse de la CSG est compensée par une baisse de la cotisation famille de 2,5 points. En parallèle, une diminution progressive de 5 points de la cotisation maladie est accordée aux entrepreneurs dont les revenus nets sont inférieurs à 43 000 euros par an. Soit environ 75% des indépendants. Selon le Premier ministre, le gain sera de 270 euros par an pour un indépendant dont les revenus sont équivalents au Smic.
 
Les fonctionnaires, eux, ne verront pas leur rémunération baisser du fait de la réforme. Mais ils ne la verront pas augmenter non plus. Le gouvernement a institué le versement d'une indemnité compensatrice de 1,67% de la rémunération brute afin de contrebalancer la hausse de CSG. La Contribution exceptionnelle de solidarité (CES) de 1% disparaît pour les fonctionnaires concernés. Mais dans ce cas, l'indemnité compensatrice est ramené à 0,67% du salaire brut.
 

Augmentation de la CSG sur les revenus fonciers

 
Autres perdants de la réforme : les propriétaires-bailleurs. Les revenus fonciers (loyers et plus-values immobilières) qu'ils perçoivent ne sont pas soumis au nouveau prélèvement forfaitaire unique de 30% et conserve le même système d'imposition au barème progressif de l'impôt et aux prélèvements sociaux. Étant donné que la hausse de CSG augmente leur taux de 15,5% à 17,2%, les revenus fonciers seront eux aussi impactés par la mesure.
 
Note de Zalandeau : Alors, je dis  qu'il faut savoir remercier, pour ce bon geste...
 
Merci à vous les Gilets Jaunes !

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 février 2019

Lettre ouverte

GSM


Lettre ouverte de Jacques GUILLEMAIN ex-officier de l’armée de l’Air . Pilote de ligne retraité .adressée à Mr le premier ministre Edouard PHILIPPE
 
Monsieur le Premier ministre,
 
Vous venez de nous livrer un discours pitoyable comme on en voit peu.
 
Alors que le pays est au bord de l’explosion, que la fracture sociale est totale et que bientôt la fracture identitaire, que vous niez depuis toujours, va désintégrer la nation, vous venez d’ajouter à l’arrogance de l’exécutif envers les Gilets jaunes une humiliation sans précédent.
Vous croyez vraiment que le compte y est avec quelques miettes jetées à des millions de Gilets jaunes en train de crever ? Oui, je dis bien à des millions de GJ.
Car quand 75 % de la population soutiennent encore le mouvement, malgré vos tentatives de le discréditer, malgré les insultes de vos sbires qui les ont traînés dans la boue, on ne parle plus de 10 000 ou 15 000 GJ autour des ronds-points, mais de dizaines de millions de Français, travailleurs et retraités, jeunes et vieux, de droite comme de gauche, qui soutiennent sans restrictions ce cri de détresse de tout un peuple abandonné par une caste dirigeante, arrogante et méprisante qui s’enrichit toujours plus et laisse crever le peuple.
 
Ils vous l’ont dit pendant trois semaines. Ils sont en train de crever. Le 20 du mois, ils doivent choisir entre manger, se chauffer ou faire le plein. Mais vous êtes incapable de comprendre ça.
 
Les caisses sont vides ?
Mais à qui la faute ? Vous avez dilapidé l’héritage des Trente Glorieuses, quand la France avait le 5e niveau de vie au monde, derrière les États-Unis, le Luxembourg, la Suisse et la Suède. Aujourd’hui, les GJ ont le frigo vide.
Qui a fait venir des millions d’immigrés sans diplôme ni qualification, la plupart incapables de s’intégrer dans une économie moderne et performante et qui vont gonfler le flot des assistés ?
Vous l’ignorez sans doute, mais selon l’Insee, le social représente 4 % des revenus d’un natif, mais 22 % des revenus d’un immigré africain.
Cette immigration bas de gamme coûte plus cher en social que sa contribution au PIB. Elle ne fait qu’appauvrir le pays en le nivelant par le bas.
Le taux d’emploi des natifs est de 85 %, celui des immigrés de 65 % !
Vous accueillez des illettrés à l’heure du numérique.
Votre discours n’était que dissimulation sur les véritables causes de votre impuissance à satisfaire les Gilets jaunes. C’est l’immigration de pauvres qui nous a ruinés.
Car ces GJ, c’est à eux que vous faites supporter le coût démentiel de l’immigration, 100 milliards par an, chiffre jamais démenti officiellement.
Les Gilets jaunes paient 1 038 milliards de taxes et impôts. Où vont-ils, puisque vous n’en avez jamais assez ?
Contrairement à votre discours sur la hausse des salaires, il est prouvé que le niveau de vie a baissé de 440 euros depuis 2008.
Depuis 40 ans, la France emprunte pour maintenir à crédit le niveau de vie.
Depuis 40 ans, elle paie 40 milliards d’intérêts à ses créanciers, étrangers pour la plupart. 2 points de PIB ! Plus que la croissance qui est de 1,6 % !
Difficile de s’en sortir dans ces conditions, surtout quand on charge la barque avec toute la misère du monde qui vient profiter de l’eldorado social.
Les caisses sont vides ?
Mais fermez donc les frontières au lieu d’aller à Marrakech signer le Pacte sur les migrations, un torchon onusien qui va signer notre arrêt de mort en légalisant l’immigration clandestine et en accordant le statut de réfugiés aux migrants économiques.
Car au final, c’est bien un droit que l’ONU accorde à tous les migrants et un devoir de les accueillir qu’elle impose aux pays signataires.
Supprimez l’AME, qui coûte 1 milliard chaque année et soigne les sans-papiers couverts à 100 %, alors que plus d’un tiers des Français diffèrent leurs soins faute de moyens.
Arrêtez de payer des retraites de 830 euros à des étrangers (1 300 pour un couple) qui n’ont jamais cotisé ni travaillé en France.
Ça vous permettra d’annuler la hausse de CSG sur les retraites et le gel des revalorisations. Vous saignez des retraités qui ont travaillé pendant 45 ans, sans connaître les 35 heures ou les 5 semaines de congés payés.
Faites donc la traque aux faux mineurs isolés qui représentent 60 % des MNA, selon le Sénat.
Vous n’avez pas un sou à donner aux GJ, mais en 2017 vous avez dépensé 1,250 milliard pour accueillir 25 000 mineurs isolés et en 2018 la facture sera de 2,5 milliards. Dont plus de 2 milliards pour les faux mineurs.
 
Et pendant ce temps, 25 000 de nos paysans sont en faillite et les suicides se multiplient, mais ce sont des GJ, ils peuvent donc crever en silence.
350 euros par mois pour un paysan qui trime 15 heures par jour sans vacances, mais 50 000 euros par an pour chaque MNA !
De l’argent, pour l’immigration de masse, il y en aura toujours. Les Gilets jaunes paieront. Du moins c’est ce que vous pensiez jusqu’à la révolte.
 
Vous attirez toute l’Afrique. Mais peut-être ignorez-vous que le milliard d’Africains produit moins de richesses chaque année que ne produisent nos Gilets jaunes qui sont les forces vives de la nation. Nous leur devons tout.
Ils sont ouvriers, paysans, infirmiers, policiers, chauffeurs routiers, commerçants.
Ce sont eux qui ont fait de la France la 5e puissance économique du monde que vous êtes en train de détruire avec l’immigration de pauvres totalement inutiles.
En Afrique, le PIB par habitant, c’est 1 000 euros par an en moyenne, beaucoup moins au Sahel. Et vous vous étonnez que le tsunami migratoire s’amplifie ?
Votre politique est pitoyable, elle va détruire la France.
La mise à sac des beaux quartiers de Paris, c’est votre faute.
La colère des Gilets jaunes accablés de taxes et impôts, c’est votre faute.
Les 4 morts et les centaines de blessés, c’est votre faute.
Le ras-le-bol des forces de police, dont les effectifs ont été laminés et qui travaillent dans des conditions déplorables, c’est votre faute.
L’effondrement du niveau scolaire et l’islamisation de l’école, c’est votre faute.
Les 1 000 agressions gratuites par jour, c’est votre faute.
Les familles juives qui fuient le 9-3 pour leur sécurité, c’est votre faute.
Le terrorisme qui a fait 250 morts et 1 000 blessés depuis 2015, c’est votre faute.
L’explosion des mini-califats qui envahissent les banlieues, c’est votre faute.
La fracture identitaire et la dislocation de la nation, c’est votre faute.
La faute collective de toute une caste méprisante qui se croit revenue à l’Ancien Régime et s’octroie de plus en plus de privilèges, comme l’a montré la scandaleuse affaire Benalla. Soi disant un simple porteur de bagages, avec appartement de fonction, voiture avec chauffeur, port d’arme, badge d’accès à l’Assemblée, grade de lieutenant-colonel de réserve à 26 ans !
Du n’importe quoi !
Oui, tous ces maux, ces fléaux, vous en êtes tous responsables car votre seule obsession c’est de promouvoir le mondialisme et le multiculturalisme quel qu’en soit le prix pour les natifs.
 
Emmanuel MACRON est au service de l’Union européenne et du grand capital.
 
Et votre seul combat c’est celui que vous menez contre les patriotes et les identitaires, ces salauds de populistes qui ont le culot de défendre leur identité et leur culture, et que les juges rouges harcèlent en permanence pendant que les vraies racailles, qui pourrissent la vie des Français, sont remises en liberté après un simple rappel à la loi.
Notre justice du « mur des cons » est tombée tellement bas qu’un immigré peut violer une jeune gamine de 15 ans en toute impunité, « parce qu’il n’a pas les codes » !
 
CASTANER n’a vu que des néo-nazis chez les Gilets jaunes. Mauvaise pioche. Parmi les 400 manifestants arrêtés, aucun crâne rasé avec tatouage de croix gammée.
 
DARMANIN, encore plus nul, a fait de la surenchère. « Sous les Gilets jaunes, il y a des chemises brunes ».
 
Mais le pompon revient à votre porte-parole Benjamin GRIVEAUX.
« Certaines personnes arborant un gilet jaune remontaient les Champs-Élysées avec des drapeaux en disant : « On est chez nous ». Ceux-là appartiennent à une extrême droite identitaire… Et ceux-là, nous les combattrons à chaque minute, à chaque heure et à chaque journée de ce quinquennat, jusqu’au bout. »
 
Agiter un drapeau en clamant « on est chez nous » va bientôt mener au tribunal !
Après la dictature de la pensée, on passe au cran supérieur, comme à Cuba ?
Vous rendez-vous compte, Monsieur le Premier ministre, combien ces déclarations sont grotesques, mais aussi insultantes pour les Gilets jaunes ?
Vous rendez-vous compte que des millions de Gilets jaunes sont dans la désespérance pendant que vos sbires les insultent et les méprisent ?
Mais où donc êtes-vous allés chercher de telles nullités qui ne comprennent rien à rien. Il aura fallu que Paris s’embrase pour qu’ils réalisent enfin qu’ils étaient à côté de la plaque et que la situation devenait gravissime !
Mais qu’allez-vous faire quand les banlieues vont s’embraser à leur tour, comme en 2005, mais à la puissance 10, alors que 5 000 armes de guerre dorment dans les caves ?
 
Si vous êtes incapables de gérer un paisible mouvement des Gilets jaunes, ce n’est plus
l’état d’urgence qu’il faudra décréter, c’est l’état de siège.
Votre incompétence et votre manque de jugement font peur.
Pour conclure, quelles que soient les mesures que vous prendrez, Emmanuel Macron ne renouera pas avec le peuple. Vous l’avez trop méprisé et trop insulté.
C’est fini, le divorce est définitif.
Et la rupture va s’aggraver avec la mondialisation et l’immigration que vous souhaitez amplifier. Le monde nouveau de MACRON, c’est en marche vers la catastrophe sociale et identitaire. On se demande s’il a tous ses esprits.
 
Jacques Guillemain
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 février 2019

« Madame la Présidente » – « Madame le Président »

GSM

Ecrit le mercredi 8 octobre 2014

 
Quel drame affreux !
 
Il s’en passe des choses de haute tenue intellectuelle dans nos assemblées de prétendus notables agissant soi-disant en nos noms…
 
Je donne ma position : Depuis que je sais lire, écrire et comprendre ce que j’entends, j’ai toujours pensé, en contradiction avec tous les vieux croûtons de l’A-caca-démie Française que le masculin était pour l’homme et le féminin pour la femme. On dit « Bonjour Monsieur » à un homme et « Bonjour Madame » à une femme et également « Bonjour Mademoiselle » à une demoiselle, (galanterie bien Française). Il m’écorcherait gravement les oreilles que l’on dise Bonjour Monsieur à une dame (sauf si elle fait le rôle du mâle dans un couple lesbien et qu’il y ait  un problème d’apparence trompeuse, auquel cas on a des excuses)…
 
Alors « Madame le Président », ça ne passe pas dans mon ciboulot. Pour moi c’est « Madame la Présidente ». On n’irait pas dire « Monsieur l’institutrice », ou « Monsieur l’infirmière » !
 
C’est ma position. Mais de là à en faire une guerre de tranchée entre droite et gauche…
On se croirait dans un jardin d’enfants !
 
Prenons du recul : Il s’agit toujours de ce numéro de duettistes des frères ennemis de l’UMPS !
-Bonjour les infints ! Ca va, ca va, ca va ?
-Ouiiiiiiiiii !
-On n’a rien intindu ! C’est koa vous avez dit ?
-OUIIIIIIIIIIII !
Il ne manque que la musique de la piste aux étoiles par l’orchestre de Bernard Hilda… Pffffff…
 
Mais ils nous prennent pour des billes ? Croient-il qu’ils vont capter notre attention au point de ne pas nous apercevoir qu’ils ne font rien contre les fléaux ultralibéraux et communautaristes qui paupérisent les deux tiers de la société Française ?
 
Alors ils peuvent continuer à jouer à « je vais bien, tout va bien ». Pour eux oui, tout va très bien Madame le Marquis
 
Retour en 2019 : V'la t'y pas, que l'on a supprimé « Mademoiselle »... Et quand on écrit à une gamine à la maternelle on la nommera Madame... C'est ce qu' "ILS" appellent le progrès...
 
Je gage que bientôt, on appellera les gens " Esclave N°1", "esclave 5819354774"... etc...
 

Posté par zalandeau à 12:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2019

Il faut à tout prix échapper à la réalité quotidienne du monde

GSM

Pour ce faire, je crois que le meilleur moyen est de se plonger dans notre réalité quotidienne personnelle, celle qui nous environne au plus près de nous, à un mètre de nous, voire à dix centimètres de nous si on le peut.

Lorsque l’avenir est aussi bouché, quand le paysage politique est grimaçant, quand on sait la mort au bout du chemin, il est impérieux de se déconnecter de l’inéluctable, pour se brancher sur l’immédiat.

On ne peut empêcher la montagne de s’écrouler, mais on peut recoudre son bouton de chemise. Alors, à force d’occupations immédiates utiles ou futiles, on ne voit plus la laideur d’un monde que l’humain a rendu abject.

On me rétorquera qu’en procédant ainsi, on participe à cet égoïsme et cette indifférence générale qui ont tant favorisé l’éclosion de cet ordre mondial injuste et inhumain. Cela est vrai.
Mais, empêchera-t-on la montagne de tomber, sauf si l’on mobilise toutes les forces vives capables de conforter la solidité de la montagne et que l’on parvienne à motiver toutes les bonnes volontés dans le même sens, pour le bien de tous.
 
Concrètement, cela est impossible pour le commun des mortels. Alors, on a le choix : Quitter au plus vite la montagne avant qu’elle nous engloutisse ou bien rester et cuire le pain du repas de midi, d’autant que l’on ne sait pas quand la catastrophe se produira, quand les tonnes de rochers nous engloutiront, ni même si cela se produira de notre vivant, tant les causes de décès sont multiples et variées.
 
Il faut rengainer les inquiétudes que l’on a pour nos enfants et se dire que jusqu’à l’extrême limite de nos forces nous les aiderons, comme nous pourrons, du mieux que nous pourrons.
 
Après tout, si nous les avons avertis de ce qui les menace, si on fait tout ce que l’on peut pour ces gens que l’on aime, que peut-on se reprocher ?
 
Je sais que l’on a tendance à se rendre responsable de ce qui va arriver. Mais cela n’empêchera rien, tant cela dépasse les capacités de chacun. Alors œuvrer à la hauteur de nos capacités, dans l’amour de notre famille est le seul réconfort dont il faut bien se contenter.
 
Nous devons nous limiter au possible, car à l’impossible nul n’est tenu.
 
Absorbons-nous, distrayons-nous dans l’immédiateté du quotidien, afin de vivre le moins mal possible ce qu’il nous reste de vie. Mais restons attentifs à la possibilité d’éclosion d’une action collective bénéfique à laquelle adhérer pour la restauration de notre humanité, sachons nous indigner, sachons être disponibles…
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,

01 février 2019

La fin d'une boite, surtout la mienne, c'est toujours une émotion

GSM

RAPPORT DE GESTION
 
Nous avons acquis la Certification QUALIBAT niveau Engagement Qualité.
 
 
Nous avons licencié notre Technico –Commercial (qui n'attendait que cela d'ailleurs).
 
 
Mais cependant la tendance observée depuis avril 99 (chute des carnets de commandes par retard de dépôt de permis de construire, en attente de la loi Besson de défiscalisation immobilière) s'est depuis confirmée avec une chute du C.A. sans précédent, des ouvrages de plus en plus compliqués, des quantités globales plus réduites, des nombres d'interventions plus importants.
De fait, les rendements de pose ont chuté de 33%, ce qui représente sur la globalité fabrication + pose une baisse de rendement de 25%. Pour compenser cette baisse de rentabilité il aurait fallu augmenter nos prix de vente de 30,3%, or nous n'avons pu répercuter que 2,5% de hausse.
De plus, Point P qui n'a plus de concurrent sur XXXXXXX a augmenté ses prix deux fois depuis le début de l'année, soit au total plus de 12% en 4 mois sur les matériaux composant le béton armé.
Cela n'est pas compensé par la baisse 11% que nous avons obtenue sur la colle SIKA.
Nous voyons bien que notre concurrent a également du mal à s'en sortir ; son bénéfice a chuté de 5,5% à 0%.
 
 
Malgré mes efforts, je n'ai pu réussir à éduquer mes clients, sur leurs devoirs relatifs à leur partenariat avec leur sous-traitant, c'est à dire nous.
 
 
Je n'ai pas réussi à trouver un autre créneau, ni une entreprise à reprendre, à part des entreprises moribondes dans un état bien pire que la XXXXX.
 
 
Utiliser de la main d'œuvre implique dans la conjoncture actuelle de ne pas faire de marge. J'ai essayé à nouveau la sous-traitance, mais j'ai eu derechef beaucoup trop d'inconvénients et le sous-traitant ne gagne pas sa vie non plus.
 
 
J'ai envisagé de continuer seul, mais j'ai toujours les même problèmes : travailler pour payer les frais généraux, ce qui ne m'intéresse pas.
 
- Le Gérant -
 
- XXXXXXXXXX -
 
A XXX, le 13 avril 2000
 
 
----------------------------------------
 
 
Société XXXXX
 
 
Société à responsabilité limitée en liquidation au capital d'un montant de 50.000,00 F
 
 
Siège social XXXXXXXXXXXXXXXXXXX
 
RCS XXXXXXXXXXXXXXX
 
(Transféré à XXXXXXX)
 
AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
 
L'assemblée générale extraordinaire des associés, en date du 18 juin 2000 et tenue à XXX a décidé la dissolution anticipée de la société à compter du 30 juin 2000 et sa liquidation amiable sous le régime conventionnel, conformément aux dispositions statutaires. La société subsistera pour les besoins de la liquidation et jusqu'à clôture de celle-ci. Le lieu où la correspondance doit être adressée et celui où les actes et documents concernant la liquidation doivent être notifiés, a été fixé à XXX siège de la liquidation.
 
 
Elle a nommé comme liquidateur M. XXXXXXXXXX (gérant), en lui conférant les pouvoirs les plus étendus ; sous réserve de ceux exclusivement réservés par la loi à la collectivité des associés, dans le but de lui permettre de réaliser l'actif, apurer entièrement le passif et répartir le solde entre les associés dans le respect de leurs droits.
 
 
Le dépôt des actes et pièces relatifs à la liquidation sera effectué au greffe du tribunal de commerce de XXX en annexe au registre du commerce et des sociétés.
 
Le gérant.
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :


23 janvier 2019

Doléances déposées en Mairie

GSM

Déposé en Mairie le 22 janvier 2019 :
Je sais bien que cela ne servira à rien, mais de m'être exprimé quand on m'a demandé mon avis me permettra, en conscience, de me donner le droit de continuer à critiquer la politique de ce gouvernement... J'aurais pu en mettre bien davantage et expliquer mieux, mais 3 pages sont largement suffisantes...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2019

Ma chronique - Méfions-nous de l'information...


GSM

Ecrit le mardi 13 avril 2010
 
Rien n’est plus difficile que d’être informé. Rien n’est plus difficile que de connaître le vrai du vrai, si tant est qu’il y ait une vérité absolue en chaque chose…
Nous n’avons jamais été aussi informés que maintenant. Mais nous n’avons jamais été aussi désinformés non plus. Info ou Intox, demi-info ou demi-intox ? Cela est difficile de savoir.
Déjà, notre cerveau a tendance à ne capter que ce qui l’arrange, que ce qui va dans le sens de notre opinion, de notre dogme, de nos envies. Nous trions ainsi et écartons les interprétations du monde que nous refusons…
 
De plus l’on entretient en nous une doxa propre à conformer notre jugement en une pensée unique compatible avec les intérêts de la classe dirigeante et de ses « lobbying friends » (amis de groupe de pression et d’intérêt)…
Il leur suffit, pour répondre à un prétexte « audimatique », de programmer les sujets sérieux, les débats honnêtes, les reportages chiadés à des heures où peu de gens regardent la télé. Il leur suffit de « démissionner » ceux qui les dérangent de tant de liberté de propos. Il leur suffit de mettre en avant les propos fallacieux des fanatiques qui sont leurs larbins et leurs complices parfois involontaires…
 
Énormément de sujets ont récemment défrayé la chronique (H5N1, H1N1, Irak…).
Les sujets à dimension financière, c'est-à-dire tous les sujets, nous sont présentés à travers le prisme déformant d’une vision à sens unique destinée à nous faire avaler la pilule.
 
Je ne prendrais que deux exemples, très banaux, puisque non politiques et concernant notre simple santé. Sujet primordial s’il en est, nous ne pouvons pas en tant que particuliers et simples citoyens, ne disposant pas des connaissances scientifiques, des statistiques et des outils d’analyse nécessaires, vérifier les assertions variées que l’on nous assène.
 
- On nous dit d’une part qu’il faut manger 5 fruits et légumes (Lobby des maraîchers). Certains professeurs éminents nous mettent en garde contre les effets cancéreux des traces de pesticides contenues dans ces mêmes produits…
Les produits agricoles biologiques et leur traçabilité supposée sont deux fois plus chers en France qu’en Allemagne. Il y a beaucoup de triche sur le bio… La traçabilité ne peut être vérifiée par le consommateur que s’il réside non loin de l’exploitation… Autant dire, presque jamais à part avec les AMAP…
Une seule fois, un « spécialiste » a dit dans une émission, que manger fruits et légumes apportait plus de bénéfice que ce que représentait l’absorption de pesticide et terme de danger…
Il faudrait que d’autres intervenants s’expriment sur le sujet… Un seul n’est pas suffisant… Qui nous dit qu’il n’est pas aux ordres ? Où est la vérité ?
 
- Autre exemple : Les margarines qui nous sont actuellement vendues, contiennent de l’huile de palme, que parfois ils nomment « de coco », ou de coprah, ou même encore plus pudiquement « végétale »… Les pubs (aussi bien sur les couvercles de ces margarines),  mentionnent les bienfaits pour la santé et contre les problèmes cardio-vasculaires…
Par contre, des spécialistes invités au magasine de la santé sur la 5, alertent sur le danger important de ces huiles en matière de cholestérol, de problèmes cardio-vasculaires et d’AVC… Epoustouflant !
 
Comment dire que nous sommes bien informés ? Nous avons des gens qui mentent d’un coté ou de l’autre et qui ont le droit de mentir ! Est-ce cela la liberté d’information ? Est-ce que l’escroquerie est devenue une affaire respectable ? Où est notre liberté dans tout ça ? Celle de nous faire empoisonner en enrichissant des affairistes malhonnêtes ? Et le bureau de vérification de la publicité (BVP), n’a-t-il pas une déontologie de protection des pratiques malsaines ?
 
Alors, soyons extrêmement circonspects en matière d’information : Plus le propos est asséné comme évidence, plus il est mensonger…
 

Posté par zalandeau à 10:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2019

Mémoires et radotages (199) – La lettre à Macron que l’on croyait perdue, c’était les GJ qui l’avaient dans leurs…


GSM

Écrit le 15 janvier 2019.
 
Dès lundi matin, j’ai bien entendu téléchargé la lettre de Macron à tous les Français…
 
Je l’ai imprimée et lue bien sûr. Je n’éprouve aucune envie de la publier, tant, malgré son écriture choisie et sa facilité de lecture, elle est mièvre et remplie de cette morgue, que décidément le souverain absolu ne parvient jamais à cacher tout à fait…
Mais pour ceux que cela intéresse :
 
En effet, il prétend donner les quatre champs de questions qui doivent être abordés par les Français lors de ce débat ! Bien sur il évoque quand même la possibilité d’évoquer d’autres sujets…
 
Mais concrètement… Quand un gus Lambda se pointera voir son maire et lui proposera :
-La démission de Macron,
ou
-L’instauration du Référendum d’Initiative Citoyenne révocatoire,
ou
-La dissolution du parlement,
ou
-Une assemblée constituante pour fonder une 6ème république,
ou
-Le rétablissement de l’ISF (dont Macron ne veut absolument pas entendre parler)…
 
Je crois que la majorité des maires, quels qu’ils soient et surtout ceux qui n’ont que des petites communes très dépendantes de l’état… effaceront négligemment ce genre de proposition, pour ne pas déplaire au seigneur dont ils dépendent en fin de compte… Certains maires seront je l'espère courageux et transmettront les revendications non correctes par rapport à la ligne officielle...
Mais ensuite, cela passera entre différentes mains, qui seront autant de filtres... Et Macron lui-même abandonnera ce qui lui déplaît, c'est bien évident !
Et donc les seuls sujets qui seront retranscrits seront ceux qui répondent à la trame des 4 sujets imposés par le monarque absolu…
Telles les réponses des candidats au jeu « Qui veut gagner des millions », nous ne pourrons répondre que « Réponse B, Emmanuel »… ou « réponse D, Emmanuel »…
 
Tous ce qui ne rentrera pas dans la grille, comme « Réponse E, Ducon ! »… sera éliminé...
 
Je me demande si nous serons notés comme lorsque, jadis, nous rendions nos devoirs de dissertation ? Il y aura beaucoup de « Hors sujet », à mon avis… Les citoyens traités comme des élèves de Môssieur Macron ! Ce n’est pas drôle finalement… Très triste…
 
Alors à quoi bon répondre à ce grand débat ? On sait très bien que cela n’apportera rien alors que les réponses retenues seront celles qui s’inscriront totalement dans la grille de lecture des économies que Macron veut réaliser…
 
Ah, oui ! J’oubliais de préciser : Les questions portent sur ce qu’il faut économiser et non pas sur ce qui nous manque…
 
Cependant si notre Maire pratique ce genre de « recueil de nos doléances », j’irais quand même lui apporter une liste de mes revendications, quitte à ce qu’elles soient amputées par cette autocensure que tout féal doit à son suzerain…
 
Ce grand débat sera une comédie de communication, qui aboutira par filtrages successifs, à conforter les choix déjà bien définis d’un Jupiter qui garde son cap, imperturbable, malgré la tempête qu’il a déclenchée… Et il permettra à Macron de faire son show et d'avoir à nouveau, l'occasion de séduire les spectateurs par ses tours de prestidigitation verbales !
Mais au moins j’aurais la conscience tranquille d’avoir exprimé mes idées, sachant qu’elles ne seront pas prises en compte…
Je ne veux absolument pas que l’on dise : Les Français se sont abstenus ; ils n’ont rien à dire ; ils sont satisfaits de leur sort…
 
Mais au moins, si nous répondons à ce débat, nous pourrons tous dire : « Ce n’est pas ce que nous avons demandé, ce n’est pas ce que nous revendiquons. Ce Monarque ne nous écoute pas » !
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

14 janvier 2019

S'é vo pli, mo zami

GSM

Les Amazigh sont un peuple Berbere qui furent l'objet d'un reportage il y a quelques annnées...
 
- Salam aleikoum !
- Aleikoum salam !
- La bèsse ?
- La bèsse !
- Vous parlez Français ?
- Chouïa !
- Vous êtes très accueillant vous les "Amaguise" !
- Amazigh !
- Ah bon !
- Ti viens, ti manges, ti dors, ti fi comme ti vo. (En apparté "Hé, Ahmed, القذارة الفرنسي (الفرنسيين) . En berbère : amène li lait di chamelle caillé et li rognon di dromadaire périmé pour le sidi, Saloperie d' Françi...")
- C'est Fantastique ! Comment se fait-il que vous accueillez aussi bien les Français en Amazighi, alors que les Arabes sont si mal accueillis en France ?
...
- Ti vois, ici, li Françi, on sait common li foutre dehors quand nous veut. Chez vo, vo savi pas common foutre li dzarabes dehors. Il i là, votre problème... Vo avi perdi li Maghreb, mais pas li dzarabes...
 
.......
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 janvier 2019

Entreprenez, messieurs les Maires !

GSM

Écrit le 10 mars 2013
 
Il y a de moins en moins de médecins à la campagne. Nous arrivons bientôt à la situation des campagnes africaines... A la différence que nous n'avons même pas encore d'ONGs avec leurs dispensaires mobiles... Quand les ONGs viendront-elles travailler en France ???
 
De nombreuses expériences ont été tentées par des Maires de petites villes, pour attirer des médecins dans leur commune, sans beaucoup de réussite il faut bien le dire.
Mais le Maire de la Ferté-Bernard rompt avec l'échec de ses collègues.
 
Il a non seulement fourni les locaux équipés mais il a recruté des médecins salariés, en mettant une annonce à la chambre syndicale des médecins. Il a eu dix candidatures.
Il les paye de 4.500 à 5.500 euros et a embauché également une secrétaire médicale.
En contrepartie, la mairie encaisse les consultations.
Résultat : Non seulement les recettes couvrent les salaires, mais dégagent une marge positive...
 
Qui dit mieux ?
 
Et si les communes devenaient des entreprises publiques ? Certes ce type d'initiative ne peut pas se généraliser aux hameaux, mais en se regroupant, n'y a-t-il pas là un moyen d'arrêter la désertification médicale ?
 
Messieurs les Maires de petites communes, à qui le tour de sauter le pas ?
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :