19 août 2017

Mémoires et radotages (4) - L'amour etc...

GSMEcrit le 21 septembre 2015

Ce sont des souvenirs formidables, vraiment… Et c’est peut-être les seules choses qui ont valu le coup dans la vie… Sinon, la vie, le reste de cette vie, c'est-à-dire la plus grande partie, à quoi sert-t-elle ? La vie ne vaut rien… Elle est terne et sans attrait… Il n’y a que ces souvenirs si doux, si réconfortants qui nous maintiennent la tête hors de l’eau…
 
Oui, la vie valait d’être vécue quand l’adrénaline était à son plus haut niveau, quand on prenait des risques les plus fous, attentifs à autrui, avec un but… Aider… son prochain, sans attendre de remerciement… Que nous étions cons ! Maintenant on regrette de n’avoir pas eu de remerciements, de reconnaissance…de gloire, finalement, je crois… On a des remords aussi… des remords d’avoir hypothéqué nos avenirs en des aventures folles sans penser à qui… les mériteraient, ces folies… Gaspiller nos forces et nos efforts pour qui nous n’aimions pas, avec cette certitude de l’absolue nécessité de notre abnégation…
 
Idée complètement folle ! Il n’y a que ceux que l’on aime, qui aient le droit à toutes nos attentions… Tout le reste est de la fumée qui se dissipe sans aucune trace…
 
Aimer, aimer… C’est le grand mot, le seul mot peut être, qui vaille quelque chose ! D’ailleurs comme il est galvaudé par la langue Française… Au moins les Britishs ont fait la différence entre ‘I love une femme’ et ‘I like camembert’… Mais nous, Français si fiers de notre langue… On n’a même pas su le faire : On aime tout avec le même mot…
 
Mais que ce soient les Angliches ou nous, on est aussi cons d’avoir mis le même mot pour aimer et pour baiser ‘faire l’amour’, ‘to make love’… N’importe quoi !
Comment peut-on faire un amalgame entre aimer qui est relatif à l’amitié, et une utilisation de ce même mot pour un simple désir sexuel… Même si forniquer est un moyen de resserrer provisoirement les liens d’un couple… mais si artificiellement… à coup d’hormone… Une jouissance = une dose de drogue, une jouissance = une dose de drogue et ainsi de suite…
 
C’est pitoyable ! Enlève la baise… et il n’y a plus de couple, plus rien !
 
Sauf quand il y a de l’amour, le vrai amour, celui qui n’est pas vicié par le simulacre de la reproduction…
Comment la langue Française dont nous sommes si fiers, a pu laisser une pareille abomination de langage ? Et d’ailleurs, notre langue si riche est parfois très pauvre lorsque nous disons certains mots qui veulent dire des choses complètement opposées et ce dans le même contexte. Par exemple ‘hôte’… C’est a la fois celui qui reçoit et celui qui est reçu…
Et ‘louer’. Le propriétaire comme le locataire proclament avoir ‘loué’ l’appartement…
 
Il y a plein de mots comme cela, j’y pensais ce matin… Mais j’ai oublié…
Bon, je veux bien que dans certains cas le même mot puisse avoir deux ou plusieurs significations différentes, mais seulement lorsque qu’il ne peut y avoir de confusion…
Par exemple, si le docteur dit ‘Allez-vous à la selle ?’… on sait très bien qu’il ne parle pas d’équitation… Remarque… cela nous a valu de bon gros vaudevilles, basés sur la confusion des mots… A toute chose malheur est bon…

Posté par zalandeau à 09:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


15 août 2017

Bulletin N° 2 Mardi, 28 mars 2000

GSM

Rubriques du bulletin
 
 1  Travail
 2  Moral
 
Travail
 
J’ai faxé à l’amicale de l’école des mines pour leur dire que je n’avais pas les moyens de payer la cotisation annuelle.
 
Ho, Surprise! un appel de leur part.
Un service de placement des anciens élèves en difficulté existe ! Le consultant qui travaille pour l’amicale me dit qu’il a réduit en un temps record le nombre d’anciens non placés.
 
Mais plus la conversation se poursuit, plus le consultant met des réserves sur ses chances d’aboutir. Ca a commencé par “presque à tous les coups”, pour se terminer par “peut-être, il n’y a rien de sur, je vais essayer”.
 
Pas rassurant ! C’était trop beau !
 
J’ai pris des contacts pour une reprise d’entreprise. Deux offres :
 
- La 1ère: CA 600 KF/an à 2 ouvriers (le patron ne travaille plus). Je fais mes comptes, je me demande ce que peut gagner ce patron, 30 KF/an ? Il en veut 300 KF de sa boutique, elle en vaut 50.
 
- La 2ème: 3.000 KF/an. Le patron et la patronne gagnent ensemble 150 KF/an brut. Ils en veulent 450 KF + les stocks. Cette épave vaut 108 KF grand maximum.
   
Les escrocs ! Si on les lançait en l'air, ils resteraient accrochés au plafond !
 
C’est pour cela qu’ils ne trouvent personne.
 
Les annonces classiques ne donnent toujours rien.
 
Mes lettres évoluent, je fais même de l’humour. Humour ou ironie ? Bof ! Je n’arrive plus à distinguer.
Après tout je n’ai rien à perdre.
 
Je cherche de “cadre” à “etam”. Pas “ouvrier” à cause de mon dos.
 
Le beau père de mon ami Mario n’a pas l’air de vouloir me prendre comme sous-traitant en attendant sa cessation d’activité (dans 2 ans).
 
J’ en suis à 65 lettres (18 début janvier).
Je suis très éclectique (offres de 96 à 300 KF).
 
La chambre de commerce n’a plus de Responsable Qualité depuis qu’elle n’a plus de subvention européenne.
Mais si une subvention était accordée...
 
Moral
.
Je commence à envisager toutes les économies possible.
J’ai cessé de fumer (-600 F/mois).
J’ai réduit la bouffe (-870 F/mois).
J’ai remboursé par anticipation ma maison (-2811 F/mois).
J’envisage la vente de ma moto et du Trafic de l'entreprise.
Je croyais que mes clients étaient attachés à moi. Peut-être, mais pas au point de m’embaucher.
A travailler comme un sauvage, on ne tisse pas de réseau et on ne sait même pas comment faire.
Gérard, je suis content de t’avoir eu au bigophone!
Tiens, demain s’il fait beau, j’irai faire un tour de moto.

Posté par zalandeau à 09:28 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2017

Mémoires et radotages (122) – Paris ! - Nostalgie et amertume

GSM

J’ai connu les locomotives à vapeur. Quand je dis cela, les gens disent que c’est impossible… Et pourtant, il n’y a pas si longtemps de cela qu’elles ont été retirées du service, moins d’un demi-siècle…
Quand j’avais dix ans, mes parents m’ont conduit à la gare de Nice. Je suis allé à Paris dans le train bleu (le Vintimille-Paris). Je me souviens de ces machines à vapeur (les "141" importées du nouveau monde par l’accord prêt-bail), de leurs souffles puissants, de leurs patinages avec emballement des pistons au démarrage, des jets de vapeur, de la fumée… Il me revient les fenêtres des wagons qu’il fallait fermer avant les tunnels, pour ne pas être enfumé. C’est moi qui les ouvrais pour sentir le vent de la vitesse… « è pericoloso sporgersi », me revient en mémoire…
 
J’ai déjà raconté, ma joie de redécouvrir Paris avec mon grand-père ou ma grand-mère, ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui…
 
Heureuse époque où le travail abondait, où les gens étaient honnêtes, où les facteurs se promenaient avec des milliers de Francs dans leurs sacs en cuir, pour distribuer les mandats et les retraites, sans jamais être agressés…
Revoir Paris, comme le suggère la chanson de Trénet, pour moi, c’est cela ! C’est revoir un monde où après avoir connu l’occupation allemande, la population Française était apaisée. Les gens s’entraidaient. Les hommes, tous anciens appelés, séparaient les alcoolos qui voulaient en venir aux mains. Seules nos guerres coloniales venaient périodiquement troubler le paysage politique et la tranquillité des Français…
 
Quand parfois je reviens à Paris, j’essaye de revoir tous ces lieux de mon enfance… Et je projette sur tous ces édifices grandioses, ces paysages urbains familiers classés, toute la douceur de vivre que j’ai connue…
 
Dans certains quartiers, c’est beaucoup plus difficile maintenant… Les gens y sont tellement différents, tellement étrangers au sens propre du terme, tellement hostiles parfois, qu’il m’est impossible d’y plaquer une quelconque bonhomie Parisienne… Je me demande dans ces cas-là, si ce que j’ai dans la tête a vraiment existé !
 
Les petites boutiques, qui s’ouvraient sur un tintinnabulement de clochettes, ont disparu en grande partie… J’aimais bien ces devantures en bois où les commerçants accrochaient leurs volets le soir, à la fermeture. J’aimais bien ces droguistes qui vendaient des jouets, des roudoudous, des bâtons de réglisse, des pétards et des lance-pierres…
 
Alors quand je reviens dans ma cambrousse, je préfère penser à ce Paris que j’ai connu et qui restera ainsi dans ma mémoire, pour longtemps je crois…
 
Revoir Paris… Ah, Paris !

Posté par zalandeau à 09:41 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

08 août 2017

Mémoires et radotages (2)

GSMEcrit le 11 Novembre 2015 :

Cher Papa, que de choses j’aurais à te demander. C’était au moment où nous avions beaucoup d’expérience commune, au moment où nous aurions pu en parler, que nous ne pouvions plus le faire. Cela fait plus de 10 ans...

D'autre part, je crois que c’est au moment où mes enfants sortent de l’enfance, que je sors de la mienne. La béatitude niaise que j’avais à voir et admirer mes enfants laisse place à une douleur lancinante de voir que leur avenir n’est pas assuré. Leur vie sera extrêmement difficile.

J’ai d’énormes remords de les avoir mis sur terre. Et pourtant, dès le merveilleux choc de leur venue au monde, je m’étais promis de respecter leurs personnes, leurs identités. Je ne devais que les protéger, que les aider, pas empêcher leur développement ! Mais je n’ai pas su créer un environnement privilégié et pérenne. Et ça, je n’y ai pas pensé ! Je n’ai pas pensé une seule minute, que je ne pourrais pas leur assurer un empire financier, ou bien un environnement sociétal fait de réseaux, de renvois d’ascenseurs, sorte de communautarisme entre privilégiés…
Et pourtant, j’aurais du y penser ! C’était mon devoir ! Et si j’avais eu cette démarche intellectuelle, j’aurais compris que n’étant pas capable d’atteindre de tels objectifs, il aurait été plus prudent de ne pas se hasarder d’engendrer des enfants, futurs malheureux sur terre !

Alors maintenant, j’me trimbale avec ces remords et ces souffrances, d’être impuissant pour l’avenir de ceux qui comptent plus que moi.

Finalement, l’égoïsme est parfois une vertu ! Ne pas faire d’enfant n’aurait pas été qu’une insensibilité aux autres, mais en l’occurrence, plutôt une prévenance, une bienveillance envers mes prochains…

Mon égoïsme, en fait, a été de les faire venir sur cette terre sans avenir ! De ça Papa, j’aurais bien voulu débattre avec toi. Oh, je sais bien, tu aurais dit « Mais tu ne pouvais pas savoir ! Ce n’est pas de ta faute ! Tu as fait tout ce que tu as pu ! Et puis, c’est à eux de se démerder ! ».

Tu les aimais tant, mes petits ! Un jour, tu as dit que tu n’en revenais pas, le jour où je t’ai mis Toto dans les bras, quand il était un tout petit nourrisson. Et Maman non plus ! Vous bichiez comme des vieux poux ! Quelle drôle d’expression, d’ailleurs. Elle vient de vous deux. Belle époque de ma jeunesse, insouciante, confiante en vous et en l’avenir, pressé que j’étais de devenir grand, de partir, d’aller m’envoler vers les cimes… Quelles drôles de cimes d’ailleurs ! Le soleil pas si haut que ça, a du me brûler les ailes, sûrement !
Mais j’étais resté pendant cinquante sept ans un enfant, dans ma tête. Un enfant rempli de rêves et d’espoirs, confiant en moi-même, confiant dans le destin que nécessairement mon opiniâtreté me ferait obtenir, à la force des poignets… Ou plutôt à la force de ma volonté, de ma capacité de raisonnement, de mes dispositions techniques, organisationnelles…

N’était-ce pas très puéril ? J’ai vécu dans l’illusion imbécile… Enfin disons que cette illusion a fonctionné pendant cinquante sept ans… Et puis, depuis… depuis huit ans… La réalité est là, sous mon nez ! Triste réalité, implacable ! Prisonnier que je suis de mes incapacités nouvelles !
Tiens par exemple : Cela fait plus d’une semaine que je ne parviens toujours pas à trouver une solution technique pour réaliser le supportage de mon tuyau de descente d’eaux pluviales… Putain de merde ! Dans le temps, le lendemain, au réveil, j’aurais eu la solution. Je suis certain que la solution est simple ! Mais putain ! Je ne la trouve pas !

NDLA : J'ai depuis, eu la solution grâce à un ami blogueur et à mon copain Mario...

Posté par zalandeau à 10:21 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2017

Déficit Budgétaire Zalandeau

 

GSM

Jeudi 1er janvier 2015 :

 

Ça y est, "ma" cour des comptes a finalisé mes comptes pour 2014 ! (Ils sont meilleurs que ceux de la France sous Hollande).
Bien sur j'ai un déficit de 1,94% au lieu des 9,63% prévisionnel... Cela est du en partie à une économie de chauffage, la météo 2014 ayant été plus douce que prévue. La deuxième cause est que mon petit dernier a interrompu ses cours d'auto-école... Donc, que des causes indépendantes de ma volonté, mais qui vont dans le bon sens...

Par contre 2015, ce n'est pas gagné.

Il n'y a bientôt plus de pognon de coté.

 

Et pourtant il faut que j'arrive à un équilibre, très rapidement. Et cela, en dépit des augmentations des prélèvements CSG (auxquels j'espère encore échapper pour 2015), du blocage des retraites, des augmentations d'assurances, de la taxe d'habitation, de la taxe foncière, de l'EDF, du gaz, de l'eau et de l'assainissement. 

 
Mes atouts : mon cadet a le RSA, donc économie d'entretien, le petit a fini ses études, donc économie de car et de cantine (et heureusement il sera encore à charge fiscalement à cause de la déclaration en décalé d'un an), je vais diminuer à son terme le forfait mobile mensuel, je vais baisser le capital de l'assurance décès de moitié... Le reste c'est la bouffe... Diminuer les extras (un kébab par semaine, c’est trop)...
 
Retour à l'équilibre de mon budget ? Objectif : 2016... Ils vont bien inventer quelques pompage de fric supplémentaires... Je suis très pessimiste Il n'est pas près d'avoir ma confiance le petit gros...
 
Ah, mon con de Hollande ! Tu croyais que tu allais boucher les trous en nous rationnant... Hé bien non ! Ton PIB, je vais te le faire descendre... Et même puisque tu n'es pas patriote, je vais faire pareil : Fini les courgettes et les aubergines Françaises deux fois plus chères que les espagnoles ! T’as pas fini d’avoir une balance commerciale à la ramasse, ducon ! 
 
Ma patrie c'est ma famille d’abord, pas toi, gros imbécile ! Et tant pis pour l'économie Française. Ma patrie ce n'est plus que ma famille et rien qu'elle. Ce n'est pas la France qui va me filer du pognon pour compléter les fins de mois...

Posté par zalandeau à 09:13 - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


22 juillet 2017

Bulletin N° 1 Mercredi 22 mars 2000

GSM

Rubriques du bulletin
 
 
 1  Travail
 
 2  Moral
 
Travail
 
Depuis la fin du stage, mon emploi du temps se décompose ainsi:
Une fois par semaine, je vais à l’ANPE consulter les annonces de “Cadres Hebdo” et relever celles qui  paraissent me convenir. Enfin, quand je dis “me convenir”, je devrais dire “convenir à l’employeur” compte tenu de mon savoir faire.
Le Samedi, ou le Dimanche j’achète le Moniteur et mon beau père me donne les offres d’emploi qui paraissent dans Ouest France.
Le Vendredi ou le Samedi, je reçois Courrier Cadres de l’APEC.
 
Je fais ma petite moisson, dont l’importance est variable. cela va de zéro à 7 annonces par semaine.
J’opère cette sélection pendant le week-end.
durant la semaine, je répond à ces offres.
 
J’accouche dans la douleur, si l’on peut dire, car je ne crée pas plus de trois lettres par jour.
En effet, j’essaye de me mettre à la place du recruteur, et cela prends du temps.
 
Je n’ai pas de jour déterminé dans la semaine pour faire ce travail.
Le seul critère est que j’aie la motivation et que je soie “gonflé à bloc”.
 
Cette semaine sur sept annonces retenues, j’ai répondu à cinq seulement, les autres, poubelle.
 
J’en suis arrivé également à modifier mon C.V. “à la carte”, suivant l’annonce, en modifiant les zones de mon C.V. qui ne sont pas vérifiables.
 
Enfin, cela fait beaucoup de piétinement pour rien.
 
Le rapport est faible. Très peu de réponses, et toutes négatives.
Je préfère avoir une réponse négative, plutôt que rien.
 
Il est humiliant, de prendre autant de temps à concocter une réponse pour avoir en retour un mépris total.
 
Certes, une lettre négative est décevante, mais cela ne dure pas.
Alors que pas de réponse, c’est une alternance d’espoir et de désespoir pendant au moins un mois, et cela fait beaucoup plus mal.
 
Sans compter que c’est un manque de politesse des employeurs.
En temps qu’employeur j’ai toujours répondu à une offre de service.
 
De temps en temps, je bricole sur ma maison, lorsque le moral est entre les deux extrêmes. En général le lendemain j’ai assez de “peps” pour répondre aux offres.
 
Moral
.
Mais quand le moral est à zéro, alors là, plus d’activité possible

Posté par zalandeau à 08:57 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2017

Pensées chaotiques du 21 juin 2010 - Le ciel était déjà gris comme un ciel de mort (Archives)

GSM

Pourquoi penser ? La terre est bien trop grande pour moi. Je pense à toi qui fut et sera toujours mon modèle. Tu sais je voulais ranger le garage et puis clac ! J’ai le dos bloqué avant de commencer. J’ai honte ! j’ai la haie à tailler qui pousse plus vite que moi… Je suis devenu faignant. Je n’ai plus de volonté. Est-ce que mes enfants auraient pensé à la fête des pères si leur mère ne leur en avait pas parlé ? Moi je n’y avais pas pensé, non plus, alors ?…
 
Tout est devenu une montagne devant moi… Je suis comme un handicapé avec ces 3 hernies discales… Et handicapé du raisonnement… Je suis seul dans une bulle où je n’entends que des brouhahas de paroles… J’ai marre de faire répéter, car je sais que ça n’est pas plaisant pour ceux qui ont à le faire… Alors je reste dans ma solitude. Je dis oui, quand il faudrait dire non ou inversement…
 
Je crois que vous m’aimez mes petits. Mais je n’ai pas su vous élever… J’ai peur pour votre avenir. Votre mère me bat froid aujourd’hui… Je n’ai pas de goût à rien…
 
Sans amour, la vie ne vaut rien… J’ai honte de t’avoir dit je t’aime hier soir, car tu ne m’as pas répondu, alors que tu ne dormais pas…
Oui j’ai honte de te donner mon amour gratuitement sans espoir de retour… Qu’est-ce que j’ai fait ? Justement rien ! Rien de ce qui fait qu’un homme est un homme ! La vie devrait s’arrêter quand on n’a plus de dignité, quand on n’a plus d’utilité…
 
Que puis-je faire pour Maman ? J’ai beaucoup cherché, mais je n’ai pas trouvé… Ma sœur a réussi à bloquer toute la mécanique… C’est sa méchanceté qui a gagné, elle nous a eus à l’usure… Et toi frérot, tu m’as laissé régler les problèmes tout seul quand je lui avais trouvé une maison de retraite… Ce serait à ton tour de trouver des solutions, mais tu préfères faire l’autruche…
 
J’ai démissionné de mon rôle avec toi, Kiki ! J’étais traumatisé parce que ta mère t’a révélé ton vrai père et on voit le résultat maintenant…
Et vous Toto et Nono, vous êtes bien plus proches de votre mère… Je ne suis que le Papa que l’on craint et que l’on respecte mais de qui on a honte, avec qui on ne veut pas s’afficher…
Je ne suis pas celui à qui on se confie, ni le complice de vos secrets… je ne suis donc rien…
 
Soleil ou pluie, rien ne change, seuls les jours défilent de plus en plus vite…
 
Mon nom : La femme dont je divorce veut le garder mais celle que je veux épouser n’en  veut pas ! Tu veux être incinérée, alors que je voulais que nous soyons enterrés l’un près de l’autre… Pourquoi vouloir t'épouser ? Par devoir, ce satané devoir...
 
Et ma mère qui est à 400 km de la tombe de Papa… si tu décèdes Maman, dans cette Lozère, comment vais-je financer ton rapatriement dans le lot et Garonne ? Parce que je crois que frère et sœur s’en foutront ! Et pourtant 59 ans de vie commune, je pense qu’il serait criminel que je te laisse enterrer loin de Poupa…

Posté par zalandeau à 09:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 juillet 2017

Le ciel est gris, comme un ciel de mort (10) Toussaint 2010 2ème version

GSM

Qu’est-ce que j’ai honte, pourquoi ne suis-je pas intervenu ?... Quand ce type a tapé son gamin dans le dos (ma femme me l'a dit), j'avais entendu un grand bruit creux, j’étais horrifié !... Il l’a tapé, je ne l’ai pas regardé, encore tout pétrifié de ce grand coup qui pourrait démettre une vertèbre ou décoller un poumon… Un petit gamin de quoi ? 4 ou 5 ans, tout ça parce qu’il faisait un peu le singe par terre.
Puis, la colère montant, j’ai tendu le bras au-dessus de mon chariot, l'index accusateur… Ma femme qui a vu toute la scène m’a fait les gros yeux et m’a dit "Je fous le camp et je te parle plus !"... Alors je n’ai pas donné une correction à ce jeune père indigne… Pourtant qu’est-ce que j’aurais aimé lui écraser ses lunettes sur son nez… Je voulais toucher son épaule et qu’il se retourne… Je voulais lui dire "Hey le courageux, prends-toi en à un homme pour voir"… Est-ce que j’aurais frappé tout de suite, ou attendu qu’il fasse un geste menaçant ? Ce n’était pas déterminé… Quelle femme de merde ! Elle aurait honte de moi si je défendais cet innocent bambin !... Du coup c’est moi qui aie honte, c’est moi qui suis un lâche et c’est bien dur à porter !... La dernière fois que j'ai fait ça (rentrer dans le chou d'un mec), elle s'était barrée avec les mômes et je suis resté, vexé, complétement vexé, pendant que tout le monde se foutait de ma gueule, au lieu d'un soutien général envers moi contre une brute... Honte ou vexation ? J'ai préféré la honte, c'est moins visible...
 
 
Je crois que l’amour et le bonheur peuvent prolonger la vie… Mais cette haine, cette indifférence ne m’aident pas, en ce cas… J’ai l’impression de m’assécher, comme une plante qui n’est pas arrosée… C’est vrai que dans les périodes où elle est gentille, je suis si heureux, que je crois toute rémission possible… Heureusement que j’ai mes fils ! Mais il est difficile de communiquer !... J’ai beau leur dire que je les aime, leur pudeur les éloigne… Nono est le plus difficile des deux pour entamer une discussion ou même un monologue… Mais Nono est celui qui vient m’embrasser le matin et le soir ! Et ça, c’est un pur bonheur !... Toto est renfermé ! Il ne me dit pas souvent merci, pourtant il sait demander… Je me dis que les demandes de Toto sont une communication avec moi… Il est renfermé, mais sait m’écouter et cela nous rapproche…
 
 
J’aimerais tant que notre solidarité redresse notre pays… Il y a eu un mouvement ce mois d’octobre… Mais est-ce l’union provisoire d’intérêts personnels étriqués ? Je crois bien, hélas... Il est vrai que je ne me sentais pas toujours à ma place dans ces manifs, mais je me suis forcé… Il y a quand même une sorte de conscience collective qui s’est réveillée… Mais va-t-elle se rendormir ? En deux ans, les Français oublient vite… Je rêve trop d’une assemblée constituante… Je souhaite trop un Directoire provisoire et un tribunal exceptionnel !... Et pourtant, il faut que les Français se battent avec les mêmes armes que cette droite inique et calculatrice !... Contre leur ruse, il faut être plus rusé encore ! Contre les forces réactionnaires qui leurs resteront fidèles, il faudra détourner des haines et utiliser des procédés pas plus avouables que les leurs… Mais la gauche est en général si naïve, si dans les nuages et si mauvaise à tout !...
 
 
La Toussaint ? Et alors ?... Je pense à mon père si souvent dans l’année !... Je n’ai pas besoin de cette date pour pleurer en pensant à ce Papa si formidable !... Et même, ma Moumouse, si loin d’ici, qui ne demande rien, j’y pense aussi ! Elle a tout donné à ses enfants : La vie, son amour, sa bonté et je ne peux rien faire, rien !…Orphelin, lui, s’est forgé tout seul !... Il a tant souffert, mais n’a pas reproduit sur ses enfants ce qu’il avait subi, comme beaucoup de tarés !... Il m’a forgé aussi, par son exemple !... Je serais si content de le revoir ! Je pense de plus en plus que c’est possible, même si tous ces infidèles pensent orgueilleusement qu’ils sont des êtres suprêmes, exclusifs et qu’après eux il n’y a plus rien !...

Posté par zalandeau à 09:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

05 juillet 2017

Mémoires et radotages (114) – L’actualité perso ou officielle ?

GSM

L’actualité… C’est quoi ? Il y a l’actualité extérieure, l’officielle… et puis aussi l’actualité personnelle… Laquelle nous concerne le plus ? L’une et l’autre nous importent et surtout celle qui est personnelle, forcément… 
 
Macron invite Trump.
Et alors ? C'est normal ! Et je ne comprends absolument pas que plus de la moitié des Français villipendent cette annonce... On ne peut me soupçonner d'être Macroniste, mais sur ce coup-là, je ferais comme lui... Et d'ailleurs, il aurait été bien d'inviter également Poutine ! C'est de la vraie diplomatie, pas du léchage de fion, dont je parle !
 
Vu Brhice Lalhonde sur LCP le 30 juin.
Quel bon comédien ! On aurait dit qu'il était un être humain, chaleureux... alors qu'en fait :
http://zalandeau1.canalblog.com/archives/2017/06/16/35390433.html
 
J'ai zappé pour ne pas vomir...
 
Helmut Kohl est claboté.
Ma foi, c’était un pote à Mitterrand, donc forcément les amis de mes ennemis… Je me contenterai de n’en rien dire, hormis cette blague entendue aux ‘grosses têtes’ sur RTL :
 
« Savez-vous pourquoi Helmut Kohl ne faisait pas caca dans des cabinets ? »
Tic, ta, tic, tac… Langue au chat ?
« C’est parce que Kohl chie que dans les prés, fleurissent, fleurissent, Colchiques dans les prés : c'est la fin de l'été… »… Ouais… bon… Il y en a des pires…
 
Il y en a des pires, surtout lorsque Bigard est invité dans l’émission… Début juin il en a balancé une… franchement c’est l’histoire la plus dégueulasse et de plus mauvais gout que j’ai jamais entendue… Mais comme je suis Gaulois… Je ne résiste pas à la raconter… mais en tout petit…
 
> Le mari rentre de bonne heure et il dit à sa femme : "Chérie, je vais te bouffer la chatte !"
> - Mais j'peux pas ! Je suis en intempéries et en ce moment c'est les chutes du Niagara.
> - T'inquiète, je suis fils de charcutier, c'est pas ça qui va m'arrêter. J’vais te bouffer la chatte !
> - Mais...
> - Y'a pas de mais!
>
> il la déculotte et il lui bouffe la chatte...
> Quand soudain, on sonne... Il sort de la chambre et va ouvrir. C'est un pote à lui...
> - Bonjour ! Mais qu'est-ce que tu t'es fait à la bouche ? T'es tout rouge !
> - Ben... Je courrais dans la maison et j'me suis mangé l'angle de la porte des chiottes !
> - Ah bon ? Ben alors emporté par ton élan, t'as du tomber la tête dans la cuvette des chiottes !
> - Pourquoi ?
> - Ben... t'as de la merde sur le menton !
 
Ben oui... j'ai osé...
 
Simone Veil est canée.
Je précise que je ne parle pas de la Simone Veil, philosophe Française juive agnostique qui s’était rapprochée de la religion catholique, pour laquelle elle vouait une véritable passion, qui a travaillé comme journaliste pour la ‘France Libre’ à Londres et qui est clamsée en 1943 dans un sanatorium de Hashford et dont je parlerai peut-être un jour… Non, non ! Je veux parler de l’autre…
 
Je parlerai de notre Simone Veil, née Jacob… Je ne raconterai pas l’ensemble de sa vie, ce n’est pas mon propos il y a assez d’écrits à consulter sur Internet à ce sujet…
En 1974, j’étais en plein boulot en déplacement… J’écoutais la radio en voiture à défaut de pouvoir regarder la télé, dans les hôtels miteux où je séjournais… J’ai été très impressionné par le combat de cette femme, ministre, qui avait réussi à faire passer cette loi sur l’IVG…
 
Et je me souviens de ces insultes grossières proférées dans l’hémicycle par des députés soi disant ‘élites de la France’… C’est là que j’ai réalisé, combien ces élus de la république pouvaient souvent être infâmes, écœurants et très peu respectables ! Que moi je dise des gros mots devant un zinc de bistrot, j’ai le droit, mais pas des gens qui se prétendent nos représentants !
 
Simone Veil est probablement la seule femme en politique  pour qui j’ai eu un profond respect… Et c’est pourquoi sa mort m’afflige et que je m’incline devant cette personne estimable… 
 
La non-qualité des verrous Chinois.
-J’avais un verrou d’origine fabriqué en France, par une boite Française, DCP… DCP n’existe plus et n’a laissé aucune trace sur internet. Or donc, fin 2014, ce verrou rend subitement l’âme après des décennies de bons et loyaux services…
-J’achète et je pose un verrou neuf le 29 novembre 2014… à 19,60€… Il n’a aucune marque hormis ‘Made in China’ gravée à l’intérieur… Il casse le 29 mars 2015 après 4 mois de service !!!
-Le 30 mars2015, je rachète pour 30,90€ un nouveau verrou de la marque réputée ‘THIRARD’, soi-disant made in France… Il tombe en panne le 29 juin 2017, soit une durée de vie de 2 ans… (En passant constatons la constance étrange des ‘29’ du mois)…
En enlevant l’étiquette made in France à l’intérieur, j’ai constaté qu’il n’y avait aucune mention gravée habituelle attestant la fabrication hexagonale…
-Je viens de le changer pour un ‘VACHETTE’, pour l’exorbitante somme de 56,67€, dont le lieu de fabrication n’est pas indiqué (on devine très bien pourquoi)… Il fonctionne mais avec de la difficulté… Cependant il est garanti 10 ans… Si jamais il ne tenait pas dix ans… Je ferais un scandale et j’exigerai le dédommagement qui m’est dû !
 
Je pense que j’aurais du acheter un VACHETTE réellement garanti made in France par Internet, mais il m’aurait coûté 75€ et j’aurais du attendre 20 jours de délais… ce qui ne me semblait pas raisonnable…
 
Putain de siècle d’escroquerie et de vol !
 
Les résultats de mes analyses. 
Hé oui, c’est aussi de mon actualité personnelle ! Mon H1c (ou HbA1c) après être restée longtemps à 6,2 puis montée la dernière fois à 6,3 vient de descendre à 6,1… C’est chouette et je ne m’y attendais pas… J’ai d'autre part, un cholestérol de bébé… Au point où je n’ai pas assez de cholestérol HDL !!! Zut alors !
Mais alors y’a un truc que je constate d’analyse en analyse… Y’a de moins en moins de trucs dans mon sang… de moins en moins de globules rouges, de globules blancs, de plaquettes, de créatinine… Bientôt, il n’y aura peut-être que de l’eau, va savoir ?
 
Enfin, tant pis… Quand faut y aller, faut y aller ! Après tout je m’habitue, avec toutes les visites aux cimetières que j’ai faites ces derniers temps…

Posté par zalandeau à 09:19 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juillet 2017

Le ciel est gris, comme un ciel de mort (8)

GSMNDLA : Ecrit en 2014 (Je pouvais encore bricoler)

J’voudrais bien perdre ne serait-ce que 10 kilos. Je pourrais remettre certains vêtements enfermés dans des malles en attendant l’hypothétique moment… où je puisse me contempler de profil dans la glace sans avoir à chaque fois un haut le cœur… Et puis c’est une question de survie… Si j’avais la santé, j’arriverais plus longtemps à protéger ma couvée… Parce que je sens que les charges de famille, c’est pour jusqu’à ma mort… Et en rêvant un peu plus, si je revenais à mes 72 kilos de 2006… Je bondissais comme un diable, je courais dans les couloirs du métro, d’une correspondance à l’autre. Je semais des jeunes qui tentaient de faire pareil…
 
Enfin, on verra, mais le bricolage, en tous cas, ça aide. Non pas seulement parce que cela fait perdre des calories, mais surtout parce que quand on bosse, on ne pense pas à aller au frigo ou dans le garde-manger…
 
Finalement je suis content pour deux raisons : Et d’une, je maigris et cela m’encourage à continuer. Le challenge, quoi. Et de deux, je travaille et cela me redonne ma dignité d’homme… Pour moi, bosser c’est être… Du genre « je travaille, donc je suis »…
Le coté négatif, c’est que les matériaux sont à des prix terrifiants… 2 litres de barbouille 54,90€ ! Les grandes enseignes s’en foutent plein les fouilles ! Et rien de Français ! Donc je paye pour avoir le droit de me sentir un homme... Avant on me payait pour ça...
Heureusement que pour la clôture j’avais des profilés et du fil de tension qui me restaient (des retours de chantiers de mon ancienne boite, un chantier fait en 91-92 environ)… Comme quoi il ne faut pas tout jeter…
 
Et puis, la rehausse de la clôture… C’est pour ne plus voir la sale gueule de ce faux-cul de voisin, ni des autres, non plus (qui matent mais qui détournent la tête pour ne pas dire bonjour) !... Je me dis " Mais, est-ce qu’en vieillissant je ne changerais pas, ou bien alors est-ce que cela vient des autres ? "... Les nouveaux voisins de l’autre coté, sont des jeunes ! Au début, ni bonjour, ni au revoir, ni diable, ni merde ! En plus ils ne se gênaient pas pour gêner, comme tous les nouveaux d’ailleurs sans exception ! Maintenant à force de leur dire bonjour, ils ont fini par le faire aussi, mais il a fallu quand même deux ans ! Et maintenant ils gênent un peu moins avec leurs véhicules (sauf tous les autres nouveaux, qui continuent allègrement).
Il faut bien constater qu'avec la voisine du bas, une petite vieille, on s’est toujours entendu, même du temps où elle n’était pas encore vieille ! Et l’autre mec un peu plus loin : 95 ans, une gentillesse et une mémoire phénoménale, sa femme atteinte d’Alzheimer… Lui, cancer de la peau, il se casse une patte, sa fille arrive. Elle envoie ses parents dans un mouroir ! Encore un voisin de moins avec qui avoir des relations de bons voisinage. Il en reste un dernier avec qui on se serre la pince en se croisant aux boites aux lettres… C’est le dernier !
Ils avaient tous en commun, les relations de bon voisinage, leur voitures rentrées dans leur garage, ne pas gêner, s’entre-aider, de fréquenter parfois…
 
Les nouveaux, c’est plutôt : les voitures dans la rue (c’est fatigant de rentrer sa voiture) et chacun se range de son coté (même pas l’intelligence d’un stationnement alterné). Parfois on ne peut même pas passer… Fréquemment je rêve d’avoir un Humvee de l’armée américaine et de descendre toute la rue… Même avec une largeur insuffisante... je passerais quand même... et s’il reste quelqu’un dans sa caisse, ça ferait de la sardine en boîte. Hé, hé, hé !...
 
Alors, je ne me trompe pas, c’est surtout les générations qui ont changé. Les nouveaux autres ne sont plus les mêmes autres qu’avant…

Posté par zalandeau à 08:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :