16 juin 2019

Je leur pisse à la raie !


J'ai plein le cul de ces feignasses qui font du fric en dormant !
J'ai plein le cul de ces autres feignasses qui font grève pour gagner plus sans travailler !
C'est la même engeance ! C'est à celui qui foutra rien ! Une toute petite différence : Les deuxièmes sont jaloux des premiers et les premiers méprisent les seconds...
Mais sinon, tout ça, c'est feignasses et compagnie...
J'ai passé ma vie à travailler et cela m'a permis de gagner ma vie, comme l'homo-érectus qui ramenait du gibier, ou celui qui fabriquait les vêtements en peaux pour la tribu...
Ah, bien sur, j'ai parfois contesté la valeur du vêtement ou du gibier, car il n'était pas question que je me laisse berner... Mais lâcher mon silex, ou ma massue et manifester ma jalousie du chef de clan qui thésaurise les peaux de bêtes, non !
Le chef est juste ou il n'est pas ! Et s'il n'est pas, on le déboulonne ! On lui dit "T'es plus chef parce que t'es devenu un sale con, qui sert à rien !".
Seule la valeur du travail rend l'homme noble et utile. Le chef assume une fonction charismatique qui fédère, organise et protège. C'est lui qui pérennise la tribu.
Les chasseurs, les cueilleurs, ceux qui produisent, qui transforment, qui instruisent, qui soignent, qui rendent des services nécessaires ou qui règlent les conflits sont les moteurs de l'humanité organisée en tribu sociale.
Alors les dormeurs, les jaloux, les envieux, les ceusses qui veulent rien foutre, les profiteurs par au-dessus ou par dessous, les tondeurs de laine sur le dos, les suceurs de sang, les presseurs de mamelles, les voleurs, les ceusses qui qualifient le travail d'imposture... JE leur dis d'aller se faire foutre. Ils sont vénéneux et toxiques pour la société.
Je leur pisse à la raie !

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


15 juin 2019

Qu'est-ce que c'était marrant !!!

GSM

Ecrit le 26 janvier 2015
 
Hier, quand j'ai éteint le PC (L'ordi, cette fois, pas le Parti Communiste qui n'a pas besoin de moi pour s'éteindre), deux fulgurances m'ont traversé l'esprit... Ou du moins la cervelle, car il n'est pas prouvé que j'aie de l'esprit...
 
C'était deux idées de Posts, trés drôles... Je me suis dis "Je ne vais pas rallumer, c'est si drôle que je m'en souviendrai demain, qu'est-ce qu'on va se gondoler"!!!
 
Ben... On est demain depuis un bon bout de temps, Mais ça ne revient pas...
 
C'était pourtant si marrant !!! Ouahhh, poilant, mais alors à un tel point... Que j'en ris quand même...
 
Au moins, il y a quelqu'un qui rit : Moi...
 
Mais c'est bête de ne pas savoir ce qui me fait rire...
 
C'est pathétique ?
C'est pathologique ?
 
Bof ! Sûrement les deux...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

05 juin 2019

Sphère privée


Je considère cet endroit comme privé, mais non fermé à clef.
 
Je peux donc me raconter et parler de religion. Plus précisément de MA religion, si je puis dire.
 
Tout d'abord, je considère le curé, l’archevêque ou le pape comme des gens qui ont un trou au cul et qui font caca comme tout le monde, pas plus. Je prétends qu'ils n'ont rien à m'inculquer. Je suis allé au catéchisme, j'ai fait depuis la part des choses et basta.
 
Il fut un temps j'ai prié mon défunt Papa. Je suis certain qu'il est au paradis et donc qu'il est digne d'être prié. J'étais là, lorsque son âme s'est envolée et depuis je sais qu'il y a une autre vie après la vie. Mes parents sont forcément à la droite (ou à gauche) d'une puissance suprême
éternelle, que j'appellerai Dieu. En langage païen, ils sont dans une autre dimension.
Le malin existe, il ne faut pas l'ignorer. L'un et l'autre sont en nous. C'est à nous de reconnaitre et de maitriser nos démons, avant que ceux-ci ne nous maitrisent.
 
C'est vrai que je ne suis jamais allé prier dans l'église où j'habite, parce que je ne veux pas rencontrer tous ces cons de crapauds de bénitier avec leurs 4x4, leurs ragots de pipelettes, leurs jugements définitifs, leurs faux-semblants pleins de morgue... La haine que j'y rencontre et que je risquerais d'éprouver, n'est pas compatible avec ce que j'ai à y faire.
Quand j'ai besoin de retrouver Dieu et mes parents dans un lieu approprié, je vais à la
Basilique. Je n'y connais personne, ainsi, le lieu est neutre.
Jésus ? Il a existé, ainsi que Mahomet et Moïse, cela est certain.
Mais ce qu'il a fait ou pas fait... C'est sa vie privée et les médias évangéliques ont bien déformé les faits de leur contexte. Ça ne me concerne pas. Et puis je ne tends pas l'autre joue, jamais ! Moi, c'est plutôt : Œil pour œil, dent pour dent...
 
Qui j'aime, comme religieux ? L'abbé Pierre, Sœur Emmanuelle, Sœur Térésa, , le père Gilbert, les bénédictines du sacré cœur de Montmartre, les moines de l'abbaye de la Trappe et ceux morts à Tibhirine...
 
En fait, je suis plus admiratif du clergé régulier que du clergé séculier mis à part ceux qui se tournent vers les humbles plutôt que vers la politique...
 
Je hais les Burqas et les extrémistes. Voilà ma religion. Je ne la porte pas en étendard et je ne supporte pas qu'elle soit mêlée à la laïcité, car la laïcité s'applique à tous, tandis que MA religion m'est totalement personnelle, sans aucune obéissance aux potentats de la hiérarchie séculière...
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

04 juin 2019

On a encore le droit de penser

GSM

Suivant que les mots sont dits par l’un ou par l’autre, ils ont une résonnance différente. La perception du signifiant dépend de la perception affective que l’on a de l’autre.
Certains peuvent dire tout, d’autres sont mal perçus dans le même exercice.
 
Il se crée des réseaux d’empathie et de hiérarchie, où les paroles circulent de haut en bas, sortes de postulats dans un auditoire idolâtre.
 
Il y a des pensées qui ne trouvent pas d’écho. Les pensées ne sont pas primordiales dans le processus de l’humanité. L’esprit humain est plus sensible à la personnalité qu’à l’essence même des idées. Seule la personnalité du penseur permet ou non de diffuser les idées.
 
C’est pourquoi il est souvent nécessaire de penser à voix basse, afin de ne pas être mal perçu, ou pour tout simplement passer inaperçu. Tant il est vrai que l’humain détruit ceux qu’il n’aime pas, ceux qui le dérangent.
 
La vérité coûte très cher et c’est pourquoi elle reste souvent du domaine de la pensée, sans expression tangible.
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mai 2019

Mémoires et radotages (209) – Retrouvailles or not retrouvailles ?


GSM

Écrit le 21 mai 2019
 
Les retrouvailles… C’est bientôt ! Enfin… Peut-être…
Content de les revoir cette année, il se souvient toutefois de l’amertume qu’il avait éprouvée lors des retrouvailles de 2017, parce que cela était si fugace, trop fugace…
 
Mais en deux ans son mental a régressé en terme de volonté, de courage, de force mentale… 800 bornes, rien qu’à l’aller, à se taper et en plus le week-end de la pentecôte ! Il trouve cela très éprouvant… Il est vrai qu’en 2017, à cause de sa capsulite à l’épaule, son ami l’avait si gentiment véhiculé et ainsi, il n’avait pas eu d’appréhension…
Et puis surtout, il y a, depuis deux mois, ces vertiges, comme en 2007, 2008 et 2009… Dans ces moments-là, il est dans un autre monde : Il perd beaucoup en cognitivité et en réactivité et il ales jambes qui ne le portent plus, ce qui est très peu recommandable quand on conduit un véhicule…
 
S’il est dans ces dispositions à l’approche du départ, il jettera l’éponge.
 
Il y a un sentiment d’interrogation quand on se voit décliner ainsi… Cela est si rapide et on ne peut rien y faire, seulement constater…
Tout cela va sans dire, mais cela va mieux en le disant…
 
Il est possible que la fin de la route soit proche, au propre comme au figuré, se dit-il… Les mêmes symptômes, qu’il y a une douzaine d’années… On sait que la répétition n’est pas infinie !
 
Alors, à mes collègues de promo, je dis « A bientôt », ou pas ?
Le mieux c’est de ne rien dire, pour le moment… Il y aura peut-être une accalmie… Qui sait ?
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


21 mai 2019

Devoir


La langue Française est très riche, mais comme toutes les autres langues, certains mots ont plusieurs sens et parfois des contresens, certaines acceptations doivent être expliquées avec beaucoup de phrases, donc beaucoup d'autres mots.
 
Bref, je n'évoque pas les devoirs de l'élève, ni les devoirs au sens où le prennent certains ouvriers syndiqués ou même une certaine engeance qui bouffe du patron et du curé sans discernement.
Un petit mot quand même : Devoir pour eux, signifie les obligations imposées par leurs supérieurs, enfin disons, ce qui est imposé par un tiers et dont ils pensent avoir le droit de s'exonérer. (C'est d'ailleurs pour cela que bon nombre de travailleurs ne se sentent que des droits, mais aucun devoir. Travailler moins pour gagner plus, voir même être payé à rien foutre, c'est l’égoïsme de certains petits, qui vaut bien celui de certains grands)...
 
Je voulais plutôt parler du devoir que l'on s'impose à soi-même. Je reviens à mon occupation favorite, parler de moi-même...
Je n'ai pratiquement jamais obéi à un ordre ex abrupto. Pour preuve, le nombre de fois où j'ai changé de crèmerie.
Les ordres étaient pour moi des conseils (surtout quand j'étais débutant) et donc je les faisais miens, parce que je les jugeais pertinents et je les exécutais parce que j'étais motivé.
 
Concernant les devoirs que je m'impose, sans intervention extérieure, ce sont parfois les plus pénibles. Je me suis marié par devoir, mais aussi avec l'aide de l'amour. Mais parfois je regrette de l'avoir fait, car j'ai l'impression d'être puni chaque fois que ma femme pique ses crises de jalousie, de haine, de cruauté verbale...
 
Enfin, ma vie n'a été que devoir, c'est à dire : "J'ai reçu ceci, je dois donc cela"...
 
A propos de ceux qui se prennent pour des "grands" : Il y a un con, originaire de Châteauroux, (un gros prétentieux copain avec Poutine), qui devrait bien apprendre la signification de ce mot, lui qui a tant reçu de pognon des spectateurs Français, mais qui ne veut pas se prêter à un peu de charité nationale supplémentaire. Il ne se sent aucun devoir ? Je lui couperais bien tous ses droits...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mai 2019

Réflexions d’un raté



GSM

Le ciel est bleu, mais en lui, tout est gris.
Finalement, une vie de médiocrité, due à des principes surannés, ne donnent pas de raison d’être content de soi.
Est-il intelligent de donner le meilleur de soi-même, dans l’anonymat, sans attendre de reconnaissance en retour ? Ceux qui ont fait passer la réussite en premier ont eu raison. S’attribuant le mérite des autres, faisant de leur personnalité un miroir aux alouettes, ils ont réussi l’ascension sociale…
Ah, oui, il en a eu des distinctions honorifiques, des remerciements, des félicitations, de la part de personnes lucides, mais aujourd’hui disparues !..
Mais hélas, ces quelques personnes qui lui ont donné tant de fierté, n’avaient pas de pouvoir sur sa carrière…
La majorité de sa vie, travaillant dans l’ombre, il n’a su que donner, mais jamais cueillir…
Au soir de sa vie, il comprend que sa non-réussite est la seule image qu'il donne aux autres et à lui-même, lorsqu'il se voit dans le regard des autres…
Toute peine mérite salaire… Il a fourni la peine, il n’a pas eu le salaire, simplement parce qu'il n'a pas su l’obtenir… Il a été trop crétin pour tourner toute son énergie à obtenir des résultats dans la tâche qu'il exécutait, au lieu de l’utiliser pour réaliser sa propre personne dans son propre destin…
Il est parti de zéro, pour n’arriver à rien… Il n’a vraiment de merci à dire à personne… Sauf à ces gens qui l’ont remercié, qui l’ont reconnu…
On n’est rien, sans le regard des autres, dans une société…
On est tout, seulement lorsque l’on est seul…

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2019

Mémoire et radotages (32) – Jésus

GSM

Je disais bien qu’à force de voir s’étaler l’islamisme devant tout le monde, j’étalerai MON DIEU à moi… Merde, quoi ! Il faut bien faire contre-feu à ces imbécillités moyenâgeuses…
 
Dieu, je l’ai déjà dit, pour moi, c’est une nécessité scientifique, pour expliquer le mystère de la vie, qu’aucun homme n’a jamais su expliquer et dont je crois qu’il ne sera jamais expliqué… Nous, humains, savons faire avec quelque chose… Seule l’existence d’une force supérieure, à mon avis, peut créer à partir de rien… Cela justifie Dieu comme Joker de l’Univers…
Bien évidemment je n’ai aucune preuve tangible (comme d’ailleurs les tenants de la thèse de la non-existence de Dieu)…
 
D’ailleurs, souvent je doute. Ma foi s’inscrit dans le doute et n’existe que par le doute…
 
Quant au reste ? La religion ? Piège à cons ! Comment croire à des inventions nées de cerveaux féconds en imagination, prosélytisme et manipulations ?
 
Jésus ? Mon père croyait au « petit Jésus », comme il disait… Et il y a des coïncidences dans le destin de feu mon Papa qui laissent bien des mystères à cet égard et posent de vraies questions… Mais, bon !
 
Le Jésus des uns n’est pas le Jésus des autres. Il y a Jésus et Jésus !
 
Le Jésus réel est celui qui a existé. Il n’y a aucun doute possible, des preuves historiques en témoignent.
Mais le Jésus des évangiles… Là on se retrouve dans une histoire romancée, dans laquelle merveilleux, extraordinaire et prestidigitation ont été rajoutés, d’autres trucs soustraits par soucis du qu’en dira-t-on des différentes époques de la Chrétienté… Je trouve cela scandaleux, d’ailleurs, parce qu’il n’avait pas besoin de cela… C’est vrai : Raconter de telles sornettes sur ce gars, c’est vraiment lui manquer de respect…
 
Le respect, il le mérite ! C’était dans l’ensemble un bon gars, qui a été turbulent comme tous les gosses, mais il fallait bien même à l’époque, que jeunesse se passe… Il a eu une vie honnête, même s’il a vécu avec une ancienne pute, mais qui peut l’en blâmer ? Au contraire, je dis qu’il n’avait pas de ces préjugés qu’ont tous ses groupies dont la curetonnnerie, compris Papes et Sous-papes, entretenant la fausse pudibonderie et l’hypocrisie…
 
Jésus était un homme et je crois que c’est cela sa plus grande qualité… Il est mort pour ses idées, par delà les faiblesses qu’il a ressenties et surmontées et cela en fait à mes yeux quelqu’un d’admirable… Le Jean Moulin des Chrétiens !
 
Mais de grâce, qu’on arrête de le voir marcher sur l’eau sans planche de surf, réveiller les morts ou faire faire un jogging à un grabataire… Gérard Majax n’était pas encore né, quoi !
 
Grosso modo, il a dit des bonnes choses. Ces choses d’ailleurs ont structuré toute la morale occidentale depuis deux mille ans… Il n’y a qu’une chose que je désapprouve formellement, c’est de tendre l’autre joue ! C’est un truc pour rendre servile les andouilles qui le suivaient… L’a-t-il dit d’ailleurs ? Il est tout à fait possible que ce soit cette hiérarchie chrétienne, apôtres compris, qui aient rajouté cette obligation de docilité idiote, si commode pour rendre fidèles les fidèles…
 
Enfin, ce qui est bien, c’est qu’on ait la liberté de jurer, de manquer de respect, de dessiner Dieu ou son messie (Merci à la laïcité !)… Même si la religion chrétienne commande de ne pas manquer de respect, car dans son fondement initial, elle pardonne, elle, contrairement à une religion mahométane islamique radicale, qui veut étendre son voile noir sur nos vies… Ceci dit la religion dit tant de conneries...
 
Mais on leur pisse au cul à ces Daesh qui puent !
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

15 mai 2019

La censure, c'est la force des faibles

GSM

Je ne me sens pas noble par mes ascendances de noblesse chinoise, mais seulement par un certain caractère libre, soucieux de valeurs comme l'honneur, la probité, l’amour de la Patrie, la révolte contre l’arbitraire et l’injustice, la protection des faibles et des opprimés et surtout la fierté de ne pas mettre un genou à terre devant qui que ce soit hormis mon Créateur…
 

Je ne ploierai pas sous la censure de la pensée unique débilitante, premier des prémices d'une société sans valeur, décadente et qui va petit à petit vers sa fin, dominée par un de ces dogmes confessionnels qu'elle sous-estime mais qui la submergera bientôt...

 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mai 2019

Mourir ou vivre ?

Ecrit le 7 12 2014
 
Le choix vient d’être fait : Mon choix !
 
Après tout, si les raisons de mourir sont multiples et particulièrement je pense à l’absence de perspectives pour moi, comme pour ceux très proches que j’aime, il n’y a que deux solutions possibles : Le suicide collectif ou le "jusqu’au-boutisme" de la vie.
 
Je ne suis pas en mesure de décider pour les autres, même s’ils sont miens. Ils n’appartiennent en fait qu’à eux-mêmes. Je l’ai su dès leur venue au monde. Ils étaient eux, pour eux-mêmes et je respectais leur être, même si j’éprouvais tant de bonheur de leur présence. Je ne leur ai pas fait autant de bisous et de câlins que j’aurais voulu en faire. Je ne voulais pas déranger leurs jeux de petits garçons, assis sur le sol, manipulant leurs jouets avec un imaginaire si loin de mon monde d’imbécile heureux, je les regardais, ravi et plein d’espoir en leur avenir, empli d’énergie et de motivation pour les emmener jusqu’aux portes de leur futur monde d’adultes.
Je leur en ai donné les clés. Du moins, je l’ai cru.
 
Mais derrière la porte, triste constat, il n’y a rien. Chômage, précarité, misère. Qu’ai-je fait ? Que n’ai-je pas fait ? Dois-je faire contrition ? Avais-je le droit de les mettre au monde sur une terre stérile ? Malgré mes scrupules, n’ai-je pas été égoïste ? Je n’avais probablement pas le droit de donner la vie dans un monde sans espoir. Je n’ai certainement pas du orienter ma vie de façon à leur donner un futur. J’ai eu une trop courte vue. Je sais, du moins je le crois, que je ne suis pas coupable, mais je suis quand même responsable…
 
Alors, il faut que j’assume. Il serait si simple de mourir pour ne pas voir la catastrophe qui se prépare pour mes enfants. Ce serait confortable de terminer après une vie de satisfactions sans goûter aux affres de la décrépitude de la vieillesse. Mais vu les responsabilité que j’ai eu la bêtise de prendre ce serait aussi de la lâcheté je pense. Tant pis si le reste du chemin est dépourvu d’espérance et si je chemine malgré moi. J’irai au plus loin que mes forces me permettront d’aller, pour eux. Parce que ces petits que j’aime tant, sont une raison de vivre plus forte que mes envies de mourir, j’irai jusqu’à ce que je ne puisse plus aller.
 
Le jour où je partirai, oh, non, bien sur, je n’aurai pas la conscience tranquille, car je saurai que je n’ai pas su faire les bons choix, ni prendre les bonnes décisions, mais je me dirai que j’ai fait le maximum, mon maximum à moi et tant pis si je n’ai pas réussi. Le tout aura été d’avoir essayé…
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,