23 août 2019

Nous sautons de l'hélico.


Soudan, le 28/10/2007.
 
Nous nous déployons suivant les ordres reçus, cachés par la poussière que soulèvent ces grands oiseaux de combats repartant dans de grands feulements de turbines.
 
Nous sommes une dizaine de groupes et nous encerclons une troupe de Janjawids. Ceux-ci ont sauté de leur monture et commencent à nous tirer dessus.
Après avoir enclenché les chargeurs et mis en joue, l'ordre de feu retentit.
 
Nous déclenchons alors un déluge de feu sur les assassins d'en face.
Nous ne les ménageons pas, car nous avons tous en mémoire le spectacle terrifiant du dernier village que cette horde a détruit.
 
Les corps mutilés hantent nos esprits...
 
L'ordre de cesser le feu ramène le silence dans le grand désert du Masalit...




Hélas, la communauté internationale et l'ONU en particulier a beaucoup trainé et n'a pas fait ce qui est décrit ci-dessus... Les massacres de civils au Soudan ouest ont continué de se perpétrer, parce que le président Omar El Bechir voulait s'emparer des zonnes pétrolifères et que ces populations le gênaient, tout simplement !
……..
« Les Janjawids sont arrivés dans un grand nuage de poussière. Les femmes et les enfants poussent des cris de terreurs et se cachent au plus profond de leurs cases, pleurants et tremblants de peur.
 
Les villageois sont traînés et rassemblés sur la place du village. Les mères sanglotent en serrant leurs petits dans les bras, des grappes d’enfants s’accrochent aux adultes. Plusieurs vieillards très dignes, sont alors égorgés au seul motif qu’ils ne baissent pas les yeux. Leurs cadavres sont alors jetés dans le brasier que les miliciens ont allumé il y a maintenant une heure.
 
Une jeune fille est arrachée à sa mère. Plusieurs Janjawids la maintiennent et la frappent pendant qu’un autre la viole. Les cris de douleur de la fille provoquent les cris de la mère. Un homme s’approche de la mère, il lui arrache son bébé et le jette vivant dans les flammes.
 
La mère qui s’élance sur le tortionnaire est stoppée net par le poignard d’un autre. Elle tombe à terre en se tenant le ventre. Pendant son agonie trois hommes la retournent sur le dos et la violent chacun leur tour. Les gémissements de la mourante attisent leur violence et leur jouissance.
 
Un homme arrache un nourrisson des bras d’une autre mère, le tenant d’une main par les pieds, il s’approche d’une case.
 
L’homme recule son bras et fracasse à la volée, la tête de l’enfant sur le mur. »
 
Une scène d'horreur décrite par un des rares survivants... Honte à la communauté internationale !!! Je hais la communauté internationale...
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


12 août 2019

Le choc des cultures à In Amenas


 
Nous sommes dans une culture de remords, de pardon, de mollesse.
 
Les terroristes sont dans une logique de mort qu'ils sèment et qu'ils sont prêts à recevoir. Ils sont dans une haine de prédation guerrière contre l'occident (sans doute avec des raisons d'ailleurs).
 
Mais cet endoctrinement prétendument au nom d’Allah, est une machine aveugle.
Nous n'avons pas su arrêter Hitler par la douceur, nous ne saurons pas davantage arrêter le Djihad par la douceur.

 
Il résulte de cela que nous devrons rendre coup pour coup et même davantage. Et comme lors de la 2ème guerre mondiale, il y aura des victimes collatérales...
 
Céder au chantage des captures d'otages, c'est pour nous une marque d'humanité, mais pour les terroristes islamiques ou non, c'est de la faiblesse et la preuve que l'occident est à leur portée, qu'ils parviendront à le faire tomber et qu'ils sont les plus forts. Du moins le croient-ils!
 
Ce qu'a fait l'Algérie est la seule chose à faire de sensée, afin de faire comprendre aux extrémistes, que le chantage ne marchera jamais !
 
Tant pis pour les salariés expatriés, tant pis pour les intérêts des multinationales...
 
Il faudra bien qu'un jour les chefs d'états occidentaux cessent leur indignation convenue contre des interventions musclées, telle celle des forces spéciales Algériennes. Ils adoptent cette posture indignée parce qu'ils ne sont pas certains de l'attitude de leurs électeurs...
 
Ceci étant dit, il est très bizarre que la prise de ce site industriel ait été si facile... Il aurait du être gardé militairement par l'Algérie... Était-ce un piège tendu au terrorisme afin de réveiller l'Europe ? Pour fédérer l'occident ??? Ou pour fédérer l'Afrique contre l'occident??? Ou pour réveiller l'opinion publique Algérienne ???

 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

27 juillet 2019

Extrait d'un magazine Algérien de 2010

GSM

Merci à Jielleaime


Sans commentaire !

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juillet 2019

Ma chronique - Vers la 3ème guerre mondiale ?

GSM

Ecrit en 2009
 
EFFECTIFS (en 2009)
 
Armée Chinoise            2,4   millions d’hommes
Armée USA                  1,4   million  d’hommes
Armée Indienne            1,32 million  d’hommes
Armée Russe                1,2   million  d’hommes
Armée Corée du Nord  1,1   million  d’hommes
Armée Française                     239.000 hommes
 
BUDGETS
 
USA :      2009 : 450 milliards d’€ + Armes nucléaires et guerres et frais de personnels.
Estim. :    2010 : 715 milliards d’€         (A été triplé en 10 ans entre 1998 et 2008
 
Chine :    2009     56 milliards d’€ + dévelop.et fabric. armes et missiles non comptés.
Total estimé       196 milliards d’€         (Augmentation de 100% entre 1990 et 2000, de
                                                                17,8% en 2007, de 17,6 en 2008, de 14,8 en 2009)
                                                                A été triplé en 10 ans entre 1998 et 2008
 
Russie :   2008 :   25,55 milliards d’€     (Augmentation de 91%    entre 1998 et 2004,
                                                                de 19%en 2005, de 12% en 2006)
                                                                A été triplé en 10 ans entre 1998 et 2008
                                                                Et doit augmenter de 50% entre 2009 et 2011
 
Inde :      2009     28,9 milliards d’€       (Augmentation de 23,7% en 2009)
 
France :   2009 :   37,4 milliards d’€      (29,65 Mds en 1991 augmentation de seulement
                                                                26% en dix-huit ans)
 
Grande Bretagne : Dito depuis la dévaluation de la £ivre.
 
NB : Je signale que les valeurs des monnaies de Chine, Russie et Inde étant largement sous-évaluées, il y a lieu de dire que leurs budgets sont concrètement amplement plus importants.
 
Concrètement : 1464 milliards de dollars soit 1074 Milliards d’euros, représentent les dépenses militaires mondiales en 2008, soit une hausse de 45% en dix ans.
Les seuls Etats-Unis, Chine et Russie ont triplé leur budget militaire au cours de la même période (1998-2008)…
La Chine construit ne nombreux navires, des missiles et des têtes nucléaires. La Russie arme de nombreux sous marins nucléaires...
 
Les Etats-Unis ont un déficit de 10.000 milliards de dollars. Leurs armées et leurs 600 bases dans le monde, sont partiellement financées par le trop-plein de liquidité-dollars en circulation dans les pays émergeants qui les réinvestissent en créances auprès du trésor Américain, celui-ci n'ayant pas les moyens de rembourser…
 
Les Pays émergeants cherchent à changer de monnaie de référence et à commercer à l’aide d’une autre devise…
 
La guerre pour la possession des richesses : minérales, fossiles, la terre, l’eau se poursuit sur l’ensemble de la planète, avec les moyens les plus vils… Mais c’est une guerre !
 
Les USA, la Chine et la Russie s’arment pour la possession ou pour garder ces ressources…
 
Mais que se passerait-il si les pays émergeants faisaient chuter le géant Américain ?
 
Nous Européens et Français en particulier, rattachés à l’Otan, organisation qui risque un jour d’être une baudruche dégonflée, face à deux puissances surarmées : La Chine et La Fédération Russe ?
 
Il ne reste plus qu’à souhaiter que l’état Américain refuse de payer ses dettes afin d’éviter la banqueroute…
 
La Russie a beaucoup à perdre et la Chine beaucoup à gagner… La Russie semble se rapprocher de la Chine... C'est risqué parce qu'ils sont une proie pour la Chine. Changera-t-elle de politique et s’alliera-t-elle à l’Europe ?
 
Quand les Européens, prendront-ils conscience qu’ils sont sans défense devant ces puissances hyperarmées ? Peut-on compter sur les Etats-Unis ? A part la Grande Bretagne et la France aux armées insuffisantes, le reste de l’Europe est quasiment sans armée véritable…
 
Cette escalade de l’armement ressemble fort, aux prémices d’une conflagration plus large encore, pour la conquête de la planète…
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2019

La Chine vers l'apocalypse ?

GSMEcrit le 14/12/2013

Tout est-il écrit ? Bien sûr que non.
 
Toute considération avec du recul en terme de géopolitique, amène immanquablement, à des conclusions complètement claires. L’ascension de la Chine, son besoin en ressources, la conduisent vers un expansionnisme qui s’appuiera nécessairement sur une guerre de conquête…
 
Sauf si…
 
Voyons le passé… Si la démocratie Allemande avait été mieux ancrée, si le Président Hindenburg et le Chancelier Brüning avaient eu plus de pouvoir et plus d’autorité, Herr Hitler n’aurait jamais accédé au pouvoir. Les évènements dramatiques ultérieurs auraient été évités…
 
Revenons à la Chine. Qu’est le pouvoir Chinois ? Un régime totalitaire Communiste ?
Dans les mots vous avez raison.
 
Mais dans les faits, il s’agit d’une dictature de droite.
 
Ce régime que Mao a fondé s’appuyait sur la classe paysanne. Le « grand Timonier », a développé une classe ouvrière sur laquelle il a fondé le communisme Chinois.
 
Qu’en est-il maintenant ? Le régime en place s’appuie sur les classes émergentes, voire aisées et surtout très aisées. Ce régime est bien devenu une dictature de droite.
 
Vous me direz qu’une fois cette dictature renversée, rien n’empêche la démocratie de s’installer…
Mais la classe aisée sait ce qu’elle doit au parti et au pouvoir. Elle sait que leur sort est commun. Elle n’est pas prête du tout à laisser renverser un régime qui a permis leur ascension sociale…
Ajoutez à cela un patriotisme et un nationalisme de l’ensemble de la société Chinoise, y compris des jeunes étudiants, dont on pourrait s’attendre, mais à tort, à ce qu’ils soient contestataires et vous avez là tous les ingrédients pour un impérialisme du genre du pangermanisme Allemand d’avant-guerre…
 
Alors, d’où peut venir le salut ?
Nécessairement il ne peut venir que de la contestation du pouvoir par les mécontents.
La grande majorité du peuple est de plus en plus irritée des excès engendrés par l’évolution forcée qu’impose le pouvoir…
Mais l’inconnue est : Le mécontentement du Chinois de base sera-t-il plus fort que son nationalisme ?
Une éventuelle révolution, ou révolte du peuple Chinois risquerait même d’obliger le pouvoir à brandir l’union sacrée pour faire la guerre, seul moyen d’étouffer la désunion…
 
Il faudrait que le pouvoir Chinois devienne moins sûr de lui pour que l’éventuelle révolte soit prise en compte.
Autant dire, qu’il faudrait que le régime devienne un petit peu démocratique, pour entraîner l’avènement de la démocratie…
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :


03 juillet 2019

Mémoires et radotages (216) – Trump et l’Iran


GSM

Écrit le 02 juillet 2019
 
L’Iran est toujours dirigé par les Mollahs et les Ayatollahs. Ce n’est pas franchement une démocratie… Mais où y a-t-il une vraie démocratie dans ce Moyen-Orient ? A part les Kurdes qui sont démocrates mais occupés par des dictatures, je ne vois pas !
 
On n’a plus le Bush, on a le Trump… Républicains tous deux, Trump est moins va-t-en guerre que son devancier, mais tout aussi interventionniste dans les affaires du monde…
 
Le blocus contre l’Iran, qui s’était achevé sous Obama (démocrate), a repris. L’Iran est à nouveau le pestiféré infréquentable décidé par la toute puissante Amérique !
 
On se souvient des effets pervers et inhumains que le blocus sur l’Irak avait fait sur la population Irakienne et également le bourbier dans lequel les G.I’s se sont retrouvé. L’Irak est très loin d’avoir retrouvé son équilibre et les effets auront été globalement bien plus négatifs pour la stabilité du monde que s’il n’y avait pas eu ce blocus et cette mise au banc de la société mondiale, de l’Irak…
 
Or Trump recommence la même politique de merde que Bush, contre l’Iran. Il base également ses dires sur des allégations mensongères. Croit-il vraiment que de jouer les gros bras fera vaciller le pouvoir Iranien ? Croit-il qu’il faille éradiquer toutes les dictatures ? Dans ce cas, il a du pain sur la planche : Turquie, Russie, Libye, Syrie, Pays du Golfe… J’en passe et des meilleurs…
 
A moins que…
 
Après tout, souvenons nous de la Corée du Nord… Cela avait débuté par une séance très tendue  de bras de fer, qui avait mis en émoi toute la zone pacifique et cela a fini par « Embrassons-nous Folleville »…
Et si on était dans la même configuration ? Est-ce que Trump nous rejouerait le même scénario ?
Avec lui tout est possible ! Ce président Américain est des plus imprévisible ! Il aime menacer ! Pour de rire ou pour de faux ??? C’est ce que l’on ne sait pas !
En tous cas, le blocus de l’Iran resserrera la population Iranienne autour de ses gouvernants, (alors qu’au départ beaucoup d’Iraniens détestent la théocratie qui les dirige), ce qui est contraire aux buts américains d’abattre le régime des Mollahs…
 
Les Amerloques ne retiendront décidément jamais les leçons de l’histoire ! Et en attendant, le monde a les chocottes...
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

02 juillet 2019

Ramener l’Iran dans le concert des Nations

GSM

Ecrit le jeudi 12 mars 2009
 
Si l’Iran veut l’arme atomique, elle l’aura, et ce en dépit de toutes les gesticulations occidentales. La Corée du Nord l’a bien… Pourquoi pas l’Iran ?
 
La politique des Dominos des USA visait à encercler l'Iran, ce qui fut fait (Irak et Afghanistan).
On pouvait ainsi, s'attendre à l'invasion pour quelque prétexte futile, de la Libye... Afin de surveiller de près Egypte et Syrie. Mais Israël constitue une base militaire régionale suffisamment importante et solide pour que l’ancien locataire de la Maison Blanche ait renoncé à ce projet.
 
Or, le meilleur moyen de stabiliser l'Iran (et de lui faire cesser son aide à la Syrie), était de négocier avec l'Iran...
Encore faudrait-il cesser d'apporter un soutien inconditionnel à Israël...
Le gouvernement Iranien accorderait plus de poids à une coopération avec les occidentaux qu’à une aspiration purement anti-Israëlienne.
Pour preuve, les Ayatollahs, avaient prolongé, bien après la destitution du Shat, leur coopération avec l’état d’Israël…
Pourquoi ce revirement ? A cause du rejet et de l’isolationnisme dont ils ont été victime de la part des occidentaux. Ils se sont ralliés à la grande cause Musulmane Mondiale… Mais ce n’est pas leur aspiration profonde…
 
Sarko, s'il avait été un grand politicien, aurait pu être cette tête de pont diplomatique avec l'Iran, mais il n'est pas un grand homme politique. Il est seulement un gesticulateur sans envergure, plus prompt à la soumission derrière les USA, que désirant jouer un véritable rôle d’apaisement dans cette partie du monde...
 
Obama a compris cela ! Pourra-t-il mettre en œuvre sa reprise de relation avec l’Iran en dépit de ses conseillers plutôt Bushistes et de ses nouveaux alliés, nouveaux caniches Français (Sarkozy encore plus Bushiste que l’ancien président Etatsunien, puis Hollande plus mondialiste que soucieux de real-politique ? Toute la question est là !
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2019

Merdier Centrafricain

GSM

Ecrit le mardi 10 décembre 2013
 
Les différents monarques se succèdent et aiment marquer leur mandat électoral. Différemment des ministres qui se font plaisir en laissant une loi portant leur nom, les "présidents" n'ont pas cette possibilité et optent pour laisser une empreinte guerrière.
Nostalgiques de César revenant à Rome sous les lauriers, au soleil de l'arc de triomphe, ils décident d'opérations extérieures dans le but avoué de l'intérêt supérieur du pays mais aussi dans le but inavoué d'une auréole de gloire éternelle...
 
Les interventions Africaines contre un ennemi clairement désigné, ont de grandes chances d'être couronnées de succès.
Par contre, Les interventions de remise d'ordre, sont à chaque fois des pétaudières coûteuses en vies, peu efficaces et mettent à mal la réputation d'un pays.
 
Certes, cette intervention Centrafricaine diffère des interpositions  Balkaniques, Libanaise, Soudanaise ou même Rwandaise.
Contrairement à ces missions sous l'égide de mandats internationaux, rédigées par des ignares complètement étrangers à la chose militaire, notre monarque du moment agit de son propre chef et les règles peuvent être décidées et improvisées au fur et à mesure du déroulement des opérations.
 
Cependant, il n'en reste pas moins que le contexte de l'opération Centrafricaine n'a rien à voir avec la Libye ou la Côte d'Ivoire ou le Mali.
En théorie, nous devons désarmer les belligérants, sans égard pour l'une ou l'autre faction. C'est dire que nous aurons peu d'aide des forces constituées existantes sur le terrain dont nous risquons de subir la haine et la coalition momentanée contre ces "empêcheurs de se massacrer en rond", que nos troupes constituent...
 
Nous gardons les stigmates honteux du Rwanda. Mais il faut dire que si nous avions fait quelque chose dans ce pays-là, nous aurions eu affaire à forte partie avec des pertes considérables, d'autant plus que nous n'avions pas la permission de tirer à vue.
Cette fois nos soldats ont une initiative plus importante. Encore faut-il qu'ils sachent s'adjoindre le concours d'une population suffisante comme cela a été le cas au Mali.
Mais il s'agit là d'une guerre civile, ethnique et bientôt confessionnelle ; cela n'a rien à voir avec la chasse d'un envahisseur identifié.
Si nous ne choisissons pas un camp contre l'autre, c'est le désastre assuré pour nos troupes. Si nous choisissons, la France subira la vindicte de nombreux peuples.
 
Merdier Centrafricain et faute politique, ou succès flamboyant ?
L'avenir le dira.
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

17 juin 2019

Mémoires et radotages (9) - Le monde prend feu

GSMPublié le 3 janvier 2016

 

Le monde, ce monde… que l’on croyait se mettre en ordre de bataille contre l’obscurantisme... est en train de s’opacifier de plus en plus…
 
La Russie combat les résistants à la dictature de Bachir… Poutine rêve de la grandeur Russe et de gloire… Et maintenant la Turquie combat les Kurdes, prouvant ainsi son inféodation aux idées de Daesh… Et cet attentat à Ankara, non revendiqué… serait-il fomenté par le président Turc pour discréditer ceux à qui il veut faire la guerre, histoire de se reforger une légitimité populaire ? Mais quelles en seront les résultats ? Qui va trinquer ? Daesh ? L’opposition de gauche ? Le PKK ?... Bien malin qui peut le dire…
 
En tout état de cause, nous voyons que ce sont les pays oligarchiques qui font la guerre aux résistants démocrates… Qu’est-ce que nous croyions, nous autres pauvres occidentaux ? Que la Turquie et la Syrie éradiqueraient l’état islamique ? Les loups ne se mangent pas entre eux, c’est bien connu !
 
Et nos « alliés » genre monarchie Saoudienne… Quels démocrates ! Condamner un opposant à la décapitation + crucifixion… Quelle différence avec Daesh ? Quand Daesh aura conquis la péninsule Arabique, ce sera exactement pareil !
 
Et cela pourrait arriver bien plus vite que prévu ! Dans ce monde multipolaire qui vient de voir le jour : Occident, Chine, ex empire soviétique, Dictatures régionales et leur opposants et l’état islamique… Je suppose que cette multiplicité va profiter à l’extrémisme islamique…
 
Et nous, pendant ce temps-là, emprisonnés dans une Europe impuissante, irresponsable, incapable de prendre la moindre décision, ne serons-nous pas victimes de notre inexistence en temps que nation, en tant que puissance régionale, en temps que pays… Car l’Europe est tout sauf un pays ni une union de pays, ni une fédération de pays…
 
Tous les ingrédients sont réunis pour le début d’une troisième guerre mondiale…
Et comme pour la précédente, nous ne sommes pas préparés, nous n’avons aucune ressource, aucune stratégie… Rien !

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

01 mai 2019

Pour une fois, nous sommes des libérateurs


Pour une fois, nous faisons une bonne action : Nous libérons les Maliens de cette engeance terroriste.
C'est bien ! C'est même très bien ! Et j'en suis fier.
 
Cette actualité révèle l'inutilité passive de presque toute l'Europe. Je vois une Allemagne actuelle devenue aussi munichoise que nos pays de l'entente cordiale représentés par Chamberlain et Daladier en septembre 1938... Un défaitisme béat à toute épreuve, tant pis pour les autres... L'ignorance feinte du danger qui mène à des lendemains qui déchantent... Europe égoïste, divisée, construite à la hâte, uniquement pour satisfaire des intérêts égoïstes et qui fait l'Autruche croyant éviter le danger...
 
Il y en a tellement qui "sautent comme des cabris en disant : l'Europe, l'Europe, l'Europe". De Gaulle avait déjà et encore raison. Ils me dégoûtent, car ils vivent sur des petits nuages hors des réalités. L’Europe n'existe pas !
 
Certes, notre intervention au Mali n'a pas que des motivations pures et angéliques. Comme dans le cas de l'opération Bonite à Kolwezi en 78, des intérêts économiques, politiques et stratégiques sont en jeu.
 
Certes encore, la position de la Grande-Bretagne est différente des autres pays européens. Ses drones nous aident militairement dans le cadre de la mise en commun de ce type de matériel. Il est évident d'autre part qu'une intervention au sol des Anglais (au même titre que celle des Américains), serait très mal perçue par l'Afrique et serait du pain béni pour les islamistes de tous poils.
 
Nous avons donc fait au Mali (toutes proportions gardées), ce que nous n'avons pas fait il a 75 ans, pour la Tchécoslovaquie ou pour la Pologne...
C'est à dire qu'en aidant le Mali, nous nous aidons, de la même façon que nous aurions remporté la victoire et empêché une guerre mondiale si nous avions porté secours à la Pologne en envahissant l'Allemagne en 1939.
 
Ceci dit quand nous parviendrons aux frontières du Mali, notre intervention changera de nature et deviendra de type Indochine, Vietnam, ou Afghanistan. Comme dans ces conflits, une épée de Damoclès, mais cette fois sur la tête de tous les pays du Sahel, en provenance de repaires sanctuarisés, nous astreindra à un choix Cornélien : Rester ou partir.
 
Partir, ce n'est pas véritablement aller bien loin, pour des troupes Françaises bien implantée en Centrafrique et dans pas mal d'autres Pays de notre ex-empire colonial.
 
Rester, dans un pays où les extrémistes jihadistes sont très détestés et où on a beaucoup de place pour ne pas exaspérer les autochtones est moins problématique pour notre popularité, mais par contre générerait un enlisement et des pertes humaines pour notre armée ainsi qu'une hémorragie financière et un retournement de l'opinion en France.
 
L’Afrique n'est pas actuellement capable de se défendre militairement (comme l'Europe d'ailleurs). A cause de beaucoup de raisons dont nous portons d'ailleurs une partie de la responsabilité.
 
Si donc les bandits sont repoussés, ils ne sont pas vaincus. Ils reviendront.
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :