16 mai 2017

Chronique sur le monde - Quand on nous parle de l’Iran…

GSM

Ecrit en 2013
 
Quand on nous parle de l’Iran, c’est toujours pour décrire un de ces pays de « l’axe du mal »… C’est toujours pour nous conditionner à une vision négative de ce grand pays, plus conforme à nos intérêts géostratégiques, énergétiques et surtout aux intérêts financiers des multinationales pétrolières.
 
Je ne raconterais pas l’histoire de ce pays, car je ne suis pas historien… Il est facile de se procurer l’histoire complète de ce pays…
 
L’histoire de l’Iran c’est un peu l’histoire de la France qui s’est libérée du joug qui pesait sur elle dans les soubresauts d’une révolution qui s’achève… Cette révolution aura duré beaucoup plus longtemps, car ses richesses pétrolières en font un pays très convoité et exacerbent toutes les tensions.
L’occident  et particulièrement les états unis, prenant la succession de l’empire Britannique, a organisé coups d’états, restaurations et destitutions au gré de ses intérêts et a même fomenté avec Saddam Hussein la guerre de 8 ans contre l’Iran, comme on joue au Domino, au fils des retournements d’alliances…
 
Malgré cela le peuple Iranien tient le coup dans cette tourmente, conscient de son existence et de sa volonté d’être…
 
L’élection présidentielle vraisemblablement truquée (?) à laquelle nous avons assisté en 2009 est le soubresaut d’un régime radical, pas si islamiste que ce qu’on nous dit, mais dont une grande partie du peuple et en particulier les jeunes ne veulent plus… Une aspiration à plus de « normalité »…
Ce bras de fer dans les rues de Téhéran, qui advint à point nommé avec le rapprochement que le président Obama voudrait réaliser avec ce grand pays, pourrait enfin retourner la situation de ce Moyen-Orient si controversé…
Nous sommes à un tournant de l'histoire. Nous y assistons en direct. Un pays qui veut changer de dirigeant et qui vient d'y parvenir… Un occident qui pourrait coopérer avec cette région du monde au lieu de la coloniser et la mettre à feu et à sang… Un islam Chiite beaucoup plus fréquentable que l'islam Sunnite, pourrait être un allié contre le fanatisme des salafistes d'Al-Qaïda et contre un sionisme qui s'écroulerait, faute de supporters, dans la mesure ou l'occident parviendrait à sortir du joug du lobby sioniste (ce qui n'est pas évident)… C'est là un extrême de ce qui pourrait arriver de mieux, mais cela est possible… (Le pire dans l'autre sens est également envisageable, mais je préfère rester sur cet espoir)…
 
Oui, ce que nous vivons actuellement est un de ces moments palpitants de l’histoire, qui devrait faire réveiller nos consciences sur ce qu’est la volonté politique d’un peuple lorsqu’il veut se libérer d’un oppresseur et se ranger dans la modernité. Rien n’est impossible, encore faut-il le vouloir !…
 
Nous avons eu ça chez nous (un oppresseur), sauf qu’il n’avait pas de pétrole et même pas de bonnes idées…

Posté par zalandeau à 09:52 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


21 février 2017

Les Roquets Européens feraient bien de s’occuper de l’Europe

GSM

Ecrit en Mars 2014.
 
Poutine accapare la Crimée, Poutine lorgne sur l'est de l'Ukraine. Poutine ceci, Poutine cela…
 
Monsieur Poutine rêve de reconstruire la grande URSS… C'est vrai que tomber de 280 millions d'habitants à 120 Millions après la chute de l'empire communiste de 1989, ça l'a vraiment marqué profondément ! Et je crois que cela a forgé sa motivation pour devenir le Nabuchodonosor de la Sainte Russie…
En grand joueur d'échec, il a très habilement profité de la situation…
 
Mais que vois-je ? Tous ces roquets Européens, (dont Flamby), qui jappent à la dictature et à l'arbitraire.
Mais de quoi je me mêle ? Parce qu'en plus, l'EU va donner 12 milliards d'euros aux Ukrainiens. C'est-à-dire qu'on serre la ceinture des Français pour tenter d'essayer de commencer à diminuer la dette et qu'on va nous prendre plusieurs milliards de plus ? Ou du moins on va se porter caution pour un prêt que les cosaques ne rembourseront jamais ?
 
Et si ça ne plaisait pas à Monsieur Poutine qu'on fasse main basse sur l'Ukraine en la subventionnant ? Et s'il en avait marre de voir s'installer l'OTAN à ses portes année après année ? parce qu'il est inutile de dire, que le grand frère amerloque nous dicte l'attitude à avoir... Les pays Baltes ne lui suffisent pas !
 
Des menaces de la part des Européens ?
 
« Mais », pourrait dire Vladimir : « L'Union Européenne ? Combien de divisions ? », paraphrasant ainsi son illustre prédécesseur, Joseph Staline, à propos du Vatican…
C'est vrai, quoi ! Quand on fait partie de ces bons à rien qui n'ont  su faire qu'une Union Européenne d'opérette, sans armée, sans solidarité, sans politique, sans diplomatie, sans stratégie et dont les budgets militaires fondent comme neige au soleil… N'est-il pas complétement inconscient de se prendre pour David, alors que le Goliath Russe se réarme à une vitesse exponentielle et qu'il tient de plus en dépendance l'Europe avec son gaz Sibérien dont il peut à tout moment fermer le robinet ?...
 
Nous comptons comme toujours sur le grand frère, mais il commence à être un peu las ...
« Barack, le méchant ours il veut nous dévorer ! »
« Calme-toi, my petit Flamby, we have déjà donné deux fois en 17 et en 44. Il faut te démerder avec tes petits copains de l'yourope, maintenant ! »...

Posté par zalandeau à 08:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2017

Le discours inaugural de Trump

GSM

21 janvier 2017

 

Le discours inaugural de Trump en français - Verbatim

 
Voici le texte en français du discours prononcé par le président Donald Trump lors de l'inauguration de son mandat, vendredi 20 janvier à Washington. Il s'agit là de la traduction diffusée par le site francophone de Radio Canada
----------------------------------------
Monsieur le Président de la Cour suprême, Messieurs les Présidents Carter, Bush, Clinton, Obama, concitoyens américains et peuple du monde, merci.
 
Nous, les citoyens américains, nous sommes unis dans un grand effort national pour reconstruire notre pays.
 
Ensemble, nous déterminerons la trajectoire de notre pays et celle du monde pour de nombreuses années à venir.
 
Nous aurons des défis. Nous aurons à affronter des difficultés, mais nous accomplirons ce travail jusqu’au bout.
 
Tous les quatre ans, nous nous réunissons sur ces marches pour assurer la transition du pouvoir. Et nous remercions le président Barack Obama et la première dame, Michelle Obama, pour leur aide précieuse durant cette transition. Ils ont été formidables.
 
La cérémonie d’aujourd’hui a toutefois un sens très particulier, car il ne s’agit pas seulement de transférer le pouvoir d’une administration à une autre ou d’un parti à un autre. Nous déplaçons le pouvoir de Washington pour vous le rendre à vous, le peuple des États-Unis.
 
Pendant trop longtemps, une petite élite de la capitale de notre pays a profité des avantages de notre gouvernement, pendant que le peuple en faisait les frais. Les politiciens ont prospéré, alors que le peuple n’a tiré aucun bénéfice de toutes ces richesses. L’establishment s’est protégé lui-même, mais il n’a pas protégé les citoyens de notre pays. Leurs victoires n’ont pas été les vôtres. Leurs triomphes n’ont pas été les vôtres. Et pendant qu’ils faisaient la fête dans notre capitale nationale, il n’y avait rien à fêter dans les familles en difficulté partout au pays.
 
À partir de maintenant, tout cela va changer. Parce que ce moment est votre moment. Il vous appartient. Il appartient à tous ceux qui sont réunis ici et à tous ceux qui nous regardent partout aux États-Unis. C’est votre jour, ceci est votre célébration, et ce pays, les États-Unis d’Amérique, est votre pays. Ce qui compte vraiment, ce n’est pas qui détient le pouvoir au gouvernement, mais le fait que le gouvernement est entre les mains du peuple américain.
 
Le 20 janvier 2017 demeurera dans les mémoires comme le jour où le peuple aura repris le pouvoir au pays. Les hommes et les femmes laissés pour compte de ce pays ne seront plus oubliés. Tout le monde vous écoute désormais. Vous êtes venus par dizaines de millions pour vous joindre à un mouvement historique et inédit dans l’histoire du monde. Au centre de ce mouvement, il y a la conviction que la nation existe pour servir ses citoyens. Pour donner aux Américains ce dont ils ont besoin : d’excellentes écoles pour leurs enfants, la sécurité dans leurs quartiers pour leurs familles et de bons emplois pour tous. Ce sont là les aspirations raisonnables d’un peuple épris de justice.
 
Mais, pour un trop grand nombre de nos citoyens, la réalité est tout autre : des mères et des enfants sont piégés par la pauvreté dans nos villes, nos usines rouillées sont en décrépitude partout au pays, notre système éducatif manque d’argent, ce qui empêche les élèves et les étudiants d’accéder au savoir, et la criminalité, les gangs et la drogue ont pris trop de vies et privé notre pays de son immense potentiel.
 
Le carnage américain s’arrête ici et maintenant. Nous sommes une seule et même nation, et leur souffrance est la nôtre. Leurs rêves sont les nôtres, et leurs succès seront les nôtres. Nous partageons le même cœur, la même maison et le même destin glorieux. Le serment que je prête aujourd’hui est un serment d’allégeance à tous les Américains.
 
Des décennies durant, nous avons enrichi les industries étrangères aux dépens de l’industrie américaine. Nous avons subventionné les armées d’autres pays, tandis que nos équipements militaires se dégradaient. Nous avons défendu les frontières d’autres pays tout en refusant de défendre les nôtres. Nous avons dépensé des billions de dollars à l’étranger, alors que l’infrastructure des États-Unis tombait en décrépitude. Nous avons rendu riches d’autres pays, pendant que la richesse, la puissance et la confiance de notre pays se dissipaient à l’horizon. Une à une, les usines ont fermé, sans une seule pensée pour des milliers de travailleurs américains laissés pour compte. La richesse de notre classe moyenne a été arrachée des foyers et a été redistribuée au monde entier.
 
Mais ça, c’est le passé. Maintenant nous sommes résolument tournés vers l’avenir.
 
Pendant que nous sommes tous rassemblés ici aujourd’hui, nous promulgons un nouveau décret qui devra retentir dans toutes les villes et toutes les capitales du monde. À partir d’aujourd’hui, l’Amérique aura une nouvelle vision. À partir d’aujourd’hui, ce sera uniquement « les États-Unis d’abord ». Toutes les décisions en matière de commerce, de taxes, d’immigration ou d’affaires étrangères seront prises au profit des travailleurs américains et des familles américaines. Nous devons protéger nos frontières des ravages causés par d’autres pays qui fabriquent nos produits, volent nos entreprises et détruisent nos emplois. Le fait de les protéger nous rendra notre prospérité et notre grandeur.
 
Je me battrai pour vous de toutes mes forces. Et je compte ne jamais vous décevoir.
 
Les États-Unis vont vaincre à nouveau, vaincre comme ils n'ont jamais vaincu. Nous allons ramener nos emplois, nous allons rétablir nos frontières, nous allons retrouver notre santé, et nous allons retrouver nos rêves.
 
Nous allons construire de nouvelles routes et autoroutes, de nouveaux pont, aéroports, tunnels et chemins de fer partout dans notre merveilleux pays. Nous allons sortir les gens de l'aide sociale et leur redonner du travail pour reconstruire notre pays avec une main d’œuvre américaine, avec le travail des Américains.
 
Nous obéirons à deux règles simples : acheter américain et embaucher américain. Nous chercherons à garder l’amitié et les bonnes grâces des autres pays du monde, mais ils doivent comprendre que chaque pays a le droit de faire passer ses intérêts avant ceux des autres. Nous ne cherchons pas à imposer notre mode de vie à quiconque, mais nous voulons qu’il serve d’exemple aux autres. Nous voulons être un exemple d’excellence.
 
Nous allons renforcer nos anciennes alliances et en conclure d’autres afin d’unir le monde pour éradiquer le terrorisme de l’islam radical de la face de la Terre. Nos politiques seront fondées sur une allégeance totale aux États-Unis d’Amérique. Et cette loyauté à l’égard de notre pays nous fera redécouvrir notre loyauté envers les autres. Quand on ouvre son cœur au patriotisme, il n’y a pas de place pour les préjugés. La Bible nous dit à quel point il est bon pour les hommes de vivre dans l’unité et l’harmonie. Nous devons nous exprimer ouvertement afin de débattre honnêtement pour régler nos différends et rester solidaires. Quand l’Amérique est unie, personne ne peut l’arrêter. N’ayez crainte, nous sommes protégés et nous serons toujours protégés par les hommes et les femmes extraordinaires de notre armée et de nos forces de sécurité. Et, surtout, nous serons protégés par Dieu.
 
Enfin, nous devons avoir des rêves de grandeur. Aux États-Unis, nous pensons qu’une nation ne peut vivre que si elle demeure prospère. Nous n’accepterons plus les politiciens qui ne font que parler sans agir et qui se plaignent constamment sans rien faire pour que la situation change.
 
L’époque des palabres inutiles est révolue. C’est le moment d’agir. Ne permettez à personne de vous dire que c’est impossible. Aucun défi ne peut être plus grand que l’esprit combatif américain. Nous n’échouerons pas. Notre pays redeviendra de nouveau prospère. Nous sommes au seuil d’un nouveau millénaire; une nouvelle ère commence, qui devra ouvrir de nouveaux horizons et nous permettre de panser nos plaies et de mobiliser nos énergies pour faire prospérer nos industries et concevoir les technologies de demain.
 
Une nouvelle fierté nationale nous étreint pour élargir nos horizons et surmonter nos divisions. Rappelez à votre mémoire cette sagesse ancestrale, que nos soldats n’oublieront jamais, selon laquelle, que nous soyons noirs, basanés ou blancs, nous avons le même sang rouge du patriotisme qui coule dans nos veines. Nous jouissons tous des mêmes libertés glorieuses et nous saluons tous le même drapeau américain. Que les enfants soient nés dans des villes comme Détroit ou dans les plaines venteuses du Nebraska, ils regardent tous le même horizon et lèvent les yeux vers les mêmes étoiles. Ils ont tous les mêmes rêves, et leur cœur est rempli du même espoir de vie qui leur est donné par le même créateur tout puissant.
 
Vous, les Américains de toutes les villes, proches et lointaines, petites ou grandes, d’une montagne à l’autre, d’un océan à l’autre, écoutez ces paroles : vous ne serez plus jamais ignorés.
 
Votre voix, vos espoirs et vos rêves définiront la destinée de l’Amérique. Votre courage, votre bonté et votre amour nous guideront le long du chemin. Ensemble, nous allons redonner aux États-Unis leur puissance, leur richesse, leur fierté et leur sécurité.
 
Et, oui, ensemble, nous allons redonner aux États-Unis leur grandeur.
 
Merci, que Dieu vous bénisse. Merci. Que Dieu bénisse les États-Unis.

 

Posté par zalandeau à 11:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

07 août 2016

L’Afrique aurait tous les moyens de vivre convenablement, si...

GSM

L’Afrique aurait tous les moyens de vivre convenablement... Sans tous ses problèmes...

Les problèmes sont :

- l'argent des pauvres occidentaux va en subventions aux riches africains qui achètent des armes aux riches occidentaux ou le cachent dans des paradis fiscaux : Les pauvres Africains, n'en voient pas la couleur.

- Nos produits agricoles subventionnés, détruisent l'agriculture Africaine qui n'est pas compétitive.

- Monsanto (et d'autres), font payer un lourd tribu pour les OGM. Les pesticides et engrais, viennent lessiver les sols, les rendant infertiles.

- Les Pays du nord font produire au sud des cultures destinées à l'exportation (huile de palme, café...), enfin que des choses inutiles pour la subsistance des gens du sud. Ils n'hésitent pas à chasser les paysans qui viennent grossir la misère des bidonvilles.

- Les importances ressources minérales et énergétiques sont accaparées par les pays du nord. Les seuls à bénéficier de "royalties" sont les dirigeants corrompus.

- Les pays du nord attisent voire fomentent les conflits inter ethniques et endettent les états Africains pour des achats d'armes "nécessaires" à ces guerres incessantes. Et qui paye les dettes ? Les pauvres...

- Les famines créées par ce qui précède, sont utilisées comme arme de guerre supplémentaire par les protagonistes (dont les ficelles sont tirées par les pays du nord, Anglo-saxons et Chinois surtout).

- La chine et même l'inde (et d'autres), achètent à vil prix aux dirigeants corrompus des terres dans les pays sous-développés. Les paysans Africains, (entre autres), deviennent des esclaves sous-payés ou sont chassés de terres ne leur appartenant plus, la transmission coutumière ne valant pas acte de propriété.

Combien de siècles à rattraper ?

Posté par zalandeau à 10:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2016

L'occupation Israélienne de la Palestine

GSM

Paru sur RT France le 4 mai 2016 :

 

Un Amiral français en mission volontaire en Palestine s'insurge contre l'occupation israélienne 

https://francais.rt.com/opinions/20092-amiral-merer--a-hebron
 
Ancien préfet maritime de l’Atlantique, l’Amiral Laurent Mérer, désormais retraité, s’est rendu en Cisjordanie pour une mission bénévole. Bouleversé par les conditions de vie des Palestiniens, il a accepté de raconter son expérience à RT France.
RT France : Vous êtes en Cisjordanie depuis trois mois. Sur le terrain, que constatez-vous ?
 
Amiral Laurent Mérer : Moi qui connaissais peu le dossier, je ne réalisais pas à quel point la population palestinienne, qu’elle soit chrétienne ou musulmane, était soumise à une occupation de la part d’Israël. Sur place, je constate un véritable vol de sa terre. Les Israéliens grappillent petit à petit des portions de territoire. Le fait que des enfants soient soumis à des contraintes très lourdes pour aller à l’école et que l’accès aux lieux de culte pour les fidèles soit si compliqué est aussi très dur à constater. Et puis en parlant avec les soldats, on apprend aussi qu’ils ont des ordres très stricts qui font froid dans le dos : ils peuvent tirer sur des gamins de 12 ou 13 ans qui leur jettent des pierres par exemple ! A Hébron, où je suis actuellement, c’est encore pire qu’ailleurs, car il y a une très grande proximité entre les colons et les palestiniens, et surtout, une très grande proximité entre lieux de culte majeurs pour les trois religions. Hébron est une ville sacrée pour les juifs car c’était la première cité du roi David par exemple. C’est aussi ici qu’Abraham aurait vu les trois anges. Donc le poids culturel et religieux de la ville est immense, et ce qui est terrible, c’est que de ce fait vous avez affaire à des gens qui sont tous intimement persuadés qu’ils sont dans leur bon droit. Donc Hébron, c’est une ville entièrement militarisée avec des soldats tous les 20 mètres pour tenter d’éviter les débordements. Au souk, les marchands ont même été obligés d’installer des grillages sur leurs devantures pour que les extrémistes juifs ne leur jettent plus des ordures ou des excréments…Et quand vous voyez le regard de jeunes femmes de 20 ans, déjà mères et encore enceintes qui vous supplient de rester dans leurs villages car elles vous disent qu’elles se sentiront plus en sécurité…
C’est surréaliste. On n’imagine pas qu’un peuple puisse faire cela à un autre.
 
RT France : Vous dites qu’Israël fait passer les Palestiniens pour des terroristes alors qu’ils ne sont que des résistants.
 
Amiral Laurent Mérer : Vous savez, c’est une situation d’occupation. Ici on est en Palestine, mais on a connu ça en France aussi ! Comment appelait-on les gens qui s’opposaient à l’occupation des Allemands ? Ça ne veut pas dire que les palestiniens ont raison d’avoir recours à l’action violente, car ça peut compliquer la situation, et d’ailleurs beaucoup de Palestiniens raisonnables disent que ça ne mène à rien. Mais pour autant, on voit bien que ces actions sont désespérées. Elles sont souvent menées par des gamins de 12 ou 13 ans qui n’ont jamais connu rien d’autre dans leur vie que le check-point, le barbelé, le contrôle ou la fouille quand ils vont à l’école. Et ça fait 50 ans que ça dure…
 
Après, je voudrais aussi faire une parenthèse sur les soldats israéliens car il faut savoir qu’ils sont souvent très jeunes, ce qui joue beaucoup sur le cours des choses. Quand vous avez 18 ans, et qu’on vous met un M16 entre les mains, c’est parfois difficile de maitriser une situation. Je peux me mettre à leur place, ça a aussi été mon métier… Ils ont une peur profonde et légitime de se faire poignarder ou attaquer et ça on ne peut pas leur reprocher. On les met dans des situations très complexes, et du coup ça crée forcément des accidents.
 
C’est une situation d’occupation. Ici on est en Palestine, mais on a connu ça en France aussi
 
RT France : Et les attentats et attaques sur des civils israéliens, vous les comprenez ?
 
Amiral Laurent Mérer : Les attentats ne sont pas justifiables, mais vous savez, les Israéliens aussi attaquent des civils ! Aussi bien l’armée que les colons, qui pour beaucoup d’entre eux portent des armes en permanence…
 
RT France : Quand le Hamas cache volontairement des armes dans des écoles à Gaza, et a recours à des boucliers humains, ne croyez-vous pas que certains responsables palestiniens ont également leur part de responsabilité dans le malheur de la population ?
 
Amiral Laurent Mérer : Si bien sûr, et je pense d’ailleurs qu’on n’arrivera pas à résoudre ce conflit par la violence. Je ne peux pas parler de Gaza car je n’y suis pas allé, en revanche je suis allé aux alentours deGaza, où j’ai pu voir des choses totalement interdites par le droit international, notamment une zone sur le territoire palestinien dans laquelle ils n’ont pas le droit d’aller et où il y a des systèmes de détection automatiques de présence qui déclenchent automatiquement de la mitraille. Avec ça, il y a je ne sais combien d’enfants palestiniens qui ont été cisaillés alors qu’ils venaient juste récupérer un ballon sur ce terrain ! La situation est très complexe, il faut donc regarder des deux côtés…
 
RT France : Parlant d’avenir, vous qui êtes un homme de la Marine nationale et un spécialiste de stratégie, avez-vous une solution à ce conflit ?
 
Amiral Laurent Mérer : Malheureusement à court terme je ne vois pas de solution. Il est certain qu’il n’y a pas d’avenir si le Hamas met des gosses en tant que boucliers et si Israël continue à développer des colonies sur une terre qui ne lui appartient pas. Beaucoup d’anciens responsables de la sécurité d’Israël le disent d’ailleurs, comme en atteste le documentaire The Gate Keepers, qui recueille les témoignages de six anciens du Shin Bet qui portent un regard très critique sur la politique israélienne dont ils pensent que la façon de procéder est inefficace et sans issue. Et pourtant le gouvernement israélien continue…alors que partout, et même en Israël, les gens qui réfléchissent un peu savent que ça ne mène nulle part ! Les Palestiniens sont résignés et n’ont plus d’espoir mais vous savez, cette situation désespère aussi les Israéliens : beaucoup ont peur pour l’avenir ! Après, aucune paix n’est impossible, quand on voit ce que l’on a réussi à accomplir en Europe avec nos voisins avec qui on a été si longtemps en guerre…Grace à nos leaders éclairés, il n’y a plus de frontières et on vit en paix. Pour le conflit israélo-palestinien, c’est peut être ça qu’il faudrait, des leaders éclairés…
 
Il est certain qu’il n’y a pas d’avenir si le Hamas met des gosses en tant que boucliers et si Israël continue à développer des colonies
 
RT France : Nous avons récemment interviewé des généraux «frondeurs», tels que Tauzin ou Piquemal, qui n’hésitent pas à manifester leur mécontentement ou à donner leur point de vue sur l’actualité. Inscrivez-vous dans ce mouvement ?
 
Amiral Laurent Mérer : Vous savez, quand j’ai eu des choses à dire et que j’ai voulu m’exprimer ou manifester mon désaccord, je l’ai toujours fait, que ce soit avec les politiques ou dans mes livres. Il est certain que mon passé me donne une certaine crédibilité, donc je veux en profiter. Après, je ne fais le jeu d’aucun lobby ! Je suis juste mon éthique et mes valeurs, je ne suis pas un frondeur. Dans le cadre de cette mission en Palestine par exemple, j’ai voulu faire les choses dans le respect des règles, et j’ai pris toutes les précautions pour ne pas interférer avec la politique de mon pays dans la région : j’ai signalé mon séjour et ma mission aussi bien au ministère des Affaires Etrangères avant de partir, qu’au consulat de France en arrivant par exemple. Après, il est certain que je me sens investi d’une mission après ce séjour, et que je compte bien profiter de mes relations pour faire entendre aux bonnes personnes ce que j’ai pu constater sur place. Je pense que c’est mon devoir.

Posté par zalandeau à 10:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

03 février 2016

Mémoires et radotages (9) - Le monde prend feu

GSM

Le monde, ce monde… que l’on croyait se mettre en ordre de bataille contre l’obscurantisme... est en train de s’opacifier de plus en plus…
 
La Russie combat les résistants à la dictature de Bachir… Poutine rêve de la grandeur Russe et de gloire… Et maintenant la Turquie combat les Kurdes, prouvant ainsi son inféodation aux idées de Daesh… Et cet attentat à Ankara, non revendiqué… serait-il fomenté par le président Turc pour discréditer ceux à qui il veut faire la guerre, histoire de se reforger une légitimité populaire ? Mais quelles en seront les résultats ? Qui va trinquer ? Daesh ? L’opposition de gauche ? Le PKK ?... Bien malin qui peut le dire…
 
En tout état de cause, nous voyons que ce sont les pays oligarchiques qui font la guerre aux résistants démocrates… Qu’est-ce que nous croyions, nous autres pauvres occidentaux ? Que la Turquie et la Syrie éradiqueraient l’état islamique ? Les loups ne se mangent pas entre eux, c’est bien connu !
 
Et nos « alliés » genre monarchie Saoudienne… Quels démocrates ! Condamner un opposant à la décapitation + crucifixion… Quelle différence avec Daesh ? Quand Daesh aura conquis la péninsule Arabique, ce sera exactement pareil !
 
Et cela pourrait arriver bien plus vite que prévu ! Dans ce monde multipolaire qui vient de voir le jour : Occident, Chine, ex empire soviétique, Dictatures régionales et leur opposants et l’état islamique… Je suppose que cette multiplicité va profiter à l’extrémisme islamique…
 
Et nous, pendant ce temps-là, emprisonnés dans une Europe impuissante, irresponsable, incapable de prendre la moindre décision, ne serons-nous pas victimes de notre inexistence en temps que nation, en tant que puissance régionale, en temps que pays… Car l’Europe est tout sauf un pays ni une union de pays, ni une fédération de pays…
 
Tous les ingrédients sont réunis pour le début d’une troisième guerre mondiale…
Et comme pour la précédente, nous ne sommes pas préparés, nous n’avons aucune ressource, aucune stratégie… Rien !

Posté par zalandeau à 19:13 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :