25 novembre 2017

Où es-tu ?

 

GSM

Tu éclairais ma vie, mais depuis ton départ, mon temps est suspendu, à ces pas dérisoires. Où donc es-tu partie, toi qui me donnais la main et qui guidais mes pas, dans un monde si beau. Je reste déchiré, aux portes de l'obscur, à ton image fugace, qui s'inscrit aux nuages. Le cri de mon silence reste sans écho, à ma voix arrachée par de tristes sanglots. Où donc es-tu ma vie, toi, que je consolais, toi qui éclairais mes jours, toi, qui n'es plus que nuit ? Je te cherche partout, mais tu n'es que départ, comme oiseau blessé qui s'envole aux nuages lourds de mon coeur en orage. Si tu entends mes pleurs, aide-moi, parle-moi, ma chérie. Tu es tout ce qui est beau, je ne suis que survie.

Posté par zalandeau à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


18 novembre 2017

Il me vient à rêver...

GSM

Les aurores de soie du matin qui s'éveille, sous les palmes hâlées d'un jardin parfumé, le souffle de tes lèvres pendant mon lourd sommeil, tu murmures doucement au creux de mon oreille : "Ami, je suis heureuse, la vie n'est que merveille"... J'ouvre les yeux, te vois, mon coeur devient soleil. Des larmes de joie, qu'on ne peut réprimer, et je dis alors : "Soit donc heureuse enfin, jours d'or et de vermeil". Tu as quand même pensé à ton ancien ami, brisé par le chagrin, je suis ragaillardi. Ne me laisse jamais plus, si longtemps en errance. Enfin, je te bénis, mon amour, mon amie. 
 
Mais ce n'était qu'un rêve...
 
Autour de moi, le silence de la mort, m'envahit

Posté par zalandeau à 09:27 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

23 août 2017

En ces matins de crépuscule

GSM

En ces matins de crépuscule,
où mon âme exprime sa douleur
au monde noir, par des cris sourds
donne-moi ta tendresse, donne-moi ton amour.
 
Sans ton soutien, je vais périr,
car dans le monde qui nous entoure,
je n’ai plus la force de vivre.
Chérie, petite fleur,
seule ta couleur
illumine ce monde gris,
de la vie brutale de l’inhumain.
 
Je n’ai que toi pour me raccrocher,
je t’en prie, prends-moi dans tes bras.
Sans toi, je ne suis plus rien,
sans tes bras, je n’existe plus.
 
Tu es tout ce qui n’est plus,
la vie , l’amour, l’humanité,
le ciel bleu , le soleil, le bonheur.
Petite chérie, mon cœur d’amour
souffre quand il est loin de toi.
 
L’océan de la vie est vide sans ta présence.
La vie n’est plus sans toi.
La noire journée, près des costumes gris, s’écoule morne,

en attendant mon retour.

Posté par zalandeau à 09:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2017

Je me souviens matins

GSM

Je me souviens matins, aux aurores de fées, elle me disait « Ami, soutiens mon cœur qui ploie ». Je la soulevais hors de l’âcre désarroi et son cœur si ému me remerciait, je crois.

Mais le fil est ténu, que la mémoire broie. Lors, mon bras n’a plus de force, seule sa présence était source d’une plaisante vie. Je crie dans le vide glacial de mon cœur « Où es-tu, fidèle amie, existes-tu encore ? ». Ton cœur où est-t-il, en as-tu un d'abord ? Mais nul écho dans la chambre de deuil, où mon cœur glacé attend bientôt la mort.

Dans le tunnel obscur, nulle étoile ne luit. Le sang qui sèche, invisible aux ténèbres, emmène mon cœur de père et sentiment d’ami, aux portes de l’enfer, aux démons de l’oubli.

Posté par zalandeau à 09:14 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2017

Tu es venue me voir

GSM

Heureuse m'as-tu dit et j'en suis bien content.
Je garderai l'idée, au plus profond de moi.
J'espère que tu seras, futur d'or et d'argent.
Je ne suis rien pour toi, pas été ton ami.
Tu ne reviendras pas, me raconter tes joies.
Je garderai pour moi,
Au secret de mon cœur, la personne passée, qui enchanta ma vie.
Je souffrirai pour moi,
Serai heureux pour toi.
Ainsi va donc la vie,
Aux cortèges de ténèbres, où la vie qui s'arrête, n'empêche que luise, le soleil de l'amour, sous un autre horizon. Aimer, c'est se taire et garder pour soi, les souffrances que l'on porte. Que l'enfant que l'on aime, soit heureux même sans nous. Le reste n'est que l'errance,
Le piège de la vie,
Qui attrape les cœurs et ne les lâche jamais...
 
Tu as semé en moi, le germe de la souffrance.
Il est lourd le fardeau, quand la peine est immense...
 

Mon cœur sera moins lourd, t'imaginant heureuse...

.

Posté par zalandeau à 09:41 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


24 mai 2017

Nuit de mort

GSM

L'enfer est dans l'esprit...
Hier soir, mon Amour, attendant ton retour, mais tu ne venais pas. Au fil passé des heures, l'espoir bientôt retombe, mon cœur devient la tombe, de ce qui fut l'amour. Ne peut-on conjuguer, amour et puis toujours ? Je perds une amitié, faut-il perdre l'amour ? Ne pouvant pas dormir, l'amour me fait souffrir, je songe que peut-être, un bel amour nouveau, te retient dans ses bras... Les sanglots m'envahissent, perdre en si peu de jours, l'amitié et l'amour...
Il est déjà très tard, lorsque tu me reviens. Je ne demande pas, je ne demande rien. Tu es nue sur ta couche, je m'approche de toi. Indifférente à tout, je caresse ton doux corps, qui ne frémit même pas. Puis, je te fais l'amour, tu es distante et froide. Ton cœur est bien absent, ton corps ne m'appartient, avec un autre amant, tu vogues déjà très loin.
Alors, je n'ai plus de plaisir, je m'efforce, mais je ne peux jouir. Une nuit sans aucun sommeil, nuit emplie de mille tourments. Je t'observe avant ton éveil, souriante au nouveau galant. Sur toi, j'abaisse le drap, pour pouvoir une dernière fois,  contempler ton corps nu, abandonné comme il le fut, à la caresse de mes doigts.
 
Je m'endors terrassé...
Cauchemars et cris, toutes les morts m'assaillent. Et je finis pendu, vers une mort qui m'aille...
 
Ce matin de glace et de haine, au ton blafard des sanglots, tu es partie sans bien même, me laisser un dernier mot...
Deux amours m'ont quittés. Pourquoi Seigneur m'avoir donné, tant de bonheur pour m'enlever, si peu de temps pour profiter, pourquoi l'amour m'a-t-il quitté ?
 
J'aime deux personnes, qui n'aiment plus. Pourquoi faut-il que j'aime encore ? L'amour existe-t-il ? Les sentiments s'enfuient. L'affection n'est qu'un leurre. L'amour se dissout dans le temps. Mais ma douleur au fil de l'eau, de l'eau qui tue et qui emporte, les pleurs de sang et les sanglots, que je cache derrière ma porte.
 

Vas-tu revenir, petite femme au corps de rêve. Mon cœur est vide et les sanglots, de larmes de sang, qui inondent mes jours, faudra-t-il que j'y mette un terme ? Vivre un tel désert, n'est pas humain. Je souffre de mille morts, cet abandon, de ceux que j'aime. Plus d'amour, plus d'amour, oui j'en crève.

Posté par zalandeau à 09:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2017

Le grand déballage

GSM

- Je regrette d'avoir eu des enfants !
 
- Et moi, je regrette de t'avoir fait des enfants ! D'ailleurs t'avais arrêté la pillule pour me mettre la main dessus, hein ?
 
- J'aurais du me marier avec celui qui me l'avait proposé. Au moins lui, il m'aurait épousée tout de suite. Je ne serais pas sans revenus comme actuellement !
 
- Je regrette de t'avoir épousée, de m'être amouraché de toi, je regrette de t'avoir draguée, de t'avoir même connue. J'ai fait mon malheur et le malheur de nos enfants !
 
- Avec lui, je serais heureuse et j'aurais des sous !
 
- Moi aussi, je ne serais pas dans la merde avec quatre personnes sur le dos ! Qu'est-ce que t'attends ? Vas le retrouver, il est p't'êt pas encore cané ! Il vas te couvrir d'or avec tout le pognon qu'il a économisé depuis ! 
 
- Il s'est peut-être marié...
 
- C'est bien fait pour ta gueule !... Et malheureusement pour la mienne aussi...

Posté par zalandeau à 09:36 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2017

Bonjour mon amour

GSM

« Bonjour mon amour. Comment vas-tu, ma chérie ? »
Tu t’approches et passe tes bras autour de mon cou. Tu me glisses à l’oreille en un murmure « Je t’aime ! ».
Puis je goûte tes lèvres, si douces… Nous nous embrassons longuement et langoureusement.
Ton corps se colle au mien et j’enserre ta taille de mes mains. Nous frissonnons tous deux pendant cette étreinte qui semble être éternelle. Je sens la chaleur de ton corps et la douceur de tes formes à travers nos vêtements. Je ne me lasse pas de caresser tes reins, ton dos et je te serre encore plus fort.
D’une main dans tes cheveux de soie, j’effleure ton cou qui tremble de désir. Tu te cambres et soupires. Tu caresses ma nuque et fait monter mon envie de toi. Notre amour est éternel…
 
Je m’éveille en sursaut…Ce n’était qu’un rêve…Tu ne m’aimes pas…Nous ne sommes pas ensemble et ne le serons jamais…Je me lève pour me préparer pour une nouvelle journée sans saveur, sans bonheur… Deux larmes glissent sur mes joues... Sale pétasse !

Posté par zalandeau à 09:02 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2017

Ma petite femme toute mignonne

GSM

De toi, ma chérie, je veux dire,
Que tous tes mots d'amour,
Sont un baume à mon cœur.
A toi, ma chérie je veux dire,
Ces moments merveilleux,
Sont d'éternels bonheurs.
Jamais lassés de nos je t'aime,
Toujours ravis de nos sourires,
Plaisir renouvelé d'amour,
Ensemble sommes sans cesse heureux.
Si je t'écris en ce poème,
C'est pour unir tous nos soupirs.
C'est pour clamer tous nos bonheurs.
...
...
...

Posté par zalandeau à 09:25 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2017

Vivre avec une folle

GSM

En fait de folie, il doit s'agir de paranoïa. Elle développe ses pensées et par conséquent ses actes, dans un raisonnement complétement absurde. Éviter les conflits avec une parano est impossible, car tout et son contraire est source de conflit, tout et son contraire est "interprété" dans un cerveau malade comme étant une agression, une traitrise, un mensonge... Sa logique n'est pas logique, elle est malsaine. Un silence, une parole, un geste sont interprétés toujours très négativement.
"Donner son amour à une personne qui souffre de paranoïa implique un don de soi hors du commun et une force exceptionnelle" dit un psychiatre . Mais encore faut-il posséder cette force. C'est très difficile, surtout affectivement au quotidien.
C'est très usant à la longue. Sait-on s'il est vraiment possible de tenir ? De plus on a souvent peur d'être gagné par cette folie et parfois cette crainte qui nous vient est elle-même paranoïaque. La folie est contagieuse semble-t-il.
 
Le seul moyen pour résister à sa folie est de se détacher des agressions qu'elle perpétue sans cesse.
Tout espace de temps gagné à des activités frivoles, à des occupations épistolaires ou créatives est une bouée qui permet de reprendre une "respiration" dans le monde de la vie "normale"...

Posté par zalandeau à 09:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :