20 novembre 2019

Les spams

GSM

Écrit le 20 juillet 2014. J'étais sur blog.fr à cette époque
 
J'ai déjà précédemment évoqué les quantités de spams qui diluent blog.fr à un point tel, que la convivialité en devient assez aléatoire. Ce matin, 80 articles de "Ioparis". Oui, rien que ça, parmi les 100 "posts récents"...
Il s'avère que ces posts sont écrits en Persan. J'en ai traduit un au hasard avec google.  :
 
J'étais assis sur le lit d'attente, bureau, j'ai Vrmyrftm Rbysh, vous retrouver face à Être verrouillé, je viens d'apprendre quelques mots que nous chantons, nous pouvons dire que les leçons que nous chantions ensemble! Dashtymsh ont des rapports sexuels ce soir avec mon fils quand j'avais 14 ans durable (AR) à l'âge d'environ 6 mois, nous n'aimions pas l'autre Tamvqyty avant notre arrivée et nous sommes allés au cinéma ensemble parce qu'ils aiment les films Jftmvnm une chaude journée de Juillet, nous sommes allés au cinéma avec des milliers de misère lors du retour d'un garçon de 16-17 ans en secret me dit Tvgvshh film super super Films J'ai dit au garçon a dit qu'il combien il en coûte C Dommage que je ne peux pas acheter Date Persique Dey 2000 Tumen R. Je pense que nous sommes dans notre maison, car alors elle ne serait pas une télé dans la chambre des maîtres a été plus de moi parodontie déclaré aujourd'hui Kampyvtrmm au milieu de l'AR une maison Manyst ville a Shbm à Baba Nmyan ma mère est une je Jvftmvn combien d'un endroit collé sur un talent de la piste, nous avons apporté Khrydymv Sydyv Elle s'est ensuite rendu au quatrième étage de sa maison était une maison de mon oncle qui a compris comment Zvqm monta l'escalier de Harrow Road Andakhtymv Sydyv TV court métrage à voir ce que le film était mort s'assit Syahpvsth Znrv il a également dit qu'il irait avec moi qui Kyrh 14 centimes Shlvarmv sa part, mais parce que nous avons ces aspects dire Jq Nmyzdm. Je suis alors dit que le AR épingler un peu d'huile
 
Si au moins c'était traduit en Français et non en sabir ! C'est peut-être du Farsi, mais on a pas besoin de se farcir ça sur blog.fr, merde !
 
Il est à remarquer que sur :

 
il n'y a pas autant de spams écrits en "étranger". Ils ont de la chance eux, même s'ils ont, comme nous, les pubs des déboucheurs de chiottes et autres voyantes...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


12 novembre 2019

La mondialisation (2)

GSM

Écrit le 13 novembre 2014
 
J’ai renoncé dans le chapitre précédent, à décrire toutes les façons de faire des profits moralement injustifiés. Il y a tellement de méthodes possibles et il s'en invente tous les jours... Et parmi celles-ci, peu sont porteuses d'un service à la mesure de leur rémunération et beaucoup n’amènent aucune prestation et n'existent qu'en sangsue sur le tissu économique réel...
 
J’ai invoqué la possibilité d’inventer des moyens alternatifs locaux de résister à la mondialisation. Mais je dois dire que, contrairement aux illuminés baba-cool et autres idéologues de la récession-régression, je crois très peu en ces solutions, qui sont limitées en portée et dont les mises en œuvre sont quasiment impossibles par manque de capitaux. Effectivement il n’y a aucun contresens à dire qu’il faut du capital pour lutter contre la mondialisation.
Le mot capital n’est pas un gros mot. On a vu que tous les pouvoirs et toutes les puissances ont besoin d’argent, donc de capital. Mais inversement le capital n’est pas nécessairement obligé d’être utilisé à des fins perverses, colonialistes et conquérantes. Le capital peut être aussi le moyen de développer des processus sociétaux, économiques, industriels efficaces, utiles et équitables.
 
C’est pourquoi les tenants de la mondialisation actuelle voient d’un très mauvais œil ces idées et initiatives qui risqueraient d’entamer sérieusement, si elles se développaient, leur pouvoir et à terme feraient s’écrouler leurs bulles financières totalement artificielles en supprimant leurs ancrages sur l’activité réelle…
 
On pourrait se dire que la mondialisation pourrait faire que les victimes de cette mondialisation organisent une contre mondialisation (en fait une mondialisation dans l’autre sens) pour faire contrepoids et(ou) mettre à mal la mondialisation actuelle…
 
C’est actuellement extrêmement difficile, improbable et j’en ai bien peur, impossible.
 
Il est plus facile à une petite entité de personnes regroupant beaucoup d’argent de trouver le moyen de pomper des profits sur n’importe quel pays du globe terrestre. Cette entité finira par trouver les endroits, les circonstances, nécessaires à son implantation parasitaire.
 
A l’inverse, pour résister à ces véritables agressions, il faudrait que chaque habitant de cette planète, travailleur, consommateur, victime, soit solidaire de tous les travailleurs, consommateurs et victimes de la planète.
Verrons-nous un jour un syndicat ouvrier mondial ? C’est pour le moment impossible, chaque secrétaire général de syndicat cherchant à rester Roi dans son syndicat que de devenir baron dans une entité mondialisée. Et pourtant, si un smic universel était arraché par des syndicats mondialisés, serions-nous dans cette situation insensée de concurrence faussée et déloyale ne profitant à aucun salarié : Ni ceux qui perdent leur emploi, ni ceux qui le récupèrent à l’autre bout du monde, mais sans le confort de vie qui va avec.
 
On revient à l’esclavagisme encore et toujours, même s’il n’est plus contraint par la force, mais par la contrainte salariale…
 
Chaque région du monde est démunie, chaque individu est démuni devant la mondialisation et essaye de se sauver comme il peut individuellement. Mais que peuvent faire des millions de clous pour résister à un seul marteau qui les enfonce ?
 
Seule la solidarité peut stopper les méfaits de la mondialisation. Mais puisque la mondialisation de la solidarité est illusoire, pour le moment, il faut que des solidarités locales, régionales, se forment. Cela commence : Des syndicats plus ou moins formels apparaissent en Asie.
A l’échelon d’un état, il serait relativement facile d’installer des mécanismes de résistance, cela se voit dans certains pays d’Amérique du sud, timidement, sans trop empiéter sur le pré carré des multinationales. Il est vrai que les contre-attaques seraient fulgurantes. C'est pourquoi des états pourraient se concerter pour être plus puissants contre la rapacité des profiteurs…
 
Mais dans beaucoup de pays, les dirigeants ont pris fait et cause pour les magnats de la mondialisation, par intérêt personnel, par lâcheté, par endoctrinement « énarchique », comme dans notre pays…
 
De la même façon que le salariat Français est sorti du servage en agissant sur le plan national, chaque salariat de chaque pays du monde devrait faire pareil. Mais cela prendra infiniment plus de temps, parce que divisée et sans mondialisation de cette résistance, la mondialisation exploiteuse sera la plus forte…
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

08 novembre 2019

La mondialisation

GSM

Ecrit le 10 novembre 2014
 
J’ai écrit il y a peu, que la colonisation était l’ancêtre de la mondialisation.
 
Mondialisation (globalization en Anglais), capitalisme, libéralisme, plus le temps passe, plus nous allons penser que ces mots sont synonymes.
 
En fait nous pourrions dire que le libéralisme (je ne parle pas de celui de façade que l’on nous a « vendu », que l’on a enfoncé dans la tête des décervelés baignés par cette doxa unique), est la doctrine qui a permis au capitalisme, de passer du stade « artisanal » où il était du temps de la colonisation, au stade mondialisé…
 
La mondialisation permet de laminer toutes les règles de bonne conduite, toutes les régulations utiles aux sociétés pour vivre en harmonie et en équilibre, d’enfoncer toutes les barrières pour piller tout ce qui peut être pillé. La mondialisation, n’en déplaise aux doux rêveurs d’avenirs utopiques est le tombeau des morales, des éthiques, des règles de conduite, de la qualité, de la norme, du contrôle, de l’autosuffisance, de l’écologie, du partage, de la préservation, de la pérennité…
 
On revient sur le concept de la liberté dont j’ai parlé il y a peu de temps. Précisément, la mondialisation est un ensemble de processus mis en œuvre par des hommes, avec pour seul alibi la liberté pleine et entière, c'est-à-dire cette liberté si énorme qu’elle écrase les petits aux profits des entités les plus solides… L’argent est devenu une arme de conquête, pour gagner toujours plus de puissance, puisque la puissance se mesure par rapport à la quantité d’argent engrangé. Il n’est plus ce réservoir d’où s’échappait parfois des flots d’investissements bénéfiques à l’ensemble de la société. L’argent est seulement destiné à conforter la puissance de ses possesseurs.
 
Pour la mondialisation, tous les moyens sont bons pour conquérir le monde. Il n’est plus besoin de coloniser. Il n’est plus besoin d’asseoir son pouvoir en achetant des peuples. Il suffit d’acheter les gens influents : Les états, les élus, les gens éminents, les soi-disants experts…
 
Il suffit de prendre l’argent partout où il est. Plus ceux qui en seront démunis seront pauvres, plus ils seront dociles et plus ceux qui le prennent pourront le faire en toute quiétude et impunité.
 
Comment l’argent est-il « pris » ?
Tout simplement en créant des profits ne correspondant pas à des services rendus normalement rémunérés.
 
De la colonisation à la mondialisation : Esclavagistes un jour, exploiteurs toujours.
 
L’arme la plus efficace au service de cette mondialisation c’est cet endoctrinement libéral qui dit que cela est inéluctable, qu’il faut faire avec, qu’il n’y a pas de limite à l’expansion, et que les dégâts collatéraux sont la rançon du progrès…
 
Il y aurait une façon de casser cet édifice instable, cet empire fragile basé sur des bulles spéculatives : Il faudrait créer des systèmes de sociétés parallèles équitables interconnectées où tout travail serait équitablement rémunéré, où toute recette financière reviendrait dans cette économie réelle. Mais hélas, sans argent, il n’y a pas d’investissement possible et donc pas de réalisation possible.
 
L’autre solution serait de fermer les pompes à fric, mais aucun de nos gouvernants qui se gobergent à nos dépens, n’a envie de se passer de cette manne gagnée sans effort…
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

23 octobre 2019

Réponse à Guillaume Faye sur une théorie du complot contre les peuples européens

GSMLe 21 03 2016

Je crois ce que vous dites, concernant l'appel à une main d'oeuvre au black mettant en concurrence nos salariés et l'espoir de futurs éventuels électeurs, qui nous coûtent fort cher d'ailleurs, contrairement à ce que veut nous faire croire l'état, sauf une chose : Le complot ! Il n'y a pas de complot, à mon avis. Mais simplement un endoctrinement du pouvoir LRPSV (les républicains, parti socialo, verts), à des dogmes imbéciles que personne d'entre ces responsables ne veut remettre en cause, afin de ne pas être diabolisé. L'irénisme rêvé par nos dirigeants, au lieu de la perception de la réalité de conquête islamiste politique qui se déroule sous nos yeux...
Il y a aussi des intérêts plus au ras du sol . Comme par chez moi, l'exode des autochtones, compensée par un appel aux immigrés pour "compenser", afin d'avoir un maintien du nombre de classes, des subventions, et éventuellement acquérir un électorat favorable...
Ce qui est complètement idiot, car une partie de ces nouveaux arrivants n'ont de cesse d'avoir leurs élus à eux, à avoir leurs représentants confessionnels, car notre système laïc, il se le foutent au c.. , cherchant à rester une communauté, un état dans l'état, un cancer dans une région, un nid de coucou dans un village, etc...
Oui nos dirigeants font un bien mauvais calcul, mais simplement parce qu'ils ne pensent qu'à des retombées immédiates dans le sens de leurs intérêts présomptifs...
 
Ils deviennent ainsi des collabos, comme l'étaient les fonctionnaires français sous Vichy... Sauf, que nos dirigeants au départ, choisissent cet état de fait, non par complot, mais par manque cruel de clairvoyance, leur esprit étant entièrement préoccupé par leurs intérêts immédiats... Il faut dire que depuis de Gaulle, ce ne sont pas des flèches... Des bons à rien, des nuls en tout, même pas dignes de nous représenter, ni de prendre des décisions en notre nom... et il faudra bien qu'on se débarrasse de ces parasites...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

20 octobre 2019

Suite du déballage - Arnaque à la TVA



GSM

Il s’agissait d’un Maitre d’Ouvrage, groupe Helvétique très connu et fortement implanté dans notre pays, dont le domaine d’activité est la banque et plus particulièrement la discrétion bancaire (et dont je dirai qu’elle participe très activement au pompage financier), dont le nom commence par un U et finit par un S… Il faisait construire un ensemble de bureaux en banlieue Parisienne et fit appel à des entreprises dont l’une était italienne.
Mon employeur assurait la maitrise d’œuvre, dont j’avais mis en place le planning d’exécution, dont j’assurais la maitrise économique ainsi que la maitrise des documents d’exécution. J’étais donc au cœur de beaucoup de réunion, de beaucoup de décisions et au courant de bien des choses, y compris certaines (pas toutes) dont je n’aurais rien dû savoir. Les autres choses (secrètes) étaient faciles à deviner…
 
Dès 2005, à cause de l’existence de cette entreprise Italienne, je pris contact avec le service des impôts des entreprises étrangères (SIE) qui se déplacera par la suite à Noisy le Grand.
J’expliquais donc les faits et les coordonnées et on me confirma que l’entreprise devait se déclarer elle-même auprès de leurs services, ce que j’enjoignis à l’entreprise de faire (avec information au Maitre d’ouvrage).
 
Pendant deux ans je demandais donc expressément à l’entreprise la preuve de ses déclarations auprès du SIE, j’avertissais le client vous savez U....S, qui passa à chaque fois outre mon véto pour payer chaque situation de travaux à ladite entreprise italienne…
 
Parvenu à la fin du chantier, ma mission fut terminée non sans que je m’informe de la situation non déclarée de l’entrepreneur italien auprès du SIE et que le Maitre de l’ouvrage me dise que ce n’était plus mon problème…
 
Il faut savoir que :
 
Toute entreprise travaillant en France est assujettie à la TVA en France.
 
Tout produit importé arrive en France hors taxes et la TVA est réglée en France par l’acquéreur, sur le sol Français, du produit.
 
S’agissant de murs rideaux préfabriqués en Italie par une entreprise Italienne qui vient poser les produits qu’elle fabrique en France, la TVA est donc redevable auprès de l’état Français sur ladite fourniture ainsi que la valeur ajoutée par la pose, c'est-à-dire sur l’ensemble de la prestation. Elle ne pourra déduire que les TVA payées sur des articles achetés en France pour des accessoires complémentaires divers et variés ou sur du Gasoil…
 
En 2006 sur le chantier qui faillit être le plus gros chantier Français d’immeubles de Bureaux (la deuxième tranche de travaux ayant été annulée), l’Entreprise Italienne Tosoni s’est débrouillée pour encaisser la TVA et pour ne rien payer.
 
Bien qu’à compter du 1er septembre 2006, la loi permît au Maitre de l’ouvrage d’acquitter lui-même la TVA à la place de l’entreprise et de ne régler à cette dernière que la partie Hors taxes, rien ne fut fait.
 
La TVA (incluse dans les situations de travaux) réglée par U....S à Tosoni fut débitée sur un compte Suisse et créditée sur le compte bancaire non Français de Tosoni, sans autre forme de procès au nez et à la barbe du fisc Français… Pourquoi le fisc Français a-t-il ignoré la non-déclaration et la fraude ?
 
Arnaque du Maitre d’Ouvrage et de l’entreprise, laxisme du fisc Français… Dégoût de l’économiste de Maitrise d’œuvre (moi)… 
 
En 2014, je balance. Mais je cache un nom, pour des raisons évidentes. N'ayant gardé aucune preuve, il est facile d'être condamné pour une soi-disant calomnie… Manque à gagner pour le fisc : 870.604,21 €… 
 
Extrait du décompte général définitif
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


14 octobre 2019

Le mondialisme de la finance


GSM

Écrit le 15 mai 2007
 
Cette mondialisation et le libéralisme qui va avec, affectent bien entendu le monde de la finance… D’ailleurs je dirais, que c’est la sphère financière qui s’est emparée en premier de ce libéralisme mondialiste…
En effet, il est plus simple de transférer des capitaux, de faire des opérations spéculatives, une seule saisie informatique le permet, alors que pour échanger des produits manufacturés ou non, le transport et les formalités sont beaucoup plus contraignants et difficultueux…
 
Mais par delà cet aspect, il faut quand même se poser une question :
Pourquoi la finance échappe-t-elle de plus en plus à la fameuse « loi du marché », que tous les néolibéraux vantent tellement que c’en est indécent ?
En effet, la finance, devrait être la partie « capital », d’un système de création de richesse… Or on voit des spéculations, qui échappent totalement à cette logique de création de richesse
On voit s’organiser la rareté de ressources, afin d’en faire monter le prix spéculatif et d’en tirer davantage de profit. Ce n’est vraiment pas ce qui s’appelle « créer de la richesse », sauf pour les spéculateurs, bien entendu…
 
Donc que l’économie aille bien ou mal, la spéculation financière s’engraisse…
 
De plus, on voit actuellement des spéculations s’opérer sur des objets qui ne sont même plus concrets… J’appellerais cela « spéculer sur des produits virtuels »… Des produits financiers, des produits d’assurances… Que sais-je ?
 
Il y a quelques années, il y a eu la « bulle » spéculative sur les « startup »…
 
C'est-à-dire que l’on spéculait, sur l’espérance quasi certaine de la réussite de toute entreprise vouée aux nouvelles technologies… Totalement absurde… Une entreprise réussit ou échoue… On l’a bien vu quand la « bulle » a éclaté…
 
Mais les carnassiers affamés de la finance ont la mémoire bien courte… Ils ne s’en souviennent même plus.
Et l’on assiste maintenant à une spéculation tous azimuts, qui a pour effet de faire grimper tous les prix en flèche…
Tout le monde se met de la partie, espérant croquer une part du gâteau, les pauvres s’endettant, croyant investir…
 
Les prix sont si chers et les salaires n’augmentant pas, nous allons arriver bientôt en haut de cette inflation… Tous ceux à qui j’en parle me rient au nez, même ceux qui ont du vécu. Tout le monde est amnésique, ma parole !
Car viendra la période de déflation. Quand ? Je ne sais pas. Mais elle arrivera, avec son cortège de récession, de chômage et de misère…
 
Enfin, on n’est pas pressés…
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2019

Blog.fr mondialisé


GSMEcrit le 12 juillet 2014

 
L’autre jour, j’ai inventorié les « posts récents ». Chacun sait que l’on peut en voir 100.
 
66 étaient des articles soit écrits en langue étrangère, soit des pubs, soit des articles citant des normes ou des descriptions techniques absolument indigestes pour le commun des mortels…
 
Cela avait commencé par les pubs des déboucheurs de chiottes, puis vinrent les plombiers, puis les électriciens…
Que d’autres professionnels en aient été inspirés, cela n’est pas surprenant. Mais que tant d’étrangers se servent de ce blog comme véhicule d’idées dont on espère qu’elles ne sont pas subversives, dans des langues que bien entendu l’hébergeur est dans l’impossibilité de contrôler, pose bien des questions. Je pense que les bigs brothers américains analysent tout cela, car ils sont le dernier recours contre le laxisme européen en la matière.
 
Mais ce n’est pas le sujet.
 
Cette invasion d’articles, insipides, inodores, incolores et sans intérêts intellectuels pour les blogueurs traditionnels, constitue un véritable repoussoir pour ces derniers.
 
Petit à petit, il est difficile de lire les vrais articles, tant ils sont dilués parmi ces véritables spams qui occupent donc de plus en plus de terrain, d’autant plus que les vrais blogueurs se démotivent, espacent leurs visites et abandonnent blog.fr…
 
Voila un processus de mondialisation, qui, sous nos yeux, montre ce qu’est la mondialisation dans tous les autres domaines des activités humaines et qui surtout, nous fait toucher du doigt les buts recherchés (et obtenus) par cette mondialisation.
 
Le but, c’est de casser le débat d’idée, de casser la cohésion sociale, de casser le sentiment d’appartenance à un groupe, d’installer une solitude propice à la vulnérabilité.
 
Que peut-on faire contre ces intrus ? Que compte faire Blog.fr ? Devons-nous nous grouper pour exiger le retrait de ces ovnis ? Il faudrait en discuter.
 
Quoiqu’il en soit, les remèdes semblent illusoires :
-L’abonnement par email à ceux que l’on veut lire ou avec lesquels on veut communiquer semble raisonnable,
-L’inclusion à une liste d’amis, mais dont l’idée même d’amitié est souvent totalement fallacieuse, contient souvent des stratégies personnelles à l’opposé du concept d’amitié.
 
En tous cas, la dérive mondialisée de blog.fr est de nature à anéantir la convivialité initiale du concept et surtout à mener blog.fr à une chaine d’annonces sans lecteurs de langue Française… Je ne pense pas que c’était le but des possesseurs de ce blog. A moins que leur but soit de faire de blog.fr un blog.mondial ? Sinon, quand on joue avec le feu, il faut s’attendre à se brûler les doigts et si l'on attend pour appeler les pompiers la maison s'écroulera…
 
NDLA : Blog.fr a disparu peu de temps après, certainement parce qu'il n'était pas rentable... Sa tentative de se mondialiser a été un remède pire que le mal... blog.fr est mort... Vive... rien du tout...
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2019

Les cookies me cassent les c.......

GSM

Ecrit le 11 août 2015
 
Nous avons des devoirs qui nous sont imposés sur internet ! Sur Blogger il s'affiche ceci :
 
Alors comme on ne comprend pas, malgré plusieurs lectures, on clique sur "en savoir plus", parce qu'on est plein de bonne volonté et soucieux de nos devoirs  et d'en prendre connaissance :

 
On ne comprend toujours rien. Alors on clique sur les autres sous-explications, puis les sous-sous-explications et ainsi de suite. A chaque fois on relit et on relit !
 
Malheureusement, tout est hermétique, parfaitement incompréhensible.
 
Ainsi, on a des devoirs, que l'on s'empresse à ne pas nous expliquer (ou du moins à nous expliquer de manière que l'on ne les comprenne pas).
Et nous sommes assujettis à des menaces et des sanctions pour des obligations que nous ne connaissons même pas !
 
C'est le comble des tartufferies, le comble de la répression aveugle, le comble de la tyrannie !
 
Moi, les cookies, je crois connaitre : Ce sont des gâteaux d'origine Anglo-saxonne, que je n'apprécie pas d'ailleurs, mais qui ont envahi les rayons biscuits de nos grandes surfaces...
 
Mais sinon, Qu'est-ce qu'on a à foutre de ces cookies informatiques, qui viennent nous faire chier sur l'ordi et qu'on est obligés de nettoyer à coup de 'cleaner' pour éviter l’en-calaminage des tuyauteries de nos machines à écrire ?
Qu'est-ce qu'on en sait si le cookie untel est au chocolat ou à la bouse de vache ? Et s'il est présent ? Et s'il est nocif pour les autres ? Alors qu'il s'attaque à nous à nos risques et dépends, nous avons une responsabilité incompréhensible de ces saloperies qu'on nous refile ?
 
Où va le monde ?
 
Qu'est-ce qu'on nous fait chier, quand même !...
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

18 septembre 2019

Le mythe du progrès : Désillusion de ma génération

GSMpar zalandeau @ 2013-05-13 – 11:29:29

 

Je suis d'une génération à laquelle on a fait croire et qui a cru que le progrès profiterait à l'homme de manière directe.
C'était dans la fin des années 60 et au début des années 70. Nous avions atteint une sorte d'apogée dans la socialisation de la société française. L'état social veillait sur tous ou presque. La création de richesse était permanente et retombait en pluie sur tous.
Nous étions dans ce tournant technologique qui permettait de penser que dés lors, le progrès scientifique et technique apporterait du bien-être et du mieux-vivre à chacun.
 
En clair les machines devraient nous aider dans nos tâches de la vie courante comme dans notre vie professionnelle. Le robot travaillerait à notre place, créerait des richesses et nous nous acheminerions vers une sorte de paradis terrestre, le même paradis dont la bible nous disait que nous en avions été chassés par Dieu...
 
Dès lors, le progrès, aurait du être de donner le confort à tous les humains de la terre...
 
Mais c'était compter sans la rapacité de la RACE humaine...
 
Le progrès ou le robot, ne devait pas atterrir directement dans les mains du quidam de base. Non !
Cette manne technologique a rallumé les appétits féroces de ceux qui veulent depuis la nuit des temps, égoïstement, prélever la plus grosse part du gâteau. La socialisation de notre société policée en réaction aux dévastations des conflits mondiaux a volé en éclats. Les bienfaits de ce progrès ne profitèrent que par miettes aux citoyens de base qui petit à petit redeviennent les serfs des temps anciens.
 
Non, le robot ne devait pas être attribué à chacun d'entre nous. Les robots servirent des patrons qui les utilisèrent pour nous remplacer, nous faisant perdre notre gagne-pain, sans nous faire bénéficier des bienfaits des créations de richesses.
 
Il nous a fallu continuer de travailler alors que la machine nous volait notre travail au lieu de nous le simplifier.
 
La dernière trouvaille de la gent prédatrice (la finance libérale puisqu'il faut l'appeler par son nom), fut de mettre en concurrence les hommes de la planète sur l'exécution de ces créations de richesses. Alors que la technique aurait du profiter à tous au fur et à mesure de son progrès.
 
Nous nous retrouvons ainsi, avec un progrès qui a supprimé des emplois, asservi davantage les humains et enrichi une caste de prédateurs qui n'a jamais été aussi riche, mais jamais aussi inconsciente des conséquences néfastes de son action sur tout ce qui vit et même sur elle-même...
 
Un système mégalomane, avide et égoïste joue à l'apprenti-sorcier, tel un diable que l'on aurait jamais du laisser sortir de sa boite, dévorant tout sur son passage dans une fureur autodestructrice...
 
Le Progrès ?... C'est maintenant devenu un synonyme de récession dans un processus d'esclavage...

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

06 septembre 2019

Trente ans, libéralisme, chômage, profiteurs, guerre froide


 
Finalement, ces trente dernières années, à travers tous les phénomènes de plus en plus exacerbés du libéralisme, peuvent possiblement se résumer de la façon suivante :
 
Nous avons échangé du chômage contre du pouvoir d'achat...
 
C'est pour cette raison, que nous avons égoïstement accepté le troc. Que nous importait le chômage des autres si on pouvait acheter plus...
Et petit à petit, de proche en proche, les emplois disparaissent, les consommateurs diminuent, les profiteurs profitent, Les pauvres sont plus pauvres, les riches sont plus riches... Bref, le transfert de richesse crée une panne de l'activité et un appauvrissement général de notre société occidentale... L'accroissement du pouvoir d'achat devient illusoire et s'inverse, remplacé alors par une diminution de pouvoir d'achat...
 
Tant que nous n'aurons pas réalisé que nous sommes dans une guerre froide économico-monétaire et que nous ne réagirons pas à cette guerre non déclarée, nous irons de décadence en décadence vers une récession totale...
 
Le progrès se gagne, se mérite, se conquiert, se défend...
 
Quand les citoyens arrêteront-ils d'écouter les noirs présages, soit-disant "incontournables", fait par nos élites ? Quand les Français cesseront-ils de regarder le bout de leurs godasses et redresseront-ils leur tête ?
 
Il nous faut des dirigeants lucides, pour remettre en ordre les valeurs morales, pour nous protéger des concurrences déloyales, pour faire repartir l'expansion, dans une optique équitable, écologique et sociale...
 

Posté par zalandeau à 10:39 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,