24 juin 2017

Mémoires et radotages (113) – 1er Conseil Européen du nouveau Messie Français

GSM

Macron… Celui que l’on porte aux nues… Le nouveau ‘de Gaulle’ selon les mauvaises langues libérales qui font bloc autour de lui… Ce n’est pas compliqué : Nous attendons tous que tombent nos écrouelles et que se lèvent nos paralytiques…
 
A peine les législatives sont-elles terminées que déjà le masque commence à tomber…
 
Lors de son premier Conseil Européen, les sujets bizarrement s'effritent  :
 
La Turquie, hop ! A la trappe !… L’immigration, hop ! A la trappe !... Et le contrôle des investissements Chinois (pour empêcher l’accaparation de nos moyens stratégiques)… Devinez !... A la trappe aussi ! C'est qu'il faut bien se plier aux exigences des autres états européens, quand on est comme Macron un pro UE !
 
Quant aux travailleurs détachés ? On ne sait pas… Affaire à suivre… Tout ce qu’on a appris à l’issue de ce conseil, c’est qu’il faut réformer l’Europe… Je suis désolé, mais nous, on le savait déjà… Les Français, c'est leur choix, ont préféré voter pour celui, qui réformera au service des grands intérêts privés, plutôt que pour protéger la France et les Français… Je dis cela… Mais ce n’est qu’un début… Triste début auquel il fallait bien s’attendre !
 
Il a juste engagé des discussions sur la coopération antiterroriste… Normal, les attentats, cela nuit aux affaires…
 
Mais que l'on se rassure... Il garde tous ces sujets non abordés pour plus tard... beaucoup plus tard... disons peut-être pour fin 2022...
 

Posté par zalandeau à 09:22 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


22 juin 2017

Qui rêve de la mondialisation et de ses "bienfaits" ???

GSM

Qui rêve de la mondialisation et de ses "bienfaits" ???
 
La mondialisation, effet ultime du capitalisme sans aucun frein, qui se pare de jolis mots comme libéralisme (Madelin disait : "Dans libéralisme, il y a liberté", mais il ne disait pas liberté de qui ni pourquoi faire), est la machine infernale qui va droit dans le mur...
 
Oui mais nous sommes dans les wagons...
 
Liberté de la concurrence : Cela se solde par la liberté pour les multinationales les plus financièrement solides de faire main basse sur les autres.
 
D'abord on met en concurrence la main d'oeuvre du monde entier. La guerre économique, fait "tomber", les plus "chers" et les plus faibles...
 
Ensuite on passe à l'étape suivante : "Manger" les survivants...
 
Il n'y aura à la fin :
- Soit qu'une multinationale en état de monopole et donc qui dictera ses prix.
- Ou bien un partage du marché entre deux ou trois multinationales avec entente illégale. Avec pour conséquence, une organisation de la pénurie, afin d'augmenter les prix (ce qui est rare est cher).
 
Prenons l'exemple de la viande :
 
On organise un déficit de 1 à 2% de l'offre par rapport à la demande, la conséquence sera un emballement des prix de 30%.
Les 28% de bénéfices vont directement dans la poche des multinationales, ce qui peut doubler ou tripler leur marge brute...
 
On pourrait rétorquer : Les producteurs vont vouloir leur part de cette manne inespérée. Que nenni !
Les multinationales font alors appel à des producteurs lointains, ils mettent 1 ou 2 % de produit en plus sur le marché que la demande de leur clientèle captive, les prix s'effondrent. Les producteurs rescapés viennent tels les bourgeois de Calais se prosterner devant leurs vainqueurs...
 
Ceci est valable pour tous les domaines dans lesquels l'humain travaille...
 
Nous voyons bien l'évolution de la spéculation sur les prix du pétrole, du blé, des métaux et des aliments !!!
 
Alors qui rêve de la mondialisation ?
 
Ceux qui machiavéliquement pensent à leurs profits, quitte à tuer la terre entière, sans vergogne !!!
 
Mais nous, voulons-vous rester les jouets dans les mains de ces bandits internationaux et de leurs complices politiciens ?Et surtout, avons-nous les moyens de nous débarrasser d'eux ?

Posté par zalandeau à 09:04 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mai 2017

La non-qualité du Made in China

GSM

Préambule : J'avais déjà décrit la fragilité des tire-bouchons chinetoques à crémaillère...
 
-Je viens d’acheter un réveille-matin Hangarter, fabriqué en Chine. 12,90 €. La sonnerie n’est audible que si l’on met l’oreille tout contre le haut parleur au dos de l’appareil. Autant dire qu’il est impropre à sa destination. J’ai donc tenté de réparer l’ancien réveil et j’y suis parvenu. Quant au Hangarter… Il finira à la décharge d’ici peu…
 
-J’ai acheté il y a un mois, une penderie démontable en tissus synthétique. Made in China. 35 €. Le problème est la jonction entre les tubes d’armatures. Ces 4 jonctions sont en plastique souple et ne supportent pas le poids des vêtements. C’est ma quatrième penderie Made in China. Les jonctions fermeture éclair / Tissus se déchirent. Je passe mon temps à les recoudre. Le problème c’est que l’on en trouve plus que de ce type, entre 20 et 40 € mais avec la même non-qualité des jonctions. J’en possède une autre made in France qui a plus de 25 ans, dont les jonctions sont métalliques et qui est toujours « nickel ».
Au bout d’un mois de réflexion, je l'ai monté hier, cette penderie Chinoise, en bricolant des entretoises métalliques en triangulation. Coût 13 € et 4 heures de travail supplémentaire.
Pour les trois précédentes penderies, je leur avais rajouté 22 goussets en panneaux de particules de 18mm et fil de fer d’attache. Coût 0 parce que j’avais ce qu’il fallait, mais 6 heures de main-d’œuvre quand-même.
 
-Au début de l’hiver, j’ai acheté à la Redoute un super beau Trench-coat hiver qui était en promotion à moins 70%. 54 € au lieu de 180 ! C’est vrai qu’il avait l’air beau et épais sur le site web. Made in China. Il est beau, c’est vrai. Mais question épaisseur, le tissu n’est pas plus épais qu’une veste demi-saison. Et pour lutter contre le froid, je crois qu’il fonctionnera bien en Avril, pas avant. Pour moi, si c’était à refaire je ne l’aurais pas acheté. 54 €, ça ne les vaut pas ! Je m’en vêtirai l’été…
 
-Il y a quelques temps, du temps ou j’avais encore un salaire, pour aller à un baptême huppé, j’ai acheté un costume 3 pièces d’hiver sur mesures « pas cher » en Suisse, sur un site « sérieux » qui a pignon sur rue. 200 €. Un mois après il est arrivé de Chine via la Suisse (L’étiquette finale ne recouvrant pas entièrement l’étiquette d’envoi initiale). Le tissu, pourtant d’hiver, est si fin, comme du papier à cigarette, que pour reprendre la hauteur de l’ourlet, impossible de faire un ourlet « invisible ». Et quand il y a une légère brise, on a l’impression d’être tout nu, tellement on a froid. Et question solidité… Il faut rester loin de tout. S’asseoir est risqué… J’hésite entre le jeter ou le brûler…
 
Je ne citerai pas cet ordinateur portable qui est tombé en rade au bout de 2 ans et 4 jours (pour une garantie de 2 ans)… Il y a tant d’autres exemples. On achète de la merde, parce qu’il n’y a que de la merde à acheter, mis à part les produits de luxes hors de prix et surtout hors des moyens des couillons que nous sommes.
 
Les prix sont chers malgré tout, parce que les intermédiaires et commerçants s’en foutent plein les poches au passage. Ils font plusieurs fois la culbute sur ces produits asiatiques, ce qui n’était pas le cas du temps de la production Française où les marges brutes des commerçants tournaient dans les 28 à 33%...
 
Mais au moins, nous avions des produits de qualité suffisante, qui avaient des durées de vie importantes. Une estimation simple prouverait que nous serions amplement gagnant de revenir à une production locale.
 
Mais que deviendraient les vendus du libéralisme ???
 
Il est vrai qu'eux aussi, bien qu'impropres au service des citoyens, ils sont "achetés" et même "à jeter" par la fenêtre (Coluche). Mais qui y parviendra ?

Posté par zalandeau à 09:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2017

Histoire de France – Vive le 14 juillet 2009

GSM

J’ai regardé les cérémonies du 14 juillet 2009 à la télé… Je me suis abstenu de regarder Johnny, la facture est trop lourde, elle ne passe vraiment pas… Ils auraient mieux fait de me filer les 2 millions d’€uros, j’en aurais fait bon usage… Et moi, j’aurais même payé mes impôts en France, oui ! Alors l’autre là, qu’il retourne à Gstadt dans son coffre-fort et qu’il ne nous fasse plus chier !
 
Oui, je disais que j’ai regardé, tout ce qui concernait cette célébration, qui en fait, se résume à un panégyrique de l’armée Française, à un satisfécit des cadres et du ministre de (pourquoi la défense ?), de la guerre plutôt, sur la réorganisation des forces armées et de nos valeureuses actions militaires en Afghanistan, et un éloge de nos valeurs occidentales par le monarque absolu, qui fustigeait de propos populistes, comme à l’accoutumée, les Burqas avec leurs petites fenêtres…
 
Oui, j’ai tout absorbé, je dis bien tout…
 
Mais je ne suis pas du tout d’accord avec cette pensée unique, avec cet endoctrinement insensé…
 
D’abord, le 14 juillet, c’est quoi ? C’est l’anniversaire de la prise de la Bastille, c’est l’anniversaire du début de la révolution, bref, c’est la fête de la révolte des Français contre l’arbitraire monarchique, c’est enfin, le prélude à l’établissement des droits de l’homme…
 
De cela, ce 14 juillet, il n’a jamais été, un instant, question !
 
Où sont les droits de l’homme, dans une guerre que nous avons bien fait de livrer en 2001, mais dont nous aurions du nous retirer en 2003, après la libération des Afghans ?
 
Pourquoi nous citer les « valeureux exploits » de telle ou telle unité, « exterminant » des Talibans, mais qui en fait, a seulement réussi et c’est très bien, à ne pas avoir de mort, à la poursuite d’un ennemi toujours invisible parce qu’immergé dans la population ? Car la vérité est là : La recherche de l’invisible. Et c’est eux qui nous trouvent, parce qu’ils savent où nous sommes…
 
Pourquoi nous vanter une réorganisation de nos forces armées, qui les transforment en forces supplétives, dédiées au renseignement, dans le sein de l’Otan, mais qui les rendent misérablement inefficace pour ce qui devrait être la mission numéro un de la république : la défense de notre territoire…
 
Pourquoi nous parler des Burqas ? Chez nous, on n’en veut pas ! On est chez nous !
Mais chez les Afghans, La Burqa, la Charia, la lapidation, la loi islamique et non laïque : Ils sont chez eux !… Bien sur, c’est moyenâgeux, c’est macho, c’est barbare… Mais c’est chez eux ! Ils font ce qu’ils veulent chez eux ! Si leurs femmes prennent des pierres sur la tronche, soit, elles demandent un asile politique, soit elles se libèrent du joug masculin, soit ça continue comme ça… On n’est pas chez nous… C’est à leur justice de faire la loi… Mais comme la loi est islamique !… D’ailleurs sur le terrain nos soldats ne s’immiscent pas dans ces coutumes : Ça leur feraient des ennemis en plus et ils en ont assez comme ça…
 
Je préfèrerais que Sarko nous dise (mais vu qu’il n’a jamais dit une seule fois la vérité, ce serait bien la première fois) : On est là bas, pour les fabuleuses réserves de pétrole, de gaz, de charbon, de fer, de métaux et pierres précieuses… Ce qui serait la vérité vraie !
J’ai vu à Kaboul les Bureaux de Texaco, de British Petroleum, d’Elf… Pourquoi sont-ils là-bas ? Pas pour enfiler des perles !
Pourquoi les Soviétiques étaient-ils allés là-bas ? Pourquoi les Américains étaient très copains avec les Talibans, contre les Russes ? Pourtant, à cette époque, les Talibans étaient aussi radicaux aussi islamistes, aussi infréquentables… Mais il fallait réussir à empêcher l’ours Soviétique de poser la patte sur l’énergie fossile…
Alors, où sont les droits de l’homme, quand on laisse la Charia et la Burqa continuer, (tout en proclamant le contraire), lorsqu’on occupe un pays pour le dépouiller de ses réserves minérales, lorsqu’en gros, on fait une guerre de colonisation ?
 
Alors on va dire : Vive le 14 juillet, à bas les droits de l’homme, à bas la défense de la Patrie, vive la colonisation, vive la guerre d’agression et vive le libéralisme !... Merde !

Posté par zalandeau à 09:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2017

Mondialisation : " Tous les chemins mènent à Rome ", c’est trop commode !

GSM

Ce dicton est valable pour bien des choses, y compris pour ceux d’entre nous qui se radicalisent.
 
En politique, il est fréquent de rapporter tous les maux de la société Française et même mondiale à la faute unique de la mondialisation pour les uns, du capitalisme pour les autres ou bien même du grand Satan Américain.
 
Cela est vrai et faux à la fois. Les causes sont complexes et si une part de responsabilité peut être légitimement imputée à ces boucs émissaires, elles ne sont toutefois pas les seules à expliquer les maux dont nous souffrons.
 
Exemple :
 
Il est trop commode de dire que si nous mangeons des légumes cancérigènes, c’est à cause de Monsanto, et donc de l’Amérique.
 
Et la responsabilité de nos dirigeants, qui se font acheter, qui cèdent aux lobbies, qui cèdent aux dictats de l’UE (c'est-à-dire aux capitalistes américains) en matière de libre circulation des produits, qui ont décidé que l’état ne contrôlerait plus les produits et qui ont aboli les taxes douanières, qu'est-ce qu'on en fait ?
Et la responsabilité des paysans qui, bien que délaissés par l’état, cherchent à se faire un maximum de fric avec la production intensive cancérigène, dont eux-mêmes avouent en privés qu’ils n’en consomment pas, qu'est-ce qu'on en fait ?
Et les grandes chaines de distribution qui laminent les prix d’achat au détriment de la qualité et de la santé, qu'est-ce qu'on en fait ?
 
Tellement de gens, dans ce simple exemple, ont à cœur leur intérêt personnel, qu’il ne faut pas hésiter à analyser dans les détails les raisons idéologiques parfois, intéressées très souvent, de l’évolution négative de notre société.
 
De fait, je crois que la dérégulation est le problème numéro un qu’il nous faille régler au plus tôt. L’état devrait plus qu’avant, contrôler, réguler, protéger, planifier l’économie et sanctionner.
 
Nous ne parviendrons à rien sans une maitrise absolue des flux financiers sortants, sans une régulation des profits, sans une régulation des importations et des flux migratoires, sans une chasse stricte aux fraudeurs, aux monopoles et à la concurrence déloyale.
Bien sur, c’est l’Amérique qui ordonne à l’Europe…
Bien sur, c’est l’Europe qui ordonne à la France…
Bien sur, ce sont les lobbies qui poussent à la libéralisation et à la dérégulation...
Mais le jour où la France dira « nous faisons comme ça » au nom des Français, nous recouvrerons un peu de prospérité et un peu de qualité.
 
Mais pour cela il faudrait des hommes incorruptibles et non pas des vendus et des collabos…
Tant que l’incurie régnera, nous continuerons à régresser dans tous les domaines. Il faut faire le ménage chez nous avant d'invoquer le monde.
 
Quant à ceux qui désignent des boucs émissaires lointains, même s’ils ont raison in fine, ont tort en fait, parce qu’ils accréditent la thèse de notre impuissance à l’échelon de la France et viennent par leur défaitisme renforcer la doxa pétainiste du laisser-faire insidieusement distillée par nos dirigeants.
Est-ce que nos maux sont dus à ces ennemis extérieurs qui nous attaquent ? Certainement, mais je crois aussi qu’ils sont dus au fait que nous ne voulons pas nous défendre. Ou du moins parce que ceux que nous chargeons de cette tâche, n’en ont rien à foutre.
 
Il est plus facile d'être veule que courageux...

Posté par zalandeau à 17:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


24 janvier 2017

Ma chronique - Les bonus, les bonus, les bonus

 

GSM

Ce mot qui nous assourdit, qui emplit notre quotidien de New-York à Taipei, qui abrutit notre raisonnement et rétrécit notre champ de vision politique est l’arbre qui cache la forêt… 

 

Il s’agit de faire croire que le salaire de ceux qui ont une activité spéculative doit être diminué pour que la morale soit sauvegardée… 

Pourquoi la morale doit-elle être sauvegardée ? Parce que les bonus sont à la hauteur des profits engrangés ? Non ! Mais simplement parce que les profits spéculatifs ont atteint un niveau d’immoralité inégalé. Parce que la spéculation enrichit énormément une minorité, ce qui est bien, mais ruine ou affame la multitude… 

 

Dès lors, une fois posé que ce qui est insupportable est la spéculation sauvage et incontrôlée pourquoi taper sur les bonus ?... Il faut simplement taper sur l’activité des banques et autres établissements spéculatifs par l'entremise de leurs traders aux bonus exorbitants : La spéculation. 

 

Encadrons, réglementons, contrôlons, punissons, afin de tarir les excès de cette spéculation digne des jeux de Las Vegas… 

 

Bien sur il ne peut y avoir de règles clairement mises en place que si elles sont communes à la planète et à tout le moins par le G20 dans un premier temps… On peut toujours rêver… 

 

Quels moyens ? Il y a de nombreuses pistes à explorer. 

 

- Certains proposent des taxes dégressives suivant la durée de détention des actions. 

- Personnellement, j’aime bien la proposition de taxe Tobin (du nom de son inventeur) que personne n’a appliqué (et que personne n'appliquera jamais, hélas) : Une petite taxe sur chaque transaction… Les actionnaires qui achètent et revendent beaucoup ont tant de fois cette petite taxe à payer que leur gains deviennent non-rentables… Les « raisonnables », c'est-à-dire ceux qui investissent sur une entreprise et dans une vraie durée… étant les seuls gagnants… 

Cette taxe qui résout le problème pour la spéculation à très court terme, ne le résout pas pour le court terme, ni pour le moyen terme… Il faut donc une modulation de la taxe Tobin au lieu de la fixité envisagée par son créateur… 

 

- En fait, la solution radicale serait de supprimer les actions… Il existe un moyen alternatif d’investir : le prêt d’argent en tant que sociétaire…

 

Mais c’est trop radical, bien évidemment... La terre n'est pas prète pour cela, hélas... Et le G20 me regarde en me faisant un bras d'honneur !

Posté par zalandeau à 11:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

30 décembre 2016

Suisse : Pour une fois, nos hommes politiques révèlent leur vraie nature

GSM

Février 2014
 
La Suisse a voté pour le contrôle de l’immigration et le rétablissement de quotas.
La Suisse ne fait pas partie de l’U.E, mais avait passé des accords de libre passage du type Schengen. La démocratie directe vient de sonner le glas des dictats Européens en la matière…
 
Il est intéressant de noter que lorsque nous nous plaignons du même genre de problème chez nous (immigration incontrôlée), tous nos hommes politiques, la main sur le cœur et une auréole sur la tête, nous déclarent « Ce n’est pas nous, on ne peut rien faire, c’est l’Europe », prétendant ainsi qu’ils voudraient bien faire ce que les Français demandent, mais qu’ils ne peuvent pas…
Mais sur ce même sujet concernant la Suisse, les politiciens Français invectivent cette décision démocratique et cette suppression de la libre circulation des personnes. Ils aboient haineusement contre et jettent l'anathème sur nos voisins ! Tiens, tiens, n’est-ce pas contradictoire ? Ne nous avaient-ils pas dit regretter l'impossibilité de faire la même chose en France ?
 
N’est-ce pas en cet instant que nos politiciens révèlent leurs pensées profondes ? Ils ont voulu Schengen, ils veulent Schengen et ils voudront Schengen, même s’ils disent le contraire !
Jamais ils ne feront rien pour maîtriser les flux migratoires, parce qu’ils ne veulent rien faire, parce que ça leur va bien, parce qu’ils ont des administrés dociles et corvéables à merci, divisés, menacés dans leur emploi, leur droit social, leur liberté et leur fraternité ! Nous les prenons en flagrant délit. Ils nous livrent ce qu’ils ont dans la tête. Voilà le complot qu’ils hourdissent dans leurs loges maçonniques depuis tant d’années : Affaiblir la puissance des peuples qu’ils gouvernent. (Ensuite ils sont surpris de l'affaissement de la consommation, mais bon, à part l'ENA, ils n'ont pas fait d'études).
 
Les Suisses ont raison : Ils ont le droit de choisir, eux !
Par contre si nous avions le droit de choisir (et nous pourrions l’avoir si on nous chantait pas la messe en Moldo-Valaque), nous pourrions décider que les capitaux qui s’évaporent de France, par exemple, n’aient plus le droit d’aller se cacher en Suisse, ni partout ailleurs non plus !
 
Quand va-t-on bouter ces gouvernants comploteurs hors de leurs alcôves et déchirer le traité de Schengen ?
 
Quand arrêterons-nous la fuite des capitaux ? Quand stopperons-nous l'invasion communautariste qui nous détruit ?
 
A quand une démocratie directe chez nous ?
 
La France est morte ! Vive la Suisse !

Posté par zalandeau à 08:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

20 décembre 2016

Mémoires et radotages (82) – La gouvernance mondiale (suite)

GSM

J’ai écrit le texte « vers une gouvernance mondiale » il y a trois ans pile ! Bien sur, j’y expliquais la pertinence d’une gouvernance mondiale… Mais comme tout concept émanant de penseurs qui théorisent, sans lien avec la réalité, je dois dire que, si je trouve séduisante l’idée, avec mon expérience pratique et un réalisme certain, je sais qu’il y aurait très loin de la coupe aux lèvres… Ceci dit, je n’avais fait à l’époque que d’expliquer une notion, généreuse, mais terriblement onirique…
 
Si le concept est porteur de progrès, la réalité, si cela se produisait, serait toute autre ! En effet, qui dit gouvernance, c'est-à-dire pouvoir, attirerait immanquablement des gens ayant des buts totalement opposés à la nature humaniste et désintéressée du projet…
Je n’en veux pour preuve que cette union européenne, dont de plus de gens s’accordent à dire que les euro technocrates qui la régissent ont trahi les objectifs généraux initiaux ! Et cela depuis le début… En transformant une Europe qui devait réunir ses compétences avec les régulations nécessaires que cela imposait, en une Europe soumise à toutes les concurrences même déloyales, favorisant uniquement le capital et la spéculation, le monde de paix que devait constituer cet ensemble unique, s’effondre entraînant colère, misère et peut-être haine de l’autre, parce que l’autre est imposé, sans devoir, mais seulement avec des droits volés…
Et comment cela est-il arrivé ? Tout simplement en laissant, je dirais même en permettant, en favorisant, la prise en main de cette « gouvernance européenne » par des gens qui servaient les intérêts du grand capital…
 
Pour en revenir à la gouvernance mondiale… il en serait exactement de même ! Le résultat serait l’exact opposé du but recherché…
 
Pour toute institution, le problème est exactement le même : Dans quelles mains donne-t-on le pouvoir ? Quel moyen a le peuple de s’en prémunir ?
 
Des exemples :
La justice ! Comment peut-on laisser se prononcer des jugements aussi invraisemblablement laxistes ou bien trop répressifs, rendant ainsi l’institution injuste, donc contraire à sa destination première ?
La présidence de la république Française ! Comment peut-on donner les pleins pouvoirs, en un véritable chèque en blanc, à une personne, qui s’empresse de faire le contraire de ce qu’elle a promis à ses électeurs et cela sans aucune sanction possible, sans aucun contrôle possible…
 
Nous le voyons bien, hormis la présidence par des sages honnêtes, désintéressés, impartiaux et de plus soumis au contrôle des peuples, aucune gouvernance mondiale n’est souhaitable…

Posté par zalandeau à 09:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 décembre 2016

La balance commerciale (Modèle Allemand de Nikola 1er)

GSMBon, je sais, on l'a foutu à la porte, il a essayé de revenir par la fenêtre... qu'on a fermée ; il n'est momentanément plus dans le paysage politique, mais il fut tellement traumatisant que nous n'avons pas fini de parler du gnome aux talonnettes... Et de toute façon son alter égo "fion", va nous faire baver des chapeaux de roues !!!

 

Une petite parenthèse : « On » nous dit « Le modèle Allemand »…

Pas de smic, des petits boulots à 1€ l’heure et donc moins de chômage (forcément, on n’est pas chômeur en Allemagne mais plutôt travailleur pauvre)…
 
Mais le sujet n’est pas là…
 
Je voudrais aborder un seul aspect dudit modèle : La balance commerciale excédentaire de l’Allemagne…
 
OK ! « On » voudrait nous faire suivre ce chemin… C'est-à-dire nous faire entrer dans la guerre économique, cette guerre où tous les coups sont permis, puisque rien n’est régulé. Vaincre ou périr !
 
Que signifie exporter plus que l’on importe ? Cela signifie qu’un pays gagne et un autre perd et c’est ainsi la guerre économique, l’impérialisme économique.
 
Il est en effet impossible que tous les pays soient excédentaires, puisque, la somme des exportations de l’ensemble des pays de la planète est égale à la somme des importations de ce même ensemble…
Le déficit commercial crée le déséquilibre et pour partie la crise budgétaire des états…
 
La bonne règle civilisée serait de dire que chaque pays doit importer autant qu’il exporte en valeur calculée à parité de pouvoir d’achat (PPA) : Il n’y aurait plus aucun perdant ni aucun conflit économique…
 
C’est donc dans le domaine de la régulation inter-nationale et de la consommation intérieure que se jouerait l’équilibre de chaque pays (ceci n’exclut pas la nécessité d’une saine gestion budgétaire nationale).
 
Il est également possible de mettre en œuvre des taxes douanières différenciées, afin de réguler ces échanges. Ce n'est pas du protectionnisme, c'est de la régulation...
Tout cela pour en venir à une chose : Si notre balance commerciale était en équilibre au lieu d'être largement déficitaie, nous aurions une des deux conditions remplie pour le retour à l'équilibre budgétaire... (L'autre étant la chasse à l'exode des capitaux et des optimisations fiscales)... !!!

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

15 novembre 2016

Mémoires et radotages (76) – Trump – La cabale

GSM

Quel ramdam à l’annonce de l’élection de Donald Trump !
 
Aussi bien de la part des démocrates perdants en Amérique que de la gauche en France !
 
Je comprends que les anti-valeurs affichées et proclamées de manière très ostentatoire et très provocatrice par Trump, ont de quoi inquiéter les sensibilités humanistes qu’elles soient de droite ou de gauche…
Comment peut-on apprécier des déclarations ostracistes et même racistes à l’encontre de minorités ? Je crois que c’est là l’alibi du fond commun de manifestation des démocrates de tous poils… Mais ce n’est pas la cause réelle, à mon avis ! En effet, de tous temps les démocrates se sont inclinés, bon gré mal gré devant le résultat des urnes ! Mais cette fois, une véritable hystérie s’est emparée d’eux et ils descendent dans les rues exaltés, hystériques, véritablement enragés, prêts à tout pour reprendre un pouvoir qu’ils estimaient devoir rester leur !
De plus, on apprend que certaines des minorités visées par Trump ont quand même en partie voté pour lui… De plus en plus bizarre ? N’est-il pas ?
 
Alors le mobile raciste est-il suffisant pour justifier une telle attitude de négation du résultat ?
 
En fait, c’est l’autre partie de son programme qui est le véritable enjeu pour lequel les démocrates vocifèrent à cor et à cris dans les rues étasuniennes : Le retour en arrière concernant la politique libérale de globalisation ! Trump affirme vouloir invalider les traités de libre-échange commerciaux, stopper les concurrences déloyales qui ont délocalisés les emplois des citoyens américains (ceux-là mêmes qui l’ont porté au pouvoir).
C’est ce patriotisme économique à la Trump qui fait le plus peur aux démocrates les plus installés dans le système de la mondialisation et qui actuellement en vivent très bien !
Le malheur des uns, aux USA comme en France, fait le bonheur des bobos les plus profiteurs des spéculations et des transactions internationales.
 
Mais ces « uns », dans nos deux pays, commencent à avoir vraiment marre d’être les laissés pour compte de la croissance américaine chinoise ou allemande suivant les cas !
 
Aux électeurs du Tea party et calotins conservateurs, Trump qui n’est pas très bigot, s’adjoint le vote d’une partie des immigrés ainsi que de la masse des ouvriers blancs tombés dans la désespérance… Il a fallu qu’il rallie ces publics très différents pour l’emporter.
 
Cet ensemble hétéroclite d’électeurs, mus par une espérance commune, l’a emporté contre les tenants de la mondialisation et c’est cela qui provoque une telle rage chez les démocrates, dont le comportement actuel est loin d'être conforme avec une attitude démocratique !
 
Par contre, étant donné le grand écart fait par Trump sur ses promesses électorales, on peut se demander quelles promesses ce dernier va-t-il tenir et lesquelles va-t-il oublier en route ? Il a voulu ratisser large, mais à mon avis, en son fort intérieur, il doit envisager d'être moins radical qu'il ne l'a montré... Ne dit-on pas qu'il vaut mieux exhiber ses muscles que d'avoir à s'en servir ?
 
Alors je dis aux démocrates (et à la gôche Française en même temps) : Ne faites pas semblant de vous en prendre à des aspects racistes du futur président des Etats Unis, vous risquez de ne bientôt plus avoir beaucoup de sujet de reproche contre lui ! Vous allez alors, avoir tous l’air bien cons quand vous serez obligés de changer de griefs à son encontre et que vous brandirez l’entrave à la délocalisation et au traités commerciaux (qui sont en fait l’essentiel de vos préoccupations libérales cachées actuelles)…
 
Si vous étiez fair-play, vous diriez comme moi, « wait and see »… Il sera bien temps que vous vous rebiffiez lorsque le moment sera venu. Il n’a encore rien fait et d’ailleurs, grâce ou à cause des institutions américaines, il ne sera pas libre de faire tout ce qu’il a promis.
 
Alors pourquoi anticiper la manifestation de votre intolérance ? (Pourquoi posé-je la question alors que j’ai déjà donné la réponse ?)

Posté par zalandeau à 09:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,