20 septembre 2018

1465-3 La bataille de Montlhéry (fin)

GSMNDLA : Déjà publiée en février 2017

 

Pendant ce temps, les deux centres d’armées étoient restés dans leurs positions et se canonnaient gaillardement.
Le comte de Charolais qui commandoit l’aile droite victorieuse des Bourguignons, poussa si loin sa pointe, qu’il eust grand peine à rejoindre les siens et faillit estre occis.
Oncques, plus grand fuite ne fust des deux costés, mais par especial destinée demeurent les deux Princes aux champs.
Du costé du Roy fust un homme d’Estat qui s’enfuit jusques à Lusignan, sans repaistre et du costé du Comte, un autre homme de bien, jusques au Quesnoy-le-Comte, tant grande étoit la frayeur des combats. Ces deux n’avoient garde de se mordre l’un l’autre !
 
A l’aile droite des Bourguignons, les hommes d’armes du Roy, ralliés, se divisèrent en deux groupes et, débordant la ligne des archers, voulurent attaquer la cavalerie du comte. Las, icelle, au lieu d’attendre, passa tout à travers ses proches archers et prit la cavalerie Françoise en flanc, cependant qu’elle opéroit son mouvement, la coupa et la mit dans le plus vif désordre, si bien qu’elle tourna le dos et fust si vivement poussée, qu’elle ne put se rallier.
 
Cependant, l’aile gauche du Comte, étoit si enfoncée, séparée du centre et fust rejetée dans les bois et le long de l’Orge.
 
Le succès de la bataille fust ainsi partagé entre les deux camps, qui ne profitèrent point de pousser leur avantage en défaisant le centre adverse.
 
Cependant, les conséquences étoient définitivement en faveur du Roy. Les Bourguignons, désormais hors d’état de barrer la course Royale vers Paris, passèrent fort mauvaise nuit en leur repli de Longjumeau, pestant d’estre tourné par la droite Françoise.
Lors il n’en fust rien. Le Roy étoit parti avec son armée, à la faveur de la nuit, vers Paris où il arriva le matin du 17, vers dix heures, accueilli par les Parisiens en liesse.
 
Charles étoit blessé, son armée éclaircie de trois mille hommes, affamée. Ce même matin, il faisoit sonner les trompettes afin de rassembler son armée dispersée...
 
Le Castel de Montlhéry fut abandonné, pillé, brûlé… Fin du Castel... Début de Montlhéry !
 

© Zalandeau, le dimanche 1er mars 2009

 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


13 septembre 2018

1465-2 La Bataille de Montlhéry

GSMNDLA : Déjà publiée en février 2017

L’armée Royale se mettoit en route et arrivoit à l’aube en vue de Montlhéry, le 16 juillet 1465.
Le Roy Louis XI occupoit alors le Castel de Montlhéry à la teste de l’armée qui vouloit promptement marcher sur Paris.
Ce que voyant, le Comte de Saint Pol qui commandoit l’avant-garde des Bourguignons, fist prestement recul, laissant entre lui et l’armée Royale un ruisseau et des haies.
Charles de Bourgogne partit de Longjumeau et se joignit à l’avant-garde.
Charles d’Orléans ne put réunir les deux cents lances requises par le Roy, qui du haut du donjon, ne voyant rien venir du coté de Paris, eust voulu éviter la bataille.
De son coté le téméraire Comte de Charolais ne paraissoit point soucieux, pour une fois, d’engager la bataille et se contentoit de barrer la route du Roy de France…
Mais c’étoit sans compter sur les chefs des avant-gardes qui, pressés d’en découdre, en décidèrent tout autrement…
Le décousu et l’imprévu de la bataille qui suivoit, fust annonciatrice d’une nouvelle manière de mener combat…
Postés sur deux plateaux se faisant face, ils n’étoient séparés que par un ruisseau. Ils dévalèrent les coteaux, se précipitèrent donc et en vinrent aux mains.
Les Bourguignons étoient déjà massés, alors que les François arrivoient à la file pour soutenir leur premier corps.
Or, pendant que les chefs Bourguignons disputoient s’il falloit mieux combattre à pied ou à cheval, l’armée Royale avoit eu tout loisir de se mettre en bataille.
L’action s’engageoit, non plus comme au temps jadis sur un front étroit, mais sur une ligne longue, si longue, que l’aile droite Bourguignonne, commandée par le Comte de Charolais enfonçoit l’aile Gauche Françoise, tandis que l’aile droite Françoise battoit à fond et mettoit en grande déroute l’aile gauche Bourguignonne.
(A suivre)
© Zalandeau, le samedi 28 février de l'an de grasce 2009

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

06 septembre 2018

1465 - Cliquetis d’armures à Montlhéry

GSMNDLA : Cette fin en 3 épisodes de l'histoire du Castel de Montlhéry, que j'ai déjà publiée début 2017, retrouvera sa place après toute la saga de cette forteresse, cette fois-ci dans le bon ordre...

Charles, Comte de Charolais, suspectoit de plus le Roy Louis XI, d’avoir hourdi deux tentatives d’assassinat à son égard en 1462 et 1464… Les relations estoient alors fort explosives et l’armée Bourguignonne, fort puissante…
Par ailleurs, le Duc de Bretagne, François II étoit grandement humilié par les nouvelles procédures d’hommage, mises en place par le Roy. Il décidoit alors de sauver son honneur en s’opposant.
Les ligueurs sous prétexte de défense des biens du peuple étoient en fait guidés par leurs interests personnels. Ils mirent à leur teste le jeune frère du Roy, Charles, Duc de Berry, avec le dessein de renverser Louis XI, ou pire encore…
Louis XI qui avoit affaibli son armée, mit un an à faire remonter les effectifs à 1765 lances.
 
La ligue tenta de s’emparer de Lyon… Le Roy assiègeoit alors Partenay qui se rendit sans résistance, puis faisoit campagne en Bourbonnais.
Charles, Comte de Charolais à la tête d’une puissant armée marchoit sur la Picardie, puis se diriga sur Paris. Les Parisiens résistèrent. Il attendit le renfort du Duc de Bretagne, dont la troupe restoit l’arme aux pieds faute de paiement…
Le 13 Juillet 1465, les Bretons remis en marche, étoient à Chateaudun  pendant que Charles avoit traversé la Seine à Saint-Cloud.
 
Le 15 juillet, le Comte de Charolais se dirigeoit sur Montlhéry, espérant y faire jonction avec les Bretons. Il faisoit installer ses chariots à Longjumeau et envoya une troupe d’avant-garde dans le bourg de Montlhéry, commandée par le Comte de Saint Pol.
Le Castel étoit tenu par de fidesles gardes de l’armée Royale…

Des éclaireurs de Saint Pol repèrèrent à la nuit tombée, l’armée Royale à Châtres (Arpajon)…

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

30 août 2018

1461 Montlhéry,les prémices d’une guerre

GSM

Le Castel de Montlhéry entroit de nouveau dans l’histoire sous le resgne de Louis XI…
 
Devenu Roy de France le 15 aoust de l’an de grasce MCDLXI (1461), le monarque Capétien de la branche directe des Valois, surnommé « le prudent », faisoit promptement comprendre à iceux favoris de son défunt père Charles VII, qu’il n’avoit en rien oublié les avanies qu’il dut subir de leur part, alors qu’il n’étoit que jeune Dauphin du Royaume…
 
Il se mettoit en teste, d’éradiquer toute l’administration de feu son père. Il écartoit ainsi moult personnages compétents et de bonne expérience, faisant d’iceux, des mécontents : Le chancelier Guillaume Jouvenel des Ursins, moult baillis, force sénéchaux, grande partie des capitaines de grande ordonnance et mesme, le président du Parlement eurent à subir la ire vengeresse du Roy …
Tous ces vassaux écartés du pouvoir, en grande colère et grande haine, se regroupèrent en une ligue constituée officiellement « pour le bien public et le bon usage du Royaume ».
 
Ce sera la « Ligue du bien public ».
Cette assemblée comprenoit les éternels comploteurs, tels Jean d’Armagnac et Jean d’Alençon (bien qu’ils fussent rétablis dans leurs biens par suite de remords de Louis XI), mais aussi des gens de qualité comme le célèbre Dunois (hostile à la politique Italienne du Roy, car d’intérest, il réclamoit Milan par son alliance avec les Sforza), comme Jean Duc de Calabre (Angevin également hostile à cette politique Italienne) et comme Jean de Bourbon (vainqueur de la bataille de Formigny en 1450, mais pourtant éconduit)…
 
Plus grave encore, Charles le téméraire, qui n’étoit encore que Comte de Charolais, n’admit point que son père, Philippe le Bon ait cédé à Louis XI, pourtant contre fortes espèces sonnantes et trébuchantes, plusieurs villes de Picardie…
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

24 août 2018

1434 Montlhéry occupée par Bourgogne et Albion

GSM

C’est dans ce castel surélevé par ses soins et dont il avait la bonne garde, que le connestable Olivier de Clisson devoit se réfugier, écarté du pouvoir par le gouvernement des oncles de Charles VI et par les querelles incessantes avec le comte de Bretagne Jean IV de Montfort.
 
Le castel de Montlhéry vist ensuite se tenir diverses conférences avec la Reine Isabeau de Bavière, pour la conciliation de paix entre les Maisons d’Orléans et de Bourgogne.
En 1412, Georges de Calleville étoit fait Capitaine de Montlhéry.
 
En 1417, le castel subissoit un siège.
Le Duc Jean de Bourgogne, rentrant de Picardie en ses foyers, ne parvenoit pas à prendre Paris. Il vinst alors assiéger Montlhéry au mois d’octobre, comme l’attestoit un parchemin daté du 8 et écrit du « camp de Montlhéry ».
Les habitants  firent solennelle promesse de rendre la place à l’assiégeant dans la huitaine, espérant un prompt secours du Roy de France, dans ce laps de temps.
Las, aucun secours n’étoit parvenu, ils se rendirent au Duc Jean.
Celui-ci ne jouira pas longtemps de sa victoire, Montlhéry étoit repris par le connestable Tannegui du Chastel, Prévost de Paris, au début de l’année 1418.
 
Cette mesme année, vist la nomination de Jean Roterf à la garde du Castel.
 
L’occupation Angloise en 1425 donnoit commandement de Montlhéry à l’écuyer Jean le Baveux, triste sire, ainsi nommé pour sa trahison en faveur du Roy d’Angleterre.
 
Nommé par le Roy de France Charles VII, Simon Morhier, Chevalier et prévost de Paris prenoit de surplus, la charge de Capitaine de Montlhéry en 1434, enfin libéré de l’occupation Angloise.
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


17 août 2018

1382 Des travaux pour Mont Lehericus

GSM

Une année plus tard, en 1362, un austre chastelain de Mont Lehericus, Hugues du Boulay, laissoit trace écrite, ainsi que son nom dans l’histoire du Chastel. Il rendoit son âme à Dieu le 28 avril 1376. Il laissoit son aspect pour la postérité, par sa pierre tombale, contrairement à ses devanciers… Il portoit cotte d’armes avec écu à son coté, portant lion et billettes. Le Roy fit dire une messe pour son vassal afin que Dieu prenne son âme en sa sainte garde, ainsi dit-il, que Hugues Prit soin du Chastel...
 
Le Roy Charles VI séjourna alors au Chastel en 1380. Il en confioit alors bonne garde à Olivier de Clisson, Connestable de France, qui presta serment à la Chambre des Comptes, le 14 mars 1382, de le restituer au Roy, lorsqu’il en seroit fait bonne requeste.
Lors, sous le commandement de ce puissant personnage, la grosse tour étoit transformée…
Les deux premiers niveaux, conservés intacts, quatre autres étoient édifiés promptement au-dessus. L’architecture de ce lieu étoit semblable à icelle du Chastel de Pierrefonds en cette époque.

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

09 août 2018

1356 Perfide Albion

GSM

Chacun fait sa vie. Il n’est plus en chastel de Mont Lehericus, de réelle gaîté, comme il fust en ce lieu autrefois. Oncques, étoient festoiements et moult réjouissances, qui donnoient au domaine une réelle vie.
 
Les ripailles étoient réputées à cent lieues à la ronde du temps où Jean II y aimoit à se venir divertir.
 
Le connétable Jacques d’Hangest en l’an de grasce 1356 presta serment à la chambre des comptes comme nouveau capitaine des gardes de Mont Lehericus.
 
Cette mesme année, Charles, Duc de Normandie, régent du Royaume pour son père Jean, trop vieux pour se bien occuper des affaires, ayant rompu l’assemblée des Etats, se rendoit le 2 novembre au chastel de Mont Léhéricus…
 
Depuis Mont Léhricus, il donnoit une ordonnance contre les immunités de la ville de Tournai, alors aux mains de la perfide Albion… De retour à Paris il fust sacré Roy de France sous le nom de Charles V
 
En représailles, les Anglois, qui faisoient à cette époque moult raids à travers le Royaume de France, tentèrent d’assiéger le chastel mais sans aucun succès.
 
Deux ans plus tard, ils parvinrent à incendier le bourg et tous ses habitants, cruauté sans égale des barbares Anglois…
 
Las, les défenseurs privés de soutien, le chastel fust investi en 1361 par le Roy Edouard III d’Angleterre…

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 août 2018

1322suite Toute une vie comme un resve

GSM

Toute une vie comme un resve
 
Je caresse vos cheveux, doux comme soie et velours.
Je vous enlace et je passe mes bras autour de vostre taille
Vostre ventre chaud et vostre souffle court menivrent.
Jai envie de vous, ma mie et vous désire ardemment,
Je gouste vos lèvres et caresse vostre corps humide, abandonné,
Comme jeune chevalier qui jadis parcouru monts et plaines
Qui redressoit les torts, secouroit veuve et orphelin.
Mais vieux chevalier na plus darmure ni de destrier.
Il na plus le droit de donner justice immanente,
Et le resve dAmour, objet de son passé, trop vite enfui,
Fist place à la solitude du vieil homme solitaire
Qui à pas lents rejoint les limbes de léternité.
 
Chevalier inconnu responsable du guet de la forteresse de Monthléry.
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2018

1322suite Accoudé aux créneaux du rempart le plus haut

GSM

Car tel est mon bon plaisir
 
Accoudé aux créneaux du rempart le plus haut, la grande tour, que vous nommerez plus tard "donjon", j'observois les passages sur le chemin qui alloit de Paris à Orléans.
 
Les passants fesoient file longue et dense devant l'octroi que j'y fist ordonner. Je pensois que les écus ainsi prélevés, me permettroient de lever plus grande armée et de bastir muraille pour défendre le bourg.
 
Ainsi, il suffisoit qu'octroi fust ordonné, pour que pièces sonnantes et trébuchantes tombassent dans l'escarcelle de celui qui l'ordonne !
 
Ce qui fust imposé, sera force de loi...
Ainsi le bon peuple nourrira les féaux du Roy...
Et il en sera ainsi, pour la nuit des temps...
Si le Roy mon suzerain me laissoit liberté d'ordonner plus encore...
 
Capitaine Jacques d’Hangest
Commandant la garde Royale de Mont Lehericus

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2018

1322 Le Chastel de Montlhéry fust visité en l’an de grasce 1322

GSM

Le Chastel de Mont Lehericus fust visité en l’an de grasce 1322 par le Roy Philippe VI de Valois. Il y donna force banquets pour de magnificentes réceptions où l’on vit preux chevaliers, notables respectés et gentes dames et aussi parfois d’accortes jouvencelles promises à la luxure. Ces festes n’étoient pas du goust de la hiérarchie ecclésiastique.
 
Le Roy s’en retourna donc dans sa capitale, où il put à loisir festoyer à l’ombre d’un clergé plus complaisant par diplomatie.
 
Las, l’année 1348 vit s’abattre  sur le chastel et la ville un fléau séculaire et dévastateur.
 
La peste noire emportoit ainsi le tiers de la population. Les murailles du chastel, ne furent d’aucun secours à leurs occupants.
 
En 1350, Philippe de Saint Yon, nouveau garde du chastel, accueilli le Roy Jean II le Bon (surnommé Jean-Bon par la populace). Le Roy, fort amateur de bonne chère, y organisa des banquets somptueux. Volailles, gibiers, et mets succulents fesoient alors partie du quotidien.
 
Cette consommation continuelle, fist prospérer les commerçants et villageois du bourg proche.
 
En 1356, Jacques d’hangest presta serment à la chambre des comptes, comme nouveau Capitaine et Garde de Mont Lehericus. L’histoire de Mont Lehericus alloit ainsi prendre un tournant décisif…
 

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :