25 septembre 2017

Le point de vue d'un Corse fatigué et conscient sur l'islam

GSM

Le point de vue d'un Corse fatigué et conscient...
XXXXXX XXXXXX, Officier de Réserve, parachutiste, cadre dans l'informatique, 52 ans, 3 enfants, habitant de Bastia.
 
«  Les relations entre l’Islam et la Corse sont très anciennes et remontent à plus de mille ans. Ces relations n’ont jamais été fraternelles et pacifiques mais durant des siècles belliqueuses et emplies de haine. Il faut rappeler que plus de 30 000 Corses, hommes, femmes et enfants ont été « razziés » durant plus de trois siècles sur les côtes corses par les barbaresques musulmans à la solde de l’Empire Ottoman basé en Algérie et au Maroc. En proportion c’est comme si 4 millions de Français avaient été capturés et mis en esclavage durant cette période.
 
Les nombreuses tours pisanes et génoises construites sur le littoral corse témoignent de la persistance et de l’importance du danger au cours des siècles. Ces sentinelles de pierre assuraient la surveillance permanente du littoral avertissant les populations de l’arrivée  des sarrasins pour qu’ils puissent fuir dans les montagnes.
 
Certaines zones de Balagne et du golfe du Valinco ont été même islamisées durant plusieurs décennies. C’est l’intercession de l’Impératrice du Maroc, Davia Franceschini, très belle jeune femme capturée par les barbaresques sur les côtes de Balagne et devenue l’épouse du Sultan qui a fait arrêter ces incursions vers la Corse avec l’aide de son compatriote Napoléon.
 
L’Islam a commencé à s’installer durablement en Corse avec l’arrivée des pieds noirs qui les engageaient à l’instar des pratiques en Algérie comme travailleurs agricoles. Durant plus d’une décennie il n’y avait que des hommes. A partir de 1976 ces travailleurs, pratiquement tous originaires des mêmes provinces marocaines, ont pu faire venir leurs familles. Le développement économique de la Corse a pu aussi offrir de nombreux postes subalternes aux ressortissants marocains venus s’installer dans toutes les zones agricoles de Corse mais aussi dans les cités urbaines en plein essor démographique. A tel point que des communes comme Ghisonaccia ou Porto Vecchio sont peuplées en 2016 par plus de 35% d’habitants d’origine maghrébine. Les pratiques religieuses se sont cantonnées à l’origine dans de toutes petites salles mais l’accroissement rapide de la population musulmane a suscité l’arrivée d’Imams pratiquement tous originaires du Maroc.
 
Les prêches se faisaient uniquement en langue arabe et sont toujours pratiqués ainsi dans la plupart des lieux de culte.
 
La Corse n’a pas de mosquées mais certaines salles de prières dépassent maintenant les deux cent pratiquants le vendredi. A partir de la fin des années 80, le hijab qui n’était porté surtout que par des vieilles femmes musulmanes plus par tradition que par conviction a commencé à se propager chez les jeunes filles et les jeunes femmes qui n’avaient connu que la Corse comme lieu de vie permanent. Puis dans les années 2000 sont apparues les premières tenues intégrales et les premières revendications pour les repas de substitution dans certaines écoles. Le phénomène était bien moins visible que sur le continent mais les interdits alimentaires de l’Islam commençaient à « irriter » la population corse pour laquelle la consommation du porc et du vin a été la base historique de son alimentation.
 
Refuser de consommer du porc en Corse et de boire du vin dans une région qui en a fait par sa qualité un des points forts de son économie est considéré malgré tout comme un refus de la tradition et du mode vie insulaire. Comment intégrer des populations qui refusent par dogme religieux de consommer des aliments qui ont permis durant des siècles aux corses de pouvoir survivre dans les montagnes ?
 
A partir du milieu des années 2000 a commencé à émerger un véritable rejet de ce genre de comportement qui a engendré de nombreux actes délibérément racistes envers des musulmans. La mentalité des pieds noirs ouvertement xénophobes face aux maghrébins n’a fait qu’accentuer ce phénomène.
 
Aujourd’hui en 2016 la population d’origine maghrébine est estimée à 50 000 personnes sur une population insulaire de 320 000 habitants, ce qui en fait la deuxième région de France en proportion après l’Île de France. Contrairement à ce que les médias nationaux laissent souvent transparaître il y a proportionnellement très peu d’actes réellement racistes en Corse, mais depuis deux ans les manifestations de l’Islam radical commencent à s’affirmer dans la société insulaire. Des jeunes corses (4 ou 5) se sont convertis et fortement radicalisés. Certains sont partis en Syrie ou ont tenté de le faire depuis 2014 mais il y a eu surtout une tentative de mainmise des salafistes sur la jeunesse d’origine musulmane dans les quartiers à forte densité maghrébine (Pifano, L’Empereur, Les Cannes, Lupino).  On conseille « fortement » aux jeunes filles de ne plus se rendre en ville prendre un verre ou bien on leur demande porter le voile.
 
Il y a 9 personnes fichées S en Corse dont l’Imam aumônier de la prison de Borgo ! Celui-ci n’est pas nommé directement dans le communiqué du FLNC mais il est bien désigné en tant qu’indicateur de police.
 
En fait certains services estiment que le nombre d’individus pouvant être considérés comme potentiellement dangereux avoisine 50 et il en suffit d’un seul qui passe à l’acte pour déclencher quelque chose de bien plus grave que l’attentat qu’il pourrait commettre.
 
Sans entrer dans la thèse du complot, l’enchaînement des incidents qui frappent la Corse depuis décembre 2015 ne sont peut-être pas tout à fait le fruit du hasard. Les incidents de l’Empereur, de Sisco, de Carbuccia et de Porto Vecchio dénotent des comportements nouveaux de certains maghrébins et décembre 2015 c’est aussi l’arrivée des nationalistes à la tête de l’exécutif corse !
 
La coïncidence est l’ennemie de la vérité mais l’apparition dans cette série d’incidents de l’émirat du Qatar à la suite des révélations d’un ex sous-directeur de la DGSE pose question. On sait que depuis l’incident de l’année dernière durant le match PSG-Bastia où l’on a pu voir une grande banderole sur laquelle était inscrit « Le Qatar finance le PSG et le terrorisme » les proches de l’émir ne doivent pas porter la population « mécréante » de l’île dans leur cœur.
 
Il est certain qu’une action djihadiste sur l’île déclencherait immédiatement une réaction ultra violente des corses. Les corses possèdent des armes en grand nombre et l’impact émotionnel des événements de Paris, de Nice et de Saint Étienne du Rouvray suscite la plus grande méfiance de la part des insulaires. Beaucoup s’attendent à une réaction suite aux incidents ultra médiatisés de l’Empereur et de Sisco et beaucoup s’y préparent.
 
La Corse a été le premier département à se libérer du joug fasciste en septembre 1943. Les résistants corses ont libéré l’île en un mois de sanglants combats. Une fois qu’elle était pratiquement intégralement libre, un détachement de goumiers marocains a combattu courageusement les restes de l’armée de Rommel qui battait en retraite à Bastia. Si des marocains ont effectivement participé à la libération de la Corse c’est d’abord le sacrifice des résistants corses qui a chassé d’abord les troupes italiennes (80 000 hommes) puis allemandes (20 000 hommes) de l’île.
 
Le port du hijab, de la burqa ou du burkini est perçu ici comme ailleurs comme un drapeau de l’Islam intégriste, une allégeance à la vision wahhabite de DAECH, du Qatar ou de l’Arabie Saoudite. Alors, bien sûr, la revendication du droit à la liberté de se vêtir est perçue d’abord comme une belle hypocrisie. Si un touriste avait l’idée de porter un T-Shirt orné d’une grande croix gammée pourrait-on n’y voir qu’un simple bout de tissu ? Une inscription du genre « Je suis Menguélé » passerait-elle bien sur une plage de Tel Aviv ? Pourtant ce ne sont que des bouts de tissu.
 
Avec ce mélange d’inquiétude légitime, d’impression de provocation, d’orgueilleuse arrogance de la part des salafistes et surtout de la vision d’impuissance désespérante du pouvoir régalien, la tension atteint un paroxysme en Corse. Nous sommes au bord d’une conflagration dont l’onde de choc se propagera bien au-delà du territoire insulaire.
 
Les élus tentent légitimement de la contenir mais ils savent bien que le détonateur est au point et que la moindre étincelle mettra le feu au baril de poudre sur lequel nous sommes tous assis. Ils ont la tête sur une enclume. Ils ne peuvent se résoudre à dénoncer une réalité qui finira par les obliger à prendre parti et ils ne peuvent soutenir les propos des Cassandre tels que ceux tenus par Eric Zemmour.
 
Zemmour, ce juif berbère qui possède ce don inné des juifs : sentir les dangers qui nous menacent avant tout le monde. Le sage montre la Lune, le singe regarde le doigt et comme le chantait Guy Béart « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ».
Il est facile d’imaginer la réaction des corses à un attentat de style daechien sur le territoire de l’île. Ce sera une répétition de la Saint Barthélémy à coup sûr et une disparition ultra rapide de la visibilité de l’Islam dans l’espace public. La conséquence en sera d’abord l’état de siège et la disparition de facto du pouvoir nationaliste mais l’onde de choc sera considérable sur le continent.
 
Beaucoup de musulmans quitteront la Corse mais 90% préfèreront rester en abandonnant la visibilité de leur religion.
 
En bref : la guerre civile et à terme rapide l’intervention de l’armée sur tout le territoire français.
 
Le manque de courage des élites politiques et leur état de compromission électoraliste dans de nombreux endroits du territoire français se paiera au prix du sang.
 
Ce qui est lamentable c’est que les avertissements multiples des intellectuels français de gauche n’auront jamais été entendus au nom d’une pseudo laïcité bien lâche et d’une république incapable de sortir de ses atermoiements droit-de-l’hommistes. La collaboration factuelle des mouvements d’extrême gauche et des verts avec une idéologie profondément totalitariste sera à mettre au débit de la disparition de la gauche. La plupart des « musulmans » seront ravis qu’on les débarrasse de ces barbus bien gênants et l’Islam disparaîtra en France de l’espace public. Le problème résidera  dans le nombre d’innocents qui paieront pour les autres.
 
J’espère que nous n’en arriverons pas là mais l’accélération de l’histoire ces temps-ci fait craindre le pire.
Nous ne regardons plus l’abîme, nous sommes dedans. »

Posté par zalandeau à 09:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


30 août 2017

Histoire de France - Hollande vu par Bernard Raquin (2012)

GSM

Note de Zalandeau : Point de vue de Bernard Raquin sur François Hollande. ( le Raquin des séminaires d’épanouissement personnel).
Cette réflexion date du 07 mai 2012. Il est intéressant de rapprocher ce que nous avons vu du comportement de Hollande de ce texte... qui me semble pour le moins prophétique...
 
 
Le drame de François Hollande : le 6 mai 2012
 
A-t-il la capacité psychologique d’assumer ses nouvelles responsabilités ?   Le 6 mai 2012, François Hollande est entré dans la période la plus dramatique de sa vie.
 
Le stress de la promotion :
 
Il s’agit d’une pathologie, plus ou moins légère, bien connue des psys. Lorsqu’un employé obtient une promotion, il subit un très fort stress. Surtout s’il ne se sent pas capable d’occuper son nouveau poste. Face à de nouvelles responsabilités, nous sommes partagés entre l’enthousiasme et l’inquiétude. Si nous sommes préparés, si nous avons la formation et l’expérience nécessaires, ce stress de la promotion disparaît au bout de quelques semaines ; et la confiance en soi en est renforcée.
 
Le stress de la promotion se manifeste par une euphorie, suivie d’une euphorie paradoxale, pour masquer le déni de réalité. Ensuite c’est la dépression larvée, masquée par l’activisme. Puis enfin, c’est la dépression, et parfois le burn-out (l’effondrement).
François Hollande est victime du « principe de Peter » : il a atteint son niveau d’incompétence, depuis longtemps. Il occupe maintenant l’un des postes les plus difficiles du monde, sans aucune préparation. Car, de l’avis général de ses amis, Hollande est tout à fait incapable d’occuper la fonction de président de la république.
Il est décrit comme paresseux, manipulateur, inactif, calculateur, trompeur, cynique, magouilleur, tricheur, menteur, et incapable de prendre une décision. Tous ces jugements sur lui sont tellement connus qu’il est inutile de les rappeler. (Martine Aubry, Ségolène Royal, Laurent Fabius, Arnaud Montebourg, Claude Allègre, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Marie Bockel, etc).
 
Non seulement parce qu’il n’a jamais été ministre ni secrétaire d’État, mais également parce que le choix de devenir président n’est  pas le sien, mais celui de sa concubine Valérie Trierweiler. Pour plaire à sa belle, il s’est lancé dans un mécanisme qui l’a happé, et qui risque de le broyer.
 
Hollande est fragile :
 
Depuis le début de sa carrière politique, il n’a rien fait. Il s’en vantait même dans une vidéo célèbre. L’esprit de corruption a tellement gangrené les élus (de droite et de gauche) qu’ils ne réalisent même plus qu’ils sont des voyous et des voleurs. Par exemple, les cumulards ; ou encore tous les membres de ces « machins », du genre Conseil économique et social, et autres fromages de la république, pour recaser les copains et les maîtresses.
 
Hollande a toujours pratiqué un double langage. Il a protégé les innombrables corrompus du parti socialiste (voir sur ce même site : « J’aimerais bien être de gauche, mais… »). Cela est en contradiction avec la prétendue morale qu’il affiche. La honte qu’il éprouve au fond de lui-même, sera masquée par toutes sortes de magouilles destinées à museler la liberté d’expression.
De même, le capital qu’il annonce posséder, largement sous-évalué, est en contradiction avec son mépris affiché des riches. Il est entouré de riches, de fraudeurs et d’exilés fiscaux, et même sa concubine est millionnaire.
Cela provoque une schizophrénie, fréquente en politique. Le déni de réalité (quand il feint de voir qu’il n’y a pas de dérives racistes francophobes en France), et le mensonge permanent, peuvent être refoulés longtemps, jusqu’à l’explosion. Le risque de nouvelles émeutes raciales, comme en 2005, est réel.
Par exemple, se prétendre proche du peuple, en mangeant dans des restaurants à 170 euros, peut certes satisfaire la nouvelle classe des élus, cupide et cynique. Mais le peuple déteste les hypocrites, les tartufes et les profiteurs. Le parti socialiste, distribuant des leçons de morale à tout le monde, sera confronté à ses contradictions.
Il n’y a que 2 sortes de citoyens. Ceux qui se contentent des médias officiels. Et les internautes. Ces derniers, massivement informés, informeront toute la population, en quelques mois. En septembre 2012, malgré la censure des médias officiels, tous les Français connaîtront l’histoire des jets privés, des drapeaux étrangers, etc.
 
Hollande est encore plus fragilisé :
 
Il est fragilisé par la modification de son identité, en peu de temps. Il était un bon gros, il veut être un mince sérieux : la différence est trop grande et trop rapide. Cela l’a obligé à surjouer son rôle de présidentiable, comme il surjouera son rôle de président. Il est, de très loin, le politicien le plus photographié avec des expressions ridicules. On trouve, sur Internet, de nombreuses photos de lui, où justement, il manque de sérieux. Il aurait pu faire carrière dans le comique (ce que je respecte infiniment), comme plusieurs de ses copains de lycée.
Il faut bien savoir que lorsqu’une personne modifie en apparence son identité, sans démarche thérapeutique, cela ne dure pas. Quand il se regarde dans le miroir, quand il s’entend parler, il ne se reconnaît pas. Il va devoir affronter une grave crise d’identité, aux conséquences seront dramatiques.
 
On ne se révèle pas à 57 ans. Bien sûr, en qualité de psychothérapeute, je sais bien qu’on peut changer à tout âge. Encore faut-il le vouloir. Or ce qu’a fait Hollande, c’est juste de changer d’emballage. L’affaire des jets privés, payés par des milliardaires et des Saoudiens, l’obligera à cacher sa culpabilité sous de fausses déclarations moralistes.
 
Hollande est un « peut-être ben que oui peut-être ben que non », déguisé en bisounours. On peut feindre beaucoup de choses. Mais on ne peut feindre de savoir décider.
 
Étapes de son évolution psychologique :
 
1 - L’euphorie (de mai 2012 à juillet 2012) :
L’ivresse de la victoire. Plaisir sadique, dissimulé, d’avoir triomphé de son ancienne concubine, Ségolène Royal. Intense satisfaction d’avoir pris le dessus sur toute la direction du parti socialiste, qui le méprise. Joie enfantine d’avoir séduit sa concubine, Valérie Trierweiler, qui a cru en lui, et qui la poussé.
 
2 – La dépression larvée, masquée par une euphorie paradoxale (été 2012) :
Les incohérences, les manquements, les abandons, et les trahisons, qui ont commencé dès le 6 mai 2012, deviendront de plus en plus visibles. Il mettra cela sur le compte d’une très longue campagne, trouvant normal d’être « fatigué ». Sa dépression sera masquée par les plaisirs réservés au président de la république : réception des corps constitués, réception des ambassadeurs, repos dans les résidences présidentielles, etc.
 
Il satisfera à la vanité humaine des courbettes, des réceptions officielles, d’un train de vie luxueux, des honneurs, des fanfares républicaines, et des tapis rouges. Mais cela le lassera vite, car ce n’est pas dans sa nature. La rigueur des protocoles, et la pesanteur des déclarations officielles dans les réunions internationales, l’useront en moins d’un an.
 
3 - La dépression larvée sera ensuite masquée par la fuite en avant dans l’activisme (à partir de septembre 2012) :
Son principal problème ne sera pas la dette. Il accusera le bilan de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, ainsi que les contraintes européennes. Son principal problème sera son élection : il a été élu à la faveur d’une inquiétante dérive raciale. 93 % des musulmans ont voté pour lui. Les départements d’outre-mer ont largement voté pour lui.
 
Le soir de son élection, il a fait son discours devant des drapeaux étrangers. Il est, d’ores et déjà, sous la menace des délinquants, qui le voient comme plus favorables à leurs actes antisociaux.
 
Il est prisonnier de la classe sociale des élus, aux avantages indécents. Il est prisonnier de l’immobilisme conservateur, notamment celui des permanents syndicaux, héritage de 1945, une petite minorité qui a la capacité de bloquer plusieurs secteurs publics, et d’organiser des manifestations de rue.
Il en sortira par la fuite en avant dans l’illusion : il intensifiera la langue de bois, les discours contre la finance, la haine contre les patriotes, et le discours des associations à l’antiracisme très sélectif. Là encore, ce déni de réalité sera contredit par les faits en quelques mois.
 
Hollande est clivant :
 
Hollande a la réputation d’être un modéré, qui s’efforce d’être un conciliateur. En réalité, il est extrêmement clivant
- Il diabolise ses adversaires, et dresse les minorités ethniques contre la majorité de la population.
- Il est aussi clivant sur le plan économique : hostile aux entrepreneurs, hostile aux dirigeants d’entreprises (sauf les mondialistes qui le soutiennent).
- Il est clivant sur le plan politique : droit de vote aux immigrés, légalisation des immigrés clandestins, refus de voter les lois anti-burkas…
- Il est clivant sur le plan sociétal : mariage homosexuel, avortement généralisé, discours flous sur la drogue, reniement de la laïcité…
- Il est clivant sur le plan social : syndicats contre usagers, magistrats contre victimes, préférence étrangère…
 
Non seulement il n’a aucune réserve d’opinions favorables dans la population, mais le très faible pourcentage de gens qui le soutiennent, sans illusions, s’effritera très rapidement. 
 
Hollande sera confronté à un choix :
 
Le plus probable, c’est de satisfaire l’extrême gauche (15 % des voix), comme l’a fait avant lui Mitterrand, en creusant massivement la dette.
C’est parce qu’il n’a satisfait aucune des attentes des électeurs du Front National, que Nicolas Sarkozy a été battu. Pourtant, Sarkozy a fait plus de réformes, en 5 ans, que Mitterrand et Chirac en 24 ans.
Mais comme Hollande aura peu de marge de manœuvre, il se contentera de mesures cosmétiques et sociétales. Cela occupera le débat public, avec le gros inconvénient de masquer les vrais problèmes, notamment l’immigration, le racisme francophobe, la dette, la délinquance, la destruction du tissu social, et l’angoisse identitaire vécue par de très nombreux compatriotes.
Le plus surprenant serait de réduire l’influence du Front National, en expulsant les clandestins, en organisant une chasse impitoyable aux trafiquants d’êtres humains, en luttant contre la délinquance. Mais c’est très improbable, car les dirigeants du parti socialiste sont immigrationnistes, et plusieurs sont membres du club Le Siècle, et du Grand Orient de France.
 
Le Front National, 3ème en nombre d’électeurs, deviendra soit le 1er, soit le 2ème. Surtout si la politique immigrationniste, les avantages aux clandestins, le laxisme judiciaire, et donc la délinquance, sont amplifiés. Avec pour corolaire le découragement des artisans et petits investisseurs, et donc l’augmentation du chômage.
 
Pour échapper aux contraintes psychologiques intérieures, Hollande choisira la fuite en avant. Il pratiquera la chasse aux sorcières, contre les journalistes, les patriotes, les dirigeants d’entreprises publiques, les hauts fonctionnaires. Sa concubine a déjà donné le ton, en faisant licencier un journaliste de RTL.
 
Il devra affronter une double opposition résolue :
 
D’un côté, l’UMP, le FN, et DLR. De l’autre, le FDG et les autres trotskistes (voir sur son site : « L’échec programmé de la fédération des génocidaires »). Le but du FDG est de canaliser les mécontents, de servir d’exutoire, de faire croire aux gauchistes qu’existe encore une gauche en France. Puis, en diabolisant leur adversaire, de les faire voter pour les tenants du système, à savoir les mondialistes et les milliardaires du parti socialiste. Tous ces opposants, à des degrés divers, le maintiendront sous une surveillance constante. Cela générera de très nombreuses frustrations, qui s’exprimeront dans les élections, ou dans la rue.
 
La solitude de François Hollande :
 
On est passé d’un président pressé (Sarkozy) à un président stressé. Une des choses les plus stressantes du monde est de prendre des décisions. Surtout des décisions graves, dans des réunions internationales. Beaucoup de décisions seront très graves, concernant l’immigration, la délinquance, la dette, le chômage, le terrorisme, les engagements militaires, les traités internationaux, et la force de frappe. Il ne pourra toujours se défausser sur son entourage. Il ne pourra utiliser un langage vague, selon son habitude, pour ne déplaire à personne.
 
Il sera seul, face à lui-même. Fera-t-il face ? Non.
 
Aucun état de grâce bien sûr, mais un baptême du feu intense, et des responsabilités auxquelles il n’est pas préparé. Est-il armé pour affronter des lynchages publics permanents, comme en ont connu Chirac, Le Pen (père et fille), et Nicolas Sarkozy ? Non. D’autant qu’il devra s’appuyer sur d’autres membres du parti socialiste, pour le conseiller lors de ses prises de décision. Il y aura, aussi bien au gouvernement qu’à l’intérieur du parti socialiste, de violentes guerres intestines, pour manipuler le leader incompétent. Certains d’ailleurs ont déjà fait allégeance à sa concubine, qui prend des décisions en toute illégitimité…
 
Aujourd’hui entouré de courtisans, de rapaces, d’hypocrites, soutenu par une minorité des électeurs, naïfs ou roublards, il n’y a qu’une réalité : François Hollande est seul. Et ce n’est pas Valérie Trierweiler qui pourra y changer quoi que ce soit.
La seule qui puisse véritablement le conseiller en toute objectivité, si elle arrive à grandir intérieurement, ce qui est probable : c’est Ségolène Royal.
 
Pas un instant, je ne crois qu’Hollande sera apte à trouver en lui une force supérieure, comme l’ont fait tant de grands leaders sur terre. Il a tellement fermé les yeux sur la corruption, les viols, les détournements de fonds, et les mensonges de ses amis politiques, que la réalité se chargera de les lui ouvrir. Et ce qu’il verra devant lui l’effraiera chaque jour davantage. Il court même le risque d’exploser en vol, et d’adopter de plus en plus un comportement incohérent.
Il est le président le plus mal élu, ayant le moins d’expérience, ayant le moins de capacités psychologiques, le plus rejeté dès le soir même de son élection, de toute la Ve République.
 
Alors, je peux bien lui souhaiter « bonne chance », par politesse. Mais ce dont nous avons vraiment besoin aujourd’hui, c’est de trouver notre force intérieure, de chercher de nouvelles issues, pour mettre un terme au déclin entamé depuis tant d’années. Tenter, par tous les moyens, de limiter les dégâts que ses trop grandes responsabilités l’obligeront à improviser. Préparer l’après Hollande est, dès maintenant, la seule manière de garder l’espoir, et de se tourner vers l’avenir.
 
Bernard Raquin
 
7 mai 2012.
 
Note de Zalandeau : Le journaliste Pierre Salviac  a été viré de RTL pour avoir plaisanté le 9 mai 2012 à propos du couple présidentiel sur twitter..
L'article de Bernard Raquin ayant été fort peu apprécié, celui-ci l'a donc republié sur d'autres sites moins malléables.

Posté par zalandeau à 09:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

29 août 2017

72 vierges

 

GSM

Posté par zalandeau à 09:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2017

Ce qu'est devenu l'éducation dans notre pays

GSM

 

 

Ce qu'est devenu l'éducation dans notre pays

Posté par zalandeau à 09:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

21 juin 2017

Conte très contemporain...

GSM

Une petite histoire dont il est dommage que l'auteur n'en soit pas connu. Elle m'a bien amusé :


Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche.
Il appelle son météorologue
et lui demande l'évolution pour les heures suivantes.
Celui-ci le rassure en lui affirmant qu'il pouvait y aller.

> > > > > >   
Le roi va tranquillement à la pêche aucune pluie n'est prévue.
Pour plaire à la reine il met ses plus beaux atours.

> > > > > >    
Sur le chemin, il rencontre un paysan monté sur son âne
qui en voyant le roi lui dit :
"Seigneur il vaut mieux que vous rebroussiez chemin
car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps"

> > > > > >    
Bien sûr, le roi continue en pensant :
"Comment ce gueux peut-il mieux prévoir le temps
que mon spécialiste diplômé grassement payé
lequel m'a indiqué le contraire

> > > > > >    
Poursuivons...

> > > > > >    
Et c'est ce qu'il fait...
mais il se met bientôt à pleuvoir à torrent.
Le roi rentre trempé, la reine se moque
de le voir dans un si piteux état.

> > > > > >    
Furieux, le roi revient au palais et congédie illico
son météorologue, puis il convoque le paysan
lui offrant le poste vacant...
Mais le paysan refuse en ces termes :

> > > > > >    
"Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose
dans ces affaires de météo et de climat,
mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées
cela signifie qu'il va pleuvoir "
   Et le roi embauche l'âne...

> > > > > >    
C'est ainsi que commença en FRANCE
la coutume de recruter des ânes
pour les postes de conseillers les mieux payés.

> > > > > >    
C'est depuis ce moment, qu'il fut décidé de créer
une école : l'E.N.A. (l'Ecole Nationale des Anes)
et ses diplômés, dont nous pouvons mesurer,
tous les jours, les brillantes compétences...

Posté par zalandeau à 09:55 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


18 juin 2017

Macron, la Cour des comptes et les Retraites

GSM

Ecrit par autrui :
 
Il y a gros à parier que pour une fois les conseils de la Cour des Comptes  vont être suivis à la lettre
La seule arme pour les retraités, c'est le TRANSFERT de ce document de retraité à retraités.
Inutile de rajouter le moindre commentaire, il suffit de lire le texte ci-dessous ; et malheureusement nous savons que tout cela est exact !
 
Bon courage, les retraités...
 Les retraités doivent se défendre et, pour cela, il suffit qu'ils fassent la grève de leurs actions dans le bénévolat, ce gouvernement aura vite compris qu'ils sont indispensables à la nation et qu'ils méritent un peu plus de respect !
"Vent debout les retraités"
 La Cour des Comptes considère que l'objectif de rattrapage des revenus des retraités par rapport aux actifs est atteint.
  Elle propose donc dans son dernier rapport une hausse de leur imposition.
Revue des mesures proposées et de leurs gains escomptés.
Dans son dernier rapport sur la Sécurité Sociale, la Cour des Comptes préconise de faire davantage participer les retraités à la solidarité nationale. D'après la Cour des Comptes, les différentes niches fiscales et sociales qui s'appliquent aux retraités représenteraient *un manque à gagner de 12 milliards d'euros pour l'État et la Sécurité Sociale*.
Or, les revenus des têtes blanches sont désormais légèrement plus élevés que ceux des actifs, et leur patrimoine beaucoup plus. Selon le président de la Cour Didier Migaud,
"*les retraités sont dans une situation financière plus favorable que les actifs, *notamment les jeunes*."Et l'objectif de ces avantages, qui était de réduire l'écart avec les actifs, est atteint."
Revue des mesures préconisées par la Cour des Comptes :
Supprimer progressivement *l'abattement de 10%* car ils n'ont plus de frais professionnels (gain de 2,7 milliards d'euros).
- Supprimer progressivement l'exonération des majorations de pensions pour les parents de 3 enfants (gain de 800 millions d'euros).
 
- Aligner le taux de CSG appliqué aux pensions de retraite sur celui des actifs.
 Ce qui soumettrait les 7,9 millions (49%) de retraités aujourd'hui assujettis à une CSG de  6,6% à un taux de 7,5% (gain de 1,2 milliard d'euros).
 Les 585 000 particuliers employeurs de 70 ans et plus qui bénéficient d'une *exonération de cotisations patronales*,se la verraient supprimée (gain escompté de 380 millions d'euros).
 C'est vrai qu'un chirurgien, un ingénieur ou un pilote d'avion en retraite est en situation plus favorable qu'un jeune actif qui bosse à la poste...
 
Voilà bien une injustice de taille. 
*Autre injustice, on a plus de patrimoine à 70 ans qu'à 30 ans... c'est dingue non ?*
 C'est vrai aussi que les honteux retraités qui ont connu l'époque de travailler plus pour gagner plus (48 h hebdo et 3 puis 4 semaines de congés) et préparé leur retraite en économisant, sont... has been en regard des 35 h , 5 semaines de congés et RTT.
Mais c'est vrai aussi qu'il faut éviter de parler :
 -          Des sénateurs, des députés, des ministres qui ont la retraite à vie, après 8 mois de ministère
 -          Des effectifs pléthoriques de ministres, de sénateurs, de députés et de fonctionnaires de l’Administration Territoriale de la France : régions, départements, arrondissements, cantons, intercommunalités et communes.. sans parler de l'administration européenne...
-          Des régimes spéciaux
-          De ceux qui partent avec 75% du salaire des 6 derniers mois, alors que d'autres partent avec 50 % du salaire moyen des 25 dernières années...
-          Des députés européens qui ne paient pas un centime de CSG.
-          Et…des Présidents de la République en retraite (excepté Giscard qui n’a pas voulu) Chirac, Sarkozy et Hollande.
Ex : Sarkozy coûte environ 1 500 000 EUR à la nation chaque année (chauffeurs, retraite, gardes du corps, personnels, voyages, etc., etc.…)
 -          Des journaleux chouchoutés par le pouvoir en place.
 -          Ceux qui ne paient rien et reçoivent tout.
 Et puis, il faut bien payer les RSA, CMU et tous les assistés venus d'ailleurs, alors tout est bon pour trouver des coupables...
 Au passage, ils sont loin d'expliquer les 12 ou 17 milliards du trou de la sécu (même pas foutus de savoir combien...).
 D'une part, il n'y a pas de déficit, d'autre part, si l'Etat payait la cotisation de ses fonctionnaires, nous serions "haut la main" en positif !   Bon courage pour l'avenir...
 Sont-ils devenus fous ? Combien de temps les Français vont laisser faire cela
  Le ridicule absolu.
 

FAIRE SUIVRE POUR NE PAS SE LAISSER FAIRE...

Posté par zalandeau à 09:10 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juin 2017

Les collaborateurs Macronistes...

GSM

 

La soupe est bonne

Posté par zalandeau à 09:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mai 2017

« Macron est un psychopathe »

GSM

« Macron est un psychopathe » : l’analyse du professeur Adriano Sagatori, psychiatre, psychothérapeute

L’analyse que j’ai faite sur Emmanuel Macron provient à la fois des images que j’ai en ma possession et de la biographie dont le candidat se revendique.
Le jeune Emmanuel Macron à l’âge de 15 ans a subi une grave agression sexuelle via sa professeur qui à l’époque avait 39 ans.
Au lieu de la vision à l’eau de rose de cette union qu’on pourrait définir grotesquement comme un mariage réparateur (pour réparer le viol), j’y vois plutôt le fait que s’est bloqué prématurément le développement d’Emmanuel Macron en pleine adolescence à cause d’une opération de séduction à la fois psychique et physique.
Ce qui s’est passé, c’est à la fois dépasser un tabou et dépasser une limite. La limite même que prescrit le tabou.
Donc le premier passage a été la conviction que tout était permis.
Naturellement, ce sentiment de toute-puissance a eu lieu au sein de la bonne société bourgeoise d’Amiens — dans le nord de la France.
Si cette union avait eu lieu dans l’environnement social prolétaire, cet environnement qu’Emmanuel Macron méprise profondément, et bien Emmanuel Macron aurait été détruit, et aurait été suivi par les services sociaux, et Brigitte Macron serait en prison.
C’est la triste vérité.

Le paradoxe veut qu’il semble pathologiquement normal, mais nous sommes en plein narcissisme

Nous sommes confrontés à un problème de type pédophile.
Une fois les limites du tabou dépassées, il s’est passé que l’idée d’omnipotence propre à chaque enfant a été ultérieurement encouragée. Jusqu’à dépasser un propre chevauchement de la réalité qui renforcé par des avantages intellectuels, lui font extrapoler ses limites personnelles.
Le paradoxe veut qu’il semble pathologiquement normal, mais nous sommes en plein narcissisme.
Macron, depuis sa jeunesse, nourrit une ambition hors norme. Il a besoin du regard et de l’admiration des autres pour compenser un complexe d’infériorité. Donc nous sommes confrontés à 3 paradigmes qui définissent un certain type de personnalité :
  1. L’idée qu’il n’existe pas de limite.
  2. Un sentiment d’omnipotence dès l’enfance, mais encore plus présent à l’âge adulte.
  3. Un narcissisme qu’il n’est pas interdit de définir comme malveillant.
Qu’est-ce qui structure ces trois paradigmes ?
Cela structure ce qu’on appelle une psychopathie, car nous sommes confrontés à un individu — Emmanuel Macron — qui, comme organisation psychique, est parfaitement définissable comme psychopathe.
Le mot « psychopathe » n’est pas une insulte. Une grande psychanalyste américaine — Nancy Mac Williams — explique textuellement qu’un psychopathe peut atteindre les plus hauts niveaux de l’Administration américaine.
Donc le psychopathe peut bien sûr être un déviant, mais s’il est bien organisé d’un point de vue culturel, social, etc., il peut aussi atteindre les sommets de l’élite dans les domaines de la politique, la finance, ce qui est le cas dans le profil étudié.
La personnalité psychopathe est caractérisée par un nombre infini d’items — disons des points de références — par exemple :
  • une fascination pour le superficiel,
  • la capacité d’attraction,
  • le malaise dans la confrontation,
Ce que nous voyons bien dans les crises d’hystérie de Macron au moment où l’admiration pâlit et souligne les faiblesses de son identité.
Cette hystérie est caractérisée par son intérêt pour les mises en scènes théâtrales, ce qui ne manque pas de rappeler — coïncidence troublante — son histoire personnelle avec son enseignante — qui enseignait le théâtre.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Macron se défend donc en modifiant le sens de ses déclarations — mais sans jamais exprimer de remords —, car il ne ressent jamais de culpabilité

Le psychopathe n’est pas digne de confiance, mais réussit à travers la fascination qu’il exerce à séduire son interlocuteur. Il n’a aucun remords.
Lorsque Macron parle des pauvres ou insulte les prolétaires du Nord en les réduisant à être des fumeurs et des alcooliques, lorsque Macron dénigre les femmes en les rabaissant au rang d’ignorantes, nous revenons dans le discours parfaitement expliqué par Jacques Lacan.
Et il est vrai que son inconscient ne voulait pas vraiment le dire, mais son inconscient a parlé pour lui. Car il croit ce qu’il dit et ne peut pas s’empêcher de l’exprimer.
Macron se défend donc en modifiant le sens de ses déclarations — mais sans jamais exprimer de remords —, car il ne ressent jamais de culpabilité.
Donc quel est le problème du point de vue psychiatrique ?
Quelle est la dangerosité du personnage ?

Macron n’aime pas la France et ne lutte pas pour le peuple de France

Je réponds que ça ne fait aucun doute : Emmanuel Macron, comme tous les psychopathes est particulièrement dangereux.
Un intellectuel américain spécialisé dans les – appelons ça « perturbations bien intégrées » chez les notables — a dit textuellement « les serials killer détruisent les familles alors que les psychopathes en poste au sommet de la politique et de l’économie ruinent les sociétés. »
Pourquoi Macron est dangereux ? Il est dangereux, car :
  1. Comme tous les psychopathes, Macron a une haute idée de lui-même.
  2. Macron n’aime pas la France et ne lutte pas pour le peuple de France.
  3. Macron s’aime énormément et il lutte pour maintenir sa fragile identité.
La conflictualité face à Marine Le Pen n’est pas pour lui une conflictualité seulement de niveau politique, il ne peut pas accepter qu’une femme, la Marianne, la représentante de la France soit son antagonisme. Il a besoin d’une mère nourricière.
Toute autre relation avec une femme devient difficile à assumer.
Donc cette fragilité est très dangereuse, car comme pour tous les psychopathes qui travaillent uniquement pour eux-mêmes, et qui considèrent les autres comme des instruments pour sa propre grandeur, il souligne dans ce cas à quel point de danger se trouve actuellement un pays comme la France face à un candidat de ce genre.
Rama Yade a déclaré sur iTélé que selon elle, « il faut évaluer l’état psychologique d’Emmanuel Macron »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Nancy Verdier, et transcription de Josick Croyal pour Dreuz.info.

Posté par zalandeau à 09:42 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2017

La déclaration de patrimoine de Jean-Luc Mélenchon

GSM

Note de Zalandeau : Ceux qui me lisent ne sont pas sans savoir que j'ai toujours tenté de défendre, quand cela m'était possible, ceux que l'on accuse à tort de tous les maux, même quand je ne partage pas leurs idées.
Des 'hoax' ont circulé sur le patrimoine soi disant exorbitant et dissimulé de Jean-Luc Mélenchon. Pour l'instant, aucune information sérieuse et prouvée ne peut décrédibiliser le patrimoine de ce dernier. Je le recopie ci-dessous :
LE MONDE | 23.03.2017 à 15h00 • Mis à jour le 23.03.2017 à 17h43 | Par Les Décodeurs

Voici ce que contient la déclaration de patrimoine de Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise à l’élection présidentielle, publiée pour la première fois par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), le 22 mars :

1.Les immeubles bâtis et non bâtis.
  • Appartement de 110 m², bien propre (100 %), acquis le 24 avril 2014 pour 800 000 euros et 37 000 euros de travaux de rénovation, valeur vénale 837 000 euros.
  • Maison rurale de 150 m², bien propre (100 %), acquise le 27 juin 1996 pour 90 000 euros, valeur vénale 190 000 euros.
2.Les parts de société civile immobilière (SCI).
Néant.
3. Les autres valeurs non cotées en Bourse.
Néant.
4. Les instruments financiers.
Néant.
5. Les assurances-vie.
Néant.
6. Les comptes bancaires courants et les produits d’épargne.
Crédit du Nord :
  • Compte courant : 1 216,93 euros.
Crédit mutuel :
  • Compte courant : 3 322 euros.
  • Compte courant : 1 648,17 euros.
  • Livret bleu : 40 234,17 euros.
  • Compte épargne logement : 10 135,69 euros.
  • Livret de développement durable : 47 655,06 euros*.
*Des lecteurs nous ont interrogé après publication de cet article sur le montant déclaré pour ce compte, un LDD étant théoriquement plafonné à 12 000 euros de versement. Vérification faite dans l’entourage de Jean-Luc Mélenchon, il s’agit d’un LDD « triplex », qui n’est pas plafonné (les versements au-delà de 12 000 euros sont en revanche moins bien rémunérés).
7. Les biens mobiliers divers, lorsque leur valeur unitaire est égale ou supérieure à 10 000 euros.
Néant.
8. Les véhicules à moteur.
Néant.
9. Les fonds de commerce, clientèles, charges et offices.
Néant.
10. Les espèces et les autres biens, dont les comptes courants de société ou stock-options d’une valeur supérieure ou égale à 10 000 euros.
Néant.
11. Les biens mobiliers, immobiliers et comptes détenus à l’étranger.
Néant.
12. Le passif.
  • Crédit mutuel : prêt Modulimmo contracté le 5 mai 2014 pour acquisition de résidence principale, montant total de 248 340 euros sur quinze ans, mensualités de 1 232,10 euros, reste 142 435,74 euros à rembourser.
  • Sénat (041027/010) : prêt personnel le 31 décembre 2004 de 40 667 euros sur quinze ans, mensualités de 292,23 euros, reste 9 287,88 euros à rembourser.
  • Dette pour travaux, société (nom masqué), contentieux pour malfaçon de l’aménagement de la résidence principale : 14 000 euros.
  • Les Décodeurs
    Journaliste au Monde
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/03/23/presidentielle-la-declaration-de-patrimoine-de-jean-luc-melenchon_5099650_4355770.html#GD5Y70CwLMtVJFi4.99

Posté par zalandeau à 09:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,