13 avril 2019

La tête bien pleine mais mal faite

GSM

Écrit le 09 02 2009
 
Tout part en brioche.
 
Ça a commencé avec "Droit de réponse" de Michel Polac. A l'époque, le coté déjanté de l'émission m'avait attiré, mais son résultat, c'est à dire aucun, m'a vite éloigné...
 
Mais depuis... Aïe-aïe-aïe ! Cela s'est répendu comme une trainée de poudre.
 
J'ai déjà parlé de ces débats politico-télévisuels, où tout le monde coupe la parole de tout le monde (sauf Besancenot que je qualifierai d'homme politique le plus poli et le plus respectueux). Et oui, comme quoi être "facteur" est parfois mille fois plus honorable à mes yeux qu'être un "Elkabach"...
 
Ce matin, je pense à l'évolution de ce phénomène dans le BTP...
Quand en 2007-2008, un directeur de travaux de chez Bouygues-construction me lance "Errare humanum est, perseverare diabolicum", cela ne traduit pas qu'une progression du niveau de culture de la gent "batimentesque".
L'irruption des curcus classiques, philosophiques et juridiques, dans la construction a marqué un tournant dans la mentalité et le déroulement des chantiers.
En reléguant à l'arrière-plan le rationnel, le cartésien, la technique et l'organisation, ces nouveaux venus ont transformé la profession en chicanerie et les hommes en plaideurs (Ah Molière, reviens nous faire rire sur ces cons !). Or il est bien connu que les sciences humaines sont le haut lieu de l’irrationalité, de la mauvaise foi, des luttes de pouvoir, enfin toutes choses pourvoyeuses d'immobilisme...
 
Le "compliqué", s'est mué en "complexité" quasiment insurmontable.
 
Le bien-parler s'accompagne du "trop parler", du "tout parlé" bientôt suivi du "rien fait" et du "rien décidé".
Les chantiers dérivent ainsi de 50% en budget et 50% en durée. Les supers-bénéfices des majors du bâtiments sont uniquement réalisés par la procédure, le chantage, la chicane.
Les dépassements de budgets publics concourent à rincer le budget de l'état et à faire grimper le coût de l'immobilier. Tout va bien. Le système s'auto-alimente par les pots de vins et par les beaux-parleurs...
 
Le système dérive tant, que les agents de maitrises et autres ouvriers hautement qualifiés, dégoûtés par un système non-maitrisable ne cherchent qu'à en sortir au plus vite. N'importe quel licenciement ou préretraite fait l'affaire, plutôt que de rester impuissant sur un bateau ivre.
La conséquence est qu'au niveau de l’exécution, le gâchis et le sabotage s'additionnent à l'anarchie...
 
Un métier d'avenir, bien payé ? Intégrez le milieu du bâtiment !
Qualités requises ??? Aucune. Quoique, si : La patience, le flegmatisme, le sens de l'ellipse et pourquoi pas la connaissance du latin.
 
Nota bene : Le Grec parlé serait un plus...
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 mars 2019

Ces putains de Suédois

Ecrit le 14 mars 2015

GSM

 
J'adore la communication et le management sociétal sous le règne de l'UMPS (UMPS : 1970-2017 environ)… Au commencement était le socialope ! Le socialope : C'est une langue de bois hypocrite qui a fait violence à l'expression courante et s'est imposée, au besoin par la loi.
 
1er dogme : Tu ne nommeras point les choses ni les êtres ni les faits par leur nom !
 
2ème dogme : Les faits réels tu cacheras !
 
C'est ainsi que j'apprends chaque jour que « des jeunes » ont tué, pillé, violé, volé, torturé, commis des incivilités sans plus de détails. Ni les noms ni les prénoms ne sont cités. Les visages sont floutés. Ils encourent des peines souvent très minimes et non dissuasives, surtout quand elles ne sont pas appliquées, par laxisme, ou faute de moyens… C'est ce qu'on appelle la justice socialiste…
 
A chaque fois que ces faits sont commis. Je suis en rage contre ces jeunes. Il y a neuf chances sur dix que ce soit encore un coup de ces jeunes Suédois ou bien toute cette racaille scandinave, de blancs, blonds aux yeux bleus… Ils sont peu nombreux, mais on les laisse faire. On a peur des réactions des Scandinaves ! Ils sont sanguinaires et sans pitiés. Ne vous avisez pas de dire à un scandinave qu'il est scandinave : c'est une insulte ! C'est l'état qui l'a décrété !
 
Alors, l'état les laisse faire. Alors, l'état les encourage. Alors, l'état fait de la discrimination « positive », qu'il dit.
 
Alors, on les laisse venir chez nous et commettre tout ce qu'ils ont envie de commettre. Surtout, ne dites pas qu'il s'agit de Scandinaves, c'est interdit par la loi !
 
Mes enfants ne sont pas scandinaves. Alors eux, ils ne peuvent pas tirer à la sulfateuse sur des gendarmes qui les arrêtent pour un clignotant grillé, ou un contrôle de routine.
 
Ils ne peuvent pas, parce qu'ils ne sont pas protégés par les lois socialistes et aussi, parce que, nous, leurs parents, nous avons l'extrême bêtise, l'extrême faiblesse de leur inculquer le respect de la loi ainsi que les bonnes manières. On leur apprend à tendre l'autre joue aux coups des scandinaves, car sinon ils encourraient des châtiments exemplaires. « Tu ne feras pas aux scandinaves ce que eux peuvent faire ».
 
Car ce qui est permis à une minorité, n'est pas permis au citoyen ordinaire ! Le citoyen ordinaire doit se laisser dominer par le joug programmé d'auxiliaires suédois sous la protection du pouvoir… Et ces auxiliaires ont toutes facilités, toutes prébendes, tous privilèges d'intouchabilité, d'immunité, d'indulgence… Ils sont scandinaves, donc ils ont des excuses... C'est leur religion qui veut ça : Odin et Torr l'ont soi-disant ordonné : « Extermine les infidèles, au Walhalla tu iras ! ».
 
Le pire pour un scandinave, c'est de se laisser intégrer dans la société des serfs Gaulois. Il devient ainsi un citoyen ordinaire. Ils sont nombreux à le faire, d'ailleurs, à leurs dépends... Ils deviennent ainsi les féaux, les serfs, les souffre-douleurs des scandinaves sanguinaires. Ils n'osent pas réagir, honteux et tiraillés entre deux sociétés si différentes...
 
Ainsi est programmée la nouvelle féodalité, sorte d'esclavage intérieur, au pays du libéralisme forcené : Comment faire entendre raison à ces Gaulois irréductibles ? La solution a été prestement trouvée ; elle est mise en œuvre, mais le peuple fantôme ne réagit plus, pris entre les seigneurs du fric et le binôme insécurité-précarité .
 
Concurrence interne, silence général, autocensure. La violence scandinave est l'alliée des seigneurs d'aujourd'hui, pour faire marcher le troupeau panurgique vers son funeste destin…
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

22 janvier 2019

Il était une fois... Le capitalisme. Genèse

GSMEcrit le 03 mai 2013

Il était une fois dans des temps très anciens, des hommes. Néanderthal, Homosapiens ? On ne le sait pas... Ils passaient leur vie à chasser, à cueillir, à fabriquer des objets, pour eux et pour leurs familles...
 
Il fallait mériter sa pitance. Autant on tolérait le vieillard provisoirement, autant les autres devaient donner un coup de main...
 
L'un d'entre eux était chasseur. Il avait vraiment marre de manger toujours de l'auroch. Sa famille en cœur proclama "on veut des œufs, on veut des œufs ". Il se rapprocha alors de celui qui volait des œufs dans les nids... Ils calculèrent chacun de leur coté le nombre de jours de travail que représentaient leurs productions. Ils comptaient en journées (Une journée de l'un = une journée de l'autre, disait-on à cette époque). Un bison c'était 2 jours de travail à 3 personnes dit le chasseur. Le cueilleur d’œufs estima qu'il lui fallait 1 journée pour ramener 6 mains d’œufs (30 œufs). C'est que l'on comptait avec les mains à cette époque farouche !
 
Après moult palabres ils se mirent d'accord sur le fait qu'un bison valait 36 mains d’œufs (N.D.L.R: Une main comportant 5 doigts, on disait en ce temps non pas 36 mains d’œufs mais "7 mains de mains et un doigt de main d’œufs". Mais nous simplifierons, parce que le lecteur d'aujourd'hui n'a plus les facultés de calcul mental pseudo-quinquadécimal de l'homme préhistorique)...
Ainsi quand le cueilleur n'avait que 18 mains d’œufs, il les échangeait contre un demi-bison.
 
Le chasseur avait mal aux pieds, à parcourir des trajets harassants à la poursuite des bisons en pleine savane. Il alla voir "celui-qui-fait-des-gants-pour-les-pieds". C'était un artisan habile qui fabriquait des mocassins rudimentaires en peau de bison.
Celui-ci lui dit que, outre 4 coudées carrées de peau de bison pour fabriquer les gants-pour-les-pieds, il avait besoin pour rémunérer son travail de Huit poulets...
 
Bien embêté, notre chasseur, alla voir celui qui gardait des poulets dans un enclos. Celui-ci était d'accord pour lui fournir la volaille moyennant une rétribution de 6 mains d’œufs par poulet adulte...
 
Hélas, notre chasseur n'était pas mathématicien et la calculette n'était pas encore inventée...
 
Jusqu'au jour où un pique-assiette passa par là et fit cet étrange marché avec nos producteurs préhistoriques...
Il avait avec lui des coquillages. Personne ne connaissait cela à l'intérieur des terres...
Il dit : "Le bison vaut 36 mains de coquillage, l’œuf vaut un coquillage, le poulet vaut 6 mains de coquillages, la coudée carrée de peau de bison vaut 6 mains de coquillages et la paire de gants-pour-les-pieds vaut 14 mains de coquillages plus deux coquillages". Ainsi parla le pique-assiette au temps des âges farouches... Il leur fournit les coquillages moyennant rétribution à crédit garantie par une hypothèque sur leurs cavernes, un droit de préemption sur leurs productions, plus une commission en cash...
 
Ainsi la première bulle financière apparut-t-elle au milieu des travailleurs préhistoriques. Le nouveau venu était bien décidé à jouer de ces équivalents arbitraires entre du vrai travail et des coquilles sans valeur et de faire converger vers lui les vraies valeurs acquises à la sueur des autres sans aucune peine que de jouer de la crédulité des travailleurs...
La devise était née sur les cendres du troc qui disparaissait pour longtemps...
L'histoire retiendra que ce jour-là, le premier escroc était né. On l'appelait le capitaliste... Aujourd'hui leur chef pour le pays de France, se nomme "Macron" !
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2019

Acharnement thérapeutique ou financier ?

Je prends le cas de ma belle-doche.
 
Entre décembre et janvier elle a été opéré d'une valve cardiaque... On vient de recevoir le décompte sécu : On dépasse allègrement les 50.000 €uros !!!
 
La machine était bien huilée. Tout était prévu. Aucun pognon à donner (à part la location de la télé). Ils ont fait croire à un examen et l'ont envoyée sur Parly II. On verrait ensuite. Puis ils ont dit qu'ils passeraient par l'artère fémorale. Finalement ils ont charcuté à la méthode classique : Ouverture de la poitrine, du coeur et tout le bordel...
La belle-doche a 82 piges. Et pour un simple rétrécissement valvulaire qui ne la dérangeait pas, elle est revenue complètement à plat, vidée, sans force, dotée d'un épanchement pleural en prime. Elle ne parvient pas à se remettre de cette opération beaucoup trop lourde pour quelqu'un de son âge. Elle est complètement diminuée, affaiblie, de manière définitive...
 
Arrivé à un certain âge, vaut-il mieux laisser les gens vivre leur vie peinarde jusqu'à leur mort, ou sauver leur vie, au risque de précipiter leur mort par un épuisement définitif du à l'opération ?
 
La réponse va de soi, bien sur.
 
Mais on veut faire du fric, du fric et du fric... Et la sécu plonge, plonge et replonge dans son trou (le trou de la sécu)... Mais les seigneurs de la chirurgie pendant ce temps-là font leur petit business juteux, où ils sont juges et parties. Ils décident de l'utilité de l'opération et donc de leurs salaires, sans qu'aucun organisme n'ait quelque chose à dire, ils persuadent avec des argument rassurants et mensongers et à eux les dollars !!!...
 
Ce serait maintenant, elle dirait NON, la belle-doche ! Sa vie était tellement plus agréable avant l'opération...
 

Posté par zalandeau à 11:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


30 décembre 2018

Ma chronique - Meuuuu non, on n’est pas cynique, on est escrocs, c’est pas pareil !


GSM

zalandeau, le jeudi 11 novembre 2010
 
C'est pas compliqué... Prends un président complice de la grande famille des nantis... Donne-lui tous pouvoirs…
 
« Oh, mais j’va pas donner aux pauvres, y sont trop cons et ingrats, j’aurai jamais un seul merci… »
 
Il donne aux riches « Tiens un petit cadeau mon ami et puis un autre, t’oublies pas de me le renvoyer… Ben l’ascenseur, pardi ! »
 
MAIS T’ES CON ! QU’Y DIT LE RICHE T’AS PRIS DANS LA CAISSE DE L’ETAT... TU VAS TE FAIRE TAPER SUR LES DOIGTS !
 
 « Meuuu nonnnnn ! Oh tiens, t’as raison, j'ai un trou dans la caisse !... Bon je va pas payer les dettes de l'état à la sécu »... Plus tard «  mais quel déficit à la sécu!!! Je va leur réduire les prestations et leur dire que c'est leur faute, comme ça, je pourrais continuer à piquer dans la caisse »... «  Oh mais j'ai un pot de vin si les complémentaires santés et les complémentaires retraites se font du beurre ??? Qu'est-ce qu'ils sont gentils !!! Ben, je va diminuer les prestations des caisses obligatoires... Comme ça elles s'écrouleront et qu'est-ce qu'on en croquera! »...
 
OUI, MAIS TOUS LES PAUVRES VONT EN CREVER ???
 
«  Ah ben tant mieux, comme ça on fera des économies de santé, de sécu et de retraite. D'abord les pauvres ils ont un mauvais gout !!!... Préférer être pauvre, plutôt que riche !!!... On n’a pas besoin d’eux, on les cache, comme ça personne ne sait qu'il y en a, en attendant qu'ils crèvent... C'est pas des pauvres qui vont faire la loi ? Non mais ? »
 
OUI, MAIS DE PLUS EN PLUS DE PAUVRES, C'EST MOINS DE CONSOMMATION ?
 
« On s'en fout ! Nos amis savent très bien augmenter les prix de ventes... Gagner plus en vendant moins, c’est écologique ! (En plus : Moins de travail pour les caissières, on licencie et on gagne encore plus et je te donne une autre astuce ils tirent les prix des petits producteurs… D’une pierre deux coups !!!)... Alors elle est pas belle la vie ? »
 
OUI, MAIS L'ECONOMIE DE LA FRANCE VA ÊTRE A PLAT ?
 
« Je comprends pas? Depuis le temps qu'on leur suce le sang, la bête agonise mais est toujours vivante... Mais quand elle sera crevée, on a encore 6 milliards de pauvres à exploiter... Et puis nous, on ne risque rien, on cache ce qu'on vole dans les paradis fiscaux"... Et puis, avec pleins de vigiles sous-payés, on peut continuer à profiter de la douceur de vivre en France ; d’abord mon spécialiste est dans une clinique privée, je vais pas partir ??? »… « Sauf si le facteur prends le pouvoir, mais je l’ai acheté, alors ??? Ça serait vraiment de la faute à pas d’chance »…
 

 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

26 décembre 2018

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (13)

GSM


INFOS ADIA N° 19
 
Association de défense des intérêts de l’Amicale
Quelques infos au concernant l’audience d’appel du 27 novembre 2018 ainsi que les séances du CA du 30 novembre et de l’AG du 1er décembre 2018.
 
Chères et chers ami(e)s Papés,
 
Avant toute chose, nous vous souhaitons un très joyeux noël et d’excellentes fêtes de fin d’année ainsi que tous nos vœux de bonheur et de réussite pour cette nouvelle année 2019 en espérant qu’enfin une solution soit trouvée pour rendre à notre association amicale la sérénité perdue depuis la prise de gouvernance du président Deveaux et de son équipe.
 
Suite à l’audience d’appel qui s’est tenue le 27 novembre à Nîmes ; comme nous nous y attendions l’équipe de gouvernance actuelle et son président Sébastien Deveaux n’a tenu aucun compte de notre message demandant le
report du CA du 30-11-2018 et l’ajournement de l’Assemblée Générale du 1er décembre 2018.
Comme à son habitude, le président a décidé d’ignorer les conclusions de la cours d’appel et n’a tenu aucun compte de la décision prise par son président d’exiger une dernière tentative de conciliation afin de préserver l’image de notre école et de l’amicale ainsi que de ses intérêts financiers bien mis à mal par les gouvernants actuels.
Ils n’ont pas hésité à consacrer depuis septembre 2014 près de 400 000 euros pris sur les finances de
l’association pour assurer leur propre défense soit environ 5 années de cotisations des membres. A
titre comparatif nous membres de l’ADIA qui nous opposons à cette gestion calamiteuse et autocratique avons consacré pour le même objet 90 000 € de nos propres deniers (chercher l’erreur ?).
 
Lors de l’audience de la cour d’appel du 27 novembre ou 4 membres de l’ADIA étaient présents et aucun membre du bureau de l’amicale hormis le directeur de la maison des élèves, le président de la cour d’appel de Nîmes a demandé que soit engagé sous son contrôle une dernière tentative de conciliation qui devra s’achever au plus tard le 2 avril 2019 faute de quoi en cas d’échec, la cour se réunira à nouveau pour plaider et juger définitivement de la suite à donner au conflit.
 
Comme nous l’avions proposé à plusieurs reprises sans succès ; nous avons bien évidemment accepté cette proposition faîte par le président de la cours dans l’intérêt de l’image et des finances de l’amicale.
 
Toutefois nous ne sommes pas prêts à tout accepter et nous souhaitons notamment :
1- que ceux qui depuis 4 ans ont montré leur incompétence pour assurer la gouvernance et la gestion de notre amicale ne puissent pas se représenter à de nouvelles élections générales.
 
2- Qu’ils démissionnent immédiatement de leur mandat et que deux administrateurs bénévoles soient désignés pour assurer la gestion des affaires courantes jusqu’à ce que de nouvelles élections générales soient organisées par application stricte des statuts de 2005 et du règlement intérieur qui y est associé et qu’un nouveau conseil d’administration soit mis en place.
 
Élections générales qui pourraient être organisées sous le contrôle de la cour d’appel et qui permettraient :
 
a- de retrouver un esprit amicaliste et des pratiques de gouvernance transparentes et démocratiques où les élèves seraient consultés et sollicités pour participer aux commissions les concernant directement et pas uniquement pour participer; parfois contraint à un vote irrégulier dans le seul but de faire réélire les membres de l’équipe Deveaux ; comme cela a été malheureusement fait lors des précédentes élections.
b- Ré écrire de nouveaux statuts permettant de combler les lacunes et les incohérences de ceux de 2005 qui ont été exploitées à leur profit par les membres de l’équipe Deveaux. Cette ré écriture devra prendre en compte l’évolution des conditions d’hébergement et de vie des élèves futurs membres de notre amicale et la nécessité de les associer aux travaux du CA sous une forme à définir conjointement.
Seraient notamment précisés le rôle de chaque catégorie de membres et leurs prérogatives respectives ainsi que les modalités de la relation anciens élèves et élèves en formation, afin que ne se reproduise plus de conflit du type de celui qui se déroule aujourd’hui.
 
Alès le 20 décembre 2018
Le bureau de l’ADIA
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2018

Qui paiera les dettes de Johnny Hallyday ?

GSM


Si la justice civile fixe le domicile du chanteur en France, les sommes réclamées par le fisc à ses héritiers pourraient grimper. Explications.

 
Ecrit par Laurence Neuer
Modifié le 10/12/2018 à 10:24 - Publié le 06/12/2018 à 07:30 | Le Point.fr
 
Après la pression médiatique, celle de l'administration fiscale : Laeticia, désignée unique héritière par le dernier testament établi par Johnny Hallyday en Californie, est à présent dans le viseur du fisc. L'administration fiscale lui réclamerait 11 millions d'euros, révèlent les auteurs du livre Laeticia, la vraie histoire (Plon). Ardavan Amir-Aslani, l'avocat de la dernière épouse de Johnny Hallyday, serait en train de « négocier avec Bercy un échelonnement raisonnable de ce remboursement. D'autres sommes importantes pourraient lui être exigées si la justice et/ou le fisc considéraient que le montage du trust aurait servi à pratiquer l'évasion fiscale », précisent les auteurs. 
 
Ils évoquent ici deux types de dettes : la dette fiscale liée aux montages d'optimisation artificielle de ses revenus, et la dette judiciaire issue d'une éventuelle fraude pénale liée à la constitution du trust attaqué par les deux aînés de Johnny Hallyday, déshérités selon le testament californien.
 

 

Piège fiscal

 
En France, le principe est simple : les dettes fiscales du défunt nées en France et aux États-Unis font partie du passif successoral. « Elles viennent en déduction du patrimoine transmis. Le notaire détermine l'actif, puis le passif, dont les dettes fiscales, qu'il retranche pour obtenir un actif net », rappelle Hervé-Antoine Couderc, avocat fiscaliste au sein du cabinet Andersen Tax & Legal.
 
Toute la difficulté est de fixer le périmètre de ces dettes, s'agissant d'une succession internationale. Johnny était résident américain, il possédait des biens et donnait ses concerts dans plusieurs pays. Il est mort en France, pays de sa nationalité. Le droit fiscal s'entremêle alors avec la problématique de la loi applicable à la succession, enjeu du débat actuel.
 
« Sur le plan du droit civil, le règlement européen de 2012 en matière de successions précise que la loi applicable est en principe celle de l'État où le défunt avait sa résidence habituelle au moment du décès. Mais il ajoute : lorsqu'au moment du décès, il avait des liens plus étroits avec un autre État, c'est la loi de cet autre État qui s'applique. C'est sur cette règle que les avocats de David et Laura se fondent sans doute pour demander l'application du droit français, réservant aux deux enfants majeurs du chanteur une partie de la succession », souligne Emmanuel Dinh, avocat fiscaliste du cabinet Andersen Tax & Legal, et directeur du master de fiscalité de l'entreprise de l'université Paris-Dauphine. Mais, s'ils ont gain de cause sur le terrain du droit civil, ils risquent de se piéger eux-mêmes du point de vue fiscal !
 
« Sur le plan du droit fiscal, une personne qui a le centre de ses intérêts vitaux dans un État [notion distincte, mais néanmoins proche de celle de “liens étroits” avec un État, appliquée en matière civile, NDLR] peut être considérée comme domiciliée fiscalement dans cet État. Ainsi, le fisc pourrait considérer que Johnny était un résident fiscal français, ce qui signifie que tous ses biens, quelle que soit leur situation, sont imposables en France, de même que tous ses revenus. L'obligation fiscale est en effet illimitée pour les résidents fiscaux de France, et l'existence d'un trust, considéré comme “transparent” aux yeux de la loi fiscale française, ne change rien. Cela signifie concrètement que ses héritiers devraient payer l'impôt sur les revenus dû sur les trois dernières années (compte tenu de la prescription), et l'ISF sur les six dernières années, auxquels s'ajoutent les intérêts de retard, et certaines majorations pour compenser le préjudice subi par le fisc », note Emmanuel Dinh.
 

Exceptions

 
Concernant le trust successoral, le raisonnement est différent. « Par principe, un trust n'est pas un véhicule d'optimisation fiscale. C'est un outil très répandu, dans un environnement anglo-saxon, qui permet l'organisation de la transmission du patrimoine sur une ou deux générations. Si les juges considéraient que le trust était un montage destiné à dissimuler des sommes qui auraient dû être soumises à l'impôt, ils mettraient alors en évidence une fraude fiscale, qui est une infraction pénale. Or, tout ce qui a une nature punitive ne se transmet pas. L'action pénale s'éteint avec le décès. En vertu du principe de personnalité des peines, Laeticia ne supportera pas ce risque pénal », explique Hervé-Antoine Couderc.
 
À cela, deux exceptions : « Si on la considérait comme complice de cette fraude, ou auteur ou complice de blanchiment de fraude fiscale qui est un délit autonome. On peut en effet aller chercher celui qui réintroduit dans le circuit économique légal des sommes dissimulées aux services fiscaux. »

 

 

13 décembre 2018

Ma chronique – De la haine ordinaire

GSM


© Zalandeau, le samedi 20 juin 2009
 
 
La haine et la jalousie peuvent amener les êtres aux pires vilénies… J’en sais quelque chose, je suis bien placé pour le savoir…
 
Une critique comportementale non nominative d’un(e) blogueur(euse) misanthrope à l’égo surdimensionné et à la haine compulsive peut dans certain cas pousser ce(cette) dernier(ère) à soudoyer vos amis, à seule fin qu’ils vous quittent, en utilisant au besoin la menace, mais toujours avec une hargne démesurée, symptôme d’un déséquilibre psychotique avancé.
Même dans certains cas, puisque l’acte caché est pour celui(celle)-là le suprême courage des lâches, il(elle) peut se plaindre de manière véhémente et avec l’air très exagérément indigné, auprès du Team de blog.fr, à seule fin d’obtenir des mesures de rétorsion contre vous…
Ce(cette) plaignant(e) obtiendra par exemple : Votre interdiction du blog, ou bien une interdiction partielle de figurer dans les « blogs célèbres » ou dans les « membres populaires » voire dans les « membres actifs »… Tant il est plus facile de se faire écouter en tant que plaignant qu’en tant que non-plaignant…
 
Mais lorsque blog.fr s’aperçoit que derrière la « vérité » assénée par la haineuse personne, se dégage une vérité complètement opposée et il faut bien le dire une pathologie grave de trouble sociopathe et bien, l’interdiction change de camp, tout simplement…
Il m’a suffit de regarder les dates, de les mettre en correspondance… Et la conclusion est très limpide : Bavage de crapaud aux conséquences immédiates…
 
La faiblesse humaine est insondable…
 
En tout cas, les chiens aboient et la caravane passe…
 

Posté par zalandeau à 15:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

23 novembre 2018

Il tisse sa toile

GSM


Écrit par autrui


Devinez qui est vice-président du groupe de sondages Kantar l’institut des sondages ?
Sébastien Auzière... ça vous parle ?
Non, c’est normal. Le beau-fils de Macron !
Vous savez dorénavant ce qu’il adviendra de vos opinions. Bizarre… , vous avez dit bizarre ? Comme c’est étrange!
C’ est juste le fils aîné de Brigitte Trogneux devenue Macron par épousailles.
A 42 ans , soit 3 ans de plus que l’actuel mari de sa maman, il est devenu, en janvier 2016, Senior Vice-Président de la société Kantar…
Kantar Health à capitaux en partie qataris… qui a acheté il y a quelques années l’institut de sondages Sofres devenu depuis Kantar-TNS- Sofres, filiale de WPP, leader mondial des études d’opinions (basé depuis 2009 à Jersey).
De là à sous-entendre que… Noooon, faut pas croire...!!
Vous avez maintenant une des sources des sondages bidons qui cherchent à influencer l’opinion des Français ...!!
Après… chacun en fait ce qu’il veut. Mais faudra plus dire : “Ah ? je ne savais pas...!!
La vie est belle ...!!
 CA VA MIEUX.... LA REPRISE EST LA (PRIX EN 2018) 
On oublie les PV vitesse
       
       Les É volutions des prix en 2018 ! … 
           Ça va mieux  ! … Ça va mieux  ! …
   Contrairement aux belles paroles de nos élus !…
            
Nature
Evolution
Frais Bancaires
+ 13%
Carburant
+ 12%
PV de Stationnement
+ 130%
Assurances
+  3 à 5%
Mutuelle
+   5 %
Timbres Poste
+ 10 %
Carte Grise
+ 15 %
Tabac
+ 10 %
Abonnement Bus
+   3 %
Péage Routier
   +   1,3 %
Gaz
 +  7 %
Forfait Hospitalier
+ 15 %
Abonnement Vélib
+ 30 %
Contrôle Technique Automobile
+ 23 %
Cantine Scolaire
+ 1 à 3 %
Fioul Domestique
+ 36 %
Electricité
+ 17 %
CSG
+    21,7 %
   
SMIC
+    1,2 %
Retraite
   0 %
 Je me permets de rectifier un oubli sur ce tableau : Retraite - 1,7 ( inclus dans la CSG ). 
-    1,7% 
IMPRESSIONNANT ! …
Ne Pleurez Pas : Ça Va Mieux ! …
Ouffff ! … 
Ils ont tenu parole, les impôts ne devaient pas augmenter...!!

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,