20 juin 2018

Diviser pour régner

GSM

Dans le temps, celui de mes parents et de mes grands-parents, quand on parlait politique et qu'on était d'avis divergeant, on s'engueulait et on se foutait parfois sur la gueule.
 
A mon époque, nous avons su parler de politique posément, en sachant respecter et comprendre les motivations et la vision de l'autre. J'ai eu beaucoup de copains d'avis différents du mien.
Aujourd'hui encore mes amis (qui sont de ma génération) et moi-même, avons des opinions politiques très divergentes.
Nous parlons parfois de politique et jamais nous n'avons un mot plus haut que l'autre. Même si l'un énonce des idées contraires à ce que pense l'autre, nous essayons de comprendre et jamais, nous ne critiquons négativement l'opinion de l'autre. Nous nous enrichissons de notre diversité, car nous découvrons une autre façon de voir les choses, que nous avions mal perçue.
 
Mais pour les générations d'aujourd'hui, je constate qu'il en va tout autrement...
Il n'y a pas vraiment d'engueulade, mais dès que les opinions des uns et des autres sont connues, les clans se forment. On ne parle dès lors politique qu'avec ceux qui ont strictement la même opinion que soi-même et surtout on rejette d'emblée les personnes d'opinions différentes. On obéit au politiquement correct, on diabolise. On ne cherche pas à comprendre l'autre.
 
On peut toujours critiquer le communautarisme que pratiquent certaines minorités.
Mais souvent, ceux qui critiquent ont l'attitude clanique que je viens de décrire ci-dessus.
 
Alors on garde ses engueulades, mais on exclut. On se regroupe en même famille de pensée. On n'a plus d'échange avec d'autres sensibilités, avec d'autres façons de percevoir la vie.
Cet ostracisme n'est-il pas aussi une forme de communautarisme ? Sauf que dans ce cas précis, il n'y a pas entraide au sein du groupe, mais seulement exclusion des gens "différents".
 
C'est un communautarisme, sans cohésion. On se réunit pour rejeter. Puis on se sépare pour ne pas s’entraider.
 
On aboutit à la division des gens, en individualistes, qui n'ont en commun que la volonté de ne pas aborder les problèmes qui risquent de fâcher. Les idées deviennent figées sur la société, parce que l'on refuse d'enrichir le débat.
 
Je rappelle qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.
 
Cette tendane de la société fabrique des individus qui n'ont en commun que la volonté de rester dans la pensée unique.
 
C'est bien cela que voulaient nos dirigeants : La peur, l'isolement, l'ignorance et la division du peuple, sont les plus fidèles alliés de nos politiciens, de quelque bord qu'ils soient.
 
"Diviser pour Régner", voilà leur but réel.
 
Les moyens qu'ils emploient, pour y parvenir, j'en ai déjà parlé. Et le sujet est bien trop vaste pour être développé dans le présent article...

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


19 juin 2018

Comment comprendre les mots ?

GSM

Les mots sont difficiles à comprendre. Ils peuvent être, chacun le sait, des armes redoutables, surtout aux mains des politiciens, des magistrats et des journalistes. L'être humain aime manipuler l'opinion, désinformer, tordre la vérité jusqu'à ce qu’elle devienne fausse. Parce qu'on veut faire prendre aux gens des idées fausses pour des vérités intangibles (des vessies pour des lanternes)...
 
On le perçoit bien sûr, dans les médias : 
 
« Monsieur Untel a dit « Bamboula » ! Ah quel raciste épouvantable ! »...
Mais les journaleux (et encore je les honore trop en les nommant ainsi), ont peut-être extirpé ce mot de la phrase de Monsieur Untel qui était : « C’est vraiment scandaleux de traiter quelqu’un de Bamboula ». Donc Monsieur Untel peut-il vraiment, dans ce cas être qualifié de « raciste ? Non ! 
 
C’est ce qui s’appelle sortir une phrase de son contexte… Le problème c’est que le grand public ne connait pas le contexte. Comment mettre systématiquement en doute la parole des journalistes, quand on n’a pas accès à toute l’information entière et véritable ?
 
Alors, pourquoi parlé-je de Bamboula ? Parce qu’il y avait un fait divers déplorable, en été 2007, portant sur ce mot et son utilisation…
 
Je vais donc poursuivre avec ce mot, pour continuer mon analyse.
 
Sur le blog, on écrit et par définition, on ne se voit pas. J’ai remarqué à diverses reprises, que mes propos étaient interprétés complètement à l’opposé de ce que j’ai voulu exprimer….
Rarement il s’agit de provocateurs voulant retourner mon propos contre moi. Non !
 

En fait, Ce que les gens ne voient pas et n’entendent pas, c’est le ton ! Et pour cause ! 
Il faut donc insister plus lourdement sur notre propos si l’on veut que cela soit perçu comme il convient.  Car le ton de l'expression détermine si le propos est à comprendre au premier ou au second degré...
 
S’exprimer par écrit, ce n’est pas évident !
 
Je terminerai par deux exemples :
 
Un noir arrive à son boulot et rencontre son pote blanc :
-           Ah, te voilà, Bamboula !

-           T’es déjà arrivé cachet d’aspirine ?

Grandes tapes dans le dos, puis machine à café… Où est le racisme ? Nulle part…
 
Un chef de service en regardant sa montre lâche, d’un ton haineux et condescendant :
-           Ah, te voilà, Bamboula !

 

Ce putain de raciste, moi, je lui mettrais bien mon poing dans sa sale gueule de con… Non pas pour être raciste, mais tout simplement irrespectueux !
 
D’où, l’importance du ton dans le poids des mots…

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

18 juin 2018

Chez le coiffeur

GSM

Je précise bien « Chez » et non « Au »…
 
On dit je vais aux putes et je vais chez le coiffeur : Merci, Monsieur zalandeau…
(Je précise que le coiffeur coûte moins cher que les putes... Quoique une permanente plus une coloration, ça coûte plus cher qu'une pipe rue Saint Denis !).
 
Or donc, ce matin, attendant mon tour d’avoir la coupe style « incorpo » (Mes tifs, passés 2cm de longs sont incoiffables, si je peux me permettre ce néologisme ? Oui ! Je peux !), j’entendais une voix forte… Elle était tellement audible, malgré ma surdité, que j’étais obligé d’écouter, même sans envie, tellement les ondes sonores étaient puissantes et empêchaient toute réflexion un tant soit peu méditative…
 
Cette voix forte d’homme de l’autre coté du salon de coiffure et hors de ma vue, s’imposait par sa véhémence…
 
« Ah, mais non, c’est pas du tout comme ça ! »… « Ah, mais, dis, hé, dis, dis, dis, non, pas du tout ! »… « Ca devrait être interdit, des choses comme ça ! »… « C’est pas tolérable de voir tout le monde faire n’importe quoi ! »… « Qu’est-ce que c’est, n’importe quoi ? C’est ceux qui font comme ils ont envie ! On n’a pas idée ! »… « C’est comme ça qu’on doit faire et pas autrement ! »… « Ah, mais ! »…
 
Ayant définitivement abandonné mes méditations personnelles, je me penchais sur les propos de cet homme si sur de lui, sur ses principes intangibles, sur ses certitudes qu’aucun doute n’entamait… Je l’enviais un peu, me disant que finalement ma vie serait bien plus simple, si j’étais pétri de ce manichéisme monolithique… Pourquoi fallait-il que je m’encombre de toutes ces nuances, de ce recul sur moi-même, de cette tendance à analyser, synthétiser et peser le pour et le contre… Alors que si j’étais comme cet homme, tout serait si facile, le monde serait simple, partagé entre bien ou mal, sans aucune graduation…
 
Quand vint mon tour, je me levais pour aller m'installer coté "hommes" et je vis arriver à la caisse, l’homme que ne n’avais qu’entendu, jusqu’à présent… Quelle ne fut pas ma stupeur de découvrir que l’homme était une femme, mais avec une voix d'homme… J’aurais du m’en douter, il, enfin, elle était du coté « femmes » du salon de coiffure…
 

Enfin, homme ou femme, peu me chaut… La seule question  est : Comment pourrais-je vivre continuellement, comme elle, au présent de l’indicatif et dans l’affirmatif péremptoire ?...

 

Posté par zalandeau à 08:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2018

Il est difficile de communiquer

GSM

Il est difficile de communiquer, d'échanger, comme je l'ai exprimé déjà sur le blog.
 
Alors que dire de plus sur ce sujet ?
 
Il y a une tendance de la société de plus en plus marquée à prendre les choses dites au premier degré. Plus personne ne connait le second degré.
Ceci va bien entendu de pair avec le politiquement correct et la pensée unique.
 
En effet, par soucis de se fondre dans l'uniformité, chacun recherche l'attitude, la réponse ou la non-réponse qui va dans le sens communément admis. Quitte à penser différemment ! Mais il faut adopter la posture officielle qui fera passer inaperçu.
 
Dans ce cas réagir sur un propos au deuxième degré, est bien sûr, à l'opposé de ceux qui réagissent au premier degré. Et donc celui qui réagit au 2ème degré, se fera remarquer. Ce qu'il ne veut pas.
 
Donc, la pensée unique interdit ipso facto, l'expression au second degré...
 
On le voit chez nos comiques, dont les blagues, sont uniquement dirigées contre eux-mêmes, ou bien « caca-pipi ». Il n’y a plus une seule blague qui pourrait prêter à équivoque...
 
Enrichissement à l'envers de notre culture (donc appauvrissement), ce phénomène démontre bien l'auto dictature que la société s'impose à elle-même...
 
Je crois que cet appauvrissement de l’attitude de la société, est concomitant à l’augmentation d’une population de gens à vocabulaire réduit (50 mots), que la non expression rend violente.
 
En résumé, la peur de l’autre et le refus d’expression, vont accroître une fracture sociale déjà réelle.
 
Il ne faut pas se retrancher derrière l’état. Ce n’est pas l’état seul qui réduira cette fracture.
 
Il nous faut dialoguer…
 
Mais c’est dur, pour des gens qui ont peur…
 

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

06 juin 2018

Le piège de la compassion

GSM

Combien de fois certains d’entre nous ont-ils vécu cette expérience ?
 
Une personne se confie, s’épanche sur votre épaule et puis un jour quand elle va mieux, elle vous évite et ne vous connais plus. J’appellerai cela le syndrome Patient-psychanalyste.
 
Car il n’est nul besoin d’être psy pour être à l’écoute de son prochain. Comme ces professionnels, souvent autoproclamés, nous avons plus ou moins une capacité à écouter, ce qui apporte un réconfort à celui qui parle…
Mais comme ces pros, nous avons toujours le tort d’avoir écouté l’autre dans sa période de détresse et d’abandon. Lorsque cette personne va mieux, elle a honte de s’être laissée aller et elle en veut à celui ou celle qui l’a simplement entendue, voire réconfortée, de plus elle reporte sur lui la charge émotionnelle de ce vécu qu’elle lui raconte. Une sorte de transfert de haine libérateur, en quelque sorte…
 
C’est ensuite à nous de faire le deuil de ce que l’on croyait être une relation sincère. Il n’y a pas de complicité dans l’écoute des autres et c’est un piège que de le croire. S’il n’y a pas de curiosité malsaine (ce qui est parfois le cas), il y a à tous coups bêtise, car absorber le mal d’autrui, puis son indifférence, c’est souffrir un peu à la place de l’autre.
C’est d’ailleurs ce transfert entre patient et psy qui est la base de ce type de thérapie.
Lorsque le patient a réussi à quitter sa dépendance, il hait ensuite son thérapeute.
 
Lorsque l’on est un particulier lambda, non préparé à ce genre d’expérience et surtout non ‘blindé’, il vaut mieux réserver ce genre d’attitude bienveillante à des gens extrêmement proches : Parents, enfants, famille et encore pas tous les membres de la famille, seulement ceux qui ont confiance en nous et qui nous aiment…
 

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


04 juin 2018

Mémoires et radotages (178) – Mes fils, je vous aime. Je vais vivre pour vous (suite)

GSMEcrit le 01 juin 2018

J’avais écrit la première partie en décembre 2014… J’expliquais mon implication pour m’humilier à demander un boulot pour mes fistons…
Et effectivement dans les mois qui suivirent, j’ai tenté de contacter mon maigre ancien « réseau » d’anciennes relations afin d’aider mon Toto à trouver un emploi…
C’est ainsi que profitant d’un email du 18 mai 2015, reçu de E, un camarade de promotion et qui disait ceci : 
 
> Objet : assurances sante complementaire apres retraite
> Hello a tous ,
> je prend ma retraite au 30 Juin  ....  66 balais !! dont 38 ans  a l'étranger
> de fait adieu la complémentaire de santé  MSH  pour travailleurs expats  qu on avait chez VINCI
> pouvez vous me dire ce que vous avez  choisi comme complémentaire santé  avec les coordonnées
> je pense prendre qqch d'assez complet avec remboursements a % élévés  qui couvre bien large.... pour ma femme et moi
> au passage dites  moi pour ce genre de Complémentaire combien faut il compter  par mois ? 300 / 400/500 Euros par mois  plus ??
> merci le p'tits gars et a bientôt car maintenant le temps sera pour moi     enfin !!
> bye
> et merci
> E.
 
Je lui répondis ce même 18 mai 2015 et en profitais pour lui demander un petit coup de main, pour mes fistons : 
 
Bonjour E.
 
Te souhaiter bienvenue dans le monde des retraités? Je ne sais pas. Personnellement, je le vis très mal.
Avoir été privé de mon boulot (même si c'est pour raison de santé), c'est comme si j'avais perdu ma vie !
 
Alors si tu es parmi ceux qui le vivront bien, bienvenue...
 
Perso, en finale, j'ai choisi entre Reunica et Macif et je me suis décidé pour Réunica (qui s'appelle maintenant AG2R la mondiale).
Mais mon critère était le prix le plus bas tout en ayant un bon rapport prestations/prix.
 
Ils ont une gamme qui monte dans les tours à concurrence des tarifs que tu annonces.
 
J'ai jamais osé t'écrire pour te demander s'il y avait du boulot là-bas (En Jamaïque) :
J'ai deux fils avec BTS industrialisation des produits mécaniques (IPM). L'un depuis un an, l'autre n'a plus de chômage depuis 4 ans et a des idées suicidaires tellement il se sent dévalorisé... Si tu pouvais faire bénéficier de tes relations un de mes fils pour un emploi, je serais vraiment ton obligé…
 
Amicalement,
Zalandeau 
 
E. était toujours le premier à répondre aux emails quand il s’agissait de la déconnade, de souhaiter la bonne année, ou d’annoncer sa venue en vacances dans l’hexagone… Il avait d’ailleurs dans le passé aidé un autre camarade de promo à s’échapper d'un pays soumis à une dictature…
 
Mais pour ce message que je lui avais envoyé, comme une bouteille à la mer, jamais il ne répondit, jamais !
 
Je m’attendais au moins à recevoir une réponse à minima, du genre qu’il n’avait aucun poste à pourvoir sur la Jamaïque, dans les cordes du cursus de mes petits…
 
Et bien non ! Aucune réponse !
Il est vrai qu’E. n’était jamais « que » directeur d'Agence des travaux de Vinci pour la Jamaïque et les Caraïbes Anglophones et avait si « peu » de pouvoir, le pauvre !!!
 
Heureusement, Toto a trouvé par lui-même un boulot qui a débuté le 1er Juillet 2015…
 
Lorsque les retrouvailles de promo se sont déroulées en 2017, elles avaient lieu chez E… J’avoue avoir longtemps hésité à y aller…
 
Ces retrouvailles se déroulèrent à cheval sur deux jours. Vers la fin du Dimanche, où nous allions nous séparer, il me prit à part et me demanda « Alors Zalandeau, tu as des problèmes je crois ? Explique moi ! ».
Je lui répondis d'un ton neutre « Non, aucun problème ! »
 
Sa question prouvait qu’il avait bien eu mon email… Depuis, je n'ai plus demandé de piston pour mes petits auprès de mes « camarades de promo »... Cela ne sert à rien !
 

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

30 mai 2018

6 - Certaines particularités de « l’exception » française, racontées aux Anglo-Saxons

GSM

Certaines particularités de « l’exception » française…
 
Comme exposé précédemment, le vieux contentieux entre bourgeoisie possédante et monde du travail est un clivage qui fige la bourgeoisie dans une position repliée sur elle-même (étant très minoritaire), dans une mentalité archaïque. Elle est cependant capable de déployer beaucoup d’imagination pour tenter de gagner… Les conflits contre les travailleurs sont donc gagnés par la ruse et la force…
 
En découlent les conséquences suivantes :
 
-Développement exagéré du management par la peur, au détriment du management par négociation ou participation.
 
-Freinage des améliorations des conditions de travail, comme par haine et vengeance sur le prolétariat.
 
-Tentatives de division du prolétariat par la classe dirigeante pour installer la discorde entre travail privé et fonctionnaires.
 
Prosélytisme débile avec des raisonnements binaires…
 
-Accumulation maladive et monopolistique des richesses et abandon progressif des intéressements de travailleurs au résultat des entreprises.
 
-Nous avons le seul patronat d’Europe et peut-être même le seul au monde, qui ne veut pas employer de jeunes, ni de vieux ! Un jeune embauché doit avoir 5 ans d’expérience !
L’emploi n’est facile qu’aux 30 à 50 ans. Mais quels sont les mécanismes obsolètes de la pensée patronale ? (Il faut penser à cela pour comprendre le soulèvement des Français contre cette réforme des retraites : Moins de durée de travail à cause de préjugés imbéciles = pensions de retraites misérables. Les jeunes Français savent cela et repousser de deux ans l’âge de la retraite, c’est avoir une durée d’emploi amputée de deux ans de plus)
 
-Pire : Il y a peu de temps une négociation difficile s’est conclue entre ouvrier et syndical paronal (MEDEF)… Sarkozy a fait annuler l’accord et supprimer les concessions qui convenaient à tous. Y a-t-il ce genre d’immixtion brutale de l’état, dans la négociation, dans les autres pays ? NON !
 
-Sarkozy, se substitue aux syndicats patronaux pour imposer unilatéralement, sans aucune négociation ! Y a-t-il cela dans les autres pays ? NON !
 
De quoi se plaignent les Français ? Précisément de subir des mesures, des lois, des décrets arbitraires, imposés et inéquitables !
 
Le refus de négociation est dans le camp de la grande bourgeoisie et encore plus de la part de Sarkozy ! « SARKOZY EST PLUS ROYALISTE QUE LUI-MÊME ! »… Il ne veut pas obtenir de consensus, mais seulement imposer par la force, des mesures qui ne profitent qu’aux riches et qui précarisent un peu plus les faibles et les pauvres…
 
La bourgeoisie s’est enrichie ! La classe moyenne s’est appauvrie, les pauvres sont devenus miséreux et placés hors statistiques. Rien n’est fait pour réindustrialiser ni créer des emplois.
CERCLE VICIEUX
....................

 

Certain peculiarities of « the French exception »…
 
As exposed previously, the old dispute between wealthy bourgeoisie and world of the work is a cleavage which congeals the bourgeoisie in a position folded up on itself (being very minority), in an archaic mentality. It is however capable of displaying a lot of imagination to try to win… The conflicts against workers are won by guile and force …
 
The following consequences ensue from it :
 
- Development exaggerated with fear management, to the detriment of management by negotiation or participation.
 
- braking of the improvements of the conditions of employment, as by hatred and vengeance on the proletariat.
 
- Attempts of division of the proletariat by the ruling class, to settle the discord between private work and civil servants.
 
Weak proselytism with binary reasoning…
 
- Sick and monopolistic accumulation of the wealth and progressive desolation of workers' profit-sharings in the result of companies.
 
- We have the only employers of Europe and maybe even the only one to the world, which does not want to employ young people, nor old men ! An engaged young person has to be 5 years old of experiment ! How das he do ?
The employment is easy only to 30 in 50 years. But what are the obsolete mechanisms of the employers' thought ? (It is necessary to think of it to understand the uprising of the Frenchmen against this reform of the pensions : less working time because of imbecile prejudices = miserable pensions. The young Frenchmen know it and to push away two years the age of the pension, it is to have a duration of employment amputated of two years more)
 
-Worse : not long ago a difficult negotiation ended between labor and trade-union paronal ( MEDEF) … Sarkozy made cancel the agreement and kill the concessions which were convenient for all. Is there this kind of rough intervention of the state, in the negotiation, in the other countries ? NO !
 
-Sarkozy, substitutes itself for employers associations to impose one-sidedly, without any negotiation ! Is there it in the other countries ? NO!
 
About what complain the Frenchmen ? Exactly to undergo measures, laws, arbitrary, compulsory and inequitable decrees!
 
The refusal of negotiation is in the camp of the upper middle class and even more on behalf of Sarkozy! « SARKOZY IS MORE ROYALIST THAN HIMSELF ! » … He does not want to obtain from consensus, but only to impose by the force, measures which benefit only the rich and which make precarious more and more the weak and the poor men…
 
The bourgeoisie grew richer and richer ! The middle class became impoverished, the poor men became miserable and placed except statistics. Nothing is made to re-industrialize or create employments !
 
VICIOUS CIRCLE !

 

Posté par zalandeau à 08:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 mai 2018

Mémoires et radotages (177) – Mamoudou, rue Max Dormoy

GSM

Il s’en passe des choses rue Max Dormoy à Paris.
Ce que je constate, à travers tous les comptes rendus de cet événement extra-ordinaire, c’est qu’il n’est pas raconté que le voisin du petit garçon est apparu sur le balcon d'à côté,  qu’il s’est penché et a ramené le gamin près de la séparation en tenant fermement sa main droite… C’est au moment où le voisin se préparait à hisser l’enfant de son coté, que Mamoudou est arrivé comme un diable surgi de sa boite pour tirer le petit par le bras gauche et le ramener sur son propre balcon…
Le petit enfant aurait été sauvé de toute façon…
 
Mais ceci n’enlève absolument rien à l’acte de Mamoudou, qui n’a écouté que son courage et son abnégation pour porter secours à ce petit qui allait tomber. Quand Mamoudou a commencé à grimper, le voisin n’était pas encore sorti voir ce qui se passait et donc Mamoudou était le seul à pouvoir sauver la vie du gamin en grand danger.
Mamoudou a mis sa propre vie en danger spontanément, pour porter secours et ça c’est très émouvant et ça fait de lui un de ces héros rares mais souvent anonymes dont la société a tant besoin…
 
C’est pourquoi j’estime que, au-delà d’une médaille en chocolat, cet émigré en situation irrégulière a amplement mérité de la France, par son acte de dévouement envers la société Française toutes les facilitations que l’état Français fera pour cet homme brave, courageux et citoyen… Il mérite largement d’être régularisé et même naturalisé Français, si toutefois il le souhaite
 
Reste à espérer que sa famille ne soit pas trop nombreuse, car je sais bien qu’elle va déferler au nom du regroupement familial…
 
Il est toutefois fort regrettable que son acte de courage soit détourné et exploité par le pouvoir à des fins électorales et pour influencer l’opinion dans le sens d’une acceptation du phénomène migratoire… Ce n’est pas parce que l’on récompense un migrant méritant, qu’on doit succomber sous l’invasion des pique-assiettes…
 
Nota bene : Certes, ce Malien (bientôt Français) est très athlétique et courageux… Mais je me dis que les habitants de l’immeuble devraient changer de résidence… Cet évènement pourrait inspirer des monte-en-l’air pour venir cambrioler leurs appartements…
 
Enfin, encore une fois bravo pour Mamoudou. Si j’avais encore mon entreprise et si on ne lui avait pas proposé de rentrer chez les pompiers, je l’aurais volontiers embauché dans ma boite… En situation régulière, bien entendu… Et si toutefois il est aussi courageux pour travailler que pour escalader...
 

Posté par zalandeau à 10:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

23 mai 2018

5 - Opinions diffusées dans le monde et amplifiées par la bourgeoisie Française, racontées aux Anglo-Saxons

GSM

Opinions diffusées dans le monde et amplifiées par la bourgeoisie Française :
 
" Les travailleurs Français sont faignants, n'ont pas envie de travailler, n'aiment pas le travail... "
 
En 2008, avant la crise, un rapport d'une organisation internationale décrivait la productivité du travailleur Français dans le secteur privé comme une des meilleures parmi les pays occidentaux ! (J'ai bien dit dans le secteur privé et non dans le secteur public, dans lequel même la justification d'absences injustifiées est inutile et l'envie de travailler facultative).
 
Des entreprises étrangères installaient des usines en France, parce que productivité, infrastructures, douceur de vivre hors du travail, administration et protection sociale étaient intéressants...
 
SOMMES-NOUS VRAIMENT FAIGNANTS ? JE DIS NON !
 
Je n'en dirais pas autant des Sarkozystes qui s'enrichissent en dormant...
___________
Opinions diffused in the world and amplified by the French bourgeoisie :
 
" French workers are lazy, do not want to work, do not like the work... "
 
2008 : Before the crisis, a report of an international organization described the productivity of the French worker in the private sector as one of the best among the western countries ! (I said truly in the private sector and not in the public sector, in which even the justification of absences without a proper justification is useless and the desire to work optional).
 
Foreign companies installed factories in France, because productivity, relaxed rhythm of life outside the work, administration and social welfare were interesting...
 
ARE WE REALLY LAZY ??? I SAY NO !
 
I would not say about it so much about Sarkozysts which grow rich during sleeping.

Posté par zalandeau à 08:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2018

4 - Histoire de France de 2007 à 2010 - Racontée aux Anglo-Saxons

GSM

 Histoire de France de 2007 à 2010
 
En 2007, le candidat Sarkozy, ment aux électeurs et est élu par la bourgeoisie et par une partie du petit peuple séduit par les promesses de plus de travail, plus de justice, moins de gaspillage et le contrôle de l’immigration...
 
Dès le premier jour et chaque jour, les Français découvrent alors un homme hypnotisé par l'argent, fréquentant les riches, ne parlant que de lui-même, disant des conneries, se contredisant le lendemain, disant "blanc" et faisant "noir", insultant les Français et les méprisant... Stupeur !
 
Certes, il a sauvé le système bancaire (mais pas pour nous, seulement pour les riches). Qu'importe !
 
En comptabilité il y a les recettes et les dépenses, le crédit et le débit... Chacun connait cela.
Mais il ne sait que réduire les dépenses concernant le petit peuple, supprimer des recettes fiscales dont il fait profiter ses amis, creusant ainsi un peu plus le déficit, ce qu'il lui permet ainsi de ponctionner à nouveau un peu plus les pauvres... Les nantis avaient déjà les flèches pour transpercer le peuple, ils ont avec Sarko, le bouclier fiscal.
 
Par son comportement procédurier (il est avocat), il fait des procès et menace ceux qui osent parler...
Il prend le contrôle de la presse télévisée et tente de museler tous les journalistes (La france descend au 35ème rang mondial pour la liberté de la Presse)
Les Français commencent à baisser la tête et à avoir peur, bien que la colère commence à se substituer à l'incompréhension.
 
Il arrive qu'un jour une goutte de trop fasse déborder le vase...
 
Ce jour arrive en mai (quel beau mois que le mois de mai).
Dans son délire de persécution et son envie de supprimer la critique, il fait renvoyer plusieurs chroniqueurs très polémistes et moqueurs, puis insulte les journalistes de la presse écrite qui osent modestement parler de ces faits.
 
Cela déclenche crescendo, une insurrection médiatique de la presse écrite papier et numérique, alors que les medias radiophoniques et télévisuels restent, tremblants, dans les tranchées...
 
Depuis, les "affaires" dégoûtent les Français par le cynisme que les coupables arborent alors que sont dévoilées leurs fautes graves; Ensuite l'attaque en règle de Sarko sur les régimes de retraites, fait soulever le petit peuple pour ce motif, rejoint récemment par les mécontents du pouvoir... Le mouvement populaire passe de syndical à syndical + politique...
 
Il est à préciser que la France est un des pays les moins syndicalisés en Europe de l’Ouest…
 
Maintenant, seulement 25 % (la bourgeoisie et ses collabos) soutiennent la politique rétrograde
Il n'est plus le président de tous les Français depuis longtemps
 
Son parti s'accroche au pouvoir pour continuer la destruction, puisque nous n'avons aucun moyen légal de le chasser avant les prochaines élections.
 
Le peuple espère en pensant aux élections de 2012…
 
Mais Sarko et son gang préparent des solutions de rechange pour continuer la casse de la France par d'autres candidats aux fausses étiquettes politiques (Le président du FMI, M. DSK par exemple)...
....................

 

History of France from 2007 till 2010
2007 : The candidate Sarkozy, lies to voters and is elected by the bourgeoisie and by a part of the common people seduced by the promises of more work, more justice, less wasting and immigration control...
 
From the first day and every day, the Frenchmen discover then a man hypnotized by the money, frequenting the rich, speaking only about himself, saying bullshit, contradicting itself the next day, saying "white" and making "black", offending the Frenchmen and disdaining them... What a bewilderment!
 
Certainly, he saved the banking system (but not for us, only for the rich). Anyhow !
 
In accounting there are expenditures and revenue, credit and debit... Each knows it.
But he knows only how to reduce spendings concerning the common people, to abolish fiscal receipts which he shares with his friends, digging so a little more the deficit, what he so allows him to bleed again a little more the poor men... Richs already had arrows to pierce the people, they have with Sarko, the fiscal shield.
 
By his quibbling behavior (he is a lawyer), he makes lawsuits and threaten those who dare to speak...
He takes the control of the broadcast press and tries to muzzle all the journalists (France falls to the 35th world row for the freedom of the media !)
The Frenchmen begin to lower the head and to be afraid, although anger begins to substitute from incomprehension
 
It happens that one day a drop of excess made extend beyond the vase...
 
This day arrive in May (which beautiful month this month : May).
In his persecution mania and his envy to abolish the criticism, he makes dismiss several columnists very polemicists and derisive, then insult newspaper journalists who modestly, dare to speak about these facts.
 
It starts crescendo, a media uprising of paper and numeric print media, while radio and television media stay, trembling, in trenches...
 
Since, "affairs" disgust the Frenchmen by the cynicism which the culprits raise while are revealed their grave faults; then the Sarko's attack on the pension schemes, made raise the common people for this motive, joined recently by the dissatisfied with the power... The popular movement lead by Union activist crosses union activist + politics + popular...
 
That is to say : France is one of fewer union-members in western Europe (7% in public, 4% in private)…
 
Now, Only 25% (bourgeoisie and its accomplices) support the reactionary politics of Sarkozy… He is not any more the president of all the Frenchmen for a long time.
 
His party hangs on to the power, to continue the destruction, because we have no legal means to chase away him before the next elections.
 
But Sarko and his gang prepare extra solutions to continue the breakage of France by other candidates with false political labels (for example the actual president of FMI, Mister DSK)...
 

Posté par zalandeau à 08:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :