08 septembre 2016

Mieux je connais les femmes, plus j'aime mes fils

GSM

L'amour ? Tout le monde en parle, mais le connait-on ? Existe-t-il vraiment ?
Il y a tant de sortes d'amours.
 
-Celui qui préside aux relations sexuelles, n'est qu'un surcroit d'hormones dont la fonction n'est que la reproduction en éveillant un désir aussi bestial et irraisonné qu'il est éphémère. Lorsque le taux d'hormone revient à la normale, le couple se déteste, ne comprend pas ce qui a pu l'attirer chez l'autre, c'est la fin d'un mythe, un peu comme la fin d'un orgasme. Ce n'est pas de l'amour, c'est du désir…
 
-Celui qui nait en nous lorsque naît notre enfant, est un amour éternel que seul notre mort termine ou bien quand la chair de notre chair devient un monstre que notre cœur ne saurait aimer. Et encore, peut-être l'aimerait-on quand même. C'est le véritable amour avec la seule envie de protéger nos chers petits.
 
Mieux je connais les femmes, plus j'aime mes fils.

Posté par zalandeau à 09:42 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


07 septembre 2016

Islamisme extrémiste, on l’appelle ainsi

GSMNDLA : Ecrit en Janvier 2015, mais c'est toujours d'actualité... en pire !

Il est difficile d’échapper à ces sujets nés du terrorisme qui se développe actuellement. Tunis, Yémen, répétitions sordides de Toulouse, Bruxelles, Nigeria, Paris et tant d’autres…
 
Il en est du printemps arabe de ce qu’il en a été de la chute du mur de Berlin : Une grande espérance, fortement nuancée d’une grande interrogation sur les conséquences…
 
Ces mouvements de foules vers la liberté et la démocratie aboutissent souvent à des retours de flammes dictatoriaux.
On le voit avec l’Ukraine, la Libye, l’Irak, les pays du Maghreb, le Nigeria…
On dirait que souvent, la nature humaine ayant horreur du vide, lorsqu’une dictature s’effondre, une autre la remplace…
 
Nota : Je viens gentiment d’énoncer qu’une démocratie et du vide, c’est pareil…
 
En fait les pays qui ont subi longtemps la dictature ont plus de mal à établir la démocratie, qui est donc plus fragile. A cet égard, la Tunisie, seul pays du printemps arabe ayant actuellement, bien qu’extrêmement affaibli un fonctionnement démocratique, est en grand danger d’effondrement par déstabilisation terroriste.
L’intégrisme islamique devient le principal modèle de dictature actuellement. Jouant sur la contrainte au plus haut degré, puisqu’elle veut s’imposer par la terreur non seulement à des pays dans l’orbite américaine, mais également à des pays frères, allant même jusqu’à frapper des édifices religieux musulmans, en signe d’ordre absolu de soumission à ceux qui ont le tort d’être modérés…
Qu’ils aient pour nom, Etat islamique, Boko haram, Al Qaïda, AQMI, AQPA, Jemaah Islamiyah, Abou Sayyaf et tant d’autres, elles ont pour but d’établir des dictatures totalitaires sur fond d’Islam utilisé comme instrument d’asservissement.
 
Et cela fonctionne parfaitement. Avec un endoctrinement pseudo religieux, leur fonctionnement sectaire produit des fanatiques, d’une efficacité redoutable et d’un pouvoir de terreur depuis longtemps inégalé…
 
Il sera vital pour nos démocraties de se doter de règles de fonctionnement adaptées pour traiter et éradiquer les djihadistes, quitte à écorner quelque peu les lois du droit commun communément applicables, à l’attention spécifique de ce nouveau type de terrorisme.
 
Quant aux propos de Valls, à l’occasion de l’attentat du Musée du Bardot à Tunis (les mêmes propos qu’en janvier pour les attentats de Paris), il révèle que ceux-ci sont restés lettres mortes. Nous n’avons pas progressé d’un pouce. Le gouvernement est resté dans le « y’a qu’à, y faut qu’on ».
Il est vrai que rester dans une certaine dose d’insécurité permet aux dirigeants quels qu’ils soient de tenir les citoyens dans une dépendance telle que ceux-ci font provisoirement l’union sacrée et oublient leurs griefs politiques et sociétaux…
 
Alors pourquoi se débarrasser d’un terrorisme si bénéfique pour certains ?
 
Ils oublient, nos dirigeants, que le temps joue contre nous et contre eux par la même occasion. Les moyens de renseignement et d'interventions techniques et humains doivent être mis en œuvre massivement et rapidement, car la progression terroriste est exponentielle, comme l'était à titre d'exemple, la puissance nazie de sinistre mémoire.
 
Mais nos politiciens n'apprennent jamais rien de l'histoire. Ils en sont encore à la guerre de tranchée...

Posté par zalandeau à 19:58 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Fawzia Zouari : Souhaitons que l'Occident ouvre les yeux

GSM

Fawzia Zouari est une romancière et journaliste franco-tunisienne.
 
Fawzia Zouari, écrivaine et journaliste tunisienne, docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne a publié dans « Jeune Afrique » cet article :
 
«  Il y a des jours où je regrette d’être née arabe.
 
Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.
 
Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes; où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.
 
Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.
 
Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie. À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.
 
Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.
 
Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture.
 
Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.
 
Non ! L’Occident, ces prêcheurs pleins d’arrogance le vomissent, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.
 
Et la cacophonie de ces « révolutions » qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.
 
Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.
 
Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien !
 
Et ces « niqabées » qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.
 
Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !
 
Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens... Souhaitons que l'Occident ouvre les yeux.... »

Posté par zalandeau à 09:12 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

06 septembre 2016

Le réchauffement climatique ?

GSM

Le réchauffement climatique est-il le seul scénario possible ?
 
Petit à petit la "pensée unique", s'est installée sur cette question...
Certes ce scéna rio est le plus plausible.
 
Mais il s'élève les voix de nombreux scientifiques qui proclament qu'une possibilité d'ère glaciaire est plus probable...
 
Quand je dis "il s'élève", il faut bien chercher, car, les tenants de la théorie du réchauffement exercent une véritable répression et une dictature envers tout ce qui va à l'encontre de leur théorie.
Ils vont même jusqu'à trafiquer des données pour rendre plus crédible le réchauffement...
Exemple : Ils "effacent" de leurs graphiques le réchauffement qui a eu lieu au cours du XIIIème siècle, à seule fin de prouver que le réchauffement est continu et non cyclique.
 
De même, l'interprétation de la composition des bulles d'air contenues dans des carottages effectués dans des glaciers est prise au pied de la lettre par ceux qui croient au réchauffement.
Or la glace est poreuse. La migration au cours des siècles, du contenu des bulles d'air, rend l'interprétation des analyses plus que douteuse.
 
Certes, pour ma part, je comprends que le réchauffement actuellement en cours, fait fondre la glace des pôles. L'amenuisement des zones blanches (glaciers, neige), empêche la réverbération et accélère le processus de réchauffement de la terre...
 
Mais, en fait le souci principal est que le réchauffement crée un bouleversement du climat. Les amplitudes des catastrophes (Tempêtes, inondations, cyclones) et les amplitudes de température, sont à mon avis les facteurs les plus porteurs d'une probabilité de refroidissement, à terme, de la terre...
 
En effet :
1°) Le réchauffement du pôle arrêtera l'effet de convection du Golf Stream, qui actuellement adoucit et tempère nos climats européens.
2°) Les pluviométries catastrophiques, enlèveront la terre arable des sols cultivables. Les sols seront alors plus clairs et plus réverbérants, donc le sol conservera moins la chaleur du soleil.
3°) Pour un lieu donné, l'augmentation d'amplitude des températures extrêmes, si, et cela a l'air de se prouver, est supérieur à deux fois, l'augmentation de la moyenne des température de ce lieu, aura pour conséquence mathématique, que parfois la température la plus basse sera plus basse qu'actuellement.
 
Si des conditions météorologiques froides durent un peu, sans le réchauffement du Golf-Stream, avec un réchauffement moindre du sol par le soleil, on risque alors une glaciation rapide, par des pluviométries neigeuses abondantes et qui tiendraient. Plus le sol se couvrirait de neige et plus la glaciation se généraliserait...
 
Cette hypothèse de la glaciation est possible, mais bien sûr non certaine.
 
Mais je crois, que pour l'humanité, la glaciation serait moins pénalisante que le réchauffement...
 
Pour le moment, il faut bien comprendre que les USA essayent de faire main basse sur les réserves énergétiques (ils ne sont pas les seuls).
S'ils le font, c'est pour se prémunir contre l'hypothèse du refroidissement et de la glaciation que les rapports secrets de la Nasa ont remis à la Maison Blanche.
 
Alors, Réchauffement, ou glaciation ?

Posté par zalandeau à 09:41 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

05 septembre 2016

Les prémices de l’apocalypse

GSM

C'était en 2011...
 
Je publie dans le blog sur lequel je suis à l’instant où j’écris. Il n’y a pas d’unité de thème, pas de préméditation... De quoi vais-je parler ? Je ne sais pas encore. Je pose mes mains sur le clavier, et ???
 
DSK reviendrait dimanche, DSK ceci, DSK cela… Enfin bref, DSK superstar. Le détraqué sexuel est porté aux nues, de la même façon que cet escroc de Tapie l’a été et l’est toujours…
Aubry ose dire de DSK qu’il est innocenté, Lang, Fabius et d’autres tirent à boulets rouges sur Rocard, le seul qui ait le courage de dire la vérité sur DSK…
 
Quelle étrange société où l’on porte en triomphe le vice, le crime, le délit !
Quelle étrange société où l’on parle à peine de ceux qui plongent au risque de leur vie pour sauver quelqu’un de la noyade !
Quelle étrange société où l’on n’apprend plus la morale, le bien, le mal !
Quelle étrange société où on laisse les gens sans travail, sans ressource et sans espérance…
Et l’on s’étonne de l’explosion d’une délinquance débridée, alors que l’on ne punit plus en fonction de la gravité des actes, mais en vertu de critères « sociaux »,  que l’on ne récompense plus suivant les mérites et que les personnalités montrent sans vergogne, les plus mauvais exemples…
 
Les gens déboussolés, ne croient plus en rien, n’ont plus d’espoir…
 
N’est-ce pas cela, la décadence ? Ne sont-ce pas là, les signes de la fin d’une culture, la fin d’une société, la fin d’une démocratie, la fin d’une civilisation ?

Posté par zalandeau à 10:10 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


04 septembre 2016

De la folie ordinaire

GSM

C'était en 2010...
Le souverain quadrillait la France, surprotégé des mécontents par une brigade entière de CRS et de gendarmes mobiles. Sa claque personnelle remplaçait le peuple devant les caméras médiatiques. L'identité nationale devint un slogan pour diviser les Français : Les bons, c'est à dire ses partisans et les autres dont il n'avait que faire car ils ne comptaient pas, de son aveu même... ou alors... comme des ennemis personnels...
D'abord un certain Hortefeux créa les Brigades Spéciales chargées de traquer les ennemis intérieurs de l'état Français ; les mauvais Français, les mauvais immigrés (mais comment pourraient-ils ne pas l'être), les vermines qui proliféraient, qui suçaient le sang de la Bourgeoisie Française et mettait en danger leurs biens mal acquis.
 
Ensuite... Et pourquoi pas ?
Ensuite, le pouvoir aurait inventé les Sections d'Assaut (Sturmabteilung), afin de conforter le régime et de rassembler dans une idée sécuritaire la caste possédante, qui sentait ses privilèges menacés.

 
Puis, dans une bonne intention de sûreté de l'état en la personne de son Führer, la Schutzstaffel (Escadron de protection) aurait été armée dans un esprit militaire avec serment d'allégeance et de fidélité au chef suprême...
 
Enfin, pour optimiser la productivité de la solution finale, le Reich aurait mis sur pied, les Einsatzgruppen (Groupes d'intervention), chargés de l'application sur le terrain des ordres du Führer...
 
Mais personne ne se serait ému alors, car les choses auraient été si bien expliquées. C'était pour notre bien, pour la protection des patrimoines, pour l'ordre, pour la survie de la ploutocratie...
Personne n'aurait rien dit et les rares qui se seraient indignés auraient été stigmatisés comme complices des races inférieures et comme également ennemis du Reich ! Ils auraient subi le même traitement, ce qui était la moindre des choses. Pour sauver les bons Aryens, ne fallait-il pas éliminer les bons à rien ?...
Le ReichFûhrer était-il fou ? Que nenni ! Du haut de ses 1m64, le grand homme protégeait les intérêts des grandes familles, fut-ce au prix de l'anathème, de la haine et du sang...

Il était intelligent, manœuvrier, machiavélique... Alors pourquoi fustiger sa compulsivité, ses crises de démence, sa mégalomanie ? Non, il n'était pas fou ! Pas plus fou que ceux qui le suivaient, que ceux qui lui obéissaient, que ceux qui exécutaient, persuadés qu'ils étaient de la légitimité des ordres reçus, aveuglément fermés à toute conscience, à tout remord, à toute morale...

Les fous, ce sont les autres...

Sieg, Heil ! 

Heureusement, la folie n’alla pas à son terme. Le ReichFûhrer Sarkozy était trop inconstant dans sa mégalomanie... Et par omission, il oublia de supprimer les élections présidentielles ce qui le perdit et rendit provisoirement un peu d'espoir fallacieux au peuple de France...

Note de Zalandeau : A l'époque, j'avais été censuré et exclu du blog que je tenais sur un média de presse connu (Les journaleux avaient peur du nain diabolique...)

Posté par zalandeau à 10:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2016

Mémoires et radotages (65) – Le travail ne court pas les rues

GSM

Hier, tu nous as expliqué ton envie de démissionner de ta boîte, sans même avoir trouvé un autre travail.
 
Est-ce que tu te souviens de ces quatre ans sans boulot ? Est-ce que tu as envie de revivre ce stress du gars qui se sent inutile ? Tu n’auras pas le droit au chômage ! Sans chômage, tu auras vite fait de croquer tes économies. Il te faudra vite quitter ton appart et ramener tes meubles chez nous… Nous t’accueillerons les bras ouverts, bien sûr…
 
Mais si je claque demain ? Y as tu pensé ? Ta tit’man sera dans une merde pas possible. Elle n’aura pas les moyens de t’entretenir et aura bien du mal à payer les frais de la maison (Impôts locaux, chauffage électrique, eau, assainissement).
Crois-tu que le RSA sera suffisant pour vivre en participant aux dépenses de la maisonnée (si encore le RSA n'est pas supprimé) ?
Et ta voiture ? Elle n'est pas toute jeune ! Si tu ne peux t'en procurer une ou la réparer, avoir un boulot devient mission impossible, hein, tu y a pensé ?
Crois-tu que c’est un avenir pour toi, dans la précarité pour te construire un avenir, un foyer, une famille à toi ?
Tu sais, il n’y a aucune meuf qui veuille se mettre en ménage avec un gars sans revenus, sans boulot.
 
Tu ne crois pas que bien que tu aies des difficultés avec ces horaires de dingue qu’ils vont t’imposer, tu as quand même un chez-toi et un certain confort matériel ?
Penses-y ! Ton stress de ne pas avoir des horaires permettant une vie sociale épanouie, c’est une chose, mais le stress de vivre dans la plus grande précarité sera bien pire ! Personnellement, je ne voudrais pas que tu deviennes SDF. As-tu réfléchi à ça ?
 
Et puis, les amis, c’est bien joli ! Ils ont été contents de venir te trouver, pour que tu leur donnes un coup de main, mais ils ne seront pas là pour t’aider financièrement quand tu seras dans la merde ! Ils ne te connaîtront plus !
 
Alors je comprends que faire en horaire de base, un samedi sur deux en poste, qui vont te gâcher le dimanche quand ce sera poste de nuit, sans compter les heures supp. qu’ils ne vont pas se gêner de parfois demander sur le reste du week-end, cela te stresse, cela te donne le sentiment de devenir un esclave qui, comme tu l’as dit, vit pour travailler au lieu de travailler pour vivre…
 
Alors, bien qu’on ne puisse comparer mes emplois au tien, serais-tu prêt à faire ce que j’ai fait pendant des années ? Serais-tu prêt à te lever à 4h1/4 du mat, et à revenir à des 20, 21, 22 heures, en ayant travaillé 12 heures, sans rémunération des heures supplémentaires, en ayant fait 300 kilomètres de trajet et tourné 20 minutes pour trouver à te garer ? Avec des frais de parcmètres exorbitants, des accrochages fréquents de ta bagnole à réparer de ta poche ?
 
Et pourtant, il fallait garder une volonté de fer, parce que qu’il y avait la petite nichée à nourrir ! Il fallait s’impliquer au point de finir par aimer ce genre de travail, pour le dominer et ne pas se laisser couler par lui…
 
Alors à ta place, que ferais-je ?
 
-Dans mon ancienne peau de père de famille, je m’accrocherais à mon taf ; plus je ferais d’heures plus je pourrais faire bouillir la marmite pour ma nichée…
-Si j’étais dans la peau d’un célibataire comme toi, je bosserais un maximum pour que la boite s’en sorte parce que ce serait mon intérêt d’avoir un emploi et un salaire, je mettrais le maximum de pognon de coté, je resterai dans la boite, tant qu’elle existe (parce que si cela se trouve, dans deux ans elle n’existera plus) et surtout tant qu’il n’y a pas de problème avec la hiérarchie. Parce que quand tu es harcelé, brimé au boulot, crois-moi, c’est terrible, c’est insupportable. Une fois, j’ai tenu deux ans avant de donner ma dém (mais j’avais créé mon propre nouvel emploi avant de me tirer de là)…
Toi, tu as la chance de ne pas subir ce genre de mise au placard, de harcèlement, de traîtrise, de vacheries répétées, on te paye tes heures supp (lorsqu’elles sont demandées par la boite) : c’est inappréciable, même s’ils ne payent pas les heures de débordements ni les heures de pauses !
 
Et si un jour t’es lourdé, t’as droit au chômedu, t’as des ronds de coté, t’as un CV en béton et tu peux plus facilement envisager de retrouver un emploi avec une certaine sécurité financière…
 
Tu n’y es que depuis 14 mois… C’est que dalle ! Et Marc, ton contremaître, qui est ingénieur en informatique, tu ne crois pas que s’il trouve une place à son goût, il ne se cassera pas ? S’il est remplacé par Eugène, tu pourrais bénéficier de la place de ce dernier ? Mais il te faut faire preuve de plus de niaque (de zèle)…
 
Parce que tu sais, de tous ceux qui gueulent à propos de ces horaires débordant sur le week-end, la grande majorité acceptera, laminée par la volonté du patron et parce que vous n’avez pas de syndicat pour vous protéger. Le peu qui refusera sera démissionnaire. Ne crois pas que tu seras soutenu jusqu’au bout dans ta révolte. Tu te retrouveras seul et en plus tu seras l’homme à abattre…
 
Alors toujours à ta place, si vraiment je voulais partir, je tiendrais bon et je chercherais avec une volonté d’enfer, un autre boulot (sans le dire à personne) ! Mais crois-moi, je préférerais encore bosser jusqu’à temps qu’on me lourde ou que la boite ferme…
 
Tu sais, mon Toto, le courage et la résilience, c’est ce qui fait l’homme…

Posté par zalandeau à 09:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2016

Mémoires et radotages (64) – Macron, un ministre, trahirait ? Pas possible !

GSM

Je viens de recevoir en courriel, un sondage sur « MesOpinions.com », intitulé « Macron a-t-il trahi François Hollande ? »… Je rigole, mais alors… à gorge déployée !... Je n'ouvre même pas le mail ! Cela servirait à quoi ? Je me demande…
 
Voyons voir Machin trahit Truc et Chose, Chose trahit Machin et Glandu, Truc trahit Dugland, Duchnok, Duchmoll et Ducon… Duchnok trahit… Il y en a trop !
 
Bon j’étais en train de répertorier les hommes politiques en vue, afin de déterminer lequel trahissait ou avait trahi qui et quand… Pffff ! Tâche ardue ! Tous, tous, tous !
 
Je crois que le plus simple, c’est de chercher à savoir qui n’a trahi personne ?... Silence dans les rangs…
 
Et bien, il n’y a personne qui n’ait trahi personne…
 
De plus, il y en a qui ont trahi les Français… De la trahison de masse… C’est fantastique ! Sarkozy, Hollande, sans citer de nom ! Mais en même temps, c’est dégoûtant !
 
Cela montre quand même la nature de l’homo politicus… Ne leur serre pas la main, ou alors serre leur les deux mains en même temps… Histoire de vérifier qu’ils n’ont pas un couteau dans une main pour te poignarder dans le dos…
 
Il y en a peut-être trois ou quatre qui n’ont à ma connaissance trahi personne… certainement parce que je n’ai pas été mis au courant, les faits n’ayant pas été médiatisés…
 
Alors, la question de « MesOpinions.com »… Je la trouve superflue et bien naïve…

Posté par zalandeau à 09:53 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2016

Le harceleur égotique manipulateur (et pervers)

GSM

Malgré le peu d'envie que j'ai de me remémorer les pourris que j'ai pu croiser dans ma vie, je crois que le temps vient à ce que je décrive quelques pervers, traitres, manipulateurs, afin d'exorciser en quelque sorte les ondes négatives dont ils m'ont irradié. De temps à autre je raconterai l'un d'eux, en espérant toutefois ne pas susciter de vocation...
 
Le harcèlement peut prendre diverses formes, le génie de la perversion humaine étant infini...
 
Il s'agit cette fois d'un type qui vous balance des trucs, dont la démonstration est tendancieuse, des affirmations remplies de sophismes (c'est-à-dire qu’il part d’éléments vrais pour démontrer des idées fausses, que j'appellerai technique Jean-François Copé), sur un ton péremptoire.
 
Si vous lui répondez en démontant ses faux arguments, cela va vous prendre beaucoup de temps et d’énergie. Il est particulièrement difficile de démontrer que quelque chose est faux. Pour 10 lignes d’affirmations mensongères, il faudrait 10 pages de démonstrations… Et quand vous y parvenez, il pratique la rediffusion des mêmes propos en changeant légèrement la forme… Donc, il parvient à vous saouler avec ses démonstrations à la con, complètement stériles et qui ne vous intéressent pas, parce que sans intérêt.
 
A un moment, vous vous dites, que le meilleur moyen, c’est soit de faire comme lui, contre-attaquer sur autre chose, ou soit de choisir de ne pas lui répondre... Dans ces deux cas, il vous dit que vous esquivez les réponses et tâche de vous déstabiliser en vous faisant passer pour un pleutre ou un imbécile, tout en se donnant le beau rôle de la victime offensée (alors que, léger détail, c’est lui qui pénètre dans votre intimité et qui vous agresse)…
Ah oui ! J’oubliais de dire qu’il faut un auditoire au harceleur de type égotique, pour faire briller son esprit de mille feux (enfin du moins le croit-il)…
 
On ne peut faire comprendre à un harceleur que l’on ne veut pas discuter avec lui, parce qu’on discuterait dans le vide. On ne peut davantage lui faire comprendre que les donneurs de leçons ne sont pas les bienvenus.
 
Pourquoi ?
Parce que la seule raison de vivre du harceleur est de harceler, donc de ne pas respecter les gens. Et lorsqu’il invoque sa « liberté » de parler ou d’écrire, il oublie carrément notre liberté de ne pas l’écouter, de ne pas le lire ou de ne pas lui écrire. Voilà le grand sophisme de son raisonnement. Il se donne toutes les libertés dans l’espace des autres en leur refusant leur propre liberté.
Car le harceleur ne se contente pas de son espace privé, il n’y trouve personne à harceler, car chacun respecte ce qu’il dit.
Et si encore, il tenait des propos réservés et bienséants, il serait admis à toutes les tables, car toutes les opinions sont les bienvenues lorsqu’elles sont sincères… Mais ce n’est pas cela qu’il recherche… Ce qu’il recherche, c’est le conflit, faire le beau devant l’auditoire et donner l’illusion de gagner. Le harceleur est un individu à l’esprit pervers, retors, vaniteux et rapace…
 
Ce type de personnage est un des fléaux les plus importants de l’espèce humaine. Mais l’on n’a pas encore réussi à le neutraliser, tant que ses actions demeurent psychologiques et n’ont pas d’impact criminel…

Posté par zalandeau à 11:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

31 août 2016

Mort aux traîtres

GSM

Nous sommes dans une guerre économique. Chacun le sait, mais comme les bombes ne pètent pas au-dessus de nos têtes et bien, on s’habitue. On se dit la prochaine, ça sera peut-être pour le voisin, mais tant que ce n’est pas pour moi, ça va…
Donc par conséquent, tant qu’il n’y a pas de sang dans les rues et des ruines un peu partout, on s’accommode et comme il n’y a rien à voir, il n’y a rien à faire contre…
 
Triste appréciation des choses… Peut-on expliquer la situation que vit notre pays en la comparant à la seconde guerre mondiale ? Je vais essayer…
 
Cette guerre économique c’est comme si nous étions allé au front les bras attachés sans armes, que nous ayons rasé la ligne Maginot pour laisser le passage libre (Ça, c’est nouveau, on n’arrête pas le progrès).
L’envahisseur aurait gagné sans aucun effort et pris toutes nos ressources, notre alimentation, nos biens, tout, sans que nous opposions de résistance, alors que l’état nous dirait « Il faut laisser faire, c’est pour votre bien ». Ce serait un état vendu à l’ennemi, bien entendu (Ça, c’est le régime de Vichy à la virgule près).
 
Notre situation est donc pire que celle de la seconde guerre mondiale, car depuis le début de cette guerre économique nous n’avons à aucun instant tenté de nous défendre. Le seul représentant de l’ennemi sur notre sol est notre classe politique. Si nous voulions résister, il nous faudrait donc combattre la classe politique, c'est-à-dire les collabos du libéralisme mondialiste, ces vendus, ces traîtres, ces judas qui pour 40 deniers… Mais on ne le fait pas, parce qu’on croit naïvement, comme pour Pétain, qu’ils vont nous sauver. La situation est donc bien pire que jamais, sans maquis et sans résistance .
 
8 millions de demandeurs d’emplois. Ce sont les morts.
150.000 SDF en 2016, 140.000 en 2013, 100.000 en 2009, (ils n'étaient que 14.000 en 1954, oubliés d'une guerre mondiale terrible qui avait dévasté maisons et usines). Ce sont les soldats inconnus.
 
Continuons la partie. Il faut être beau joueur : Il reste 54 millions de survivants à soumettre au feu du libéralisme mondialiste…
 
PS : Et comme si cela ne suffisait pas, nous sommes atteints par une deuxième guerre aussi sournoise mais plus classique, parce qu'elle verse notre sang : Une invasion  armée par une dictature terroriste colonialiste au dogme pseudo-religieux... Mais c'est une autre histoire, dans laquelle les traîtres sont les mêmes !

Posté par zalandeau à 10:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :