19 juillet 2018

050728 - CL PONARD HIGUET AUCHE bis

GSM

Zalandeau                                                                   à :        M. PONARD
                                                                                               M. HIGUET
Saint Denis le 27/07/05                                                          M. AUCHE
 
 
Affaire :          041355 – 20 cité Aubry Paris 20ème . S.C.I. Villa des Arts.
Objet :             Lettre de Villa des Arts du 26 juillet 2005.
 
Mes remarques à exploiter :
 
-          Le planning raisonnable de MP communiqué au Maître D’ouvrage le 06/04/03 indiquait une date de réception au 16/09/05.
 
-          Le MO nous a demandé de resserrer notre calendrier (planning ind f du 13/04/05 qui produisait une date de réception générale au 1er Août avec réception partielle du Bât B au 12/07/05, du local commercial au 18/07/05 et du Bât A au 26/07/05.
Nous lui avons indiqué qu’il était difficilement « tenable », et avons diffusé l’indice f tel quel en refusant verbalement la demande de M. Jean de le resserrer davantage.
 
-          Les dates limites des raccordements (égout, eau, EDF, Téléphone) ont été communiquées par MP au client depuis le 11/04/03.
 
-          Le client n’a pas fait les démarches concernant l’assainissement et l’eau en temps opportun (rapport MP à Maître D’ouvrage du 26/05/05 + verbalement en réunion du 28/07/05 à Meudon). A ce jour, l’intervention n’est pas programmée par les intervenants. Il est de moins en moins vraisemblable que ces raccordements soient faits en septembre.
 
-          Si l’assainissement, l’EDF et les chapes ciment sont exécutés en septembre, il y aura problème à cause d’une emprise trop petite pour une intervention concomitante.
 
-          L’entreprise de ravalement désignée fin mars n’avait pas reçu de commande, puis bien plus tard une commande incomplète ( courrier de Ravaleurs Franciliens du 10/06/05 adressé au Maître D’ouvrage) par rapport à leur offre et de plus, des demandes de sujétions complémentaires sur l’ échafaudage et le ravalement.. Conséquence : retard de pose de l’échafaudage de 56 J, qui entraîne un retard général du ravalement, mais aussi le retard T.C.E. cps G.O. du Bâtiment B de 36 J. (Voir nos relances de l’entreprise par fax du 13/04/05, lettre RAR du 10/05/05, fax du 12/05/05, fax du 20/05/05, du 24/05/05, du 30/05/05, du 02/06/05, fax + Lettre RAR du 09/06/05, ts les comptes rendus n°33 du 12/04/05 au n°41 du 14/06/05, notre rapport MP à Maître D’ouvrage du 26/05/05).
 
-          La grue n’est toujours pas démontée à ce jour (planifiée initialement du 02 au 09 mai). Cette démarche concerne le Maître D’ouvrage (Voir nos Comptes rendus N°33 du 12/04/05 jusqu’au n°45 du 26/07/05 + verbalement en réunion du 28/07/05 à Meudon) à qui le loueur réclame sa créance impayée par la précédente entreprise de G.O. défaillante, avant de procéder aux demandes administratives et à l’évacuation de ladite grue. Il va sans dire que les trémies sur 3 niveaux sont autant de tâches T.C.E qui ne peuvent s’accomplir..
 
-          De nombreuses entreprises se sont plaintes de retards de paiement.
Les entreprises ne commencent aucun TS sans avoir les OS correspondants, ce qui bloque certains travaux, et ne leur donne pas l’envie d’intervenir.
 
-          Le plombier avait en juillet une créance de 120.000 € sur plusieurs chantiers (courrier de Sedas du 17/05/05 adressé au Maître D’ouvrage). Conséquence : retard du plombier de 41 J sur le bâtiment B principalement. Il vient de recevoir ce 27/07/05 un règlement d’environ 100.000 €. Nous avons pourtant relancé l’entreprise par fax du 20/05/05, Mise en demeure RAR du 12/05/05, fax du 17/06/05, nos comptes rendus n°36 du 10/05/05 jusqu’au n°45 du 26/07/05.
 
-          Le G.O. actuel fait face à des travaux supplémentaires réels et multiples. Nous avons signalé ces difficultés lors de la réunion du 28/07/05 à Meudon et sur notre rapport MP à Maître D’ouvrage du 26/05/05.
 
-          Des travaux acquéreurs sont demandés à notre insu par le Maître d’Ouvrage et (ou) le Maître d’Oeuvre d’Exécution principalement aux entreprises d’électricité et de plâtrerie et après la fin de leur intervention. Ce qui rallonge leur intervention.
 
-          L’architecte de conception m’a déclaré en juin, venir sur le chantier à « contrecœur, n’étant pas payé ». Il n’a effectué les choix de coloris que partiellement et très récemment (voir nos comptes rendus du n°38 du 24/05/05 au n° 45 du 26/05/05 ainsi que notre rapport MP à Maître D’ouvrage du 26/05/05). Ce qui rend impossible (compte tenu des durée de fabrication des portes de hall, des sas, de la vitrine…), l’inscription de ces tâches et des tâches en aval, dans le calendrier le plus pessimiste.
 
-          Résultat : Les tâches qui devaient se dérouler en juillet sont repoussées en septembre. L’exemple type est la chape ciment du Bâtiment A qui aurait eu tout le mois d’août pour sécher, (sachant qu’il y a du parquet dans les appartements).
 
-          Il est à ce jour impossible de terminer en septembre.
 
-          Nota : Notre société  a beaucoup œuvré comme intermédiaire du Maître d’oeuvre d’exécution (qui n’était pas présent à toutes les réunions, pour résoudre les problèmes techniques, et parfois nous en avons résolu seuls pour éviter les pertes de temps. Par exemple : le niveau des chapes flottantes du bâtiment B (notre compte rendu n°39 du 31/05/05).
 
Pour mémoire Retards Amonts des décideurs et payeurs :
 
Au 26/07/05
Maître d’Ouvrage + concessionnaires
Raccordement assainissement
86J
 
Au 26/07/05
Maître d’Ouvrage + concessionnaires
Raccordement eau
25J
 
Au 26/07/05
Maître d’Ouvrage + loueur Grue
Dépose grue
58J
 
Figé
Maître d’Ouvrage + Maître d’œuvre d’exécution
Commande incomplète huisseries incorporables au G.O.
10J
 
Figé
Maître d’Ouvrage (pour Ent SERRE)
Demande d’emprise non faite
14J
 
Figé
Architecte
Choix des teintes Menuiseries hall et SAS
10J
 
Au 26/07/05
Architecte
Choix vitrine
27J
 
     
Total :
 
 
 Pour finir, la situation de nos créances d'honoraires impayés ainsi que la fragilité de la surface financière de notre client (qui réduit comme peau de chagrin), m'incite à vous conseiller notre retrait de la mission, alors même que nous sommes en position inattaquable. Toute tergiversation à ce sujet jouerait contre nous par pourrissement de la situation, enlisement de notre action et donnerait appui à une éventuelle assignation au fond par les juristes adverses.
 
Je vous souhaite une bonne réception.
 
 
- Z -
 
NDLA : La direction avait  pris toutes dispositions pour casser le contrat nous liant à notre client plutôt au bord du gouffre...

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


18 juillet 2018

Gais et contents, nous étions triomphants... Le cœur à l'aise

GSM

Il était une fois la manif du 7 septembre 2010 : 
 
C'était hier ! Tout d'abord arrivé à 10h00 dans cette sous-préfecture : Pas un pékin... Bravo pour les renseignements du Parti de Gauche !... Puis 4 gus qui discutent... Ils s'en vont... Je les rattrape. Je leur demande... Il paraît que ça se passe à la préfecture... Ah, bon !...
 
J'y va-t-y ? J'y va-t-y pas ? Fait chier... Bon j'y va, ça va faire que 100 bornes au lieu de 55 !.. Bravo pour la liste des manifs éditée sur internet par le Parti de Gauche !...
 
J'arrive enfin !.. Putain ! Ça ne parle que de retraite et des riches qui gagnent trop ! Et la liberté de la presse qu'on bafoue ? Et les mesures dictatoriales ? Et les excès de protection policière du nabot peureux ? Et l'épouvantail insécuritaire, alors qu'aucune mesure prise ne sert à rien ? Et... Bon d'accord, c'est une manif que pour les retraites... Ils peuvent vivre dans un régime fasciste, ils en ont rien à foutre !...
 
Mais qu'est-ce que je fous avec ces cons-là ? Moi, je l'ai, la retraite !... Je suis venu par solidarité avec ceux qui vont se faire baiser ! Et voilà que je les vois préoccupés de leurs seules retraites personnelles... de fonctionnaire, d'ouvrier, d'enseignant... Des autres, ils se foutent bien... L'ouvrier se branle si l'éducation va mal, le prof se bat les couilles de la pénibilité du taf des prolos... Pffff !...
 
Finalement, qu'est-ce qu'il y a comme monde !... Je n'aurais pas cru... qu'il y aurait un rassemblement d'autant d'égoïstes !...
 
160 bornes pour ça !... Je parle de mes déboires à un leader de la "marche", expliquant qu'ils ont du perdre ainsi des manifestants trompés par de faux renseignements : Pas un mot d'excuse pour les conneries sur internet ! Il s'en tamponne bien le coquillard ! Ce qui l’intéresse : c'est le nombre de "ses" militants présents !...  D'abord je ne suis pas militant de ce parti de merde ! Je n'irai plus qu'aux manifs anti-Sarko ! A des manifs politiques !... Pas à des manifs de revendications catégorielles et syndicales... Ils se foutent trop de l'avenir de la société !...
 

Posté par zalandeau à 09:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2018

Mémoires et radotages (183) – Du Mondial 98 à la coupe du monde 2018

GSM

Je me souviens d’un premier match du « mondial » 98…
 
C’était un vendredi… J’avais fini un chantier de bonne heure et je suis donc rentré chez moi plus tôt qu’à l’ordinaire… Mes trois petits qui avaient 15, 9 et 6 ans étaient assis en rang d’oignon sur le canapé… Ils arboraient des chapeaux et des colifichets à la couleur des Italiens, ceux à la couleurs des Français étaient tous vendus et ma femme qui n’y connaissait rien, avait pris ce qui restait…
Ils attendaient le début d’un match du « mondial » (il fallait prononcer à l’époque « Moundial », maintenant on dit « coupe du monde », tout simplement). Il s’agissait du match France-Italie… J’ai décidé d’accompagner mes gamins et je me suis mis à coté d’eux, contents qu’ils aiment regarder le foot, mais après qu’ils m’aient confirmé que, malgré leurs chapeaux aux couleurs Italiennes, ils supportaient l’équipe de France et non les ritals !
 
C’est ainsi que j’ai suivi les trois derniers matchs de cette coupe du monde 1998, avec mes fils enthousiastes et moi, content d’être avec eux…
Nous avions gagné la coupe en 1998, comme chacun sait…
 
Par la suite, au fil des coupes du monde, je ne regardais pas tous les matchs, mais à chaque fois que je regardais un match impliquant l’équipe de France, je dis bien à chaque fois, elle perdait, que ce soit en coupe du monde, ou en coupe d’Europe…
L’année du coup de boule de Zizou : Bananés !
En Afrique du sud, la grande honte avec ces joueurs voyous et ce sélectionneur de merde : Bananés !
J’en passe et des meilleures !
 
A chaque fois que je regardais un match impliquant l’équipe de France, elle était battue !
 
A tel point qu’en 2018, j’ai tiré un postulat : Si je ne regarde pas les matchs en direct, l’équipe de France gagnera !
Aussi, cette année, je n’ai regardé aucun des matchs de la coupe du monde impliquant la France ! Ce fut dur de résister, mais mon désir qu’elle gagne, était encore plus fort !
 
Et nous avons gagné ! Mon postulat s’est donc vérifié ! Je portais le mauvais œil à ceux que je regardais sur le petit écran en direct ! La bonne preuve, c’est au jour du défilé du 14 juillet précédent, quand j’ai pensé que les deux motards de la gendarmerie allaient se prendre une gamelle, ils se sont viandés aussi sec !
 
Ainsi, je me suis sacrifié pour que le onze tricolore gagne ! Et ça a marché !
 
Aujourd’hui, sur les Champs Elysés, ce n’est pas l’équipe de France, mais moi qui devrait être acclamé par la France entière en délire : J’ai permis, tel un héros de la Grèce Antique, que mon sacrifice fasse triompher les couleurs de la France !
 
Je vous ai fait gagner, non ?
 
Alors, Vive la France et vive moi !
 
Bref ! Plus sérieusement : Maintenant que j’aie quand même mérité le droit de voir au moins la finale en différé… Je ne parviens pas à la trouver sur internet !... Qui m’aidera à trouver un téléchargement gratuit ?

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juillet 2018

Mémoires et radotages (181) – Macron - Son congrès nous coûte un max pour des nèfles

GSM

Après une année chargée en réformes, Emmanuel Macron a prononcé ce lundi dernier 9 juillet 2018, son second discours devant les députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles pour préciser les prochains grands chantiers qui attendent la majorité. Tout ce qu'il dit est vrai, mais seulement si l’on prend le soin de traduire :
 
"Je n'aime ni les castes, ni les rentes, ni les privilèges" : Les castes et les privilèges il les voit parmi tous ces salauds de pauvres qui profitent de se faire soigner par la sécu, toutes ces veuves qui se gobergent d'une pension de réversion, tous ces miséreux qui se foutent le RSA dans la fouille sans en branler une !... Voila la traduction !
 
"Une politique pour les entreprises, ce n'est pas une politique pour les riches" : Quant à la politique pour les entreprises... On en voit pas de résultat positif, étant donné que seuls les patrons des entreprises importantes peuvent faire des gains accrus, grâce aux mesures prises par Macron et donc on retombe dans la politique POUR les riches !
 
"Rien ne changera pour les retraités d’aujourd’hui" : Mais pour ceux de demain... Les pauvres, je les plains très sincèrement, il va les laminer !
 
4° enfin j'évoque une autre citation de ce destructeur du tissu social Français, "la priorité pour l'année à venir est de bâtir l'État-providence du 21e siècle." "Un État-providence émancipateur, universel, efficace, responsabilisant." : Une régression sociale sans précédent est la traduction réelle des mots trompeurs du plus grand enfumeur de la 5ème république !!!
 
Ce congrès à Versailles a été pour lui l’occasion d’aligner le plus grand nombre de mensonges depuis son accession sur le trône Elyséen. Il a même travaillé le registre « mea culpa », histoire de dissimuler un petit peu son dédain, son mépris des pauvre et la morgue dont il est coutumier, réfugié dans sa fatuité habituelle… C’est un très grand comédien. Je pense que dans une autre vie, il aurait pu décrocher un Molière ou un César. J’aurais personnellement préféré qu’il vive dans cette autre vie, plutôt que dans la nôtre…
 
Mais quand donc notre constitution permettra-elle de sanctionner le mensonge et le non-respect des engagements pris par ceux qui nous gouvernent ?
 
900.000 euros foutus en l’air pour la magnificence du monarque absolu !
 

Posté par zalandeau à 08:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2018

Mémoires et radotages (182) – 14 Juillet 2018 - Un défilé nul pour un président nul

GSM

Écrit le 14 juillet 2018
 
Alors j’ai tenté de regarder le défilé comme chaque année…
Alors du temps de de Gaulle, le défilé, c’était comme une revue de troupe, uniquement… Maintenant c’est au préalable, un show devant la tribune monarchique…
 
Et bien j’en ai eu pour mon pognon !
 
Garde républicaine à pied, à cheval et gendarmes en moto… Et ça te faisait des rondibets et des circonvolutions à la mord-moi-le-nœud, pour le plaisir du monarque, de sa cour et de ses invités (entre autre, un Chinetoque)…
 
On voit les soldats à pied, se regarder deux par deux, langoureusement yeux dans les yeux… Quelle chorégraphie de merde, on dirait des pédoques en train de se draguer. Il ne leur manquait qu'un tutu et des ballerines… L’armée, ce n’est plus ce que c’était !
 
Puis, les gendarmes sur leur moto BMW se frôlent dans leurs figures de patinage sans patin mais avec moto de 250kg… Je me suis dit : ces cons-là, y vont bien se rentrer dedans, cette bande d’andouilles ! Et bien ça n’a pas loupé ! A peine avais-je formulé ma pensée, que deux gros lourdeaux se rentrent dedans et se viandent par terre ! La poilade ! A deux, pour redresser les motos ! La musique de la garde républicaine, qui fait des fausses notes, impressionnée par la scène… Le chinetoque qui rigolait et le Roy de France qui applaudissait pour se donner une contenance ! Bien fait pour sa gueule !
 
Ensuite, la Patrouille de France survole les champs… Trois avions de gauche pour le rouge, trois pour le blanc et trois pour le rouge, enfin… en principe… Sauf que le premier à gauche à lâché du rouge, au lieu du bleu… Rouge, bleu, blanc, rouge, les quatre nouvelles couleurs de la France ! Bravo le personnel au sol qui a mis les fumigènes de couleurs… Encore bourrés ! J'te foutrais ça aux arrêts de rigueur !
 
Défilé des troupes au sol… Ouille ouille, ouille !...
D’habitude on voyait des hommes jeunes, sveltes, marchant parfaitement au pas cadencé…
Mais c’est fini, ça ! C’était avant, dans un autre monde !
Un défilé de vieux, de gros, d’obèses parfois, certains boitant, d’autre marchant avec les jambes pliées, d’autres avec les genoux cagneux, ou bien les jambes arquées, des bigleux qui ne savaient pas où aller… Quelle armée en déroute !
 
Avec la musique et les sapeurs de la légion, les choses sont revenues en place… Le Chinetoque à droite du Roy a rigolé et a imité les geste de balancement des bras des légionnaires en s’adressant au souverain Français… Que put-il bien dire ? Peut-être : «  Chez nous, soldats plus martiaux et rapides que vieux soldats fatigués à toi, Macron ! »
Celui-ci lui répondit… Comme je ne sais pas quoi non plus, j’invente : « Mon cul c‘est du poulet ! Vas voir chez toi, bol de riz ! ».
 
Complètement dégoûté, avant de prévoir et provoquer l’écrasement d’un hélico, ou la panne d’un tank, je préférais éteindre la télé, pour ne pas leur porter la scoumoune !
 
C’était le plus mauvais défilé du 14 juillet que j’aie connu !
 
 

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


14 juillet 2018

Quelques 14 juillet...

GSM

Histoire de France – Vive le 14 juillet 2009

 

Mémoires et radotages (55) – 14 juillet 2016

 

14 Juillet 2014

Aujourd'hui, ça a été, même bien.
 
J'ai regardé le défilé à la télé.

 

Mal organisé, mauvaise sélection de troupes, mauvaise synchro des musiques, mal filmé, mal commenté, mauvaises images numériques, mais sinon, ça distrait.
Très content de voir toutes ces délégations de nations qui ont défilé avec nous. Mais elles avaient l'air complètement larguées, voire même abandonnées, comme l'étaient les ministres invités. Quand on invite, on met en valeur, on remercie, on chauffe l'ambiance, normalement...
Enfin, ça va, je m'en contente.
 
 
Ensuite le tour de France. Étape 10 : Mulhouse -La planche des belles filles.
J'étais comme avec eux. Pas avec Gallopin, pas avec Nibali, Contador ou qui que ce soit en particulier. Non ! J'étais avec eux, je souffrais avec eux, je pleurais avec eux, je souriais avec eux.
J'étais dans une sorte d'action immobile. Et ça m'a bien plu d'être sur une autre planète : La planète des gens qui vont de l'avant, le nez dans le guidon, la volonté d'atteindre un objectif pour tout bagage et qui l'atteignent...
 
Aujourd'hui fut, dans ma vie de retraité, comme une journée de vacances...
 

 

Et cette année, à quoi aurons-nous droit ?

Posté par zalandeau à 10:27 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

Jour sans joie, ciel de nuit

GSM

Jour sans joie, ciel de nuit, sur la destinée.
Je ne sais encore ce que vivre veut dire.
L'âme soeur de mon coeur se dérobe.
Faire l'amour, sans tendresse, sans amour, jouir sans désir, enrobent le présent d'un voile noir.
Qu'il est difficile de comprendre ce que veut le destin !
 
Pourquoi cette illusion d'amour parfait et éternel, puis ce choc du vide affectif, du manque d'attention, du laisser aller ???
 
Que faire pour reprendre pied ? L'amour est-il un danger de noyade permanent ?
 
L'amour se mérite. Prendre soin de soi c'est respecter l'autre...
 
Où il n'y a plus de respect, il n'y a plus de plaisir...

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2018

1322 Le Chastel de Montlhéry fust visité en l’an de grasce 1322

GSM

Le Chastel de Mont Lehericus fust visité en l’an de grasce 1322 par le Roy Philippe VI de Valois. Il y donna force banquets pour de magnificentes réceptions où l’on vit preux chevaliers, notables respectés et gentes dames et aussi parfois d’accortes jouvencelles promises à la luxure. Ces festes n’étoient pas du goust de la hiérarchie ecclésiastique.
 
Le Roy s’en retourna donc dans sa capitale, où il put à loisir festoyer à l’ombre d’un clergé plus complaisant par diplomatie.
 
Las, l’année 1348 vit s’abattre  sur le chastel et la ville un fléau séculaire et dévastateur.
 
La peste noire emportoit ainsi le tiers de la population. Les murailles du chastel, ne furent d’aucun secours à leurs occupants.
 
En 1350, Philippe de Saint Yon, nouveau garde du chastel, accueilli le Roy Jean II le Bon (surnommé Jean-Bon par la populace). Le Roy, fort amateur de bonne chère, y organisa des banquets somptueux. Volailles, gibiers, et mets succulents fesoient alors partie du quotidien.
 
Cette consommation continuelle, fist prospérer les commerçants et villageois du bourg proche.
 
En 1356, Jacques d’hangest presta serment à la chambre des comptes, comme nouveau Capitaine et Garde de Mont Lehericus. L’histoire de Mont Lehericus alloit ainsi prendre un tournant décisif…
 

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2018

Comment traiter les djihadistes Français


GSM

Le quotidien américain The Wall Street Journal révèle comment les forces spéciales françaises recrutent des soldats irakiens dans le but de tuer des ressortissants français membres de l’État islamique à Mossoul. L’objectif : éviter à tout prix le retour des djihadistes en France. 
 
Ecrit par Tamer El-Ghobashy, Maria Abi-Habib et Benoit Faucon, dans The Wall Street Journal le  29 mai 2017 
 
Depuis des mois, les forces spéciales françaises font appel à des militaires irakiens pour traquer et éliminer des ressortissants français membres de la hiérarchie de Daech, selon des sources irakiennes et des responsables français, dont certains sont encore en activité. Les officiers irakiens qui commandent les opérations à Mossoul affirment que les forces spéciales françaises ont fourni aux unités irakiennes spécialisées dans la lutte antiterroriste les noms et les portraits de près d’une trentaine d’hommes identifiés comme des cibles prioritaires. Un nombre, pour l’heure inconnu, de ressortissants français ont été tués par l’artillerie et les forces terrestres irakiennes, assure-t-on de même source, grâce à des coordonnées et d’autres informations transmises par les Français.
 
Cette opération secrète a pour objectif de garantir que les ressortissants français ayant fait allégeance à l’État islamique ne reviennent jamais en France pour y perpétrer des attentats, nous ont confié deux sources proches du ministère français des Affaires étrangères. La France a été frappée par plusieurs attentats meurtriers inspirés par Daech ou commandités depuis les fiefs des militants au Moyen-Orient, y compris ceux de novembre 2015. 
 
Pas d’implication directe des forces françaises
 
Une porte-parole du ministre français de la Défense s’est refusée à tout commentaire sur l’opération. “Les forces françaises travaillent en étroite coopération avec leurs partenaires irakiens et internationaux, a-t-elle déclaré, quelles que soient les origines nationales”, faisant référence aux 1 200 militaires français qui aident les forces irakiennes à reprendre Mossoul.
 
Les forces spéciales françaises ne s’impliquent pas directement – la France a aboli la peine de mort –, se contentant d’orienter les combattants irakiens vers les Français membres de Daech, laissent entendre nos deux sources en relation avec le gouvernement français.
 
Un haut responsable de la police irakienne a montré au Wall Street Journal une liste contenant les noms de vingt-sept personnes censées appartenir à l’État islamique et recherchées par Paris, accompagnée de la photo de cinq d’entre elles. Les forces spéciales françaises ont commencé à faire circuler ce document au début de l’offensive sur Mossoul, l’an dernier. Il est mis à jour au fur et à mesure que ces hommes sont éliminés, nous a expliqué ce responsable.
 
L’un d’entre eux était identifié sous le nom de “Badouch”, et le document précisait qu’il avait été vu, en juillet 2016, au volant d’une Kia blanche dans le nord de Mossoul, vêtu d’une tenue traditionnelle irakienne. Plusieurs des noms sont des alias qui soulignent qu’ils sont venus de France – Abou Ismaël Al-Fransi et Abou Souleïmane Al-Fransi — ou de Belgique, dont étaient originaires certains des auteurs des attentats de Paris. Le ministre belge de la Défense s’est lui aussi refusé à tout commentaire. 
 
Bagdad nie les assassinats
 
La France n’est pas équipée de drones armés. Par conséquent, Paris a envoyé ses unités d’élite à Mossoul afin de repérer les militants français, précise un spécialiste occidental de la sécurité.
 
Une quarantaine de membres des forces spéciales françaises auraient déployé des outils de collecte de renseignements ultramodernes, comme des drones de surveillance et des systèmes d’interception des communications, afin d’aider à localiser les militants, nous a-t-on dit de source tant irakienne que française. “Ils se chargent d’eux là-bas parce qu’ils ne veulent pas avoir à le faire chez eux, commente un officier irakien directement impliqué dans la coordination avec les forces spéciales françaises. C’est leur devoir. Et c’est logique. C’est en France qu’ont eu lieu les attentats les plus meurtriers à l’étranger.” 
 
À Bagdad, on indique toutefois que l’armée irakienne ne participe pas aux assassinats clandestins de combattants de Daech, et que si l’information était avérée elle pourrait entraîner l’ouverture d’une enquête. 
 
1 700 Français dans les rangs de l’EI 
 
Un porte-parole du ministère de la Justice irakien a refusé de dire si le gouvernement détenait des combattants de l’État islamique. Selon les militaires irakiens, la plupart des djihadistes se battent jusqu’à la mort. Une source française proche du dossier explique : 
 
S’ils sont vivants, en prison, après s’être rendus, ils seront exécutés. En Irak c’est la peine de mort pour les membres de l’État islamique. Et la France n’interviendra pas. C’est une solution plutôt pratique.” 
 
Mille sept cents Français auraient rejoint les rangs de l’État islamique en Irak et en Syrie, selon le Soufan Group, une organisation basée à New York et spécialisée dans l’extrémisme. Le gouvernement français estime que des centaines d’entre eux sont morts au combat ou rentrés en France. D’autres pays occidentaux sont en possession des noms de leurs ressortissants ayant prêté allégeance à Daech. Mais seule la France se mobilise pour les traquer à Mossoul, expliquent des officiers irakiens. 
 
“Peu de cadre légal”
 
La France a débattu de la légalité de s’attaquer à ses propres citoyens au moment de rejoindre la campagne de bombardement américaine en Syrie à l’automne 2015. Lors d’une frappe aérienne en octobre cette année qui aurait tué des djihadistes français près de Raqqa, le gouvernement a coupé court aux critiques en citant un article de la charte des Nations unies qui autorise le recours à la force en cas de “légitime défense”.
 
Le droit français et la Constitution offrent peu de protection aux citoyens qui prennent les armes contre le gouvernement, explique Michel Verpeaux, professeur de droit constitutionnel à l’université Panthéon-Sorbonne, à Paris. “Les Français ne se battent pas contre un État mais contre un groupe armé, poursuit-il. C’est une situation très floue avec peu de cadre légal.” 
 
La France souhaitait déchoir de leur nationalité les Français partis combattre avec Daech pour les empêcher de remettre les pieds sur le sol français, une mesure déjà mise en place au Royaume-Uni, mais cette proposition n’avait pas fait l’unanimité.
 
Selon deux officiers irakiens, des dizaines de djihadistes français ont été tués au cours de la bataille de Mossoul. Cette offensive qui dure depuis sept mois, menée par les forces irakiennes et la coalition internationale, est sur le point de déloger les derniers combattants de l’État islamique de la partie ouest de Mossoul, leur dernière place forte en Irak.
 
Les forces spéciales françaises circulent souvent dans Mossoul sans être accompagnées par des militaires irakiens. Elles fouillent les maisons abandonnées par des combattants étrangers, ainsi que des centres de commandement, pour trouver des preuves matérielles ou des documents qui font le lien entre leurs ressortissants et l’État islamique, selon deux agents irakiens de lutte contre le terrorisme.
 
En avril, les forces spéciales françaises ont fait une descente dans un centre médical près de l’université de Mossoul, où ils ont contrôlé l’identité des blessés pour la comparer à la liste des Français qui se battent pour l’État islamique. Les forces françaises, qui portent souvent des uniformes irakiens et conduisent des véhicules portant les insignes militaires irakiens, se préoccupent particulièrement des spécialistes des armes chimiques qui travaillent sur le campus, selon un haut responsable de l’armée irakienne qui coopère avec la France.
 
L’université de Mossoul était un quartier général de l’État islamique jusqu’à ce que les forces irakiennes ne reprennent le site, en janvier, selon ce chef militaire. 
 
Collecte de preuves
 
Les forces spéciales françaises ont une équipe médico-légale qui collecte des preuves matérielles – des échantillons de tissus et d’os prélevés sur les morts et les blessés, ainsi que des gobelets et des ustensiles usagés – afin de trouver des traces d’ADN qui correspondent aux hommes recherchés, selon des responsables irakiens et français.
 
Cette équipe a notamment collecté des échantillons osseux sur un combattant mort pour comparer son ADN à la base de données des Français soupçonnés d’avoir rejoint l’État islamique, selon l’ancien conseiller des affaires étrangères à l’Élysée.
 
En janvier, quatre membres des forces spéciales ont fait du porte-à-porte dans le quartier. Deux des soldats contrôlaient l’identité des habitants pendant que les deux autres montaient la garde. “Ils ont leurs propres cibles”, a précisé un agent de lutte contre le terrorisme en voyant la scène.
 
Depuis quelque temps, les forces spéciales françaises concentrent leur énergie sur l’hôpital Al-Jamhuri, un grand complexe situé dans la vieille ville de Mossoul, d’après deux militaires irakiens qui ont travaillé avec elles. La médina, un dédale de rues et d’allées densément peuplées, compte de très nombreux commerces et reste le dernier quartier de Mossoul sous contrôle de l’État islamique.
 
L’armée française soupçonne que les derniers hauts responsables de l’État islamique, dont plusieurs Français, sont retranchés dans l’hôpital.
 
Note de Zalandeau : En fait, l'état Français devrait envoyer tous les djihadistes Français en Irak, puisque là-bas, on peut juridiquement s'en débarrasser sans contraintes juridique.

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juillet 2018

Ma chronique - De tout et de rien

GSM



De la Panurgie :

Il faudra combien de temps aux Français pour comprendre la situation, pour réaliser les méfaits de leur dirigeant, pour réagir autrement qu’avec le sentimentalisme éprouvé par les mots qu’il leur prodigue ?...


De la solitude brisée :

A croire comprendre ce que je comprends, à entrevoir ce que j’entrevois, je ne savais plus si j’étais fou d’être seul, si je n’avais pas tort… Et voici qu’un économiste du monde diplomatique explique à la radio tout ce que j’ai compris. Il démontre la funeste machination dont nous sommes victime, telle que je la construisais dans mon recul, borné par des raisonnements cartésiens…

Il en arrive dans son explication humaniste aux mêmes conclusions à  connotations révolutionnaires…

Alors je comprends que je ne suis pas plus fou que lui et même aussi lucide…

Sur le coup cela fait du bien… Mais après je me dis que nous sommes deux à penser ce qu’on pense, c’est quand même bien peu devant la compréhension commune de nos concitoyens…


Du martèlement de la pensée unique :

Comment ne pas être taxé d’utopisme et de marxisme, quand le moindre Français le plus à gauche, croit dur comme fer à des mensonges comme « Les bienfaits du libre-échangisme ». Pense-t-il à l’échangisme sexuel, ou bien a-t-il gravé dans son cerveau ce dogme non-démontré et indémontrable du libéralisme ? Comment lui faire comprendre qu’une nation forte est une nation qui protège tous les siens ? Comment lui parler de protectionnisme, d’autogestion ? D’économie planifiée ? De nationalisations ? De TVA sociale ? De suppression de la bourse ? De politique de ré-industrialisation ? De plein emploi garant de notre niveau social ? De solidarité afin de garder notre liberté ?... Le Français a trop assimilé les foutaises conservatrices sans en comprendre la vacuité, alors les remettre en doute… Le formatage des cerveaux parvient à faire admettre l’inacceptable lorsqu’il est au service du capital et à le faire refuser quand il est défavorable au capital, alors même que l’intérêt du plus grand nombre est exactement inverse… Oui, je dis ici, que le Français est endoctriné, au même titre que le Chinois ou l’islamiste… Mais les uns comme les autres ne le savent pas…


De la prévision :

Faire œuvre de prévisionniste en matière géopolitique est à la fois complexe et simple… Les évidences s’imposent d’elles-mêmes et imposent leurs conclusions. Mais encore faut-il que les gens voient les évidences et sachent les interpréter… Et dans ce domaine, il vaut mieux ne rien dire. Car l’expérience historique prouve que les idées des visionnaires servaient la cause des ennemis de ceux que ces mêmes visionnaires voulaient protéger et de plus, leur valaient les avanies les plus féroces et les plus injustes… Ne rien dire vaut mieux que d’être glorifié à postériori par une opinion qui tourne sa veste et ne se souvient pas de son propre comportement…


De la suite dans les idées :

Lorsqu’une droite sociale, équitable, juste, devient une droite de privilèges, de castes, inique et égoïste, est-ce dévier dans notre pensée de citoyen que de passer de l’adhésion à l’opposition ? Est-ce trahir ses idées que de refuser de cautionner ceux qui continuent de suivre cette faction ?...

Posté par zalandeau à 08:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :