21 novembre 2018

Macron - Président... pas par hasard (3)

GSM

Auteur inconnu
 
En novembre, les primaires de droite sont ouvertes, Fillon gagne.
Jugé trop frileux dans son programme par les financiers, ils décident de l’éliminer. L’affaire Fillon est lancée, bien d’autres élus de droite et de gauche font travailler leur conjoints ou enfants, mais Fillon doit être éliminé.
Des rendez-vous sont pris par des informateurs dépêchés par les grands groupes de presse avec des journalistes du Canard Enchaîné et de Médiapart, journaux qui ont vu leurs subventions augmenter en 2017, comme par hasard.
> > > >
Gaspard Ganzter, conseiller de Hollande mais aussi camarade de promo de Macron à l'ENA, rencontrera le directeur du Canard début janvier.
Déchaînement des médias sur Fillon, les journalistes bien obéissants et soi-disant indépendants se déchaînent. Mais surtout ils prennent soin de ne pas dénoncer les autres politiques qui commettent les mêmes délits. L’homme à abattre c’est Fillon.
> > > >
De l’autre côté, ordre est donné d’axer sur le FN, sachant que lors d’une confrontation Macron Le Pen, Macron serait élu.
La Machine médiatique est en route, les magistrats sont dans la course; peu importe si cette campagne est nauséabonde,
mais Macron doit sortir vainqueur coûte que coûte.
Lors d’une entrevue, entre Macron, Drahi, et Bolloré, Drahi dit à Macron : *« Ne brusque pas les français, dis leur ce qu’ils veulent entendre, ce sont des veaux, ils veulent une idole, un homme providentiel, ils sont dans le délire présidentialiste.* Ils haïssent les gens qui réussissent et gagnent de l’argent, ils veulent que tu sentes le pauvre.
Sache les séduire et les endormir et nous aurons ce que nous voulons. Beaucoup de gens (financiers et grands patrons) comptent sur toi, ne les déçois pas !
Sers toi des gens du spectacle, du show-biz, ces arrivistes incultes se disent de gauche parce que cela fait bien, qui critiquent les financiers et l’argent, mais sont les premiers à faire de l’évasion fiscale, tu verras, ils viendront te lécher les fesses par intérêts, ce sont les pires, je ne les aime pas !»
Bolloré lui dit : * « Le Français veut de l’information instantanée, du scoop, il ne réfléchit pas, du foot, des émissions débiles, du cul, de la bière et il est heureux, il faut leur servir ce qu’ils veulent ! »*
> > > >
Réunion le 11 avril 2017 avec De Castrie, Drahi, Jouyet, Sarre et d’autres personnages influents avant le 1er tour des élections, la ligne médiatique est organisée, la presse est dévouée à Macron, mais Mélanchon inquiète, ainsi que le manque de confiance des français envers les politiques.
> > > >
Le 23 avril 2017 ils sont rassurés, Macron est en tête avec 24%. Drahi félicite Macron et lui dit : «Tu es président les français n’auront jamais les couilles de voter Le Pen et les autres tordus vont venir te lécher les fesses et voteront pour toi ! ». Cela se finit à la Rotonde... Macron savait qu’il était président.
Le 24 avril la bourse prend 7 points, les places financières sont aux anges !
> > > >
Ces élections présidentielles furent qu’à un seul tour, magnifiquement orchestrées par, les médias, la finance et le CAC 40, les français n’y ont vu que du feu !
> > > >
Le 7 mai 2017, Macron est élu et nos patrons de presse et autres vont mettre leur terrible plan « en marche.
Le spectacle du Louvre fut un délire narcissique dont l’analyse révèle bien des intentions que je qualifierais de « déviantes » et bien éloignées des problèmes et attentes des Français.
Reste maintenant la dernière étape: les législatives.
Faire élire 50% à l’Assemblée Nationale de personnes qui n’ont jamais touché à la politique ou eu un mandat électoral.
Cette manoeuvre est organisée depuis Paris dans le cadre d’un mystérieux processus de sélection afin d’achever d’affaiblir le pouvoir législatif, le coeur de la démocratie, en mettant en place une sorte d’aréopage de personnes désignées qui seront à la botte du régime.
Là aussi, personne ne se posera la question du financement de toutes ces investitures. « Il faut que tout change pour que rien ne change ». Au second tour des législatives, Macron obtiendra une très nette majorité. Le changement est devenu le deus ex machina de la politique. ll a suffi de le promettre pour conquérir le pouvoir.
> > > >
*Le peuple, par ces élections, a perdu sa souveraineté; maintenant il élit la personne que les financiers et les patrons de presse ont choisie.* Mais le réveil va être brutal, les français vont bientôt pleurer, mais ils ont les politiques qu’ils méritent !
> > > > Parker Point
NB: Toutes les informations citées supra peuvent être vérifiées, ce ne sont pas des affabulations, ceux qui chercheront à savoir et qui ne se laisseront pas manipuler par les médias découvriront cette triste vérité."
NB: le lecteur averti remarquera que la quasi totalité des acteurs principaux de cette histoire sortent du même moule : Science-Po, ENA
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :


20 novembre 2018

Macron - Président... pas par hasard (2)

GSM

Auteur inconnu
 
Le 21 mars 2016 De Castries, Gattaz (MEDEF), Mario Draghi (BCE), John Cryan DB, des financiers et les patrons des groupes de presse, Bolloré, Drahi, Bergé se réunissent à Francfort, et décident d’épauler Macron pour la création d’un parti dévoué à leur cause.
Macron sera épaulé et financé pour créer un parti politique.
> > > >
La manipulation est simple la presse écrite doit lui consacrer de nombreuses unes, notamment la presse féminine, et la presse destinée aux jeunes. La télévision doit le présenter comme le gendre idéal. Les patrons de presse créaient des groupes de travail uniquement dédiés à l’image et à la communication Macron.
> > > >
*Bolloré a eu cette réflexion : « Puisque la mode est aux couguars et aux MILF mettons sa couguar à la une, c’est tendance, les jeunes vont kiffer ! ».* Les financiers vont élaborer la création du parti.
Ils créent deux associations : l’« Association pour le renouvellement de la vie politique » et l’Association de financement du parti « Association pour le renouvellement de la vie politique » La deuxième sera financée par des fonds privés De Castries et Gattaz invitent Mr Logerot le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques avec Mr Dargnat qui prendra la présidence de l’association de financement du parti, un ancien de BNP Paribas Asset Management. La machine est en marche. Le 6 avril 2016 le parti est créé. L’argent des groupes financiers abonde, la campagne est lancée.
> > > >
Fin avril 2016 Edouard Philippe maire du Havre est invité par De Castries et Bolloré, à Paris, ces derniers lui demandent de soutenir Macron puis ils invitent le futur premier ministre à la réunion Bidelberg qui se tient du 10 au 12 juin 2016 à Dresde. Une réunion se tient avec Christine Lagarde, Baroso et d’autres financiers.
*A l’issue se tient une autre réunion à Berlin où il est décidé de faire de Macron le Président de la France.*
Sont présent des financiers, le directeur de la BCE, Drahi, Bolloré, Bergé et surprise : Mr Louvel Président du Conseil supérieur de la Magistrature. Ils sont rejoints le temps d’un dîner par Madame Merkel.
Dans le même temps, il faut penser à décrédibiliser Hollande, un débat aura lieu le 14 avril 2016 sur France 2.
Les patrons de presse font pression sur Michel Field, patron de l'info du groupe France Télévision, pour que ce soit Léa Salamé, journaliste aux dents longues, multimillionnaire par son mariage et bobo moraliste qui anime le débat.
Le 14 avril 2016 elle fait son effet et François Hollande ne sera pas épargné.
> > >

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2018

Macron - Président... pas par hasard (1)

GSMEnvoyé par Jiellaime

NDLR : Auteur inconnu (inconnu de moi, mais certains savent certainement qui a écrit cela). Véracité de tous ces éléments ???
 
*Nous avons tous pu prendre connaissance des sommes engagées par les différents candidats lors des dernières élections présidentielles.*
On découvre ainsi qu'Emmanuel Macron a dépensé *16,7 millions d'euros* pour sa campagne.
C'est même le candidat qui a dépensé le plus.
Curieusement, aucun journaliste soulèvera la question suivante: Comment un homme inconnu du grand public un an auparavant, jamais élu, a-t-il pu en moins de deux ans créer un parti politique, l'animer et rassembler autant d'argent en si peu de temps.
La réponse à cette question, la genèse de l'histoire, c'est, en quelques sorte, Parker Pointu , commentateur de ce blog qui nous l'explique…
> > > >
Accrochez-vous, ça décoiffe…
" Macron est remarqué par Henri de Castries, président d’AXA mais aussi président du Groupe Bilderberg, aussi appelé conférence de Bilderberg ou Club Bilderberg, un rassemblement annuel de plus d’une centaine de membres essentiellement américains et européens, et dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias.
Ils voient en Macron l’opportunité d'infléchir la politique économique et industrielle française et de contrer les syndicats, pour aller sur une politique libérale à l’anglo-saxonne.
Cependant Macron ne parvient pas, à son poste de conseiller économique à l'Elysée, à faire fléchir Hollande et son gouvernement.
> > > >
Lors de la réunion du Groupe Bildelberg à Copenhague du 29 mai au 1 er juin 2014, la réunion compte de nombreux banquiers notamment de la Deutsche Bank, Christine Lagarde, Benoit Coeuré, ancien de la BCE, et Macron.
> > > >
De Castries et plusieurs banquiers se voient en présence de Macron.
Il est donc décidé de faire pression sur Manuel Valls pour que Mr Macron soit ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique dans le gouvernement Valls II en remplacement d’Arnaud Montebourg trop instable.
Jean-Pierre Jouyet est contacté et influence François Hollande.
Macron est donc nommé Ministre le 26 août 2014.
De Casties voit Valls et lui suggère de faire un geste vis-à-vis du patronat, de redorer son blason, qu’il en serait récompensé.
Le 27 août Valls participe à l’université d’été du MEDEF il a prononcé un discours salué par une longue « standing ovation ».
Les financiers ont réussi leur coup. Leur prodige est à leurs bottes, il n’y a plus qu’à manipuler la marionnette.
> > > >
Le patronat est satisfait mais le trouve encore trop timide dans ses réformes, ils le poussent à faire la loi «Macron2 ».
Mais Valls s’y oppose et donne le projet de réforme à Myriam El Khomri. Les financiers sont furieux contre Valls et décident sa perte, Valls l'a trahi. Cependant Macron réussi à inclure dans la loi : la réécriture du licenciement économique et le plafonnement des indemnités prud’homales.
Valls rétrograde Macron dans l’ordre protocolaire du gouvernement à l’occasion du remaniement réduit de février 2016.

> > >

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

18 novembre 2018

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (12)

GSM

INFOS ADIA N° 18
 
Association de défense des intérêts de l’Amicale
Quelques nouvelles après la trêve estivale
 
Chères et chers ami(e)s Papés
 
Il y a quelques semaines, Sébastien Deveaux et son équipe nous ont fait savoir qu’ils étaient disposés à conclure une transaction pour que le contentieux qui dure depuis 2014 se termine enfin dans l’intérêt de l’association.
 
Initiative louable que nous avons régulièrement sollicitée sans succès depuis plusieurs années mais un peu tardive compte tenu de la date du 27 novembre 2018 fixée pour l’audience d’appel du jugement prononcé en notre faveur par le TGI d’Alès le 16 juin 2017.
Il eut été plus judicieux pour se donner le maximum de chances d’aboutir de s’en préoccuper avant d’interjeter appel du jugement précité.
 
Toutefois, malgré notre scepticisme nous avons convenu qu’il ne fallait négliger aucune chance de trouver une solution amiable.
Deux d’entre nous se sont donc déplacés à Nîmes pour entendre les propositions de la partie adverse présentées par André Moulin seul représentant présent de l’équipe de gouvernance en place.
 
Cette proposition de transaction compte tenu des exigences et du comportement de l’équipe Deveaux qui continue à déroger au pacte statutaire pour la prochaine AG de décembre et les futures élections des groupes régionaux nous est apparu davantage comme un leurre destiné à leur faire gagner du temps et à échapper au verdict de l’audience d’appel du 27 novembre 2018.
 
Après en avoir débattu, les membres de l’ADIA qui depuis 4 ans luttent pour défendre les intérêts de l’amicale en finançant avec leurs propres deniers tous les frais de justice et d’avocats n’ont pas souhaité prendre le risque de voir l’équipe actuelle poursuivre sa gestion calamiteuse et inamicaliste grâce à un nouveau tour de passe-passe non statutaire comme ils l’ont déjà fait pour leur réélection.
Le conseil d’administration de l’ADIA a donc décidé de faire confiance à la justice et d’attendre le verdict de l’arrêt d’appel du 27 novembre 2018 qui compte tenu de toutes les exactions encore commises depuis le jugement précédent du 16 juin 2017, devrait nous l’espérons confirmer, au moins, ce jugement.
 
Nous avons également convenu de demander au Président Devaux de suspendre l’AG du 1er décembre 2018 ainsi que les élections envisagées pour ré élire le bureau de certains groupes régionaux jusqu’à ce que le jugement d’appel soit prononcé.
 
Nous vous informerons au plus tôt des suites données à notre demande.
 
PJ : Copie de la motion pour suspension de l’AG du 1-12-2018
 
Alès le 5 novembre 2018
 
Amicale des anciens élèves de l’École des Mines d’Alès
Assemblée générale du 1 décembre 2018
 
MOTION
 
Le président du conseil d’administration de l’ADIA, par ailleurs membres de l’amicale des anciens élèves de l’école des mines d’Alès, demande solennellement au président de l’amicale au nom de tous les membres de l’ADIA :
 
Que l’assemblée générale prévue le 1er décembre 2018 soit suspendue jusqu’à ce que soit connu le délibéré de la cours d’appel concernant le jugement initial intervenu le 16 juillet 2017 et :
 
Que les membres du bureau et du conseil d’administration se cantonnent à expédier « les affaires courantes en bon père de famille » dans l’attente de l’arrêt à intervenir pour cette affaire.
 
Qu’il en soit de même quant aux projets d’organisation des élections pour le renouvellement du bureau de certains groupes régionaux.
 
En effet toutes les décisions qui pourraient être prises dans ces assemblées seraient considérées comme nulles et de nul effet pour non-respect du pacte statutaire.
 
En conséquence, dans le cas ou cette motion ne serait pas suivi d’effet, les membres de l’amicale également membres de l’ADIA voteront contre toutes les résolutions et solliciteront judiciairement l’annulation de l’assemblée générale.
 
Fait à Alès, le 5 novembre 2018.
 

Pour les membres de l’ADIA, le président xxxxxxx

 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2018

Mémoires et radotages (190) – Les gilets jaunes

GSM

Écrit le 17 novembre 2018 avant le commencement de la manif.
 
Les Français sont en colère… Le mouvement est spontané. Tous les partis essayent de s’y incruster, sauf bien sur les Macronistes et les verts…
Cela fait chaud au cœur de voir que l’indignation puisse à nouveau se faire entendre après 50 ans de vide post-soixantehuitard…
 
Mais comment cela va-t-il se passer ? Tout le monde daube sur ce qui va se passer…
 
Il est vrai que bloquer le pays est un sport national ! Quand on est mécontent du gouvernement, on bloque tous les Français ! Je crois que quand on est mécontent des dirigeants de notre pays, il faut emmerder les dirigeants de notre pays ! A savoir aller sur les champs élysées et tenter d’encercler l’Élysée, Matignon ou bien les ministères concernés… Il serait aussi de bon aloi, d’aller manifester devant les préfectures qui sont les représentations départementales de l’état, mais en semaine bien sur, c'est plus efficace.
 
Mais non, on préfère aller manifester un peu partout à l’endroit où cela va gêner les citoyens…
Certes, à l’origine le mouvement prévu un samedi était bien pensé dans le sens de gêner le moins possible les travailleurs, qui sont moins nombreux à travailler le samedi.
Mais comme toute manifestation spontanée, non encadrée, il y aura des débordements, pour empêcher nos concitoyens de circuler, y compris ceux des automobilistes qui partagent les mêmes sentiments à l’égard des misères que le président nous fait subir !
 
Les motivations des manifestants seront multiples, car outre ceux qui veulent manifester leur mécontentement contre la politique menée et entre autre, la hausse des carburants, il y aura ceux qui ne possèdent même pas un véhicule, mais qui viendront avec la ferme intention de bloquer ceux qui ont la chance d’avoir une voiture, simplement par jalousie et haine…
Et combien d’autres motivations pas très avouables seront représentées ?
Il y aura des modérés bien sur, dans l’esprit du mouvement qui s’est formé, mais aussi des plus ultras qui veulent faire durer le mouvement jusqu’à mercredi (vu sur internet), soit cinq jours, des qui veulent gêner juste un peu, et d’autres qui veulent bloquer le passage complètement !
Des ultra-gauches « black blocks » viendront-t-ils s’inviter à la fête pour casser ?
L’état favorisera-t-il les casseurs, à seule fin de discréditer le mouvement des gilets jaunes ?
 
En tous cas, ce mouvement spontané n’est pas né sous une bonne étoile : Un temps froid et humide, par chez moi, semble être le complice de Macron qui ne peut que s’en réjouir… Je suis certain que bon nombre de bonnes volontés vont s’émousser relativement à cette météo peu propice à la manifestation… (Au moins en 68, le printemps était très doux, ce qui a bien aidé).
 
Ce qui est à prévoir, c’est qu’il y aura beaucoup moins de manifestants que prévu, je pense (du fait de ce temps sibérien).
 
Ce qui est à noter, c’est que cette mobilisation a atteint déjà partiellement son but en monopolisant l’attention des médias et du gouvernement… Que cela interpelle Macron au point qu'il propose au débotté, une augmentation de la prime à la conversion de dernière minute, pour ceux, qui de toute façon n’ont pas les moyens de changer de véhicule : Quel beau cadeau !
Comment peut-on autant se payer la tête des gens ?
 
Nous sommes d’accord qu'il faille que l’état ramasse du pognon pour boucher le trou de la dette, les prétextes écologiques n’étant pas du tout crédibles ! Mais une grande partie des Français estime que c’est toujours la classe moyenne inférieure qui paye pour tous les autres et surtout pour les riches ! Et comment leur faire prendre des vessies pour des lanternes ?
C’est bien ce qui se passe ! Un gus qui perd 40 euros sur sa paye mensuelle, à qui on redonne 50 euros plus tard, et qui fait cinq pleins de carburant par mois à 10 euros plus chers… Et bien le gus, sait compter… Il est fortement perdant ! Le riche est-il ponctionné dans les mêmes proportions ? Bien sur que non ! Alors le gus pense qu’il a le droit légitime de ne pas être content de cette injustice étatique et de le manifester !
 
Les Français sont peut-être bêtes à bouffer du foin quand il s’agit de promesses électorales, mais à l’épreuve des faits concernant leur maigre porte-monnaie, ils comprennent leur douleur et n’écoutent plus le baratin de l’escroc numéro un qu’ils ont choisi !
 
Affaire à suivre, bien sur !
 

Posté par zalandeau à 11:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


16 novembre 2018

Humain malsain

GSM

Faire le malin est le propre de l'imbécile. Je suis de cette catégorie, sans doute. Bien que j'aie souvent fait l'imbécile sans faire le malin, afin de voir les réactions, avant de contrattaquer.
Amener les gens à dévoiler leur jeu est relativement facile. Savoir qui bave sur notre compte est un jeu d'enfant.
Je dévoilais alors mon caractère à fond, sans retenue, dans une blitzkrieg aux frappes chirurgicales, si je puis dire... Jamais de riposte en loucedé pour me protéger, je n'ai jamais su faire.
Je n'ai jamais su non plus attaquer les autres en premier, ni essayé de leur piquer leur place. C'est d'un mesquin, d'un minable ! Mais nombreux sont ceux qui aiment l'odeur de la merde...
 
Par contre, j'ai su être machiavélique pour protéger le processus de production, la mission ou l'objectif placé sous mon autorité.
C'est bizarre, cette dichotomie de mon comportement suivant qu'il s'applique à moi ou à mon travail ???...
 
Étais-je plutôt un homme de devoir ? Je pense que oui.
 
Pourquoi la vie n'est-elle faite que de rivalités, de jalousies, de haines, de vacheries, de crocs-en-jambes ?
La nature humaine est ainsi faite, que nous passons notre temps à lutter contre ceux de notre espèce.
Il y a ceux qui aiment ça par perversité ou par intérêt. Il y a ceux qui le font par idéal ou par auto-défense.
 
J'ai la chance d'être sorti de ce panier de crabes professionnel.
Il reste néanmoins les humains du quotidien. Ceux qu'on croise ou qu'on fréquente. Lorsqu'il n'y a pas de nécessité, autant les éviter. Du moins, faut-il éviter les malfaisants. Les autres, on peut les garder... 
 

Posté par zalandeau à 09:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2018

Dans la chaleur de Harlem (suite 5)

GSM

A la manière de Mickey Spillane...
 
Cette vieille chanson me revenait en mémoire tandis que le prêtre bénissait ma vieille amie dans ce qui serait sa dernière demeure...
 

Celui qui avait fait ça, aurait des comptes à me rendre, dans les plus brefs délais. Il allait payer au comptant pour sa double duplicité : Les actions en bourse et les bourses en action. Dans les deux cas il réglait en liquide. Ça tombait bien, car j'allais le liquider...

 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2018

Oui je suis souvent con, tant pis

GSMJe suis moyennement content d’avoir une maison-prison,
Une taudis qui sent le le graillon.

 
Je suis content de conduire ma voiture,
Si elle pouvait m'emmener loin, sans retour dans une grande explosion.

 
Je suis surpris de me réveiller lors d’un matin nouveau,
Après chaque endormissement.

 
Suis-je content d’avoir des enfants ?
Serais-je content lorsque l’on ne pourra plus manger tous autour de la même table, faute d'argent ?

 
Je ne suis pas content quand elle est là…
A me faire chier, à m'espionner, la méchanceté à la bouche,
Elle m'ignore sauf pour trouver des prétextes de jalousie…
Je suis très mécontent…

 
Je suis prisonnier de ne pouvoir voyager ni prendre l’avion,
Quelle connerie j'ai faite de l’avoir rencontrée.

 
Je suis content quand mon téléphone sonne, l’appel est de quelqu'un d'autre qu'elle, je suis content…
 
Je suis content de ne pas encore trop faire de fautes aux dictées.
 
Je suis content d’ouvrir mes mails et d’y trouver des mots de la tendresse et des sourires;
 
Je suis content d’avoir des amis authentiques, même s'ils ne sont plus nombreux et qu'ils ont leur vie bien ailleurs.
Ils ont réussi à me supporter au fond de mon trou. Cela devrait suffire à dire que si je suis croyant,

 
C'est pour prier pour ceux que j'aime et non pour moi. Et si je remercie Dieu, c'est pas souvent,
 
Où alors c'est d'avance, quitte à être escroqué.

 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

13 novembre 2018

Le masque grimaçant de l'imbécilité

GSM

Écrit le 04 mars 2013
 
Il y a ceux qui se parent de tous leurs titres "docteur en bitologie, diplômé es bandologie, consultant en pétomanie auprès du ministère de la cul-ture, etc...".
Il y a ceux qui démontent des idées reçues, sans pour autant donner d'idée alternative.
Il y a ceux qui copient-collent en oubliant de citer leurs sources, en oubliant de mettre des guillemets et parfois en omettant de dire qu'ils n'ont rien compris, mais que ça fait bien d'écrire des choses que personne ne comprend.
Il y a ceux qui lisent comme les mangeurs de choucroute s'empiffrent au concours du plus gros mangeur : Ils lisent, ils lisent, ils lisent, mais ne digèrent rien. Et c'est un dégueulis de notions non comprises qui ressort en giclées nauséabondes.
Il y a ceux qui prennent un ton professoral pour expliquer, mais qui sont secs quand on leur pose une question.
 
C'est la triste comédie humaine. Parcourir tout cela me donne la vision d'un masque grimaçant. La mascarade est plus triste que comique. Le spectacle est affligeant.
 
Je préfère d'autres personnes qui se renseignent sur un sujet à leur portée et qui se permettent de le développer raisonnablement, sans forfanterie ni vanité.
 
Il vaut mieux parler de ce qu'on sait, de ce que la vie nous apprend, ou de ce que notre cerveau conçoit, plutôt que de parler de sujets situés au delà de nos seuils d'incompétence (qui devraient selon moi s'appeler nos plafonds d'incompétence).
 
Mais l'apparence est la plus forte des motivations. Le masque grimaçant de l'imbécilité n'a pas fini de nous dégoûter.

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 novembre 2018

Ma chronique - L’identité Nationale (2)…

GSM

© zalandeau, le dimanche 27 décembre 2009, modifié le samedi 29 septembre 2018
 
Je reviens à nouveau sur ce sujet, qui enflamme les extrémismes dans notre pays…
 
J’ai déjà dit ce que j’en pensais.
 
Je tiens à préciser qu’ouvrir la boite de pandore du racisme est complètement irresponsable de la part de ce gouvernement.
La façon d’aborder ce thème, ressemble tellement à cette ancienne France Fasciste et Vichyste des années trente et quarante, comme on le voit d’ailleurs, dans l’usage immodéré du mot « national », à tort et à travers est absolument abjecte. D’autant que le mot national est lui, à la base, un mot empreint de noblesse et de fierté patriotique, excusez du peu !
 
Je préfère que l’on parle « des identités Françaises », car chacun a une notion personnelle de notre appartenance au territoire républicain… 
 
Il y a cependant un gros problème d’immigration, personne ne peut le nier. 
 
Je suis opposé au communautarisme qui a été pratiqué au Canada et en Grande Bretagne et qui est un échec total…
L’assimilation que je préconise, c’est l’assimilation des immigrés dans les us et coutumes laïcs et républicains, comme cela a toujours été le cas précédemment… C'est-à-dire le respect total de nos institutions, de nos lois et de nos règles de vie communes. Quand au reste, folklore, religion, culture, si cela n’a pas d’incidence sur ce qui précède, que chacun fasse ce qu’il veut… Du moment que ces manifestations ne soient pas imposées de force à l'ensemble de la population issue de la culture Judéo-Chrétienne !
 
Je pense que :
-         que le rétablissement du service militaire serait un facteur primordial de brassage, qui permettrait aux jeunes de toutes les communautés de mieux se connaitre, de mieux s’apprécier et de mieux travailler ensemble, une fois revenus à la vie civile… Mais à condition que les appelés communautaristes soient exclus de ce service citoyen universel, pour lequel ils s’avèreraient dangereux !
-         Il faut limiter et sélectionner drastiquement les entrées des immigrants musulmans à un quota suffisamment bas pour permettre de les intégrer, car chacun sait ou devrait savoir, que les masses trop importantes créeraient un communautarisme, véritable état de non droit dans l’état Français !
    -         notre pays ne fait pas assez en matière d’aide à l’intégration, (accès à l’éducation la plus basique, dès le plus jeune âge), pour ceux, que l’on aurait décidé d’accueillir selon les conditions exprimées ci-dessus.
 
Tant qu’on n’aura pas tissé les liens affectifs entre nos cultures, nous aurons beaucoup de mal à lutter contre les extrémismes (musulman, sioniste et réactionnaire), car il faut bien évidemment éradiquer ce type d’activisme dans notre pays…
 
De toute évidence, notre président Nicola 1er le petit a intérêt à entretenir cette fracture, afin de mieux asseoir son pouvoir. La situation ne risque pas de s'arranger, tout au contraire...
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :