17 juin 2016

Mémoires et radotages (50) – France - terre de désolation

GSM

A propos de paraître et dans un tout autre genre d’idée… Que la France me paraît étrange en ce moment !… Nous avons l’air de nous acheminer à grands pas vers le chaos… Terrorisme islamiste, terrorisme des casseurs de l’ultra-gauche, terrorisme de la CGT qui prend les Français en otages et dont une petite frange commence à basculer dans le clan des casseurs, terrorisme du gouvernement contre le salariat et qui utilise les casseurs pour discréditer les manifestants contre la loi ‘connerie’…

Tout le monde prend tout le monde en otage… Attention, c'est le chaos !
 
- Ce n’est pas encore une révolution, Sire, mais Cela risque de devenir une libanisation, voire une ‘Syrianisation’ de la France…
 
Mais notre Louis XVI à lunettes reste dans ses certitudes insanes…
 
Même les forces de l’ordre commencent à perdre confiance en la république… Dans ce contexte, tout est possible.
 
Finalement, cette soi-disant ‘gauche’… quel merdier elle est en train de foutre parmi les Français ! Je sais, cela s’appelle ‘diviser pour régner’ et cela a existé de tous temps…
 
Mais dans le cas présent, c’est pire que tout ! L’état met le feu à ses vaisseaux ! C’est une politique de la terre brûlée, que le ‘culbuto’ et ‘el caudillo’ alliés au ‘Micron’ (Macron) de service sont en train de mener, au mépris de tous les Français, qu’ils dressent les uns contre les autres… Au risque de faire prospérer dans ce fumier, le péril le plus grave : Le terrorisme islamique !
 
De plus, après nous avoir serré la ceinture à tous, il commence à distribuer des augmentations aux fonctionnaires, histoire d’agrandir le fossé entre privilégiés et ‘rançonnables’, alors même que notre déficit budgétaire n’est pas maîtrisé !
 
Le mécontentement gronde, envers ce président qui n’a accumulé que bourdes, maladresses, erreurs en tous genres et qui maintenant commet carrément des fautes impardonnables…
 
Une petite cerise sur le gâteau… L’Euro de foot et ses hooligans ! Là encore, permis de casser ! Laxisme à tous les étages ! Incapacité de l’exécutif à maîtriser quoi que ce soit, par laxisme pour le foot ou par machiavélisme pour les casseurs des manifs… C’est une politique de merde, menée par des incapables.
 
Dans le même temps, la classe politique lorgne sur la présidentielle, au-delà de toute logique lorsqu’il s’agit de personnages que les Français rejettent à priori (Sarko, Hollande) et se déchire de manière indécente devant des Français interrogatifs, interdits, dégoûtés…
 
Quel beau spectacle pour nos amis Européens, qui vont encore se rengorger en mettant la France à l’index de cette ‘communauté européenne’ qui souvent nous déteste et au mieux se fout de nous…
 
Merci, Hollande ! Tu nous donnes chaque jour l’envie de faire un ‘Frexit’, à défaut d’une révolution !
 
Allez , messieurs les Anglais, donnez l’exemple : Dans une semaine, tirez les premiers ! et marquez le but du ‘Brexit’… Vous serez un exemple pour le monde, parce que nous… Il y a longtemps que nous ne sommes plus un exemple ou bien seulement un exemple de la honte…
 
La seule chose que je retiens, dans mon cœur, c’est ce petit enfant de trois ans… Orphelin par le fanatisme djihadiste, d’un seul coup et traumatisé pour longtemps… Un de plus, me dira-t-on, dans ce monde de violence…

Posté par zalandeau à 10:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


13 juin 2016

Pour être un bon blogueur communiquant

GSM

Pour être un bon blogueur, il faut être joyeux, enjoué, superficiel, voire blagueur, n'avoir aucun soucis, être en très bonne santé, avoir une situation sentimentale et financière satisfaisante...
 
Si on n'a pas tout ça, il faut à minima, savoir dissimuler et sembler joyeux, enjoué, superficiel, voire blagueur et paraitre n'avoir aucun soucis...
 
Le blog, c'est comme pour la bonne société, la pauvreté et la détresse font peur, la maladie dérange et les soucis ennuient...
 
A la limite on tolère un vague à l'âme s'il est générateur de romantisme, mais sans plus.
 
C'est donc bien du " bien paraitre" et du "bien penser", dont il s'agit, ici comme ailleurs...
 
Alors, que dire, que faire d'authentique ?
Faut-il garder ses peines et ses pensées pour soi, quand elles ne sont pas conformes à la pensée unique et aux manières convenues de la société ?
Faut-il paraître et ne savoir plus être ? Faut-il se ranger dans la conformité que l’humain impose aux autres ?
 
Faut-il se dépouiller de son libre arbitre ? Faut-il adhérer à la futilité, toujours et en tous lieux ?

Posté par zalandeau à 09:19 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

11 juin 2016

Et on engraisse ces manipulateurs/profiteurs ? On est con !

GSM

 

Article paru dans le canard enchainé en 2013 :

 

Posté par zalandeau à 09:58 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2016

Pris entre mensonges et endoctrinements

GSM

Le monde est vraiment noir. Toutes les formes de tromperies et de bourrage de crâne vont si loin dans leurs tentatives de dominer le monde, qu’il y a de quoi désespérer quant à l’avenir de l’humanité.
 
Enarques, Francs-maçons, lobbies, tous conditionnent l’opinion par du rabâchage accompagné de diabolisation.
 
Chaque adhérent à un parti s’enferme dans la logorrhée insane dont il assimile la bouillie idéologique venimeuse.
 
Les croyants à des religions sont sous l’emprise de dogmes non remis en question, acceptés tels quels sous peine d’exclusion et de courroux céleste.
 
Les athées, loin de se distinguer des autres, s’enferment dans un schéma mental d’exclusion et lancent des anathèmes sur ceux qui ne font pas comme eux.
 
Les plus infâmes, sont les négationnistes, qui pour faire passer leurs endoctrinements et leurs pseudo démonstrations, en viennent à travestir le passé.
 
Tous ces comportements ont des relents sectaires, puisqu’ils tendent à convaincre et dominer autrui par une sorte de lavage de cerveau, avec des arguments fallacieux et à chaque fois en employant un pouvoir de persuasion qui va de la diabolisation, à la menace d’exclusion ou autres moyens de pression peu amènes.
 
L’humain doit-il nécessairement être aussi pervers pour tenter d’influencer son prochain ?
 
Chacun se dit, je ne suis pas concerné ‘c’est pas moi, c’est l’autre’…
 
Mais s’il savait cet être humain lambda, qu’il est pris entre ceux qui lui mentent, qui le manipulent et ceux à qui il ment, qu’il manipule ! Nous sommes tous des relais entre les dominateurs et les autres, souvent à notre insu.
 
Le phénomène sectaire est partout. C’est le processus que la société humaine a adapté de son atavisme animal qui le pousse toujours à dominer ou à être dominé.
Clanisme, ‘tyrannisme’, puissance, pouvoir, nous n’avons guère changé, car nous sommes toujours des animaux grégaires dominés par des pulsions instinctives, qui font de nous des êtres dominés par désir de sécurité, ou dominateurs par envie de puissance.
 
En devenant espèce humaine, nous avons seulement ajouté à la violence physique animale dont nous étions doté initialement, des moyens d’influences dont les capacités plus importantes de notre cerveau, nous permettent de posséder la perversité nécessaire à leur mise en œuvre…

Posté par zalandeau à 09:41 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


31 mai 2016

Destitution

GSM

Titre I - De la Souveraineté
 
 
Art. 2. - La langue de la République est le français
L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L'hymne national est la Marseillaise.
La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité.
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.
Art. 3. - La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum.
Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice.
Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret.
Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques.
 
 

Titre IX - La Haute Cour
 
 
Article 68 : Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.
La proposition de réunion de la Haute Cour adoptée par une des assemblées du Parlement est aussitôt transmise à l'autre qui se prononce dans les quinze jours.
La Haute Cour est présidée par le président de l'Assemblée nationale. Elle statue dans un délai d'un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Sa décision est d'effet immédiat.
Les décisions prises en application du présent article le sont à la majorité des deux tiers des membres composant l'assemblée concernée ou la Haute Cour. Toute délégation de vote est interdite. Seuls sont recensés les votes favorables à la proposition de réunion de la Haute Cour ou à la destitution.

 

Mes commentaires :
 
L’actuel président n’incarne plus la souveraineté nationale. Le pouvoir actuel ne gouverne plus par le peuple ni pour le peuple.
La loi actuellement ne permet pas le référendum d’initiative populaire, afin de sanctionner la réquisition du pouvoir. Le parlement étant entièrement acquis au président, la destitution ne peut être envisagée.
Une révision de la constitution serait nécessaire pour redonner le pouvoir au peuple. Seule la pression populaire peut mettre un terme à ce pouvoir qui n’incarne plus le peuple. La liberté se conquiert.

Posté par zalandeau à 09:23 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

28 mai 2016

La Valls ministérielle. Est-ce que je vais en parler ?

Ecrit le 27 août 2014

 

GSM

Est-ce que cela vaut le coup de parler ou même d’écrire la moindre ligne sur les événements gouvernementaux du début de semaine ?
Il y a beaucoup à dire en critiques, mais le spectacle est tellement navrant que je pense qu’il n’y a rien à dire, car comment pourrait-on faire des éloges sur des insignifiances, des galéjades, des bouffonneries même pas risibles tant elles sont pitoyables ?
 
Vais-je parler du fait qu’un type, un certain Valls, pour lequel les Français n’ont pas voté, qu'il n'ont pas élu, qui était le dernier sur la liste des préférés aux primaires socialopes (Ah, non, il parait qu’on dit socialiste… C’est bizarre qu’il y ait le mot social dans socialiste ?.. A mon avis ça doit vouloir dire autre chose quand il y a ‘iste ‘ accolé après), vienne en tant que larbin non choisi, annoncer aux Français un fait majeur (démission du gouvernement), comme ça à la télé ?
J’me suis dis « Il est arrivé kék chose au président, p’têtre qu’il est mort, pour être absent à son boulot ? ».
 
Ben non ! Vais-je parler du fait que le président-normal-anormalement-mou, était trempé comme une soupe à l’île de Sein, comme si les pêcheurs l’avaient foutu à la baille ?
Moi qui adore les seins, je regarde, bien sur… Mais y sait-t-y qu’y a un changement de gouvernement le roi débonnaire, là ? Kékun l’a-t-y prévenu ?... Qu’est-ce qu’y fout déguisé en homme grenouille ?
 
Faut-il dire que nous sommes de fait revenus à la 4ème république ? Valls est probablement devenu président du conseil et Hollande inaugure les chrysanthèmes ?
 
Et bien non, je n’en parlerai pas !
 
Je dirai simplement que maintenant Herr Chancelier Valls a un gouvernement entièrement à sa botte !
 
Il va donc pouvoir : Baisser fortement les charges des entreprises, redonner du pognon aux classes défavorisées que l’on nomme pudiquement classes moyennes inférieures et rembourser la dette ! Qu'il dit, le mec ! Ou bien ?
 
- Putain ! Quel homme ! Fantastique ! C’est très fort ! Même Oudini, c’était d’la merde à coté ! 
- Mais dis Monsieur ? Où c’est qu’y va trouver la thune pour faire tout ça ton Monsieur Chancelier ??? 
- Tais-toi ! On ne parle pas la bouche pleine !

Posté par zalandeau à 10:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

27 mai 2016

L'avènement de Herr Chancelier Valls

J'avais écrit le 27 août 2014 :
 

GSM

" J'ai maté la rébellion et éliminé les traitres. Maintenant que le gouvernement est purgé, j'exige de vous tous une obéissance absolue au parti Liberale-Sozialistische"
 
Je trouve qu'il fait 'fureur' (führer) en ce moment  el Manuel. Il finira en 'Godillot' (caudillo). En tous cas, il ne fait pas ça en douce (duce)...
 
 
Retour au présent, en ce 27 mai 2016 ...
 
Et si le vent de son entêtement avait tourné et lui souffle desus ?
Et s'il était le prochain fusible et sautait enfin, après deux ans de mauvais coups ?
Et si son chef était emporté dans la tourmente du 49.3 ?
Affaire à suivre...

Posté par zalandeau à 12:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 mai 2016

Folle

GSM

J’écris cet article seulement pour valoir archive. Cela permet d’ y retrouver le mot syllogomanie .
Je ne connaissais pas ce mot qui m’a été révélé par un membre du blog, que je remercie. Il n’est jamais trop tard pour apprendre, mais comme je ne parviens plus à mémoriser, je l’archive. Le titre suffisamment facile à retenir, me permettra de retrouver aisément cette définition…
Il est important pour moi de retenir l'expression, car elle décrit si bien la personne qui partage et qui pourrit ma vie, que cela peut servir dans un échange écrit ou verbal (Ce mot résume une page de description de symptômes fastidieuse).
 
Syllogomaniaque : Ce mot est une ‘bhombbe’ entre mes mains (faute volontaire, pour éviter un afflux de lecture aussi big-brother-ien que malvenu).
En effet, je pensais communiquer cette information à nos trois fils. Mais à quoi bon ? Ils ne veulent pas savoir parce qu’ils aiment leur mère et que même la vérité les choquerait. De plus, je serais le mauvais Père qui dit du mal sur leur tit’Man…
 
Le médecin ? Le mien s’en branle ! Au mieux me conseillera-t-il de l'emmener voir un psychiatre.
Et cela, elle le refuse depuis toujours, alors qu’elle s’enfonce de plus en plus dans cette pathologie.

Posté par zalandeau à 08:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

25 mai 2016

Mille euros mensuels de plus...

GSM

Si j'avais mille euros de plus par mois !
Mille euros ! C'est peu de chose.  C'est la différence entre un budget inextricable et l'aisance, la facilité, l'insouciance.
 
Ce serait la possibilité de partir en vacances, ce serait le restaurant et le cinéma sans compter. Il y aurait de petits séjours à la mer, l'Olympia, la Traviata à l'Opéra Garnier. Il y aurait des visites à la famille dans le midi, aux amis de promo. La vie serait douce et onctueuse...
 
Oui, mais je n'ai pas ces mille euros mensuels qui font la différence. Il me faut me débrouiller avec Leclerc et Aldi, grouper démarches et emplettes dans un même voyage, fermer le chauffage quand j'ai dépassé le budget. Il me faut choisir entre lunettes pour moi, ou lunettes pour ma femme, cette année ou bien l'année prochaine.
Les vacances ? C'est celles des autres que l'on regarde à la télé. Les vacances c'est  "peut-être un jour, quand les enfants ne seront plus à charge", en espérant que nous ne serons pas grabataire et que nous pourrons encore profiter de la vie
 
C'est une situation que l'on n'a pas choisie, mais que l'on subit. C'est la vie !

Posté par zalandeau à 10:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :