17 mars 2016

Mémoires et radotages (14) – Le bon vieux temps

GSM

Le désespoir et la colère, pourraient être les moteurs d’un changement dans ce pays. Si au moins on avait des dirigeants couillus et honnêtes au lieu des éternels sodomiseurs de peuple ! Que n’avons-nous pas un président qui réformerait notre pays comme Lula et qui tiendrait la dragée haute aux américains comme Hugo Chavez ? Cela changerait bien des choses…
 
J’espère que mes enfants connaitrons un nouveau de Gaulle, un mec intègre, courageux, volontariste, soucieux de la France, c'est-à-dire de l’intérêt général des Français et non pas de l’intérêt des seuls privilégiés. Quand réentendrons-nous des phrases comme « je ne fais pas ma politique à la corbeille (de la bourse) » ?
 
Je réalise que j’ai vraiment vécu une des périodes les plus passionnantes de l’histoire Française. J’ai fort heureusement eu la bonne idée de naitre bien après (10 ans), la honteuse débâcle de 1940 et de cette indignité collaborative qui a suivi. Mais quel bonheur d’avoir vécu cet espoir né en 58, d’une renaissance de la France, sociale, solidaire, qui a fini par réussir une décolonisation forcément inéluctable. Une France à la pointe de son influence dans le monde, véritable modèle, où il n’y avait plus de misère, mais de l’espoir et de l’impatience…
Certes j’étais petit, mais l’oreille collée à la radio, je savais que je vivais des moments historiques. J’ai vécu ainsi l’opération de suez en 56, l’accession de de Gaulle au pouvoir en 58, son discours à Alger avec le célèbre « je vous ai compris »…
J’ai ressenti cette fierté nationale avec le caravelle, le France, le Concorde, nos deux porte-avions, nos progrès scientifiques et techniques divers et variés qui unissaient nos scientifiques, nos entrepreneurs et nos ouvriers dans un destin plein de promesses… Même si toutes ces réalisations n’ont pas été des succès (le France et le Concorde), la France se réindustrialisait et savait créer ce que nous appelions alors ‘le progrès’…
 
Il n’est plus rien de tout cela. Deux Français viennent d’inventer des cellules photovoltaïques transparentes… et aussi sec ils l’ont fait produire en Chine ! C’est moi qui ai eu l’idée : Le pognon, c’est pour moi. Tant pis pour la société qui m’a payé des études, qui m’a soigné, qui m’a donné le jour… Rien à foutre ! Tout pour ma gueule !
Que la société Française est devenue vile et méprisable !
 
Comme la vie est devenue une honte pour des millions de nos concitoyens !
 
La peur, la tristesse, la désespérance, la résignation ont remplacé l’insouciance et l’enthousiasme de ma génération…
Tant d’images de cette joie de vivre me reviennent en mémoire comme autant de flashs. Car même si mes parents n’étaient pas riches, même si on ne pouvait pas s’offrir tout et tout de suite, on savait que l’on y parviendrait… Tout n’était qu’affaire de temps… Nous n’avions aucune incertitude sur l’avenir… Nous avions tous de quoi manger et un toit sur nos têtes, tous un travail, tous un destin programmé dans nos pensées…
 
C’était ça le bonheur, mais on ne le savait pas… Combien j’aurais voulu que ces années se prolongent !...

Posté par zalandeau à 09:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


15 mars 2016

De l’analyse des lois (2)

GSMEcrit le 15 avril 2015

La Loi ‘Macron' (PROJET DE LOI pour la croissance et l'activité).
 
J'avais téléchargé ce projet de loi le 24 février 2015. Il comporte 106 pages sur word.
J'avais parcouru une cinquantaine de pages. Je voulais faire comprendre à mes semblables ce qui était bon ou mauvais dans ce projet.
 
Hélas, comme il aurait fallu que je m'en doute, le document est d'une complexité hors de compréhension de mon cerveau amoindri, comme l'étaient devenues les pièces écrites que je tentais vainement de comprendre à partir d'avril 2007, suite à cet accident de santé cognitive qui m'a obligé à sortir du monde du travail.
 
Je m'étais borné à dire que ce texte est un véritable patchwork et donc à ce titre on ne peut apprécier chacun des morceaux de la même façon. Il est impensable de voter une seule fois sur un ensemble de dispositions, alors que l'on peut être d'accord sur certaines, mais en désaccord total sur toutes les autres !
 
Ce patchwork reprend les articles présentés par Attali (pas la pièce de Racine), dans son rapport remis sous le règne de Sarkozy.
Pétri de libéralisme forcené, bien peu de mesures ont pour but le service des citoyens. Même Sarkozy, pourtant très à droite avait renoncé à l'extrémisme de ces propositions. C'est dire la position ultra néo-libérale des sieurs Attali et Macron… En déduire la traîtresse position politique du culbuto de l'Elysée, bien évidemment complice de ce projet globalement abject, (même si certaines dispositions sont intéressantes), est dès lors une affaire entendue.
 
Il est donc bien évident que Macron est de la même fibre que Attali.
Pour l'avoir beaucoup écouté, ce dernier m'est progressivement  apparu comme un doux rêveur sans aucun raisonnement cartésien, seulement préoccupé de relier les chimères qu'il défend à son idéologie néo-libérale. C'est vraiment ce que j'abhorre chez un être humain : La rigidité d'une dépendance à un auto endoctrinement, qui partant, lui ôte tout esprit critique.
 
Je renonce donc à dénoncer point par point les pièges variés et nombreux, véritables chausse-trappes pour attraper le citoyen, pressurer et asservir le cochon de payeur, dans le but des intérêts particuliers des puissants. Alors que cette loi, bien entendu, annonce en préambule, des objectifs généreux.
De tous temps hélas, des pouvoirs ont annoncé une chose et réalisé son contraire, summum intemporel du populisme, de l’escroquerie, de la duplicité et du cynisme…
 
Nouvelle tentative d'arnaque libéral-socialiste !

Posté par zalandeau à 13:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

11 mars 2016

Arabie Séoudite : 100.000 ans de retard mental...

GSM

Note de Zalandeau : Je me suis trompé... seulement 99.999 ans d’arriération... Peuvent mieux faire...

 

Arabie saoudite: Des scientifiques admettent que la femme est un mammifère, mais pas un « humain »

 

Riyad Dans un jugement sans précédent, un panel composé de scientifiques saoudiens vient de conclure que les femmes sont en fait des mammifères et qu’ils auraient en fait les mêmes droits que d’autres espèces telles que les chameaux, les dromadaires et même les chèvres.
 
Le verdict, qui est tombé seulement quelques heures avant la Journée internationale de la femme, est considéré comme « historique » selon certains experts et groupes de défense des droits de la femme.
 
« C’est un grand pas en avant pour toutes les femmes de l’Arabie saoudite », conclut Colette Turcotte, porte-parole de Femme Libération-Action. « Ça peut sembler trop peu, trop tard, mais on est parti de très loin » explique-t-elle, visiblement enthousiaste. « À partir de maintenant, les femmes seront considérées à part entière comme appartenant à la classe des mammifères, alors qu’avant on leur concédait le statut juridique d’un objet ou d’un mobilier de maison » admet-elle.
 
Julie Cousteau, porte-parole chez Amnistie international, se dit très optimiste quant à l’avenir alors que les femmes ne seront plus jugées comme des objets « sans âmes », mais plutôt comme des mammifères
 
Des objets « sans âmes »
 
Le récent verdict viendrait complètement chamboulé les lois présentement en vigueur en Arabie saoudite croit Julie Cousteau, porte-parole chez Amnistie internationale.
 
« C’est le plus beau jour de ma vie! », a-t-elle admis en conférence de presse ce matin. « Enfin, les femmes ne seront plus considérées comme des objets sans âmes, mais plutôt comme des mammifères, avec les mêmes droits que d’autres animaux de leur espèce tels que les dromadaires et les chèvres » lance-t-elle, visiblement ému. « Elles sont encore loin d’être considéré à 100% comme des humains, mais leurs conditions s’amélioreront drastiquement suite à cette décision », croit-elle dur comme fer.
 
Un verdict sans précédent
 
Le verdict qui est tombé comme une tonne de brique sur l’État saoudien,  n’a clairement pas fait l’unanimité des autorités religieuses et de l’élite politique, constatent les experts.
 
« Ça risque de créer d’importants remous du côté de l’aspect légal et juridique des choses », commente l’analyste politique spécialisé au Moyen-Orient, Julien Poireau. « Si avant les femmes avaient les mêmes droits qu’une chaise ou une table et étaient considérées comme une propriété individuelle, elles ont maintenant un statut équivalent à certaines espèces animales, ont doit donc, au grand minimum, les nourrir, les abreuver et leur conférer un minium d’attention et de respect, ce qui n’était pas le cas au préalable » note-t-il.
 
Selon le panel d’experts qui a tranché sur la question, la femme serait dépourvue d’une âme, mais aurait toutefois des qualités communes aux mammifères, ce qui expliquerait leur capacité à procréer et à allaiter, et quelles soient dotés d’une colonne vertébrale, ont conclu les experts lors de cette décision historique.
 

Note de Zalandeau : J'étais persuadé que nous étions au XXIème siècle...  Quelle désillusion depuis un certain temps !!!

Posté par zalandeau à 08:35 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

02 mars 2016

"Monsieur, ils l'ont bien cherché..."

GSM

NDLA : Tiré de MARIANNE n°926 du 16 au 22 janvier 2015. Le texte se suffit à lui-même. Je ne lui apporterai donc aucun commentaire.
 
Écrit par Mohamed Kacimi
Note de Marianne : Ecrivain et dramaturge. Auteur de la Confession d'Abraham, la Table d'éternité, Holy Land...
Ecrivain et dramaturge, Mohamed Kacimi devait parler théâtre dans un lycée professionnel de Bondy. La discussion a dérivé sur les attentats. Il en est ressorti estomaqué. Juste de la "provoc" ou plus grave ? Témoignage de Mohamed Kacimi...

Je suis parti tôt de chez moi. Comme tous les auteurs dramatiques, je n’ai pas de permis, j’ai donc pris un RER puis deux bus pour rejoindre un lycée professionnel dans le Val-de-Marne où je dois rencontrer deux classes de terminale pour leur parler de théâtre. J’ai fini par trouver l’établissement en question, planté dans une zone pavillonnaire plutôt jolie. J’ai poireauté un moment devant le portail cadenassé en raison du plan Vigipirate, avant d’être reçu par le proviseur. L’ambiance est tendue mais mon hôte est affable.

« Vous savez, c’est un peu tendu en ce moment, mais moi, je m’en suis bien sorti. On a fait la minute de silence, j’ai baissé la tête, certains ont rigolé, mais tout le monde a applaudi. Je respire. A Bondy, il y a des profs qui ont refusé d’observer la minute de silence… Vous allez rencontrer nos classes, ils sont très gentils, vous verrez, je crois qu’ils vont parler de ce qui s’est passé, des… événements. Il faut juste faire attention aux mots, il faut bien choisir les mots. Ils sont gentils, les élèves, mais il faut faire attention.
– C’est-à-dire ?
– N’utilisez pas le mot “terroristes”. “Terrorisme”, ils ne comprennent pas.
– Pourquoi ?
– C’est des ados. Pour eux, “terroriste”, c’est positif, c’est guerrier ; dites plutôt “attaquants”…
– Je vois…
– Oui, il y a un autre mot qu’il ne faut pas utiliser, c’est “attentat”.
– Ah bon ?
– Oui, c’est la même chose. C’est quelque chose d’héroïque, vaut mieux dire “opération”.
– Je comprends.
– Une dernière chose, monsieur Kacimi, j’ai lu ce que vous écrivez, ne parlez pas d’islam, d’islamistes, ils trouvent ça stigmatisant.
– Qu’est-ce que je dois dire ?
– “Religieux, fondamentalistes”, et si vous parlez d’islam, n’oubliez pas de citer les deux autres religions, c’est ce que je fais à chaque fois. Quand je parle de l’islam, je cite obligatoirement les deux autres religions, le christianisme et le judaïsme. »


Je m’installe au CDI où je suis reçu par la prof de français qui ressemble à toutes les profs de français du public, car elle a des cernes qui tombent jusqu’aux chevilles.

 Entre la première classe de terminale qui ressemble à toutes les classes de terminale des lycées professionnels, dans la mesure où elle compte 22 Blacks et deux Blancs que l’on dirait égarés. Les 22 Blacks sont habillés comme tous les Blacks, Nike, jeans et doudoune avec capuche. Et les deux Blancs égarés sont habillés comme les Blacks sauf qu’ils portent de lourdes chaînes en argent.

Entre la deuxième classe des filles, pareille à toutes les classes de lycée professionnel de France, car elle compte 16 Blacks et 6 Arabes, toutes habillées en Gap. La prof se lance dans de grandes questions sur Beckett, le théâtre de l’absurde et l’incarnation. Les garçons regardent leurs baskets et les filles, leurs ongles. Comme dans tous les lycées de ce genre, il n’y a aucun contact entre les deux sexes et les deux « races ». Les filles d’un côté, les garçons de l’autre ; les Arabes d’un côté, les Blacks de l’autre. Il y a une thèse à rédiger sur ce phénomène : « Ce que cachent aux adultes les ongles des jeunes filles ». Il faudrait que je revende ce titre à Yasmina Khadra.

Sentant mon auditoire peu passionné par la dramaturgie, j’ai décidé de mettre les pieds dans le plat.

« Bon, je vois que le théâtre ne vous passionne pas beaucoup. Pouvez-vous me dire comment vous avez vécu les… événements du journal… satirique ? »

Un frisson parcourt les deux classes.

« Vous parlez de Charlie ? – Oui, c’est ça.
– Vous l’avez vécu comment, vous, monsieur ?
– Je dois vous avouer que j’ai eu beaucoup de peine.
– Ah, s’esclaffent certains, pas nous.
– Pourquoi ?
– Ils l’ont bien cherché.
– Ils l’ont voulu.
– Ils ont eu ce qu’ils voulaient.
– On n’insulte pas les gens comme ça.
– Surtout notre Prophète. Personne ne l’a vu, personne ne lui a serré la main, comment peuvent-ils le dessiner ? »


J’essaye de calmer le jeu.

« Croyez-vous que l’assassinat soit la meilleure réponse ? Ne vaut-il pas mieux répondre à la critique par la critique ?
– Vous rigolez. Si on critique, ils risquent de recommencer.
– Comme ça, on n’en parle plus. »


Je calme un peu le brouhaha.

« Vous vous rendez compte que vous vivez dans un pays démocratique et qui a une longue tradition anticléricale qu’il faut connaître et respecter. »

Le propos, loin d’apaiser les élèves, jette de l’huile sur le feu.

« Oui, démocratique pour les uns, pas pour les autres. – Tu fais une quenelle, tu te retrouves en garde à vue.
– Tu dis “Allah akbar”, tu te reçois une balle dans la tête.
– Et Dieudonné, lui n’a pas le droit de déconner, comme vous dites.
– Y a que les juifs qui ont droit à l’humour ?
– Oui, nous, comme on n’a pas le droit de rigoler, on tire dans le tas.
– On se marre comme on peut. »


Au fond de la salle, un grand Black lève la main.

« Monsieur, faut que je vous dise une chose, c’est la guerre. Ça va être la guerre, nous les musulmans et les autres, les juifs et les chrétiens, la guerre à mort.
– Tu es musulman ?
– Non, je suis chrétien.
– Pourquoi tu dis que tu es musulman ?
– Je dis ça parce que j’aime Anelka, il est musulman, tout le monde le déteste, lui déteste tout le monde, et nous on l’aime… Je vais me convertir juste pour Anelka, monsieur. Ce sera la guerre, monsieur, comme avec Anelka. »


http://www.marianne.net/agora-monsieur-ils-ont-bien-cherche-1421429745.html

Posté par zalandeau à 11:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2016

Le mythe du progrès : Désillusion de ma génération

GSM

Je suis d'une génération à laquelle on a fait croire et qui a cru que le progrès profiterait à l'homme de manière directe.
C'était dans la fin des années 60 et au début des années 70. Nous avions atteint une sorte d'apogée dans la socialisation de la société française. L'état social veillait sur tous ou presque. La création de richesse était permanente et retombait en pluie sur tous.
Nous étions dans ce tournant technologique qui permettait de penser que dés lors, le progrès scientifique et technique apporterait du bien-être et du mieux-vivre à chacun.
 
En clair les machines devraient nous aider dans nos tâches de la vie courante comme dans notre vie professionnelle. Le robot travaillerait à notre place, créerait des richesses et nous nous acheminerions vers une sorte de paradis terrestre, le même paradis dont la bible nous disait que nous en avions été chassés par Dieu...
 
Dès lors, le progrès, aurait du être de donner le confort à tous les humains de la terre...
 
Mais c'était compter sans la rapacité de la RACE humaine...
 
Le progrès ou le robot, ne devait pas atterrir directement dans les mains du quidam de base. Non !
Cette manne technologique a rallumé les appétits féroces de ceux qui veulent depuis la nuit des temps, égoïstement, prélever la plus grosse part du gâteau. La socialisation de notre société policée en réaction aux dévastations des conflits mondiaux a volé en éclats. Les bienfaits de ce progrès ne profitèrent que par miettes aux citoyens de base qui petit à petit redeviennent les serfs des temps anciens.
 
Non, le robot ne devait pas être attribué à chacun d'entre nous. Les robots servirent des patrons qui les utilisèrent pour nous remplacer, nous faisant perdre notre gagne-pain, sans nous faire bénéficier des bienfaits des créations de richesses.
 
Il nous fallu continuer de travailler alors que la machine nous volait notre travail au lieu de nous le simplifier.
 
La dernière trouvaille de la gent prédatrice (la finance libérale puisqu'il faut l'appeler par son nom), fut de mettre en concurrence les hommes de la planète sur l'exécution de ces créations de richesses. Alors que la technique aurait du profiter à tous au fur et à mesure de son progrès.
 
Nous nous retrouvons ainsi, avec un progrès qui a supprimé des emplois, asservi davantage les humains et enrichi une caste de prédateurs qui n'a jamais été aussi riche, mais jamais aussi inconsciente des conséquences néfastes de son action sur tout ce qui vit et même sur elle-même...
 
Un système mégalomane, avide et égoïste joue à l'apprenti-sorcier, tel un diable que l'on aurait jamais du laisser sortir de sa boite, dévorant tout sur son passage dans une fureur autodestructrice...
 
Le Progrès ?... C'est maintenant devenu un synonyme de récession dans un processus d'esclavage...

Posté par zalandeau à 09:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


26 février 2016

Charlie, Liberté, tolérance, laïcité, citoyenneté, civilité, respect

19 janvier 2015
 

GSM

Ce titre ? Parce que je considère que tous ces termes sont intimement liés et que l’on ne peut surestimer aucun d’entre eux au risque de sous-estimer les autres notions sus-citées…
 
Charlie hebdo a-t-il le droit de s’exprimer de cette manière sur le prophète de la religion musulmane ? Et pourquoi pas, puisqu’il fait pareil sur Jésus, ou moïse ?
Le problème est en vérité que l’on ne peut rire de tout avec tout le monde. Chacun le sait.
Et ceci est valable même en politique. Allez faire une vanne sur les communistes à l’UMP, vous serez accueilli par un délire de rigolade. Allez faire la même, rue du Colonel Fabien… Vous avez intérêt à courir vite… Dans tous les domaines c’est ainsi !
 
Vous avez la liberté, mais la tolérance est à sens unique. C’est pourquoi la liberté n’est pas infinie, car elle s’arrête où commence la liberté de l’autre… Dire du mal des croyances de quelqu’un (n’importe quelle croyance : la rotation de la terre, la théorie des cordes, l’origine de la dégradation climatique), devant lui, en se moquant de lui, c’est d’une certaine manière lui manquer de respect.
 
Alors il faut rigoler des autres seulement avec ceux qui pensent comme vous. C’est ce que fait Charlie hebdo, en fait. Ce canard satirique tire à 60.000 exemplaires ! En quoi un milliard de Musulmans qui n’achètent pas Charlie peuvent-il s’affecter de ce que les autres pensent ? Alors on n’aurait pas non plus le droit de penser ?
On en revient à la presse. La médiatisation (que ce soit les placards devant les kiosques à journaux, les exploitations télévisuelles, etc…) rend publique ces satires qui choquent un certain public…
 
On a rendu beaucoup d’hommage à la presse, ces derniers jours. On ne se souvient plus des scandales créés par les médias dont les rédacteurs montent en épingle des petites phrases sorties de leur contexte. Faut-il informer ? Certes ! Faut-il à tous prix choquer ? Je ne pense pas. Où s’arrête l’information et où commence la provocation ?
L’information doit être courageuse, mais aussi honnête, impartiale. Ce qu’elle n’est pas toujours. Pour autant doit-on lui imposer l’autocensure ? Elle la pratique déjà bien trop souvent, lorsqu’elle ne laisse l’accès qu’à une pensée « politiquement correcte », en gommant certaines informations… Cette désinformation a participé à l’état délabré de la citoyenneté que nous constatons à ce jour.
Les attentats ont délié un peu les langues, mais si peu desserré la langue de bois et nullement écorné le sensationnalisme.
 
Revenant sur l’intolérance extrême qui se manifeste dans le monde musulman, au détriment de chacun des Français, tout simplement par la publication de petits dessins drôles et impertinents mais plus spirituels que méchants, on perçoit que l’intolérance, l’obscurantisme et la bêtise sont les plus répandus dans le monde, y compris en France. Il existe bien un monde d’avant le siècle des lumières qui subsiste à nos portes et même chez nous, un monde de l’endoctrinement, du non-savoir, du non-penser et de la tyrannie… N’est-il pas possible de se poser des questions sur la pertinence de certaines remises en causes ? N’est-il pas possible de dialoguer pour exprimer son désaccord, au lieu d’imposer par la violence un point de vue, qui n’a aucun fondement rationnel ?... Votre liberté de pratiquer votre religion s’arrête aux règles du vivre ensemble dans la république Française. Vous pensez avoir des droits, vous oubliez que vous avez des devoirs. Il serait bon que l’état vous le rappelle en vous l'enseignant, dès l'école primaire. Vous avez le droit d’expression, vous n’avez pas le devoir de provocation ni d’agression.
 
Nos dirigeants au cours des décennies ont su laisser faire les mouvements migratoires, au nom de valeurs purement éthérées et théoriques, mais pratiquement, ils n’ont rien fait pour imposer la laïcité afin que tous les impétrants deviennent citoyens et respectueux des règles de notre démocratie.
Que ceux qui veulent garder un mode de vie non-compatible avec la France, partent dans les pays où ils pourront s’adonner à leurs désirs de ténèbres. Les autres, qu’ils restent, puisque nous sommes si bien ensemble…

Posté par zalandeau à 18:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

24 février 2016

Charlie, Dammartin, Montrouge, Porte De Vincennes : Les enseignements…

GSMTexte écrit le 9 janvier 2015

Je ne raconterai pas l’histoire, chacun la connaît… Elle se termine comme je l’avais souhaité. Bravo à nos forces de l’ordre !
 
Je regarde et je constate… Je constate que mes prévisions étayées par les estimations de nos anciens (généraux, officiers de renseignements, etc…) sont totalement en dessous de la réalité vécue à ce jour…
Nous estimions à l’époque un effectif armé minimum de 500 policiers ou militaires par terroriste afin d’éliminer ce danger activiste, en cas d’insurrection. Soit pour 1000 djihadistes potentiels, 500.000 policiers et militaires…
La vision des évènements actuels est pour le moins beaucoup plus inquiétante.
En effet des dizaines de milliers de personnels des forces de l’ordre sont mobilisés pour 3 terroristes.
Pourquoi ? Parce que l’on veut à tout prix, contre la violence aveugle, montrer un état de droit, prenant toutes les précautions envers la population civile, écartant tous risques, respectant même les droits des assassins que l’on traque…
 
Conséquences :
-La débauche de moyens policiers fait craindre qu’en cas d’attentats multiples nous serions très rapidement dépassés. L’exemple actuel démontre que 30 terroristes agissants simultanément partout en France satureraient notre capacité de riposte.
-Le luxe de précautions (protection des civils, blocages des voies de communications pour empêcher l’arrivée de renforts terroristes) a bloqué l’activité de centaines de milliers de personnes. Et donc en cas d’agression par 30 djihadistes éparpillés, la France entière serait figée. D’où une perte d’activité (de PIB) très conséquente. Je ne veux même pas évoquer, afin de ne pas donner d’idée, les conséquences d’attaques qui viseraient de nombreuses infrastructures de communication, de production d’énergie, de transport, etc.
-Ce que je viens d’écrire, les organisations islamistes ont pu également l’observer et en tirer les mêmes conclusions…
 
J’espère que nous pourrons compter sur une prise de mesure très rapide des autorités afin de contrer les attaques futures qui seront nécessairement plus fréquentes, plus nombreuses, plus puissantes, plus organisées… Il faut :
 
-Un relèvement de l'effectif des personnels des forces de l'ordre.
-Un vote de lois d’exception, afin de pouvoir prendre des mesures préventives sur des groupes dont on connaît bien évidemment la dangerosité potentielle.
Cela implique un abandon partiel de l’état de droit, qui ne s’appliquerait plus aux terroristes en puissance et un contrôle continu, afin que des excès ne soient pas commis sur des civils (bavures).
-Une diminution du luxe de précaution actuel lors des opérations d’élimination des terroristes, faute de personnel policier suffisant.
C’est évidemment un petit peu plus de danger pour la population, mais il vaut mieux un peu plus de danger que nos forces de l’ordre parviennent à maîtriser très rapidement, plutôt qu’une menace qu’on ne parviendrait pas à vaincre par déficit de ‘productivité’ de l’appareil policier…
 
Il y a là, un risque politique pour le pouvoir en place quel qu’il soit ! Aussi, y-a-t-il un gros effort de sensibilisation à cet aspect de la guerre intérieure que nous avons à mener.
 
Il y a urgence, car chaque territoire de ‘non droit’ gagné par les rebelles est une perte de soutient de la population civile qui y habite, au profit des terroristes.
 
Note de Zalandeau : J'ai écrit ce texte il y a un an... Depuis, les évènements m'ont donné largement raison. Un "état d'urgence" a enfin été mis en place... Mais les moyens ne sont pas mis en oeuvre... ou si peu...

Posté par zalandeau à 11:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2016

Montauban -Toulouse, A qui profite le crime ? (Ecrit les 22 et 23 mars 2012)

GSM

Finalement qui est l'assassin ?
 
Je crois que, plutôt qu'un agent dormant d'Al-Qaïda, on ait eu à faire à un pauvre type en mal de reconnaissance. Un type qui aurait escaladé l'Everest, sauvé plein de vies humaines, ou bien massacré, comme c’est hélas le cas, pour devenir enfin ce personnage vengé d'une société qui n'a pas voulu de lui... Et surtout, dont il n'a pas voulu...
 
Ah... Martyr d'une cause, immortalisé dans l'histoire, enfin célèbre, quel bonheur ! Bonheur de minable !
....................
Il était grand temps que cela se termine comme cela s'est terminé, avec une morale universelle : le méchant a perdu, le méchant a été puni. Car même si c'était un pauvre type, il ne doit y avoir aucune excuse qui tienne vis à vis de ce qui est un atroce assassinat en série, sans pitié, avec toute la cruauté la plus inimaginable...
 
Le temps qui passait, donnait l’occasion aux médias qui n'en ratent jamais une, de glorifier ce triste individu, dont les propos étaient relayés par la police : Pub gratuite sur grande audience à la une des quotidiens ! Prêchons le bon exemple de la star Momo les bons pruneaux au sourire éclatant Email-Diamant !
 
Oui, il était temps que cela se termine, car il aurait fini en héros, ce qui aurait été un comble !
 
L'exécutif a retardé l'assaut afin de se donner figure humaniste : L’attraper vivant ! Mais il est des cas, où un report si long passe pour de la faiblesse ou même de la commisération déplacée...
 
Alors à qui profite le crime ?
 
-A Al-Qaïda
-A Israël
-Au terroriste abattu qui a eu son crépuscule des dieux de martyr et qui va peut-être faire des émules, émoustillés par toutes ces vierges les attendant soit-disant au paradis d'Allah ?
-Un peu au pouvoir Français qui engrange le bénéfice du professionnalisme de ses services régaliens, bien qu'il n'ait pas géré sainement le dénouement de l'action... ? Et pas suffisamment surveillé le lascar...
 
NDLA : Acte isolé, oui ! Terroriste par envie de gloire, oui ! Puis nous avons su par la suite que l'endoctrinement extrémiste islamiste était omniprésent autour de ce minable et concourait largement à ses mobiles...

Posté par zalandeau à 10:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2016

Mémoires et radotages (12) – Enfants (écrit le 26 oct 2015)

GSM

Et maintenant, ce sera à nos enfants de se démerder avec cette gangrène que nous n’avons pas su empêcher, ou plutôt que nos dirigeants ont encouragée… Lesquels ne seront même pas punis… Et pourtant ils mériteraient le poteau d’exécution pour nous avoir livrés à l’ennemi libéral et à l’ennemi rétrograde… Deux factions extrêmes qu’ils auraient du réguler…
 
Notre personnel politique ? Ce sont vraiment des ripoux, des pervers, des saloperies… A quoi nous servent-ils ?... A rien ! Ils ne nous servent pas… mais ils se servent de nous !
 
Quand je pense que le culbuto va aller faire un discours sur le lieu des 43 morts brûlés vifs (Accident 'car de vieux' vs 'camion de bois')…
 
Ça m’a vraiment ému, ce drame… Et il le sait… ils le savent… Il faut à tout prix qu’ils récupèrent cet émoi collectif, histoire de grappiller quelques pourcents de voix supplémentaires que leur politique inepte leur fait perdre…
 
Alors, il va faire semblant de nous jouer du violon « Ah ces pauvres gens calcinés, mémoires des Français, glorieux ancêtres, qui n’ont pas terminés leur vie dans leur lit… Et bla bla bla et bla bla bli »…
Et si on pouvait lire dans son cerveau ainsi que dans ceux de ces ignobles machiavels on y verrait « Merci au hasard de nous avoir fait économiser 40.000 euros de retraites par mois, soit près de 500.000 par an. Ah ! Si 100.000 cars de vieux pouvaient se viander on pourrait rembourser la dette… Et je pourrais alors augmenter ma paye de président de 100%, et je pourrais doubler le nombre de députés, de sénateurs et ainsi de suite, pour privilégier ma caste »…
 
Ah, comme c’est dommage, que les cars de retraités ne se cassent pas plus souvent la gueule pour assouvir les avidités de nos dirigeants imbus de leurs personnes, de leurs privilèges et de leurs images…
 
Personnellement… mon cœur saigne pour ce petit enfant de trois ans… retrouvé carbonisé dans le camion que conduisait son père… Je trouve cela très dramatique… Un enfant, c’est sacré, un enfant, c’est l’innocence et c’est notre avenir, un enfant, c’est ce qui est le meilleur de l’humanité…
Pauvre petit enfant… victime de la connerie et du désintérêt des adultes.

Posté par zalandeau à 12:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

18 février 2016

Mémoires et radotages (11) – Porte ouverte à la barbarie (écrit le 25 oct 2015)

GSM

Quand je pense que la grosse Merkel va donner du fric à la Turquie et veut la faire rentrer dans l’UE… Le but c’est de limiter la venue des réfugiés… C’est n’importe quoi ! Il y aurait alors, non seulement 100 millions de musulmans de plus en Europe, d’un seul coup, avec la proportion d’extrémistes que cela comporte, mais en plus ce serait la porte entièrement ouverte à tout le monde arabe en régression moyenâgeuse et la fin de la civilisation européenne… Il est d’ailleurs inutile de dire que le pognon donné à la Turquie serait engourdi pour tous autres usages corruptifs que la fixation des migrants…
 
Notre avenir sur ces hypothèses ? Travail au black… Plus de smic, plus de travail, plus de sécu, plus de retraites, plus de revenus pour les indigènes que nous sommes… Catholiques, protestants, athées feront la prière à Allah et le ramadan. Finis, la musique, le cinéma, les spectacles autres qu’islamiste. L’alcool, interdit à la consommation servira seulement pour nettoyer les plaies des gens amputés suite à l’application de la charia… Ahhhh, quel bel avenir nous préparent les grands de ce monde… Sont-ils imbéciles ou d’incorrigibles rêveurs, ou alors des traitres pervers ? Je crois plutôt à la dernière hypothèse…
 
J’exagère ? Il suffit de regarder autour de nous : Certaines cafétéria ne servent plus de porc au menu. Il y a un dictat de la religion musulmane sur toute notre société. Et nos imprécations de laïcisation des musulmans restent de plus en plus lettres mortes…
Tout cela à cause de la préférence que nos autorités donnent aux musulmans, soi-disant pour rétablir l’équilibre, mais en fait pour museler la population indigène Française, la rendre plus docile et plus corvéable à merci…
 
Et puis la charia… Décapité-crucifié… après tout… c’est pas si terrible, une fois mort…
 
Trêve de plaisanterie… Quand, à quel moment, nos bo-bos redescendront-ils sur terre ? Quand verront-ils que leur intérêt c’est aussi celui de leurs concitoyens… Quand considéreront-ils que "LIBERTÉ, EGALITÉ, FRATERNITÉ", cela s’applique aussi à eux ? Et donc, qu’ils ne doivent pas en exonérer les immigrants…
 
En conséquence, ils ne doivent pas sacrifier la France périphérique au simple prétexte qu’ils ne la perçoivent pas, les yeux embrumés par leur confort étriqué et éphémère.
 
De toute façon s’il y avait une fraction de l’immigration à diminuer drastiquement, ce n’est pas la partie de réfugiés de guerre, dont nous devons protéger la vie, car je crois que c’est là notre devoir sacré… Mais plutôt les autres… Tous les autres qui arrivent du continent Africain par simple esprit de lucre, de profit… Que ce soit les clandestins que nous devrions raccompagner chez eux, ou que ce soit ceux qui viennent en faux touristes mais en vrais pique-assiettes au nom de quelque regroupement familial bidon…
 
Trop d’immigrants musulmans et forcément contenant des individus porteurs de cette idéologie barbare… Qu’ils soint « porteurs sains », ou déjà contaminés par le virus salafiste… C’est nous condamner à mort nous-mêmes, c’est nous suicider… Dans la mesure où ils ne s'intègrent pas, ce qui est de plus en plus le cas, hélas...
 
Il y a plusieurs décennies, ces populations s’intégraient bien à notre société. Maintenant, une fraction de plus en plus importante ne s’intègre pas et font germer des îlots de plus en plus importants d’intégrisme qui se perpétuent et s’étendent… 90 % des fatmas sont voilées, maintenant… Merci, à ces messieurs de la gôôche, avec leurs idéaux humanistes complètement déconnectés de la réalité et dont je crois qu'ils ne sont qu'un prétexte pour déstructurer la société Française … Merci aux Z’UMP (qui ont changé de nom, tellement ils ont honte de ce qu’ils ont fait et laissé faire), ils ne valent pas mieux…

Posté par zalandeau à 11:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :