19 juin 2017

Mémoires et radotages (112) – 2ème tour législatives 2017

GSM

C’était le dimanche 18 juin 2017…
 
-C’est l’annivelsaile d’l’appel du Génélal, vingtdious !
-Ah, non ! C’est le deuxième tour !
-Melde alors ! Il a olganisé son boldel le joul du Génélal ! Y va s’faile d’la pub sur le Génélal ! Quel culot ce salopald !... Bin, on va aller voter, quoué ! Toi, tu votes pour l’banquier ?
-Bin ouais !
-Bin, j’préfèle encore bouère un coup d’Suze, c’est moins amèle qu’ton Maclon, boldel !
……….
Alors j’entle dans l’isolouère… Quand j’sors, j’voué qu’tous les assesseurs qui tiennent la caisse (l’urne) et le comptouère (les listes), y sont d’la drouète ! Fi’d’putain ! Y sont qu’entre eux ! V’là t’y pas qu’y vont bouller les ulnes pendant l’repas ces fi’d’galce là !
 
C’est l’maile qui tient l’ulne ! Salopelie ! C’est chouette pour lui, comme ça, y sait quels administlés ne viennent pas et donc n’votlont pas pour sa copine ‘députée’ ! (ou bin ‘des putains’, j’chais point)... Il influence ses administlés, l’salopald !
Au moment d’foute mon enveloppe dans la fente (la fente ? Ah ça y est, c’est des putains qu’y faut dile)… J’lui dit « l’Macron, y va-t-y m’remboulser mes lunettes, j’y vois pus rin avec celles-ci !...
L’est resté interloqué, l’gars ! Même pas capab’ d’rigoler, ou dire « ben, j’chais point ! », ou quek-chose dans l’genle, quoué !... Y doit s’dire « Mais pour qui qu’il a voté c’gars là, pour mon gang, ou pour l’Maclon auquel on se rallie dès d’main ? »
Alors j’ai lâché mon enveloppe bleue… Avec d’dans un joli bull’tin blanc qu’j’ai découpé la veille ! Hé, hé, hé… J’t’emmerlde, m’sieur le Maile avec ta députain et vos magouilles d’appel d’offles tluqués pour des tlavaux de melde qui n'servent à rin !
 
J’chais même point si va y avoil des sclutateuls ? J’croué qu’j’vas aller sclutater dès 18 heules ! Vingtdious d’bondla d’melde !
 
……….
 
A la téloche on voit les ministes aller voter poul eux-mêmes, pace qu’y parait qu’y s’sont plésentés comme dépités ??? Bin melde, alols ! Ça leul suffit point ? Y veulent tout : Le beuulle, l’algent du beulle, le cul d’la clémièle… tout , qu’y veulent !
 
Alors, y palait qu’c’est pace que leul notoliété de ministe, ça les aide à empolter une cilconscliption !!! Mais si y gagnent ? Y devraient démissionner de ministe, melde alors ! Pace que, voyons vouère… Y z’aulaient le dloit de ploposer les loués et d’les voter en même temps ? Hummmm…. Boldel de melde !.. C’est comme si dans une coul d’assise, l’ploculeur y faisait l’julé en même temps ! Qu’est c’est qu’c’boldel ? Ah elle est belle leul démoclatie, melde !
 
Y palait qu’si y peldent, y sont vilés ! Bien fait poul eux ! Ben… y devlait les viler même si y gagnent ! Ca s’rait nolmal, ça, fi’d’putain !

Posté par zalandeau à 09:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


18 juin 2017

Macron, la Cour des comptes et les Retraites

GSM

Ecrit par autrui :
 
Il y a gros à parier que pour une fois les conseils de la Cour des Comptes  vont être suivis à la lettre
La seule arme pour les retraités, c'est le TRANSFERT de ce document de retraité à retraités.
Inutile de rajouter le moindre commentaire, il suffit de lire le texte ci-dessous ; et malheureusement nous savons que tout cela est exact !
 
Bon courage, les retraités...
 Les retraités doivent se défendre et, pour cela, il suffit qu'ils fassent la grève de leurs actions dans le bénévolat, ce gouvernement aura vite compris qu'ils sont indispensables à la nation et qu'ils méritent un peu plus de respect !
"Vent debout les retraités"
 La Cour des Comptes considère que l'objectif de rattrapage des revenus des retraités par rapport aux actifs est atteint.
  Elle propose donc dans son dernier rapport une hausse de leur imposition.
Revue des mesures proposées et de leurs gains escomptés.
Dans son dernier rapport sur la Sécurité Sociale, la Cour des Comptes préconise de faire davantage participer les retraités à la solidarité nationale. D'après la Cour des Comptes, les différentes niches fiscales et sociales qui s'appliquent aux retraités représenteraient *un manque à gagner de 12 milliards d'euros pour l'État et la Sécurité Sociale*.
Or, les revenus des têtes blanches sont désormais légèrement plus élevés que ceux des actifs, et leur patrimoine beaucoup plus. Selon le président de la Cour Didier Migaud,
"*les retraités sont dans une situation financière plus favorable que les actifs, *notamment les jeunes*."Et l'objectif de ces avantages, qui était de réduire l'écart avec les actifs, est atteint."
Revue des mesures préconisées par la Cour des Comptes :
Supprimer progressivement *l'abattement de 10%* car ils n'ont plus de frais professionnels (gain de 2,7 milliards d'euros).
- Supprimer progressivement l'exonération des majorations de pensions pour les parents de 3 enfants (gain de 800 millions d'euros).
 
- Aligner le taux de CSG appliqué aux pensions de retraite sur celui des actifs.
 Ce qui soumettrait les 7,9 millions (49%) de retraités aujourd'hui assujettis à une CSG de  6,6% à un taux de 7,5% (gain de 1,2 milliard d'euros).
 Les 585 000 particuliers employeurs de 70 ans et plus qui bénéficient d'une *exonération de cotisations patronales*,se la verraient supprimée (gain escompté de 380 millions d'euros).
 C'est vrai qu'un chirurgien, un ingénieur ou un pilote d'avion en retraite est en situation plus favorable qu'un jeune actif qui bosse à la poste...
 
Voilà bien une injustice de taille. 
*Autre injustice, on a plus de patrimoine à 70 ans qu'à 30 ans... c'est dingue non ?*
 C'est vrai aussi que les honteux retraités qui ont connu l'époque de travailler plus pour gagner plus (48 h hebdo et 3 puis 4 semaines de congés) et préparé leur retraite en économisant, sont... has been en regard des 35 h , 5 semaines de congés et RTT.
Mais c'est vrai aussi qu'il faut éviter de parler :
 -          Des sénateurs, des députés, des ministres qui ont la retraite à vie, après 8 mois de ministère
 -          Des effectifs pléthoriques de ministres, de sénateurs, de députés et de fonctionnaires de l’Administration Territoriale de la France : régions, départements, arrondissements, cantons, intercommunalités et communes.. sans parler de l'administration européenne...
-          Des régimes spéciaux
-          De ceux qui partent avec 75% du salaire des 6 derniers mois, alors que d'autres partent avec 50 % du salaire moyen des 25 dernières années...
-          Des députés européens qui ne paient pas un centime de CSG.
-          Et…des Présidents de la République en retraite (excepté Giscard qui n’a pas voulu) Chirac, Sarkozy et Hollande.
Ex : Sarkozy coûte environ 1 500 000 EUR à la nation chaque année (chauffeurs, retraite, gardes du corps, personnels, voyages, etc., etc.…)
 -          Des journaleux chouchoutés par le pouvoir en place.
 -          Ceux qui ne paient rien et reçoivent tout.
 Et puis, il faut bien payer les RSA, CMU et tous les assistés venus d'ailleurs, alors tout est bon pour trouver des coupables...
 Au passage, ils sont loin d'expliquer les 12 ou 17 milliards du trou de la sécu (même pas foutus de savoir combien...).
 D'une part, il n'y a pas de déficit, d'autre part, si l'Etat payait la cotisation de ses fonctionnaires, nous serions "haut la main" en positif !   Bon courage pour l'avenir...
 Sont-ils devenus fous ? Combien de temps les Français vont laisser faire cela
  Le ridicule absolu.
 

FAIRE SUIVRE POUR NE PAS SE LAISSER FAIRE...

Posté par zalandeau à 09:10 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juin 2017

Mémoires et radotages (111) – Divers (et de printemps)… écologique

GSM

J’ai décidé de réagir ! Je vais refaire de la marche me suis-je dit le week-end dernier !
 
De fait, j’ai marché dimanche 11 juin, lundi, mardi et jeudi… Passant de 4,8 à 8 km parcourus et d’une vitesse moyenne de 3,9 à 4,1 km/h… Je suis loin des cent bornes en 24 heures de ma jeunesse… Jeudi, j’ai été obligé de stopper tant j’avais une douleur de plus en plus intense entre l’omoplate gauche et les vertèbres cervicales et dorsales… Etrange, mais c’est comme ça !
Total… En une semaine, je n’ai pas arrêté de prendre du poids… Ce n’était pas du tout un effet collatéral recherché… Bon ! On verra bien !
Mercredi, je suis allé voir un de mes deux amis ( qui sont, non pas de promotion, mais de ‘profession’ dirai-je).
Lundi, j’avais aussi mis à jour la carte vitale de Toto et j'ai fait 140 bornes en bagnole pour la lui rapporter.
 
Cela fait du bien de ne pas rester à la maison, de voir ceux qu’on aime, de se marrer un bon coup, de parler du bon vieux temps, d’embrasser son fiston tout en lui rendant service…
Même si à chaque fois c’est la soupe à la grimace, la jalousie, la paranoïa, la haine, le harcèlement, les aboiements de roquets qui m’attendent au retour…
 
Depuis mon retour de nos retrouvailles de promo… je me demande s’il y a eu une journée, sans au moins une fois qu’elle me fasse la gueule ?
 
Si on fouillait dans mon cerveau concernant les idées que j’ai sur ma moitié et si ces idées étaient condamnables, comme les actes… J’irai tout droit en prison ! Dieu fasse que je continue à me retenir !
 
……….
 
Il y a un sujet que je croyais avoir raconté… mais je ne le retrouve pas… A classer dans le tag « société des pourris »…
 
C’était du temps où il était ministre et où je travaillais…
J’étais allé faire un devis chez Brhice-Lalhonde. Il habitait dans le Marais, pas loin de l’horrible centre Pompidou…
Pour un écologiste ministre de l’environnement, habiter dans un immeuble non isolé, dans un appartement de 3,20 m sous plafond, avec de grandes baies en simple vitrage, je trouvais cela assez fort de café, eu égard aux frais immenses de chauffage qu’il se permettait en dehors des caméras… Mais passons !
Les Lalhonde employaient une bonne Portougaiche… (Oui, je sais, on dit ‘employée de maison’).
Ils la traitaient purement et simplement comme de la merde ! Surtout la femme Lalhonde, puisqu’elle se la jouait ‘maîtresse de maison’… Quant à Lalhonde, je me suis retenu, pour ne pas lui mettre une pêche dans sa gueule de c.., tant son comportement hautain me donnait des démangeaisons dans les paluches. J’ai été très écoeuré, de voir que ces gens soi-disant de gauche étaient de semblables en….. Et je pèse mes mots !
 
Inutile de dire que j’ai fait un devis d’un prix si exorbitant que j’étais certain de ne pas avoir l’affaire…
 
Voilà un exemple (à ne pas mettre en exemple), d’une famille bobo, de la gauche écologiste… aux comportements aussi peu écologistes que sociaux…

Posté par zalandeau à 09:20 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2017

À diffuser le 12 septembre 2014

GSM

NDLA : A cette date, il y avait un an que je sévissais sur blog.fr (aujourd'hui disparu) sous le nouveau pseudonyme de Zalandeau... A la fois attachant et perturbant, ce site, beaucoup trop convivial favorisait par trop des échanges très et trop vifs, empreints de tendresse, mais aussi et surtout de haine et de ressentiment...
 
Cela fait un an aujourd'hui qu’Al Zandeau sévit sur ce blog (blog.fr). Il a raconté plein de trucs sur lui-même, très impudiquement d’ailleurs, déballé ce qu’il pense de la politique et de la société, raconté quelques vacheries pratiquées par les gens croisés dans sa vie d’avant.
Mais il y a toujours eu continuité entre avant et maintenant, entre maintenant et après…
Il n’est nul havre de paix, tant que nous sommes plus nombreux qu’un seul, dans un monde donné.
 
Il y a eu une mouche à merde ne sachant que déstabiliser et que Zalandeau a interdit de séjour sur son blog, parce qu’échanger, oui, mais être harcelé, non !
 
Il a eu ces amitiés écloses après beaucoup de méfiance. Il en a été extrêmement content, mais déçu quand elles ont rompu sans qu’il sache pourquoi. Pourquoi un jour on te félicite et le lendemain on coupe les ponts avec toi ? Pourquoi un jour on plaisante avec toi et le lendemain on ne publie plus tes commentaires et on ne te répond plus ?
Est-ce un mot qu’il a dit ? Il vérifie, il ne voit pas quoi. Est-ce un mot d’un commentaire tiers ? Est-ce une calomnie que l’on répand dans son dos ? Est-ce un chantage exercé ? Sa venue sur des blogs ayant entrainé d’autres commentateurs, a-t-il été instrumentalisé momentanément puis rejeté après usage ? Il ne le saura jamais. 
 
Heureusement il se borde en n’acceptant pas ces fausses icônes de l’amitié fausse. Cela fait moins mal de perdre quelque chose qui n’a aucune représentation.
 
Il y a heureusement ces personnes qui partent et reviennent régulièrement, apportant un peu de convivialité…
 
Il a pu constater que les structures cybernétiques permettent une exacerbation de l'intolérance de certaines personnes, aussi bien en politique qu'en amitié ; les amis de leurs ennemis deviennent aussi leurs ennemis, peut-être davantage que dans la vie réelle. Il a compris que s’il veut s’exprimer librement, il doit accepter le silence autour de lui. Il suppose que cet isolement est celui de l’écrivain, le talent en moins et les droits d’auteur en moins aussi...
 
Il a eu souvent à se demander "Est-ce que je mets un commentaire ?". Si c’est trop personnel, il n’ose pas. Si le texte est très beau, comment peut-il le dire sans tomber dans la flagornerie ou l'obséquiosité ? Comment ne pas perdre un ami parce qu'il ressentirait des flatteries malsaines ?
 
Il continuera peut-être son espèce de journal quotidien, seul moyen d’écrire mieux qu’il ne parle, tant il perd son vocabulaire au fil du temps, pour continuer à faire travailler son cerveau et pour déverser son trop-plein de stress, comme dans une sorte d’auto-thérapie…

Posté par zalandeau à 09:12 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2017

Tu es venue me voir

GSM

Heureuse m'as-tu dit et j'en suis bien content.
Je garderai l'idée, au plus profond de moi.
J'espère que tu seras, futur d'or et d'argent.
Je ne suis rien pour toi, pas été ton ami.
Tu ne reviendras pas, me raconter tes joies.
Je garderai pour moi,
Au secret de mon cœur, la personne passée, qui enchanta ma vie.
Je souffrirai pour moi,
Serai heureux pour toi.
Ainsi va donc la vie,
Aux cortèges de ténèbres, où la vie qui s'arrête, n'empêche que luise, le soleil de l'amour, sous un autre horizon. Aimer, c'est se taire et garder pour soi, les souffrances que l'on porte. Que l'enfant que l'on aime, soit heureux même sans nous. Le reste n'est que l'errance,
Le piège de la vie,
Qui attrape les cœurs et ne les lâche jamais...
 
Tu as semé en moi, le germe de la souffrance.
Il est lourd le fardeau, quand la peine est immense...
 

Mon cœur sera moins lourd, t'imaginant heureuse...

.

Posté par zalandeau à 09:41 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


14 juin 2017

Les yeux de chatte (6)

GSM

Elle relève ses cheveux qui tombent sur son front, tant elle remue la tête dans un va et vient de plus en plus pressant.
Le garçon se tend sur ses longs bras qui maintiennent son corps puissant, sa jouissance proche tire ses lèvres, découvrant ses dents blanches féroces. Il obéit aux caresses d’Anita, puis son ventre se creuse, il rejette la tête en arrière…
Anita devine que le moment est venu. D’une succion elle appelle cette sève dont elle parait soudain affamée… les fesses du garçon se durcissent, son ventre spasme une mesure rapide…
Anita les doigts crispés sur sa hampe, la gloutonne pour activer cette jouissance qu’elle veut abondante, épaisse, poivrée…
 
Une des longues mains du garçon se pose brusquement sur la tête d’Anita et maintient avec fermeté ce visage qui l’aspire… Soudain les doigts se tordent dans les cheveux. Le membre a des sursauts qui propulsent dans la bouche féminine veloutée, de longs jets brûlants, qu’elle avale en gémissant, comme si elle les avalait par sa grotte d’amour.

Posté par zalandeau à 21:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2017

(13) Hargneuse, comme un petit roquet

GSM

« Hargneuse, comme un petit roquet », proféra-t-il ; comme l'autre, la première, qui était bourrée du matin au soir... 
 
Qu'arrive-t-il ?
 
Sa tendresse n'a pas duré... D'ailleurs en a-t-elle éprouvé ?
Elle a fait semblant de jouer le jeu... Mais comme tout lasse, mais comme les femmes sont l'inconstance même, elle jette bas le masque.
« Mes poèmes ne t'intéressent pas. Mes mots d'amour, tu ne leur réponds pas »...
Il a seul, entretenu ce feu, qu’il croyait partagé.
 
Elle aussi, elle l'ignore. Comme les autres qui l'ont précédée...
N'était-il pas plus simple, de lui dire "non"...
 
Elle avait envie de volupté... Maintenant qu’elle a eu sa dose, il n'existe plus.
La prochaine fois, qu’elle prenne un godemiché...
 
Il fallait bien que ce bonheur s'achève. Au début, il savait que ce n'était qu'une question de temps. Hier pourtant, il pensait que leur amour était devenu durable... Il s’est trompé, encore une fois.
On ne peut compter sur une femme, résolut-il dans un haussement d’épaules.
 
Des femmes ou des conquêtes de rencontre entre deux solitudes, quelle différence ? Elles sont toutes des planches pourries.
« Aucune confiance n'est possible avec des êtres aussi différents de nous », pensait-t-il amèrement.
 
Son père avait bien raison, qui disait : « Les femmes, ça n'est bon qu'à baiser... A part ta sainte mère, qui est une exception ! »… Mais où était l’exception qui lui était réservée, à lui ? Où ?
 
Il a trop cru à l'amour. Il en a été aveuglé. Quelles sortes de monstres froids se cachent sous leurs charmes ?
« Je ne veux plus aimer, c'est trop décevant.
Je ne veux plus aimer, j'y perdrais ma raison, s'il m'en reste une ».
 
La tête lui tourne... Pourquoi ? Pourquoi ? Il ne sait pas, il ne sait plus...

Posté par zalandeau à 09:50 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2017

Fête des Mères

GSM

Arrivée des états unis, la Fête des familles nombreuses a été instaurée en France en 1920. Le Cartel des gauches à partir de 1926 en fait la promotion et en 1929 la Fête des mères est instaurée et ensuite fêtée mais sans plus.
 
En revanche, dès 1941, le Maréchal Pétain en fait une célébration quasi-liturgique, la mère étant mise sur un piédestal. Il faut faire des enfants pour donner des soldats au grand Reich !
 
La mère est glorifiée par la propagande comme “l’âme de la famille”. Et tous les français sont poussés à célébrer sa "journée". Protectrice comme la patrie, féconde comme la terre (qui ne ment pas), gardienne des traditions et des vertus familiales, symbole du sacrifice, la mère devient une des figures centrales de la Révolution nationale. La féminité se résume à la maternité. Et jusqu’à sa chute, avec de plus en plus de faste, l’Etat Français va célébrer la fête des mères.
 
Après guerre, populaire, la fête des mères survit à la Libération. Il faut encore repeupler la France. Pour la première fois, un texte de loi, le 24 mai 1950 instaure la fête des mères.
 
Puis les commerçants s’en emparent et cela devient une fête du chiffre d’affaire comme les autres…
 
Je n’ai pas besoin de cette fête de saligauds pour penser à toi, maman… Tu existeras toujours, dévouée, attentionnée, sacrifiant tout à tes enfants, toute ta vie… Et ta vie est finie… Quels remerciements en as-tu eu ? Je t’aime Maman.

Posté par zalandeau à 09:58 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

11 juin 2017

Mémoires et radotages (110) – Un sacré coup de vieux

GSM

J’ai beaucoup parlé de ce changement brusque qui a provoqué tant de bouleversements dans ma tête et aussi dans mon corps… Je n’ai pas du tout parlé des petits soucis de santé de cette vie quotidienne, dues aux pathologies principales et associées, parce que cela me semblait impudique. J’ai connu tant de vieux qui se plaignaient sans cesse de maux continuels, que j’évite d’en parler…
 
J’avais écrit, il y a quelques années, sur la décrépitude de nos cerveaux, disant que je m’apercevais de mes propres diminutions de capacité et de compétence. Je m’apercevais aussi de celles de mes deux amis, qui eux ne s’en apercevaient pas à l’époque…
 
Maintenant, les concernant, tous deux se rendent compte de leur amoindrissement, parce que celui-ci est plus net et d’une évolution plus rapide…
 
Quant à moi, je fus très surpris ces derniers jours et ce sont ces retrouvailles qui m’ont révélé des choses sur ma personne…
Bien sur il y a eu ce récit en voiture, qui m’a fait prendre conscience de l’oubli de bien des noms qui ont jalonnés mon histoire ; ce fut ma première alerte…
J’ai aussi réalisé, mon manque énorme de maîtrise de mes émotions…
Ensuite, depuis mon retour, j’ai téléchargé les photos et vidéos de cet évènement…
Outre le peu de compréhension du processus d’utilisation du site (heureusement que Twain m’a très gentiment aidé par son tutoriel et ses conseils), dont la simplicité était devenue encore trop difficile pour moi, j’ai du constater à ma grande honte, à la vision des vidéos, la réalité de mon comportement… Je radote, puisque je parle tout seul, parfois j’ai l’air d’être totalement absent, alors que mes camarades sont ‘vivants’, vifs, animés… En fait, mon attitude est celle d’un vieillard…
 
J’espère que je n’ai pas mangé la bouche ouverte, comme ma femme me le reproche parfois, ce dont je ne me rends absolument pas  compte. Depuis quand cela m’a pris ? Je n’en sais rien hélas… Et surtout j'espère que mes collègues ne s’en soient pas aperçus, si cela a été le cas… Donc en fait, je viens de me rendre compte que mon cerveau et mon comportement sont devenus ceux d’un vieux de 80 piges (Et encore, il y en a qui sont totalement 'fonctionnels')...
 
C’est peut-être pour cela que Jean-Louis ne m’a pas proposé de prendre le volant au retour…
 
Je suis donc entré dans une nouvelle phase de vieillissement dont je ne perçois plus les effets…
 
Hier j’ai regardé une nouvelle série « Rosewood »… A la fin de chaque épisode, je n’ai même pas compris s’ils avaient pris le meurtrier, qui était-il, comment il a agi, comment ils l’ont confondu… Bref, je n’ai rien compris… Ensuite j’ai regard un bon vieil épisode de « Esprits criminels »… et là non plus, je n’ai rien entravé du tout…
Il y a quelques mois, je rigolais de ma belle-doche à ce sujet… Mais elle a quand même 20 piges de plus !!!
 
Quant à la fatigue… Lundi, mardi, mercredi et jeudi ont été nécessaires pour me reposer d’une grande fatigue. Celle de ce voyage ? Va savoir ?
 
Et bien je peux dire, sans penser me tromper, que le naufrage dont je parle depuis des années se précipite et que le bonhomme est plus près du fond que je ne le pensais… Vaya con Dios !

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2017

Défendre quoi ?

GSM

La démocratie, qu'ils avaient dit ! Qu'est-ce qu'on en a à foutre ! C'est comme le Marxisme et le Capitalisme, c'est l'asservissement de l'homme par l'homme...
Vous voyez une démocratie ? Je vois une monarchie...
La civilisation... Pfff ! Il serait temps qu'ils s'en préoccupent !
Je dirais plutôt le libéralisme, qu'ils veulent défendre !
Moi, c'est ma famille que je défends ! Les hordes vont nous submerger !
La planète est à feu et à sang ! Je dois sauver quoi ? L’Europe ? Mon pays ? Mon département ? Mon village ?
Non ! Ma maison, parce qu'il y a ma famille, c'est tout !
Égoïste ? Moi ?... Mais, ils ont tout fait pour que je le devienne.
"Tout pour moi, rien pour les autres", c'était leur devise... Et maintenant ils voudraient qu'on les sauve ? Ca les ferait vraiment chier de ne pas profiter de ce qu'ils ont amassé !
Et bien qu’ils se sauvent eux-mêmes… Ils n’en sont pas capables. Tant pis pour leur gueule…
Ils me paient, pour que je sauve les miens, ceux que j’aime. S’ils savaient !!!
En attendant… Tiens voilà un de ces envahisseurs… plus bas, vers la gauche… Feu ! Ca l’a scié… coupé en deux !
Dans le fond, c’est peut-être à ceux qui me payent pour leur sauver le cul, que je devrais faire subir ce sort ???

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :