24 avril 2017

Mémoires et radotages (103) – La cata, c’est les Français qui la provoquent

GSM

Hier s’est joué le sort des Français… On sait hélas qui sera élu dans quinze jours !
 
Et comme d’habitude, les Français se font baiser par eux-mêmes… Enfin, disons la moitié… L’autre moitié a obtenu ce qu’elle voulait : Plus de libéralisme, plus de fric, plus de liberté de vivre du système financier, de la spéculation, de la délocalisation, de la libre circulation du pognon…
Quand à la moitié qui refusait d’être les dindons de la farce, ceux qu’on plume et qu’on jette, ceux qu’on pressure pour redistribuer aux nantis, ceux qu’on met en concurrence déloyale, ceux dont on déstructure la vie parce qu’il faut faire des économies sur leurs dos au profit des multinationales… et bien ceux-là, abusés par des cadeaux miroir aux alouettes, se sont joints aux autres. Ils se sont joints à ceux qui vont les plumer…
 
Cela a commencé avec Mitterrand, et cela n’a pas cessé depuis. A chaque fois, on élit des présidents de plus en plus mauvais et on s’aperçoit par la suite, que c’était vraiment celui qu’il ne fallait pas élire… Le candidat qui sans nul doute ne devrait surtout pas être élu dans quinze jours et bien comme depuis près de 40 ans, c’est celui-là qui sera élu. Alors que pourtant, tous les signes montraient et montrent qu’il est celui qui est le plus inféodé à la finance internationale, que se sont ralliés à lui, tous les politiciens de droite, de gauche et du centre qui veulent continuer à profiter du système, voire bénéficier d’un strapontin du coté du vainqueur…
 
Le génie des Français : se faire avoir à chaque élection ! Je crois qu’une dictature, où le candidat s’impose contre la volonté des Français, leur permettrait de se révolter… Alors que là, vu que l’élu est le résultat d’un processus démocratique, ils n’oseront rien dire parce que « nous l’avons choisi »… Sauf que le futur élu, n’est pas celui qu’il laisse paraître (comme d’hab) et a bénéficié d’une cabale visant à éliminer d'autres candidats, alors que lui-même en aurait mérité autant, mais a été protégé par le système médiatico-judiciaire et achèvera son parcours à l’aide de la diabolisation anti-renouveau habituelle. Nous resterons encore une fois, dans ce système honni par la moitié des Français.
 
Je regrette, je ne l’ai pas choisi, moi, de plonger dans le futur quinquennat le plus conservateur qui sera depuis la 3ème république ! Si les Français des classes populaires sont masochistes et cèdent à des promesses imbéciles, qu’ils ne viennent pas faire le malheur de ceux qui ont les yeux grands ouverts !
 
Reste à souhaiter que la grâce divine tombe sur ce candidat et l’empêche de creuser le déficit, l’empêche de baisser les revenus des plus modestes, l’empêche de faire des cadeaux aux entreprises, l’empêche de remplacer les travailleurs Français par la délocalisation, la main d’œuvre étrangère et la main d’oeuvre détachée, l’empêche de favoriser les fuites de capitaux, de bénéfices, l’empêche de faire venir des migrants pour appauvrir nos ressortissants, l’empêche de se servir du terrorisme comme arme d’influence et de chantage contre le peuple Français, l’empêche d’accepter tous les dictats iniques de l’U.E. qui nous détruisent à petit feu, l’empêche de signer les accords TAFTA et CETA qui vont nous saigner à blanc et  nous empoisonner…
 
Dimanche 7 mai, je continuerai à voter contre Macron, en pure perte, je le sais, puisque tout est programmé pour la victoire du plus vénéneux des candidats… Et dans quelques années, on verra qui avait raison… Mais ce coup-ci, je mépriserai ouvertement tous les crevards qui se plaindront. Je leur dirai : je vous avais prévenus : « Vous avez voulu voter pour le système comme ceux qui en bénéficient, c’est tant pis pour vous ! »

Posté par zalandeau à 11:53 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


23 avril 2017

Souvenirs d'enfance : C'était, je ne sais plus... Je devais avoir entre 8 et 10 ans...

GSM

Note de la rédaction : Je pourrais dire "Père" ou "Mère", comme les gros Kakous qui se la pètent... Mais non ! J'étais petit garçon. Et quand je repense à ça, je le suis à nouveau... Dans cette attente des résultats des présidentielles, qui de toute façon seront catastrophiques, il est si doux de penser à ce qui appartient à la douceur de l'enfance...
 
Maman était partie faire les courses avec ses filets à provisions. (Elle n'avait pas encore de panier à roulettes, ça coûtait cher).
 
Mon papa, qui n'avait pas de chantier, (et ça se produisait souvent), était à la maison à bricoler...
 
On sonne. Il va ouvrir. Un camelot lui fait l'article pour lui vendre des draps...
 
Mon Papa, qui se rappelait que Maman avait dit qu'on aurait besoin d'acheter des draps a demandé les prix au marchand.
 
Les deux draps 20.000 francs (anciens francs).
 
Il va dans la pièce d'à coté, retire le dernier billet de 10.000 francs dans la boite à biscuits en fer. Puis il revient
 
Le Camelot récupéra un drap et s’en allât.
 
Quand ma mère revint, elle constatât que le drap était de qualité médiocre, de couleur grège, tout rêche et de dimension insuffisante pour un lit de deux personnes. De plus quand elle s’enquit du prix, elle se mit en colère, parce qu’un seul drap de bonne qualité valait 2500 francs. De plus, il n’y avait plus d’argent à la maison (ni sur le compte  d’épargne de la poste bien entendu).
 
C’est la seule fois de ma vie, où j’ai vu mon Papa tout penaud, devant ma Maman.
 
Il connaissait bien les prix de la peinture, de l’enduit, de l’essence, mais en ce qui concerne la gestion familiale, il n’y connaissait rien. C’était Maman qui gérait tout cela…
 
A chaque fois qu’un client le payait, il ramenait l’argent à Maman. Il lui demandait à chaque fois l’argent nécessaire pour ses achats de chantier.
 
Maman avait tout dépensé en faisant ses courses. Elle comptait sur le dernier billet de 10.000 francs pour les jours suivants. Il y avait comme un problème…
 
Heureusement l’après-midi même, un client habituel téléphonait pour un chantier urgent et proposait un acompte pour les matériaux, que mon père s’empressât d’aller chercher.
 
Nombre de fois, l’argent vint à manquer, mais à chaque fois, ce genre de providence accompagnât mon Papa.
 
J’avais conscience que mes parents n’étaient pas riches… Je voyais bien les soucis d’argent qu’ils avaient…
 
Mais jamais nous n’avons manqué de rien.

Posté par zalandeau à 09:41 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2017

En Afghanistan, j’ai vu périr l’occident…

GSM

Avril 2008,
 
L’air qui tremble à l’horizon, par la chaleur réverbérée d’un soleil de plomb…De la poussière… De la poussière et des odeurs… Odeurs d’une nature souvent généreuse…
Douceurs d’autres jours embrumés ou de pluies bienfaitrices…
Climat très rude, continental,  très froid la nuit, parfois très chaud le jour. L’hiver y est paraît-il, froid et enneigé !
 
De l’Indou Kouch, je n’ai distingué, dans l’avion, que les sommets enneigés, qui pointaient au-dessus des nuages…
 
Je n’ai pas fini de revoir ces paysages et ces hommes fiers, mais accueillants…
Il serait pourtant si simple de nouer le dialogue, si toutefois nos dirigeants avaient des intentions pures… Ce qui n’est pas le cas…
 
La Chine s’immiscera certainement en Afghanistan. La Chine, dont la stratégie impérialiste est bien plus élaborée que la nôtre…
Comme en Algérie, comme dans les Emirats, comme en Birmanie, comme au Soudan, comme au Gabon…
 
De mon voyage, OPEX sans espoir de solution, si loin, j’ai ramené avec moi, la certitude, de la décadence de notre « civilisation », incapable de sentir, de comprendre les choses, incapable de la moindre stratégie, incapable du moindre esprit d’invention, incapable de se remettre en question…
 
C’est là-bas, que j’ai compris, que nous ne savions plus que « faire les diplomates », c'est-à-dire, parler pour ne rien dire, nous plier et nous rendre à tous les arguments et continuer d’en faire qu’à notre tête. Nous ne savons que mentir et voler…
 
Les Chinois aussi savent mentir et voler, mais eux apportent quelque chose aux pays dont ils veulent prendre les ressources… Toute la différence est là !

Posté par zalandeau à 09:36 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

21 avril 2017

A penser en homme libre

GSM

A penser en homme libre, on n'est point écouté.
A dire des mots à soi, hors la pensée unique, on est ignoré. A aborder des sujets hors consensus, on est dans le désert au milieu de la foule. Si j'aime la meringue en 1er et le caramel en second, alors, là c'est intéressant, c'est primordial, c'est l'essentiel de la vie. Car la vie de nos contemporains, c'est la futilité et l'absence de pensée profonde, surtout en dehors des sentiers battus !

Et bien mes fils, continuez à être comme votre père. Continuez de nager contre les vagues. Je vous ai conté mon histoire. Elle est celle de quelques uns qui ont su dire non. De ceux qui ont traversé la foule à contresens. De ceux qui ont dit : "Non, à part en droit, un homme n'en a jamais valu un autre". Galilée ne peut être égal au grand inquisiteur. Guy Môquet n'est pas équivalent au chef de la gestapo.
 
M'opposer à l'injustice m'a coûté très cher.
- Démontrer que j'avais seul la solution d'un problème, que le professeur et tous les autres élèves étaient dans l'erreur, a été très dur. Ce furent de grands moments de solitude...
Tous ont de la hargne contre vous. Mais quand vous apportez une démonstration imparable parce que mathématique, vous êtes porté aux nues et même jalousé. La victoire a souvent été amère, car la satisfaction n'est jamais à la mesure de l'épreuve psychologique qu'on a traversée pour y parvenir.
Et là, vous vous rendez compte de la nature grégaire de beaucoup d'humains.
- Quand la question ne relève pas d'une démonstration avec des preuves, mais relève de l'affectif, donc du subjectif, vous n'aurez aucun moyen de faire valoir vos thèses. La bataille se livre contre des moulins à vents.
J'ai eu dans le passé, à soutenir un ami, parce que je le savais innocent de ce qu'on l'accusait. Ca m'a coûté ma place, on m'avait prévenu ! Quand j'y repense, je sais que je le referais encore s'il le fallait.
Ça coûte très cher, mais quand je me regarde dans une glace, je n'ai pas à baisser les yeux : l'homme qui me fait face est digne de mon estime. Et jespère que je suis digne de la vôtre...
 
Mais quand une autorité morale connue vous apporte sa caution, cela m'est également arrivé, là encore, la foule en délire ou en haine, ne vous apporte que peu de réconfort.
C'est à ce moment que vous comptez vos très rares amis.

On apprend ainsi, que l'amitié, comme le respect, ça se mérite.
 
Faites vous-même vos expériences, mes enfants, cela vous endurcira, mais vous montrera combien la plupart du temps on est seul, au milieu de la foule...
 
Peu de gens ont compris la parabole de Don Quichotte de la Manche. Ils n'y voient que le coté ridicule et farce de cette œuvre.
Pour ma part, elle rouvre des blessures anciennes.
 
Avoir raison et parfois triompher est souvent infiniment beaucoup plus difficile à vivre que de se laisser perdre...
 
Je vous conseille la lecture de "Amère victoire" de René Hardy... C'est un peu l'histoire de la vie de votre Père... Puissiez-vous y puiser la force mentale nécessaire pour résister à la foule des cons !

Posté par zalandeau à 09:26 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 avril 2017

La déclaration de patrimoine de Jean-Luc Mélenchon

GSM

Note de Zalandeau : Ceux qui me lisent ne sont pas sans savoir que j'ai toujours tenté de défendre, quand cela m'était possible, ceux que l'on accuse à tort de tous les maux, même quand je ne partage pas leurs idées.
Des 'hoax' ont circulé sur le patrimoine soi disant exorbitant et dissimulé de Jean-Luc Mélenchon. Pour l'instant, aucune information sérieuse et prouvée ne peut décrédibiliser le patrimoine de ce dernier. Je le recopie ci-dessous :
LE MONDE | 23.03.2017 à 15h00 • Mis à jour le 23.03.2017 à 17h43 | Par Les Décodeurs

Voici ce que contient la déclaration de patrimoine de Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise à l’élection présidentielle, publiée pour la première fois par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), le 22 mars :

1.Les immeubles bâtis et non bâtis.
  • Appartement de 110 m², bien propre (100 %), acquis le 24 avril 2014 pour 800 000 euros et 37 000 euros de travaux de rénovation, valeur vénale 837 000 euros.
  • Maison rurale de 150 m², bien propre (100 %), acquise le 27 juin 1996 pour 90 000 euros, valeur vénale 190 000 euros.
2.Les parts de société civile immobilière (SCI).
Néant.
3. Les autres valeurs non cotées en Bourse.
Néant.
4. Les instruments financiers.
Néant.
5. Les assurances-vie.
Néant.
6. Les comptes bancaires courants et les produits d’épargne.
Crédit du Nord :
  • Compte courant : 1 216,93 euros.
Crédit mutuel :
  • Compte courant : 3 322 euros.
  • Compte courant : 1 648,17 euros.
  • Livret bleu : 40 234,17 euros.
  • Compte épargne logement : 10 135,69 euros.
  • Livret de développement durable : 47 655,06 euros*.
*Des lecteurs nous ont interrogé après publication de cet article sur le montant déclaré pour ce compte, un LDD étant théoriquement plafonné à 12 000 euros de versement. Vérification faite dans l’entourage de Jean-Luc Mélenchon, il s’agit d’un LDD « triplex », qui n’est pas plafonné (les versements au-delà de 12 000 euros sont en revanche moins bien rémunérés).
7. Les biens mobiliers divers, lorsque leur valeur unitaire est égale ou supérieure à 10 000 euros.
Néant.
8. Les véhicules à moteur.
Néant.
9. Les fonds de commerce, clientèles, charges et offices.
Néant.
10. Les espèces et les autres biens, dont les comptes courants de société ou stock-options d’une valeur supérieure ou égale à 10 000 euros.
Néant.
11. Les biens mobiliers, immobiliers et comptes détenus à l’étranger.
Néant.
12. Le passif.
  • Crédit mutuel : prêt Modulimmo contracté le 5 mai 2014 pour acquisition de résidence principale, montant total de 248 340 euros sur quinze ans, mensualités de 1 232,10 euros, reste 142 435,74 euros à rembourser.
  • Sénat (041027/010) : prêt personnel le 31 décembre 2004 de 40 667 euros sur quinze ans, mensualités de 292,23 euros, reste 9 287,88 euros à rembourser.
  • Dette pour travaux, société (nom masqué), contentieux pour malfaçon de l’aménagement de la résidence principale : 14 000 euros.
  • Les Décodeurs
    Journaliste au Monde
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/03/23/presidentielle-la-declaration-de-patrimoine-de-jean-luc-melenchon_5099650_4355770.html#GD5Y70CwLMtVJFi4.99

Posté par zalandeau à 09:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


19 avril 2017

(10) Ah ! Les femmes !

GSM

Après l'avoir enlacée et lui avoir redit tout son amour, il lui a tendu comme un adolescent tremblant et boutonneux, son billet d'amour...
 
Elle parcourut l'écriture mauve et arrivée à la moitié du texte, elle lui dit «  Tiens j'ai reçu la déclaration d'impôts ! Et toi ? ». Médusé il ne répondit pas. Elle poursuivit « Cette année, il y a du changement »... Il n'écoutait déjà plus, et tourna les talons...
 
Il rentra chez lui, où ses enfants l'accueillirent chaleureusement, eux...
 
Malgré tout, encore dépité, il alluma son ordi, direction les services en ligne...
 
Son mobile sonna...
« Allo ! C'était bien ton poème. »
« Ouais ! »
 
Il recousait un bouton lorsqu'elle rappela…
« Je suis devant chez toi dans la rue… »
 
Il sortit, incrédule…
Elle le serra dans ses bras et lui murmura à l’oreille « C’est la plus belle lettre d’amour que j’ai lu. Je te remercie. »
 
Il finit par l’enlacer…
 
Décidément, il ne comprendra jamais rien aux femmes...
 

Il met " The dock of the bay " sur le lecteur et il essaye de penser à autre chose…

Posté par zalandeau à 09:36 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

18 avril 2017

Macron signe un double aveu

GSM

Note de Zalandeau : Chacun a entendu parler de la plainte déposée par un collectif contre la déclaration de patrimoine de Macron, lequel déclarait un patrimoine de 156.160 euros en 2014 et 309.654 en 2017… 
 
Propos recueillis par Raphaël Stainville / Valeurs actuelles 
 
Pour Jean-Philippe Delsol, avocat et président de l’Institut de recherches économiques et fiscales (Iref), le candidat d’En marche! a minoré sa déclaration de patrimoine. Des omissions passibles d’une peine de trois ans d’emprisonnement et 45000 euros d’amende… 
 
Dans un courrier daté du 31mars, vous demandez à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) de réexaminer la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron, alors même qu’elle dit n’avoir décelé aucune incohérence. Pourquoi cette missive? 
 
J’apporte des éléments nouveaux. 
 
Pour expliquer la faiblesse de son patrimoine, il soutient qu’il a payé des Cotisations sociales eu égard au statut d’indépendant qu’il avait comme gérant majoritaire. En quoi ces explications ne vous donnent-elles pas satisfaction? 
 
Le 12 mars, au journal la Croix, Emmanuel Macron confie: «Ces cotisations ont augmenté et frappé mon dernier revenu de référence, au point que je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts! ». Il signe là un double aveu. De tromperie d’abord, car le revenu de référence n’est pas un revenu brut, avant cotisations, mais un revenu net imposable, sous réserve de certains aménagements qui ne concernent pas les charges sociales. Celles-ci sont d’ailleurs généralement supportées par la société pour le compte des gérants majoritaires. Elles n’ont donc pas grevé son revenu de référence. Aveu de faiblesse ensuite, car si Emmanuel Macron ne sait pas prévoir le paiement de ses impôts, comment peut-on lui confier la direction de la France? Et s’il ne parvient pas à vivre sans emprunter, alors qu’il a gagné chaque jour en moyenne pendant près de cinq ans deux fois le Smic mensuel, quelle impéritie dans sa gestion personnelle ! 
 
De quels éléments nouveaux disposez-vous pour affirmer qu’il a minoré ses déclarations de patrimoine? 
 
Il ressort de ses déclarations de patrimoine souscrites les 24 octobre 2014 et 16 mars 2017 qu’il a déclaré une dette correspondant à l’intégralité d’un emprunt contracté pour réaliser des travaux dans la maison de son épouse pour environ 500000 euros. Conformément aux dispositions de l’article 5 de la loi numéro 2013-907 du 11 octobre 2013, les candidats à l’élection présidentielle doivent en particulier déclarer la moitié de la valeur vénale des biens détenus en communauté avec leur conjoint.
Il ne fait pas de doute que les dépenses réalisées par Emmanuel Macron, avec l’argent de ses revenus d’activité, pour procéder à des travaux dans la maison de son épouse, considérée comme un bien propre de cette dernière, constituent une créance de la communauté sur son épouse, à titre de récompense. Il ne s’agit pas d’une créance liquide, mais d’une créance certaine. En effet, la Cour de cassation l’exprime exactement en énonçant que les récompenses entrent en compte, de jure, « dès leur naissance »(14mars 1984). 
 
Ce qui signifie? 
 
Emmanuel Macron aurait donc dû déclarer à son actif la moitié de cette créance de 500000 euros, soit 250000 euros qu’il a omis dans sa déclaration. Par ailleurs, il ne pouvait déduire de sa déclaration le passif correspondant au solde à rembourser au capital de l’emprunt souscrit pour réaliser ces travaux qu’à concurrence de la moitié de son montant, soit 147500 euros en 2014 au lieu de 295000 euros et 123418 euros au lieu de 246837 euros en 2017. En conséquence, son patrimoine devait donc être porté en 2014 à 553660 euros au lieu de 156160 euros et, en 2017,à 683072 euros au lieu de 309 654 euros. 
 
La HATVP a-t-elle fait preuve de légèreté ? 
La réponse de la HATVP est surprenante, mais celle-ci n’a peut-être pas les moyens d’investigation dont dispose le parquet et les éléments qui lui avaient été transmis jusque-là étaient peut-être insuffisamment précis et concrets pour lui permettre de se déterminer. Désormais,je lui apporte des éléments factuels difficiles à contester sur lesquels elle pourra juger. Au surplus j’ai saisi le procureur de ces éléments et il pourra enquêter. 
 
Note de Zalandeau : Que conclure de l’attitude de Macron ? 
-         Soit celui-ci est un fraudeur 
-         Soit il ne connaît même pas les rudiments de la comptabilité, ce qui est grave pour quelqu’un qui se targue d’être une pointure dans le domaine de l’économie…
En tous cas, peut-on voter pour quelqu’un qui trompe son monde et qui ne sait même pas prévoir le montant de ses impôts ?
IL FAUT QUAND MÊME REMARQUER QUE LES INDELICATESSES DU SIEUR MACRON NE DONNENT LIEU A AUCUNE POURSUITE PENALE, CONTRAIREMENT A LE PEN OU FILLON... POUR QUI VOTE LA MAGISTRATURE ???

Posté par zalandeau à 09:17 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2017

Mémoires et radotages (102) – Macron, le candidat double face

GSM

Récemment, les déclarations de François Hollande bien que non explicites, indiquaient clairement sa préférence pour le candidat Macron… prouvant par cela même que nous avions raison sur le bien-fondé de la collusion entre le locataire actuel de l’Elysée et le candidat de ‘En Marche’.
Nous n’en avions nul doute, contrairement à un certain Hamon, certainement très déçu par la trahison de celui qui était censé le soutenir…
Cela devrait également faire réfléchir les centaines de milliers de Français, épris de renouveau social, qui se sont jetés dans une adoration quasi religieuse pour celui qui non seulement, ne les délivrera pas des malfaisances libérales-socialistes du monarque honni, mais accentuera la casse sociale dont souffre une grande partie du peuple Français…
 
Une fois de plus, les Français s’apprêtent à faire un choix sur de simples impressions, comme ils l’ont fait en 2007 et en 2012.
 
Ils seraient temps qu’ils cherchent à comprendre au-delà des apparences, ce que sont vraiment les candidats et les intentions réelles que ces derniers portent en eux.
 
Certes, le soutien d’Hollande à Macron, qui a lieu depuis la décision du départ de Macron du gouvernement, pour secret qu’il fut, vient de se révéler et va probablement porter préjudice au candidat, qui n’était soi disant « ni de droite ni de gauche », mais qui est réellement, carrément une bouture de Hollande en pire…
Nous sommes déjà habitués à la langue trop longue de l’actuel président, qui ne peut réprimer des petites déclarations… C’est plus fort que lui.
Gageons que ce soutient aura un effet inverse et dévoilera la supercherie au grand jour :
 
Macron est le candidat qui perpétue le système actuel : Mondialisme, Dictat de Bruxelles, Primat des organismes financiers, casse de l’emploi, régression de la protection sociale ! Macron est aussi celui qui, pour réunir le plus d'électeurs, fait des promesses populistes et contradictoires, à une catégorie d'électeurs qui sera la plus impactée par sa politique, s'il advenait qu'il soit élu...

Posté par zalandeau à 10:11 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

16 avril 2017

Mémoires et radotages (101) – Macron, un traitre à l’Elysée ?

GSM

Macron est un personnage qui affiche avec la complicité des médias, une image idéale propre à en faire le candidat favori des Français pour ces présidentielles. Pour ce faire, on nous a caché bien des choses sur sa nature réelle. Mais après cette prise de position médiatique générale, des journalistes un peu plus courageux, mécontents de cette fausse image donnée de Macron ainsi que de la presse, se sont levés et ont révélé, des faits qu’ignore le grand public. C'est pourquoi je reviens quelque peu en arrière sur mon assertion précédemment émise concernant la subjectivité docile des médias : Certains journalistes sauvent l'honneur d'une profession en ne versant pas dans le 'Macronnisme' inconditionnel et orchestré...
 
Ainsi, lorsqu’en juillet 2014, le gouvernement lance la vente aux Chinois de 49,9% du capital de la SATB, société de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, (sur les 60% qu’il possédait aux cotés de la chambre de commerce et d’industrie de Toulouse et de trois collectivités territoriales), l’affaire a fait grand bruit parce qu’une fois de plus, l’état voulait vendre les bijoux de famille pour payer les dettes courantes et que de plus, la proximité de l’aéroport avec nos activités aérospatiales créaient un réel danger pour l’espionnage de ces dernières.
 
Je ne sais pas pourquoi, la France a le chic pour vendre ce qui est rentable, au seul motif d'assurer les dépenses courantes ! C’est la grande imbécillité socialiste, que les Français ne supportent plus, d’ailleurs !
 
L’intervention de Macron.
 
Fin 2014, le consortium ‘Symbiose’, détenu par le Chinois Shandong Hi-Speed Group Co. Et le fond de Hong Kong ‘Friedman Pacific Asset Management’, fait, par l’intermédiaire de la société ‘Casil Europe’, une offre de 308 millions d’€uros.
 
« Il ne s’agit pas d’une privatisation, mais bien d’une ouverture de capital, dans laquelle les collectivités locales et l’état restent majoritaires, avec 50,01% du capital », expliquait à la ‘Dépêche du midi’, Emmanuel Macron : « Celles et ceux que j’ai pu entendre et qui s’indignent de cette cession minoritaire […] ont pour profession d’invectiver le gouvernement et d’inquiéter les Français ».
C’était compter sans la signature, sous la férule de Macron,  d’un pacte d’actionnaire entre l’état et Casil Europe, (révélé par Médiapart) et montrant que l’ancien banquier d’affaire a menti. Il suffit pour cela, de lire la disposition 2.2.3 (« L’état s’engage, sauf motif légitime, à voter au conseil de surveillance dans le même sens que l’acquéreur, pour les décisions importantes »), pour se rendre compte que l’état, en la personne de Macron, a donné les clé de la SATB à Casil Europe.
 
Et ce qui devait arriver, arriva… En 2016, l’assemblée générale de la SATB a adopté le versement de 15 millions d’€uros de dividendes. Pour les petits actionnaires, il s’agit d’un siphonage du pactole de l’aéroport, purement et simplement.
 
Pour qui roule Emmanuel Macron ? Il est menteur, il est traître, il sert des intérêts qui ne sont pas ceux des Français. Et il parait qu’il a la cote auprès des Français ?
 
Mais quels Français peuvent raisonnablement approuver l’action de cet homme, pour peu qu’ils soient amenés à connaître les actes infâmes que ce dernier commet et qu’il a bien l’intention de perpétuer s’il parvient à la responsabilité suprême ?
 
Et je citerai Mélenchon, une fois n’est pas coutume, « vous allez cracher du sang », si Macron devient président de la république.

Posté par zalandeau à 09:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

15 avril 2017

Mémoires et radotages (100) – Un deuil chasse l’autre

GSM

Le 12 avril 2017.
 
Nous sortions du cimetière, pour les préparatifs de l’inhumation de ma sœur… Un message vocal du fils de Joël… Joël, camarade de promotion, est décédé le 11… Cela faisait beaucoup en une journée… J’ai prévenu Jean-Louis, pour qu’il diffuse cette triste nouvelle…
 
Dire que la semaine précédente, je voulais appeler notre Stéphanois pour m’enquérir de sa santé et pour savoir si quelqu’un avait prévu de le véhiculer, si possible, vers notre prochaine réunion d’anciens… Dire que j’avais manifesté mon envie de précipiter ces retrouvailles pour ne pas rater l'occasion encore une fois… A quoi bon ? Encore loupé ! Encore une fois la mort a frappé la première…
 
En 2015, il m’avait accueilli… Toujours aussi gentil, prévenant, il aimait à raconter des histoires salaces mais qui me faisaient tant rire… J’ai passé avec lui une journée fantastique de paix et de gaîté !
 
Il m’envoyait de temps à autre, des devinettes par courriel… Je l’appelais parfois… Mais là… depuis plusieurs mois j’ai carrément loupé le coche… Et pourtant lors de mon dernier appel il était si fatigué que notre conversation n’avait duré que quelques minutes au lieu des discussions fleuves dont nous avions l’habitude… C’est ce qui m’avait alerté et dont j’ai fait part à Didier afin que l’on précipite nos « revoyures »…
 
Bien que son caractère fût farceur et blagueur, il montrait un courage extrême dans cette adversité dont, sagement, il avait compris l’issue funeste qu’il attendait dans un fatalisme apaisé et je dirais serein !
 
Et c’est cette image de l’homme cultivé, mais sans forfanterie, sous ses apparences futiles, mais qui était très fort intérieurement, dans ses abords bon enfant, que je veux conserver… Très fidèle en amitié, très attachant, il est quelqu’un dont je vais avoir beaucoup de peine à me dire que je ne le reverrai plus… Du moins pas tout de suite…
 
J’espère que quelques uns d’entre nous pourront aller lui rendre hommage, auprès de ses enfants, qui comme leur père sont des gens attachants. Je leur présente mes sincères pensées émues…
 
Joël… ce n’est qu’un au revoir…

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :