27 août 2018

Pour être intelligent, il faut être connu

GSM

Allez proposer une idée nouvelle, fruit d’un long travail d’analyse et de réflexion,
allez offrir une amélioration évidente aux processus actuels,
allez présenter une théorie globalisante qui reprend et fédère toutes les approches expérimentales disparates,
allez démontrer la pertinence de vos argument…
et vous vous ferez rire au nez comme Einstein à ses débuts, menacer de mort comme Galilée, ignoré comme beaucoup de ceux qui ont voulu faire partager au monde leurs découvertes ou leurs innovations.
 
Seules les propositions de gens puissants, célèbres, ont des chances d’être prises en compte, évaluées, encensées, adoptées…
 
Encore maintenant, nous voyons parfois à la télévision, des cas semblables se produire au vu et au su de tout le monde, mais qui, parmi ce monde aux yeux ouverts et au cerveau endormi, s’en émeut, qui comprend la pertinence de certaines découvertes fondamentales ?
 
J’ai eu à souffrir de l’incompréhension de mes contemporains et de mes pairs, sur des sujets infiniment moins importants que ceux que je viens d’évoquer. Cela aussi, pèse tout le long de notre vie, lorsque l’on ne parvient pas à faire comprendre que l’on a raison, lorsque même après une démonstration magistrale, l’auditoire reste sceptique et dédaigneux.
Jusqu’au jour où quelqu’un de plus en vue est ovationné pour une idée que pourtant nous avions eue. Lui, a la gloire et nous, l’amertume… Alors on le soutient, parce que défendre son idée, c'est défendre la nôtre et si lui est reconnu, nous le sommes un peu aussi, très indirectement...
 
Parfois, vous avez la chance de trouver dans les manuels existants écrits par autrui, les éléments de preuve en faveur de votre démonstration, que vous exposez à l'assistance esbaudie ! Et là, c’est un intense bonheur. Vous êtes reconnu ! Et même au-delà de vos espérances ! L’engouement et l’admiration que l’on vous porte (en sus des intenses jalousies que vous ne manquez pas de provoquer) est telle que l’on vous pardonne tout, que l’on est prêt à gober toutes les inventions ultérieures issues de votre cerveau, même si elles sont médiocres. Vous bénéficiez alors d’un a priori extrêmement favorable et pourtant aussi injuste que l'était votre situation antérieure.
 
Vous devenez réputé, donc intelligent.
 
Pauvres esprits humains embrumés par l’influence !
 
Si vous êtes intelligent et le seul à le savoir, vous êtes pour le reste du monde, le plus grand idiot de la terre.
 
PS : L’esprit humain est aussi sous l’influence embrumée d’idées rabâchées, les doxas. Mais c’est un autre sujet, très intimement lié à celui que je viens d’évoquer.
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


26 août 2018

Nostalgie sans rime ni raison

GSM



 
Instants de bonheur, moments oubliés, enfouis dans mon cœur, que le vent ramène, je te revois jolie, souriante et radieuse, je te croyais vivante, je te croyais heureuse.
Aucun autre n’avait tes sourires, qui m’étaient tous réservés. Tu m’avais séduit de tes yeux de biche.
Je t’ai donné mon cœur, mais tu l’as déserté.
Je tends vers toi mes bras mais ton ombre me fuit.
Étrangère et distante je ne reconnais plus celle qui a fait battre mon cœur.
Mes mots ne sonnent plus ni rimes ni raison. Je ne sais qui tu es… Peut-être bien une autre.
Indifférence et haine, au lieu de rires et tendresse. Les débris de l’amour sont impitoyables.

Aimer n’est pas un fait. Aimer est une chimère. Aimer n’existe pas…

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2018

... Sinon, passez votre chemin

GSM

Qui êtes vous, qui passez devant mon huis ?
 
Ami ? Entrez-donc je vous prie et venez vous asseoir. Refermez bien la porte afin que l'on ne nous vienne déranger. L'amitié est intime et n'a nul besoin d'auditoire.
 
Faux-ami ? Passant ? Passez votre chemin. Il n'est céans aucune place pour présence inopportune. Allez de par ailleurs colporter vos ragots, vos villénies et faites supporter votre morgue niaise à d'autre hôte plus complaisant. Ici, il n'est de place assez grande que pour les gens d'estime et de confiance !
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

24 août 2018

1434 Montlhéry occupée par Bourgogne et Albion

GSM

C’est dans ce castel surélevé par ses soins et dont il avait la bonne garde, que le connestable Olivier de Clisson devoit se réfugier, écarté du pouvoir par le gouvernement des oncles de Charles VI et par les querelles incessantes avec le comte de Bretagne Jean IV de Montfort.
 
Le castel de Montlhéry vist ensuite se tenir diverses conférences avec la Reine Isabeau de Bavière, pour la conciliation de paix entre les Maisons d’Orléans et de Bourgogne.
En 1412, Georges de Calleville étoit fait Capitaine de Montlhéry.
 
En 1417, le castel subissoit un siège.
Le Duc Jean de Bourgogne, rentrant de Picardie en ses foyers, ne parvenoit pas à prendre Paris. Il vinst alors assiéger Montlhéry au mois d’octobre, comme l’attestoit un parchemin daté du 8 et écrit du « camp de Montlhéry ».
Les habitants  firent solennelle promesse de rendre la place à l’assiégeant dans la huitaine, espérant un prompt secours du Roy de France, dans ce laps de temps.
Las, aucun secours n’étoit parvenu, ils se rendirent au Duc Jean.
Celui-ci ne jouira pas longtemps de sa victoire, Montlhéry étoit repris par le connestable Tannegui du Chastel, Prévost de Paris, au début de l’année 1418.
 
Cette mesme année, vist la nomination de Jean Roterf à la garde du Castel.
 
L’occupation Angloise en 1425 donnoit commandement de Montlhéry à l’écuyer Jean le Baveux, triste sire, ainsi nommé pour sa trahison en faveur du Roy d’Angleterre.
 
Nommé par le Roy de France Charles VII, Simon Morhier, Chevalier et prévost de Paris prenoit de surplus, la charge de Capitaine de Montlhéry en 1434, enfin libéré de l’occupation Angloise.
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

23 août 2018

Est-ce que je sais encore tester les gens...

GSM

Ecrit le 31 juillet 2013.

 

Il y a cinq ans, en 2008, j'avais appelé Gland, on avait bouffé ensemble avec sa femme.
Je m'étais en quelque sorte imposé. Il n'avait peut-être pas osé refuser. Vas savoir ?
 
Cette année (2013), ils étaient quelques uns invités par Nène. Je ne me suis pas manifesté une fois arrivé à Alès, d'ailleurs je n'avais pas leurs numéros de téléphone sur moi.
J'ai attendu qu'on m'appelle. On ne m'a pas appelé. Et pourtant j'avais écrit dans un mail en réponse à Gigi que je serai là-bas le vendredi 21 juin, comme les " quelques uns "... J'avais pourtant indiqué mon numéro de mobile, comme les autres... Disons que seul mon mail n'avait pas été lu... C'est moins attristant !
 
Ce petit test a fonctionné. Je n'ai jamais été intégré à cette promo. Je les aime, mais ce n'est visiblement pas partagé par beaucoup. Je n'ai pas voulu m'imposer, j'ai eu raison. Mais je suis si triste, d'être si peu de chose pour certains...
 
Même en amitié, aimer sans être aimé est douloureux.
 
J'ai par ailleurs noté pour mon hit parade des meilleurs collègues :

Qui m'a félicité pour mon commentaire par email sur la soirée de retrouvailles 2013 ? Mouche, le Pégo, Nène, Guimé, le Major, Raso, Eugène, Twain, Etienne.
Qui m'a félicité pour mon mariage en 2011 ? Jerph, Gland, Twain, Eugène, Gaga, Guimé, JLM.
Qui m'a fait l'accolade la plus " apparemment " sincère ? Bacchus.

Ceci dit... On peut féliciter quelqu'un sans pour autant avoir envie de le revoir... C'est la vie...

 

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


22 août 2018

Des parasites humains

 

GSM

Que j'aimerais écraser certains parasites humains, comme on le fait impunément des doryphores ou autres punaises, limaces, chenilles !
 
Il en est un, il y a quelques années, pour lequel j'aurais aimé être son patron, rien que pour l'embaucher et pouvoir le licencier pour faute professionnelle. J'aurais même souhaité une guerre pour pouvoir le zigouiller (trucider) tout à loisir.
 
Mais mes fantasmes ne se réaliseront pas. La société protège les gens nuisibles encore plus que les humains sensibles et sympathiques, hélas !
 
Par ailleurs, quand on est dans un système qui cache l'identité et permet le harcèlement en toute impunité, il n'est d'autre solution que de s'installer ailleurs, puisque la défense de notre territoire de vie de particulier et d'individu est impossible, sauf à être passible des foudres de la loi.

 

Posté par zalandeau à 09:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

21 août 2018

La guerre est commencée

GSM

Écrit le 2 février 2015.
 
Pour qui ne s’en serait pas aperçu, la guerre est commencée. La guerre contre le terrorisme djihadiste.
« Mais où est-elle ? » se disent certains. Elle est partout autour de nous. Au stade du recrutement, avant l’endoctrinement et le passage à l’acte. Pour recruter, il suffit à l’ennemi d’intéresser les proies potentielles. Un peu de bonhomie, un peu de propos apaisants et chaleureux, un peu de dénigrement du modèle occidental et pourquoi pas, comme je viens de le voir ce matin sur internet, se draper dans une tendance islamiste modérée quitte à se faire passer pour un chiite, alors que, comme chacun sait, le terrorisme a germé dans les plus salafistes des sunnites… Se faire passer pour chiite est alors un masque rassurant, permettant de mettre en confiance le lectorat le plus influençable… Il y a tant d'autres formes de racolage à venir ; les responsables marketing du terrorisme islamique ne sont pas à court d'idées...
 
Alors, aujourd’hui, je suis content ! Je viens de faire un signalement au ministère de l’intérieur.
J’encourage tous ceux qui en auraient l’occasion, à faire leur devoir citoyen…
J’entends déjà ceux qui hurleront à la délation et feront des comparaisons oiseuses avec la période de l’occupation…
Il ne s’agit pas de dénoncer des Français en collaborant avec l’ennemi, mais tout au contraire de dénoncer des ennemis en aidant notre pays, c'est-à-dire nous-mêmes… C’est totalement l’inverse !
 
Il est essentiel de ne pas signaler tout et n’importe quoi et de s’assurer d’abord que le site a des relents de racolage islamiste, ce qui n’a rien à voir avec un site où seule la religion serait abordée de manière paisible…
 
Cette guerre nous concerne tous. C’est par l’union de tous les Français ( disons une grande majorité serait plus pragmatique), que nous éradiquerons cette menace dont nous ne percevons que les prémices. Ne la laissons pas se développer impunément, car demain nous le regretterions.
 
La guerre est commencée.
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

20 août 2018

Le Dernier Homme et les passions de l’âme - La mégalothymie

GSM

Note de Zalandeau : Suite à mon article sur un mégalothymiaque

http://zalandeau1.canalblog.com/archives/2018/08/10/36611861.html

, il est utile de donner un éclairage sur cette pathologie non traitée par la médecine...

 

Écrit le 7 décembre 2017 par Théo Richard
http://makingblog.sciencescom.org/phi-time/2017/12/07/verticalite-de-lhomme/
 
Comment les philosophes voient-ils l’homme du XXIe siècle ? Comment est perçue cette tendance que nous avons tous à consommer ? 
 
En philosophie antique, on décompose l'âme humaine en deux pôles,  à savoir : 
 
    l’eros, à comprendre comme le centre de nos désirs et pulsions,
    le thymos, à comprendre comme le centre de notre désir de reconnaissance
 
Ne sommes-nous pas dans une société où l’Eros prime, et a domestiqué le Thymos ? C’est la thèse que soutenait Francis Fukuyama dans son livre La Fin de l’Histoire, oeuvre philosophique très mal interprétée, et notamment reprise par des étudiants en tant qu’oeuvre qui annonce, après la chute du mur, la fin du monde occidental. Or, ce n’est pas là l’objet de son œuvre.
 
En partant du constat que les hommes sont animés par ces deux pôles émotionnels, Fukuyama va tenter d’établir une théorie de l’âme, afin d'expliquer nos tendances actuelles, cet attrait que nous avons pour la consommation, et le désintérêt que nous avons à nous surpasser pour nous même. Il fonde à partir de ces deux pôles deux concepts ; celui de mégalothymie, et celui d’isothymie. 
 
Que de grands mots ! 
 
Mais vous allez voir, ce n’est pas si compliqué que cela : 
 
    la mégalothymie est le thymos poussé à son extrême : le désir d’être reconnu supérieur! Supérieur à ce que l’on fut, et supérieur aux autres.
    l’isothymie est au contrait le thymos domestiqué et canalisé, le désir non plus de se surpasser, mais d’être reconnu comme égal aux autres.
 
Ainsi, l’avènement des démocraties libérales contemporaines nous aurait conduit à plonger dans l’ère de l’isothymie, dans laquelle les tendances mégalothymiques de nos âmes sont canalisées, dans le business ou les sports extrêmes par exemple. C’est ce qui conduit alors Fukuyama à reprendre la thèse du Dernier Homme de Nietzsche. Le concept du Dernier Homme désigne « le plus méprisable des hommes ». Celui qui n’a aucun désir d’élévation, et qui arrive selon Nietzsche avec le socialisme. Si cette théorie est finalement erronée, Fukuyama s’en servira pour affirmer que l'homme démocratique est un homme qui, tout comme le Dernier Homme : 
 
    fuit toute douleur
    vénère la santé
    déteste toute grandeur
 
Or, nous ne semblons pas être si éloignés que cela de ce Dernier Homme. Le XXIe siècle prime sur le désir d'immortalité et de parfaite santé. Les programmes de télévision les plus populaires sont médiocres, et sans intérêt réel à part celui qu'on appelle "easy watching". Nous détestons souffrir, et voir les autres souffrir, et cela se traduit par exemple dans notre façon de manger: désormais, tout morceau de viande industriel est coupé dans tous les sens, de sorte à ce qu'on ne puisse plus s'imaginer qu'il était auparavant membre d'un corps vivant... 
 
Note de Zalandeau : Je modérerai le dernier paragraphe en disant qu'une partie de l'humanité est quand même attirée par la violence, les pulsions les plus troubles de mort et aime voir et faire subir la souffrance aux autres...
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 août 2018

Amour de ta jeunesse, chagrin de ma vieillesse

GSM



Au soir du temps qui fuit
Était une romance
Tu es là, mais l’absence
De ton cœur qui m’oublie
Fait saigner mon chagrin
Aux lambeaux des matins
Où est donc ton amour
Auquel mon cœur a cru
Je le croyais toujours
Mais tu n’en voulais plus
Je sais quelques mots doux
Que j’aurais pu donner
La vie est un courroux
Qui m’a abandonné
Ton cœur est bien mouillé
Il ne s’allume plus
A mes élans tendresse
Allumettes rouillées
Adieu douces caresses
Ce qui était, n’est plus
……………
Amour de ta jeunesse
Chagrin de ma vieillesse
……………

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

18 août 2018

L'art d'utiliser les mots !

GSM

Auteur inconnu.
 
C'est l'histoire d'un avocat, père de 12 enfants qui se voyait toujours refuser la location d’un logement, justement parce qu’il avait 12 enfants.
 
Un jour, il dit à sa femme de faire une promenade au cimetière avec onze enfants.
 
Il partit avec le douzième pour tenter de louer un logement.
 
Lorsque le propriétaire lui a demandé s’il avait d’autres enfants, l’avocat (qui ne doit jamais mentir) a répondu : 
 
"onze autres. Ils sont au cimetière avec leur mère".
 
L’avocat a obtenu son logement.
 
Il dit alors à son fils: "tu vois, il ne sert à rien de mentir, il s’agit simplement d’utiliser les bons mots".
 
Le fiston est devenu politicien …
 
Et il continue à entuber tout le monde!
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,