31 décembre 2018

Divagation sur l’humanité

GSM

Je me réveille seul comme à l’aube de la fin du monde. Cela est bien pompeux comme formule. Mais c’est la seule que je trouve pour expliquer ces vertiges, cette absence de force, cette impuissance à agir, comme proche d’une fin programmée.
Café, avec médicaments, puis je m’affale devant un Yves Coppens plus philosophe que jamais sur Arte…
Il pense que l’humanité n’a pas à rougir de ce qu’elle a fait. Il dit qu’il est normal que l’humain ait fait ces gigantesques progrès en s’emparant du monde, c’est dans l’ordre des choses…
Il dit aussi que l’avenir de l’humanité, ne sera plus individuelle, mais collective…
 
En effet si l’humanité veut un avenir, il ne peut être que collectif.
Comment pourrait-on assurer l’avenir de l’humanité, si celle-ci continue à s’autodétruire ?
Le libéralisme forcené devra céder la place à un collectivisme raisonné, planifié, humain…
Comment le collectivisme pourra-t-il se développer et gagner la planète, alors que tant d’avidité, de cruauté, d’individualisme, de cynisme gouvernent le monde ?
 
Je pense à tous ces pays en guerre, où le machiavélisme de certains a déclenché une haine de l’autre. Je pense à nos pays vivants en paix, mais dont l’équilibre est si précaire. La moindre explosion de haine, risque à tout moment de mettre le feu à un communautarisme et à la guerre civile.
 
Je pense à tous ces intérêts géostratégiques, qui déclenchent les famines et les misères les plus sordides, face à la richesse insolente de certains.
Je pense à l’égoïsme dont nous faisons tous preuve… Comment pourrons-nous changer le destin apocalyptique de la terre ?
 
Je pense à ces évènements du présent, pires que ceux du passé. On parvient maintenant à tuer plus de gens sans leur faire la guerre, en détruisant les sols nourriciers, par le seul esprit de lucre.
Que de courage pour rien. Que d’énergie déployée pour crever comme des chiens…
Le monde n’en a rien à faire et les mieux pensants ont autre chose à penser…
 
Je remonte dans le passé… Celui que je connais, parce que je l’ai vécu.
Le courage ne sert à rien. La lucidité ne sert qu’à s’empoisonner la vie. Les gens qui ferment les yeux et se laissent mener à l’abattoir, ont au moins l’avantage de ne s’apercevoir de leur fin imminente qu’au dernier moment.
 
Que pense-t-on sous le feu de l’ennemi ? Comment m’en souvenir ? Ai-je pensé à la peur, à la mort ? D’ailleurs doit-on y penser ? Non. Si on pense à la peur, on risque d’y céder. Si l’on cède à la peur, on est mort. Je n’ai pas pensé à la mort. J’avais cette chance inouïe, d’avoir des armes à ma disposition. Ce n’est pas le cas des civils. Que peut-on endurer quand on n’a rien pour se défendre et qu’on attend la mort et celle de ceux qu’on aime ?
 
La Shoah existe dans de nombreux endroits du monde. Cette horreur que nul ne peut décrire. Elie Wiesel lui-même, ce Transylvanien réchappé des camps de la mort, avoue ne pas avoir su parler de l’holocauste, parce qu’il n’est aucun mot pour en parler.
Il est des monstruosités engendrées par l’espèce dite humaine, dont nul humain n’a inventé la façon de les décrire. Notre haine et notre monstruosité sont plus fortes que la description que l’on peut en faire…
 
Comment, dés lors, attendre une évolution généreuse de l’humanité ?
ALORS ? BONNE ANNEE ? Oui, je souhaite une bonne année... mais sans illusion...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


30 décembre 2018

Ma chronique - Meuuuu non, on n’est pas cynique, on est escrocs, c’est pas pareil !


GSM

zalandeau, le jeudi 11 novembre 2010
 
C'est pas compliqué... Prends un président complice de la grande famille des nantis... Donne-lui tous pouvoirs…
 
« Oh, mais j’va pas donner aux pauvres, y sont trop cons et ingrats, j’aurai jamais un seul merci… »
 
Il donne aux riches « Tiens un petit cadeau mon ami et puis un autre, t’oublies pas de me le renvoyer… Ben l’ascenseur, pardi ! »
 
MAIS T’ES CON ! QU’Y DIT LE RICHE T’AS PRIS DANS LA CAISSE DE L’ETAT... TU VAS TE FAIRE TAPER SUR LES DOIGTS !
 
 « Meuuu nonnnnn ! Oh tiens, t’as raison, j'ai un trou dans la caisse !... Bon je va pas payer les dettes de l'état à la sécu »... Plus tard «  mais quel déficit à la sécu!!! Je va leur réduire les prestations et leur dire que c'est leur faute, comme ça, je pourrais continuer à piquer dans la caisse »... «  Oh mais j'ai un pot de vin si les complémentaires santés et les complémentaires retraites se font du beurre ??? Qu'est-ce qu'ils sont gentils !!! Ben, je va diminuer les prestations des caisses obligatoires... Comme ça elles s'écrouleront et qu'est-ce qu'on en croquera! »...
 
OUI, MAIS TOUS LES PAUVRES VONT EN CREVER ???
 
«  Ah ben tant mieux, comme ça on fera des économies de santé, de sécu et de retraite. D'abord les pauvres ils ont un mauvais gout !!!... Préférer être pauvre, plutôt que riche !!!... On n’a pas besoin d’eux, on les cache, comme ça personne ne sait qu'il y en a, en attendant qu'ils crèvent... C'est pas des pauvres qui vont faire la loi ? Non mais ? »
 
OUI, MAIS DE PLUS EN PLUS DE PAUVRES, C'EST MOINS DE CONSOMMATION ?
 
« On s'en fout ! Nos amis savent très bien augmenter les prix de ventes... Gagner plus en vendant moins, c’est écologique ! (En plus : Moins de travail pour les caissières, on licencie et on gagne encore plus et je te donne une autre astuce ils tirent les prix des petits producteurs… D’une pierre deux coups !!!)... Alors elle est pas belle la vie ? »
 
OUI, MAIS L'ECONOMIE DE LA FRANCE VA ÊTRE A PLAT ?
 
« Je comprends pas? Depuis le temps qu'on leur suce le sang, la bête agonise mais est toujours vivante... Mais quand elle sera crevée, on a encore 6 milliards de pauvres à exploiter... Et puis nous, on ne risque rien, on cache ce qu'on vole dans les paradis fiscaux"... Et puis, avec pleins de vigiles sous-payés, on peut continuer à profiter de la douceur de vivre en France ; d’abord mon spécialiste est dans une clinique privée, je vais pas partir ??? »… « Sauf si le facteur prends le pouvoir, mais je l’ai acheté, alors ??? Ça serait vraiment de la faute à pas d’chance »…
 

 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

29 décembre 2018

Ma chronique – Mélenchon, une lueur d’espoir dans la crise ?

GSM

Ecrit le jeudi 4 juin 2009.
 
Ai-je changé ? Ou bien est-ce le monde qui a changé ?
 
Je crois être fidèle à mes idées, à mes valeurs, à mes convictions. Alors pourquoi vais-je voter pour Mélenchon ? Suis-je devenu communiste ? Non, surement pas !
 
Mais quand un homme qui a œuvré 30 ans au parti socialiste, fait brusquement rupture, crée son parti et dénonce cette gauche Européenne qui a failli, ce PS qui s’est renié « Au parlement européen, les députés socialistes ont voté dans 95 % des cas avec la droite », cela m’interpelle fortement.
Quand ce même homme affirme « Pour lutter contre le dumping social, il faudrait prendre des mesures d’harmonisation sociale. Or c’est interdit par le traité de Lisbonne ! Comment le PS a-t-il pu voter en faveur d’un traité qui interdit le cœur même de son engagement ? », n’est-ce pas l’exact reflet de ma pensée, de ma connaissance et de mon interprétation des faits ?
D’autant que jamais, le sieur Méluche ne remet en cause la capacité du capitalisme à créer de la richesse. Il critique seulement les excès que la dérégulation libérale a provoqués et favorisés. Il veut dénoncer tout comme moi le traité de Lisbonne que notre président a ratifié en dépit de mon vote négatif pour le traité de Maastricht… Il veut remettre une vraie régulation et la mise en place européenne de mesures sociales et de protectionnisme des travailleurs…
 
Est-ce communiste ? Socialiste ?
 
Je crois que c’est simplement généreux, humain, lucide, social et progressiste. Savoir dire « NON » à la barbarie régressive de l’ultralibéralisme, que demander de mieux ?
 
Je reste dans mon idéal de pensée Gaullienne, l’homme qui a su dire « NON » au défaitisme, l’homme qui a mis en place le système de sécurité sociale à la libération initié par le conseil national de la résistance allié avec les communistes…
 
Je serai donc fidèle à mes convictions concernant l’humain, en votant Mélenchon, c'est-à-dire pour le Front de Gauche, aux européennes du 7 juin 2009 (Ca va me faire drôle de voter à gauche…).
 
Pour une Europe sociale et régulatrice, contre une Europe libérale.
 
Vive la France !
 
Mais non… Je plaisante !
 
Méluche, il est bien comme mec, sur les sujets que je viens d’évoquer… Mais en ce qui concerne l’immigration… il en est encore à vouloir ouvrir les bras de la France à toute la misère du monde, que pourtant nous n’avons pas les moyens d’accueillir et qui prive nos pauvres à nous d’emplois comme d’aides en suffisance au nom d’une humanité qui ne nous rend pas la pareille… Alors Méluche : NON 
 

Posté par zalandeau à 12:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2018

Avanies (sans les framboises)

GSM

Ecrit il y a un certain temps...
 
Aujourd’hui, j’ai bossé comme un nègre et j’me suis fait chier comme un russe. Bien heureusement je ne me suis pas saoulé comme un Polonais...
Vl’a-t-y pas que le groupe de sécurité se met à fuir : Plic, plic, plic, plic…
Je vais profiter de la coupure d’eau générale pour le changer.
 
Alors je file à l’Anglaise pour acheter ce qu’il me faut.
Heureusement, la dernière fois j’avais mis une vanne pour ne pas avoir à vidanger tout le ballon, (pas con le mec !).
Je m’aperçois avant de partir que j’avais deux groupes neufs dans leur emballage (j’avais été prudent la dernière fois… Oui, parce que cela se passe toujours le vékend, toujours ! Mais là comme j’avais la camelote, ça s’est produit en semaine)… Je vais quand même racheter deux groupes, ça m’en fera trois en réserve, plus des joints divers et variés et du téflon…
 
Dans le rayon, je cherche pendant une demi-heure… Je sais pourtant que même sous mes yeux, je ne vois pas ce que je cherche, parce que je ne concentre pas mon attention… Mais épuisé par cette recherche infructueuse, je m’adresse la honte aux joues à un employé qui en deux secondes me met l’objet dans la main… Je bredouille des excuses parce que je suis vexé de pouvoir être pris pour un de ces amateurs ou de ces rombières qui n’y connaissent rien, alors que moi, je connais (enfin, je connaissais) tout ça par cœur !
 
Il me dit que ce n’est pas grave, qu’il faut bien aider les vieux…
GRRRRRRR… Bon ben j’ai été pris pour un vieillard sénile ! C’est pas mieux, merde alors !... J’ai encore plus honte !
 
Mais je sais que dans le fond, il a raison ! Alors je me hasarde à lui expliquer que j’ai eu un problème au cerveau, pour effacer cette idée négative…
Mais que je suis con ! Maintenant il me voit comme un handicapé ! GRRRRRR…
De toute façon c’est vrai… Mais toute vérité n’est pas bonne à dire, à entendre ou à deviner…
J’arrive à la caisse. Bordel ! J’ai dit que j’en prenais deux !
 
Je retourne dans le rayon… Pourtant j’étais avec lui, quand il me l’a donné, j’ai vu où il l’avait pris, le truc ! Mais j’ai tenu bon. Je ne suis pas allé le chercher à nouveau, le magasinier ! Il m’a fallu au moins un quart d’heure pour trouver le bouzin ! Quelle vérole !
……….
L’après midi je décide de changer le siphon du lavabo qui est tout niqué par le calcaire, alors qu’une flaque suinte au pied de la colonne en faïence… Je retourne au magasin et… Le temps passe… Pas de bol ! Je ne trouve pas les siphons. Où sont ces putains de bordels à la con ? Merde !
 
Snif !... La mort dans l’âme, je vais appeler au secours et… Non, pas possible ! C’était encore lui qui était de service… GRRRRRR… Je suis maudit !
 
J’me suis fait tout petit (c’était très difficile, parce que je suis très gros)…
«  Est-ce que par hasard, vous auriez l’extrême amabilité de vouloir bien prendre quelques secondes de votre temps si précieux pour m’indiquer… Vous allez rigoler… Mais je n’ai pas trouvé les siphons de lavabos… S’il vous plaît ».
 
En prime, je me suis fait vachement mal partout, j’ai fatigué dur, j’ai plus de force (j’arrivais même pas à fermer la putain de vanne)…
 
Et… Oserais-je le dire ?... Le nouveau groupe de sécurité, que j'ai posé… Il fuit ! #@& :> ARGGGGG
 
Ce soir, je vais dormir comme un Loir.
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2018

J’en peux plus de la loup-attitude

GSM

Il y a des obsédés de la conservation des nuisibles qui font en ce moment, un de ces ramdams avec les loups.
 
……….
 
Perso, je considère que nous devons conserver les biotopes, parce que l’homme a besoin de la nature. Le jour où l’humain ne sera plus là, on s’en battra les couilles des animaux, de l’air pur, de l’eau de source et de la vache folle…
 
L’abeille, il faut tout faire pour la sauver, parce que d’elle dépend la vie de l’homme sur la planète; et tant qu'on est là nous avons intérêt à préserver ce dont nous avons besoin, c'est à dire presque tout…
 
Mais le loup… On a vécu 50 ans sans loup… On a survécu et même très bien. Qu’est-ce qu’ils veulent avec leurs loups ? La peau des bergers, la peau des éleveurs ? C'est nous qui payons les indemnités (insuffisantes d'ailleurs, mais qu'on pourrait éviter). Ils n'ont qu'à payer eux-mêmes, ces extrémistes du loup ! Non, non. Les loups c’est « couic », sauf quelques-uns dans les zoos ou domestiqués en loup de garde et pas ailleurs.
 
C’est comme les crocos et les requins… Ça ne sert à rien, sauf à nous faire chier… En élevage pour produire des sacs à mains ou des ailerons… Qu’est-ce que c’est que cette manie de vouloir conserver les nuisibles inutiles, dangereux et qui n’ont aucune influence sur les biotopes ?
 
Ça fait partie de ces attitudes politiquement correctes de respect absolu, où l’on met sur le même pied d’égalité l’homme et l’animal, l’assassin et le saint, le bon, la brute et le truand…
 
Moi, je pense qu’il y a des humains, genre protecteurs des loups, qu’il faudrait piquer… Ah, bon, on me dit que c’est trop tard, ils sont déjà complètement piqués !

 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


26 décembre 2018

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (13)

GSM


INFOS ADIA N° 19
 
Association de défense des intérêts de l’Amicale
Quelques infos au concernant l’audience d’appel du 27 novembre 2018 ainsi que les séances du CA du 30 novembre et de l’AG du 1er décembre 2018.
 
Chères et chers ami(e)s Papés,
 
Avant toute chose, nous vous souhaitons un très joyeux noël et d’excellentes fêtes de fin d’année ainsi que tous nos vœux de bonheur et de réussite pour cette nouvelle année 2019 en espérant qu’enfin une solution soit trouvée pour rendre à notre association amicale la sérénité perdue depuis la prise de gouvernance du président Deveaux et de son équipe.
 
Suite à l’audience d’appel qui s’est tenue le 27 novembre à Nîmes ; comme nous nous y attendions l’équipe de gouvernance actuelle et son président Sébastien Deveaux n’a tenu aucun compte de notre message demandant le
report du CA du 30-11-2018 et l’ajournement de l’Assemblée Générale du 1er décembre 2018.
Comme à son habitude, le président a décidé d’ignorer les conclusions de la cours d’appel et n’a tenu aucun compte de la décision prise par son président d’exiger une dernière tentative de conciliation afin de préserver l’image de notre école et de l’amicale ainsi que de ses intérêts financiers bien mis à mal par les gouvernants actuels.
Ils n’ont pas hésité à consacrer depuis septembre 2014 près de 400 000 euros pris sur les finances de
l’association pour assurer leur propre défense soit environ 5 années de cotisations des membres. A
titre comparatif nous membres de l’ADIA qui nous opposons à cette gestion calamiteuse et autocratique avons consacré pour le même objet 90 000 € de nos propres deniers (chercher l’erreur ?).
 
Lors de l’audience de la cour d’appel du 27 novembre ou 4 membres de l’ADIA étaient présents et aucun membre du bureau de l’amicale hormis le directeur de la maison des élèves, le président de la cour d’appel de Nîmes a demandé que soit engagé sous son contrôle une dernière tentative de conciliation qui devra s’achever au plus tard le 2 avril 2019 faute de quoi en cas d’échec, la cour se réunira à nouveau pour plaider et juger définitivement de la suite à donner au conflit.
 
Comme nous l’avions proposé à plusieurs reprises sans succès ; nous avons bien évidemment accepté cette proposition faîte par le président de la cours dans l’intérêt de l’image et des finances de l’amicale.
 
Toutefois nous ne sommes pas prêts à tout accepter et nous souhaitons notamment :
1- que ceux qui depuis 4 ans ont montré leur incompétence pour assurer la gouvernance et la gestion de notre amicale ne puissent pas se représenter à de nouvelles élections générales.
 
2- Qu’ils démissionnent immédiatement de leur mandat et que deux administrateurs bénévoles soient désignés pour assurer la gestion des affaires courantes jusqu’à ce que de nouvelles élections générales soient organisées par application stricte des statuts de 2005 et du règlement intérieur qui y est associé et qu’un nouveau conseil d’administration soit mis en place.
 
Élections générales qui pourraient être organisées sous le contrôle de la cour d’appel et qui permettraient :
 
a- de retrouver un esprit amicaliste et des pratiques de gouvernance transparentes et démocratiques où les élèves seraient consultés et sollicités pour participer aux commissions les concernant directement et pas uniquement pour participer; parfois contraint à un vote irrégulier dans le seul but de faire réélire les membres de l’équipe Deveaux ; comme cela a été malheureusement fait lors des précédentes élections.
b- Ré écrire de nouveaux statuts permettant de combler les lacunes et les incohérences de ceux de 2005 qui ont été exploitées à leur profit par les membres de l’équipe Deveaux. Cette ré écriture devra prendre en compte l’évolution des conditions d’hébergement et de vie des élèves futurs membres de notre amicale et la nécessité de les associer aux travaux du CA sous une forme à définir conjointement.
Seraient notamment précisés le rôle de chaque catégorie de membres et leurs prérogatives respectives ainsi que les modalités de la relation anciens élèves et élèves en formation, afin que ne se reproduise plus de conflit du type de celui qui se déroule aujourd’hui.
 
Alès le 20 décembre 2018
Le bureau de l’ADIA
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

25 décembre 2018

Mémoires et radotages (196) – Gilets jaunes - Noël


GSM

Écrit le 23 décembre 2018.
 
Vendredi dernier, je passe au rond point des gilets jaunes… 6 gilets jaunes et tout leur aménagement : Tente, barbecue, palettes, banderoles et WC du genre « la cabane au fond du rond-point », etc…
Je repasse deux heures plus tard quand j’ai fini mes courses… Il n’y a plus aucune installation… Seuls 12 gilets jaunes (ils avaient appelé du renfort) entourés de 18 gendarmes venus de trois gendarmeries différentes dans trois camionnettes…
Toute l’installation avait du être emporté par un camion auto chargeable comme en témoigne les traces de pneus et de vérins au sol…
 
Courageux, ces gendarmes, depuis que l’état leur a promis des sous ! (Je plaisante).
 
Hier samedi, je repasse à ce fameux rond-point… Les gilets jaunes ont réinstallés leur campement sur un champ qui touche au rond point, bien en vue… Certes il manque la cabane au fond du champ ainsi que le barbecue, mais c’est en bonne voie…
 
Et c’est reparti pour un tour… Y compris les fêtes de Noël !
Hé bien non ! Aujord'hui les gendarmes sont revenus, les ont chassés derechef et fait déblayer leur campement... Les gilets jaunes sont à la maison
 
Courageux ces gilets jaunes contrairement aux gendarmes qui ne sont qu’obéissants, zélés et lâches en fait, mais qui ont su faire du chantage au pognon avec effet immédiat, contrairement aux GJ qui peuvent se serrer la ceinture…
……….
Noël… Que de souvenirs ! Je n’ai plus cru au père noël à sept ans et demi. Cette nuit là je voulait vérifier son existence ou non… Je faisais mine de dormir quand mon père est entré dans la pièce principale où je dormais et a déposé les cadeaux… Quand il est reparti, je me suis mis à sangloter, comprenant pourquoi les cadeaux étaient moins beaux que prévu : Mes parents n’était pas aussi riches qu’un père noël… J’étais triste, parce que malgré leur pauvreté, ils m’offraient ainsi des cadeaux que je n’avais pas toujours mérités…
Et puis, il y a eu tous ces Noëls avec mes enfants à moi… Leurs sourires, quand ils avaient fini d’arracher les papiers d’emballage, leur joie quand ils découvraient ces jouets qu’un certain père noël avait posés devant le sapin…
 
Et puis il va y avoir ce Noël-ci… Je vais d'abord avoir un sourire béat, d’être avec deux de mes enfants, le troisième ne pouvant pas venir… C’est eux qui nous font des cadeaux, maintenant, malgré les réprimandes que nous leur faisons chaque année : « Vous n’avez pas de gros moyens, ne faites pas de telles dépenses ! »… Et là encore je vais ensuite être très triste de ne pas avoir mérité tant d’argent gaspillé et tant d’amour immérité. Je leur ai donné une vie de merde dans un monde de merde et ils me remercient… Je vais avoir honte demain matin…
 
Joyeux Noël, à ceux qui le peuvent…
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 décembre 2018

Ma chronique – Manifestations, grève et violence gratuite


GSM

Ecrit le mardi 19 octobre 2010.
 
Je m’attendais à ce type de réactions contre la modification de la retraite…
L’on voit que l’objectif monomaniaque des syndicats concernant la lutte contre la réforme des retraites se double actuellement, d’une réaction contre toutes les vilénies perpétrées depuis l’accession au trône du voyou de la république.
Le gouvernement pense pouvoir profiter d’un affaiblissement des mouvements en cours à cause de la diversité des récriminations…
En fait, j’ai toujours souhaité que la lutte se tourne contre toutes les mauvaises actions de cet exécutif et je me réjouis de ce qui se passe ! La politisation de ce qui n’était qu’un phénomène syndical est souhaitable à mon avis ! Cela ne fera que renforcer la motivation de ceux qui luttent actuellement…
 
Le pouvoir en place essaye de déstabiliser les mouvements anti-retraites, en tâchant de les décrédibiliser par les violences commises…
En fait, au fil des jours, nous voyons très clairement que casseurs et manifestants, n’ont rien à voir et sont bien deux entités complètement indépendantes…
 
Deux conclusions :
 
1) Vraisemblablement, la loi sera adoptée, car il y a peu de chance que le sénat l’empêche, et aucune chance que l’assemblée ne la vote pas, le petit doigt sur la couture du pantalon…
Donc, les grèves et manifestations cesseront ! Le chantier sur la retraite ne sera remis en cause qu’en 2012, en cas de victoire de l’opposition…
Mais il ne faut pas se bercer d’illusion : Le PS est très content que la droite fasse le sale boulot à sa place !
 
Quelle différence entre la loi de Sarko et celle de l’éventuel élu du PS ?
Sarko c’est 62 ans avec quelques exceptions à 60 ans…
Le PS, ce serait 60 ans avec beaucoup d’exceptions à 62 ans…
Autant dire : Bonnet-blanc et blanc-bonnet !
 
2) Le phénomène des casseurs : Il prouve, si besoin en était, que l’insécurité et le traitement au karcher, n’ont eu aucun résultat tangible malgré les gesticulations du roitelet à grand bec !
 
Il appartiendra donc au pouvoir d’ouvrir les yeux sur une réalité dangereuse et sur les mesures les plus efficaces et les plus radicales pour son propre devoir régalien.
J’espère que les spécialistes tireront les conclusions en termes de moyens humains et matériel pour la future guérilla urbaine qui se produira, aussi inévitablement que la crise monétaire devait éclater…
 
1er Post-scriptum : Espérons que le prochain exécutif soit conscient, humain, responsable, participatif, réaliste, (surtout pas naïf) et qu’il recrée les conditions propices au retour au plein emploi et à une répartition équitable de la richesse nationale… En ce cas, le financement des retraites ne serait plus un problème… Et le terrorisme migratoire serait affaibli, voire auto-dissous…
 
2ème Post-scriptum : Si Sarko avait réparti équitablement le financement des retraites en faisant appel à l’imposition des immenses revenus du capital, les Français auraient accepté sans aucun doute la réforme telle qu’elle est actuellement…
 
NDLA : Retour en 2018 : Le Macron a été plus loin que le Sarko... Mais les conneries de l'un n'ont pas servi au second et on voit le résultat... Il va avoir du mal à s'attaquer aux retraites maintenant et c'est tant mieux !
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

23 décembre 2018

Les hommes

GSM

Seins nus ou voilées, pas besoin de prétexte

 

 
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2018

Ma chronique - Le « discours » de Napoléon Sarkozy le 12 Juillet 2010.


GSM

Toujours égal à lui-même, le Président Sarkozy, puisqu’il faut l’appeler par son nom, a livré une fois de plus un discours d’une habileté, d’un laisser paraître tels qu’il nous a habitué depuis sa campagne présidentielle…
 
Hélas, trois fois hélas, la magie ne prend plus. Sous l’habileté, on sait les silences, sous les « vérités » énoncées avec une honnêteté apparente, se cache le mensonge.
 
Pourquoi dis-je en préambule « le discours » ? Tout simplement parce que les questions étaient déjà sur internet depuis 2 jours et par conséquent elles étaient de connivence avec l’interviewer (Pujadas, cette fois ci, Pernaud et Ferrari la fois précédente).
 
Quelle comparaison peut-on faire entre celui qui se prétend Président et les vrais Présidents dont de Gaulle duquel il se prétend le successeur ?
 
Une conférence de presse, se fait avec plein de journalistes, sans connaître les questions. Ce n’était pas le cas.
 
Un vrai Président, aurait parlé de la France et des Français, de leurs attentes, de leurs angoisses et des solutions qu’il envisageait pour eux.
 
Mais le petit Napoléon a préféré parler de lui-même et essayé de faire pleurer dans les chaumières, tel l’avocat qu’il est lui-même, défendant son client, qui est toujours et encore lui-même, éternellement lui-même, comme si le destin des Français était résumé dans l’égotique discours de son Président de pacotille…
 
Si on l’écoute, la retraite ne change pas, « il » l’améliore, passant sous silence toutes les modifications déjà décidées et dont il prétend qu’elles seront concertées (C’est certainement selon son cher principe « J’écoute et je ne tiens pas compte », dogme qui à lui seul donne toute la dimension autocratique du personnage)…
 
Les impôts n’augmenteront pas non plus… Et comment va-ton boucher la dette publique à part en rognant sur les prestations concernant les plus pauvres ?
 
Entêté à poursuivre sa politique libérale, il ne tient effectivement aucun compte de ce que les Français ne veulent plus de cette attitude égoïste et accaparatrice…
 
Non, il n’y a rien de changé hier ! Nous sommes toujours dans un pays présidé par un incapable, qui s’accroche à ce qu’il a durement acquis : sa place ! Il n’admettra jamais au fond de lui-même pouvoir se tromper, car il croit qu’il a la science infuse, réfute les conseils, car pour lui l’erreur serait un aveu de faiblesse… Alors que je pense, cela serait un certificat d’intelligence et de grandeur… Mais il préfère rester petit, désespérément petit et mesquin !
 
Détestable entêtement qui mène toujours au pire…
 
 
 
© zalandeau, le mardi 13 juillet 2010
 
 
 
 

My chronicle - The "speech" of Napoleon Sarkozy on July 12th, 2010.
 
 
 
Always equal to himself, the President Sarkozy, because it is necessary to call him by its name, delivered once again a speech of a skill, one let appear such as he accustomed to us since his presidential campaign …
 
Regrettably, three times regrettably, the magic does not set any more. Under the skill, we know the silences, under the "truths" expressed with a visible honesty, hides the lie.
 
Why do I say in introduction " the speech "? Simply because the questions were already on internet for 2 days and consequently they were of complicity with the interviewer (Pujadas, this time, Pernaud and Ferrari the previous time).
 
What comparison can we make between the one who claims himself President and the true Presidents of whom de Gaulle of whom he claims himself the successor?
 
A press conference, is made with a lot of journalists, without knowing the questions. It was not the case.
 
A true President, would have spoken about France and Frenchmen, their expectations, their fears and solutions which he envisaged for them.
 
But the small Napoleon preferred to speak about himself and tried to make cry in thatched cottages, such the lawyer as he is himself, defending his customer, who is always and still himself, eternally himself, as if fate of the Frenchmen was summarized in the egotic speech of his President of cheap junk …
 
If we listen to him, the pension does not change, "he" improves it, crossing under silence all the already decided modifications and of which he claims that they will be arranged (It is certainly according to its expensive principle « I listen to and I do not take into account », dogma which only gives all the autocratic dimension of the person) …
 
The taxes will not increase either … And how we fill the national debt to part by grumbling on the services concerning the poorest ?
 
Intoxicated in pursuing its liberal politics, he does not effectively take into account that French people want no more this selfish and monopolizing attitude…
 
No, there is nothing of changed yesterday! We are always in a country chaired by an incapable, which hangs on to what he hard acquired: his place! He will never admit in the heart of himself to be able to make a mistake, because he believes that he has the inborn science, refutes the advices, because for him the error would be a confession of weakness … While I think, it would be a certificate of intelligence and greatness … But he prefers to remain small, desperately small and narrow-minded!
 
Terrible stubbornness which always leads to the worst …
 
 
 
© zalandeau, on Tuesday, July 13th, 2010

 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :