23 juillet 2016

Justice de m…. (2)

GSM

L’archange vaincu par le démon.
 
Il est bien fini le temps où l’archange st Michel terrassait le Démon. De nos jours c’est le Démon qui terrasse l’archange. Il n’est qu’à se reporter à l’affaire des frégates de Taïwan et à l’affaire Clearstream. L’Archange (Le juge Renaud Van Ruymbeke), l’incorruptible, était sur la piste de la plus vaste escroquerie à la rétro-commission que nous ayons connue… Mais Sarko parvint à piéger le juge d’instruction, qui, désavoué par sa hiérarchie, fut obligé de rendre un non-lieu…
Dans cette affaire, le parquet et le conseil supérieur de la magistrature, tous deux aux ordres du pouvoir, firent pression contre le juge, évitant ainsi toute punition à l’ancien président…
 
Encore maintenant, les nombreuses affaires dont Sarko est le centre ne paraissent pas devoir déboucher, tant les complicités allaient de la gauche à l’UMP et au FN. Qui oserait prétendre qu’il n’y a pas collusion délictueuse entre la droite et la gauche, qui s’entendent si bien hors de l’hémicycle, lorsqu’il s’agit d’intérêts aussi occultes que malhonnêtes ?
Comment peut-il se trouver des Français pour souhaiter le retour au pouvoir d’un être aussi malfaisant et diabolique que Nikola 1er ?
 
Continueront-ils à vouloir son retour quand ils sauront que l’argent détourné par nos politiciens (491 millions d’€uros) pour cette affaire des frégates, est parti dans des paradis fiscaux et que l’état Français (c'est-à-dire les contribuables Français) est condamné à payer à Taïwan cette somme que nos dirigeants lui ont volée ? Combien d'argent nous a-t-il volé (crédit Lyonnais-Tapie, contrat Pakistanais, etc...), à l'aide de ses hommes de mains aussi nombreux qu'ils se disent innocents : Lagarde, Copé, Woerth, Cahuzac ? Cette belle association de malfaiteurs aux allures maffieuses gagne encore et toujours contre une justice si impuissante, si prisonnière du pouvoir et également si vulnérable aux fautes de procédures... Certes les maillons faibles tombent (Cahuzac), mais les autres ?
 
Elle est belle cette justice au service du pouvoir et du vol de l’état par ceux qui le dirigent !
 
Il faut se réveiller les gars ! Nous sommes dans la plus grande république bananière du monde !

Posté par zalandeau à 09:04 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


22 juillet 2016

L'esprit de contradiction

GSM

Certains ont à cœur de penser différemment. A priori, cela est un signe de bonne santé mentale : C'est l'envie de suivre sa propre logique, sans s'occuper des troupeaux qui suivent leurs maîtres à penser.
 
Mais parfois, cette volonté à tout prix d'être soi-même dans une recherche d'authenticité, se transforme en systématisation. Ces personnes cherchent alors à prendre le contrepied de toute pensée, de tout acte, de tout événement à seule fin de se montrer différent et supérieur. En cela elles entrent dans l'erreur, la mauvaise fois et surtout une mégalomanie qui les coupent de la réalité. C'est alors une sorte de pathologie...
 
Il est difficile d'être "normal". Est-on normal quand on adopte les idées des autres systématiquement ? Pas davantage. La normalité, serait en toute occasion d'être en accord avec notre propre pensée, avec notre propre esprit critique, avec notre libre arbitre.
Ce qui impliquerait de savoir prendre du recul, de savoir se remettre en cause...
En fait, peu de gens réunissent ces conditions de réflexions. Le parti-pris associé à la mauvaise foi sont souvent la réponse des individus face au monde qui les entoure...

Posté par zalandeau à 11:43 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

19 juillet 2016

Formidable peuple français

GSMEcrit le 10 janvier 2015 :

 

Heureusement, suite à l'attentat de Charlie Hebdo, il y avait eu ce soulèvement spontané des Français de toutes confessions, de toutes opinions à travers tout le pays, pour montrer leur indignation devant les actes des monstres terroristes que l’on commençait à traquer !
 
Il est réconfortant de voir que nul ne veut céder à ces abominations et que l’on trouvera un peuple debout et uni contre l’obscurantisme et la violence.
 
Bien évidemment nos dirigeants présents, anciens ou futurs tentent de récupérer un peu de popularité à cette occasion, quitte à tenter d’émietter l’union sacrée par calcul politique. Mais ils devraient savoir que nous les jugerons sur le chômage et l’emploi et pas sur cette réussite policière qui était un parcours obligatoire, un minimum, le ‘smic’ du devoir régalien de l’état…
 
Pain béni des journalistes, pour lesquels la mort des uns a fait la une des autres, cet événement qui profite à certains, y compris aux graines de terroristes qui se gobergent, aura quand même un grand impact sur les Français.
 
Nous avons enfin vu une solidarité de tout un peuple.
 
Désormais, il y aura le peuple d’un coté et les terroristes de l’autre et cela va tout changer.
 
Quant à nos politiciens ? Ce sont des bestioles hors-sol, dont la réaction est seulement opportuniste...

Posté par zalandeau à 11:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2016

Mémoires et radotages (56) – Incurie face au terrorisme

GSM

Si cet attentat a réussi quelque chose, c’est bien d’avoir provoqué le prolongement de l’état d’urgence et d’avoir cassé " l’union nationale ", qui s’était créée autour de ce sujet de sécurité majeur…
 
Il est sidérant d’ailleurs d’apprendre que la bande au pouvoir (Valls and Co) avait décidé de ne pas renouveler l’état d’urgence… Preuve, s’il en était besoin, de ce que j’avançais sur leurs préoccupations complètements déconnectées de cette guerre que nous sommes sensés mener contre le terrorisme, mais plutôt enclines à obéir aux recommandations de Bruxelles…
 
La preuve est donc faite que ce gouvernement ne sait pas prendre ses responsabilités à la hauteur des enjeux réels dont il n’a pas su prendre la dimension !
 
Et la droite, Sarko en tête, qui fait des critiques… Certes, elles sont justes, ces critiques, mais qu’a-t-elle fait, cette UMP-LR, quand elle était au pouvoir ? Bien pire, en ne prenant aucune mesure, en dégonflant nos forces armées et nos forces de l’ordre, en pactisant avec les salafistes et en fermant les yeux sur le radicalisme… Monsieur UMP-LR, « Que faisiez-vous aux temps chauds ?... - Vous chantiez ? J’en suis fort aise. Eh bien : dansez maintenant. ». C’est trop facile de faire le mariole !
 
Il faut d’urgence que soient prises des mesures efficaces d’augmentation de nos moyens régaliens de sécurité et non pas de l’ordre de pourcentages à deux chiffres, mais à trois chiffres. Par exemple, triplement de la DGSI, doublement des forces de l’ordre, création d’un véritable service militaire pour la défense intérieure, triplement de la réserve, etc… Sans oublier les moyens logistiques, matériels et électroniques qui vont avec… Et sans compter la mise en chantier de centres de détentions et la mise en œuvre des lois d’exception sans lesquelles on ne peut rien faire…
 
L’histoire du monde n’aura rien appris à nos dirigeants… Cela fait plusieurs minis Pearl Harbor que nous subissons et pourtant, nous n’entrons pas vraiment en guerre contre nos agresseurs, où bien, seulement en paroles…
 
Nos dirigeants de droite comme de gauche sont les Daladier du 21ème siècle et peut-être les plus nuls du monde… L’histoire repasse ses plats et on ne voit rien. 
 
Que nos irresponsables responsables se réveillent avant de laisser se créer en France un chaos insurrectionnel propice à l’effondrement de notre pays !
 

Posté par zalandeau à 11:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juillet 2016

Mémoires et radotages (55) – 14 juillet 2016

GSM

Je reviens de manière plus personnelle sur ce 14 juillet… Vers la fin du défilé que je regardais en zappant sur plusieurs chaînes… Je dois d’ailleurs dire que je n’ai jamais vu un défilé aussi mal filmé, aussi mal commenté par des andouilles tout juste bons à ramasser les papiers gras après la fête… Donc, on approchait de midi, quand j’ai pensé que, quand-même, il était fantastique que la coupe du monde ait échappé aux attentats et que notre fête nationale semblait également devoir en être épargnée, alors que pourtant il me semblait que c’était l’événement emblématique de la France et donc, un très gros objectif éventuel de cible pour la mouvance terroriste…
 
Hélas, le soir même mes idées se sont avérées justes. Mon optimisme aura été de courte durée…
 
Stupéfait, comme tous les Français, j’ai été ému aux larmes, par ces familles endeuillées et je suis resté hypnotisé devant la télé, espérant quelque bonne nouvelle… ce qui était totalement stupide, car plus le temps passait, plus le bilan était lourd et désastreux…
 
J’ai eu une colère froide… cette envie de tuer du Daesh, du terroriste, du prosélyte, de l’extrémiste… Que n’avais-je quarante ans de moins, pour être dans les forces spéciales et casser de l’islamiste, ai-je pensé cette nuit-là…
 
Mais faudrait-il que ce gouvernement ait envie de faire la guerre à nos ennemis de l’intérieur… Mais de par le grand écart entre ses paroles et ses actes, je ne suis pas certain que ses motivations soient essentiellement axées sur la défense des Français, mais plutôt sur ses intérêts propres… lesquels ne comportent que les mesures minimalistes faisant croire qu’il s’occupe du problème… L’objectif de ce gouvernement c’est d’être réélu en 2017… Alors autant laisser les Français continuer de se rassembler par la peur  autour de l’actuel exécutif qui les protège… Mais si l’état protège trop, sans attentat, sans peur, il n’y aura plus aucune reconnaissance à attendre de cette plèbe ingrate que nous sommes…
 
L’augmentation des moyens en deux ans est totalement ridicule… La politique de complaisance confessionnelle est écœurante… Quand je pense à Juppé, qui n’est pourtant pas de gauche, faisant comprendre qu'il " vaudrait mieux être islamiste que mort "… J’ai le sentiment de plonger dans un passé de collaboration qu'heureusement ma date de naissance m’a épargné…
 
Mes parents sont partis à temps pour ne pas revivre une deuxième fois la honte des années quarante… Mais hélas, mes enfants risquent bien de connaître à leur tour, la défaite des élites qui se rendent sans se battre et se prosternent lâchement, livrant le peuple à la merci des barbares…
 
Je n'accepte pas les demi-mesures de l’état en matière de guerre contre le terrorisme… Il faut une guerre totale !

Posté par zalandeau à 11:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


16 juillet 2016

Mémoires et radotages (54) – Attentat terroriste à Nice

GSM

La façon de traiter le problème terroriste en France me stupéfie de jour en jour un peu plus…
 
-D’abord, concernant la manière d’envisager cet acte barbare qui a été commis le 14 juillet sur la promenade des Anglais. Les autorités voulaient tout d’abord envisager le pourquoi de ce crime de masse… Parce que s’il était commis par un fou, ou par quelqu’un ayant d’autres motivations que ceux de Daesh, ‘on’ aurait été content de dire « Ah, ce n’est pas du terrorisme, ce n’est qu’un crime ordinaire », donc ne mettant pas en cause la responsabilité des pouvoirs publics…
La société Française (tous les pouvoirs et médias étaient sur la même longueur d’onde), avec un tel raisonnement est totalement à coté de la plaque. Il n’y a pas à connaître les mobiles de l’agresseur pour dès l’abord, qualifier cet attentat.
Le seul concept à prendre en considération est : Quel est l’effet recherché et obtenu ? La réponse est : Un massacre aveugle et une terrorisation de la population. C’est donc un attentat terroriste ! Il n’y a pas à tergiverser sur ce point. Et cela va totalement dans le sens de l’état islamique, même s'il n'y a pas de revendication.
 
Les mobiles des terroristes sont, nous le savons déjà divers et variés, mais ceci est valable pour chaque soldat de toutes les armées du monde et pour chaque individu de la planète.
La chaîne de commandement et d’organisation de ces actes barbares, nous le savons aussi, est multiple, contrairement aux armées modernes qui obéissent à des règles hiérarchiques immuables…
L’organisation de la nébuleuse Daesh est calquée sur le modèle de la mondialisation.
En effet, On peut dire que cette ‘multinationale du terrorisme’ a ses chefs, ses ouvriers, ses salariés détachés, ses organismes délocalisés et… ses travailleurs indépendants.
Il semblerait que nous ayons affaire, cette fois-ci, jusqu’à plus ample informé, à un ‘travailleur indépendant’… L’enquête le dira.
 
La seule question que nous pourrions nous poser, même si nous n’en aurons probablement pas la réponse, est : Est-ce que cet individu criminel aurait perpétré cet acte barbare, sous cette forme si le terrorisme islamique n’existait pas ? Ma réponse est : Probablement Non… Mais cela n’engage que moi.
 
-Ensuite il y a la manière lente et presque statique de faire évoluer notre système de défense pour lutter contre le terrorisme islamique…
Il faut que les dirigeants occidentaux comprennent que nous sommes dans une guerre, d’un genre nouveau, certes, mais dans une véritable guerre. Il faut donc prendre les mesures nécessaires et suffisantes pour mener cette guerre et pour la gagner…
Or, si nos dirigeants en particulier, savent très bien mener la guerre extérieure avec les moyens adaptés, contre les troupes de L’état islamique, il n’en va pas de même sur le plan intérieur.
En effet, nous en sommes restés à attendre que l’acte soit commis pour le réprimer… Des actions curatives une fois que le mal est fait… C’est ce qu’on appelle la défense passive…
Le problème est que toutes les guerres asymétriques de ce type ont engendré la mise en oeuvre de moyens beaucoup plus conséquents en matière de défense passive, rendant les attentats beaucoup plus difficiles à mener et réduisant les effets criminels escomptés.
 
Il n’y a rien à reprocher aux forces de l’ordre. Elles ont été exemplaires dans cette affaire. Chacun sait d’autre part, que nous ne pourrons pas éviter tous les attentats, c’est une affaire entendue. Mais franchement, des policiers municipaux, avec des armes de poings, en sous-effectifs, un dispositif de sécurité sans matériel, sans organisation rationnelle (encore une fois, à cause des dispositions non prises ou très insuffisamment prises depuis deux ans), cela ne pouvait que donner le triste résultat que l’on a constaté. La police ne peut faire qu’avec ce qu’elle a !
 
Quant à l’action préventive, là aussi, elle souffre d’énormes manques de moyens matériels et surtout humains. 
Prenons l’exemple de l’enquête débutante dont l’investigation a pour but de connaître tous les tenants et aboutissants de cette action terroriste (et pour laquelle il sera très important de connaître ces fameux mobiles du criminel évoqués précedemment), que donnera-t-elle ? Au mieux des arrestations, au pire de nouveaux fichages ‘S’…
 
Nous connaissons une grande partie des effectifs qu’engendre le terreau de radicalisation sur notre territoire et de même nous connaissons l’ensemble des processus qui conduisent à cette radicalisation.
 
-Ce qu’il manque dans notre réactivité, c’est les moyens de mettre hors d’état de nuire ce terreau radicalisé, ces ‘fichés S’ et consorts…
C’est ainsi que nous constatons (Daesh en profite largement), qu’une démocratie lorsqu’elle veut appliquer les règles communes de droit en matière de terrorisme, fait totalement fausse route et c’est ce qui la rend si fragile face à ce phénomène.
 
Faut-il passer à un état de guerre, c'est-à-dire à la loi martiale ?
 
Je ne pense pas qu’il faille empêcher les rassemblements qu’ils soient festifs ou constitutifs de notre vie en société. Ce serait contraire à nos intérêts et irait dans le sens recherché par nos barbares ennemis.
 
Il faut simplement abolir tout droits constitutionnels ou juridiques envers le radicalisme islamique et le terrorisme.
C’est bien entendu très possible quand nous frappons militairement un ennemi en troupe constituée, comme en Syrie ou au Mali mais hélas constitutionnellement impossible sur le sol Français lorsqu’il s’agit de groupes dilués au sein de la population…
 
Il faut donc prendre les mesures nécessaires pour traiter l’ennemi, de la même façon, où qu’il se trouve : A l’extérieur et à l’intérieur. Et tant pis pour les "lois de l'union européenne, qu'il faut envoyer bouler (Schengen, convention européenne des droits de l'homme, etc...).
 
Des espions découverts en tant de guerre ne sont-ils pas fusillés ? Ou du moins neutralisés efficacement et durablement ? C’est dans ce sens qu’il faut envisager de faire évoluer les ‘exceptions’ de notre régime d’exception, l’état d’urgence. 
 
C'est dans ce sens, que la responsabilité du gouvernement me semble devoir être retenue : Le manque de moyens humains et matériels, le manque de prisons, le manque de moyens juridiques d'exception et par dessus tout le manque de stratégie et de réalisme lui sont totalement imputables...

Posté par zalandeau à 10:23 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2016

Justice de m.... (1)

GSM

Ecrit le 1er Juin 2014 :
 
Il y a eu un attentat terroriste chez nos voisins Belges, dans un musée juif. C'est un ressortissant de France qui a l'air d'être le coupable...
 
Laissons la justice suivre son cours...
 
Mais justement, cette 'justice' saura-t-elle condamner le coupable à la sévère punition que requiert la barbarie d'un tel acte ? Osera-t-elle même désigner un coupable ?
Depuis tant de temps, nous assistons à des parodies de cours d'assises telles, que je me demande s'il y a un pilote dans l'avion poussif des instances judiciaires.
 
Perpette, sans aucune remise, ça n'existe plus... 20 ans avec remise de peine de la moitié ? 1 an avec sursis ?  30 heures de travail d'intérêt général ?
 
J'espère que le laxisme ne sera pas toléré dans le cas présent.
 
Wait and see...
 
NDLA : La guerre terroriste s'est à nouveau montrée à nous hier... Nos moyens sont-ils à la hauteur ? Ma réponse est clairement NON !

Posté par zalandeau à 12:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juillet 2016

Nous sommes complices du système

GSM

Nous avons souvent l'idée que la perversité de certains et la négligence d'autres ont à elles seules façonné la société, que nous ne parvenons plus à comprendre et dont nous n'admettons pas les dérives.
 
Cela est vrai, mais en partie seulement. Car nous nous excluons forcément de ce schéma ! La perversité, l'incurie, c'est les autres ! Nous, nous sommes de petits saints, ou au pire des victimes. Tout le monde pensant ainsi, nous serions donc tous innocents...
 
En réalité, au-delà des perversités et du laxisme que les responsables du système entretiennent par pur convenance, nous sommes tous concernés par la dérive de la société. Quel petit chef n'écartera pas la candidature d'un chômeur au seul prétexte qu'il est chômeur ? Combien de petites lâchetés commettons-nous quotidiennement tout simplement par confort et égoïsme ? Combien de discriminations notre vanité nous fait-elle accomplir ?
 
La société s'est construite par nos qualités et surtout par nos défauts, grands ou petits. Notre faim de posséder nous écarte de l'égalité et de la fraternité. Notre fierté d'être ce que nous sommes par rapport à l'autre entrave la liberté de l'autre. Nous savons être aveugles et sourds sélectivement, afin de soulager notre conscience. Nous savons mettre des étiquettes afin de garder le monde uniquement pour nous.
 
Certes, nous avons besoin de nous protéger, mais cela n'exclut pas le fait de rester attentif à l'autre objectivement, afin de moins porter de jugements définitifs et erronés. Nous reprochons à l'institution judiciaire ses décisions injustes. Mais nous, combien de jugements injustes portons-nous tous les jours ?
 
Il sera difficile de revenir vers un destin collectif, dans le climat d'égoïsme qui règne actuellement. Cela va bien dans le sens de la perversité de nos élites pensantes, dont nous favorisons l'accomplissement des projets...

Posté par zalandeau à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2016

Être, est un concept dévalué

GSMÊtre quelqu'un, c'est la chose la plus difficile au monde. Il y en a qui n'y parviendront jamais.

D'ailleurs, y parviendrais-je ?

Il y en a qui, a quarante ans, pensent qu'Être consiste seulement à faire des actes d'affirmation de soi-même.

 
Oui, cela est nécessaire, mais pas suffisant ! La rupture, la révolte sont des actes d'adolescence et qu'un homme qui veut le rester, continue jusqu'à la fin sa vie... C'est un droit constitutif de la personne...
 
Je suis désolé que peu de monde ait répondu à ma demande de dissertation...
 
Mais je partage l'avis de celle qui y a répondu. Nous n'avons pas que des droits, mais aussi des devoirs... Et cela est essentiel en amitié... Surtout le devoir de franchise...
 
Et ne vouloir qu'exercer les premiers, sans tenir compte des seconds, nous rend insensibles, inhumains... Je plains sincèrement ceux qui n'ont que les droits d'Être, sans avoir les devoirs d'Être...

Posté par zalandeau à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 juillet 2016

Libéralisme soi-disant fatal et bon ?

GSM

J'ai toujours affirmé que le libéralisme avait besoin de limite et de réglementation...
 
Il y a quelque temps tous les technocrates, politiques et économistes, disaient "qu'il ne pouvait y avoir de démocratie sans libéralisme", "ni de libéralisme sans démocratie"...
 
Quand on voit la Chine, la Russie et bien d'autres, ont voit bien que la deuxième assertion est fausse.
 
Il se trouve maintenant quelques économistes pour avouer qu'ils se sont trompés et qu'effectivement il peut y avoir du libéralisme débridé, sans pour autant qu'un pays soit démocrate (tyrannie de gauche ou de droite)...
 
En effet les dirigeants des pays marxistes, et il faut relire  le "capital", s'accommodent fort bien des ravages du capital, pour peu que cette perversion de leur dogme, leur permette de se maintenir au pouvoir et par la même occasion de s'en mettre plein les fouilles...
 
Bon, il reste l'autre assertion de nos "grosses têtes" pleines de vide de l'ENA et autres technocrates élevés à la tétine de l'égoïsme aveugle : "il ne pouvait y avoir de démocratie sans libéralisme"...
 
Ils font un amalgame entre les échanges d'objets qui ont eu lieu de tous temps et le libéralisme...
Depuis les premiers hommes, il y a eu deux types d'activités concomitantes : l'entraide et le troc.
 
Ces messieurs veulent gommer l'entraide et assimilent le troc au libéralisme. Non ! Un homme des cavernes échangeait un objet contre une contrepartie qui se définissait à l'usage et non pas par rapport à la "loi de l'offre et de la demande" ni au "prix du marché".
 
Alors je dis : Oui, la démocratie existe, si elle autorise la libre entreprise, mais avec des garde-fous sociaux, économiques, législatifs, fiscaux...
 
Laisser faire sans rien dire n'est pas du tout l'apanage d'une démocratie.
Si les puissances de l'argent dictent leurs lois, ce n'est plus le peuple qui tient son destin. On a affaire dans ce cas à une "capitalocratie".
 
Donc, la seule et dernière assertion de ces messieurs bien pensants est également fausse.

Posté par zalandeau à 09:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,