26 novembre 2015

72 vierges

 

GSM

Posté par zalandeau à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


24 novembre 2015

Mémoires et radotages (23) – Naïveté ou trahison ?

GSM

Nos dirigeants n'ont toujours pas compris le fonctionnement de ces terroristes. A les tolérer, à les absoudre, à les relâcher, on a envoyé un signe de grande faiblesse à ces jeunes. Ceux-ci recherchent de la fermeté dans une violence qu'ils jugent méritoire d'exercer sur un monde occidental qu'ils méprisent, avec ses repentances à répétition, ses excuses, son laxisme...
 
Non seulement cette attitude que nos dirigeants ont eue envers eux fait notre abandon, mais elle fait aussi leur force !
Avoir la naïveté de croire que l'on pourra tous leur faire changer d'opinion et arrêter ce fol endoctrinement... C'est purement du suicide en rase campagne...
 
Oui, bien sur, certains de ces apprentis djihadistes, déçus par une violence qu'ils avaient idéalisée, feront machine arrière en ayant compris la réalité... et pour eux, la 'déradicalisation' se fera pratiquement toute seule...
 
Mais pour les autres, c'est pratiquement impossible ! Parce que nos dirigeants méconnaissent les divers ressorts, les divers chemins mentaux qui aboutissent à cet embrigadement barbare...
 
En fait, les plus mécontents de leurs sorts, se jettent dans la violence, par une haine viscérale qu'ils ont acquise en accumulant toutes sortes de faux prétextes, pour masquer leur vie de merde...
Certains même, avec une réussite relative, se voient héros d'entre les héros, dans le djihad, ce qui est la promotion ultime, que le pays qui les a vu naître ne leur donnera jamais... Alors ils adhèrent au clan dont ils pensent qu'il sera le maître du monde et qu'ils en seront les notables, les privilégiés, les icônes, même posthumes...
Haine, perversité, envie, besoin de gloire, pseudos idéalismes, envie de vengeance, besoin de violence à portée de main comme "motivations", à la rencontre d'une idéologie légitimant la libération de toutes les pulsions mortifères deviennent ainsi prétexte au passage à la barbarie.  Il n'en faut pas plus, pour transformer ces médiocres en surhommes motivés, dont nous ne saurions enrayer la radicalisation... Parce qu'autant une idée peut être discutée et changée, autant des sentiments, des pulsions et des motivations instinctives ne peuvent l'être...
 
Tout ce que l'on peut faire, c'est de les mettre hors d'état de nuire !
 
Quels moyens ? La mise en assignation à résidence 10 heures sur 24 (C'est ce que prévoit cette loi d'état d'urgence qui vient d'être votée) ? Un bracelet électronique et encore, s'ils acceptent de le porter ?
Et qu'est-ce qu'ils vont faire pendant les 14 autres heures et de toute façon non surveillées ?
Tout cela est-il bien sérieux ?
Pour moi, c'est du Taubira pur jus !
 
On va les choper et aussi sec, ils vont recommencer !
Ca fait marcher le commerce des institutions politiques ultimes recours perpétuels pour un peuple qui va se réfugier chez ceux qui entretiennent leur peur pour les dominer...
 
Les seuls moyens sérieux (hormis pour les déçus et les repentants de la Syrie qui eux peuvent être récupérables), sont :
-         l’internement avec isolation
-         L’élimination.
 
Mais cela… peu de monde est prêt à l’entendre…

Posté par zalandeau à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 novembre 2015

Saint Denis - La kamikaze

GSM

Posté par zalandeau à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2015

130 roses

GSM


01 Mon amie la rose

 

Ecrit le 02 février 2015 :

http://zalandeau1.canalblog.com/archives/2015/02/10/32932778.html

 

Posté par zalandeau à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 novembre 2015

Mémoires et radotages (2)

GSM

Cher Papa, que de choses j’aurais à te demander. C’est au moment où nous avons beaucoup d’expérience commune, au moment où nous pourrions en parler, que nous ne pouvons plus le faire.

Je crois que c’est au moment où mes enfants sortent de l’enfance, que je sors de la mienne. La béatitude niaise que j’avais à voir et admirer mes enfants laisse place à une douleur lancinante de voir que leur avenir n’est pas assuré. Leur vie sera extrêmement difficile.

J’ai d’énormes remords de les avoir mis sur terre. Et pourtant, dès le merveilleux choc de leur venue au monde, je m’étais promis de respecter leurs personnes, leurs identités. Je ne devais que les protéger, que les aider, pas empêcher leur développement ! Mais je n’ai pas su créer un environnement privilégié et pérenne. Et ça, je n’y ai pas pensé ! Je n’ai pas pensé une seule minute, que je ne pourrais pas leur assurer un empire financier, ou bien un environnement sociétal fait de réseaux, de renvois d’ascenseurs, sorte de communautarisme entre privilégiés…
Et pourtant, j’aurais du y penser ! C’était mon devoir ! Et si j’avais eu cette démarche intellectuelle, j’aurais compris que n’étant pas capable d’atteindre de tels objectifs, il aurait été plus prudent de ne pas se hasarder d’engendrer des enfants, futurs malheureux sur terre !

Alors maintenant, j’me trimbale avec ces remords et ces souffrances, d’être impuissant pour l’avenir de ceux qui comptent plus que moi.

Finalement, l’égoïsme est parfois une vertu ! Ne pas faire d’enfant n’aurait pas été qu’une insensibilité aux autres, mais en l’occurrence, plutôt une prévenance, une bienveillance envers mes prochains…

Mon égoïsme, en fait, a été de les faire venir sur cette terre sans avenir ! De ça Papa, j’aurais bien voulu débattre avec toi. Oh, je sais bien, tu aurais dit « Mais tu ne pouvais pas savoir ! Ce n’est pas de ta faute ! Tu as fait tout ce que tu as pu ! Et puis, c’est à eux de se démerder ! ».

Tu les aimais tant, mes petits ! Un jour, tu as dit que tu n’en revenais pas, le jour où je t’ai mis Toto dans les bras, quand il était un tout petit nourrisson. Et Maman non plus ! Vous bichiez comme des vieux poux ! Quelle drôle d’expression, d’ailleurs. Elle vient de vous deux. Belle époque de ma jeunesse, insouciante, confiante en vous et en l’avenir, pressé que j’étais de devenir grand, de partir, d’aller m’envoler vers les cimes… Quelles drôles de cimes d’ailleurs ! Le soleil pas si haut que ça, a du me brûler les ailes, sûrement !
Mais j’étais resté pendant cinquante sept ans un enfant, dans ma tête. Un enfant rempli de rêves et d’espoirs, confiant en moi-même, confiant dans le destin que nécessairement mon opiniâtreté me ferait obtenir, à la force des poignets… Ou plutôt à la force de ma volonté, de ma capacité de raisonnement, de mes dispositions techniques, organisationnelles…

N’était-ce pas très puéril ? J’ai vécu dans l’illusion imbécile… Enfin disons que cette illusion a fonctionné pendant cinquante sept ans… Et puis, depuis… depuis huit ans… La réalité est là, sous mon nez ! Triste réalité, implacable ! Prisonnier que je suis de mes incapacités nouvelles !
Tiens par exemple : Cela fait plus d’une semaine que je ne parviens toujours pas à trouver une solution technique pour réaliser le supportage de mon tuyau de descente d’eaux pluviales… Putain de merde ! Dans le temps, le lendemain, au réveil, j’aurais eu la solution. Je suis certain que la solution est simple ! Mais putain ! Je ne la trouve pas !

Posté par zalandeau à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 novembre 2015

Mémoires et radotages (1)

 

GSM

Je le vois bien, ma quantité d’écrits diminue, chaque jour un peu plus. Je m’efforçais à écrire chaque jour, certains ne le comprenaient pas d’ailleurs, arguant que le plaisir c’est d’écrire quand on le veut et non de se forcer à le faire. Mais moi, j’estimais que m’astreindre à cet exercice, c’était entraîner mon cerveau et donc, que l’exercice serait salutaire pour ma santé mentale.
D’autant que, je dois l’avouer, le plaisir d’écrire et la fécondité étaient au rendez-vous et donc la contrainte n’était que théorique.
Ce besoin d’écrire est venu subitement après mon accident hémorragique cérébral. Je suppose que l’amoindrissement de la région de mes fonctions cognitives (situées dans l’hémisphère gauche) m’a fait basculer sur un fonctionnement plus poussé avec l’hémisphère droit… Ceci est d’autant plus plausible que l’inspiration qui me venait soudainement était entièrement de nature affective, motivée par les sentiments et plus du tout par le coté factuel et cartésien de ce que je fus auparavant (de l’Odéon)…
J’ai donc depuis 2007 mis en œuvre une partie créatrice de moi-même que j’avais totalement ignorée pendant 57 ans de ma vie antérieure.

Mais le temps joue son œuvre. Je ne serai pas le d’Ormesson ni le Dutourd du blog, (de toute façon mes dons sont infiniment moindre que les leurs et je n’aurais pas l’impudence de me comparer à eux), mais disons que je parlais plutôt de leur continuité dans l’espace temps. Ma longévité créatrice s’amoindrit au fil de la perte de mon vocabulaire, de ma vivacité et de ma mémoire.

Les sujets me venaient lors d’insomnies et j’étais capable de les transcrire dans la journée.
Maintenant, j’ai oublié les objets de mes pensées, au moment où je suis devant mon clavier.

De plus, mon cerveau ne sait plus ‘défragmenter’ les réflexions diverses qui sont générées en temps partagé. Et mêmes si certaines réflexions sont bonnes, elles ne connaîtront jamais le développement et la formalisation qu’elles méritent.

C’est pourquoi, sur le point de décider d’arrêter l’écriture, et par conséquent le blog, je prends une autre décision, provisoire, bien évidemment. Je vais me laisser écrire ce qui me passe par la tête. Je pensais que ce seraient des mémoires de ma vie que j’écrirais, mais finalement, ce sera un mélange de présent et de passé, de faits authentiques, de sentiments et de sensations. Ma capacité de classement et de rangement étant désormais très basse, les écrits seront les reflets de ce que sera ma pensée au fur et à mesure de sa régression funeste…

Franchement… Ne vieillissez pas ! J’admire mon père dans son talent oral ! Lui qui a si bien su conter son histoire de manière verbale ! Mon talent oral n’est pas au rendez-vous ! Je préfère écrire. Bien entendu, la spontanéité y perd, puisque les exclamations, les hésitations, les erreurs seront forcément moins fréquentes, mais j’essayerai autant que faire se peut, de laisser mon cerveau faire ses erreurs en direct, cela sera plus tristement humain. Quant aux fautes d’orthographe, en ayant une sainte horreur, je tenterai de les corriger. Mais si le niveau de celles-ci venait à augmenter (ce qui est inéluctable), et bien, là encore ce sera un indice de plus sur ce naufrage qui a déjà commencé.

Posté par zalandeau à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2015

La guerre est commencée

GSM

Pour qui ne s’en serait pas aperçu, la guerre est commencée. La guerre contre le terrorisme djihadiste.
« Mais où est-elle ? » se disent certains. Elle est partout autour de nous. Au stade du recrutement, avant l’endoctrinement et le passage à l’acte. Pour recruter, il suffit à l’ennemi d’intéresser les proies potentielles. Un peu de bonhomie, un peu de propos apaisants et chaleureux, un peu de dénigrement du modèle occidental et pourquoi pas, comme je viens de le voir ce matin sur internet, se draper dans une tendance islamiste modérée quitte à se faire passer pour un chiite, alors que, comme chacun sait, le terrorisme a germé dans les plus salafistes des sunnites… Se faire passer pour chiite est alors un masque rassurant, permettant de mettre en confiance le lectorat le plus influençable… Il y a tant d'autres formes de racolage à venir ; les responsables marketing du terrorisme islamique ne sont pas à court d'idées...

Alors, aujourd’hui, je suis content ! Je viens de faire un signalement au ministère de l’intérieur.
J’encourage tous ceux qui en auraient l’occasion, à faire leur devoir citoyen…
J’entends déjà ceux qui hurleront à la délation et feront des comparaisons oiseuses avec la période de l’occupation…
Il ne s’agit pas de dénoncer des Français en collaborant avec l’ennemi, mais tout au contraire de dénoncer des ennemis en aidant notre pays, c'est-à-dire nous-mêmes… C’est totalement l’inverse !

Il est essentiel de ne pas signaler tout et n’importe quoi et de s’assurer d’abord que le site a des relents de racolage islamiste, ce qui n’a rien à voir avec un site où seule la religion serait abordée de manière paisible…

Cette guerre nous concerne tous. C’est par l’union de tous les Français ( disons une grande majorité serait plus pragmatique), que nous éradiquerons cette menace dont nous ne percevons que les prémices. Ne la laissons pas se développer impunément, car demain nous le regretterions.

La guerre est commencée.

Posté par zalandeau à 10:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :