30 mai 2016

Mémoires et radotages (48) – Les casseurs et le pouvoir, Valls

GSM

Ce gouvernement, n’est pas différent de tous ceux que nous avons eu de tous temps… La manipulation est une arme plus efficace, que la probité candide !
Selon Valls, concernant les casseurs, on n’a pas affaire à un groupe constitué…
 
C’est vrai et c’est pas vrai !
 
Disons qu’il y a une nébuleuse de casseurs d’extrème gauche, de toutes motivations et dont le point commun est de vouloir casser du flic ! Certains en plus, veulent démonter la société, certains veulent établir un néo marxisme, d’autres, l’anarchie, etc…
Mais il y a quand même parmi eux, des groupes constitués… Et en particulier, l’un d’entre eux une certaine « action antifasciste » est présente… Mais les propos de Valls montrent à l’évidence, que la dissolution de cette organisation n’est absolument pas envisagée…
 
Et pourquoi les dissoudrait-il ? Après tout, le bénéfice de dé-crédibilisation des manifestations, le détournement de l’attention des Français, vaut largement de laisser prospérer les méfaits de ces petits extrémistes pervers…
 
D’ailleurs, n’en a-t-on pas relâché 3 sur 4 ? Il joue avec le feu le Valls ! Quand se brûlera-t-il les doigts ?
 
J’avais déjà signalé que les attentats étaient du pain béni, pour rassembler les Français en leur faisant « oublier » momentanément les problèmes sociaux inextricables dans lequel le pouvoir nous plonge avec délectation.
Mais bon ! N’ayant pas de djihadistes sous la main, quoi de mieux que des groupuscules d’extrême gauche, moins sanguinaire, mais de violence suffisamment spectaculaire pour casser le mouvement social ?
 
Nous vivons une époque, où état, syndicats, islamistes, casseurs, grévistes, prennent les Français en otages…
 
Démocratie ? Liberté ? Fraternité ? Egalité ? Que sont tous ces mots ?... De simples souvenirs...
 
En tous cas, ce gouvernement a des méthodes de voyou…

Posté par zalandeau à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


28 mai 2016

La Valls ministérielle. Est-ce que je vais en parler ?

Ecrit le 27 août 2014

 

GSM

Est-ce que cela vaut le coup de parler ou même d’écrire la moindre ligne sur les événements gouvernementaux du début de semaine ?
Il y a beaucoup à dire en critiques, mais le spectacle est tellement navrant que je pense qu’il n’y a rien à dire, car comment pourrait-on faire des éloges sur des insignifiances, des galéjades, des bouffonneries même pas risibles tant elles sont pitoyables ?
 
Vais-je parler du fait qu’un type, un certain Valls, pour lequel les Français n’ont pas voté, qu'il n'ont pas élu, qui était le dernier sur la liste des préférés aux primaires socialopes (Ah, non, il parait qu’on dit socialiste… C’est bizarre qu’il y ait le mot social dans socialiste ?.. A mon avis ça doit vouloir dire autre chose quand il y a ‘iste ‘ accolé après), vienne en tant que larbin non choisi, annoncer aux Français un fait majeur (démission du gouvernement), comme ça à la télé ?
J’me suis dis « Il est arrivé kék chose au président, p’têtre qu’il est mort, pour être absent à son boulot ? ».
 
Ben non ! Vais-je parler du fait que le président-normal-anormalement-mou, était trempé comme une soupe à l’île de Sein, comme si les pêcheurs l’avaient foutu à la baille ?
Moi qui adore les seins, je regarde, bien sur… Mais y sait-t-y qu’y a un changement de gouvernement le roi débonnaire, là ? Kékun l’a-t-y prévenu ?... Qu’est-ce qu’y fout déguisé en homme grenouille ?
 
Faut-il dire que nous sommes de fait revenus à la 4ème république ? Valls est probablement devenu président du conseil et Hollande inaugure les chrysanthèmes ?
 
Et bien non, je n’en parlerai pas !
 
Je dirai simplement que maintenant Herr Chancelier Valls a un gouvernement entièrement à sa botte !
 
Il va donc pouvoir : Baisser fortement les charges des entreprises, redonner du pognon aux classes défavorisées que l’on nomme pudiquement classes moyennes inférieures et rembourser la dette ! Qu'il dit, le mec ! Ou bien ?
 
- Putain ! Quel homme ! Fantastique ! C’est très fort ! Même Oudini, c’était d’la merde à coté ! 
- Mais dis Monsieur ? Où c’est qu’y va trouver la thune pour faire tout ça ton Monsieur Chancelier ??? 
- Tais-toi ! On ne parle pas la bouche pleine !

Posté par zalandeau à 10:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

27 mai 2016

L'avènement de Herr Chancelier Valls

J'avais écrit le 27 août 2014 :
 

GSM

" J'ai maté la rébellion et éliminé les traitres. Maintenant que le gouvernement est purgé, j'exige de vous tous une obéissance absolue au parti Liberale-Sozialistische"
 
Je trouve qu'il fait 'fureur' (führer) en ce moment  el Manuel. Il finira en 'Godillot' (caudillo). En tous cas, il ne fait pas ça en douce (duce)...
 
 
Retour au présent, en ce 27 mai 2016 ...
 
Et si le vent de son entêtement avait tourné et lui souffle desus ?
Et s'il était le prochain fusible et sautait enfin, après deux ans de mauvais coups ?
Et si son chef était emporté dans la tourmente du 49.3 ?
Affaire à suivre...

Posté par zalandeau à 12:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 mai 2016

Folle

GSM

J’écris cet article seulement pour valoir archive. Cela permet d’ y retrouver le mot syllogomanie .
Je ne connaissais pas ce mot qui m’a été révélé par un membre du blog, que je remercie. Il n’est jamais trop tard pour apprendre, mais comme je ne parviens plus à mémoriser, je l’archive. Le titre suffisamment facile à retenir, me permettra de retrouver aisément cette définition…
Il est important pour moi de retenir l'expression, car elle décrit si bien la personne qui partage et qui pourrit ma vie, que cela peut servir dans un échange écrit ou verbal (Ce mot résume une page de description de symptômes fastidieuse).
 
Syllogomaniaque : Ce mot est une ‘bhombbe’ entre mes mains (faute volontaire, pour éviter un afflux de lecture aussi big-brother-ien que malvenu).
En effet, je pensais communiquer cette information à nos trois fils. Mais à quoi bon ? Ils ne veulent pas savoir parce qu’ils aiment leur mère et que même la vérité les choquerait. De plus, je serais le mauvais Père qui dit du mal sur leur tit’Man…
 
Le médecin ? Le mien s’en branle ! Au mieux me conseillera-t-il de l'emmener voir un psychiatre.
Et cela, elle le refuse depuis toujours, alors qu’elle s’enfonce de plus en plus dans cette pathologie.

Posté par zalandeau à 08:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

25 mai 2016

Mille euros mensuels de plus...

GSM

Si j'avais mille euros de plus par mois !
Mille euros ! C'est peu de chose.  C'est la différence entre un budget inextricable et l'aisance, la facilité, l'insouciance.
 
Ce serait la possibilité de partir en vacances, ce serait le restaurant et le cinéma sans compter. Il y aurait de petits séjours à la mer, l'Olympia, la Traviata à l'Opéra Garnier. Il y aurait des visites à la famille dans le midi, aux amis de promo. La vie serait douce et onctueuse...
 
Oui, mais je n'ai pas ces mille euros mensuels qui font la différence. Il me faut me débrouiller avec Leclerc et Aldi, grouper démarches et emplettes dans un même voyage, fermer le chauffage quand j'ai dépassé le budget. Il me faut choisir entre lunettes pour moi, ou lunettes pour ma femme, cette année ou bien l'année prochaine.
Les vacances ? C'est celles des autres que l'on regarde à la télé. Les vacances c'est  "peut-être un jour, quand les enfants ne seront plus à charge", en espérant que nous ne serons pas grabataire et que nous pourrons encore profiter de la vie
 
C'est une situation que l'on n'a pas choisie, mais que l'on subit. C'est la vie !

Posté par zalandeau à 10:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


24 mai 2016

L'occupation Israélienne de la Palestine

GSM

Paru sur RT France le 4 mai 2016 :

 

Un Amiral français en mission volontaire en Palestine s'insurge contre l'occupation israélienne 

https://francais.rt.com/opinions/20092-amiral-merer--a-hebron
 
Ancien préfet maritime de l’Atlantique, l’Amiral Laurent Mérer, désormais retraité, s’est rendu en Cisjordanie pour une mission bénévole. Bouleversé par les conditions de vie des Palestiniens, il a accepté de raconter son expérience à RT France.
RT France : Vous êtes en Cisjordanie depuis trois mois. Sur le terrain, que constatez-vous ?
 
Amiral Laurent Mérer : Moi qui connaissais peu le dossier, je ne réalisais pas à quel point la population palestinienne, qu’elle soit chrétienne ou musulmane, était soumise à une occupation de la part d’Israël. Sur place, je constate un véritable vol de sa terre. Les Israéliens grappillent petit à petit des portions de territoire. Le fait que des enfants soient soumis à des contraintes très lourdes pour aller à l’école et que l’accès aux lieux de culte pour les fidèles soit si compliqué est aussi très dur à constater. Et puis en parlant avec les soldats, on apprend aussi qu’ils ont des ordres très stricts qui font froid dans le dos : ils peuvent tirer sur des gamins de 12 ou 13 ans qui leur jettent des pierres par exemple ! A Hébron, où je suis actuellement, c’est encore pire qu’ailleurs, car il y a une très grande proximité entre les colons et les palestiniens, et surtout, une très grande proximité entre lieux de culte majeurs pour les trois religions. Hébron est une ville sacrée pour les juifs car c’était la première cité du roi David par exemple. C’est aussi ici qu’Abraham aurait vu les trois anges. Donc le poids culturel et religieux de la ville est immense, et ce qui est terrible, c’est que de ce fait vous avez affaire à des gens qui sont tous intimement persuadés qu’ils sont dans leur bon droit. Donc Hébron, c’est une ville entièrement militarisée avec des soldats tous les 20 mètres pour tenter d’éviter les débordements. Au souk, les marchands ont même été obligés d’installer des grillages sur leurs devantures pour que les extrémistes juifs ne leur jettent plus des ordures ou des excréments…Et quand vous voyez le regard de jeunes femmes de 20 ans, déjà mères et encore enceintes qui vous supplient de rester dans leurs villages car elles vous disent qu’elles se sentiront plus en sécurité…
C’est surréaliste. On n’imagine pas qu’un peuple puisse faire cela à un autre.
 
RT France : Vous dites qu’Israël fait passer les Palestiniens pour des terroristes alors qu’ils ne sont que des résistants.
 
Amiral Laurent Mérer : Vous savez, c’est une situation d’occupation. Ici on est en Palestine, mais on a connu ça en France aussi ! Comment appelait-on les gens qui s’opposaient à l’occupation des Allemands ? Ça ne veut pas dire que les palestiniens ont raison d’avoir recours à l’action violente, car ça peut compliquer la situation, et d’ailleurs beaucoup de Palestiniens raisonnables disent que ça ne mène à rien. Mais pour autant, on voit bien que ces actions sont désespérées. Elles sont souvent menées par des gamins de 12 ou 13 ans qui n’ont jamais connu rien d’autre dans leur vie que le check-point, le barbelé, le contrôle ou la fouille quand ils vont à l’école. Et ça fait 50 ans que ça dure…
 
Après, je voudrais aussi faire une parenthèse sur les soldats israéliens car il faut savoir qu’ils sont souvent très jeunes, ce qui joue beaucoup sur le cours des choses. Quand vous avez 18 ans, et qu’on vous met un M16 entre les mains, c’est parfois difficile de maitriser une situation. Je peux me mettre à leur place, ça a aussi été mon métier… Ils ont une peur profonde et légitime de se faire poignarder ou attaquer et ça on ne peut pas leur reprocher. On les met dans des situations très complexes, et du coup ça crée forcément des accidents.
 
C’est une situation d’occupation. Ici on est en Palestine, mais on a connu ça en France aussi
 
RT France : Et les attentats et attaques sur des civils israéliens, vous les comprenez ?
 
Amiral Laurent Mérer : Les attentats ne sont pas justifiables, mais vous savez, les Israéliens aussi attaquent des civils ! Aussi bien l’armée que les colons, qui pour beaucoup d’entre eux portent des armes en permanence…
 
RT France : Quand le Hamas cache volontairement des armes dans des écoles à Gaza, et a recours à des boucliers humains, ne croyez-vous pas que certains responsables palestiniens ont également leur part de responsabilité dans le malheur de la population ?
 
Amiral Laurent Mérer : Si bien sûr, et je pense d’ailleurs qu’on n’arrivera pas à résoudre ce conflit par la violence. Je ne peux pas parler de Gaza car je n’y suis pas allé, en revanche je suis allé aux alentours deGaza, où j’ai pu voir des choses totalement interdites par le droit international, notamment une zone sur le territoire palestinien dans laquelle ils n’ont pas le droit d’aller et où il y a des systèmes de détection automatiques de présence qui déclenchent automatiquement de la mitraille. Avec ça, il y a je ne sais combien d’enfants palestiniens qui ont été cisaillés alors qu’ils venaient juste récupérer un ballon sur ce terrain ! La situation est très complexe, il faut donc regarder des deux côtés…
 
RT France : Parlant d’avenir, vous qui êtes un homme de la Marine nationale et un spécialiste de stratégie, avez-vous une solution à ce conflit ?
 
Amiral Laurent Mérer : Malheureusement à court terme je ne vois pas de solution. Il est certain qu’il n’y a pas d’avenir si le Hamas met des gosses en tant que boucliers et si Israël continue à développer des colonies sur une terre qui ne lui appartient pas. Beaucoup d’anciens responsables de la sécurité d’Israël le disent d’ailleurs, comme en atteste le documentaire The Gate Keepers, qui recueille les témoignages de six anciens du Shin Bet qui portent un regard très critique sur la politique israélienne dont ils pensent que la façon de procéder est inefficace et sans issue. Et pourtant le gouvernement israélien continue…alors que partout, et même en Israël, les gens qui réfléchissent un peu savent que ça ne mène nulle part ! Les Palestiniens sont résignés et n’ont plus d’espoir mais vous savez, cette situation désespère aussi les Israéliens : beaucoup ont peur pour l’avenir ! Après, aucune paix n’est impossible, quand on voit ce que l’on a réussi à accomplir en Europe avec nos voisins avec qui on a été si longtemps en guerre…Grace à nos leaders éclairés, il n’y a plus de frontières et on vit en paix. Pour le conflit israélo-palestinien, c’est peut être ça qu’il faudrait, des leaders éclairés…
 
Il est certain qu’il n’y a pas d’avenir si le Hamas met des gosses en tant que boucliers et si Israël continue à développer des colonies
 
RT France : Nous avons récemment interviewé des généraux «frondeurs», tels que Tauzin ou Piquemal, qui n’hésitent pas à manifester leur mécontentement ou à donner leur point de vue sur l’actualité. Inscrivez-vous dans ce mouvement ?
 
Amiral Laurent Mérer : Vous savez, quand j’ai eu des choses à dire et que j’ai voulu m’exprimer ou manifester mon désaccord, je l’ai toujours fait, que ce soit avec les politiques ou dans mes livres. Il est certain que mon passé me donne une certaine crédibilité, donc je veux en profiter. Après, je ne fais le jeu d’aucun lobby ! Je suis juste mon éthique et mes valeurs, je ne suis pas un frondeur. Dans le cadre de cette mission en Palestine par exemple, j’ai voulu faire les choses dans le respect des règles, et j’ai pris toutes les précautions pour ne pas interférer avec la politique de mon pays dans la région : j’ai signalé mon séjour et ma mission aussi bien au ministère des Affaires Etrangères avant de partir, qu’au consulat de France en arrivant par exemple. Après, il est certain que je me sens investi d’une mission après ce séjour, et que je compte bien profiter de mes relations pour faire entendre aux bonnes personnes ce que j’ai pu constater sur place. Je pense que c’est mon devoir.

Posté par zalandeau à 10:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mai 2016

Mémoires et radotages (47) – CGT, voyous

GSM

La ‘débandade CGTiste’, ai-je dit précédemment… dans le cadre de sa capacité à mobiliser les gens… Il est vrai qu’au sujet de cette loi, ils veulent aller jusqu’au bout, c'est-à-dire jusqu’à l’abrogation totale de la loi… C'est-à-dire ne rien changer… l’immobilisme… au lieu de proposer autre chose... Ah si ! Ils proposent les 32 heures ! N'importe quoi, ces débiles mentaux ! Ils proposeraient de l'essence pour éteindre le feu !  Ils sont jusqu’au-boutistes et cela est très mal perçu par nombre de leurs sympathisants…
 
J’ai d’ailleurs évoqué leur affiche anti-flic, de très mauvais goût, qui les rend suspect d’extrémisme syndical…
 
Par contre, il n’y a pas de débandade quand il s’agit pour cette centrale de bloquer des dépôts de carburants, d’empêcher la circulation et l’approvisionnement… Evidemment, ce sont les seuls encartés purs et durs qui, en groupuscules bloquent ces établissements, sans avoir recours aux sympathisants… Cette attitude de prise en otage des usagers par une minorité, relève plus de procédés de voyous que de défense des salariés…
 
Qu’ils aillent bloquer les ministères, Matignon, l’Élysée… ou ce qu’ils veulent, à condition qu’ils s’en prennent à ceux qui leur font du mal… Beaucoup de gens, n'approuvant pas cette loi, seraient prêts à les soutenir... Mais pas dans des conditions pareilles ! Comment croire qu’ils veuillent défendre une grande partie des Français, quand ils les emmerdent pareillement ?
 
C’est pourquoi je n’ai jamais pu saquer la Confédération Générale Terroriste…

Posté par zalandeau à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 mai 2016

Mémoires et radotages (46) – La débandade CGTiste, loi travail

Écrit leGSM 20 mai 2016.

 
Hier, je suis allé à cette manif par solidarité avec le peuple laborieux qui a justifié toute ma vie professionnelle…
 
60 manifestants à tout casser !
Pour une région de 15000 habitants... ça fait pas derche !
 
Les fonctionnaires brillaient par leur absence (ils ne se sentent pas concernés, leur statut les protège). Quand ils ont besoin de nous, ils savent demander notre aide, mais à l’inverse, les pauvres cons du privés que nous sommes, n’ont eu droit à aucun soutien de qui que ce soit, pas même des personnels hospitaliers, contents il y a un an, de rassembler 1500 personnes pour soutenir « leurs emplois » !...
 
Les salariés des commerces savent que leurs salaires et horaires ne seront pas bouleversés, donc, ils étaient également absents…
 
Les retraités, eux étaient invisibles, à part moi… Que d’égoïsme ! Chacun pour sa gueule ! C’est sans doute ce qu’est devenu la ‘fraternité’, dans notre république déclinante.
 
Mais les salariés des entreprises autres ? A part ceux qui travaillent en horaires décalés... Je crois que d’une part, ils estiment, comme je le pense, que le combat est terminé et perdu d’avance… et que d’autre part, la CGT, seul syndicat à mener la lutte, s’est quelque peu discréditée par l’affiche anti-flics qu’elle a diffusée, il y a quelque jours… Après tout, ça m’arrange, je n’ai jamais pu saquer la CGT !
 
70 % des Français sont contre, mais bien peu sont venus pour manifester leur opposition à cette loi ! 400.000 au niveau national, parait-il, c’est minable !
 
J’ai écouté le discours… lu par un syndicaliste qui bafouillait… lançant que les 32 heures étaient la solution !
N’importe quoi ! Les 35 heures ont suffisamment cassé l’emploi ! « J’ai crié « Houuuu ». Ce n’est pas avec ces propositions démagogiques et chimériques qu’ils se crédibiliseront ! Puis, lorsque le convoi allait s’ébranler, j’ai dit « 60 personnes pour un défilé ? Je ne veux pas me taper la honte ! Je me casse ! »… Et je me suis cassé !
 
Je venais par solidarité avec la classe laborieuse, mais si elle ne se soutient pas elle-même… alors… je n’avais plus rien à foutre là-dedans… Perso, j’ai toujours travaillé 50, 60 heures par semaine, voire plus… Ayant été, dans tous les cas embauché avec une durée de travail « nécessaire à l’exécution des tâches qui m’étaient confiées »… je n’étais pas vraiment concerné… après tout… Sauf pour l'avenir de mes gosses… Mais ceux-ci s’en foutent… Nono, n’avait pas voulu se déranger, malgré mes explications politico-sociales…

Posté par zalandeau à 11:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 mai 2016

Mémoires et radotages (45) – La manif contre la loi « connerie »

Écrit leGSM 19 mai 2016.
 
Pendant la guerre, les affaires continuent !
 
On se rassemble contre le terrorisme et pendant ce temps-là, le gouvernement de la soi-disant gauche ouvre les vannes plein pot pour descendre le salariat aux enfers de la concurrence mondialisée… C’est tellement plus commode que de reconquérir notre souveraineté !
 
Les casseurs cassent violemment, les ouvriers manifestent, les terroristes préparent leurs futures actions barbares et pendant ce temps-là, nos dirigeants expédient leur argent dans les paradis fiscaux…
 
La chine continue de nous envahir, 26 milliards d’importations en 2010, 47 en 2015 (sans compter les importations d’Allemagne made in China) et maintenant elle rachète les terres de nos paysans… comme en Afrique… nous dépossédant petit à petit de notre suffisance alimentaire et pendant ce temps-là, nos dirigeants achètent de l’immobilier dans les pays de rêve où ils se réfugieront quand cela tournera mal pour eux…
 
Ah, quelle aubaine aujourd’hui, 19 mai 2016, que cet avion Égyptien disparu !
 
-Cela permet de ne plus parler de nos flics qui résistent avec leurs poitrines aux attaques des casseurs, ces sales petits autonomes anarco-nihilistes qui font le lit du radicalisme djihadiste, par simple envie de casser le système !
 
-Cela permet de masquer la grande manif des salariés de tous poils contre la loi « Connerie », la rendant secondaire et insignifiante.
 
Je sais, c’est un combat d’arrière-garde, déjà perdu d’avance. Mais si, (on l’espère), si l’économie repartait ? On sait très bien qu’elle doit repartir un jour ou l’autre…
Il y a cet espoir que peut-être cette loi indigeste serve vraiment à quelque chose… J’y crois peu, en fait, car les embauches, il n’y en a pas encore… seulement 60.000 coups de gomme sur la liste des demandeurs d’emplois… La petite croissance de PIB s’évapore en importations et en paradis fiscaux, quelques rares économistes osent le dire… et pendant ce temps-là, nos dirigeants détournent l’argent des Français pour leurs trafics d’influences, leur clientélisme, leurs emplois fictifs, leurs profits personnels…
 
Et bien tant pis, je sais, c’est un baroud d’honneur, je vais manifester à 17h30, contre la loi anti-salariés, contre cette fracture sociale que tant de politiciens ont décriée tout en prenant une part active dans sa mise en place, dans un esprit de caste et de domination…
 
Un défilé… contre l’iniquité, contre l’inéquité, contre le retour à la féodalité…

Posté par zalandeau à 10:55 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 mai 2016

Germes de révolte

GSM

L’affaire Pérol, l’affaire Kouchner, sont des icebergs isolés, qui cachent une réalité plus inquiétante… La partie immergée et toute la banquise.
 
En fait, de tous temps, les pouvoirs qui se sont succédés ont mis des hommes à eux, dans les postes clés et dans les bonnes places bien entendu… Sous la droite comme sous la gauche…
Les hautes institutions de l’état, hauts fonctionnaires, élus, sont un vivier de candidats au « pantouflage », dans les fonctions dirigeantes des plus grosses entreprises.
Le pouvoir en place passe le plus clair de son temps à installer le personnel de son sérail dans des postes de dirigeants avec salaires gigantesques, bonus astronomiques, parachutes dorés. Ce qui lui permet de se mettre à l’abri des aléas de la politique et de s’enrichir en même temps.
Parfois, certains font des perruques (un petit rapport payé hors de prix, une intervention diplomatique pour un contrat de vente d’arme), Ces petits boulots sont les CDD des politiciens non encore placés dans des postes mirobolants. Ils n’ont aucun besoin de justifier d’aucun talent managérial pour arriver à ces fins. Seuls leur charisme, leur faculté à mentir, leur jeu de comédien et leur accointances suffisent à constituer leur C.V.
On place même des hommes de l’autre bord. Qui sait ? Le vent tourne…
 
Le pouvoir constitue donc une gigantesque agence de placement pour riches (une oligarchie)… Comment s’étonner dès lors, que la tendance soit à créer des groupes géants (qui génèreront plus d’émoluments), à favoriser toutes opérations tendant à produire des situations financières mirifiques, fût-ce au prix d’une bulle spéculative qui éclate ? Peut-on encore douter que les licenciements aux vertus rassurantes pour la bourse, soient applaudis par ces candidats à la richesse, même si devant les médias ils affichent des visages mélodramatiques convenus ? Peut-on croire qu’ils répartiront mieux la richesse (la part des salaires dans la valeur ajoutée est passée de 74% à 65% entre 1980 et 1985 sous le règne de Mitterrand), au risque de lâcher une partie du gâteau ?
 
La nomenklatura des dirigeants et des élus, de droite comme de gauche, dont l’intérêt financier personnel est totalement au centre de sa préoccupation, ne peut décemment pas défendre les droits du peuple, même s’ils le disent !
 
Sarkozy avait promis une transparence, une moindre ingérence… Et le voilà qui place ses amis, sans vergogne, en balayant toute protestation d’un revers de main…
Tous les Français sauront ce que c’est que faire de la politique : Mentir et s’en mettre pleins les poches. Qu’ils n’attendent pas de progrès civilisateurs, ils n’en auront pas avec ces gens-là !
Les veaux pourraient-ils attendre une grâce de leur boucher, même s’ils l’avaient choisi auparavant ?
 
Le libéralisme un bienfait ? Oui pour ceux qui nous gouvernent, mais c’est une barbarie pour le peuple de France…
 
NDLA : Depuis, tant d'autres "affaires", se sont succédées, à un rythme effréné et le peuple stoïque ou bien résigné attend, encore et encore...

Posté par zalandeau à 14:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :