06 septembre 2018

1465 - Cliquetis d’armures à Montlhéry

GSMNDLA : Cette fin en 3 épisodes de l'histoire du Castel de Montlhéry, que j'ai déjà publiée début 2017, retrouvera sa place après toute la saga de cette forteresse, cette fois-ci dans le bon ordre...

Charles, Comte de Charolais, suspectoit de plus le Roy Louis XI, d’avoir hourdi deux tentatives d’assassinat à son égard en 1462 et 1464… Les relations estoient alors fort explosives et l’armée Bourguignonne, fort puissante…
Par ailleurs, le Duc de Bretagne, François II étoit grandement humilié par les nouvelles procédures d’hommage, mises en place par le Roy. Il décidoit alors de sauver son honneur en s’opposant.
Les ligueurs sous prétexte de défense des biens du peuple étoient en fait guidés par leurs interests personnels. Ils mirent à leur teste le jeune frère du Roy, Charles, Duc de Berry, avec le dessein de renverser Louis XI, ou pire encore…
Louis XI qui avoit affaibli son armée, mit un an à faire remonter les effectifs à 1765 lances.
 
La ligue tenta de s’emparer de Lyon… Le Roy assiègeoit alors Partenay qui se rendit sans résistance, puis faisoit campagne en Bourbonnais.
Charles, Comte de Charolais à la tête d’une puissant armée marchoit sur la Picardie, puis se diriga sur Paris. Les Parisiens résistèrent. Il attendit le renfort du Duc de Bretagne, dont la troupe restoit l’arme aux pieds faute de paiement…
Le 13 Juillet 1465, les Bretons remis en marche, étoient à Chateaudun  pendant que Charles avoit traversé la Seine à Saint-Cloud.
 
Le 15 juillet, le Comte de Charolais se dirigeoit sur Montlhéry, espérant y faire jonction avec les Bretons. Il faisoit installer ses chariots à Longjumeau et envoya une troupe d’avant-garde dans le bourg de Montlhéry, commandée par le Comte de Saint Pol.
Le Castel étoit tenu par de fidesles gardes de l’armée Royale…

Des éclaireurs de Saint Pol repèrèrent à la nuit tombée, l’armée Royale à Châtres (Arpajon)…

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


05 septembre 2018

Michel Onfray - Lettre ouverte au président Manu

GSM

Écrit par Michel Onfray début septembre 2018
 
https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/lettre-ouverte-au-president-manu
 
Votre Altesse,
 
Votre Excellence,
 
Votre Sérénité,
 
Mon cher Manu,
 
Mon Roy,
 
La presse a rapporté il y a peu que tu avais nommé un gueux pour représenter la nation à Los Angeles. Il aurait pour seul titre de noblesse diplomatique, disent les mauvaises langues, les jaloux et les envieux, un livre hagiographique sur ta campagne présidentielle. En dehors de ce fait d’arme si peu notoire que personne n’en connaît le titre, pas plus d’ailleurs que celui des autres ouvrages du susdit, la plume est bien de celle qui se trouvent dans les parties les moins nobles de la profession : le croupion, car c’est celle que découvre le plus souvent la position de soumission inhérente à la fonction des gendelettres - la prosternation. De Sartre à BHL chez Sarko (après Mao), d’Aragon à André Glucskmann chez le même Sarko (après Mao lui aussi), de Drieu la Rochelle à Sollers chez Balladur (après Mao également), de Brasillach à Kristeva chez le Bulgare Jivkov (après Mao elle aussi), les cent dernières années n’ont pas manqué d’écrivains doués… pour l’agenouillement politique!
 
Philippe Besson entre dans cette vieille catégorie du valet de plume, mais on sait désormais de quelle plumasserie ce jeune homme comme il faut relève. Ce genre de plume n’est pas celui des plus talentueux, mais c’est celui des plus vendus - je parle de l’homme, pas de l’auteur.
 
Manu, on comprend que, toi qui aime tant les lettres, tu aies envie de câlins venus des écrivains les plus à même de marquer le siècle et d’entrer dans la Pléiade quand tu seras redevenu banquier. Mais si ce siècle doit être marqué par toi, il n’y a pas grand dommage à ce qu’il le soit aussi par Besson le petit (à ne pas confondre avec Besson le grand, l’écrivain Patrick, ni avec Besson la championne d'athlétisme, Colette, ou bien encore avec Eric, le traître passé de Ségolène à Sarkozy en pleine campagne présidentielle, ou bien encore avec le Minimoy, Luc).
 
Avant d’être flagorneur, Besson-le-Petit a été directeur des ressources humaines auprès de Florence Parisot, dame du MEDEF, mais aussi auteur de scénario de téléfilms, donc chevalier des Arts et Lettres. Convenons-en, tout ceci légitime l’affirmation d’Arlette Chabot, qui faisait déjà de l’éditorialisme politique à la télévision quand elle était en noir et blanc, la télévision, et n’avait qu’une seule chaîne. Courageuse, audacieuse, résistante, rebelle, insoumise, l’Arlette n’a en effet pas craint d’affirmer sur l’un des médias qui l’appointent que tout ceci était habituel: Napoléon n’avait-il pas nommé Chateaubriand en son temps et de Gaulle Romain Gary? En effet, en effet… Arlette, chère Arlette, vous qui avez déjà les grades de chevalier puis d’officier de la Légion d’honneur, je vous promets le grade supérieur pour bientôt! Si ce n’est déjà fait, car vous méritez d’y avoir votre rond de serviette, vous serez aussi bientôt invitée à la table de notre grand Mamamouchi en compagnie du vérandaliste Stéphane Bern et des frères Bogdanov, les éminents membres correspondants de la NASA française.
 
Votre Excellence, votre Sérénité, mon Roy, votre Altesse, mon cher Manu, il a tout de même fallu, pour que cette affectation de copinage ait lieu, que tu prennes la décision d’un décret modifiant les règles de la nomination des diplomates afin que ce ne soit plus le Quai d’Orsay qui ait la main mais le gouvernement, c’est à dire, toi tout seul, chacun le sait. C’est ce que les langues vipérines qualifient de fait du prince… Le décret te permet désormais de récompenser des non-fonctionnaires, pourvu qu’ils aient été serviles. Bern ambassadeur chez l’impératrice Sissi ou les Bogdanov nommés pour la même fonction sur Mars, grâce à toi, c’est désormais devenu possible… La France redevient "great again"!
 
J’ai appris qu’en même temps, tu avais rendu possible cet autre fait du prince: madame Agnès Saal a été nommée par un arrêté paru au Journal officiel "haut-fonctionnaire à l’égalité, à la diversité et à la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère de la culture". En voilà un beau poste, et si moral en plus! Un beau jouet emblématique du politiquement correct de notre époque.
 
Rappelons un peu le CV de l’heureuse élue que tu gratifies à son tour. Cette dame s’était fait connaître par des notes de taxi dispendieuses, plus de 40.000 euros tout de même, et ce en grande partie au profit de ses enfants, quand elle était directrice générale du centre Pompidou et présidente de l’INA, un institut que tu connais très très bien, n’est-ce pas? Pour ces malversations, elle avait été condamnée à six mois de suspension sans solde (probablement selon les principes de ce que l’on peut désormais nommer la jurisprudence Benalla…), puis à trois mois de prison avec sursis et une double amende. Elle avait été réintégrée en douce au ministère de la culture à l’été 2016 (il faut faire gaffe aux nominations d’été...) comme chargée de mission auprès du secrétariat général en vue de la finalisation de labellisation AFNOR sur l’égalité professionnelle et la diversité.
 
Précisons aussi ceci: selon Mediapart, la même madame Saal, décidément très récompensée - on se demande pourquoi - figurerait également "dans la liste très restreinte des hauts fonctionnaires, qui, par un arrêté du 3 août 2018 signé par le Premier ministre, ont été inscrits à compter du premier janvier 2018, donc rétroactivement, au "tableau d’avancement à l’échelon spécial du grade d’administrateur général". Ce qui, en d’autres termes, veut dire que, pendant les vacances du Roy à Brégançon, cette procédure qui ne relève pas du traditionnel avancement mais d’une volonté politique expresse, a permis à ladite dame de profiter d’une hausse de son traitement allant jusqu’à 6.138 euros par an, indemnité de résidence à Paris comprise, soit au total près de 74.000 euros de traitement annuel. S’y ajoute un supplément sous forme d’indemnité qui augmente sa retraite des fonctionnaires d’environ 10%. Quand tu aimes, mon cher Manu, ça n’est pas pour rien et ça se voit!
 
Françoise Nyssen, rappelons-le pour les millions de Français qui l’ignorent encore, est ministre de la culture. C’est elle qui a mis en musique la mélodie sifflée à son oreille par le président. Face au déchaînement que cette nomination a légitimement suscité, elle fait savoir ceci sur les réseaux sociaux: "J’ai nommé Mme Agnès Saal (j’épèle : S . A . A . L,  car on pourrait mal orthographier…) haute fonctionnaire à l’égalité et à la diversité. J’ai fait de cette cause une priorité dès mon arrivée au ministère de la culture. La qualité de son engagement et de son travail au service de ces valeurs fondamentales devrait guider les commentaires aujourd’hui". On ignore quelle est la "cause" en question: madame Saal, ou les fameuses valeurs ici prises en otage?
 
Mais Françoise Nyssen, c’est également l’éditrice qui a sciemment fraudé deux fois le fisc en ne déclarant pas de considérables agrandissements d’espace, une fois en Arles, au siège de sa maison d’édition, une autre fois à Paris. Le Canard enchaîné, qui a levé le lièvre, a chiffré la fortune économisée par ce double forfait! Ca en fait des APL pour les étudiants désargentés, je te jure!
 
Qui se ressemble s’assemble. Dès lors, il était normal que, sous ton autorité, sous tes ordres, selon ton désir, selon ton souhait, selon ta volonté, selon tes vœux, mon Prince, mon Roy, mon grand Mamamouchi, le vice récompense le vice. En un peu plus d’un an, de Richard Ferrand à Alexandre Benalla, via cette dame Saal, tu nous y as déjà tellement habitués!
 
Sais-tu, mon cher Manu, que des caissières qui ont utilisé à leur petit profit des bons de réduction de deux ou trois euros qui trainaient sur la caisse, ou que des employés de grand magasin qui ont mangé un fruit prélevé dans les rayonnages, ont été sèchement licenciés, eux, sans indemnités, sans planques payées par les contribuables et sans possibilité de retrouver du travail fort bien payé avec les avantages de la fonction à la clé? Probablement une nouvelle belle et grosse voiture avec chauffeur…
 
J’ai appris aussi que ton si bon ami Benalla s’était rendu coupable de charmants forfaits depuis ceux que l’on a bien connus l’été dernier. Mais l’incendie a été joliment éteint - sûrement pas avec l’eau de la piscine que tu t’es fait construire à Brégançon, pas pour toi, oh non, bien sûr, mais par altruisme, pour les enfants du personnel de la résidence royale plus sûrement.
 
En garde à vue, la police a souhaité perquisitionner le domicile de ton si cher ami Benalla. Elle voulait notamment accéder à son coffre-fort. Tenus par la loi à ne pas entrer dans l’appartement avant l’heure légale, les policiers ont posé des scellés le soir et attendu le lendemain. Mais le coffre-fort a été vidé dans la nuit! On a le bras long chez les Benalla puisque du commissariat on peut atteindre un coffre-fort chez soi en pleine nuit. Les quatre armes qui devaient s’y trouver n’y étaient plus - soit tout de même trois pistolets et un fusil, pour un homme qui n’a que deux mains, ça fait tout de même beaucoup… Sa femme avait les clés, il avait dit quelle était à l’étranger : elle se cachait en fait dans le seizième arrondissement de Paris. Il est vrai que pour de nombreux français cet arrondissement de nantis équivaut bien à un pays étranger.
 
Votre Excellence, votre Sérénité, mon Roy, votre Altesse, mon cher Manu, il me semble tout de même qu’il vaut mieux faire partie de ta cour que d’être un senior amputé de sa retraite, être un plumitif courbé plutôt qu’un écrivain debout, être une énarque de gauche qui tape dans la caisse de l’Etat pour financer les transports de sa progéniture, plutôt qu’un étudiant à qui tu voles dans sa poche cinq euros d’APL, être un cogneur de manifestants avec un brassard de la police et une accréditation de l’Elysée qu’un syndicaliste défendant le droit du travail.
 
Votre Excellence, votre Sérénité, mon Roy, votre Altesse, mon cher Manu, j’aimerais que tu m’aimes et ce pour trois raison. La première: pour être nommé sans compétence consul des provinces et des régions françaises dans le sixième arrondissement de Paris, voire le seizième – tu le peux, je le sais, il suffit que tu le veuilles; la deuxième: pour permettre à ma vieille mère qui n’a pas son permis de conduire et qui a quatre-vingt-quatre ans, de pouvoir disposer d’un taxi gratuit à n’importe quelle heure du jour et de la nuit pour aller faire ses visites médicales à une demi-heure de chez elle, le tout payé avec l’argent du contribuable  tu le peux, je le sais, il suffit que tu le veuilles; la troisième:  pour avoir chez moi des armes à feu en quantité, mais aussi et surtout, pour pouvoir tabasser les gens qui me déplaisent en portant un casque sur la tête, en distribuant des coups de matraque et en disposant de CRS ou de la police comme couverture à mes descentes de petite-frappe - tu le peux, je le sais, il suffit que tu le veuilles.
 
S’il te plait, votre Excellence, votre Sérénité, mon Roy, votre Altesse, mon cher Manu: veuilles-le. Je te promets pour ce faire de me prosterner moi aussi, de montrer les plumes de mon cul aux passants, de dire du bien de toi avec des articles, des conférences et des livres, je te jure, j’irai sur les chaînes et les radios du service public pour certifier, comme Arlette Chabot, qu’entre Napoléon, de Gaulle et toi, il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de cigarette, Joffrin ne me reconnaîtra pas, il m’aimera peut-être lui aussi comme il a aimé jadis Bernard Tapie et Philippe de Villiers. Je pourrai écrire aussi une biographie de Stéphane Bern avec une préface de Brigitte ex-Trogneux, passer une thèse de physique quantique avec tes amis les frères Bogdanov comme directeurs de travaux. Je pourrais même consacrer un séminaire de littérature comparée à l’œuvre de Philippe Besson que je mettrai en perspective avec celle de James Joyce. S’il te plait, tu le peux, tu es mon Roy. J’habite place de la Résistance à Caen, fais-moi signe.
 
Veuillez, votre Excellence, votre Sérénité, mon Roy, votre Altesse, mon cher Manu, mon chéri, recevoir l’expression de ma considération la plus courtisane. Vive la République, vive la France, mais surtout: Vive Toi !
 
Michel Onfray
 
Post-scriptum : des bises à la Reine.
Post-scriptum 2: j’apprends à cette heure que tu as fait du jet-ski à fond les ballons avec Brigitte quand tu étais à Brégançon et ce dans une zone interdite à la navigation et au mouillage - tu y as pourtant grandement navigué et vraiment mouillé. Cette réserve marine protégée ne doit être troublé par aucun véhicule à moteur. Il y eut pourtant tes deux jets-ski et ton gros bateau avec un moteur de 150 chevaux - qui sait, peut être empruntés à Nicolas Hulot, car on sait que, comme toi, il est un écologiste qui collectionne les engins motorisés. Protéger l’environnement marin et préserver la biodiversité dans les eaux du parc national de Port-Cros, pour toi qui fume du glyphosate chaque matin au petit déjeuner, ça compte pour rien, n’est-ce pas?
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

04 septembre 2018

A POITIERS, IL N'Y AURA PLUS DE STATUE DE CHARLES MARTEL !

GSM

A POITIERS, IL N'Y AURA PLUS DE STATUE DE CHARLES MARTEL !
Mais un nouveau monument aux morts (chouhad)
 

La mosquée de Poitiers a été nommée « Pavés des martyrs » en l’honneur des musulmans tombés lors de la victoire de Charles Martel en 732 

 
Ecrit par Emilie Defresne — 7 juillet 2018
                     
C’est l’imam de cette mosquée qui l’explique sans aucune vergogne: Le « Pavé des Martyrs » c’est le nom qu’il a donné à la mosquée de Poitiers en l’honneur des envahisseurs musulmans stoppés en ce lieu-même par Charles Martel, ainsi que l’expose dans la vidéo ci-après, l’imam de l’édifice.
 
 La « bataille du Pavé des Martyrs », c’est le nom par lequel les historiens arabes désignent la bataille de Poitiers qui a vu la victoire en 732 du chef des Francs Charles Martel sur l’armée d’Abd er-Rahman, signant ainsi l’arrêt de leur progression vers le nord de la France et le début de la libération de l’Aquitaine et du Languedoc.
 
 « Nous voulons que ce centre soit une mosquée et un centre de rayonnement culturel », s’enorgueillit le frère-musulman Boubaker El-Hadj Amor. 
 
« Le but de ce centre est de créer les conditions d’une rencontre avec l’islam et parler de cette religion sainte et pour qu’il soit un centre de prédication. Inch’Allah. »
 
 A la place d’une statue du libérateurs de la France, c’est donc un monument à la gloire des envahisseurs qui est dressé en ce lieu mémorable.
 
 C’est dire si c’est bien en conquérant que l’Islam implante en France ses gigantesques complexes politico-culturo-religieux, avec la complicité, -ainsi que s’enorgueillit cet imam-, des autorités de la ville et de celles du ministère.
 
 Génération identitaire qui a été condamnée pour avoir protesté de l’édification d’une mosquée sur le lieu même de la victoire de Charles Martel, c’est confiée à Valeurs actuelles Jeudi 5 juillet 2018:
 
Génération identitaire dénonce « le double discours » de l’imam. 
 
 « Il est très radical et dans l’affrontement. Cette vidéo révèle le double jeu de l’UOIF et de l’islam politique, qui s’apparente à la taqîya et essaie de faire bonne figure dans les médias tout en développant un islam conquérant », confie son porte-parole Romain Espino, tout aussi scandalisé par le financement de cette « mosquée cathédrale » par « une puissance étrangère liée au modèle islamique » avec « la complicité des autorités».
 

Une mosquée financée par le Qatar

 

Dans la vidéo, l’imam de Poitiers depuis 1995 admet en effet avoir bénéficié de fonds étrangers pour poursuivre la construction de la mosquée, interrompue plusieurs années durant en raison d’un manque de financement par les fidèles locaux.
 
 « Ce que nous avons construit, c’est grâce à Dieu et avec l’aide de l’organisation “Qatar Charity” », admet-il.
 
 L’organisation caritative, « bras humanitaire de l’émirat à l’étranger », « est devenue au fil des ans l’un des relais du soft power de Doha dans le monde », écrivaient les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot dans leur livre « Nos très chers émirs », publié en 2016.
 
 En plus de sa mission humanitaire, « l’autre domaine d’activité de Qatar Charity, c’est le prosélytisme religieux, notamment en Afrique… », ajoutaient-ils, précisant que « l’ONG soutient dans le monde entier des projets de mosquées, d’écoles coraniques et d’instituts de mémorisation du Coran. » Y compris en France.
 
 Le Qatar, dont le mufti officieux est Youssef al-Qaradawi, prédicateur égyptien antisémite, pro-terroriste et interdit de territoire français depuis 2012, investit le plus souvent dans des mosquées gérées par l’UOIF ou ses satellites, comme celle, gigantesque, de Mulhouse, financée à hauteur de 2 millions d’euros.
 
 Plus inquiétant, Qatar Charity a été accusée par les Etats-Unis, Israel et plusieurs pays du Golfe de soutenir le terrorisme.
 
 Selon des documents officiels, produits par la justice américaine, Oussama Ben Laden a utilisé l’organisation pour financer les activités criminelles de sa nébuleuse Al-Qaida dans les années 90.
 
 Des groupes djihadistes au sein de l’opposition syrienne ont aussi bénéficié de son soutien. Des djihadistes ont enfin opéré sous couverture de Qatar Charity au Mali, a révélé le Canard enchaîné.
 

Un projet encouragé par la mairie PS

 

Interrogé sur l’accord donné par les autorités politiques au projet, l’imam de Poitiers évoque le soutien personnel du maire PS, probablement Jacques Santrot.
 
« Bien sûr, le maire, grâce à Dieu, est mon collègue à l’université. Il a encouragé la construction de ce centre, et nous avons pu, grâce à Dieu, obtenir la licence, dit-il. Le problème est que la licence est de dix ans et a expiré en 2013. Mais, grâce à la relation de fraternité et d’amitié entre le maire et moi, il m’incite toujours à accélérer l’achèvement du projet. Que Dieu nous bénisse. Inch’Allah. »
 
 Son successeur socialiste Alain Claeys faisait lui partie des personnalités, qui ont soutenu l’imam et ses fidèles à la suite de l’occupation, en 2012, du chantier de la mosquée par des membres de Génération identitaire, opposés à sa construction.
 
 Des militants (dont cinq seront condamnés) avaient alors déroulé une banderole « 732, Génération Identitaire » sur le toit du bâtiment lors de cette opération symbolique destinée à lancer leur mouvement, qui dénonce depuis « l’islamisation » du pays.
 
 « Ils pestent un peu la haine, ils vivent il y a 13 siècles, ils vivent un peu dans la nostalgie de l’affrontement », avait osé à l’époque l’imam de Poitiers, traitant les activistes de « racistes ».
 
                                                               Qui est l’imam Boubaker El-Hadj Amor ?
 
Depuis le début, Boubaker El-Hadj Amor est le grand architecte de ce projet de Grande mosquée, bâtie sur un terrain de 7 000 m2 et dotée d’une salle de prière pour 700 fidèles et d’un minaret haut de 22 mètres, pour un coût global de plus de 3 million d’euros.
 
 Cet ingénieur en robotique de 61 ans, né en Tunisie et cadre de l’UOIF, devenue Musulmans de France en 2017, a mobilisé tous les réseaux de l’union islamiste, vitrine légale des Frères musulmans en France, pour participer à son financement.
 
Son argument pour les convaincre ? 
 
 « J’ai fait valoir l’histoire de Poitiers. Un lieu de culte et de paix  sur les ruines de la bataille de 732 : tout un symbole », leur a-t-il expliqué.
 

                        Un imam radical, pilier de l’UOIF

 

Celui qui a été vice-président de l’UOIF et président du conseil régional du culte musulman (CRCM) de Poitou-Charentes, a aussi enseigné à l’Institut européen de sciences humaines (IESH), en Seine-Saint-Denis, « un établissement d’enseignement supérieur privé spécialisé dans l’enseignement de la langue arabe, des sciences islamiques et l’apprentissage du Saint-Coran », fondé sous le patronage de l’UOIF.
 
 Le tout premier établissement, installé à Château-Chinon, stipendié par le Qatar, avait accueilli le théologien radical Youssef al-Qaradawi, qualifié même… d’« éminent savant » sur son site.
 
 S’il professe en public un message de « fraternité », Boubaker El-Hadj Amor applique à la lettre le discours radical de l’UOIF.
 
 A propos de la loi limitant le port de signes religieux à l’école, dont le voile islamique, il déclarait en 2004 : 
 
« Nous considérons que c’est une loi injuste, mais la loi est là, il faut faire avec, il faudra attendre que la mentalité globale de la communauté française évolue vers l’acceptation du fait de la visibilité de l’Islam plus que ce qu’elle n’est aujourd’hui… »
 
  Dix ans plus tard, il s’opposait à la diffusion d’un fascicule par le rectorat sur « la prévention de la radicalisation en milieu scolaire ».
 
Mais le Conseil constitutionnel impose l’application de la fraternité à sens unique: de la part des envahis au bénéfice de leurs envahisseurs.
 
Sur le compte Facebook de la Grande mosquée de Poitiers, des photos montrent aussi des fillettes couvertes d’un hidjab, et un message fait la promotion d’une « grande journée de conférence » à Poitiers, à laquelle ont été invités « plusieurs conférenciers de renommée », parmi lesquels Hassan Iquioussen, prêcheur antisémite de l’UOIF, pour qui les attentats sont de « faux problèmes » et « les traîtres » à l’islam méritent « 12 balles dans la tête », mais aussi Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan et prédicateur radical, complotiste et anti-israélien, favorable à la charia et interdit de séjour sur le territoire français depuis avril 2017, dont la conférence ce jour-là était intitulée « l’islam, religion de paix et de tolérance »…
 
 
Les descendants chrétiens de Charles Martel ont été lourdement condamnés, tandis qu’à la place d’une statue du vainqueur-libérateur, se dresse aujourd’hui la revanche des vaincus islamiques avec la complicité des autorités du Régime.

03 septembre 2018

Mémoires et radotages (186) - Quel bonheur de pouvoir... Enfin... Oui et non !

GSM

Écrit le 29 août 2018
 
Oui bien sûr, cela faisait deux ans qu'avec ma capsulite je ne pouvais pas faire grand chose. Alors, dans ce sens, je suis content d'avoir pu re-bricoler... Mais contrairement à mon article de 2013, je ne dirai pas :

Quel bonheur de pouvoir à nouveau bricoler (2013)

Mais qu'est-ce que j'en ai bavé ! Vraiment ! Un poteau en BA en ruine, cassé et reconstruit, un dallage de 3,5 M2 affaissé et faisant entrer l'eau dans la maison, cassé et reconstruit avec 3 lits de treillis soudés cette fois, c'est vraiment peu de chose en 2 semaines calendaires...
J'ai mis 7 jours de travail, d'accord, mais en me reposant entre chaque journée ou même demi-journée de travail... Éreinté, fourbu, foutu...
 
Autant que je me souvienne, c'est trois jours de main d’œuvre tout compris qu'il aurait fallu y passer et facturer, si j'avais  encore eu ma boite !!! Heureusement qu'en tant que client je n'ai pas à payer le temps passé !
 
Alors, content de mon travail ? Oui... Mais je m'en serais bien passé ! Et ça m'a bien fait chier !
 
Mes deux cadets m'ont un peu aidé... Sinon, j'aurais mis encore plus de temps... Et puis un marteau piqueur de 30 kg et des pointerolles usées... C'est le bagne, la galère, le boulet de forçat...
 
J'ai inversé les pentes. Le trottoir s'était affaissé coté maison, à cause des travaux du service des eaux en 2014... Et à cause d'eux, de l'eau, j'en avais, mais pas que dans les tuyaux !
Le reste du dallage... Il faudra le refaire aussi... mais si ça pouvait attendre après ma mort, ce serait encore mieux...

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2018

Le roman de l'espoir en marche

GSM



« Ci-devant Emmanuel ! Debout devant le Peuple Français !
La décision souveraine du tribunal révolutionnaire, agissant par la volonté et au nom du Peuple Français est la suivante :
-attendu les atteintes commises par votre personne aux décisions souveraines du Peuple Français,
-attendu le pillage du budget de la France à seule fin d’enrichissement des ci-devants ploutocrates dont vous êtes complice,
-attendu la démolition de la base sociale et confraternelle des institutions sociales Françaises,
-attendu l’usage réquisitoire et tyrannique des institutions régaliennes que vous avez pratiqué sans vergogne, détruisant l’égalité devant la loi et commettant l’injustice de votre arbitraire,
Vous êtes condamné à la peine capitale, ainsi que tous vos comparses les ci-devants ministres fantoches, et députés pantins, tous complices des forfaits énumérés.
La guillotine n’existe plus.
Vous serez pendu haut et court en place publique jusqu’à ce que mort s’ensuive.
Vive le Peuple Français ! »
{ roulement de tambour}
« Ah ça ira, ça ira ça ira,
Les Ploutocrates à la lanterne.
Ah ça ira, ça ira ça ira,
Les Ploutocrates on les pendra… »
……………
Ben, où suis-je ?
Ah, merde ! Ce n’était qu’un merveilleux rêve !…
 
NDLA : Ecrit il y a presque deux quinquennats. Nicolas a été remplacé par Emmanuel... L'histoire n'est qu'un éternel recommencement...

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


01 septembre 2018

Ton petit corps d'amour

GSM



Ton petit corps d'amour repose à mes cotés
Et je sais un amour, si joyeux, si sublime,
Que tout le ciel jaloux, n'en a pas cet éclat
Et de toi ma chérie, dont je guette l'éveil,
J'ai fait muse de mon coeur et de tous mes écrits.
Ton visage d'enfant si pur et si gracieux,
Me donne l'envie puissante d'un homme de vingt ans,
De te faire l'amour, aurores de velours.
Tu glisses dans mes veines, comme un parfum nacré,
Nos tendres aurores de la mort en sursis,
Nous donnent la vie de toute éternité.
Nous avons dans le coeur comme un grand soleil,
Dont le feu brillera encore après la vie.
La douceur de ta peau, comme un parfum léger,
M'accompagne au dedans, dans un futur présent.
Il n'est pas de barrière qui n'arrête l'amour,
Que nous avons, chérie, dans ces matins subtils,
Où ton corps endormi, sonne mon doux réveil.

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

31 août 2018

La fainéantise

GSM

Ecrit le jeudi 1 août 2013.

 

Mes deux cadets disent vouloir m’aider, mais concrètement, ils ne sont pas courageux. Hier j’ai essayé de les faire lever à 8 heures, ils se sont levés à 9h1/2 et 10h. Aujourd’hui je viens de tenter à 10h1/2 de les réveiller, mécontents et de mauvais poil…
Comment va-t-on bétonner la fondation de l’escalier aujourd’hui ? Demain la fouille sera inondée par les orages annoncés.
Je leur avais pourtant expliqué que l’on ne peut faire un travail de terrassement et de maçonnerie de 15h à 17h. Comment aller à la décharge et chez le marchand de matériaux dans un créneau horaire pareil ? Comment éviter la pluie dans la fondation si les travaux s’échelonnent sur des semaines alors que ce travail devrait être fait en une ou deux journée ?
 
Ils étaient prêts à m’aider, mais les limites de leur bonne volonté est leur manque de courage.
Ils sont fainéants.
 
Et ça, c’est la nouvelle mauvaise nouvelle. Comme si j’avais besoin de cette révélation : Mes fils ont l’un des défauts que j’exècre le plus.
 
A 21 et 24 ans, ils sont difficilement récupérables.
 
Comment ai-je pu avoir des enfants comme ça ? La fainéantise est la mère de tous les vices.
 
Je n’avais pas besoin de ça, pour assombrir à nouveau mes pensées et couler tous les espoirs que j'avais pour eux. Il va falloir qu'ils changent !!!
 
NDLA : fait suite à l'article :
 

Quel bonheur de pouvoir à nouveau bricoler (2013) - zalandeau

Ecrit Dimanche 28 juillet 2013. Une bonne nouvelle quand même depuis début Juillet. Mon dos ne se bloque plus comme avant pour le moindre faux mouvement. Bien sur j'ai mal et de la peine à me relever, mais... pas de blocage ! J'ai commencé début Juillet à rénover mon escalier qui commençait à devenir une ruine...

http://zalandeau1.canalblog.com

 
 

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

30 août 2018

1461 Montlhéry,les prémices d’une guerre

GSM

Le Castel de Montlhéry entroit de nouveau dans l’histoire sous le resgne de Louis XI…
 
Devenu Roy de France le 15 aoust de l’an de grasce MCDLXI (1461), le monarque Capétien de la branche directe des Valois, surnommé « le prudent », faisoit promptement comprendre à iceux favoris de son défunt père Charles VII, qu’il n’avoit en rien oublié les avanies qu’il dut subir de leur part, alors qu’il n’étoit que jeune Dauphin du Royaume…
 
Il se mettoit en teste, d’éradiquer toute l’administration de feu son père. Il écartoit ainsi moult personnages compétents et de bonne expérience, faisant d’iceux, des mécontents : Le chancelier Guillaume Jouvenel des Ursins, moult baillis, force sénéchaux, grande partie des capitaines de grande ordonnance et mesme, le président du Parlement eurent à subir la ire vengeresse du Roy …
Tous ces vassaux écartés du pouvoir, en grande colère et grande haine, se regroupèrent en une ligue constituée officiellement « pour le bien public et le bon usage du Royaume ».
 
Ce sera la « Ligue du bien public ».
Cette assemblée comprenoit les éternels comploteurs, tels Jean d’Armagnac et Jean d’Alençon (bien qu’ils fussent rétablis dans leurs biens par suite de remords de Louis XI), mais aussi des gens de qualité comme le célèbre Dunois (hostile à la politique Italienne du Roy, car d’intérest, il réclamoit Milan par son alliance avec les Sforza), comme Jean Duc de Calabre (Angevin également hostile à cette politique Italienne) et comme Jean de Bourbon (vainqueur de la bataille de Formigny en 1450, mais pourtant éconduit)…
 
Plus grave encore, Charles le téméraire, qui n’étoit encore que Comte de Charolais, n’admit point que son père, Philippe le Bon ait cédé à Louis XI, pourtant contre fortes espèces sonnantes et trébuchantes, plusieurs villes de Picardie…
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2018

Riche comme un pauvre pour pas un rond

GSMEcrit au début de ma retraite, quand les revenus baissent beaucoup plus que les dépenses... Et que les moutards sont encore à la maison...

Coincé entre le bonheur du passé et l’asservissement à la présente misère, entre la folie qui m’entoure et le devoir qui me pèse, entre l’amour et la haine, entre l’envie de foncer et l’envie d’en finir, j’erre devant les vitrines, je vois, je sens, j’entends…
A quoi bon ?
 
Entrons boire un coup dans ce bistrot… Hummm, la bonne bière, bien fraiche, un peu amère, dont j’essuie la mousse d’un revers de manche. Les attablés me regardent à travers la vitre. J’ai du faire le geste, machinalement.
 
Un maillot de bain homme, il n’est pas mal, mais bon sur un ventripotent il n’y a rien qui va, c’est comme un tablier à une vache… J’en ai des maillots ! Ho lala ! J’en ai plein. Des qui font une, voire deux tailles en dessous de la mienne. Des que je ne peux plus mettre et qui sont usés. Des que j’ai eu la chance d’avoir l’occasion de porter. J’aurais celui-ci sur moi, je serais svelte, je plongerais et je ferais du sous-l-eau sur 25 mètres, comme dans le temps. Il est bien leur maillot ! Ai-je esquissé une brasse ? Pourquoi me regardent-ils, interrogateurs ?
 
Putain ! Des gros escargots de Bourgogne ! Hummm, le bon goût qu'ils ont sûrement… Mais ce n’est pas bon pour ma santé ! Enfin, ils étaient bons quand même ! Je me suis régalé. Bon je quitte ce lieu de perdition.
 
Le fumet qui sort de cette pizzeria ! J’avais dit que plus tard quand on serait à la retraite et qu’on aurait les moyens, on irait enfin ! C’est vrai qu’on y mange bien, d’après l’odeur… Cela doit être une pizza de la mer, je pense… C’était bon. Je me suis régalé… Je ne sais même pas comment c’est décoré, dans ce restau. J’essaierais de m’imaginer…
 
Bon ! Si je rentrais à la maison ? Je me suis régalé, j’ai plongé, nagé, maigri… Et pour pas un rond !
 
Et dire qu’il y en a qui payent pour ça, les cons !
 
C’est peut-être pour ça que je ne parviens pas à maigrir, malgré mon régime salade ? Je me régale trop en dehors des repas et comme je ne paye pas, j’exagère !
 
Bon, je rentre à la maison ! Retrouver ces programmes de merde, cette salade de merde, ces courgettes de merde, ces aubergines de merdes, ces factures de merde, cette ambiance de merde ! Cette vie de merde…
 
J’ai cru qu’un jour, je pourrais enfin… J’ai cru, mais je me suis trompé. C’est le contraire qui se passe…
 
Et on me reproche de vivre dans le rêve et le souvenir ! Mais si je n’avais pas ça, j’aurais déjà utilisé ma corde, celle avec le nœud du pendu… Elle m'attend et elle me fascine...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

28 août 2018

Croire ou ne pas croire

GSM

Par delà les réticences que j’ai à l’égard de ceux qui croient de façon bornée et exclusive les baratins que d'autres humains leur mettent dans le crâne, j’admire ceux qui croient, je les envie, pour ce monde merveilleux qui les remplit de rêves et d’illusions. Heureux les faibles d’esprits, ils iront au paradis sans passer par la case doute et solitude…
 
J’envie ces gens qui croient à tout aussi bien qu’à rien, car ils sont confortablement installés dans leurs certitudes. Je pense que cela doit aider beaucoup à vivre, à supporter le poids des réalités, des injustices, des égoïsmes, des mochetés de ce monde si cruel.
 
Mais ce faisant, quelle solution, quelle lutte active et dynamique peuvent-ils fournir contre les organisateurs de la cruauté du monde ? A part une passivité, une attitude statique retardant les effets des actions néfastes du monde de la prédation, ils n’amènent pas de contre-feu et n’établissent pas de contre-pouvoir contre celui-ci.
 
Croire ou ne pas croire ? Se résigner ou réagir ? Tendre l’autre joue, ou rendre coup pour coup ?
 
La société doit-elle se cloisonner par communautés pour résister à des influences extérieures, sachant qu’elle subira les dictats internes desdites communautés et ainsi perdre son âme ?
La réponse est dans la question. Le repli communautaire est une défense passive, non apte à contrecarrer la prédation extérieure et favorisant la prédation intérieure…
 
La réponse ? Je me garderai bien de la donner. Seule une attitude critique, cartésienne, posée, permet de choisir son camp, ses alliés, mais de manière purement momentanée et circonstancielle. Nul groupe humain ne détient à vie la vérité. Nous avons le choix entre la solitude anarchique, non constructive et l’alliance temporaire, la coopération provisoire, dans le but de faire avancer nos objectifs de prédateurs si on est prédateurs, d’anti-prédateurs si on lutte contre eux…
 
Prendre l’aide où on la trouve pour lutter contre le mal, pour ceux qui, plus nombreux, sont contre le mal, car le mal, lui, sait bien mobiliser l’énergie et tous les concours nécessaires à sa réalisation. Il suffit de très peu de malfaisants pour pourrir la vie de toute une société...
 
Croire et obéir pour échapper au quotidien, n’empêche pas le danger. Coopérer momentanément, de notre plein gré, avec notre libre arbitre, pour plus aléatoire que soit cette attitude, est la plus digne façon pour tenter de rester des êtres humains, dans le sens positif du terme…
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :