10 janvier 2019

Mémoires et radotages (197) – Mon budget 2019 - Macron crée les gilets jaunes


GSM

Écrit le 09 janvier 2019.
 
Au moment où se termine une année et où commence une autre, je fais le compte exact de mes dépenses et le bilan dépenses / recettes définitif de l’année achevée. Cela me permet d’en tirer les conclusions et surtout d’établir le budget prévisionnel pour cette nouvelle année, en l’occurrence 2019…
 
Les conclusions : Macron, avec ses conneries de nous avoir niqué 1,9% de CSG, a fait que ma retraite annuelle 2018 a été la même qu’en 2012, étant donné que nos retraites étaient gelées de puis fin 2013...
 
L’inflation officielle entre 2012 et 2018 a été de 4.5%...
 
Même en tenant compte de la baisse de la taxe d’habitation, je dois bien admettre que concernant mon propre budget, le coût des dépenses incontournables (assurances, mutuelles, eau, électricité, assainissement, taxes diverses et variées, etc…) a augmenté de plus de 6% durant cette période…
 
On ne peut pas moins rouler, on ne peut davantage baisser les cadeaux et dépenses diverses…
 
Alors que faire, sinon se rabattre sur le budget nourriture, qui est la variable d’ajustement, comme je le fais chaque année… Le problème, c’est que la bouffe a aussi assez sensiblement augmenté ces derniers temps, alors, comment en réduire encore le montant pour tenter de compenser les dépenses incontournables et obligées ?
 
La boite de thon listao ecoplus est passée en quelque années de 53 à 98 centimes… Le bœuf a augmenté, seul le cochon en promo reste abordable…
 
Il y a deux ans, on pouvait se payer un repas Macdo par semaine pour 4 personnes (48€)…
Il y a un an on pouvait s’offrir un kebab par semaine pour 4 personnes (20€)…
En 2018, j’ai remplacé le kébab par 4 nems pour un repas de 2 personnes par semaine (4€)…
 
Cette année (2019)… Il va me falloir augmenter le budget nourriture, je ne peux quand même pas leur faire bouffer de la merde… Mais comment équilibrer mes comptes, puisque tout va augmenter, à cause du tyran qui nous préside ?
 
D’abord, je vais mettre en concurrence ma complémentaire maladie (qui augmente de manière exponentielle avec l’âge) avec d’autres vraies mutuelles, histoire de voir !
Ensuite je vais appeler mon assurance décès, que j’avais déjà fortement réduite il y a 3 ans, pour leur dire que, même si la prime trimestrielle est modeste, je ne peux plus la payer et que je voudrais bien la résilier avant l’échéance annuelle de septembre ! On va bien voir leur réponse ! Après tout, on ne peut pas tondre un œuf !
 
Je vais changer d’assurance pour la R19. La mutuelle des commerçants et industriels est moins chère en tous risques que celle du BTP au tiers (70€ d’économie annuelle), alors au tiers, je devrais économiser plus, peut être 100 ou 110€…
 
Je vais tenter toutes ces pistes… Il y en a bien qui donneront quelques économies…
 
Ah ! Au fait, merci monsieur Macron pour vos ponctions financières diverses et variées ! Si je vous hais, il y a bien des raisons et le porte monnaie, en est la première…
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 janvier 2019

Quel est ce pays ?

J'avais déjà vilipendé les journalistes interviewant Marine Le Pen...
Il y a quelques jours, ceux-là ou bien d'autres ont interviewé Jean Luc Mélenchon. C'est exactement le même scénario : on pose les questions, on n'attend pas les réponses, on pose d'autres questions, on parle tous ensemble... Enfin, je dirai : Exactement le même déni de démocratie que pour Le Pen.
A quoi servent des journalistes qui se conduisent ainsi ? En avons-nous besoin ? Un passage devant la télévision doit-il se solder forcément par une entrave à l'expression ? N'est-ce pas de la désinformation et une sorte de tyrannie que ce contre-pouvoir est normalement censé empêcher ?
 
Encore plus fort ! J'ai vu je ne sais plus sur quelle chaine, un politicien (je ne me souviens plus qui), en train d'écouter la journaliste qui faisait les demandes et les réponses. Il tapotait la table du bout des doigts... Quelle patience !
Je l'ai imaginé posant des clés sur la table, se levant et partir en lançant à la cantonade "vous fermerez en partant"... Mais non, il a laissé glisser...
 
C'est de pire en pire, ce pays où je vis. Il y en a qui disent que c'est la France...
 
Le pays des droits de l'homme et de la liberté ? Est-ce possible ???
 

Posté par zalandeau à 12:34 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2019

Acharnement thérapeutique ou financier ?

Je prends le cas de ma belle-doche.
 
Entre décembre et janvier elle a été opéré d'une valve cardiaque... On vient de recevoir le décompte sécu : On dépasse allègrement les 50.000 €uros !!!
 
La machine était bien huilée. Tout était prévu. Aucun pognon à donner (à part la location de la télé). Ils ont fait croire à un examen et l'ont envoyée sur Parly II. On verrait ensuite. Puis ils ont dit qu'ils passeraient par l'artère fémorale. Finalement ils ont charcuté à la méthode classique : Ouverture de la poitrine, du coeur et tout le bordel...
La belle-doche a 82 piges. Et pour un simple rétrécissement valvulaire qui ne la dérangeait pas, elle est revenue complètement à plat, vidée, sans force, dotée d'un épanchement pleural en prime. Elle ne parvient pas à se remettre de cette opération beaucoup trop lourde pour quelqu'un de son âge. Elle est complètement diminuée, affaiblie, de manière définitive...
 
Arrivé à un certain âge, vaut-il mieux laisser les gens vivre leur vie peinarde jusqu'à leur mort, ou sauver leur vie, au risque de précipiter leur mort par un épuisement définitif du à l'opération ?
 
La réponse va de soi, bien sur.
 
Mais on veut faire du fric, du fric et du fric... Et la sécu plonge, plonge et replonge dans son trou (le trou de la sécu)... Mais les seigneurs de la chirurgie pendant ce temps-là font leur petit business juteux, où ils sont juges et parties. Ils décident de l'utilité de l'opération et donc de leurs salaires, sans qu'aucun organisme n'ait quelque chose à dire, ils persuadent avec des argument rassurants et mensongers et à eux les dollars !!!...
 
Ce serait maintenant, elle dirait NON, la belle-doche ! Sa vie était tellement plus agréable avant l'opération...
 

Posté par zalandeau à 11:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

07 janvier 2019

La crise dans la crise

GSM

Ecrit le 1er mai 2010
 
J’ai hésité longtemps avant d’en parler… Mais dès les soupçons sur l’état de santé financier de la Grèce, j’ai compris deux choses : Qu’une nouvelle crise naissait, et que de nouveaux risques apparaissaient.
Alors que nous sommes toujours dans la tourmente de la crise des subprimes, de l’éclatement de la bulle spéculative, une autre bulle spéculative se reforme.
Cette fois-ci c’est contre l’Euro ! Combien les dirigeants fantoches de cette Europe qui n’existe pas, ou seulement par sa monnaie, vont rabattre de leur prétention sur la solidité de monnaie supposée, seul fleuron d’une union aux buts uniquement lucratifs…
Depuis longtemps les pays du « club méditerranée », auxquels il faut ajouter l’Islande, surnommés péjorativement « P.I.G.S », en raison de leurs comptes aux résultats artificiels et de leur économie spéculative, sont la cible des spéculateurs pour une nouvelle attaque financière…
L’Europe saura-t-elle résister à une telle attaque, dont les conséquences seraient une chute de l’Euro ? Faut-il aider la Grèce, ou bien se débarrasser de tous les pays moutons noirs et points faibles de l’Europe ?
Dans l’un comme dans l’autre cas, nous risquons un éclatement de l’Europe. Mais personnellement, je ne m’en plaindrai pas.
De cette Europe qui n’a su uniquement, qu’apporter la misère à son peuple et donner la part belle aux libéraux ainsi qu’aux multinationales, je n’ai pas vraiment envie…
Un Euro faible, c’est davantage d’exportations, la possibilité de rebâtir notre industrie, (mais seulement s’il y a une volonté politique nationale pour cet objectif).
 
Mais en tout état de cause, un conseil à ceux des petits épargnants possédant des assurances vies : Regardez la nature de votre contrat ! S’il est rédigé en Euros ou en Francs, pas de problème. Mais pour les contrats adossés à des actions voir même des obligations… votre risque est grand de tout perdre… A moins que notre bienaimé président ne garantisse lesdits contrats d’assurance-vie… Mais ça m’étonnerait…
 
Au fait ! Il faudrait que je vérifie le mien…
 
Rajouté le 07 janvier 2019 : Ah au fait ! Avec Macron, le risque de tout perdre est plus immense encore pour le peuple Français, parce qu'il sait faire "ruisseler l'argent des pauvres vers les premiers de cordée... Et quoi de plus simple que de prélever sous forme de taxes et éventuellement sur les épargnes des petits épargnants ???
 
 

Posté par zalandeau à 11:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2019

Quelles sont les vraies valeurs ?

GSM

Plus le temps passe et moins je sais ce que sont les vraies valeurs. Il fut un temps où j'ai cru en l'amour entre un homme et une femme. J'ai découvert, en en faisant l'amère expérience, que ce concept inventé au moyen âge (l'amour courtois), n'est que pure invention par définition et qu'il est impossible qu'il y ait symbiose entre l'eau et le feu.
 
Puis, il y a quelques années j'ai compris à mes dépends que l'amitié, dont je disais qu'elle était choisie et qu'elle était la vraie valeur, pouvait s'évanouir tel un mirage. L'amitié est souvent de circonstance. On est amis comme compagnons de galère, attachés au même banc de nage, mais ce n'est que de la solidarité, de l'alliance de circonstance, de l'esprit de corps. Mais quand la conjoncture change, la synergie disparait et l'amitié avec.
 
Au jour d'aujourd'hui, comme on le dit si improprement, il ne me reste que l'amour filial et l'amour parental. J'y crois dur comme fer. Cette valeur familiale est pour moi la seule qui me motive, me soutient, mais aussi me donne les plus grandes angoisses.
 
Aujourd’hui, je pense encore cela. Quelles désillusions me réservera demain ?
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


05 janvier 2019

J'enrage de subir tous ces .... .. "fonctionnaires" du privé

GSM

J'écris à la mutuelle le 26/09/2014 :
 
> Concernant mon fils XXX XXXl, il a fini ses études. La SMENO l'assure
> jusqu'à fin décembre. Il n'a pas encore d'emploi.
> Je souhaite qu'il continue à profiter de la complémentaire chez REUNICA.
> Cela pose-t-il un problème? Faut-il un justificatif quelconque?
> Merci de votre réponse.
>
> XXXXXX
--------------------------------------------------------
Je reçois la réponse suivante le 30/09/2014 :
 
> Bonjour,
>
> Vous souhaitez une prolongation des droits de votre enfant, étudiant.
> Afin de traiter votre demande, nous vous demandons de nous envoyer une attestation vitale à jour et un certificat de scolarité
par fax au xx xx xx xx xx, par mail ou courrier à l'adresse suivante Réunica Assurance de Personnes Particuliers xxx xxxxx xxxxx Levallois Perret Cedex
> Avec Réunica vous pouvez en quelques clics : éditer une carte de tiers-payant ou une prise en charge hospitalière, mettre à jour votre contrat (adresse, nom, email...) puis consulter vos remboursements, connaître vos garanties en vous connectant à l?espace client (en haut à droite de la page d'accueil) de notre site www.reunica.com
 
> Nous nous tenons à votre disposition pour toutes précisions utiles
>
> Cordialement
>
> Votre conseiller de clientèle
--------------------------------------------------------
Un peu énervant de recevoir une demande de certificat de scolarité alors qu'on vient d'expliquer que la scolarité est finie, n-i, ni...
 
Alors je réponds ce 1er octobre :
 
Je crois que vous n'avez rien compris à mon message je le réédite afin que votre lecture soit meilleure :
 
Concernant mon fils XXX XXX, il a fini ses études (Il a obtenu son diplôme en juillet 2014. La SMENO l'assure  jusqu'à fin décembre. Il n'a pas encore d'emploi.
> Je souhaite qu'il continue à profiter de ma complémentaire chez REUNICA.
> Cela pose-t-il un problème? Faut-il un justificatif quelconque? (Ne me parlez pas de certificat de scolarité, s'il vous plait)...
> Merci de votre réponse appropriée sur le sujet précis : Continuation dans ma complémentaire pour mon enfant ayant fini ses études et étant encore assuré social à la SMENO.
 
 
Cordialement,
 ___ ________
 

- XXXXXX -
___________

 
-------------------------------------------------------
 
Je reçois en retour 5 minutes après :
 
Bonjour,
 
Merci de l'intérêt que vous portez à Réunica.
 
Votre demande de réouverture de dossier a bien été prise en compte, nos équipes s'engagent à vous répondre dans les meilleurs délais.
 
Attention : Ce message est généré automatiquement, il est inutile d'y répondre.
 
Pour un meilleur suivi de ce dossier, veuillez conserver dans l'objet de votre email, la référence suivante : 626983-1411735978.
 
Pour toute autre question, nous vous invitons à vous rendre à nouveau sur notre site Internet: XXXXXXXXXXXXX
Cordialement.
-----------------------------------------------------
PUTAIN DE BORDEL DE MERDE .. .......... !
Même parler à un mur, c'est mieux...
 
 
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2019

Indifférence

GSM

L'indifférence est un concept vaste qui recouvre des intentions très variées.
 
Il y a la vraie indifférence, celle de ceux très nombreux qui se fichent pas mal de certaines choses ou même de tout ce qui peut se passer autour d'eux. Ce sont des gens non-motivés, bien sur, mais qui comprend un sous groupe d'égoïstes, dont l'intérêt est tellement égocentrique, qu'il en exclut toute compassion ou toute empathie pour tout ce qui n'est pas soi. Pour ces derniers, l'autre n'est rien, sauf s'il rentre dans le jeu de leurs intérêts propres.
 
Il y a l'indifférence apparente, simple maîtrise de soi, voire même forme de pudeur ; on ne va pas aller tout casser dans la rue ou brailler par simple solidarité avec celui qui s'est fait décapiter en Algérie, au motif qu'il faut montrer une indignation alors qu'il n'y a pas de manif à portée de main permettant ce genre de défoulement. Mais cela n’empêche pas d'en parler, d'y penser et d'éprouver des sentiments vifs.
 
Il y a l'indifférence feinte, qui est de la peur déguisée, sorte de masque, sorte de surdité, de cécité bien commode pour ceux qui n'interviennent pas quand ils pourraient éviter un harcèlement, un viol, sauver quelqu'un.
 
Il y a enfin l'indifférence issue de la volonté d'adhésion à la pensée unique, voire au politiquement correct. Et cette indifférence là, englobe toutes les trois formes précédentes : égoïsme et intérêt, peur de se démarquer et la maitrise de soi qui en découle. Ce sont les gens qui veulent faire carrière sans vague, sans déplaire, en préservant l'entièreté de leur avenir. J’appellerai cela : L'indifférence courtisane... (Les lèche-culs, quoi !)...
 
Beaucoup d'entre nous se reconnaitront...
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

03 janvier 2019

Les Mots et Mes Mots

GSM

Ecrit le 12 mai 2008.
Il me revient avoir déjà parlé des mots, de leurs usages, de leurs pièges. 
J'ai parlé des mots de tout le monde. J'ai parlé des mots menteurs, des mots trompeurs...
J'ai parlé des mots des politiciens, forcément menteurs, trompeurs, faux ( et usage de faux )...
Comment un homme politique dirait-il le fond de sa pensée ? Une révolution immédiate secouerait le pays ! 
 
Non, je veux parler de mes mots à moi. Certainement, le sujet en sera beaucoup plus restrictif... 
 
Mes mots, sont le reflet de ce que je pense à un instant T. Oui, bien sur, je n'ai pas toujours les mêmes idées, ni par conséquent les mêmes mots. Car, nous sommes pétris de sincérités successives et je n'échappe pas à la règle. 
 
Je redoute les gens fondu dans un moule de certitudes immuables... 
 
Peut-on changer d'idée ? Oui, cela est tout à fait possible. Les adages fort heureusement sont là pour "cautionner" cette idée : "Il n'y a que les imbéciles...". 
 
Personnellement, je change avec le mûrissement de mes idées... 
 
Est-ce que je change vraiment ? Non ! Si de Gaulle revenait, je serais à nouveau Gaulliste !
 
Bien sûr, avec l'histoire cachée que l'on connaît maintenant, cela nuancerait mon opinion sur lui, mais pas fondamentalement... Car j'adhère toujours aux grands principes et à l'intégrité de cet homme qui a contribué à forger ma personnalité et ma vision des choses. 
 
Quand je gueulais contre le nain Hongrois de la république, je ne gueulais pas contre le Gaullisme. Qui a dit qu'il était Gaulliste ? Lui ? Et on le croit ? Il ne faut pas croire les mots menteurs des politiques. 
 
C'est précisément parce que j'ai conservé mes idées, que je dénonce, à droite, à gauche et au milieu, ce qui ne me plaît pas, car tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc, mais tout peut comporter des aspects très critiquables... 
 
En fait derrière mes mots, il y a surtout un caractère, une volonté, l'envie d'analyser, de comprendre, d'anticiper cette dérive funeste, l'envie de faire comprendre à ceux qui ont le nez dans le guidon, ce qui va se passer... 
 
Quand mes mots parlent de moi, la chose n'est pas aisée. Je sais maintenant laisser ce voile de pudeur que je maintenais devant moi, lorsque j'étais plus jeune. Je sais dire que je me suis trompé, quand je le pense. Je sais aussi dire si mes pensées sont contradictoires et que je ne parviens pas à savoir quelle est la bonne.
 
Je n'ai plus cette honte de l'erreur. La vie m'a enseigné que l'erreur fait partie intégrante de notre construction mentale... 
 
La seule chose que je redoute encore, dans mes mots, c'est la souffrance, c'est le piège que l'affectif tend sur notre chemin... Et c'est quand même par des mots exprimés que l'on peut sortir de cette souffrance... 
 
Ceux qui n'ont pas de mots, n'ont pas la chance de pouvoir se libérer... 
 
Notre société enchaîne ainsi la jeunesse, en la privant du bagage des mots, pare ue l'inculture est la nouvelle orientation de l'éducation. 
 
Quand je dis la société, je veux dire, les puissants, qui savent, que les mots sont délivrance et pouvoir (pour eux). 
 
Alors quand on veut garder le pouvoir pour soi, on garde le pouvoir des mots pour soi... 
 
C'est là que commence le mal de notre société...
 

Posté par zalandeau à 10:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2019

Trière Vélaire

GSM

Ecrit en septembre 2014
 
Bon, bon, ça va... A la demande générale je vais faire un digest du bouquin de Trière Vélaire. (Vélaire : relatif au voile du palais)...
"Merci pour ce moment" : Un grand tirage (d'un petit zizi dans une grande cheminée).
 
D'abord il faut vous parler de la couverture : Jaune devant et marron derrière. Ce livre en forme de slip sent le sperme et la cyprine. Pour vous mettre dans l'ambiance allez manger un plateau de fruits de mer avariés, ça sent la moule qui pue et la crevette pas fraiche...
 
Un passionnant règlement de compte à OK Caralho (prononcer carail en Portouguaiche). Les aventures de la foune en chaleur et du zobard à tête chercheuse, ou comment on se prend pour la reine de France en plongeant le nez dans les calcifs !
Vous y découvrirez une Vélaire très vénère même pas vaccinée contre l'hystérie-tétanos, à la conquête du mont blanc avec son mont de Vénus. 
 
Un livre passionnant pour ceux qui aiment les odeurs de marée et les histoires de cul pipole où sont mélangés le sexe et la politique (la baise privée et celle pratiquée à sec sur les citoyens).
 
Pour les autres : n'entrez pas dans la librairie il y a du foutre partout, ça glisse !
 
NDA : Si je l'ai lu ? Si je vais le lire ? Ça va pas la tête, non ? On n'est pas obligé de lire pour critiquer, quand même ?
 

Posté par zalandeau à 11:31 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2019

J'ai honte d'être un humain - Voeux

GSM

J’ai honte à en pleurer de voir les humains, mes semblables, réduits à si peu de considération par d’autres êtres à deux pattes…
Qui a dit que l’être humain est bon ? L’être humain peut être aussi plus cruel, plus sanguinaire, plus fourbe, qu’aucun autre animal sur cette petite terre…
Faut-il appeler les justes à rendre coup pour coup ?
J’ai honte de ne plus rien pouvoir faire. J’ai honte de voir qu’il y a tellement de gens qui s’en foutent. J’ai honte d’appartenir au règne humain.
 
En primaire dans la cour de récré, parfois plusieurs s’acharnaient contre un seul, à coups de pieds et de poings. Tous les autres, formaient cercle autour, pour regarder, pour jouir de ce spectacle malsain,  avec toute la morbidité et la lâcheté que peut déployer la race humaine…
 
A chaque fois j’intervenais, indigné et ne supportant pas cette injustice et cette lâcheté.
Au début, j’en prenais souvent plein la gueule, puis, j’ai appris à être plus fort, plus malin, plus méchant et je n’en prenais plus plein la gueule. J’arrivais tel Zorro, qui était il faut bien le dire mon modèle, à faire lâcher prise à ces hyènes puantes et à secourir le faible.
 
Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, je n’avais pas toujours de remerciement ou de reconnaissance…
 
J’ai ainsi construit autour de moi, une solitude, due au fait que j’étais différent, un respect dû à la crainte. Mais jamais la baisse des agressions en bande, n’a été due à autre chose qu’à la peur du « mâle dominant »… Quand j’ai parfois été victime de ces attaques à plusieurs, par des « courageux » souvent plus âgés, très souvent, personne ne m’a porté secours…
 
Il m’est arrivé, une année, quand j'étais gamin, qu’un camarade me vienne en aide. Il est devenu mon grand ami. Nous formions la bande (à deux), des "justiciers"... Hélas il n’est resté qu’un an. Il a changé d’école… Tous les autres étaient dans la bande du neveu de la maîtresse... Bande zélée des lèche-culs, des fayots et des lâches...
 
Et on voudrait que j’aie une bonne opinion, de ces larves visqueuses qui prétendent s’appeler des hommes, mais qui ne sont qu’une sous-espèce du règne animal…
 
A qui je souhaite une bonne année ? Certainement pas à ces sous-merdes qui encombrent la surface de la terre... Je souhaite une bonne année à ceux qui ont l'âme pure, le courage d'être des hommes et le respect des autres...
 
 

Posté par zalandeau à 11:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :