13 février 2018

Ne croyons plus les menteurs qui nous gouvernent

GSMEcrit le 30 09 2015

Nos hommes politiques de droite ou de gauche ne connaissent qu'une recette pour combler le déficit de la dette : Réduire les dépenses et lever des impôts.
 
Lorsque l'on calcule les effets de semblables mesures, on s'aperçoit que réduire notre déficit annuel qui est actuellement de 150 milliards d'euros, impliquera une baisse de notre PIB de 300 milliards d'euros. Soit une baisse de 15%... Et ce quel que soit la proportion entre économies et recettes d'impôts...
 
Cela impliquerait un effet boule de neige parce que les réductions ne seraient pas équitablement partagées et que beaucoup de citoyens passeraient de la pauvreté à la misère entrainant des effets secondaires (comme des répliques de séismes)...
 
En fait, c'est en empêchant l'argent de partir que l'on pourrait redresser  nos comptes.
- En taxant l'importation depuis les pays low-cost.
- En faisant la chasse à l'évasion fiscale et en durcissant les peines afin qu'elles soient dissuasives.
 
En effet, la mondialisation permet aux plus riches de transmuter la masse salariale Française en bénéfice colossaux, qu'ils sont tentés de thésauriser et de cacher au fisc, tandis que des colonnes de chômeurs se créent. Les taxes douanières relocaliseraient cette masse monétaire en créant des emplois, qui par voie de conséquence allègeraient nos charges sociales parce que supportées par davantage de travailleurs. Il est bien entendu qu'il faut cibler les produits que l'on veut taxer (pas tous à la fois), en menant parallèlement une négociation avec les pays concernés et en mettant en place une incitation hexagonale de relocalisation de production...
 
Notre monnaie est trop forte, alors qu'en Allemagne elle est trop faible. Mais eux et nous, avons la même monnaie. L’Europe qui devait nous protéger est devenue un marché captif de l'Allemagne, une colonie de l'Allemagne, une chasse gardée de l'Allemagne. L'évolution des coûts n'a pas été amortie par notre intégration à la communauté européenne parce qu'aucune harmonisation n'a été faite sur aucun plan (social, défense,  politique...). La seule intégration a été monétaire. Le résultat est que pour dévaluer notre monnaie, il faut que nous sortions de l'euro, il faut que nous recréions notre monnaie.
 
Pour mettre des taxes douanières et reprendre notre monnaie, il faut bien entendu déchirer un certain nombre de traités que nos élites ont signés sans demander notre accord (notamment la traité de Schengen). Nous rétablirions le contrôle des changes.
 
Il faut changer la loi sur la résidence des personnes physiques et morales imposables. Si le revenu ou le bénéfice est réalisé en France, il doit être imposé en France.
 
Par contre, les revenus des étrangers et gagnés hors de France doivent être attirés sur notre sol par des taxations très faibles.
L'impôt sur la fortune doit être démantelé et ne servir à taxer que les contribuables dissimulateurs dont on n'a pas réussi à cerner les revenus...
 
La création de telles "écluses" autour de la France, loin d'être une catastrophe comme l'annoncent nos imbéciles heureux de la politique, seraient attractives et feraient repartir le PIB tout en diminuant la dette.
 
30 milliards de diminution des importations des pays low-cost créeraient 90 milliards de PIB supplémentaires.
 
Ainsi les sacrifices des Français ne seraient pas vains !
 

Posté par zalandeau à 09:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


12 février 2018

C'est pour bientôt (au train où va le libéralisme)...

GSM

Des multinationales qui dominent la planète du haut de leurs gratte-ciels en verre, gardés par des vigiles en armes et des hélicoptères de surveillance.
 
Une classe moyenne corvéable à merci par les multinationales, avec des vêtements rapiécés, des maisons vétustes et une milice de volontaires faisant la ronde pour se protéger des miséreux.
 
Les miséreux à qui on ne demande rien, que de mourir pour ne plus emmerder les autres. Ceux qui ne meurent pas de faim, sont tués lorsqu'ils essayent de voler de quoi manger.
 
Du haut des tours, les hauts parleurs diffusent la pensée unique : "Tout va bien, nous nous occupons de tout, sans nous vous ne seriez rien. Obéissez au nouvel ordre mondial conçu pour le bien de tous...". Les caméras partagent l'espace avec les hauts parleurs. Elles surveillent les moindres faits et geste de la plèbe.
 
Toute tentative de résistance est jugulée par les forces de l'ordre dotées des armes les plus sophistiquées. Ces armes, lorsqu'elles ne tuent pas, rendent seulement idiot.
 
Les Enarques de droite et de gauche continuent leurs disputes politiques pour distraire le peuple.
 "Je proclame que la gauche a tort de vouloir que la classe moyenne mange à sa faim, c'est injuste par rapport aux autres ?"
 "Moi je dis que la droite a tort de vouloir enterrer les morts : Que mangeront ceux qui ont faim ?"

Posté par zalandeau à 09:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

11 février 2018

Mémoires et radotages (49) – Paraître

GSM

J’ai parlé des notions ‘être’ et ‘paraître’, au cours de ces quelques dernières années… J’ai expliqué mon évolution… J’ai dit que, pour moi ‘être’ était directement lié à ‘faire’, pendant ma vie de jeune, puis dans toute ma carrière professionnelle… et comment depuis quelques années, privé de faire, mon ressenti étais que je ‘n’étais’ plus rien… et également pourquoi j’essayais de faire, n’importe quoi, des choses inutiles bien souvent, pour essayer d’être, ne fut-ce que l’espace d’un instant, afin de revivre la vie jubilatoire de celui qui se sent utile, nécessaire et surtout, la plupart du temps est content de ses actes, tâchant chaque jour de ‘faire’ mieux que la veille… C’était si bon…
 
J’ai expliqué mon basculement progressif vers le ‘paraître’… Mais ce n’était plus le ‘paraître utile’ nécessaire du temps d’une vie active où le ‘être’ devait être en harmonie avec le ‘paraître’, pour une plus grande efficacité et une crédibilité absolue. Je basculais en fait, vers le paraître pour paraître.
 
Maintenant, le basculement est total… La condition physique ne permettant plus de 'faire', dans le sens le plus noble qui soit, c'est à dire le travail si beau du travailleur, de l'ouvrier ou de l'artisan, l’acuité intellectuelle amoindrie ne consentant plus la pertinence acerbe pour dire, attaquer, réveiller les consciences, ce qui était également une façon d’agir, une façon de ‘faire’, il me semble ne plus exister… Je suis comme un zombie, voire un individu transparent, un fantôme invisible…
 
Alors, je parais… Pour qui ? Sûrement pour moi, pour me faire exister, seulement à mes propres yeux… Si le ridicule tuait… Alors je serais mort… Et je crois que le jour où je ne paraîtrais plus, c’est que je ne serais pas loin du passage de l’autre coté du miroir…
 
Que ce naufrage est désolant ! Mais pourrait-il en être autrement d’un naufrage ?
 
Heureusement, je peux quand-même me consoler un peu, en me disant que si je suis dans le 'paraître', ce n'est que depuis quelques années (depuis que je suis à la retraite), alors que beaucoup de gens que j'ai croisés, n'ont fait que paraître, mais toute leur vie...

Posté par zalandeau à 09:43 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2018

Attentat station Saint Michel 1995

GSM

J’ai eu à connaître tous les attentats que la France a subis depuis les années 70.
 
Cependant, il en est un qui me concerne particulièrement.
 
Je travaillais avec mon ouvrier dans la cour intérieure d’un immeuble rue Gay-Lussac. Nous avions fini la journée ce 25 juillet 1995. Nous nous lavons, nous nous changeons et sommes prêts à partir…
 
J’étais en train de ranger les outils dans la fourgonnette. Mon ouvrier, Jean Claude, me dit qu’il est pressé et qu’il irait plus vite en prenant le métro à Saint Michel…
 
D’habitude je le ramenais souvent chez lui…
Je me dis que vu le monde qu’il y avait dans Paris, à cause des touristes, il aurait du mal à circuler, mais que par contre les routes pour sortir de Paris devraient être très fluides, après tout, c’est les vacances…
 
Je monte dans ma fourgonnette et je m’élance à sa poursuite…
Je le rejoins et je lui explique mon idée… Il change donc d’avis et monte dans le véhicule…
 
Je fais demi-tour, direction le jardin des plantes… La radio est allumée comme toujours…
 
Flash spécial : L’attentat vient d’avoir lieu à la station Saint Michel…
 
Les heures correspondaient : 17h30, c'est-à-dire cinq minutes après que Jean Claude ait changé d’avis. J’ai arrêté la camionnette sur un trottoir quai d’Austerlitz (dans ce temps là, on pouvait encore à certains endroits). Puis ce fut l’explosion de joie. Jean Claude m’a serré chaleureusement la main et remercié de lui avoir "sauvé" la vie…
Nous étions tous deux contents comme des gamins, avant d'avoir un peu honte de nous réjouir car il y avait des victimes, qui n'avaient pas eu cette chance...
 
Le lendemain matin, il m’a serré dans les bras et embrassé sur les deux joues…
 
Un hasard qui a bien fait les choses, en somme… Mais pas pour tout le monde…
 
Le malheur des uns…

Posté par zalandeau à 09:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2018

Histoire de France - La panne de l'ascenseur social

Ecrit le 2 juin 2016
Il est  bien certain que l'égalité, dans l'idée de beaucoup de Français, est prise dans son sens pécuniaire.
Je sais bien qu'il s'agissait tout d'abord, dans l’esprit révolutionnaire, d'une égalité devant la loi.
 

GSM

Outre que cette égalité devant la loi n'est pas franchement avérée actuellement, parce que certains magistrats jugent avec une optique idéologique : jugements trop sévères ou trop laxistes, il y a l'inapplication des peines partielles ou totale. Même en matière d'affaires non délinquantes, une décision de justice (dommage et intérêt, pension alimentaire, etc...) est la plupart du temps inexécutée faute de moyens.
 
Alors ces constatations étant posées, il est bien évident que la justice est davantage du coté de ceux qui ont les moyens de payer des avocats, des huissiers, des conseils juridiques.
 
En ce qui concerne le reste de la vie des citoyens, elle est aussi décrite dans notre constitution, en termes d'égalité d'accès et de suffisance de moyens.
 
La période qui vient de s'achever, marque bien que les Français percevaient bien un net recul de nos droits en termes d'éducation, de santé, de travail, de retraite ou même d'assistanat des plus pauvres. Ils ont bien vu la mise en place d'un système à deux vitesses, synonyme d'un retour aux privilèges de l'ancien régime...
 
Par voie de conséquence, les Français sans le savoir, ont raison : L'égalité pécuniaire serait un vecteur d'égalité totale, y compris judiciaire... Ce n'est pas réciproque, bien sur. Car la justice peut être injuste du fait de celui qui juge, ou du fait de la loi. Là encore, il y a à réorganiser le système humain des tribunaux, afin d’éviter les abus de pouvoirs judiciaires et pour ce qui est des lois, le "peuple", devrait pouvoir s'opposer à celles qui sont injustes!
 
Car franchement, peut-il y avoir une réelle liberté sans justice ? Peut-il y avoir une réelle fraternité sans justice ?
 
Comme on le voit les trois termes de la devise de notre république «  LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ », sont intimement liés.
Ce qui prouve que ces mots ont été mûrement réfléchis et c'est peut-être cette devise qui devrait guider nos gouvernements, autant si ce n'est plus, que le seul respect de la constitution...

Posté par zalandeau à 09:23 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


08 février 2018

2040, les bas instincts

GSM

Comment parvenir à rejoindre ma famille ?
 
Je rassemble mes forces et mes affaires, je me lève… Je regarde longuement de chaque coté des ruines où je suis en m’aidant de la lunette infra rouge de mon arme. Rien, du moins apparemment.
 
Je ne pourrai bientôt plus me servir de la fonction infrarouge faute de batterie. Nous allons tous perdre l’avantage que la technologie nous procurait. La suite de la guerre sera une suite de duel à un contre vingt. Autant dire que notre fin est proche…
..........
Je trottine courbé, avec mon arme à deux mains. Il me faut éviter tout contact avec les soldats de l’Axe.
 
Je passe la nuit à éviter toute zone éclairée, que ce soit des incendies ou des campements. Le contournement de ces zones me fait faire beaucoup de chemin pour ne guère avancer. Je suis obligé de ramper très souvent.
Je ne connais plus l’heure depuis que j’ai cassé ma montre, il y a un mois.
 
Je marche en progressant d’obstacle en obstacle. Je n’en peux plus…
Cela doit bien faire deux heures que je ne rencontre que des villages en feu. Je les contourne avec moins de précaution. Je pense avoir passé les lignes ennemies.
 
Je fais la jonction avec nos lignes au petit matin, non sans avoir échangé quelques rafales par méprise réciproque, avant que mon identité soit reconnue.
 
Triste spectacle que ces soldats dépenaillés, sales, hirsutes et hagards. Je pense que mon aspect doit être semblable. La troupe qui est là, est composée des restes d’unités décimées de différentes nationalités.
 
Je demande des munitions à la cantonade « Do you have ammunitions five fifty six ? ».
 
Un Oberleutnant Allemand me désigne un petit bâtiment. Je me dirige vers la porte dont je tourne la poignée…
 
Le temps que mes yeux s’accommodent à la pénombre et je vois des soldats à l’uniforme russe violer à plusieurs une femme bâillonnée qu’ils maintiennent. Je crie d’arrêter et je m’approche de celui qui a son pantalon sur les pieds. Je l’assomme d'un coup de crosse…
 
Je reçois ensuite la trempe de ma vie…
 
Plusieurs heures après je reprends connaissance dans l’hôpital de campagne. Mes cocards m’empêchent de voir clair et j’ai des pansements…
 
J’apprends que j’ai eu tort d’intervenir et qu’il faut laisser nos alliés s’amuser un peu…
 
Ainsi, ils ne valent pas mieux que les autres, que ceux d'en face…
Après avoir mangé avec difficulté, récupéré mon arme et des munitions, je m’en vais en catimini et surtout sans prendre congé, en profitant d’une alerte aérienne. Je suis affaibli et dégoûté …
 
Qu’ils aillent tous se faire foutre !
 

Posté par zalandeau à 09:41 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2018

Mémoires et radotages (47) – CGT, voyous

GSMEcrit le 23 mai 2016

La ‘débandade CGTiste’, ai-je dit précédemment… dans le cadre de sa capacité à mobiliser les gens… Il est vrai qu’au sujet de cette loi, ils veulent aller jusqu’au bout, c'est-à-dire jusqu’à l’abrogation totale de la loi… C'est-à-dire ne rien changer… l’immobilisme… au lieu de proposer autre chose... Ah si ! Ils proposent les 32 heures ! N'importe quoi, ces débiles mentaux ! Ils proposeraient de l'essence pour éteindre le feu !  Ils sont jusqu’au-boutistes et cela est très mal perçu par nombre de leurs sympathisants…
 
J’ai d’ailleurs évoqué leur affiche anti-flic, de très mauvais goût, qui les rend suspect d’extrémisme syndical…
 
Par contre, il n’y a pas de débandade quand il s’agit pour cette centrale de bloquer des dépôts de carburants, d’empêcher la circulation et l’approvisionnement… Evidemment, ce sont les seuls encartés purs et durs qui, en groupuscules bloquent ces établissements, sans avoir recours aux sympathisants… Cette attitude de prise en otage des usagers par une minorité, relève plus de procédés de voyous que de défense des salariés…
 
Qu’ils aillent bloquer les ministères, Matignon, l’Élysée… ou ce qu’ils veulent, à condition qu’ils s’en prennent à ceux qui leur font du mal… Beaucoup de gens, n'approuvant pas cette loi, seraient prêts à les soutenir... Mais pas dans des conditions pareilles ! Comment croire qu’ils veuillent défendre une grande partie des Français, quand ils les emmerdent pareillement ?
 
C’est pourquoi je n’ai jamais pu saquer la Confédération Générale Terroriste…

Posté par zalandeau à 09:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2018

Mémoires et radotages (160) – Les impôts de l’ère Macron

GSM

Ecrit le 02 février 2018.
 
Une nouvelle taxe sur le tabac, deux sur l’exploration d’hydrocarbures et de gîtes géothermiques, une autre sur les plus values immobilières des offices HLM, encore une pour les fabricants de papier, etc… Et bien sûr, le fameux impôt sur la fortune immobilière, qui a remplacé celui sur la fortune…
Au total, huit prélèvements ont été créés depuis l’élection de Macron, soit presque un par mois.
Bien que Édouard Philippe jure ne jamais compenser une retentissante disparition par une discrète création, deux nouvelles contributions sur l’impôt sur les sociétés des grandes entreprises ont été instaurées pour amortir en fait, la suppression de la taxe de 3% sur les dividendes.
 
Il en est de même au niveau local ! Ce n’est pas parce que Macron réjouit le petit peuple par sa réduction progressive jusqu’à disparition partielle de la taxe d’habitation, soit disant en compensation de l’augmentation de CSG, que les choses vont en rester là !
 
Depuis des mois on se dit que les collectivités locales devront faire des coupes drastiques dans leurs dépenses… Que nenni !
 
Il suffit par exemple (c'est en cours) :
-D’augmenter la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) très substantiellement… (C'est en cours)
-De créer de nouveaux impôts…
Le législateur a récemment inventé la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), qui a la particularité d’être financée par une taxe dédiée. De nombreuses collectivités en France ont pris cette compétence et dès 2018, conformément à l’article 1 530 bis du code général des impôts, elles peuvent  instaurer et percevoir une taxe visant, selon l’article L.211-7 du code de l’environnement, à créer un bassin hydrographique, ou aménager des cours d’eau, ou prévenir les risques d’inondations ou protéger les zones humides…
Le législateur considérant que les effets des inondations peuvent concerner chacun d’entre nous, assujettira même les communes n’ayant aucun problème d’inondation puisqu’elles font partie de la communauté de communes… Une centaine d’euros par an et par propriétaire, c’est toujours ça de pris ! Il suffit qu’une seule maison soit inondée pour justifier la taxe, ou bien de raconter qu'une zone humide est protégée !
 
Il faut que le contribuable se rassure, il a échappé au pire :
La loi sur l’eau avait instauré la possibilité pour les collectivités locales une taxe sur l’eau de pluie qui devait faire payer aux propriétaires jusqu’à 1 euro par mètre carré de couverture et de zone imperméabilisée (toiture, terrasse, etc.). Très peu utilisée, cette taxe a été abandonnée. Peut-elle ressurgir un jour, éventuellement sos une autre forme, par exemple les cabanes de jardins qui, bien qu'elles ne nécessitent pas de permis de construire, font l'objet d'une déclaration en Mairie ?
 
Mais, ce n’est que le début ! La réflexion est en marche
 
A quand le rétablissement de l’impôt sur les portes et fenêtres abandonné en 1926 ?
Et la réactivation de la taille et de la Gabelle, c’est pour quand ?
Pourquoi pas un impôt sur l’air respiré, qui serait modulé suivant la pureté de l’air ?
 
L’imagination de nos politiciens est sans bornes lorsqu’il s’agit d’aller chercher l’argent dans les poches du contribuable. Nul doute que la suppression partielle de la taxe d’Habitation sera largement compensée par tous les impôts nouveaux qui vont bientôt poindre à l’horizon…

Posté par zalandeau à 09:24 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

05 février 2018

Mémoires et radotages (48) – Les casseurs et le pouvoir, Valls

GSMEcrit le 30 mai 2016

NDLA : En ce temps là le gouvernement était libéral-socialiste...

 

Ce gouvernement, n’est pas différent de tous ceux que nous avons eu de tous temps… La manipulation est une arme plus efficace, que la probité candide !
Selon Valls, concernant les casseurs, on n’a pas affaire à un groupe constitué…
 
C’est vrai et c’est pas vrai !
 
Disons qu’il y a une nébuleuse de casseurs d’extrème gauche, de toutes motivations et dont le point commun est de vouloir casser du flic ! Certains en plus, veulent démonter la société, certains veulent établir un néo marxisme, d’autres, l’anarchie, etc…
Mais il y a quand même parmi eux, des groupes constitués… Et en particulier, l’un d’entre eux une certaine « action antifasciste » est présente… Mais les propos de Valls montrent à l’évidence, que la dissolution de cette organisation n’est absolument pas envisagée…
 
Et pourquoi les dissoudrait-ils ? Après tout, le bénéfice de dé-crédibilisation des manifestations, le détournement de l’attention des Français, vaut largement de laisser prospérer les méfaits de ces petits extrémistes pervers…
 
D’ailleurs, n’en a-t-on pas relâché 3 sur 4 ? Il joue avec le feu le Valls ! Quand se brûlera-t-il les doigts ?
 
J’avais déjà signalé que les attentats étaient du pain béni, pour rassembler les Français en leur faisant « oublier » momentanément les problèmes sociaux inextricables dans lequel le pouvoir nous plonge avec délectation.
Mais bon ! N’ayant pas de djihadistes sous la main, quoi de mieux que des groupuscules d’extrême gauche, moins sanguinaire, mais de violence suffisamment spectaculaire pour casser le mouvement social ?
 
Nous vivons une époque, où état, syndicats, islamistes, casseurs, grévistes, prennent les Français en otages…
 
Démocratie ? Liberté ? Fraternité ? Egalité ? Que sont tous ces mots ?... De simples souvenirs...
 
En tous cas, ce gouvernement a des méthodes de voyou…

Posté par zalandeau à 09:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2018

Je vous prie

GSMNDLA : Ce n'est que de la fiction...

Même la nature n'a plus le goût du printemps. Le froid désert glacé  de l'amour qui s'enfuit, me laisse un goût amer, je suis vide au dedans.
Aimer est un puits noir où l'on tombe sans fin. Et mes veines qui saignent à la mourante vie, terrorisent mon cœur pour un nouveau matin. Il me faut réapprendre la cuirasse d'acier, qui me protégera de l'amour et d'aimer. Ô toi, Seigneur tu m'as tant donné ! Neuf semaines de joie intense et de bonheur. Pourquoi ta volonté est-elle, de m'enlever matin, ce que tu m'as donné ? Me faut-il à présent retourner au malheur, qui me poursuit sans cesse, est-ce donc mon destin ?
Les souffrances qui me rongent, je les avais bien oubliées. Je croyais, pour toujours le bonheur ineffable, mais je m'étais trompé, ce n'était qu'une fable.
 
Mon Dieu, je vous prie, oui, je suis égoïste. Ramenez mon amour, la vie ne m'est plus rien. Je ne veux plus jamais être un équilibriste, entre la vie et la mort, entre rien et puis rien...
 

La compagne et amie, qui faisait mes beaux jours, mon Dieu rendez-la moi, j'ai faim de son amour.

 

Posté par zalandeau à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :