16 avril 2018

Afghanistan, quand est-ce qu’on se barre ?

GSM

Écrit le mardi 24 août 2010
 
NDLA : J’avais assez exprimé mon opinion à ce sujet et n’avais pas envie de réexpliquer ma vision du problème Afghan… 
 
Quoi qu’il en soit, il y a des voix qui commencent à s'élever pour dire « on ne gagnera jamais » (ce que j’ai toujours dit)…
 
De toute façon on partira ! Alors pourquoi pas maintenant ?
 
Avec tout l’argent que nous dépensons là-bas sur la base d’une politique militaire obsolète, nous pourrions fort bien financer une prévention anti-terroriste beaucoup plus efficace à l’échelon de l’environnement immédiat d’Al Qaïda, jusques aux portes de nos concitoyens…
 
Nous ne savons pas lutter efficacement, car nous refusons d’appliquer les techniques de guerre subversives enseignées dans nos armées modernes.
Tout se passe aujourd’hui, à l’échelon occidental, comme cela s’est produit avec l’état-major Français en 1940 : Nous sommes en retard d’une guerre ! Nous avons découvert la technique, mais nous la dédaignons, comme nous avions jadis dédaigné la stratégie de l’arme blindée…
 
Puisque nous sommes si cons, rentrons chez nous et protégeons dynamiquement nos ressortissants et nos peuples de la barbarie, car elle va se déchainer en représailles des humiliations subies de la part de ceux qu'ils considèrent comme des envahisseurs, des impérialistes… Les barbares se réformeront, eux-mêmes, avec le temps… Mais pour qu’ils y parviennent, il faut les laisser prendre leur destin en mains…
 
Alors, barrons-nous ! 
 
NDLA : Je supputais déjà les exagérations qui pourraient arriver en réaction à nos politiques d'occidentaux bornés... Allons-nous enfin être pragmatiques et fins stratèges et retrouver les bonnes vieilles méthodes d'infiltration et de renseignement, ainsi que les procédures d'éradications radicales nécessaires à traiter le djihadisme ? Nous avions 4000 hommes en 2010, puis en 2012, nous ne disposions plus de force de combat. Notre retrait a été enfin effectif fin 2014... (Sauf les... on ne va pas le dire)...
Nous avons eu 89 morts et 700 blessés !

Posté par zalandeau à 09:40 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,


15 avril 2018

Ce qui arrive lorsque vous mangez 2 bananes par jour pendant une semaine !

 

GSM

Ce qui arrive lorsque vous mangez 2 bananes par jour pendant un mois !

 

Alors ? Mangeons de la banane !

Mais pour les diabètiques... tâchez de ne manger qu'une demi banane par jour... !

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

14 avril 2018

Mes chers fils…

GSM

Écrit le 18 juillet 2011
 
Souvenez-vous que je vous aime et que vous êtes ceux que j'ai aimés le plus dans ma vie...
 
Mais dans la vie tout ne se déroule pas suivant l'ordre naturel des choses...
 
Je croyais avoir fondé une famille avec une femme et des enfants que l'on fait et qu'on élève...
 
En fait mon couple est un trio, avec votre grand-mère... Ma femme est polygame…
 
Je pensais enfin pouvoir vivre un peu avec votre mère, maintenant que vous êtes grands...
Mais la belle-doche (et pourquoi dire belle ???), disons, la moche-doche nous empêche de vivre... Enfin, mettons que cela ne gêne pas votre mère, puisqu'elle est déjà l'esclave des 8 chats de sa mère, des chats de sa sœur, de ses deux sœurs, de la voisine, alors pourquoi pas être la boniche de sa mère, après tout ?
 
Mais si ça lui plait, moi, pas du tout ! Il n'y a aucun avenir pour moi ! Seulement un grand trou noir sans fond...
Et cette vieille bique, n'a même pas l'amour-propre de voir qu'elle gêne et brise mon couple ! Elle prive Nono de chambre à coucher, qui dort dans notre chambre à 19 ans... Elle a une baraque et trotte comme un lapin, bref, elle pète la santé, malgré le cinéma qu'elle fait de petite vieille qui a besoin de se faire servir comme un coq en pâte... Et elle OCCUPE ma maison ??? Les Boches sont partis en 44, alors fini l'occupation ! Qu'elle se casse !!!... Parce que si ça continue comme ça, quand elle cassera sa pipe, je serai dans un état de santé qui ne me permettra plus de profiter de la vie, ou même serais-je décédé avant cette squatteuse de longue durée, mais toujours écornifleuse de présence humaine constante alors qu'elle se porte comme un charme... Elle n'a qu'à prendre des aides ménagères, elle a du pognon, merde ! Jamais je ne pourrais partir en vacances avec votre mère, à cause ce cette vieille comédienne...
 
Je suis heureux d'avoir sacrifié ma vie pour vous mes enfants, mais pas ma retraite à cause de cette vieille saleté qui s'incruste comme un morbac dans les poils de couilles !
 
Ma femme ça lui plait, c'est sa mère... Elle préfère sa mère à moi. C'est son choix !
 
Moi ou votre grand-mère de merde est de trop dans MA maison qui sera VOTRE maison...
 
L'un ou l'autre partira bientôt dans l'au-delà, car je ne sais plus supporter cette situation...
 
N'hésitez pas à demander de l'argent à cette vieille p... pour terminer les études du petit... car il faudra bien qu'elle paye (si c'est elle qui reste), pour réparer le mal qu'elle aura fait...
 
Mais sachez que je vous aime pour toujours...
 
NDLA : Quelques jours après le texte ci-dessus, après plus de sept années de squattage, j'ai ordonné le départ pour le soir même de cette belle-doche de merde ! Ce qui fut fait ! Les voisins l'hébergèrent une nuit. Une des soeurs de mon épouse la pris pour un mois, mais dans des conditions proches du camp de concentration et ne chercha qu'à s'en débarrasser au plus vite en dégoûtant la vieille bique.
Enfin ma meuf lui trouva un petit deux pièces en face de l'hôpital...

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

13 avril 2018

Pauvres de nous (France 5 le 11 avril 2018)

En 2018, on estime qu'un Français sur 7 vit sous le seuil de pauvreté. Cela signifie se débrouiller avec moins de 1015 euros par mois. Matéo, 12 ans, raconte comment les colis alimentaires font partie de son quotidien. Sébastien, surdiplômé de 32 ans, a financé lui-même ses études. Sans-emploi, il vit avec moins de 7 euros par jour. Comme plus de 2 millions de Français, Erwan fait partie des travailleurs pauvres. Kiosquier à Paris, il frôle la précarité bien qu'il travaille plus de dix heures par jour. Isabelle, 54 ans, survit grâce au RSA. Marianne touche mensuellement 672 euros à 63 ans. Elle a pourtant travaillé plus de 35 ans. Ces personnes en marge témoignent, avec pudeur, entre révolte et résignation.

 

 

« Tu deviens quelqu’un qui à la limite baisse tout le temps les yeux. Et moi je ne veux plus les baisser ! Tout ce que je demande, c’est d’avoir une usine qui me permette de faire mes sept heures, d’avoir un smic, je demande pas plus, d’avoir un smic pour avancer… »

 

Sire, descendez de l’Olympe et venez voir ce reportage, afin que vous puissiez enfin regarder ces Français que vous méprisez tant ! Ce n’est pas du chômage, mais du travail que veulent les petites gens de France que vous devriez respecter davantage dans vos choix de société ultra libéraux !

Posté par zalandeau à 08:31 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2018

Mémoires et radotages (167) – Vous avez dit Musulman ? Connais pas !

GSM

Ecrit le 8 avril 2018
 
Souvenirs…
 
Dans les années 82 à 86, Dans le service où je travaillais, j’avais un ouvrier Marocain nommé Kaya… Il travaillait vite et bien… Nous nous entendions merveilleusement bien. D’ailleurs il préférait de beaucoup travailler dans mes équipes que dans celles de mes collègues… Quand je lui offrais un verre au bistrot, il prenait de la limonade.
 
Parmi nos sous-traitants, il y avait un Mohammed Ben Slimane… Gentil comme tout, le cœur sur la main, nous le surnommions la ‘pompe à bière’… Il refusait tout chantier s’il n’y avait pas au moins un bistrot à proximité… Et il n’éclusait que de la bière du matin jusqu’au soir. Mais entre deux allers et venues, il bossait dur et ses ouvriers aussi…
 
Dans les années 87 à 91, une partie du personnel de la boite où je travaillais, mangeait le midi dans un petit restau de quartier à Vitry sur Seine… Le patron que nous appelions « Momo », se prénommait en fait Mohammed. Il nous racontait des vannes avec son accent de Titi Parisien, tout en sirotant un apéro avec ses clients. Instruit, d’origine Marocaine, mariée avec une Française, il avait vraiment une attitude de parfait gentleman… Le chômage dans l’informatique l’avait amené à se mettre à son compte dans la blanquette de veau et le jambon persillé… J’éprouvais beaucoup de sympathie pour cet homme.
 
Dans les années 97 à 99, j’avais embauché mon ami Michel… Un jour je l’invite dans un bistrot de routiers à Bonneuil… On y dégustait un couscous maison délicieux… Les clients le sollicitaient « Momo » par ci, « Momo » par là… Quand ce dernier vint à notre table, mon ami et subordonné Michel lui demanda : « Momo ? Je parie que vous vous appelez Maurice ? »… Grand éclat de rire général… C’était ‘Mohammed’ bien sûr ! Que Michel était naïf… Il n’était jamais sorti de son cocon et ne savait pas que le premier fils d’une famille musulmane est souvent prénommé ‘Mohammed’ et pourtant il baignait dans le monde du bâtiment depuis si longtemps… Pourtant, cela se voyait et s’entendait que le gars avait peu de chance de s’appeler Maurice…
 
En 95 ou 96, j’ai fait un chantier dans le couvent des Carmélites derrière le sacré cœur. J’avais avec moi, un intérimaire Malien et musulman bien sûr…
Tous les midis la sœur supérieure nous invitait à manger dans une salle de réfectoire réservée à cet effet… Un jour elle offrit du fromage, genre cantal… Le Malien me demanda dans le tuyau de l’oreille si ce n’était pas du Hallouf ! J’eu bien du mal à lui expliquer que ce n’était pas de la viande et que c’était fait avec du lait de vache… Vache étant un mot inconnu de lui, j’essayais avec ‘zébu’ puis avec ‘buffle’ : Visiblement le lait de leurs bufflonnes était consommé d’autres manières qu’en Fromage comme nous le faisons chez nous… Mais il finit par comprendre et par consommer de ce fromage qui était, disait-il ‘très bon’…
Un jour, sur une terrasse sur laquelle donnaient les fenêtres d’une salle… Mon Malien (dont je ne me souviens décidément plus le nom), regarde avec insistance, une fidèle agenouillée sur un prie-Dieu, face à la sœur supérieure… Quand je m’aperçus du manège je lui ai dit de cesser de regarder ainsi, c’était une curiosité impolie ! Il me demanda alors « Mais la dame, là (désignant la sœur), ce n’est pas un Marabout ? »… Je tentais alors de lui expliquer qui, quoi, comment et pourquoi… Cela le rassura…
Nous rigolions beaucoup et assez souvent…
Par exemple , une fois, en sortant de table et sorti dehors, il rote et dit « Abdulla »… Bien , bien, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd !… Alors comme j’étais aussi farceur que lui… Quand nous fûmes remontés sur la terrasse et qu’il était accroupi pour faire son travail, le passais devant lui, lui tournant le dos… Je pétais bien fort et de façon à lui faire profiter de l’odeur et je lui dis tout de go : « Abdulla »… Il se mit à éclater d’un rire qui ne semblait jamais devoir finir et puis tenta de m’expliquer entre deux bouffées de rire, que « Abdulla », c’était pas avec « PRRRT », mais avec « RRRRR »… Ce que je savais fort bien mais je n’avais pas pu résister…
 
Combien de dizaines d’autres anecdotes d’une époque où on ne parlait ni d’islam, ni de dogme et où l’origine des gens n’avait aucune importance… Il n’y avait aucune haine, aucune acrimonie. Seuls le travail, la bonne humeur et la grosse déconne étaient un langage international permettant la communication et la compréhension entre les hommes…

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


11 avril 2018

738 Le castel de Montlhéry

GSM

Sur son éperon en grès, le plus élevé de toute la région, se dressoit la magnifique Tour de Montlhéry, étonnante et authentique tour de guet.
A l'époque Carolingienne, la butte emergeoit d'un terrain à l'entour couvert d'une forest dense.
Surplombant roidement le petit rue nommé "La Salemouille", afluent de l'Orge, du haut de l'ouvrage les sentinelles surveyoient la route de Paris à Orléans située au flanc occidental...
 
En l'an 768 de l'ère chrétienne, le Roy, Pépin dit "le Bref", de la dynastie Carolingienne, accordoit les terres de "Mons Aetricus", également nommé "Mons Lectericus", à l'abbaye de Saint-Denis.
(Le nom varia au cours des siècles, puisque le lieu devint "Mons Lethericus" puis "Mons Lehericus" en l'an 1146).
 
L'Evesque de Paris céda ce lieu inintéressant pour le clergé, à moult Chevaliers qui furent ses feudataires.
 
Le premier par nous connu, fut le Chevalier Thibaut Filans Toupas, nommé ainsi à cause de sa longue chevelure blonde. Principal Baron du Roy Hugues Capet puis de Robert II, il étoit le seigneur de Braye et de Mons Lectericus.

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2018

Mémoires et radotages (166) – Nos institutions sont elles démocratiques ?

GSM

Écrit le 06/04/2018

 

Je cite un blogueur (Trublion) :

 
http://trublion.eklablog.com/est-il-normal-en-democratie-a141447122
 
« Est-il normal en démocratie, qu' un président élu avec une minorité de voix, dispose d' une majorité écrasante à l' assemblée ?
Comment peut on prétendre représenter le peuple quand les courants politiques ne sont pas représentés, ou n'ont aucun  pouvoir !
La  seule solution serait théoriquement la proportionnelle intégrale, qui respecterait les votes des français !
Mais on se doute que les partis majoritaires ne veulent pas en entendre parler ! »
……….
Il est vrai que la proportionnelle serait bien plus démocratique.
Mais ce serait revenir à l'instabilité de la IVème république. Ce dont de Gaulle ne voulait pas...
Et c'est ce qu'on peut reprocher au grand homme : Ce qui était bon à son époque (Où lui seul avait plus de 50% sur son nom) fonctionnait bien, mais ce n’est plus bon du tout, lorsque l'on a des candidats tous largement minoritaires, puisque l’opinion des Français n’est plus représentée après le deuxième tour des présidentielles.
L'exemple allemand, montre que pendant des mois la chancelière a été hors circuit : Il y avait vacance du pouvoir... Mais les députés Allemands ont fini par réussir à former une coalition... Serait-ce possible en France ? Quand on voit la 4ème république, il est très légitime de penser que même à l’époque actuelle nous reproduirions les mêmes comportements que nous avions eus avant 1958... Alors comment avoir une représentation proportionnelle sans avoir de crise du pouvoir toutes les 10 minutes ? Le référendum était un outil Gaullien qui permettait de surseoir à ce genre de crise... Mais il n'est pas utilisable pour tout (Pour les impôts par exemple, les français diraient NON à chaque augmentation, même justifiée)...
 
Personnellement, je milite pour transformer le mandat présidentiel, qui est un véritable chèque en blanc de 5 ans et donc une véritable escroquerie, en un mandat conditionnel, avec des référendums périodiques qui permettraient aux électeurs de foutre à la porte en cours de mandat, un président qui ne respecterait pas ses promesses. Celui-ci, pour comparer au monde du travail, serait donc continuellement en période d'essai…
 
Ipso facto, cela implique que son programme électoral soit clair, sans mensonge, car celui-ci serait bien évidemment une pièce contractuelle du mandat du président élu…
 
Cela permettrait que le président soit élu avec davantage de confiance, sachant qu’en cas de trahison, le peuple pourra lui retirer son quitus. Cela limiterait également le nombre de vocations attirées seulement par l'appât du gain au lieu de l'intérêt supérieur de la nation…
 
Quant aux députés ? Je pense qu’il faut faire pareil… A condition bien entendu de savoir comment chacun d’entre eux a voté sur chaque loi… Si le député trahit notre confiance en jouant un jeu politicien au lieu de représenter strictement ses électeurs, il faut que la loi permette à ces derniers de destituer leur député, périodiquement…
 
Une telle épée de Damoclès sur les têtes de nos représentants permettrait une bien meilleure tenue de ceux-ci et surtout exigerait une plus grande transparence de leurs actes et de leurs comportements…
 
Il y a probablement d’autres solutions variantes et je suis preneur…
 
A quand une nouvelle république ?

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

09 avril 2018

Clair et sans détour

GSM

Clair et sans detour

Cela se passe de commentaire

Posté par zalandeau à 09:45 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

08 avril 2018

Scène ordinaire

GSM

C'était le dimanche 16 mai 2010, vers 13 heures et quelques...

 

Non il ne s’agit pas de la cène avec les apôtres et leur chef, le jeune barbu tout maigre… Non ! Il s’agit plutôt d’une scène que je qualifierai de folie ordinaire.
 
J’étais en train d’ouvrir mon blog… Elle était derrière moi depuis combien de temps ? Je ne l’avais pas entendue entrer… Ce n’est que quand elle me parle que je sursaute et prends conscience de sa présente
 
-          Elle : Pour Kiki, il faut qu’il déclare le salaire qu’il a gagné en cueillant le muguet ?
-          Moi : Ah, tu es là ? Ben… oui !
-          C’est pour la CAF, pour qu’ils en tiennent compte pour calculer son RSA !
-          Ben oui !
-          Ah t’étais encore avec Melody Gardot ?
-          Comment ça ?
-          Sur ton écran !
-          C’est l’entête de mon blog ! Je lui fais de la pub !
-          Ah ! Oui elle compte plus que nous !
-           ??? N’importe quoi…
-          Il faut qu’il déclare ce qu’il a touché net ?
-          Je ne sais pas. C’est marqué sur l’imprimé : Montant brut, ou montant imposable ou montant net !
-          Il va pas déclarer plus qu’il a touché. Il faut qu’il mette le net ?
-          C’est marqué sur l’imprimé : Montant brut, ou montant imposable ou montant net !
-          Ca va pas non ? Il va pas déclarer plus qu’il a touché. Il faut qu’il mette le net !
-          Sur l’imprimé, la nature du montant à déclarer est certainement marquée « Brut, imposable, ou nette » !
-          Il va pas déclarer de l’argent qu’il n’a pas touché. Le RSA c’est du net, la paye aussi.
-          Il doit remplir selon ce qui est demandé. Si on lui demande le montant brut, il doit mettre le brut. Si on lui demande le montant imposable, il doit mettre le montant imposable. Si on lui demande ne montant net, il doit mettre le net.
-          Comment il va le savoir ?
-          Parce que ce sera marqué sur son imprimé !
-          Et si ce n’est pas marqué sur l’imprimé ?
-          Et bien il leurs téléphone et il leur demande… Mais ça sera marqué. Un salaire ça ne se déclare jamais net de toute façon !
-          Mais il ne peut pas le savoir !
-          C’est lui qui a l’imprimé !
-          Oui mais c’est pas marqué !
-          Qu’est-ce que tu en sais ? Il te l’a dit ?
-          Non, mais il ne saura pas !
-          Pourquoi ? Il ne sait pas lire ? Il a 27 ans, le Kikson !
-          Il ne va pas déclarer le brut, quand même !
-          Il déclarera le brut, l’imposable ou le net, suivant ce qui lui est demandé !
-          Ah ! Tu te fous de nous et de ton fils ! Tu préfères tchatter avec Melody Gardot !
 
Moi, pendant ce temps là, la moutarde me monte au nez
Puis elle tourne les talons l’air rageur !
J’éclate, en élevant la voix de plus en plus, afin qu’elle m’entende pendant qu’elle sort du sous-sol :
 
-         Putain ! Mais c’est pourtant clair ce que je dis ! Je parle Français, Merde ! Ecoute-ce que je dis, au lieu de me balancer ta jalousie et la même question, bordel !
      T’es vraiment pas bien de la têteT’es complètement con et cinglée ! Cinglée ! Cinglée !
 
Elle revient (elle était restée cachée dans le garage pour écouter)…
 
-          Je suis pas partie ! J’ai tout entendu ! La cinglée elle se mariera pas avec toi ! Va la retrouver ta Gardot ! Et j’irais chez ma mère ! Reste avec tes poufiasses sur internet !
 
Je me lève et vais vers elle.
 
-          Je t’ai répondu 10 fois à ta question de merde ! Tu n’écoute pas et me balance ta haine. Oui tu es cinglée ! C’est dans un hopital psychiatrique que tu devrais être ! Fous le camp et surtout n’oublie pas ta mère ! Emporte-la !
-          Ouaf, ouaf, bla bla bla, ouaf ouaf grrrr
-          Tu me fais chier ! Fous-moi le camp !
 
Je claque la porte de mon bureau. Elle la rouvre, en même temps que sa gueule :
 
-          Ouaf, ouaf, bla bla bla, ouaf ouaf grrrr
-          T’es pas barrée ? Casse-toi !
 
Bilan : Tension à 18, pouls à 120…
 
Un jour, elle y arrivera ! (A me faire crever d'un coup de sang)...
 
Bon… La trêve aura été de courte durée… Ambiance, ambiance… Et si j’allais me faire un petit Macdo, pour voir ? Je sais bien, j’aime pas trop c’te bouffe… Macdo un dimanche… Tristounet… Mais ça sera surement mille fois moins sinistre…
 
Bonne journée à tous les ceusses qui se rassurent en me lisant et qui se disent « Ouf ! J’ai un meilleur dimanche que lui, ce pauvre con ! »…

Posté par zalandeau à 09:43 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

07 avril 2018

Pas de squatteuse dans MA maison !!!

GSM

Écrit le 13 mai 2011.
 
J'ai une invitée non désirée par moi à mon mariage demain...
J'ai demandé à mon fils comment on pourrait être, au moins sur quelques photos à cinq, sans la vieille bouque... Il l'a mal pris et sa mère aussi...
Putain ! Je tolère cette vieille squatter, OK ! Mais j'ai bien le droit d'avoir quelques photos sans elle, afin d'avoir au moins un bon souvenir de MON mariage, Merde ! Si je dois avoir cette saloperie sur toutes mes photos, je les brûle. Bordel !
Ambiance, ambiance... C'est leur mère et grand-mère, ils l'aiment, je le comprends fort bien ! Mais qu'on m'impose sa présence sur toutes les photos, NON, NON et NON ! Fait chier !
Supposons que ma "fiancée" me dise "je ne me marie plus"... Admettons, vu l'ambiance électrique... Et bien la vieille bouque hors de chez moi. Dès lundi je la benne chez elle et si ma future ex-fiancée reste avec elle et bien tant pis !
Si je voulais me marier c'était pour la protéger elle, pas pour qu'elle vienne avec ses ascendants qui s'accrochent comme des morpions dans les poils du pubis !!!
Plein le cul ! Ma nuit de noce à Cabourg, j'irais la passer tout seul à Cabourg, histoire de ne pas gaspiller une fortune pour rien !!!
Maintenant, c'est à eux de voir, cette bande qui a un mauvais père, mauvais fiancé et mauvais gendre !!! Je suis chez moi ! Je les emmerde !

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :