06 mars 2017

Mémoires et radotages (94) – Le faux suffrage universel de 2017

GSM

Dans quel monde nous vivons en cette période préélectorale de 2017 ? Certains diraient atmosphère de révolution, de guerre civile… Non, pas du tout ! Mais c’est la première fois de ma vie, hormis les troubles politiques de 1956 et 1958, que je vois le paysage politique de mon pays dans une aussi mauvaise posture… Pourtant, il fallait bien se douter que la gigantesque escroquerie d’une fausse construction européenne, organisée par les puissances de l’argent et de leurs complices, finirait par créer un mécontentement important. Il fallait aussi se douter que les vannes grandes ouvertes à la permissivité et au laxisme, permettraient l’apparition de toutes ces affaires de corruption, de triche, d’attribution de droits indus, de privilèges et de biens mal acquis !
 
Les mécontentements successifs ont fortement influé sur l’opinion publique… Au point de modeler une nouvelle proportion entre ceux qui vivent du système ou par le système et ceux qui, totalement exclus sont condamnés à une régression sociale sans précédent.
 
Le gros problème actuel, c’est l’intervention du judiciaire et des médias dans le débat politique. Non pas en exprimant des idées, mais en influençant l’opinion publique et en essayant de fausser l’élection présidentielle.
 
Ils ont deux moyens à leur disposition :
-La publicité faite à certains candidats de leur choix, au détriment de ceux qui n’ont pas leur faveur (médias)
-La publication et la diffusion de scandales pour éliminer les candidats qu’ils n’aiment pas (médias et institution judiciaire)…
 
Que Marine et Fillon aient la justice sur le dos à cause des scandales accrochés à leurs basques, dans la mesure où ceux-ci sont avérés, quoi de plus normal ! Nul personnage politique ne doit échapper à la sanction d’une conduite malhonnête !
 
Mais quand même… Comme si les scandales révélés n’avaient pas pu l’être en 2015, ou même début 2016, avant le début des campagnes, avant les primaires ! Cela aurait permis d’éliminer les brebis galeuses, afin que nous ayons la chance que les candidats restant en lisse soient plus ou moins au-dessus de tous soupçons…
 
Mais la date ou le déclenchement de ces véritables hostilités ne peut plus passer pour de simples hasards. Cela est fomenté, tout simplement pour éliminer le vote en l’éparpillant, d’une très importante partie de la population, dont l’expression aurait été prépondérante.
 
Il y a volonté délibérer de fausser le scrutin !
 
Mais, concernant Fillon, il est lui-même complice de cet assassinat politique en ce sens que son obstination et ses contradictions successives font de lui un candidat au suicide complice de son assassinat, qui, comme dans la secte du Temple Solaire emporte dans la mort tout son clan… Les Républicains se sentent trahis, cocus, orphelins, divisés et éprouvent ainsi une très grande colère…
 
Les Français seraient quant à Marine Le Pen, plus tolérants, parce que les emplois rémunérés n’étaient pas fictifs, mais seulement inappropriés… De plus en utilisant de l’argent de Bruxelles à des fins hexagonales, elle est en droite ligne avec ses opinions quant à l’inutilité coûteuse de l’Union Européenne, ce que ses électeurs approuvent…
 
Mais pour Marine, le problème est encore bien plus vicieux que pour Fillon : Sa levée d’immunité parlementaire intervient pour une affaire de publication de documents visuels concernant la barbarie de Daesh. L’institution judiciaire feint d’ignorer le texte qui exhortait à lutter contre cette barbarie et fait semblant de considérer les faits comme une apologie de la barbarie… Dans ce cas, il faudrait mettre en examen les auteurs de films sur les camps d’exterminations nazis au motif que cela constituerait une incitation au génocide !
C’est n’importe quoi !
 
La politique a toujours engendré les coups bas. « Tous les coups sont permis », dit-on ! Mais pour cette fois, je crois que nous sommes arrivés à un point de sabotage des institutions et une manipulation des électeurs sans précédent !
 
Les médias et l’institution judiciaire (dont le parquet est toujours aux ordres du pouvoir actuel, malgré une loi inutile et inappliquée interdisant toute collusion), ne sont plus des contre-pouvoirs bénéfiques à la démocratie, mais un pouvoir réel et occulte, qui s’arroge le droit de priver le peuple du suffrage universel, en le sabotant !
 
Les résultats des élections de 2017, pourront-ils êtres considérés comme valides ? Je ne le crois pas !

Posté par zalandeau à 09:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


05 mars 2017

La maladie

GSM

On est toujours seul, face à la maladie, mais le pire peut-être, seul face à l'incompréhension des gens et seul face à notre incapacité de remettre les choses à leur place, nos actes et nos ressentis à leur place, notre vie à sa place; parce que l'on ne sait plus où est notre place, si même nous en avons encore une...
 
On n'a plus de certitude, on doute de tout et de soi-même. On n'admet pas d'être diminué, on ne s'admet plus. Parfois même on ne peut plus se supporter. Avant on surfait sur la vague et maintenant on se noie, on coule. Et malgré nos appels, personne n'entend...

Posté par zalandeau à 09:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2017

C'est quoi, l'excellence ?

GSM

La réflexion suivante découle d'un commentaire que je fis sur un blog...
 
Le tout est de se poser la question : Qu'est-ce que l'excellence ?
Le problème, c'est que ce n'est pas forcément la même chose pour soi que pour les autres (collègues, supérieurs, la société, les amis...)

Pour exceller dans la société environnante, il faut dès le début, adopter la vision de la société...

Je peux en parler savamment... Je ne l'ai jamais fait... et je vois où ça m'a mené... Pas bien loin...

Mais, à tout le moins, étant parti de rien pour arriver à pas grand chose, tout seul, je n'ai pas eu de "merci" à dire à personne...
 
Concrètement, très jeune, j'avais déterminé que l'excellence était située dans le travail que l'on m'avait confié et que je devais accomplir... C'est à dire qu'il me fallait tenter de faire du mieux possible...
 
Hélas, je n'avais pas compris que l'excellence n'était pas dans le "faire", mais dans le "être" et surtout dans le "paraître"...
L'obséquiosité vaut mieux que la compétence, le léchage de cul (de bottes pour les gens polis) vaut mieux que l'amélioration des marges, le management par la peur vaut mieux que l'optimisation par la participation...
 
Triste évolution de l'être qui se dit humain et qui entraine la société dans une régression moyenâgeuse funeste...

Posté par zalandeau à 09:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

03 mars 2017

I have a dream...

GSMEcrit en 2013.

 

I have a dream, en français "J'ai fait un rêve". Les Anglo-saxons ont un rêve, alors que nous, nous faisons un rêve...  Faire un rêve est plus fugace, plus ponctuel que d'avoir un rêve...
Moi, j'en ai eu des rêves, des rêves récurrents, comme des prophéties, comme des buts inéluctables qui  adviendraient forcément parce que je pensais qu'à un tel point de répétition ils ne pouvaient être que réalisés par le destin ou bien la volonté divine...
 
Mais, cela n'a pas été le cas.
 
Je me voyais ingénieur en chef à 50 ans, âge du summum de ma carrière et sans autre vie après. Je voyais mes enfants dans un avenir radieux, parce que je pourrai leur offrir le bénéfice de mes gênes, de l'éducation que je leur donnerai, des moyens financiers et des réseaux qui  leur ouvriraient des situations confortables.
 
Mais la réalité, c'est qu'il y a eu un après-cinquante ans. La réalité, c'est que j'ai "culminé", mais réellement végété à des postes d'ingénieur subalterne, petit chef de service qui refusait d'obéir aux standards du léchage de bottes et qui n'a pas voulu rentrer dans le moule. La réalité, c'est cette retraite, véritable prison pour le corps et pour l'esprit. La réalité, c'est des enfants qui n'ont pas de caractère, pas de travail, pas d'espoir, qui sont à ma charge alors que je n'ai plus les moyens financiers. La réalité est que je n'ai pas de réseau de connaissances haut placées qui m'auraient permis de "pistonner" mes gamins...
 
Oui, j'ai eu des rêves, beaucoup de rêves et bien d'autres concernant ma carrière militaire, que j'ai avortée simplement par de mauvais choix...
 
Avoir des rêves, cela ne veut pas dire les réaliser, ça veut dire espérer, surfer sur les vagues de la vie avec un espoir pour nous soutenir, pour nous aider à continuer la lutte. Mais cela n'a jamais impliqué que ces rêves se réaliseraient. Si nous l'avions su, nous aurions certainement arrêté le combat pour la vie (the struggle for life) bien avant de le commencer.
 
Je crois que mes enfants sont de cette catégorie : Ceux qui n'ont pas de rêve, pas d'espoir, pas d'avenir... Mais comment les blamer ?
 
NDLA : Depuuis, Toto a trouvé un boulot de merde... Nono est toujours en recherche

Posté par zalandeau à 09:34 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

02 mars 2017

NOTRE DEVOIR ET NOTRE HONNEUR

GSM

En tant qu'êtres humains, vivant sur cette petite orange bleue, nous avons le devoir sacré de venir en aide aux personnes en grande difficulté.
 
Pendant que l'ONU ergote sur un droit d'ingérence international et que l'UE nous oblige à accueillir des migrants dont nous ne voulons pas, nous en tant que citoyens de ce Pays fondateur des droits de l'homme, il est de notre honneur de faire notre possible afin que plus aucun Français ne couche dehors.
 
Depuis que l'homme existe, il a cherché à se loger. "Habiter" en un lieu fait partie de l'instinct atavique de l'être humain.
 
A présent il existe des gens que l'on a pudiquement affublés du nom de "SDF", par soucis de "parler correct". Il faut appeler les gens par leur nom. Ces gens sont des Français "abandonnés par la société".
 
Ce scandale est intolérable. Il est de notre conscience de faire partager à tous, notre envie que cela cesse, de rallier tous ceux qui ouvriront leur coeur, afin que nous puissions avoir une action qui soit entendue et que les mentalités changent.
 
Nous refusons la misère. Ensemble nous la combattrons !

Posté par zalandeau à 09:34 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


01 mars 2017

(5) Construire l’amour ?

GSM

Oui bien sur, il a donné du plaisir et il en a reçu. Oui, cela continue. Mais ???
Il a donné de la tendresse, il a donné des mots d'amour, il l’a appelée tous les jours...
Elle ? Elle ne lui donne pas de tendresse, pas de mot d'amour, ne l'appelle pas...
Certes, elle l'a appelé samedi dernier à midi, mais c'est parce qu'elle était en chaleur, si on peut dire...
Certes hier, elle lui a dit au téléphone qu'elle allait justement l'appeler, certainement pour se donner bonne contenance... Est-ce crédible ? Pourtant il avait attendu jusqu'à l'après-midi, pour voir...
 
Toutes les femmes qu’il a eues dans sa vie, ont ce point commun de n'avoir de la "tendresse, que pour satisfaire leur sensualité. Dès le "repas" consommé, elles le jettent comme une peau de banane... Les femmes sont comme les fleurs, elles se parent pour les attirer. Les femmes sont comme les araignées, elles tissent leur toile pour les attraper. Elles les laissent dans leur garde-manger pour quand elles auront faim de sexe...
Elles les rangent sur une étagère, comme un godemiché, entre deux emplois...
 
Mais en dehors de la période de rut, il y a plus de tendresse dans l’œil d'un serpent, que dans celui d'une femme...
Alors, ce plaisir sensuel, en lui s'affaiblit. La femme n'aurait-elle qu'un comportement instinctif ? N'aurait elle qu'un cerveau reptilien ?
 
Pour lui, l'amour c'était autre chose... Faire l'amour sans amour, n'est pas un but, n'est pas un désir...
Il a donné de la tendresse... Est-il égoïste, d'en vouloir en retour ? Est-il anormal qu’il soit déçu ?
 
Cette solitude amère, qu’il éprouve après la jouissance, n'est-elle pas la révélation de cette déception de ne pas recevoir ce qu’il attend ?

Posté par zalandeau à 09:30 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2017

Le ciel est gris, comme un ciel de mort (6)

GSM

2014
 
Je me souviens même que mon fils ainé s’était tapé un tube de mayonnaise en un repas… Mes parents n’étaient pas contents. La mayonnaise il ne fallait en mettre que pour donner du goût. C’était bien trop cher.
Moi, je les ai laissé faire parce que j’avais les moyens et que s’il ne restait pas d’argent à la fin du mois, ce n’était pas grave… Alors comment leur expliquer que pour certains, Papy-Mamie avant et moi maintenant, la fin de mois, elle est bien avant le dernier jour du mois ?
Et pourtant Dieu sait que mes parents nous recevaient bien. Il y avait à manger en abondance. Bien sur, il n’y avait pas de caviar, d’ortolan, de foie gras ni de champagne.
Les cadeaux qu’ils offraient à mes gamins à Noël étaient vraiment des cadeaux de pauvres, mais heureusement les mômes n’ont jamais fait de réflexion.
 
Du coup, plus mes travaux dureront autour de la douche plus je vais économiser d’eau ! Hé, hé, hé… Bande de petits branleurs, je me lave au gant depuis des années et je ne dis rien, merde !
Mes morpions se prennent pour des fils à Papa, ou bien ils croient que je suis Américain, je ne sais pas !
Ils doivent juger à l’apparence. C’est vrai que j’ai des belles fringues, même s’ils ne savent pas qu’elles sont d’occase, alors que les parents de leurs copains sont fringués au mieux comme des bouseux, au pire, comme… des bouseux… Mais ils ont des SUV...
 
Alors évidemment j’ai la couleur du riche, j’ai l’air d’un riche. Enfin, ils commencent à comprendre au fil des années quand je dis à l’un ou à l’autre que dorénavant, je ne pourrais plus offrir ou payer ceci ou cela… Mais pour l’eau, ils devaient croire que c’était gratuit, probablement…
 
Je reviens sur les fringues : Il y en surtout un qui a honte d’être vu avec moi, donc il faut que je les dépose en ville à l’abri des regards de leurs potes…
Evidemment un type en pantalon à pli et veste à quatre boutons métalliques, ça leur fout la honte, surtout quand les gens voient que c’est un uniforme. Certes je transforme ces tenues : Je peins les boutons brillants avec de la peinture mate de la couleur de la veste ou bien je couds des boutons ordinaires. Tout signe distinctif militaire est soigneusement enlevé… Mais aucun des jeunes de maintenant n’ayant vu de vrais militaires dans de vrais uniformes, ils font l’amalgame dans leur imaginaire…
 
Comme pour ma voiture : « Ton père a une BM ? Pfffff ! »… Ben oui, une occase aussi, au prix de l’argus… Mais tellement brillante que… Enfin, ce que les gens sont cons ! Tout ce qui brille n’est pas or ! Bande de sales ploucs ! Ce sont les mêmes imbéciles envieux dont les parents offrent à chacun de leurs futurs héritiers une maison. Ils ont raison, si je pouvais le faire, je le ferais… Aisés, ils le sont, mais de plus envieux, bouseux et cons !
Qu’est-ce que je suis venu faire dans cette galère ? Je ne savais pas que j’étais dans une région d’UMP quand je me suis installé… Et pourtant j’en ai fréquenté des régions UMP ! Paris, Neuilly, Chantilly, Auteuil… Jamais aucun ostracisme, jamais de problème ; des gens courtois, riches, mais polis et respectueux !
 
Il faut croire que dans cette région qui est microscopique (bien qu’il doive y en avoir d’autres en France), être UMP se conjugue d’une autre façon qu’ailleurs. Il y a un concentré d’orgueilleux, vaniteux, égotiques, méprisants, qui ont tous les droits et aucun devoir (tout cela à la fois), qui ne respectent rien qu’eux-mêmes…
On se croirait au 19ème siècle dans les colonies… Le riche, c’est le missié Toubab et le pauvre, c’est l’esclave méprisable que l’on éduque à la cravache… Ici, la noblesse, c'est l'UMP...
 
Putain, mais qu’est-ce que je suis venu foutre chez ces arriérés ?

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

27 février 2017

On prend les mêmes et on recommence…

GSM

Mai 2014

 

Le « politiquement correct » est  à l’œuvre une nouvelle fois…
 
Un certain Mariani (Thierry pour les intimes) député UMP-iste  a déclaré un truc sur l’esclavage " L'afrique n'a pas attendu l'occident pour pratiquer l'esclavage ". Aussitôt la vindicte politique se déploie, invective et diabolise le susnommé pour cette déclaration qui choque à un point dépassant tout ce qui serait permis de supporter, soit-disant… 
 
Ce qu’a dit ce Mariani ne me choque pas, parce que ce qu’il a dit est entièrement vrai ! Il n’y a aucune abomination dans sa déclaration parcellaire sur le racisme. 
 
Le seul reproche à adresser à ce Mariani est simplement selon moi, que sa déclaration est totalement hors sujet. Son propos est complètement décalé et sans aucun rapport avec le sujet de l’enlèvement de 200 jeunes filles par des abrutis champions de l’obscurantisme. C’est un peu comme un dialogue de sourds.
 
Certes, je me doute bien que Mariani fait le 'Mariole' (son futur surnom sans doute) ; c’est le moyen facile qu'il a trouvé pour essayer d’exister sur la scène médiatique.
 
Mais il aurait suffit de lui dire : « Monsieur Mariani, vous êtes hors sujet, zéro sur vingt » !
 
Tout ce déchainement en forme d’exorcisme satanique est imbécile, car il lui permet d’exister, alors que personne ne connaissait l’existence d’une andouille pareille.
 
Les politiciens, à force de nous prendre pour témoins de leurs pantalonnades grand-guignolesques, vont-ils comprendre que nous sommes de plus en plus dubitatifs sur le sérieux de leur agitation politico-médiatique affligeante ?...
 
Mariani : 0/20.
Les diaboliseurs-exorciseurs : 0pointé/20.
 
Déplorable…
..........
Février 2017
 
Ce coup-ci c'est Macron... La phrase prononcée en Algérie est " la colonisation est un crime contre l'humanité "...
 
Je pose une question : Les barbaresques qui pillaient nos côtes et enlevaient les Français pour en faire des esclaves manuels ou sexuels... c'était quoi ?
C'est pour faire cesser ces pratiques, que nous avons débarqué en Algérie...
Alors que l'on puisse dire que par la suite, que la colonisation a donné lieu à des exactions de part et d'autres, à une guerre sanguinaire, à une exploitation éhontée, j'aurais admis, car c'est la vérité !
Mais faire des déclarations se référant à l'holocauste des Nazis, des Kmers rouges ou du Rwanda... Je n'admets pas !

Ce n'est pas parce que Macron veut faire le grand écart entre la droite et la gauche, qu'il doit lâcher des étrons verbaux ! Rien ne justifie de tels propos !
 
Macron : 0 pointé/20 !

Posté par zalandeau à 09:31 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2017

L'auto satisfaction ( I can't get no, satisfaction )

GSM

Journal personnel du 2 mai 2008 :

 

J'en ai marre. Mon patron (ex-fils du patron) est un gros con ! Pourquoi ne s'aperçoit-il pas de la différence entre ces jeunes trouducs et les gens comme moi ? C'est vrai, ça merde !...Je me dis que mes problèmes de mémoire me causent un préjudice dans mon travail, au cours duquel j'exécute moins de tâches qu'avant. C'est vrai ! Mais il faut relativiser... Je vaux quand même un kilomètre de petits merdeux comme ces deux idiots qui n'arrêtent pas de se faire mousser... D'ailleurs, ils ne savent rien faire d'autre que se faire mousser... Mais dans le calbar, ils n'ont que dalle !

 
Quand je compare, je me dis que je n'ai plus rien à foutre avec ces loquedus...
 
Par exemple : Mes collègues ne font que des courriers du genre : "veuillez trouver ci-joint..."... Ok ! Ils en font plein, pour ça ils sont hyper-doués...
 
Perso, je suis (par mon chef et ami), chargé de la partie épistolaire polémiste ( lettres recommandées + AR, mises en demeures, contre-attaques argumentées lorsque nous sommes mis en cause, etc...), que bien entendu, les autres ne savent ni n'osent faire (incultes et couille molle, au singulier car je suppose qu'il n'en ont qu'une, voire pas du tout)...
 
Quant aux réunions avec  les "JACOBS's boys", au cours desquelles, mes collègues récitent  l'avancement du chantier comme on dit sa prière, aujourd'hui, quand arrive mon tour je dis :
 
" Je ne vous parlerai pas de l'avancement du chantier, puisque vous le recevrez prochainement par courriel. Je profite du temps de parole que vous m'accordez, pour aborder des sujets autrement plus importants, qu'il vous faut régler rapidement. Je veux parler de quatre points bloquants, qui actuellement obèrent les possibilité d'avancement des Corps d'état Architecturaux et à terme, mettent en péril la tenue du planning général du chantier et les intérêts essentiels du Maître de l'Ouvrage...". Ils en ont eu tous pour leur grade ! Nomdidiou ! J'te les ai matés ! On n'a pas à couvrir les entrepries défaillantes ! C'est nous-mêmes qui devons être clean. Avec la formalisation écrite que j'ai réalisée ensuite, je suis bordé et mon employeur est couvert... Ce n'est plus un parapluie que j'ai ouvert, mais un véritable chapiteau !
 
Ils viennent tous avec leurs questions ineptes et sans saveur, je viens avec mes injonctions importantes, même si cela les dérange...
 
Alors, même si je ne suis pas reconnu dans mes capacités, j'ai quand même toujours les compétences de mon expérience... Je me demande aussi si mon "chef et ami" parle de mon action auprès de ce con de patron... C'est pas certain... J'ai des doutes...
Je n'ai plus qu'à être content de moi, à défaut d'autre chose. Et puis merde, je fais mon taf et je les emmerde, ces trous du cul !
 
Allez, va !... L'auto satisfaction, c'est mieux que rien...
I can't get no satisfaction,
I can't get no satisfaction.
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no
When I'm drivin' in my car
and that man comes on the radio
and he's tellin' me more and more
about some useless information
supposed to fire my imagination.
I can't get no, oh no no no.
Hey hey hey, that's what I say
I can't get no satisfaction,
I can't get no satisfaction.
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no.
When I'm watchin' my TV
and that man comes on to tell me
how white my shirts can be.
Well he can't be a man 'cause he doesn't smoke
the same cigarrettes as me.
I can't get no, oh no no no.
Hey hey hey, that's what I say.
I can't get no satisfaction,
I can't get no girl with action.
'Cause I try and I try and I try and I try.
I can't get no, I can't get no
When I'm ridin' round the world
and I'm doin' this and I'm signing that
and I'm tryin' to make some girl
who tells me baby better come back later next week
'cause you see I'm on losing streak.
I can't get no, oh no no no.
Hey hey hey, that's what I say

I can't get no, I can't get no,
I can't get no satisfaction,
no satisfaction, no satisfaction, no satisfaction.

Posté par zalandeau à 09:11 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

25 février 2017

Charme

GSM

Comment ne pas tomber amoureux de l’esprit, du sourire, de la gaité ?...
Il est des pièges dans lesquels on aimerait tomber, sous l’emprise de la séduction.
Le charme est indéfinissable. Il est fait de ces pétillances de l’humour, de ces clins d’œil complices, de ces sourires entrevus, de cette envie de vivre que bientôt nous ressentons…
Est-il question d’inclination, ou le trouble naissant n’est-il qu’une illusion ?
La beauté, c’est un visage qui rayonne, chaleureux et ouvert, des mots apaisants, des idées généreuses, de la culture sans orgueil…
Et de cette beauté, on s’éprend et l’on goûte chaque jour un peu plus, jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer…
Alors, la déception est au bout du chemin, car l’être que l’on aime, ne fait que traverser un moment votre vie, sans savoir qu’il brise votre cœur, pour très longtemps…

Posté par zalandeau à 09:27 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :