02 janvier 2017

La nuit porte conseil

GSM

La nuit porte conseil, dit-on et c’est vrai.
 
Les choses sont limpides, limpides comme elles n’ont jamais été.
La langue Française n’est pas assez détaillée. Aimer est utilisé pour tout.
Alors quand je dis à un ami : « Je t’aime », je n’ai pas envie de coucher avec lui. Il n’y a pas de verbe pour l’amitié. Faut –il lui dire « Je t’amite » ? Le verbe n’existe pas.
Mes enfants je les aime avec passion, tendresse et pourtant il ne m’est jamais venu à l’idée de pratiquer le sexe avec eux.
Dans le même ordre d’idée je dis « j’aime le camembert. », je n’ai pas pour cela envie de faire l’amour avec un camembert…
Dans l’autre sens, pourquoi avoir nommé la copulation « faire l’amour » ?
 
Autant d’ambiguïtés, de cette langue Française, que je vais lever aujourd’hui.
 
Il faut de suite donner un verbe à faire l’amour. Un nom qui ne soit pas connoté péjorativement. Par exemple « sexer ».
 
Aimer n’est pas « sexer ». En effet j’ai sexé avec des femmes, en toute jovialité, plaisir, sans acrimonie et quand nous nous revoyons, nous nous faisons la bise. Un point c’est tout.
 
Le camembert quant à lui, on ne l’aime pas, on « l’apprécie ».
 
Débarrassé des significations parasitaires nous allons enfin pouvoir parler d’aimer sans rougir et sans tabou…
 
Conjoints, parents, enfants, amis, copains, collègues… On les aime tous à des degrés différents. D’ailleurs amis et copains, qu’est-ce que ça veut dire ? Ceux qu’on aime beaucoup et ceux qu’on aime un peu ? Et alors, ceux qu’on aime moyennement comment les appelle-t-on ?
 
La seule notion de graduation est « l’effeuillage de la marguerite » : Pas du tout, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. Il est nécessaire de rajouter moyennement, ou disons, que aimer tout court serait par défaut « moyennement »…
 
Alors, pour moi les choses sont claires. J’aime mes enfants à la folie, j’aime celle qui m’a largué sur le blog un peu, j’aime mes parents beaucoup. J’aime ma femme tout court (moyennement)…
 
Mes parents m’ont aimé à la folie, mes enfants m’aiment beaucoup, ma femme un peu et peut-être moyennement avec le temps. Quant à mon ex-amie bloguesque elle ne m’aimait qu’un peu… Pas suffisamment pour me garder, d'autant plus qu'amie bloguesque n'est ni petite amie, ni amie, ni copine; c'est rien du tout en fait, juste une connaissance, une collègue à distance. Donc, il ne faut pas avoir d'amie pour éviter tout quiproquo…
 
Maintenant, tout est clair… Les amitiés, les amours, doivent être à peu près au même niveau de réciprocité, sous peine de capoter, de sombrer…

Posté par zalandeau à 10:39 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


01 janvier 2017

Le bon ouvrier

GSM

« Pour être ouvrier, il ne faut pas avoir grand-chose dans la tête ». A chaque fois que j’entends cette phrase et dieu sait combien elle est prononcée fréquemment, cela me donne des envies de meurtre.
Un bon ouvrier, c’est un ouvrier qui fait fonctionner son cerveau constamment. Un bon ouvrier, mais cela est valable pour tous les métiers et pour tout le monde, réfléchit à ce qu’il fait. Il analyse, il organise, il fait et il contrôle. Cela lui permet de s’améliorer, c'est-à-dire d’améliorer ce qu’il fait, de moins se fatiguer, d’aller plus vite, d’améliorer la qualité du travail fourni.
Bien évidemment, il y a les deux sortes d’ouvriers : Ceux que je viens de décrire, qui travaillent avec leur tête et ceux qui pensent aux vacances, au tiercé, ou à rien, leurs mains fonctionnant sur pilote automatique…
 
Un bémol doit être émis : Il est bien entendu que certains postes de travail en usine sont tellement parcellaires et répétitifs, par exemple poser une pièce sur une machine à longueur de journée, que l’amélioration et la réflexion sous-jacente atteignent rapidement une sorte d’impasse qui contraint à ce fameux pilotage automatique…
 
Pour revenir à la colère, je me suis aperçu que la petite phrase que j’ai si souvent entendue dans ma vie était prononcée par des cons qui ne faisaient pas mieux. Au prétexte d’avoir une profession plus valorisante, ils se permettent ce genre d’assertion, alors que, j’ai pu le constater, ils ne réfléchissent pas beaucoup à leur propre façon de faire leur travail. Souvent ces cons disaient « Vous n’allez pas m’apprendre mon métier, ça fait trente ans que je fais comme ça ! ».
Je répondais imparablement « Et bien ça fait trente ans que vous faites des conneries ! ».
Pourquoi des gens qui n’ont pas grand-chose dans la tête se permettent-t-ils de rabaisser d’autres personnes qui sont plus intelligentes qu’eux ? 
 
Je ne développerai pas le sujet, mais chacun sait que l’intelligence, qui peut prendre des formes variées, n’a rien à voir avec le niveau d’études, puisque les plus pauvres en sont privés (d’études, mais pas d’intelligence). 
 
La société humaine préfère classer les gens par rangs sociaux, plutôt que par compétence et savoir faire…
 
Et en ce moment ça s’aggrave…
 
Alors... pour rétablir un peu d'équité dans cette société qui marche sur la tête... En tant qu'ancien salarié et aussi ancien patron, je tiens à souhaiter une bonne année aux ouvriers... A tous les ouvriers bien entendu, mais surtout à ceux qui ne sont ni faignants, ni tire-au-cul, ni faux-malades, ni lèche-culs, ni mouchards du patron...
Il en reste quand-même pas mal de ces gens de bonne volonté dont l'intelligence et le savoir-faire ont construit notre pays et notre prospérité...
 
Je souhaite une bonne année à tous ceux que j'ai eu l'immense chance et le grand privilège d'avoir sous mes ordres... Là, maintenant... il en reste très peu, étant donné que beaucoup étaient mes ainés et que la longévité ne fait pas partie du bagage du travailleur de chantier...
J'aurais tant aimé les revoir... mais la vie nous éparpille... nous nous entendions si bien, avec une telle confiance mutuelle !... A vous j'adresse mes meilleurs voeux !

Posté par zalandeau à 09:39 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

31 décembre 2016

J’ai reçu les vœux de la 121ème (2014)…

GSM

Début janvier 2014.
 
Dans ma boite de réception email
 
« En effet, de retour de deux courtes missions à Mayotte, j'arrète mes activités professionnelles à ce jour ! »
 
« Bonne année à tous depuis Paris, après un séjour dans les Alpes du Sud pour skier et se ressourcer »
 
« Heureux retraités toujours à cheval entre la Réunion et Argelés sur Mer, nous… »
 
« Nous concernant, ce sera une année de voyage pour rattraper le temps perdu: Vietnam, Cambodge, Italie, certainement Madagascar et peut être d'autres destinations.... »
 
« Bonne et heureuse année 2014. Signé xxxxx . Directeur du Centre National de Réception des Véhicules » (Avec logo du ministère)…
 
« Bonne annee a tous
Toujours de gros projets pour la Grande VINCI ici dans les Caraibes
Encore qqs annees de boulot et on pensera peut etre a lever le pied
Et quand on voit les nouvelles de France ...on se dit que tout compte fait on est bien sous le soleil et pres de lagons bleus. »
 
Bien, bien, bien… Après tout ça, que puis-je leur répondre ? « Nous on a mangé des plats cuisinés à 2,50 euros » ?
Ou bien « Petit coucou de notre centre Leclerc avec un caddie flambant neuf » ?
Ou alors « Petites vacances chez nous pour faire kitch » ?
 
Les autres sont plus classiques et de meilleure tenue, heureusement... Ces souhaits vantards ne sont le fait que d'une minorité... Il faut donc que je n'engueule pas ceux qui sont respectueux à cause de ceux qui sont vaniteux... Bon, ben... Je vais leur mettre ça, simplement par politesse :
« Je vous souhaite également de bonne fêtes de fin d'année et les meilleurs vœux pour 2014 ».
Et puis pas trop de vœux quand même, parce que ceux qui s'expriment ci-dessus, ils ont déjà tout et ne parlant que d’eux-mêmes, c’est pas la peine que j'en remette une couche…

Posté par zalandeau à 09:30 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

30 décembre 2016

Suisse : Pour une fois, nos hommes politiques révèlent leur vraie nature

GSM

Février 2014
 
La Suisse a voté pour le contrôle de l’immigration et le rétablissement de quotas.
La Suisse ne fait pas partie de l’U.E, mais avait passé des accords de libre passage du type Schengen. La démocratie directe vient de sonner le glas des dictats Européens en la matière…
 
Il est intéressant de noter que lorsque nous nous plaignons du même genre de problème chez nous (immigration incontrôlée), tous nos hommes politiques, la main sur le cœur et une auréole sur la tête, nous déclarent « Ce n’est pas nous, on ne peut rien faire, c’est l’Europe », prétendant ainsi qu’ils voudraient bien faire ce que les Français demandent, mais qu’ils ne peuvent pas…
Mais sur ce même sujet concernant la Suisse, les politiciens Français invectivent cette décision démocratique et cette suppression de la libre circulation des personnes. Ils aboient haineusement contre et jettent l'anathème sur nos voisins ! Tiens, tiens, n’est-ce pas contradictoire ? Ne nous avaient-ils pas dit regretter l'impossibilité de faire la même chose en France ?
 
N’est-ce pas en cet instant que nos politiciens révèlent leurs pensées profondes ? Ils ont voulu Schengen, ils veulent Schengen et ils voudront Schengen, même s’ils disent le contraire !
Jamais ils ne feront rien pour maîtriser les flux migratoires, parce qu’ils ne veulent rien faire, parce que ça leur va bien, parce qu’ils ont des administrés dociles et corvéables à merci, divisés, menacés dans leur emploi, leur droit social, leur liberté et leur fraternité ! Nous les prenons en flagrant délit. Ils nous livrent ce qu’ils ont dans la tête. Voilà le complot qu’ils hourdissent dans leurs loges maçonniques depuis tant d’années : Affaiblir la puissance des peuples qu’ils gouvernent. (Ensuite ils sont surpris de l'affaissement de la consommation, mais bon, à part l'ENA, ils n'ont pas fait d'études).
 
Les Suisses ont raison : Ils ont le droit de choisir, eux !
Par contre si nous avions le droit de choisir (et nous pourrions l’avoir si on nous chantait pas la messe en Moldo-Valaque), nous pourrions décider que les capitaux qui s’évaporent de France, par exemple, n’aient plus le droit d’aller se cacher en Suisse, ni partout ailleurs non plus !
 
Quand va-t-on bouter ces gouvernants comploteurs hors de leurs alcôves et déchirer le traité de Schengen ?
 
Quand arrêterons-nous la fuite des capitaux ? Quand stopperons-nous l'invasion communautariste qui nous détruit ?
 
A quand une démocratie directe chez nous ?
 
La France est morte ! Vive la Suisse !

Posté par zalandeau à 08:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

29 décembre 2016

Bonne Année 2006

GSM

Et bien oui, 2006, c’est la dernière année vraiment bonne, en pleine santé, aucun souci familial, que du bon. Alors oui vraiment bonne année 2006…
 
Les autres années (2007, 2008… 2013, 2014, 2015, 2016), c’était la merde. Alors je ne les souhaiterai pas…
 
Ah bon ? On serait censé souhaiter uniquement que la prochaine année soit bonne, ça serait cela la tradition ?...
Admettons.
 
Alors pour ceux qui sont dans le train, bonnes années à venir…
Pour ceux qui sont dans le fossé… Ça ne serait pas légèrement indécent d’hypocritement leur souhaiter une bonne année, des fois ? C’est histoire de se donner une bonne conscience… Tu vois un SDF et tu lui dis « Bonne Année »… Tu as de la chance qu’il soit engourdi par le froid et l’alcool… Sinon il te ferait la course à l’échalote, histoire que tu ne te foutes pas de sa gueule… Si tu veux lui souhaiter bonne année, commence par lui apporter des victuailles et de bonnes choses !
 
Soit-disant ça se souhaite à partir du début de l'année ? C'est con ! Si demain, tu souhaites une bonne année à un gonze qui la veille, vient de se casser une patte sur le verglas, il va te filer un de ces coups de béquille !
 
Pour moi, c'est aujourd'hui. Demain, j'ai d'autres choses à faire et à écrire...
 
Bon, ben, bonne année 2017 à ceux qui de toute façon passeront une bonne année parce que c’est programmé comme ça dans leur destin…
 
Je ne souhaite pas bonne fête aux enfoirés qui m'ont porté préjudice, qui ont chié dans mes bottes, qui m'ont entortillé, qui m'ont trahi, qui m'ont poignardé ? Des néfles ! Que dalle !  Qu'ils aillent se faire foutre !
 
Bonne année à mon frère, ma nièce ? Je l'avais toujours fait auparavant, sauf la dernière fois... J'ai fait l'expérience le 1er janvier 2014 d'attendre qu'ils me la souhaite en premier (je suis le plus vieux ils me doivent le respect)... Et bien j'attends encore !... Vive la famille. Alors eux ? Je crois que je ne leur souhaiterais rien encore cette fois...
 
Sinon... Je souhaite une bonne année à mes enfants, qui sont humainement les plus formidables de la terre. J'espère qu'ils trouveront enfin un vrai travail et que mon benjamin sortira de cet état de désespoir et de honte que crée son manque d'avenir.
Sinon... je souhaite une bonne année 2017 à ceux que je connais et que j'apprécie, qui sont de braves mecs et méquesses, les gens de peu, les fidèles, les sincères...
 
Éventuellement, je souhaite également une bonne année à ceux que je ne connais pas, ils bénéficient d'une présomption de bienveillance à priori...

Posté par zalandeau à 09:29 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


28 décembre 2016

Copenhague : L’avenir du climat ou bien de l’homme ?

GSM

L'échec de Copenhague (2009, COP15) est patent. Pourquoi ? Les Européens, toujours naïfs et victimes du syndrome de « l'accord de Munich » dans leur approche idéalisée, voulaient le bien de l'avenir climatique… Le reste du monde ne voyait que son intérêt national.
Les States et la Chine représentent 50% des émissions de carbone. Comment leur faire entendre raison ? On n'a jamais vu des petits imposer leur loi aux géants…
Chaque année depuis, il s'est tenu d'autres conférences climat... Au cours de la COP22 de 2016, bien sur les US et les chinetoques ont abondé, plus ou moins de mauvaise grâce, dans le sens d'une limitation des émissions carbone... Mais on sait très bien qu'ils ne feront que ce qu'ils voudront bien, les uns comme les autres... Alors que nous, on est tellement cons, que nous obéissons à nos propres promesses...
 
Quoiqu'il en soit, je l'ai déjà dit et je le répète : Nous prenons le problème par le petit bout de la lorgnette. S'il est certain que l'action de l'homme est néfaste à la planète, on ne sait pas si la dégradation du climat est inéluctable, ni si elle est de son seul fait. Il ne sert à rien de battre sa coulpe. Il ne sert à rien de culpabiliser les gens sur leurs consommations…
Le problème est pris complètement à l'envers…
 
Il faut partir de l'homme… Nous polluons par nos déchets. Nous tuons nos terres arables avec des produits toxiques ainsi que tous les biotopes (marin et atmosphérique). Nous nous emparons de terres cultivables pour le profit de multinationales, qui y cultivent nourriture et huile de palme, afin de les vendre à ceux qui peuvent payer. Ce faisant, nous paupérisons et affamons les autochtones chassés de chez eux, chassés de leurs terres. Tout ce qui se fait est dans l'intérêt à court terme d'une minorité…
 
Les choses doivent s'appréhender à l'échelle de chaque pays, (nous l'avons vu à Copenhague), mais pour notre part, dans l'optique de l'intérêt de tous les Français…
Nous devons pérenniser nos terres fertiles en revenant à une agriculture traditionnelle. Nous devons développer les énergies nouvelles et leur application dans tous les domaines, améliorer les rendements des machines thermiques, dont on ne peut encore se passer. Nous devons améliorer l'habitat pour économiser l'énergie, réduire le déficit de notre balance commerciale, réduire la dépendance énergétique qui pèse sur chaque Français et anticiper la fin certaine de l'énergie fossile.
Nous devons rétablir l'autosuffisance de notre agriculture, de notre industrie et de nos services, afin de redonner du travail ou un revenu à tous les Français et surtout de l'espoir dans une vie meilleure. Nous devons repenser notre cadre de vie en fonction de ces prévisions climatiques et prévoir des structures et infrastructures résistantes au froid, au chaud, aux tempêtes, aux raz de marée, à la montée des eaux…
Nous devons recycler nos déchets chez nous, au lieu de les exporter hypocritement dans les pays de misère, qui ne perçoivent de nos « bienfaits » occidentaux, que nos restes et nos immondices, pour lesquels nous ne nous donnons pas les moyens de traitement (ratant ainsi encore une possibilité de création d'emplois et de richesses…
 
Oui, je prétends que l'état doit être égoïste et ne penser qu'à sa famille, c'est-à-dire les Français… Que chaque Pays procède ainsi, et nous parviendrons à un équilibre de la planète. N'exploitons plus les pays Africains, nous les empêchons de se développer en y faisant régner corruption et misère…
 
Je prétends que la clé de l'avenir est une vision de l'intérêt de la collectivité nationale à moyen et long terme… Cela suppose, bien entendu, d'ignorer les lobbies capitalistes et de réprimer les dérapages incessant d'un « système » libéral, qui n'a de système et de liberté que le nom mais que je qualifierais de « loi de la jungle »…
 
Il va de soit que l'interventionnisme de l'état est un corollaire incontournable, que la protection douanière doit être remise en place de manière distinctive et différenciée. Elle sera plus efficace qu'une hypocrite taxe carbone aux frontières, insuffisante et inique…
 
Nous avons beaucoup plus à gagner qu'à perdre d'une telle politique de protectionnisme ainsi que tous les pays de la planète d'ailleurs; en répartissant les moyens de création de richesses dans chaque pays pour sa consommation propre. En effet, les comparaisons faites entre exportations et importations sont faites par des imbéciles heureux mondialistes, qui comparent des choux et des carottes… Afin de nous inciter à tolérer toujours plus de profit pour les multinationales et le grand capital...
On ne doit pas évaluer les produits importés à leur valeur à l'entrée sur le sol national, mais à la valeur où nous les produirions en France…
 
Avec cette hypothèse, nous pouvons facilement évaluer le nombre de millions d'emplois dont la mondialisation nous ampute.
 
Pour moi, l'avenir du climat a moins d'importance que l'avenir de ces 8 millions de Français vivant sous le seuil de pauvreté, de ces 5 millions de demandeurs d'emplois et que le stress de 64 millions de nos compatriotes…

Posté par zalandeau à 08:26 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

27 décembre 2016

L’amitié n’est pas tout pour devenir un homme

GSM

Expliqué à mon Nono en 2007...
 
Tu sais qu’un homme doit avoirs des valeurs dans la vie.
Toi, tu as des valeurs. Par exemple l’amitié. C’est très bien de placer l’amitié très haut dans tes valeurs, avec tout ce que ce la comporte : La fidélité en amitié, l’entraide, l’union ; la solidarité. C’est très bien.
 
Mais cependant, tu sais qu’il y a amitié et amitié. Il y a une graduation dans l’amitié. Il ne faut pas confondre vague connaissance, voisin, collègue, copain et ami.
 
De plus untel que tu penses être ton ami, peut n’éprouver que de la sympathie pour toi, ou peut faire semblant d’être ton ami. Ce sentiment d’amitié peut donc ne pas être réciproque. Il y a des faux amis.
 
Le gros problème, en amitié, c’est « est-ce que l’amitié justifie tout ? ». Souvent un ami te demande de l’aide. Tu l’aides, c’est bien. Mais si ce que tu es appelé à faire pour l’aider ne rentre pas dans tes valeurs, dois-tu l’aider ? Si tu es amené à participer à quelque chose d’illégal, dois-tu l’aider ?
Dans la vie, il y a d’autres valeurs que l’amitié. Le respect de toi-même et de ta conscience est la première des valeurs. Et c’est au nom de ce respect de toi-même que tu aides ton ami. Mais si une de tes valeurs est l’honnêteté, tu ne dois pas renoncer à cette valeur au nom de la fidélité à un soi-disant ami.
Un vrai ami, te demanderait-il de faire quelque chose d’illégal ou de malhonnête ?
L’amitié doit-elle primer sur ta morale ? Non, bien évidemment.
 
L’amitié s’arrête à la limite de tes valeurs. Il ne faut pas hésiter à dire « Non, je ne le ferais pas, c’est malhonnête, je ne serais pas ton complice ». Et si l’amitié cesse et bien tant pis. Est-ce un ami perdu quand on considère qu’il a voulu te pervertir et abuser de tes valeurs ? Non !
 
Tu vois, les vrais amis, sont ceux qui partagent les mêmes valeurs que toi. Il t’appartient donc de les sélectionner et de ne pas retenir ceux qui ne sont pas sur le même chemin que toi.
La vie, ce n’est pas que l’amitié, c’est la dignité, l’honneur, le respect de toi-même.
C’est aussi une force de caractère. On ne doit pas céder à des actes que l’on réprouve, par la seule force des sentiments. C’est cela être un homme.
 
L’amitié vient juste après, mais elle ne doit pas se substituer à ce que tu es ni à ce que tu penses. Être un homme, c’est faire des choix, ce n’est pas se laisser entraîner. C’est parfois difficile de faire des choix. Mais c’est le prix pour garder ta conscience pour toi-même. D’ailleurs il n’y a pas que l’amitié qui soit susceptible d’influencer les gens. Doit-t-on obéir à un ordre malsain, suivre une tendance, se laisser influencer ? Non ! C’est une leçon à apprendre de la vie.
 
Beaucoup de gens se sont laissés entraîner par amitié, ou par faiblesse.
Combien de délits n’auraient pas été commis si les gens avaient écouté leur conscience plutôt que leur amitié ?
 
Les trois quart des prisons sont peuplés de gens qui n’ont pas su prendre leurs responsabilités : Être un homme !

Posté par zalandeau à 09:25 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 décembre 2016

Un étrange paradoxe personnel

GSM

A la suite d'un précédent article ("la dénonciation"), je constate toujours s'agissant de ma propre personne, un très étrange paradoxe.
 
Je dis que j'ai dénoncé (entre autres), dans le cas de danger pour ma propre personne...
 
C'est vrai ! Mais pour autant, il m'est arrivé de passer outre le danger pour ma propre personne, pour aider quelqu'un accusé injustement, sachant concrètement les conséquences néfastes que cela entrainerait pour moi (J'ai été licencié).
Jamais je n'ai hésité à aller défendre une personne accusée injustement, lorsque javais la preuve et ou la connaissance de la vérité. Heureusement je n'ai pas été licencié à chaque fois que j'ai agi, je dirais, "comme un homme".
Cela a été vrai également concernant le risque vital, que j'ai pris pour porter secours à autrui.
 
Donc je n'ai jamais protégé ma personne à tout prix.
 
Je me suis protégé des malfaisants, mais j'ai pris des risques pour des victimes.
 
Je crois que cette double réflexion, définit ma "morale", mon "code de l'honneur" personnel. C'est très démodé... Tant pis, je ne recommencerai plus.

Posté par zalandeau à 08:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

25 décembre 2016

Mémoires et radotages (83) – Joyeux Noël mon bon Kiki

GSM

Tu sais, j’aurais tant aimé emmener tes petits frères pour aller te voir, parce que je suis si heureux quand vous êtes ensemble (et j’aime tant vous voir ensemble… Tu es un tel papa-poule pour Toto et Nono)… Malgré le fait que votre tit’man ne vienne plus nulle part, à cause de la charge de votre mémère… Mais cette année trop de choses arrivent : les pannes à répétition de la voiture de ta mère. J’ai explosé le budget réparation cette année…
Et puis il y a cette série d’éléments à prendre en compte : Ta mère avec son omoplate fracturée et son orthèse, qui doit aller s’occuper de sa mère et des chats de merde. Le rendez-vous pour la voiture pour la nouvelle panne, le rendez-vous à prendre pour la radio de ta mère, la radio à faire si ça tombe la semaine entre Noël et le jour de l’an…
 
Et par-dessus tout, toute cette série d’événements et d’accident fâcheux provoquent chez moi une panique… Et j’ai peur d’en rajouter en allant te voir : Et si la voiture tombe en panne ? Et si J’ai un accident avec des petits frères ?
 
Alors je regrette de ne pas venir te voir (et tes frères aussi)… J’espère que tout ira mieux dans quelque temps et qu’on pourra recommencer à venir te voir, mon Kiki !
 
Je te souhaite de passer un joyeux Noël ! Toto est là. Ta mère, Toto et Nono ont préparé une raclette le 24 au soir…
 
J’espère que tu viendras en Janvier…
 
Je t’aime. On t’aime tous !
 
Papa

Posté par zalandeau à 09:07 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

24 décembre 2016

La course aux courses de Pâques (ou Noël)...

GSM

Mais cela aurait pu être la course pour les courses de Noël ou bien du jour de l'an. C'est à peu près pareil...
C'était il y a quelques années. C'était l'bon temps... Parce que maintenant si je fais ce que je faisais à l'époque... Je me prendrais une de ces ratatouillée... C'que c'est qu'd'être vieux, grrrrrr !!!
 
Ses ondes malveillantes m’enveloppent. Je sens sa hargne, même quand elle se tait. Ses yeux se chargent à sa place de distiller cette animosité autour de moi…
Bon, je vais faire les courses, ses ondes ne me poursuivront pas si loin…
………………..
Hop, je vire avec mon caddie le premier dans la porte tambour et passe de justesse avant l’autre..., T’as pas couru assez vite, mon con !…
Paf ! J’adore percuter le portillon devant l’accueil, avant que la cellule photoélectrique ne le fasse ouvrir !
……………….
Oh, la la ! L’allée centrale, les œufs de Pâques… C’est le bordel… Je passe de l’autre coté. Là c’est des peluches je peux stationner.
Ah merde ! Déjà un bras qui m’entoure pour aller dans les peluches… Bon j’me pousse… Quelle grande dinde, des peluches à son âge ? Ah mais c’était que pour regarder ?…
………………..
Bon , là c’est désert, pas un chat… C’est quoi ? Des jeux à la con… Tsunami ?… Sodomie ?... Sans lunettes, j’vois rien !… Ah ! Suduku… Non ! Sudoku… Voilà c’est ça…
« Pardon ! »… Fais chier, bon j’me pousse, encore quelqu’un qui… Putain elle a rien pris et s’est barrée… On dirait que ce qui les attire, c’est de me faire bouger d’où je suis, par curiosité de voir ce qu’il y a derrière moi… Pfffff…
………………..
Bon me v’là derrière un semi-remorque ! Et pas de klaxon ! Elle se croit seule elle bloque toute l’allée ! Y’a plein de monde derrière… Et va-y ! Pas un pas plus vite que l’autre !… Ah les bonnes femmes ! Elles sont bâties pour faire des embouteillages… Elle a une croupe ! Elle prend toute l’allée !… Et ça zigzague… Bon j’attends un zig…
Voilà ! Post combustion !… Vroum !… Je double pendant qu’elle est à droite. Attention elle déboîte à gauche… Tant pis je l’accroche, non, c’était moins une ! Je force le passage et je lui fais une queue de poisson avec mon caddie… Non mais…
Maintenant c’est les autres qui râlent… Chacun pour soi… J’ai du pot, y’a personne devant, forcément… avec le 35 tonnes qui bloque tout…
………………..
Qu’est-ce que c’est que ce trou du cul ? Il plante son chariot en plein milieu du carrefour des deux allées et s’en va… J’vais t’en foutre.. J’accélère, et je percute violemment son chariot, dans un grand bruit de ferraille !… Je jubile et je me plante à l’endroit du choc… Il arrive l’air courroucé…
« Ca va pas non ? »
« T’as qu’à garer ton chariot d’merde, ducon ! Et si tu veux mon poing dans ta gueule c’est quand tu veux !»…
Il est con ? Il se barre sans rien dire et va relever son chariot dont le contenu est éparpillé au sol !… Bon c’est pas le tout ça, je roule !…
Mais y’a rien à faire, il ne pipe pas mot… Quelle lopette ! J’aime pas les sans-gênes (et sans-couilles par-dessus le marché) !
………………..
Qu’est-ce que c’est que ce rayon pain ? C’est la guerre ? Faut des tickets de rationnements ? Y’en aura pour tout le monde, les morfals !... Et la mémé, là !… E’ sait même pas si c’est du pain ou le pénis d’un âne… Mets-le dans ta bouche pendant que tu y es !... Bon enfin un pain et une baguette ! Salut les cons, continuez vos tripatouillages dégueulasses !
Y’en a y touchent le pain avec des mains pleines de merde quand y sortent des chiottes !… Qu'est-ce qu'y sont dégueulbiffe ces petzouilles !
………………..
Ah ! Qu’est-ce qu'y faut pas faire pour bouffer 
Note de Zalandeau : Je n'étais pas un tout petit peu violent à l'époque, des fois ?

Posté par zalandeau à 12:24 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :