23 décembre 2017

Sonnerie : L'extinction des feux

GSM

 

 

Paroles de la sonnerie :

 

Qu'est-ce qui t'a donné ces cents sous-là ma fille ?
c'est un cavalier maman !

pourquoi t'a t'y donné ces cent sous ma fille,
c'est pour me baiser maman !

ou

Qu'est-ce qui t'a fait ça ma fille ?
c'est un beau cavalier maman,

il en avait pas bien long,
mais il bandait fortement maman !

Posté par zalandeau à 12:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


Célébrité ou Fierté de soi ?

GSM

Vaut-il mieux connaître la gloire de la célébrité, ou bien être fier de certains actes que l’on a accomplis ?
 
Paraitre ou être ?
 
La gloire est éphémère. Elle est vorace en énergie d’actes sans valeur, pour perdurer.
C’est une illusion qui tourne la tête et qui laisse nombre d’individus dans des états psychologiques précaires, lorsque la gloire les a quittés.
Nombre de stars, se sont adonnés à des paradis artificiels, ou se sont donnés la mort, soit par le stress de se maintenir vedette, soit par le vide de l’anonymat qui suit la gloire passée.
 
Il va sans dire que nous préférons être fier de certains actes que nous avons accomplis dans notre vie.
 
Actes de courage, parfois de témérité, triomphe sur soi-même, équité dans l’exercice d’un pouvoir sont des actes qui restent gravés à jamais dans notre mémoire.
 
Certes, il peut y avoir quelques actes dont on n’est pas très fiers. D’autres, dont on ne saura jamais si le choix que l’on a fait était le meilleur ou pas, dans des situations difficiles où il fallait décider et agir vite et en toute objectivité.
 
Car le dilemme est bien celui-ci : Nous sommes pris en permanence entre l’objectivité froide, nécessaire et notre subjectivité.
 
La subjectivité peut être le meilleur ou le pire de notre être profond.
 
Lorsqu’elle s’exerce sur nous même ou sur quelqu’un qu’on préfère, l’on risque d’être particulièrement injuste envers les autres. Il s’agit alors de partialité, inéquitable dont hélas le monde est rempli chaque jour.
 
Lorsque par contre, la subjectivité consiste à faire passer en premier un noble sentiment (justice, charité) avant l’objectivité qui tendrait à traiter tous de manière égale, dans ce cas elle est motrice d’actes justes dont on peut légitiment s’enorgueillir.
 
Avons-nous commis bien plus d’actes gratifiants envers les autres, que d’actes méprisables ?
 
Avons-nous reçu beaucoup plus d’injustices, que de reconnaissance ?
 
Avons-nous été très injustes envers nous-mêmes, pour nous être négligés trop longtemps ?

Posté par zalandeau à 09:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2017

James

GSM

Écrit le 27 mai 2017 (complété le 30 novembre 2017).
 
A l'attention de "P'tit'loup" : J'ai appris par Gigi que tu seras des nôtres le WE prochain.
 
Je profite de ton adresse courriel révélée, pour revenir sur cette disparition douloureuse de ton époux, que tu as éprouvée il y a environ 17 ans (Ma mémoire flanche)...
 
Je n'avais appris le décès de James, qu'environ 6 mois après, suite à un coup de fil que j'avais passé à Bacchus... Il m'avait donné tes coordonnées...
J'ai donc voulu te présenter mes condoléances par écrit. Las, à chaque fois que je me mettais sur ma feuille blanche, j'éclatais en sanglots. Ainsi, pendant des semaines, je ne produisais que des pages délavées... Ah si j'avais eu Word !... ainsi, au fil du temps j'ai perdu la feuille volante où tes coordonnées étaient inscrites (surement égarée dans un des dossiers de mon entreprise)...
 
J'ai à cette époque, beaucoup culpabilisé de n'être jamais allé vous voir à Nice... Et pourtant mon frère y habitait... Je ne suis pas descendu à Nice avant 2003... Et pourtant  je l'avais promis à James, lorsqu'il m'avait annoncé son déménagement !
Nous étions descendus ensemble aux retrouvailles de 1988... Vous m'aviez invité chez vous près de Melun... Quelle petite famille soudée vous formiez... Et que d'autres souvenirs remontent du temps ou vous veniez chez ma première femme à Alès ! Et les sorties géologiques ou autres, que de bons souvenirs ! James était l'ami que toute la promo appréciait...
 
J'étais trop occupé par mon activité artisanale... C'est la raison pour laquelle je n'avais été prévenu par personne, pour les obsèques : Mon changement d'adresse n'était pas dans l'annuaire de l'école... Je n'y avais pas pensé.
 
Enfin, bref ! Il est un peu tard pour te présenter mes condoléances, mais sache que je considérais Jacques comme un véritable ami et que cela m'a fait énormément de peine.
 
J'espère que toi et tes enfants allez bien et qu'ils sont maintenant bien installés dans la vie.
 
A bientôt j'espère

Posté par zalandeau à 09:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

21 décembre 2017

Sonnerie : Le garde à vous

GSM

 

 

Paroles de la sonnerie :

« La bite à papa que l’on croyait perdue, c’était maman qui l’avait dans son cul »

ou

« Ce n’est pas par le cul que se font les cocus, C’est par le con que les cocus se font. »

ou

« A droite la musette, à gauche le bidon, nous sommes de la Classe et demain nous partons. »

 

Posté par zalandeau à 11:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

LES DONNEURS DE LEÇONS

GSM

La vanité, l'arrogance, la fatuité des donneurs de leçons !
 
Il y a partout de cette engeance qui se croit supérieure aux autres, qui voudrait imposer sa façon de penser parce qu'elle est nécessairement la seule admissible, la seule possible... La seule !
 
Ces gens me font vomir !
 
Ils venaient sur mon site parfois, dans mon espace, bientôt dans ma maison pour faire les beaux et pour exprès prendre le contrepied de ce qui était écrit quel qu'il fut ! Que leur avais-je demandé ? RIEN DE RIEN !
 
Il ne leur viendraient même pas à l'esprit, de frapper avant d'entrer, de s'essuyer les pieds sur le paillasson, de mettre les patins pour ne pas dégueulasser. NON ! Ce sont des MOI JE, MOI SEUL, JE SUIS LE MEILLEUR ET J'INCARNE LA SEULE VERITE !!!
 
Sans aucun doute sur leur égo, sur ce qu'ils sont, s'ils pouvaient savoir qu'ils sont des merdes misérables.
 
Je serai toujours l'ami de passage des gens respectueux, des gens réservés, des gens effacés, des gens de peu, qui ne se prennent pas pour la vérité incarnée, mais pour simplement une autre vision, une opinion différente, mais sans prétention...
 

Posté par zalandeau à 10:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


20 décembre 2017

L'histoire du vieux fol (fin)

GSM

L’onirique vision qu’il eut cette nuit là, l’emmena en un siècle fort différent et lui fit vivre la vie d’un personnage qui avoit existé. Toute une vie, dont, à son réveil il se souvint encore. Il lui étoit permis de revivre durant la journée dans son esprit cette vie d’un autre, à seule fin de soulager sa peine. La seule condition à lui imposée étoit de ne point succomber aux appels du malin…
 
De fait il se mit à vivre et à ressentir l’existence de ce grand personnage en resve entrevu… Et pendant dix jours, ses tourments ne l’accablèrent plus, tant son existence à travers celle d’un autre lui rendoit une énergie pour affronter les mille tracas de sa courante vie.
 
Hélas, le malin savoit se cacher et prendre toute forme. Notre pauvre homme, n’y voyant nul mal, commerça avec le roi des ténèbres. Instantanément, toute cette vie par procuration qu’il étoit censé vivre, disparut en un instant de sa mémoire emportant en même temps l’énergie et le bonheur éphémère qui lui avoit été accordé.
 
Cette chute brutale fit replonger le vieil homme dans un état pire qu’avant. De plus les questions des nombreux « amis » qu’il se fit pendant ce court laps de temps furent nombreuses.
Il s’aperçut que ces questions étoient parfois fort inquisitrices, parfois entachées de curiosité malsaine.
Il compris qu’encor une fois, les amis, n’étoient pas de vrais amis. Amis seulement pour la joie qu’il leur avoit apporté, mais pas pour le soutenir dans le tourment où il étoit retourné et où l’on préféroit l’enfoncer davantage.
 
Le vieil homme, qui accusant le coup, sembloit (semblait) vieilli un peu plus, prit une décision, dans l’urgence où la situation le tenoit. Il s’en fut loger tel un troglodyte en une modeste grotte loin des lieux habités, afin de préserver ce qu’il lui restoit de vie.
 
Chaque jour il prioit le ciel de ne point revivre semblables évesnements.
 
De fait, il ne refusoit point la civilisation, car des promeneurs, il ne pouvoit éviter les venues éventuelles. Il tenoit simplement à se protéger. Cela n’empeschast (n’empêchât) point certaines anciennes connoissances de venir quérir de ses nouvelles, afin de colporter ragots et méchancetés.
 
Depuis lors, le vieil homme aigri essaya de réapprendre à parler tout seul, de faire ce qu’il vouloit, blanc le matin ou noir l’après-midi, sans avoir de compte à rendre à tel ou tel seigneur, à tel ou tel mécréant. Si quelques passants, manants ou gueux, venoient lui rendre visite, il les recevoit céans en son logis, se réservant le droit de les expulser, si leur comportement n’étoit pas conforme à la politesse des lieux.
 
Bien des tourments l’assailloient, surtout depuis que le haut mal s’étoit emparé de sa cervelle.
 
Sa seule devise dorénavant, fut « Il vaut mieux estre seul que mal accompagné ! »

 

Posté par zalandeau à 09:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 décembre 2017

Dans la chaleur de harlem (suite)

GSM

A la manière de Spillane...
 
- Qu'est-ce qui vous fait croire que vous abattrez l'homme de fer ?
- J'ai un régime à base d'épinards !
La p'tite pute s'imaginait p'têt pas qu'elle avait affaire avec le plus redoutable des privés de New York. En tous cas le lendemain, elle ne s'imaginait plus rien allongée dans les ordures, pour un sommeil définitif...
Je n'avais aucune piste à part l'homme de fer, auquel je décidais de rendre une petite visite de courtoisie...

Posté par zalandeau à 09:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2017

La guerre dans l'association des anciens élèves avec des dirigeants oligarchiques (8)

GSM

 Le Major a assisté à l'assemblée générale du 2 décembre 2017. Il écrit :
 

" J’ai tenu, organisé et assisté à de nombreuses AG d’autres associations mais jamais comme celle là ! Les méninges m’en tombent ! J’en suis ressorti tellement abasourdi que les mots m’ont manqués pour en parler avec Gigi. Vos remarques m’ont fait réagir et c’est pour cela que, avec un peu de retard certes, j’utilise le clavier aujourd’hui.
    Gigi a très bien décrit les problèmes actuels de la gestion de l’Amicale et je n’y reviendrais pas.
    De l’extérieur, tout va bien et au vu des “publications officielles” rassurantes (site et papier) sur l’état de santé de l’association, on ne peut que penser, à notre propos, “mais qu’est ce c’est ces empêcheurs de tourner en rond ?”.
    En fait, ce sont des problèmes insidieux de pouvoirs personnels qui gangrènent la bonne marche de l’association. Comme Gigi, ce qui m’attriste c’est que, à l’image de son équipe dirigeante, l’Amicale est en train de perdre son “A” d’Amitié source de respect et de fraternité et ses valeurs de rassemblement. Nène me semble –t-il l’a bien senti aussi.
    L’AG 2017 en a donné une image caractéristique.
    Déjà en début de séance, le président, suite à un soi-disant bug informatique, annonce le report de l’élection des administrateurs lors d’une nouvelle AG prévue le 13 janvier 2018; l’argumentation ne m’a pas convaincu.
     Un président triste, froid, insensible voire méprisant, au mutisme déconcertant devant les questions, indifférent aux interventions argumentées et qui n’avait qu’un seul souci : son ordre du jour. Son équipe, au diapason, ne montrait aucune empathie avec les participants : une mécanique quoi ! . Voilà décrit, en employant le terme d’Etienne, le camp n°1.
    La direction de l’école représentée par 2 ou 3 personnes est restée impassible et n’est pas intervenue, même pas pour un billet d’accueil. C’est le camp n°2
    Une bonne vingtaine d’élèves silencieux (une seule intervention : réponse à une question), manifestement conscients de leur importance dans les résultats, a attendu sagement la fin des votes pour s’éclipser. Voilà le camp n° 3
    Enfin, le camp n°4 regroupant 20 à 25 anciens Papés principalement adhérents de l’ADIA dont vos 2 Gilbert. Il a animé cette AG en multipliant, au fil de l’ordre du jour, les interventions très argumentées incluant de nombreuses questions qui sont restées sans réponse (respect des statuts, légalité de l’AG ....). J’ai eu l’impression que les intervenants parlaient devant un mur : Aucune réaction de la part des autres camps (notamment du n°1 principalement intéressé), pas de débats contradictoires, juste quelques paroles fortes de la part de notre camp frustré par ce mutisme .
    Le summum de cette AG a été atteint lors du vote des délibérations présentées par le CA (majoritairement acquis aux 3 premiers camps) : une mascarade ! Simulacre d’un ordre du jour respecté. Aucune appréhension du président et pour cause ! (voir hold up de Gigi en fin de mail ci dessous)
    Ecoeuré, le camp n°4 a quitté l’amphi avant la levée de la séance mais bien après le camp n°3.
   
    Je suis donc bien attristé que l’Amicale ait perdu son âme et soit devenue une succursale de la Maison des Elèves. En participant à la mise à l’écart des anciens dans la gestion et dans la prise des décisions, les élèves, comme dit Gigi, ne se rendent pas compte qu’ils tombent, de plus en plus, dans les griffes d’une direction avide d’économies sur leur dos.
 
    On peut se dire “on est à la retraite, ce n’est plus notre problème ! après tout, ils l’ont bien cherché !, on s’en va !”
 
    He bien moi je dis non !, En tant qu’anciens Papès ayant acquis une certaine sagesse, nous sommes concernés. Au nom d’une certaine démocratie et pour conserver cette entre-aide intergénérationnelle initiale de l’Amicale, nous ne pouvons pas fermer les yeux et laisser faire.
    Comment ? Pas question de refaire les “trad’s” dans la cour de l’école !
    Les anciens qui travaillent sur le sujet au sein de l’ADIA sont des personnes sensées, compétentes, opiniâtres et sympathiques. Ils ont saisi la justice sur la responsabilité de l’équipe dirigeante actuelle vis à vis des dysfonctionnements évoqués par Gigi dans la gestion de l’Amicale. L’ADIA a gagné en première instance. Les preuves sont flagrantes et le jugement en appel est en bonne voie de confirmer le premier. La présence à l’AG d’un avocat commis par la justice est un atout de poids pour l’ADIA. Mais ce n’est pas terminé !
    Alors que les dirigeants incriminés font supporter, pour l’instant, les frais de justice par la caisse de l’Amicale, l’ADIA n’a pas d’autres ressources que la participation de ses adhérents.
   J’apporte mon soutien, quant à moi avec mes moyens, en adhérant à l’ADIA depuis maintenant 2 ans !
   
    Quant à la présence aux AG, c’est à chacun de voir ! Malgré l’impression d’une certaine inutilité vu le contexte actuel, j’ai quand même apprécié d’être présent car, d’une part, j’y ai acquis la nécessité de l’action menée par l’ADIA et d’autre part j’y ai rencontré d’autres anciens Papés bien sympathiques. Je compte bien y retourner !
    En ce qui concerne l’AG du 13 janvier 2018, je vais suivre les conseils de Gigi : le vote par correspondance . Attention donc aux dates !
 
    Avec ces impressions bien personnelles, j’espère, comme Gigi, vous avoir convaincu de la nécessité de sauvegarder de notre Amicale.

Posté par zalandeau à 09:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

17 décembre 2017

L’histoire du vieux fol... (début)

GSM

Il estoit (était en vieux François (vieux Français)) un vieux sage, qui à l’après-midi de sa vie, accumula les problèmes et soucis qu’il n’avoit (n'avait) point prévus.
Or, sa descendance étoit jeune et inexpérimentée. Ses problèmes d’argent qui vinrent se greffer étoient pour lui un dilemme sans fond, car pour sa filiation il craignoit le pire.
 
Or donc dans l’époque où il vivoit, la vie étoit rude et ne faisoit pas de cadeau. Il résolu de prier le ciel, afin que Dieu en sa clémence lui accorda la mort, à condition toutefois que la vie de ses enfants soit préservée et qu’ils puissent se développer dans l’harmonie.
 
Las pour le vieux sage, qui ne l’était pas suffisamment, on ne conclut point de pacte avec le ciel. Et de fait, c’est satan qui pris en compte sa requeste.
 
L’enfer lui envoya le haut mal. Cette maladie qui s’appeloit différemment, il fut obligé d’en changer le nom pour des raisons d’anonymat que l’on verra par la suite.
 
De fait cet homme de bon conseil et de bon esprit, qui auparavant avoit des amis, des compagnons, étoit estimé pour son savoir-faire et sa sagesse.
 
Mais l’ensemble des tourments qui accabloit ensuite ce vieil homme, sappa son entendement, sa confiance en lui-mesme, affecta sa mémoire et son caractère…
 
Il se tourna vers ses amis, pour tenter de quérir le réconfort, afin que la chaleur humaine d'yceux allégeast un tant soit peu le fardeau de ses souffrances.
 
C’est ainsi qu’il vit se détourner d’un seul bloc tous ses amis d’un jour. Le pire fut atteint, lorsque ses amis de longue date s’éloignèrent aussi et lui tournèrent définitivement le dos.
 
Il estoit dans la foule. Il lui sembloit crier, mais nul estre n’entendoit sa voix.
Il résolu de quitter la ville et se reclut un moment. Tout appliqué à réfléchir, sur l’humaine condition et sur sa propre situation, une nuit il fit un resve (rêve)…

Posté par zalandeau à 09:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

16 décembre 2017

Sonnerie : L'appel

GSM

 

Paroles de la sonnerie :

« Comptez, comptez vos hommes Comptez, comptez les bien
Y’en a qui sont aux chiottes et vous n’en savez rien!»

Posté par zalandeau à 11:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :