28 juin 2018

6 mai 2012 : Ce n'est pas gagné d'avance !

 

GSM

Écrit le 25 avril 2012 (Onze jours avant l'érection pestilencielle)
 
En ce moment les notaires sont surbookés ! Donations, donations, donations, donations, donations... Ça n'arrête pas ! Évidemment Hollande a promis de diminuer le plafond d'exonération... Alors vite, il faut protéger le pognon de la gangrène "socialistique" !
 
A part ça, l'arithmétique va avoir du mal avec les pronostics ! En effet ! On peut compter et additionner comme on veut, les reports de voix sur chacun des deux candidats, on n'arrive en aucun cas à 56/44, ni même à 54/46, comme le prétendent les organismes de sondages relayés par les médias ! Mais certainement à une différence nettement plus infime... (NDLA : Hollande n'obtiendra qur 51,64% au second tour).
 
Le problème, c'est qu'en annonçant un écart pareil, on rassure à tort certains électeurs du prétendu gagnant pas très motivés et qui vont s'exonérer d'un vote soit-disant joué d'avance et que vont se mobiliser les aficionados du soit-disant perdant dans un combat jusqu’au-boutiste pour la conservation de leurs privilèges !
 
La première vérité est que la différence arithmétique est bien inférieure aux sondages et qu'il faut rester mobilisés pour la peste et contre le choléra (ou inversement suivant la sensibilité de chacun aux maladies).
 
La deuxième vérité et cela me rassure, c'est que celui qui est "présidat-candident", vous savez... le "casse-toi pauv'con", ne change pas d'un iota : Obséquieux avec les électeurs des trois partis qui n'ont pas opté pour lui au 1er tour; méprisant, stigmatisant, semant la division et la haine entre les VRAIS et les FAUX travailleurs, les VRAIS et les FAUX Français, Les VRAIS nantis et les FAUX privilégiés...
J'espère qu'en poursuivant ainsi, il continue de creuser la tombe de son mandat en CDD...
 
S'il concourait, je suis sur, qu'il remporterait le titre de VRAI con, mais hélas, l'actuel concours ne vise "que" la présidence de la France !
 
En tous cas, il y a bien longtemps que les Français l'ont catalogué comme un FAUX Président ! J'espère qu'ils le lui feront savoir le 6 mai ! Quant à l'autre candidat malheureusement challenger... Je ne fonde que peu d'espoir sur ses capacités de mollasson...
 
Mobilisez-vous ! Le combat n'est pas gagné d'avance ! Pour moi, il est déjà perdu depuis le 22 avril (date du 1er tour)...
 
 

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


27 juin 2018

EOS - FAB & EXE Fx Plafonds - réf Z/DR/ D 1772

GSM

DE : Z

 
 

À : RENARD/AUGAGNEUR; POIRIER/LEFORTFRANCHETEAU
Cc : POYART/BOUYGUESImmo; TEYSSIER/BOUYGUESIMMO; MAILLARD/JACOBS; JOSSET/JACOBS
Envoyé le : Vendredi, 21 Décembre 2007, 17h36mn 32s
Objet : EOS - FAB & EXE Fx Plafonds - réf DR/Z/ D 1772 
 
Nous avons étudié avec attention votre calendrier d’exécution remis lors de notre réunion du 18 courant. Il ne peut nous convenir pour les mêmes raisons déjà exprimées dans notre mail DR/D 447 du 20 février 07, objet de certaines attentes non transmises à ce jour. 
 
En effet, comme nous vous l’avons fait remarquer, il est élaboré à partir de successions de tâches séquentielles, marquant l’absence de continuité de montage pour chacune d’elles. Le début de pose des bacs de chaque bâtiment est beaucoup trop retardé par rapport aux possibilités offertes et à venir. Il ne peut répondre à l’objectif contractuel fixé
 
Or, il ne faut pas oublier que vos travaux représentent 3,5% de la masse et que la fourniture prédomine. L'ordonnancement de fabrication est donc crucial. « La fabrication et les livraisons sont cadencées sur le calendrier de l' O.P.C., depuis l’origine, pour correspondre aux effectifs appropriés. », selon vos propres termes entérinés par le maître de l'ouvrage. 
 
En conséquence, il vous faut impérativement organiser des équipes spécialisées pour chaque nature d’éléments d’ouvrages, pour qu’elles se succèdent en augmentant (ou conservant) les écarts, sans jamais se croiser. Enfin, le tuilage approprié permet en partie l’optimisation de la durée globale. « C’est ainsi que notre calendrier est élaboré. Par mesure sécuritaire, nous avons aussi préservé certaines latitudes marginales autorisant quelques légers débordements ou contractions de la durée globale et dans certain cas les deux possibilités. », toujours selon vos propos formalisés. 
 
Concernant les pénalités pour absence, nous admettons que parfois votre présence n’était pas indispensable. Le montant est donc à reconsidérer.
 
Néanmoins, nous attendons votre argumentaire justifiant d'une part, le retard de fabrication et de report d’intervention sur le bâtiment C  et d'autre part l’absence d’information que votre groupement fait subir au chantier depuis la semaine 48.
 
Nous vous joignons le planning contractuel recalé, faisant apparaitre vos retards et la nouvelle cinématique d'exécution de vos tâches qu'il vous appartiendra de respecter.
 
Cordialement,

 

Z
 
NDLA : Le monde du bâtiment est un bordel sans nom ! Une seule entreprise sortant du planning et c'est tout le projet qui dérape ! Sur pratiquement tous les chantiers, j'ai pu constater qu'une entreprise sur quatorze en moyenne était en état de défaillance sévère (cessation de paiement, redressement judiciaire, dépot de bilan). Autant dire que chaque chantier avait au moins une entreprise défaillante. Cela aurait pu être évité, si au moment du dépouillement des offres, les promoteurs avaient pris soins de prendre des renseignements financiers auprès des greffes des tribunaux de commerce. Pour une économie d'une vingtaine d'euros par renseignement non demandé, cela coûtait des sommes astronomiques de surcoût des projets, à des clients finalement tout aussi bordéliques que les entreprises...

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

26 juin 2018

Pourquoi les bobos de la gauche libérale me débectent profondément ?

GSM

 

Il suffit de regarder la suffisance de ces nantis, sûrs de leur légitimité de pensée (unique), pour comprendre que le peuple Français ne pourra survivre. Mais cette " intelligentsia " s'en fout et veut ignorer les réalités du monde qu'elle ne connait pas !!!

Nicolas Dupont-Aignan - On n'est pas couché 23 juin 2018

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

25 juin 2018

Mémoires et radotages (179) – Sarkozy et le RSA – remise en cause


GSM

Écrit le 19 juin 2018
 
J’ai beaucoup fustigé les actions de Sarkozy pendant son règne de 2007 à 2012.
Mais je dois reconnaître, qu’il y a une chose que j’ai pleinement approuvée, c’est la création du RSA (Revenu de Solidarité Active) ! 
Auparavant il y avait le RMI (Revenu Minimum d’Insertion). Le problème avec cette allocation, c’est que dès qu’un RMIste faisait quelques heures de travail déclaré, il perdait le bénéfice de son allocation… Ce qui n’encourageait pas la reprise d’une quelconque activité.
 
Sous le règne de Sarko, Martin Hirsch mit en place le RSA qui diminuait dégressivement le montant de l’allocation en fonction des revenus de travail déclarés, tout en laissant un bénéfice, donc un intérêt à l’allocataire…
Ce dispositif dont la formule était : RSA = (montant forfaitaire (RSA socle) + 62% des revenus professionnels du foyer) - (ressources du foyer + forfait d’aide au logement), faisait donc diminuer le RSA. Exemples :
38 euros en moins à qui en gagnait 100 par son travail.
228 euros en moins à qui en gagnait 600 par son travail.
Enfin celui qui gagnait 1300 euros ne percevait plus rien.
 
N.B : Sous Hollande, le RSA fut ensuite mixé avec le la prime d’activité. Ce qui donna des calculs plus compliqués.
Pour un célibataire sans enfant :
Ressources
Montant de la prime d'activité
0,25 Smic
185 €
0,5 Smic
246 €
0,6 Smic
222 €
0,7 Smic
199 €
0,75 Smic
188 €
0,8 Smic
176 €
0,9 Smic
136 €
Smic
132 €
1,1 Smic
105 €
1,2 Smic
60 €
1,3 Smic
15 €
1,4 Smic
0 €

On remarquera que la prime d’activité ne suit plus une ligne droite descendante, mais une courbe descendante en dos d’âne… Il faut dire que les socialos ont toujours eu l’esprit tordu…
 
Mais c’est quand même Sarko qui a mis en place ce système incitant à la reprise d’activité. Les socialos n’avaient jamais eu l’idée d’encourager le travail, restant sur leur RMI inepte et inadapté. De plus même sans demande explicite, cette allocation (RSA/Prime d'activité) s'est vue attribuée automatiquement sous le règne du culbuto…
 
Alors bien évidemment, devant l'inflation du budget national de la prime d'activité, certains réactionnaires argueront que cette aide financière faite pour les petits revenus, incite les patrons à en jouer, multipliant ainsi des sous-emplois à temps partiel, plutôt que des vrais emplois…
 
Cet argument n’est pas totalement recevable. C’est le volume d’activité qui détermine une entreprise à embaucher ou non. Il faut savoir aussi, que c’est la concurrence avec le travail au noir et la main d’œuvre détachée qui tire les salaires à la baisse. L'incertitude des carnets de commandes contribue elle aussi à étendre le travail précaire...
Le RSA, sous sa forme de prime d’activité, aide les Français dans la dèche, à pouvoir s’aligner contre cette concurrence déloyale, tout en améliorant leurs conditions de vie et en les encourageant à travailler.
De plus l'attribution automatique de l'allocation a fait monter les effectifs des bénéficiaires, en la donnant à ceux qui ne l'avaient pas demandée !!!
 
La seule bonne solution : Que l’on crée des emplois en France et que l’on exclue le travail détaché déloyal et ainsi le RSA sera bon à jeter aux orties ! Mais s'attaquer à l'UE... On a vu que Macron s'y casse les dents à chaque fois. Il est plus facile de suivre la ligne libéralo-Merkelienne...
 
Malheureusement, une rumeur, relayée notamment par le gluant Darmanin, dit que le seigneur Macron veut commencer par grignoter la prime d'activité sans toucher au reste (travail et concurrence déloyaux)… Quelle haine contre les pauvres, si ces intentions étaient confirmées ! Supprimons les aides aux pauvres et il n’y aura plus de pauvres. Raisonnement aussi totalement Macronien que la théorie du ruisellement : Aidons les riches, enfonçons les pauvres !
 
Alors, jusqu’à quel plafond faut-il aider les petits salaires ? 130% du smic ? 120% ? 100% ? C'est à voir, car on est peut-être allé trop loin ! Supprimer l'attribution automatique ? Pourquoi pas ! Cela peut se discuter.
En revanche pour les très petits salaires (50% du smic ou moins) une baisse sensible de la valeur de la prime d’activité serait catastrophique. Les économies sociales seraient à la marge et les résultats sur l’implication des salariés concernés et sur l’économie seraient négatifs…
 
Macron, c’est l’anti-Sarkozy (du moins sur ce sujet bien précis). Enfin, on verra. c'était un ballon d'essai !

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

24 juin 2018

Elle n'a pas acheté ses pilules...

GSM


- J'ai acheté des côtelettes de porcs, au lieu de mes pilules.
- Heu ???... Comment ? T'as pas acheté tes pilules anticonstitu... anticonstipa... anticonceptionnelles ???
- Non. Pourquoi faire ? Pour baiser une fois par mois ?
- T'as jamais envie ! Tu vas vieillir d'un coup, c'est tant pis pour toi !
- Ça fait des économies !
- Des économies de cul et de fatigue...
Elle va devenir grosse et moche. Déjà qu’elle était con, ça sera la totale !...

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


23 juin 2018

Nouvelle tentative d'escroquerie

GSM

Cette fois, j'ai hésité sur la conduite à tenir... "Réglez votre impayé"... Cette tentative d'escroquerie sur votre boite email, qui consiste à vous faire donner vos coordonnées bancaires, est vraiment très plausible, visuellement parlant. Toutefois expéditeur et destinataire sont farfelus. Pour plus de certitude, j'ai regardé sur mon compte bancaire : Nul doute mes factures sont toutes réglées...
Les brigands sont de plus en plus habiles. Méfions-nous !
 
 

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juin 2018

1227suite Le peuple agit en 1227

GSM

Louis IX, réfugié au castel de Mont Lehericus, dépescha alors un messager vers Blanche de Castille à Paris.
 
Icelle fust prompte à décider. Elle informa la population Parisienne.
 
Apprenant les dangers qui menaçoient leur Roy, les Parisiens se dressoient en foule, hommes, femmes et jeunes gens, sous la conduite de quelques Chevaliers, derrières les milices communales et ils prennoient le chemin d'Orléans.
 
Ils arrivèrent à Montlhéry. Le jeune Roy revinst alors vers Paris avec cette escorte populaire, salué sur son passage par iceux, qui plus âgés, étoient restés en arrière et l'acclamoient tout au long du chemin.
 
D'ailleurs Saint Louis aimera à conter ce magnifique évènement à Messire de Joinville qui nous le raportoit : "Depuis Mont Lehericus, le chemin étoit tout plein de gens en armes et sans armes, jusqu'à Paris. Tous crioient "Noël, Noël ! Que Notre Seigneur donne bonne et longue vie à nostre Sire ! Qu'il le défende contre ses ennemis ! Noël, Noël !"
 
Le projest factieux des Barons s'effondroit et ils abandonnèrent leur entreprise, voyant "que la main de Dieu est avec leur Roy".
 
En signe de gratitude, Saint Louis fesoit construire une chapelle à l'entrée du castel en 1254, mesurant 45 pieds de long par 24 pieds de large...
 
Heureuse époque ou le peuple aimoit son Roy, qui le lui rendoit bien et se soulevoit pour en soutenir la cause...
 

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

21 juin 2018

En avons-nous les moyens ?

GSM


Dessiné par autrui

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juin 2018

Diviser pour régner

GSM

Dans le temps, celui de mes parents et de mes grands-parents, quand on parlait politique et qu'on était d'avis divergeant, on s'engueulait et on se foutait parfois sur la gueule.
 
A mon époque, nous avons su parler de politique posément, en sachant respecter et comprendre les motivations et la vision de l'autre. J'ai eu beaucoup de copains d'avis différents du mien.
Aujourd'hui encore mes amis (qui sont de ma génération) et moi-même, avons des opinions politiques très divergentes.
Nous parlons parfois de politique et jamais nous n'avons un mot plus haut que l'autre. Même si l'un énonce des idées contraires à ce que pense l'autre, nous essayons de comprendre et jamais, nous ne critiquons négativement l'opinion de l'autre. Nous nous enrichissons de notre diversité, car nous découvrons une autre façon de voir les choses, que nous avions mal perçue.
 
Mais pour les générations d'aujourd'hui, je constate qu'il en va tout autrement...
Il n'y a pas vraiment d'engueulade, mais dès que les opinions des uns et des autres sont connues, les clans se forment. On ne parle dès lors politique qu'avec ceux qui ont strictement la même opinion que soi-même et surtout on rejette d'emblée les personnes d'opinions différentes. On obéit au politiquement correct, on diabolise. On ne cherche pas à comprendre l'autre.
 
On peut toujours critiquer le communautarisme que pratiquent certaines minorités.
Mais souvent, ceux qui critiquent ont l'attitude clanique que je viens de décrire ci-dessus.
 
Alors on garde ses engueulades, mais on exclut. On se regroupe en même famille de pensée. On n'a plus d'échange avec d'autres sensibilités, avec d'autres façons de percevoir la vie.
Cet ostracisme n'est-il pas aussi une forme de communautarisme ? Sauf que dans ce cas précis, il n'y a pas entraide au sein du groupe, mais seulement exclusion des gens "différents".
 
C'est un communautarisme, sans cohésion. On se réunit pour rejeter. Puis on se sépare pour ne pas s’entraider.
 
On aboutit à la division des gens, en individualistes, qui n'ont en commun que la volonté de ne pas aborder les problèmes qui risquent de fâcher. Les idées deviennent figées sur la société, parce que l'on refuse d'enrichir le débat.
 
Je rappelle qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.
 
Cette tendane de la société fabrique des individus qui n'ont en commun que la volonté de rester dans la pensée unique.
 
C'est bien cela que voulaient nos dirigeants : La peur, l'isolement, l'ignorance et la division du peuple, sont les plus fidèles alliés de nos politiciens, de quelque bord qu'ils soient.
 
"Diviser pour Régner", voilà leur but réel.
 
Les moyens qu'ils emploient, pour y parvenir, j'en ai déjà parlé. Et le sujet est bien trop vaste pour être développé dans le présent article...

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

19 juin 2018

Comment comprendre les mots ?

GSM

Les mots sont difficiles à comprendre. Ils peuvent être, chacun le sait, des armes redoutables, surtout aux mains des politiciens, des magistrats et des journalistes. L'être humain aime manipuler l'opinion, désinformer, tordre la vérité jusqu'à ce qu’elle devienne fausse. Parce qu'on veut faire prendre aux gens des idées fausses pour des vérités intangibles (des vessies pour des lanternes)...
 
On le perçoit bien sûr, dans les médias : 
 
« Monsieur Untel a dit « Bamboula » ! Ah quel raciste épouvantable ! »...
Mais les journaleux (et encore je les honore trop en les nommant ainsi), ont peut-être extirpé ce mot de la phrase de Monsieur Untel qui était : « C’est vraiment scandaleux de traiter quelqu’un de Bamboula ». Donc Monsieur Untel peut-il vraiment, dans ce cas être qualifié de « raciste ? Non ! 
 
C’est ce qui s’appelle sortir une phrase de son contexte… Le problème c’est que le grand public ne connait pas le contexte. Comment mettre systématiquement en doute la parole des journalistes, quand on n’a pas accès à toute l’information entière et véritable ?
 
Alors, pourquoi parlé-je de Bamboula ? Parce qu’il y avait un fait divers déplorable, en été 2007, portant sur ce mot et son utilisation…
 
Je vais donc poursuivre avec ce mot, pour continuer mon analyse.
 
Sur le blog, on écrit et par définition, on ne se voit pas. J’ai remarqué à diverses reprises, que mes propos étaient interprétés complètement à l’opposé de ce que j’ai voulu exprimer….
Rarement il s’agit de provocateurs voulant retourner mon propos contre moi. Non !
 

En fait, Ce que les gens ne voient pas et n’entendent pas, c’est le ton ! Et pour cause ! 
Il faut donc insister plus lourdement sur notre propos si l’on veut que cela soit perçu comme il convient.  Car le ton de l'expression détermine si le propos est à comprendre au premier ou au second degré...
 
S’exprimer par écrit, ce n’est pas évident !
 
Je terminerai par deux exemples :
 
Un noir arrive à son boulot et rencontre son pote blanc :
-           Ah, te voilà, Bamboula !

-           T’es déjà arrivé cachet d’aspirine ?

Grandes tapes dans le dos, puis machine à café… Où est le racisme ? Nulle part…
 
Un chef de service en regardant sa montre lâche, d’un ton haineux et condescendant :
-           Ah, te voilà, Bamboula !

 

Ce putain de raciste, moi, je lui mettrais bien mon poing dans sa sale gueule de con… Non pas pour être raciste, mais tout simplement irrespectueux !
 
D’où, l’importance du ton dans le poids des mots…

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :