02 août 2018

Ah ! L’excellent microcosme !

GSM

Certains invectivent, d’autres lancent l’anathème, j’en ai même lus qui débordent de jalousie et crachent leur haine, comme autant de venin.
Il y en a qui se retranchent derrière leur « politiquement correct », mais se permettent d’être incorrect.
D’autres encore diabolisent ou insultent tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
Une catégorie est plus fourbe encore, qui sait recourir à de faux témoins et les soudoient par des mensonges. Ceux-là affectent par devant, main sur le cœur, de crier leur bonne foi et par derrière dénoncent à blog.fr, pour faire exclure.
 
Ah ! L’excellent microcosme ! Le syndrome Vichyssois à de beaux jours devant lui !
 
Cela se passait sur blog.fr... Mais je suis certain que cela peut se passer sur bien d'autres blogs ou autres réseaux dits "sociaux"...

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


01 août 2018

J'ai toujours refusé de me plier à des modes et tendances - La dichotomie du savoir.

GSM

J'ai toujours refusé de me plier à des modes et tendances qui ne me plaisaient pas. C'est pourquoi j'ai gardé ma liberté de ton et d'expression...
 
Je trouve très troublant et même fort inquiétant la tendance de dérive du langage actuel...
 
Je vois progressivement, alors que le langage populaire Français est en train de s’éteindre en même temps que les cimetières se remplissent de ces gens au bons sens très terre à terre, qu'émergent deux types d’expressions parmi les nouvelles générations.
 
La première catégorie est celle d’une jeunesse de banlieue, autrefois qualifiée de « sauvageonne ». La faiblesse de son vocabulaire n’est pas de sa responsabilité, mais le résultat d’un contexte dont il n’est pas ici le sujet. De fait, cette pauvreté de mots les empêche de s’exprimer, ce qui abouti inévitablement à un comportement violent, seul moyen parfois, de parvenir à communiquer…
Reportons nous à l’histoire. Depuis de nombreux siècles les gens « éclairés » ont prôné l’accès à la culture et à l’éducation. Plus simplement encore, il était demandé que tous sachent lire et écrire correctement…
Ce n’est hélas pas le cas de nos jours, puisqu’une proportion inquiétante de nos jeunes sort du cursus scolaire sans ce viatique minimum, que l’on dit obligatoire…
 
L’autre catégorie est une population de jeunes ayant réussi à intégrer une éducation et une culture suffisante et même souvent brillante… Alors où est le problème. ?
Je n’analyserai pas ici non plus les causes possibles de ce phénomène, mais me bornerai à décrire les symptômes…
Cette nouvelle génération, qui possède un langage très étendu, semble s’exprimer avec une partie seulement de son vocabulaire. Elle se comporte dans son mode d’expression, comme dans sa pensée qui en est génératrice, comme si une autocensure était de règle intangible et incontournable… Au-delà des conséquences immédiates intéressantes d’un langage châtié, poli, je dirai même policé, il y a des « dommages collatéraux », sur la pensée.
 
En effet, en s’autocensurant, les gens s’interdisent d’analyser, de réfléchir sur certains sujets catalogués comme étant « mal-pensants ». Ils se contentent donc de garder des problèmes et des réflexions comme on garde en « quarantaine », les virus informatiques, sans se poser de questions.
J’ai eu à prendre une fois par la main un jeune diplômé d’une école supérieure, dont je trouvais le discours convenu, suffisant et très éloigné des soucis du quotidien. Ce jeune homme qui avait à gérer des ressources humaines, était, heureusement de bonne volonté et se plia de bon gré à mes recommandations.
Ainsi je l’emmenai, fringué en jeans et pull, dans différents bistrots.
J’entamai les conversations, ou plutôt je m’immisçai dans les conversations de comptoir, avant que mon jeune diplômé n’intervint, après avoir bien écouté et jamais de façon agressive ni trop intrusive…
Au bout d’une semaine, cette expérience lui fit prendre une réelle conscience de ce qui préoccupe les gens. Il me dit même, qu’il était très étonné de « l’intelligence » du commun des mortels.
Je n’étais plus étonné de cela depuis longtemps et pas davantage par son étonnement que j’avais bien prévu…
 
En conclusion, (ce post étant déjà bien trop long), il y a dichotomie entre deux catégories de gens : Une qui a le savoir mais l’utilise mal, par esprit de caste et de politiquement correct, l’autre qui n’a pas le savoir et qui ne peut rien utiliser à part la violence pour s'exprimer…

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

31 juillet 2018

Mémoires et radotages (185) – L’affaire Ben… Je n’sais plus qui ?

GSM

S’agissant de l’affaire Ben Bella… Non ?... Ben Arfa, alors ?... Non plus ?... Benabar ?... Ben Allah, si vous voulez !… En fait, à quoi bon retenir le nom de ce personnage sans grande importance ?
L’affaire n’a d’importance que parce qu’il s’agit d’un maillon faible relié directement à la personne de Macron !
Je ne vais pas raconter les tenants et aboutissants de ce scandale d’état… Chacun peut piocher dans les médias la saveur gratinée de ce feuilleton de l’été, impliquant toute la sphère médiatique, les autorités policières, gouvernementales, ainsi que les deux chambres du congrès…
 
Pour autant, j’approuve totalement l’indignation émise par tous ces intervenants, non pas pour le fond des choses de ce fait divers, mais pour l’atteinte qu’il fait peser sur le Monarque absolu que notre cinquième république a le don de générer, au mépris absolu de la représentativité de l’opinion publique et des majorités bafouées, gouvernées par des minorités soudées par des intérêts de classe et avantagées par un système électoral inique !
 
Oui, je le répète : Tout est bon pour tirer à vue sur Macron, le bonimenteur qui a escroqué un électorat et qui, selon moi, n’a que ce qu’il mérite !
 
Je sais, aucune procédure « d’Impeachment », ne destituera le dictateur élu, car nous ne sommes pas les USA, nous n’avons pratiquement aucun moyen de foutre à la porte les présidents qui se payent notre portrait. La destitution est presque impossible… Sauf s’il saute du train et marche en chemise de nuit sur la voie ferrée sans savoir qui il est ! Mais, il ne prend pas le train : Pas fou le mec !
 
Alors allons-y ! Feu sur le tyran ! Tout scandale est bon ! Même l’affaire Ben-J’sais pas quoi ! C'est de la résistance active !
 

Posté par zalandeau à 08:46 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Pour éviter à mes concitoyens d'acheter de la merde Chinetoque

GSM

Pour ne pas que mes contemporains se fassent avoir par ces relax Chinois, achetez Français ! Merci à celui qui m'a envoyé ce lien

 

Posté par zalandeau à 08:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 juillet 2018

Mémoires et radotages (184) – L’escroquerie mondialisée est permise et encouragée

L’année dernière, en été 2017, nous avions acheté deux Relax chez Gémo, MADE IN CHINA ! Ils ont passé toute la mauvaise saison (automne, hivers et printemps à l’abri des intempéries, de la chaleur et de l’humidité et de la poussière…
 
Voilà l’état des sandows qui composent les relax après seulement trois mois à la chaleur et à la pluie :
 
 
Et de plus près, le caoutchouc ainsi que la gaine des sandows tombent littéralement en poussière :
 
 
Voici encore un autre sandow MADE IN CHINA, acheté chez Brico Marché… Déjà, je m’étais méfié car  l’allongement élastique était deux fois moindre que la normale. Après un an de présence dehors, voici le résultat :
 
 
Alors, tous les sandows sont-ils aussi peu fiables ?
 
La bâche de la remorque a été achetée il y a neuf années. Le sandow en tension 365 jours par an (sauf pendant l’utilisation ponctuelle de la remorque), affronte toutes les saisons toutes les intempéries. Il a l’air quasi neuf :
 
 
Mais celui-ci n’a pas du être fabriqué par une entreprise d’un pays contre lequel le consommateur ne peut avoir aucune garantie, aucun recours juridique contre la mauvaise qualité de ses produits de MERDE !
 
J’ai donc acheté du sandow pour tenter de donner une nouvelle vie à ces relax… AUCUNE INDICATION DE PROVENANCE N’ETAIT INDIQUEE SUR L’EMBALLAGE. « Espace Emeraude », où j’ai acquis ce sandow, n’a pas su m’indiquer la provenance, mais m’a assuré que ce produit était de qualité ! Ce n'est pas une preuve. On verra bien :
 
Faut-il refuser d’acheter tout ce qui n’est pas cher, systématiquement ?
Un prix cher est-il le gage d’un produit de qualité ?
La concurrence ne s’exerce pas sur des bases loyales et nous, consommateurs, sommes les victimes de cette passoire mondialisée !
Aucune instance européenne ne nous garantit la qualité d'un produit, permettant ainsi toutes les fraudes, sans aucun contrôle !
 
NOUS SOMMES VICTIMES DE CETTE MONDIALISATION QUI PERMET TOUTES LES ESCROQUERIES ET LES ENCOURAGE !

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :


29 juillet 2018

Pélerinage 2015

GSM

Ces premiers jours de juin 2015, laissent en moi une floraison d’images, d’impressions et de sentiments. Le voyage (1900 km), la chaleur rencontrée, les paysages lumineux, le recueillement et le souvenir plein d’émotion.
 
Mes chers parents; je suis content d’être allé vous voir. J’ai hélas constaté que personne n’était venu depuis deux ans. J’ai gueulé à cause de ma sœur qui avait foutu une bougie que la chaleur avait fondue, dégueulassant ainsi votre dernière demeure. J’ai pesté d’être obligé de m’agenouiller, pour nettoyer comme j’ai pu, cette tache marron sur la moitié du marbre.
 
J’espère que vous me pardonnerez d’avoir proféré les pires injures à l’attention de votre fille. Le ciel l’a par ailleurs bien punie pour ses méfaits envers Maman.
 
Quant à ma nièce, que vous avez entièrement élevée, elle n’est pas venue vous voir depuis 2011, alors qu’elle habite à moins de 6 km… Quelle ingratitude !
Et je serais allé la voir, elle ? Et bien non, je ne suis pas passé chez elle, parce que mes propos n’auraient sûrement pas été très amènes…
 
Je vous ai rajouté un petit pot de fleurs en tissu, les autres étant très abîmés par les années. La prochaine fois, je commencerai à remplacer les fleurs en lambeaux, je repeindrai le socle en bois tout écaillé de la dernière plaque de marbre et j’essayerai de nettoyer le reste des traces de la tache.
 
Une fois rentré chez moi, il faudra que je téléphone pour demander un duplicata de la concession de 99 ans, car la mairie était fermée ce jour là.
 
On a discuté, ce jour-là. Certes, personne n’était là pour entendre mon monologue. Mais moi, j’ai entendu vos réponses et après tout, c’est l’essentiel.
 
Je vous ai promis de revenir, mais peut-être pas l’année prochaine ; c’est si loin et cela coûte si cher. Mais cela devrait pouvoir se faire, d'après mes calculs.
 
Vous m’avez suggéré que vous étiez tout le temps avec moi, de toute façon…

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

28 juillet 2018

Ta conversation m’enivrait

GSM

Ta conversation m’enivrait, ton parfum m’obsédait, ton rayonnement me réchauffait et ton départ me navrait.
J’aurai voulu te serrer dans mes bras, mon cœur le voulait, ma raison pas.
Pour t’empêcher de t’échapper, mettre mes yeux dans tes yeux, t’embrasser d’un baiser si doux et d’une caresse sur ton cou, faire surgir un émoi, un aveu, te caresser et t’embrasser, faire durer l’éternité, goûter ta peau d’abord.
D’une étreinte de nos corps, faire jaillir le plaisir, aimer, aimer à en mourir, d’un interminable frisson.
Mais ce n’était que déraison. Nous sommes partis de nos cotés. Il n’est pas raisonnable d’aimer. Nous portons chacun nos chaines. Il ne faut pas que je t’aime.

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2018

1322suite Accoudé aux créneaux du rempart le plus haut

GSM

Car tel est mon bon plaisir
 
Accoudé aux créneaux du rempart le plus haut, la grande tour, que vous nommerez plus tard "donjon", j'observois les passages sur le chemin qui alloit de Paris à Orléans.
 
Les passants fesoient file longue et dense devant l'octroi que j'y fist ordonner. Je pensois que les écus ainsi prélevés, me permettroient de lever plus grande armée et de bastir muraille pour défendre le bourg.
 
Ainsi, il suffisoit qu'octroi fust ordonné, pour que pièces sonnantes et trébuchantes tombassent dans l'escarcelle de celui qui l'ordonne !
 
Ce qui fust imposé, sera force de loi...
Ainsi le bon peuple nourrira les féaux du Roy...
Et il en sera ainsi, pour la nuit des temps...
Si le Roy mon suzerain me laissoit liberté d'ordonner plus encore...
 
Capitaine Jacques d’Hangest
Commandant la garde Royale de Mont Lehericus

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

26 juillet 2018

Sur le banc (Sans Sourza ni Souplex)

GSM

Nous parlions de la solidarité pour Charlie... Mais elle ne va pas plus loin. Solidarité de principe, mais c'est tout ! Chacun sa gueule, point à la ligne ! J'en veux pour preuve de sans-gêne égoïste ce petit exemple...
 
Mardi dernier, fatigué de marcher et surtout parce que j’avais mal à un talon, je me suis assis sur un banc public…
 
Une voiture était garée sur ce même trottoir, (signalé en « défense de stationner »), ce qui laissait un espace entre le bout du banc et la voiture de 70 cm environ et donnait à maugréer aux passants, se plaignant de l’étroitesse du passage et du sans-gêne du conducteur…
 
Hypocrite, je proposais à chacun d’eux un couteau afin qu’il puisse crever les pneus du véhicule s’il en avait vraiment l’envie ! Las mes propos de bateleur n’ont retenu l’agrément d’aucun piéton !…
 
Je devisais intérieurement sur l’attitude incivique et égoïste du conducteur absent, lorsqu’un couple, ni vieux ni handicapé, monta dans ledit véhicule au look agressif et imposant, de marque Allemande, conçu pour affronter les pistes, mais plutôt utilisé pour « se la péter »…
La femme se mit au volant et le mari à la place dite « du mort »…
Quand survint un ami du couple… Il ouvrit la portière du mari, coté trottoir et entama une bavette de cinq minutes… Ce faisant, l’espace entre le véhicule en infraction et le banc, n’était plus que de 10 cm tout au plus…
 
Il faut savoir que le mardi matin, est le jour du marché… Un imposant embouteillage de piétons se forma alors sur le trottoir, traversa la rue inopinément, sous les coups de klaxons des véhicules en mouvement surpris par des piétons surgis de nulle part…
 
L’ami du couple termina tranquillement sa discussion par « Au fait ! Vous ne croyez pas que vous gênez ? ». La conductrice répondit avec son accent paysan « Alors là, j’en ai rien à faire ! »
 
Le véhicule finit par partir… Je découvris qu’en plus, il était garé devant le passage piéton… La totale, quoi !
 
Moralité : Il y a des coups de pieds au cul qui se perdent !
 

Posté par zalandeau à 08:47 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2018

' Déplacement abusif du compteur d'eau ' ou ' Fuite d'eau et de pognon '

GSM

 Chers amis et collègues de promotion :
 
Je me trouve dans un problème que je n'avais pas encore rencontré.
>  
> Certains ont déjà eu ce probème, circulez, y'a rien à voir !
>  
> Mon mail concerne seulement ceux à qui il risque d'arriver que le service des eaux leur déplace leur compteur autoritairement de chez eux jusqu'à l'espace public au mépris de nos droits de consommateurs et de la jurisprudence en vigueur.
>  
> Lisez priotairement le document : servicededistributiondeau.pdf joint. très instructif !
>  
> Je signale que la responsabilité vous est transférée jusqu'à la rue (juridique et financière), si vous acceptez.
> Un récent décret n° 2012-1078 (document joint) applicable seulement en 2013, limite à deux fois votre consommation moyenne le paiement des fuites qu'on vous impute, à charge pour vous de faire amende honorable (la corde au cou comme les bourgeois de Calais).
> Mais les réparations sont pour votre pomme de la rue jusqu'à chez vous (allez prouver que vous êtes innocents) !
> Aucune loi n'oblige ce déplacement pour les immeubles construits avant 2007 (Voir décret N° 2007-796 joint).
>  
> Méfiez-vous également si le piège se referme sur vous, des assurances fuites d'eau, dont les clauses sont souvent des pièges à cons.
>  
> Pour info : Copie de ma lettre envoyée aux riverains
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :