28 novembre 2017

Bulletin N° 12 - A ma Maman - Date : Samedi 14/10/2006

GSM

Ce que tu es sourde !
Qu’est-ce qu’on a du mal à communiquer avec toi !
Quand te décideras-tu à prendre un sonotone moderne plutôt que ton vieil appareil pourri ? C'est vrai, on n'a pas les moyens...
C’est très fatiguant de répéter plusieurs fois la même chose, en gueulant, alors que tu demandes si la communication est coupée !!!
 
Le résultat, c’est que quand tu demandes si ça va, je réponds oui, parce que toute autre réponse me ferait rentrer dans des explications que tu me ferais répéter indéfiniment !
 
Comment nous allons ?
Je profite de cet écrit, pour te dire comment ça va :
Les petits garçons vont bien (plutôt grands garçons d‘ailleurs).
Amandine ne trouve pas de travail et n’a plus droit à aucun chômage.
Bon ! Jusqu'ici, je ne t'ai jamais parlé de mon travail, mais puisque tu insistes, pour une fois, je fais une exception :
Moi, en ce moment, je fais un boulot de merde qui ne m’intéresse pas, sans responsabilité, mais ça ne va pas durer.
Je n’ai pas été augmenté depuis mon embauche voici cinq ans, je gagne donc de moins en moins avec les augmentations de prélèvements sur salaires.
Je ne sais pas comment je vais pouvoir financer les études de Toto. Quant à Nono, le pauvre...
Je suis très angoissé pour l’avenir de mes enfants.
Je ne sais pas comment boucler mon budget pour l’année prochaine.
Je recherche de temps en temps un autre emploi, mais avec ce travail, je n’ai pas beaucoup de temps pour rechercher.
Le peu de candidatures que j’ai envoyé m’ont rapporté deux entretiens pour trois candidatures en moyenne. Mais à chaque fois, un candidat plus jeune a la préférence.
Ma dernière candidature m’a valu deux entretiens. Sur 10 candidats convoqués au deuxième entretien, nous étions que deux retenus, mais en finale l’autre, plus jeune, a eu la préférence.
C’est la deuxième fois qu’une place était aussi bien faite pour moi !
J’en ai été abattu pendant deux semaines, tellement je pensais avoir le poste et tellement j’ai été déçu.
 
La santé :
Amandine a toujours sa coxarthrose et ne la soigne pas.
J’ai été en arrêt maladie du 10 mai au 9 juin à cause d’une tension artérielle trop élevée (26).
Outre les hernies discales, j’ai toujours mal à l’épaule droite et j’ai du mal à bouger mon bras droit.
Mon médecin a un diagnostic, le médecin de l’IRM en a un autre.
Enfin, je suis allé voir ma Chiropraticienne, qui a un troisième diagnostic : « la coiffe des rotateurs abîmée ». Elle pense pouvoir faire quelque chose.
En tout cas je ne peux plus faire de gymnastique ni de natation et suis en train de perdre le peu de muscle que j’avais pu me reconstituer.
Je travaille à l'aéroport de Roissy (tu sais, le terminal qui s'est effondré), ce qui m’occasionne 7h40 à 8h00 de trajet par jour en transport en commun.
Je suis crevé dès le mardi, et je dors presque tout le Week-end.
Ma tension remonte. Tout de suite j’ai 17/9.
Avec la fatigue du travail, je n’ai plus de force pour effectuer de la marche à pied, seul sport que je pouvais encore pratiquer.
 
Comment va t-on faire ?
J’ai essayé par téléphone d’ avoir Mme TESTON pour une famille d’accueil mais elle ne répond pas le Week End.
 
J’espère qu’elle va venir te voir à l’Hôpital rapidement comme je lui ai demandé. Elle m’a dit avoir une place pour toi.
 
Je m’occupe à chercher des places dans des maisons de retraites, puisque c’est ce que tu souhaites.
Je vais contacter plusieurs maisons de retraite pour avoir plus de chance d’avoir une place pour toi. Déjà j’ai des contacts par chez moi, si ça te dis.
 
Ta fille :
Je te répète que ta fille t’a laissé tomber comme une vieille chaussette.
 
Ta petite fille :
Ta petite fille n’a pas voulu se déplacer le jour où tu restais coincée sur ta chaise et pourtant je lui ai dit que tu allais probablement dormir sur ta chaise.
Elle a fait du cinéma auprès du Maire de ton village, pour se faire plaindre, et nous a fait passer (moi et mon frère) pour des fils indignes, alors qu'elle habite à 10 km et nous à 700, c’est le bouquet ! Elle oublie tout simplement que c'est toi qui l'a élevée à la place de ta fille et qu'elle te doit autant qu'à une vraie mère...
 
Elle nous a dit qu’à trente ans, elle avait sa vie à faire et invoqué des tas de prétextes pour ne pas aller t’aider.
 
Je sais qu’elle a quelques problèmes, mais quand même ! Son jules pouvait garder ses petits pensant une courte absence !
 
Ton Voisin Serge :
Ce Gitan si mielleux par devant, est allé se plaindre par derrière, au Maire, de tes appels.
Tout ce qui l‘intéresse c‘est de dévaliser ta maison de ce qui l‘intéresse, dans ton dos.
 
Le Maire de ton village :
Il a donné la consigne à tes voisins de ne pas te répondre au téléphone.
 
Ma pauvre Maman :
J’ai beaucoup de peine de voir tes misères, sans pouvoir y apporter remède.
 
Ta fille t'a abandonnée.
Ta petite fille a « sa vie à vivre ».
Mon frère et moi habitons si loin.
 
Je pense beaucoup à toi et je suis malheureux de l‘embarras dans lequel tu es.
 
Je t’embrasse très fort.
Je t’aime ma petite Maman.

Posté par zalandeau à 11:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


27 novembre 2017

Sonnerie : La soupe

GSM

 

Paroles de la sonnerie

« C’est pas d’la soupe c’est du rata
C’est pas d’la merde mais ça viendra.»

Posté par zalandeau à 12:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Mémoires et radotages (147) – L’assassin des rues

GSM

Écrit le 26 novembre 2017
 
Aujourd’hui, c’est dimanche et je vais chercher le pain…
 
Je reviens ensuite à pieds vers le parking où j’ai garé mon automobile…
Je traverse une rue secondaire, la voiture de gauche s’arrête pour me laisser passer… Une autre voiture à droite est arrêtée à un stop…
 
 
Ensuite, la voiture de droite démarre et m’ignore totalement alors que je suis en plein milieu de la chaussée à mon allure de piéton…
 
 
 
Contrairement à mon habitude j’ai vu du coin de l'oeil, la bagnole qui m’arrivait dessus. J’ai bondi je ne sais comment, évitant la voiture, alors que celle-ci était à dix centimètres de moi… Le conducteur s’est arrêté 5 mètres plus loin… 
Surpris de mon agilité et de mon réflexe, j’ai tout de suite repris mes esprits et suis allé à la fenêtre de la passagère et j’ai agoni le mec de tous les petits noms d'oiseau dont je suis coutumier, en gueulant comme un veau : 
« Assassin ! Vieux pé.., enc..é de ta r..e de m…e, vieille sal.pe », j'en passe et des meilleures et j’ai donné un grand coup de poing sur sa vitre latérale passager, provoquant l'effroi de sa bourgeoise…
 
Puis il est reparti, vite fait !… Je me suis dit… Mais comment se fait-il que je n’ai rien fait d’autre ? Un mec de 65 à 70 balais environ, je pouvais me le faire sans risque ?...
 
Il y a quelques années une voiture avec une vieille sortie du diable vauvert m’avait écorché l’avant-bras gauche avec son rétro droit en serrant le trottoir de stationnement, me prenant en sandwich avec ma propre voiture… Je l’avais poursuivie avec ma caisse, doublée, et bloquée ! Elle n’avait rien vu ni rien senti : Je l’avais agonie d’injures versions féminines. Et comme elle niait toujours, je lui avais démantibulé son rétro gauche en m’appuyant dessus  de toutes mes forces en lui disant : « Ça, c’est pour mon avant-bras en sang, vielle pu.e ! »
 
Oui, je sais, ce n’est pas la politesse qui m’étouffe… Mais finalement pour revenir à aujourd’hui… Ce vieux connard, j’avais réussi à l’éviter, in extremis, certes, mais je n’ai eu aucun bobo… Il est donc un peu normal que je n’aie pas attenté à son intégrité physique ni à celle de sa bagnole…
 
Mais qu’est-ce qu’ils font au volant ces abrutis ? Est-ce qu’il regardait ailleurs ? Est-ce qu’il se grattait les couilles tout en les regardant ? Est-ce qu’il est complètement miro et conduit sans lunettes ? Est-ce qu’il roulait une galoche à sa vieille ? Ou bien téléphonait-il (c'est à la mode) ?
 
Je regrette seulement d’avoir été garé à 200 mètres de cet endroit, il a eu le temps de se barrer vite fait, parce que sinon, je lui aurais fait une course à l’échalote comme avec la vieille de l'autre fois… Histoire de mettre les choses au point : « Si t’es un vieux bouc impotent, arrête la voiture et prends une brouette, patate ! »

Posté par zalandeau à 09:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 novembre 2017

Aurais-je le temps pour ceux que j'aime

GSM

Au bord du gouffre qui s'offre devant moi, sans possibilité de recul car le temps ne se remonte pas, je sais que ce qui a été ne se reproduira pas.
La force que j’avais contre l’adversité, cette volonté qui m’a permis de triompher, là où d’autres n’avaient pas de combat, m'ont abandonné.
 
Sans vraiment de malchance, mais avec une débauche d’énergie, je suis parti de zéro, pour n’arriver à rien.
Arriver à être reconnu, dans des domaines qui ne m’ont rien apporté, mais totalement ignoré dans des compétences fortes qui auraient du normalement me propulser dans un destin pavé d’étoiles… Je n’ai vraiment de merci à dire à quiconque.
Mais si mon destin a été une route dure et malaisée, pendant que d’autres parcouraient en dormant une autoroute, il a toujours protégé ma vie et celle de ceux que j’aime.
 
C’est cela l’essentiel. Et au moment où l’énergie et la compétence me quittent, ce même destin a mis sur mon chemin le bonheur, comme une bouée, pour celui qui va se noyer à bout de force…
 
Je crois que si ces épreuves m’ont été infligées, c’est pour vivre mon purgatoire en ce bas monde. Je suis persuadé que le paradis existe, j’espère l’avoir mérité.
 
On me demande parfois, si j’ai peur… J’avais appris à la maîtriser, cette peur, au point de me transformer en machine de guerre aux moments cruciaux. Je n’avais peur que de Dieu et éventuellement de moi-même. Je dirai même, surtout de moi-même…
 
La mort, le sang, les corps mutilés par la folie sanguinaire des humains, je les ai vus, je les ai vécus et j’ai eu du mal à les surmonter.
Mais, cette peur que je maîtrisais, comporte deux points faibles majeurs : La peur de la souffrance physique et la peur pour les proches que j’aime. Ils constituent mon talon d’Achille. 
Ajouter à cela que le courage nous quitte avec l'âge, tant il est vrai que ce n'est pas un don, mais une faculté que nous cultivons tant que nous le pouvons. La peur petit à petit reprend ses droits.
 
Le savoir faire me quitte, mes forces faiblissent avec le temps qui s’échappe…
Aurais-je le temps de mettre tout en ordre pour ceux que j’aime ?

Posté par zalandeau à 09:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2017

Où es-tu ?

 

GSM

Tu éclairais ma vie, mais depuis ton départ, mon temps est suspendu, à ces pas dérisoires. Où donc es-tu partie, toi qui me donnais la main et qui guidais mes pas, dans un monde si beau. Je reste déchiré, aux portes de l'obscur, à ton image fugace, qui s'inscrit aux nuages. Le cri de mon silence reste sans écho, à ma voix arrachée par de tristes sanglots. Où donc es-tu ma vie, toi, que je consolais, toi qui éclairais mes jours, toi, qui n'es plus que nuit ? Je te cherche partout, mais tu n'es que départ, comme oiseau blessé qui s'envole aux nuages lourds de mon coeur en orage. Si tu entends mes pleurs, aide-moi, parle-moi, ma chérie. Tu es tout ce qui est beau, je ne suis que survie.

Posté par zalandeau à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


24 novembre 2017

Sonnerie : Le réveil

GSM

Paroles de la sonnerie :

« Soldat lève-toi, soldat lève-toi, soldat lève-toi bien vite
Soldat lève-toi, soldat lève-toi, soldat lève-toi bientôt
Si tu n’veux point t’lever, fais-toi porter malade
Si tu n’est point r’connu, t’auras quatre jours de plus!»

Posté par zalandeau à 12:15 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

On n'est plus ce qu'on était

GSM

J’ai souvent écrit que la vieillesse était un naufrage, tant ce sujet est prégnant . Cela est vrai, mais pour autant, il convient d’expliquer pourquoi.
Bien entendu, chacun pense aux dégradations physiques que le temps provoque chez l’être humain. Mais cela implique que la diminution de notre force, de notre mobilité diminue notre capacité à bricoler, à soulever des charges, à assurer le quotidien de nos tâches ménagères, à grimper sur une échelle, sur un escabeau, puis sur un tabouret, à monter un escalier, à passer de la position assise à la position debout, à nous lever de notre lit...
Pense-t-on aux dégâts de l’âge sur notre libido, sur notre mémoire, sur notre jugement, sur notre compréhension, sur nos réflexes, sur notre capacité à nous défendre contre des agresseurs, ou même contre des escrocs, dont nous ne savons plus déjouer les pièges ?
Et notre caractère ? Untel qui avait du courage, progressivement n’en a plus. Nous rejoignons le club des victimes apeurées. Untel qui portait secours aux autres devient celui à qui il faudrait porter secours…
 
Quant aux dégâts sur notre moral, dans tous les cas où nous pouvons mesurer l’étendue du désastre, c'est à dire si nous parvenons encore à être conscients de ces dégradations progressives, ils sont considérables : dépression, mal-être, honte et repli sur soi-même.
 
Dans le passé, les patriarches avaient la consolation d’être des sages respectés que l’on sollicitait. De nos jours, il n’y a plus de patriarcat. Les vieux n’ont plus seulement soixante ans et de l’expérience inemployée, mais quatre-vingt ans et la tête en vrac.
 
Il vaut peut-être mieux mourir en pleine santé, « mourir de mon vivant », comme disait Coluche, avant que l'inutilité sociale nous marginalise.
 
.

Posté par zalandeau à 09:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

23 novembre 2017

Les hypocrites de la campagne pour les érections européennes

GSM

Ecrit le 22 mai 2014

 

Depuis quelques jours, une certaine campagne pour un certain vote pour un certain parlement d’une certaine Union-Européenne-Machin-Chouette qui aura lieu le 25 mai en France, a démarré. A l'audition de leurs "professions de foi", je me dis « ça y est, tous les candidats ont adopté mes solutions pour sortir de la crise : Croissance, répression de l’évasion fiscale, protectionnisme, abandon de Schengen, faire du social... », j’en passe et des meilleures. Comme c’est bizarre !

 
Je sais bien que je ne suis pas leur muse ni leur conseiller, puisque je suis un parfait inconnu. Ces propositions, souvent plus exagérées que les miennes, ils font comme s’ils les avaient toujours dites… Tous, tous, tous !
 
Mais il ya dix jours de cela, la plupart disaient le contraire. Ils disaient que ce n’était pas possible. D’ailleurs ils n’ont pas cessé depuis trente ans de faire le contraire, malgrénos demandes qu'ils connaissent parfaitement et qu’ils ignoraient superbement… On voit le résultat de cette Europe Libérale (il paraitrait que libéral = liberté, mais en réalité c'est la liberté totale pour les nantis et la liberté de crever pour les autres)…
 
Ils s’imaginent qu’on va les croire, alors que dès lundi matin, ils reprendront leurs sempiternels : « C’est l’Europe qui veut ça, c’est pour notre bien, on ne peut rien faire, il faut tout laisser faire, on a signé le traité, Schengen, Maastricht, Lisbonne, patin, couffin, etc… »
 
Alors cette « plupart » (UMP, Centristes, Socialistes Bobos), n’a qu’à aller se rhabiller (cette manie qu'ils ont de retourner leurs vestes !), avec d'autres idéalistes qui veulent de l'UE actuelle tant que cela ne nuit pas à leur situations assurées et tant qu'ils sont du bon coté de la barrière.
 
Je ne voterai dimanche que pour ceux qui disent depuis longtemps que l’UE est à refaire, qu’elle met les salariés sur la paille, qu’elle organise la concurrence déloyale, plutôt que la coopération, qu’elle n’a aucune existence politique, qu'elle est une vraie passoire et n’est qu’un objet financier coupé du peuple.
Mon but est de faire perdre quelques sièges à ceux qui nous mentent et nous dupent depuis toujours.
Certes je sais que nous ne parviendrons pas à sortir de cette UE par ce vote, mais on pourra peut-être contrarier un petit peu les dictats arbitraires de celle-ci par les députés élus qui, d’autre part, nous alerteront sur les méfaits en préparation. Et peut être que Flamby sera un peu gêné dans ses pompes, lui, le démocrate qui trouve les référendums « illégaux »… (Rappelons que les dirigeants européens sont des complices coresponsables de cette construction antisociale de l'UE)...
 
D’ailleurs l’UE a prévu le coup : Elle a donné plus de pouvoir au président de la commission (une sorte de « pleins pouvoir » pour continuer à nous baiser la gueule, au nez du parlement européen).
Je rappelle toutefois que le parlement de l'UE n'a que peu de pouvoir face à la commission européenne qui prend toutes les initiatives.  Ils n'allaient quand même pas laisser les peuples leur reprendre leur jouet, non mais ?
 
Finalement il faudra bien en sortir de cette UE, même partiellement, pour y revenir à NOS conditions, même si c’est illégal.
 
La prise de la Bastille était-elle légale ? Non, bien sur selon Louis XVI, elle était totalement illégale... Et pourtant on l'a faite !
 
Cependant, la légalité c’est la volonté du peuple, l'histoire l'a prouvé !
C'est à nous de dire non à un système créé pour nous faire baisser la tête...

Posté par zalandeau à 09:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

22 novembre 2017

On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a

GSM

Les vêtements d'occase ne sont pas forcément coupés pour celui qui en fait l'acquisition...

 

 

Alors on cherche, on tâtonne, quand on n'est pas tailleur, ni même couturier.
 
On fait une pince intérieure horizontale dans le dos , à géométrie variable, comme ça, pour voir :
 
 
Et puis cela donne ce que cela donne :
 
 
Ouais ! La perfection n'est pas de mon monde, on dirait ! Mais je m'en contenterai...

Posté par zalandeau à 09:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2017

Sonnerie : Le courrier

GSM

 

Paroles de la sonnerie :

« Le sergent de semaine,
Viens chercher le courrier de ta putain! »

Posté par zalandeau à 12:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :