05 juin 2017

Mon petit dernier a son BTS...

GSM

Ecrit le 19 juillet 2014 :
Il y a un an, Je déplorais que mon benjamin n'ait pas obtenu son BTS.
 
Alors, je dois reconnaitre qu'après cette année redoublée, il l'a obtenu et avec une très brillante moyenne. C'est mérité, car j'ai bien remarqué les efforts inhabituels qu'il a consentis.
Je suis très satisfait, il faut bien le dire. Je l'écris, c'est encore mieux.
 
Cela fait une douzaine de jours que je connais ce résultat. Pourquoi n'en parlé-je que maintenant ?
Tout simplement parce qu'après une courte euphorie, j'ai réalisé que s'il avait maintenant la clé pour ouvrir la porte des emplois, cela n’empêchait pas que cette porte s'ouvre sur un vide sidéral. Il n'y a pas d'emploi. Et il y a gros à parier qu'il sera sans emploi comme mon cadet. Alors, succès, oui ! Mais si amer !
 
L'avenir ? Trois ans à ma charge sans l'être pour le fisc ! Des impôts sur le revenu pour moi. Ensuite le RSA pour lui, comme ses deux grands-frères, si cela existe encore. NDLA : En fait pas d'impôt pour moi, même avec seulement 2 parts...
 
La pauvreté pour nous, la misère pour eux et la détresse absolue pour toute la famille. Avenir bouché, espoir vain...
 
Merci à nos gouvernants qui ont réussi ce tour de force en si peu de temps...

Posté par zalandeau à 09:18 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


04 juin 2017

Mémoires et radotages (37) – Terrorisme, victoire ou chaos ?

GSMNDLA : Suite à l'actualité des récents attentats en Grande Bretagne, je ré-édite ce texte de mars 2016 relatifs aux attentats. Je n'ai rien à dire, sur les événements qui, dans leur horreur et dans la bêtise du fanatisme sont semblables...

 
Il vient de se produire beaucoup d’évènements, ‘terroristiquement’ parlant, cette quatrième semaine de mars 2016…
Au-delà de ces attentats Bruxellois, du roman de l’extradition d’un minable et de la ‘découverte’ d’un réseau prêt à passer à l’action dans l’hexagone, il est à constater que nous sommes pris dans un labyrinthe de conjectures, sur le devenir de nos sociétés occidentales et de la société Française en particulier, celle qui me concerne le plus…
 
Quand on voit la facilité qu’ont les avocats à mettre des bâtons dans les roues de la justice, ne faudrait-il pas interdire le recours à ces baveux pour défendre des terroristes ?... Ou du moins, limiter leur domaine de nuisance ? En clair, je suis en train de dire : ne pas appliquer l’état de droit à ces barbares… Mais ce serait ainsi, livrer le peuple entier à la merci d’un état totalitaire…
Que va-t-on faire de tous ces radicaux que nous chopons ? En détention, pourront-ils continuer de fomenter leurs actions barbares ? Les relâcherons-nous, puisque l’on ne sait pas garder les gens en détention dans cette putain de démocratie ? Ne parviendront-ils pas s’évader, tant notre laxisme est patent ?
 
Comment neutraliser ces êtres infâmes ?
 
Heureusement que ceux qui passent à l’action s’éradiquent eux-mêmes ipso-facto, pour la plupart… mais en ce qui concerne les milliers d’entre eux qui ne sont pas encore passés à l’acte, nous en sommes réduits à les laisser faire et à ne pas pouvoir leur reprocher quoi que ce soit… Il n’y a pas de délit d’intention et encore moins de crime d’intention… Devons-nous pour autant les laisser commettre leurs forfaits pour pouvoir faire quelque chose ?
 
Les éradiquer, serait la seule solution acceptable… Un état de guerre permettrait bien évidemment une ‘justice’ sommaire de temps de guerre : Fusillés séance tenante… Avec les risques de bavures forcément inhérents à ce type de régime d’exception… Je pense que ce sera la solution de dernier recours…
 
D’autre part, l’état joue à l’apprenti sorcier en profitant de cette sorte de rassemblement des Français devant un péril commun, pour faire passer des lois sur le travail, qui sont de véritables pièges à salariés, des retours en arrière, aussi asservissants socialement, que la barbarie extrémiste islamique l’est ‘sociétalement’…
 
Nous sommes donc devant deux blocs : Libéralisme mondialiste contre terrorisme mondial…
Qui nous dit que les jeunes ne vont pas voir dans Daesh une alternative à la récession sociale que crée le libéralisme ?
 
Revenant à l’état, que je qualifie d’apprenti-sorcier, a-t-il pris la mesure du chaos social que risque d’engendrer tous ses méfaits législatico-permissifs favorables au capital ?
Le chaos et la division, sont la seule péripétie qui pourrait permettre au terrorisme de s’enraciner, de prospérer et voire, de l’emporter sur nous…
Hollande, doit arrêter ses conneries ! S’il veut nous unir dans cette guerre, qu’il cesse de tirer dans le dos des forces vives de la nation … La trahison n’est pas un bon moyen de gouvernement…

Posté par zalandeau à 09:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

03 juin 2017

Les collaborateurs Macronistes...

GSM

 

La soupe est bonne

Posté par zalandeau à 09:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juin 2017

Mémoires et radotages (108) – La mise en place du traquenard Macron (suite)

GSM

Ce que j’ai annoncé dans mon précédent article est en train de se réaliser… Une chambre à la dévotion du président, des députés élus dont on ne saura pas quel est leur bord (Des « agents doubles » en quelque sorte)…
 
La seule condition pour réaliser cette majorité de consensus, c’était le bon comportement de Macron… Et pour le moment, il donne une bonne impression :
-Rencontrer Poutine, rencontrer Trump, toutes choses que le petit gros du précédent quinquennat se refusait de faire, c’est un bon point pour Macron.
- Faire montre d’un grand optimisme de façade et d’une omniprésence sur tous les aspects politiques
Il faut bien dire que ce début prometteur, vient à point nommé pour soutenir une reprise vacillante de l’économie… En effet, la confiance est là ! Pour la première fois depuis 10 ans… Et en économie, la confiance est l’ingrédient numéro 1, insuffisant mais absolument nécessaire…
-Faire semblant de s’occuper du cas de Whirlpool à Amiens et du cas de GM&S à la Souterraine… C’est désormais une tradition chez tous les précédents chefs d’états ! On sait bien que dès qu’ils ont obtenu les suffrages des électeurs, ils lâchent l’affaire, (en l’occurrence ‘ces deux affaires’), comme le fera Macron, lui aussi…
 
Oyez, oyez, Salariés d’entreprises menacées de fermeture ! Les politiciens promettent, mais votre sort ne change pas, ou seulement pour la durée d’une élection…
 
Désormais il faudra remplacer l’expression « être dans la merde », par « être dans la macron »…
 
Je redoute la proclamation des résultats du deuxième tour des législatives ; non pas les résultats, qui sont désormais entérinés d’avance, par une large victoire du président, ou devrais-je dire, une écrasante défaite largement humiliante des oppositions morcelées et déconsidérées, mais ce qui va se passer juste après : Le début de la vraie politique dévoilée de Macron !
 
Et certains qui se délectent d’un début tout en douceur, prometteur d’espérance, risquent de redescendre en chute libre de leur petit nuage…
 
Rendez-vous le 19 juin… même jour, même heure, mêmes pommes…

Posté par zalandeau à 09:22 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


31 mai 2017

Mémoires et radotages (22) – La peur, les attentats, les mensonges

GSM

NDLA : L'actualité des récents attentats en Grande Bretagne, me fait rééditer ce texte du 22 novembre 2015. Je n'ai plus grand chose à dire, les événements sont identiques d'attentat en attentat, dans leur horreur et dans la bêtise du fanatisme...
 
Le courage, le courage… Nous venons de vivre des événements très violents… Alors on a vu des jeunes pleins de courage déclarer « on va résister »… Comme s’ils savaient ce que cela veut dire… Et d’autres s’inventer des actes de gloire alors qu’ils ont eu la chance de sauver leur peau… Ceux qu’on voit en sauver d’autres, n’ont rien dit ! Ils ont fait, ils sont partis ! Un point c’est tout…
Quand on voit des galeries commerciales vides alors qu’elles devraient regorger de monde... on voit bien que le courage est davantage présent dans les déclarations que dans les actes… Disons avec bienveillance que c’est de la précaution…
 
Fichu attentat terroriste… Qu’ai-je à dire sur cela ?... Tout a été dit, pour peu que l’on ait suivi les nombreuses émissions et tables rondes sur le sujet… Je n’ai rien à ajouter…
 
Bien évidemment, si je n’ai rien à ajouter, j’ai quand même des choses à dire.
 
La guerre est déclenchée depuis longtemps déjà… Et depuis janvier 2015, je croyais qu’elle l’était déjà pour de bon. Or, force est de constater, qu’on nous a pris vraiment pour des cons, que nos dirigeants, après avoir fait de belles promesses, se sont carrément assoupis et n’ont rien fait… Ce qui s’appelle : rien de rien !
 
Et qui nous dit que cette fois « la guerre est bien déclarée » ? Trois mois d’état d’urgence ?... C’est histoire que nous nous rendormions dans une apparence de sécurité et d’oubli… Trois mois, ce n’est pas sérieux ! S’il faut proroger, il faudra relancer les votes des assemblées… Autrement dit, Ils ne passeront leur temps qu’à ça… Et escamoteront ainsi tout ce pour quoi on croit les avoir élu : La lutte contre le chômage et même contre l’insécurité…
 
Car, quoi, la loi sur l’état d’urgence a été minimalisée dans beaucoup de domaines et de plus les promesses d’augmentation des moyens seront-elles tenues ?
Même si elles étaient tenues, ces moyens seraient insuffisants… Enfin… il faut bien montrer au peuple que l’on s’occupe bien de sa sécurité… Alors que l’on va faire le minimum syndical…
 
Hé ! C’est qu’il faut rassembler les électeurs ! Pas besoin de tenir des promesses ! Il suffit de faire les promesses et de faire croire que l’on fait plein de trucs… Quand on pense que des lois projetées après ‘CHARLIE’ n’ont pas encore reçu de décret d’application… Quand on pense que les soldats qui patrouillaient dans les gares avaient des chargeurs vides… Quand on pense que nos dirigeants ont refusé une liste des djihadistes Français parce qu’elle émanait du gouvernement Syrien… On a de quoi avoir de sérieux doute sur les intentions de nos dirigeants…
L’idéologie, le bla-bla et puis quoi d’autre ? Rien du tout !

Posté par zalandeau à 09:21 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2017

Cafard

GSM

Ecrit en mai 2014
 
Je t’emmène au lycée. Je ne dis rien. Je ne te parle pas. Tu vas te dire que ton père est froid et distant. Ça me fait chier, de me dire que tu risques d’avoir un souvenir erroné de moi, plus tard.
Alors je finis par te demander de m’excuser pour ne pas te parler. Je te dis que je n’ai pas le moral, que j’ai ce matin un cafard immense et que finalement il est inutile de te le communiquer. Je me force un peu en te demandant si tu as des examens aujourd’hui, si tu révises bien.
J’ai si peur pour toi, mais je ne te le dis pas. Je t’aime et je te l’ai déjà dit bien des fois, mais ce matin je ne peux le dire, car je pense que tu serais fondé à me répondre que si je t’avais vraiment aimé je ne t’aurais pas mis au monde dans ce pays et dans cette époque sans travail, sans avenir et sans espoir.
 
Tu es pourtant le dernier de mes trois espoirs. Puisses-tu, contrairement à tes deux frères, réussir ta vie, t’accomplir, avoir un travail. Oui, car maintenant un emploi est un don du ciel réservé seulement à quelques-uns, pas à des élus de Dieu, mais simplement à des bénéficiaires d’emplois de connivence et de réseau que les parents ont tissé…
Les autres, toi et tes frères en font partie, ne bénéficient d’aucun réseau. Je m’en sens coupable. Réussir ma vie aurait pu être cela : faire partie d’un réseau, rien que pour placer mes enfants… Je ressens la cruelle inutilité de ma vie, moi qui n’ai pas su ni pensé à faire cela. Je sais que vous trois n’avez pas les ressources psychologiques que j’avais. Vous avez le don moyen de ces fils-à-papa qui ont une place réservée dès leur naissance. Manque de chance je n’ai pas la compétence d’un père capable d’avoir des fils-à-papa…
Dans ma volonté d’indépendance, ma fierté, mes principes moraux, j’ai omis de penser qu’il n’y avait pas que mon avenir en jeu, mais qu’il y aurait aussi celui de mes enfants. Honte sur moi, d’avoir mis sur terre des enfants dans un monde de misère.
Mais ça, je ne te le dis pas, parce que j’ai honte, parce que ce n’est pas la peine que je te mette cette idée en tête, au cas où tu me la ressortes un jour comme un coup de sabre dans la figure. Sait-on jamais ?
 
Nous sommes arrivés. Je te dépose. « Travaille bien mon Nono, bonne journée ».
 
Bordel ! Qu’est-ce que j’ai fait comme conneries dans ma vie ! On ne fait pas de gosses, quand on n’est pas capable !
Vivre, c’est prévoir. Je n’ai pas prévu. Ma vie ratée est inutile…
Une journée noire s’annonce devant moi ! Je cherche une explication pour me rassurer. C’est vrai, je suis toujours dans ma dépression du retraité ! Ça ne me rassure pas vraiment…
 
Le mieux est d’aller me coucher et de dormir, pour oublier tout…

Posté par zalandeau à 09:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 mai 2017

Y a-t-il une macro pour restaurer l'intelligence ?

GSM

Cette macro sur excel a pour but de trier suivant l'indice le plus récent parait-il ! Je l'avais écrite en 2004, ainsi qu'une vingtaine d'autres macros, quand j'avais conçu une gestion de documents... Je n'y comprends plus que couic, j'entrave que dalle, j'y pige nib... Non rien de rien, non, je ne comprends plus rien... Voila les effets dévastateurs du temps, de la vieillesse et de l'altération prématurée de la cognitivité...

 
Sub TriGénéralDernierIndice()
'
' TriGénéralDernierIndice Macro
' Macro enregistrée le 28/11/2004 par XXXXXXXXX
'
' Touche de raccourci du clavier: Ctrl+Maj+D
'
    Dim vLigne As String
    Sheets("GESTION DOCS").Select
    ActiveSheet.Unprotect Password:="xxxxxxxxx"
    Range("R5").Select
    ActiveCell.FormulaR1C1 = "TRI AU DERNIER INDICE"
    If Range("DZ13").Value = "DA" Then
        Selection.AutoFilter Field:=67
    End If
    If Range("EA13").Value <> "TGD" And Range("EA13").Value <> "BADI" Then
        Range("A14").Select
        Selection.End(xlDown).Select
        vLigne = Selection.Row
        Range("A14").Select
        Selection.AutoFilter Field:=1, Criteria1:="<>"
        Selection.AutoFilter Field:=11, Criteria1:="<>""""", Operator:=xlAnd
        Rows("14:" + vLigne).Sort Key1:=Range("K13"), Order1:=xlAscending, Header _
            :=xlGuess, OrderCustom:=1, MatchCase:=False, Orientation:=xlTopToBottom _
            , DataOption1:=xlSortTextAsNumbers
        Selection.AutoFilter Field:=64, Criteria1:="<>""""", Operator:=xlAnd
        Rows("14:" + vLigne).Sort Key1:=Range("BL13"), Order1:=xlAscending, Header _
            :=xlGuess, OrderCustom:=1, MatchCase:=False, Orientation:=xlTopToBottom _
            , DataOption1:=xlSortTextAsNumbers
        Selection.AutoFilter Field:=1
        Selection.AutoFilter Field:=11
        Selection.AutoFilter Field:=64
    End If
    Selection.AutoFilter Field:=65, Criteria1:="DI"
    Selection.AutoFilter Field:=66
    If Range("DZ13").Value = "DA" Then
        Selection.AutoFilter Field:=67, Criteria1:="DA"
    End If
    ActiveWindow.ScrollRow = 14
    Range("A14").Select
    Range("EA13").Value = "DI"
    ActiveSheet.Protect Password:="lessat", DrawingObjects:=True, Contents:=True, Scenarios:= _
        False, AllowFormattingColumns:=True, AllowFormattingRows:=True, _
        AllowInsertingRows:=True, AllowInsertingHyperlinks:=True, _
        AllowDeletingRows:=True, AllowSorting:=True, AllowFiltering:=True, _
        AllowUsingPivotTables:=True
End Sub

' ActiveWindow.SmallScroll ToRight:=34
' ActiveWindow.ScrollRow = 258

 

C'est pas beau de vieillir... Et pourtant, elle tourne, c'est moi qui l'ai faite !!!

Posté par zalandeau à 09:22 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

28 mai 2017

La non-qualité du Made in China

GSM

Préambule : J'avais déjà décrit la fragilité des tire-bouchons chinetoques à crémaillère...
 
-Je viens d’acheter un réveille-matin Hangarter, fabriqué en Chine. 12,90 €. La sonnerie n’est audible que si l’on met l’oreille tout contre le haut parleur au dos de l’appareil. Autant dire qu’il est impropre à sa destination. J’ai donc tenté de réparer l’ancien réveil et j’y suis parvenu. Quant au Hangarter… Il finira à la décharge d’ici peu…
 
-J’ai acheté il y a un mois, une penderie démontable en tissus synthétique. Made in China. 35 €. Le problème est la jonction entre les tubes d’armatures. Ces 4 jonctions sont en plastique souple et ne supportent pas le poids des vêtements. C’est ma quatrième penderie Made in China. Les jonctions fermeture éclair / Tissus se déchirent. Je passe mon temps à les recoudre. Le problème c’est que l’on en trouve plus que de ce type, entre 20 et 40 € mais avec la même non-qualité des jonctions. J’en possède une autre made in France qui a plus de 25 ans, dont les jonctions sont métalliques et qui est toujours « nickel ».
Au bout d’un mois de réflexion, je l'ai monté hier, cette penderie Chinoise, en bricolant des entretoises métalliques en triangulation. Coût 13 € et 4 heures de travail supplémentaire.
Pour les trois précédentes penderies, je leur avais rajouté 22 goussets en panneaux de particules de 18mm et fil de fer d’attache. Coût 0 parce que j’avais ce qu’il fallait, mais 6 heures de main-d’œuvre quand-même.
 
-Au début de l’hiver, j’ai acheté à la Redoute un super beau Trench-coat hiver qui était en promotion à moins 70%. 54 € au lieu de 180 ! C’est vrai qu’il avait l’air beau et épais sur le site web. Made in China. Il est beau, c’est vrai. Mais question épaisseur, le tissu n’est pas plus épais qu’une veste demi-saison. Et pour lutter contre le froid, je crois qu’il fonctionnera bien en Avril, pas avant. Pour moi, si c’était à refaire je ne l’aurais pas acheté. 54 €, ça ne les vaut pas ! Je m’en vêtirai l’été…
 
-Il y a quelques temps, du temps ou j’avais encore un salaire, pour aller à un baptême huppé, j’ai acheté un costume 3 pièces d’hiver sur mesures « pas cher » en Suisse, sur un site « sérieux » qui a pignon sur rue. 200 €. Un mois après il est arrivé de Chine via la Suisse (L’étiquette finale ne recouvrant pas entièrement l’étiquette d’envoi initiale). Le tissu, pourtant d’hiver, est si fin, comme du papier à cigarette, que pour reprendre la hauteur de l’ourlet, impossible de faire un ourlet « invisible ». Et quand il y a une légère brise, on a l’impression d’être tout nu, tellement on a froid. Et question solidité… Il faut rester loin de tout. S’asseoir est risqué… J’hésite entre le jeter ou le brûler…
 
Je ne citerai pas cet ordinateur portable qui est tombé en rade au bout de 2 ans et 4 jours (pour une garantie de 2 ans)… Il y a tant d’autres exemples. On achète de la merde, parce qu’il n’y a que de la merde à acheter, mis à part les produits de luxes hors de prix et surtout hors des moyens des couillons que nous sommes.
 
Les prix sont chers malgré tout, parce que les intermédiaires et commerçants s’en foutent plein les poches au passage. Ils font plusieurs fois la culbute sur ces produits asiatiques, ce qui n’était pas le cas du temps de la production Française où les marges brutes des commerçants tournaient dans les 28 à 33%...
 
Mais au moins, nous avions des produits de qualité suffisante, qui avaient des durées de vie importantes. Une estimation simple prouverait que nous serions amplement gagnant de revenir à une production locale.
 
Mais que deviendraient les vendus du libéralisme ???
 
Il est vrai qu'eux aussi, bien qu'impropres au service des citoyens, ils sont "achetés" et même "à jeter" par la fenêtre (Coluche). Mais qui y parviendra ?

Posté par zalandeau à 09:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mai 2017

Les yeux de chatte (5)

GSM

A ce moment je me sens obligé d’intervenir :
 
-Mon vieux, un bon conseil, tu ne connais pas Anita. Le mieux que tu aies à faire, est de les laisser improviser à leur gré. Prends ton Rolleyflex et saisis au vol ce que tu pourras…
 
Il comprend d’instinct que j’ai raison et mitraille à gogo le couple qui agit avec une harmonieuse lenteur sensuelle.
 
Anita est affalée sur le canapé et le garçon va droit en elle, l’explore en des endroits où certes, avec un membre pareil, il doit être le premier à parvenir… Lui tenant les seins à pleines mains, il serre les boutons entre ses doigts d’acier. Elle bouge à peine, juste pour l’aider à bien se placer.
 
Anita mord le tissu du canapé, ses immenses yeux verts-jaunes excitent le garçon qui ne parvient pas à détacher d’eux son regard. Cela le fascine et active son désir.
 
Il se retire un court instant. Anita s’effondre comme s’il lui retirait toutes ses forces vives. Il la retourne sur le dos. On dirait qu’elle est morte. Se plaçant sous les deux jambes écartées d’Anita, il les empoigne sous les genoux et présentant l’antre d’Anita à son membre, la reprend toujours aisément, s’enfonce, s’enfonce que c’en est incroyable. Enfin, ses poils frisés s’emmêlent à ceux plus fins d’Anita…
 
Il reste immobile, puis jouant d’un léger déplacement des hanches, relève encore plus les cuisses écartées, comme s’il voulait, la mettant dans une position encore meilleure, réussir à forcer de quelques millimètres.
Il la travaille un long moment pendant lequel Anita commence à agiter la tête comme prise de désespoir, tant son plaisir cogne fort.
 
Brusquement le garçon se rejette en arrière et reste à genoux, fixant toujours les yeux félins d’Anita.
Abandonnée, elle se redresse à son tour haletante de désir, saisit le membre brillant comme émaillé et le lèche avec dévotion, faisant courir sa langue pointue sur toute la longueur du membre raide…

Posté par zalandeau à 09:29 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :