21 octobre 2016

Tu sais mon fils

GSM

Tu sais mon fils, mon espoir, c’est que tu aies des enfants un jour. Tu verras comme c’est merveilleux ! On n’a pas eu beaucoup d’occasions de discuter ensemble, mais ce voyage nous en donne la possibilité…
 
Un jour, ça arrivera, tu connaitras une fille avec qui tu fonderas une famille, du moins je l’espère. Ce n’est vraiment pas facile de vivre avec une femme. Il faudrait habiter chacun de son coté et ne se voir que pour le sexe... Oui... Je sais, t'as raison on a déjà inventé les putes, pour ça...
Le mieux ça serait d’avoir une amie que tu fréquenterais sans amour, mais seulement par amitié, pendant des années, le temps de vous connaitre.
Mais est-il possible d’avoir une ami-e ? Je n’en suis pas vraiment certain : Un homme et une femme, hormis au sein de la famille, c’est la séduction, le désir et le sexe.
Mais enfin, supposons. Ce serait le seul moyen pour que vous ne jouiez pas le jeu de la séduction qui est une comédie masquée et empêche de connaitre vraiment les personnes. Ce serait le mieux.
Et si un jour, vous connaissant et vous entendant bien en tant qu’amis, l’amitié se transformait en amour, je crois que votre couple aurait plus de chances d’équilibre que celui que je forme avec ta mère.
Il faut connaitre bien ta future femme et également ses ascendants, c’est très important. Il vaut mieux choisir quelqu’un qui ait le même niveau d’études que toi, qui ait des centres d’intérêts semblables aux tiens et un caractère qui s’accorde au tien.
Si par exemple, tu aimes l’opéra et qu’elle le déteste, ça pétera un jour. Tu finiras par aller voir « Il Trovatore » tout seul et tu ressortiras au bras d’une amatrice d’opéra. Alors autant choisir ta femme à l’opéra, plutôt que de la faire cocue. Enfin tu vois, c’est un exemple que tu peux répéter avec le sport, le loisir, le travail, la politique, etc…
 
Tu vois, si moi, j’avais vu ton pépère et ta mémère avant de m’amouracher et bien j’aurais évité la connerie commise : Voir un type qui passe sa vie à fureter dans les décharges et qui garde toute la merde qu’il trouve, ça m’aurait évité d’avoir une souillon aussi tête de mule et con que son père. Moi, j’ai fait tout le contraire de ce que je t’explique et on voit le résultat : On ne va pas du tout ensemble, c’est n’importe quoi ! C’est aussi en vertu de cette erreur monumentale que je me sens qualifié pour te conseiller sur ce qu’il faudrait faire, puisque je sais ce qu'il ne faut pas faire…
 
Une fille de riche, va te mettre sur la paille et/ou te dédaignera, à moins que tu joues le gigolo, mais ce n’est pas ton genre ni le mien… Une fille de pauvre s'accrochera à toi par intérêt, et ainsi de suite... Du moins, c'est le risque... Il y a 3 chances sur 4 qu’une fille d’imbéciles soit imbécile. Très important de voir la fille et les parents. Dans la famille de ta mère, il y a déjà eu deux folles… Tu as compris ce que je veux dire ? Je sais que tu aimes ta mère, mais je sais que tu vois et comprends ce qui se passe à la maison, parce que tu as comparé en voyant ce qui se passe chez tes copains et que tu t’es fait une idée…
 
Alors bon, je sais que les conseils sont bons à donner et pas bon à prendre, car les jeunes n’écoutent pas les conseils… Tâche quand même de te souvenir de ce que je viens de t’expliquer…
 
Tiens ? On est bientôt arrivés…

Posté par zalandeau à 17:06 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


20 octobre 2016

Je crois

GSM

Je crois, par défaut, à une puissance suprême qui a créé l'univers. Je l'appelle Dieu, mais qu'importe.
Pourquoi ? Parce que nous avons beau pénétrer toujours plus avant dans la connaissance et dans le secret de plus en plus intime de la matière, aussi bien dans l'infiniment petit, que dans l'infiniment grand, nous ne parvenons pas à percer le secret ultime.
 
Nous savons jouer avec la matière, dans certaines limites, faire quelque chose avec quelque chose, mais créer tout avec rien... On ne sait toujours pas... Et je crois que nous ne le saurons jamais.
 
Mais si un jour, tel était le cas, alors nous serions Dieu.
 
Je conçois la position de ceux qui disent "Je n'ai pas de preuve de l'existence de Dieu" et aussi celle de ceux qui n'ont pas la preuve de son inexistence (De plus je n'ai pas la foi inconditionnelle chevillée au corps)...
Je pense qu'il n'y a aucune contradiction entre l'esprit scientifique et la croyance en un grand ordonnateur de l'univers.
 
Mais j'ai du mal à comprendre ceux qui sont certains de l'inexistence ! Cela fait montre d'une certaine arrogance, me semble-t-il. Comme s’ils s’étaient créés eux-mêmes, chacun se considérant comme unique au centre du monde, je pense qu'il y a un manque total d'humilité dans cette attitude, mais cela peut aussi être une sorte de désespérance.
 
Parce que personne ne veille sur eux, parce qu'aucune force ne leur évite de marcher sur une peau de banane, qu'aucune entité céleste n'arrête la circulation pour les laisser traverser, il n'y aurait pas de puissance créatrice dans l'univers ? Et pourtant le miracle de la vie est là, sous les yeux de tous, mais personne ne le voit. Dieu existe-t-il ? Dieu n'existe-t-il pas ? Il serait présomptueux d'être aussi catégorique dans la forme affirmative de l'une ou l'autre des propositions. Il y a un sérieux doute à envisager.
 
Mon principe de vie, c'est "aide-toi, le ciel t'aidera". Mon père de son vivant et mon frère pensent avoir eu les coups de mains nécessaires aux moments cruciaux et croient en Dieu. Je crois que j'ai eu les coups de pouce, ceux qu'on appelle 'la chance', mais qui n'en est peut-être pas, surtout quand ils surviennent aux moments cruciaux... Alors oui, je crois que je crois !
 
Assez blasphémateur (je n'ai cure des différentes églises et chapelles), j'ai souvent prié mon père depuis son décès, car je pense qu'il y a un 'au-delà' et qu'il y est en bonne place. Alors prier quelqu'un qui a eu beaucoup plus de qualité que de défauts, qui n'a jamais fait de mal à son prochain, sauf à se défendre, qui a tenté de remettre un peu de justice et d'équité dans ce monde et qui est forcément quelqu'un de grande valeur morale, je pense pouvoir m'accorder ce droit et l'honorer au même titre que Dieu. Si Dieu existe comme je le pense, il ne m'en voudra pas...
 
Les religions ? Qu'est-ce que cela ? Ce sont des sortes de sectes, de partis, de communautés humaines inventées par des hommes dominateurs pour asservir d'autres hommes. Même si parfois certains méritent mon respect, beaucoup plus que d'autres : Mère Térésa, l'abbé Pierre, sœur Emmanuelle, le père Gilbert. Ils font partie des exceptions que souvent les institutions religieuses rejettent, preuve s'il en est besoin, que les églises sont mauvaises dans leur façon d'envisager l'humain...
 
Dieu existe et certains humains en portent une bonne part en eux. Les religions, leurs dogmes et leurs endoctrinements, pures inventions humaines aux finalités douteuses, je ne sais pas ce qu'elles sont et donc, je n'y crois pas !
 
Addendum du 11/05/2015 à 18h00 :
Je crois en Dieu, au bien et au mal, mais je ne crois en aucune religion.

Posté par zalandeau à 09:47 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

19 octobre 2016

Nationalisme, socialisme, oriflammes non-représentatifs

GSM

Beaucoup de gens et non des moindres, ont la fâcheuse tendance d’analyser des mots isolés afin d’en tirer des enseignements politiques ou sociétaux.
 
Combien de fois ai-je lu des personnes soi-disant intellectuelles, décortiquer par exemple les sigles ou les acronymes ou les noms des partis politiques.
 
Ainsi l’expression « national-socialiste » est-elle le synonyme absolu du mal !
 
S’il est absolument vrai que le parti Hitlérien NSDAP (National-Sozialiste Deutsche Arbeiter Partei), c'est-à-dire le parti national socialiste des travailleurs allemands, a laissé une empreinte diabolique dans l’histoire, ce n’est pas pour autant que les mots qui constituaient ce sigle doivent être diabolisés à jamais.
Socialiste, est-ce mal ? Non bien sur !
Nationaliste, est-ce diabolique ? Non plus !
 
Le national-socialisme de Hitler n’était ni socialiste, ni nationaliste ! Il était tyrannique, raciste, cruel, manipulateur, doctrinaire, liberticide, assassin… Et j’en passe.
 
Mais bien évidemment, ce parti ne pouvait pas prendre la description ci-dessus comme nom, sous peine d’un échec total (ce qui ne nous aurait pas déplu)…
 
D’ailleurs la CCCP (Союз Советских Социалистических Республик), Union des Républiques Socialistes Soviétiques portait-elle bien son nom ? Etait-elle socialiste ? A mon avis, pas du tout !
 
Le parti socialiste Français est-il socialiste ? Oui, parce qu’il prétend l’être, mais non si l’on considère que faire du socialisme c’est faire du social, ce qui n’est largement pas le cas. Tout au plus, ce parti, fait-il comme tous les autres partis sans exception, de la démagogie, mais du socialisme, absolument pas !
 
Évidemment « Parti démagogique » cela ne déplacerait pas les foules vers l’isoloir… Et surtout, il y aurait confusion avec tous les autres partis qui pour se distinguer, se nommeraient : Parti démagogique n°1, Parti démagogique n°2, parti démagogique n°3, etc… 
 
Prenons l’UMP : Union pour un Mouvement Populaire… On s’étouffe de rire ! Pourquoi pas Union des Masses Populaires (si chères à Marchais), ou Union des Mauvais Perdants comme nous pouvons le constater chaque jour… Et maintenant, pour nous faire chier, ils s'appellent les Républicains, alors que d'une part, 95% de la société Française est républicaine et donc ne peut plus se définir comme telle sous peine d'être prise pour un suppôt de Sarkozy et que d'autre part, ce dernier, auteur de la duperie s'est comporté en véritable Monarque non-éclairé...
 
Le nom des partis, c’est l’art de travestir la réalité. C’est le début du mensonge (d’une longue série de mensonges) érigé en oriflamme !
 
En conclusion, arrêtons de juger un parti sur de simples mots et surtout sur les simples mots qui constituent son nom.
On ne peut juger d’un parti qu’à travers les actes de chacun de ses hommes politiques (y compris leur chef), de la conformité de leurs actes avec leurs déclarations…
 
Le problème pour chaque parti, c’est que ce jugement ne peut être émis que lorsqu’il est au pouvoir, car tant qu’il est dans l’opposition, on ne peut que jauger la vraisemblance et évaluer la rationalité présumée de promesses en l’air…

Posté par zalandeau à 09:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

18 octobre 2016

Ils jouent notre vie sur un coup de dé

GSM

A trop jouer avec la vie, on en a oublié la vie des autres. On a joué avec leur mort, dans l’égoïsme de notre vie. On sacrifie les êtres que l’on ne connaît pas, pour conforter notre existence. Parfois même, blasé de tout, on défie la mort pour le plaisir de la peur. Parfois on gagne… On gagne la désespérance de ceux qui nous aiment…
 
Jouer de sa propre vie n’est pas un jeu, quand la désespérance en est le prix… Par contre, jouer avec la mort des autres, c’est aussi jouer avec le malheur des autres qui n'ont rien demandé… Quel inquiétant sadisme recouvre tous ces actes de la violence humaine, qui impose la mort comme ultime chantage à ses semblables ?
 
Espèce prédatrice aux pouvoirs immenses, qui croit tout posséder, alors que nous n’avons rien, alors que nous ne sommes rien, à la merci d’un courant d’air de l’univers ou d’un coup de pied du créateur dans notre fourmilière…
Quelle folie meurtrière pousse une partie des bipèdes à asservir ceux de leur congénères qui se battent sans rien, contre l’arbitraire, contre l’injustice, contre l’exploitation, contre la spoliation, avec comme seule force, l’espérance que leur monde recouvrera la raison ?…
 
Je sais que le monde plonge vers le chaos, vers l’enfer victorieux des mauvaises intentions, enfonçant sans cesse les petits, les faibles, les démunis, vers plus de misère, plus d’iniquité, plus d’horreur…
 
Qui sont-ils ces exploiteurs lâches et perfides ? Pourquoi le destin favorise t-il leurs méfaits ?...
Simplement parce que dans leur égoïsme, ils ont compris que seule la solidarité pouvait les rendre invincibles au détriment des moutons qu’ils égorgent, comme ces hordes de loups, qui ne sont forts qu’en meute.
 
Je sais les liens étroits qui unissent politiciens, dirigeants et financiers, issus des mêmes moules, écoles d’iniquité, de cynisme et de rapacité.
Dès lors, tous les trafics se poursuivront au détriment de ce que nous appelions autrefois le tiers état… Mais qui va devenir le quart monde…
 
Thomas Jefferson écrivait à peu près ceci il y a deux siècles : « Le jour où les banques privées se substitueront aux banques d’état pour contrôler la monnaie, le cortège de crises d’inflation et de récession dépossèdera nos enfants ce que nous leur aurons légués. Un jour, la terre où ils vivront ne leur appartiendra plus »…
 
Ce jour arrive… Il est déjà arrivé pour des millions de personnes dans le monde et cela continue…

Posté par zalandeau à 09:38 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

17 octobre 2016

La société du néant

GSM

Pourquoi écrire sur la société et ses dérives ? Pourquoi dénoncer une régression dont tout le monde se fout ? Pourquoi se révolter contre un obscurantisme que chacun subit ?
 Le monde s’occupe de ses petits problèmes personnels. Le monde n’aime pas risquer le chômage. Le monde n’aime pas qu’on modifie son statut. Le monde n’aime pas que les prix augmentent. Le monde n’aime pas qu’on lui parle des problèmes des autres. Le monde n’aime pas qu’on le dérange dans son égoïsme. Le monde n’aime pas qu’on bouscule ses certitudes.
 
Il vaut mieux dés lors, prendre la dimension de l’indifférence individualiste de la société.
Il n’est plus de valeur commune, de ces grands principes qui unissaient autrefois un peuple autour d’idéaux partagés.
 
Pour obtenir le consensus, il convient de parler à chacun de ses problèmes particuliers. Il faut émouvoir 64 millions de Français sur leur propre situation, car celle du voisin, ils s’en fichent.
 
Cette société de l’indifférence, peu importe qu’elle soit née du culte de la consommation et de la performance individuelle, peu importe son origine, puisqu’elle est hélas devenue ainsi.
Le grand problème est qu’une société qui n’a pas d’idéal ni d’identité n’a pas de cohésion sociale. Quelles valeurs pourrait défendre un peuple qui n’a plus de valeurs ? Sa fragilité en fait la proie de tout prédateur. La société pouvait-elle reprocher son égotisme au souverain du règne précédent, alors qu'elle-même ne pense qu'à elle ? Sa division la rend vulnérable à la soumission. N'a-t'elle pas les dirigeants qu'elle mérite finalement ? Cette société non existante en tant qu’entité identitaire est dans un processus de décadence et proche de sa disparition.
 
Alors pourquoi, tenter d’éveiller des consciences qui se veulent fermées ?
Ces vaines tentatives sont vouées à l’échec, comme cette société est vouée au néant.

Posté par zalandeau à 09:41 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


16 octobre 2016

Mémoires et radotages (71) – Politique Libéralisme et Injustice

GSM

Pour être tout à fait honnête, quand j’ai regardé le match primaire "droite versus droite" jeudi soir, par moment le spectacle était tellement affligeant, (par exemple avec NKM dont je me dis qu’ils auraient pu choisir Morano, on aurait davantage rigolé ou Lemaire ou Copé, tous deux à coté de la plaque)… que, je l’avoue humblement, j’ai zappé continuellement entre TF1 et envoyé spécial sur la 2, qui entre nous soit-dit était bigrement plus instructif que les clowneries sur TF1 !
 
En effet, nous avons découvert un lanceur d’alerte Français, Raphaël Halet, qui a contribué à la révélation du Lux-Leaks… Ses démêlés face à la justice Luxembourgeoise, plus prompte à défendre le groupe de conseil financier indélicat PricewaterhouseCoopers coupable d’aide à la fraude fiscale et au blanchiment d’argent, que le pauvre pékin qui avait « trahi » le secret professionnel, sont émouvants et écœurants à la fois, en ce qu’ils représentent le combat de David contre Goliath ! Sauf que David dans la réalité d’aujourd’hui ne gagne jamais !
Entre parenthèse, il a été mentionné que depuis les Panama papers, le Sieur Sapin, ministre de son état, n’a pas avancé dans la mise en place du dispositif de protection des lanceurs d’alerte… Se presser lentement, n’est-il pas révélateur de la volonté de ne vouloir rien faire en attendant d’être sauvé par le gong du 23 avril 2017…
 
L’autre sujet qui a retenu mon attention, c’est le mal-vivre de nos producteurs de lait pressurés par la famille Besnier (propriétaire de Lactalis). Ce groupe qui accumule les bénéfices, qui ne respecte pas l’obligation de publication légale de ses comptes, n’applique même pas les engagements pris devant le gouvernement et pratique des méthodes malhonnêtes, et infâmes sur les paysans acculés à la faillite.
Là encore, le libéralisme joue à fond ! Laissons faire la concurrence ! Où est l’état ? A quoi sert-il ?
 
Il n’y a pas de concurrence. La régulation du marché est une duperie, elle n’existe pas ! Tout finit toujours par une accaparation du marché : Le monopole. Parfois, il arrive que des ententes existent, mais qui constituent les mêmes entraves monopolistiques contre la concurrence… et surtout contre la survie des petits, des sans-grades…
 
Alors, quel point commun entre les candidats à la présidence (de droite ce soir là mais cela serait la même chose avec ceux du PS) et les sujets évoqués par envoyé spécial ?
 
Le point commun, c’est le libéralisme ! Cette tendance de donner la liberté totale aux puissants au détriment de la survie des petits… Les clowns qui s’agitaient sur TF1 faisaient partie ce ceux qui demain favoriseront les puissants et feront semblant de plaindre les petits déjà nommés « sans-dents » ou « pauv’cons » en privé…
 
Tous, sauf peut-être… un certain Poisson perdu dans un parti soi disant républicain… Mais ce n’est encore qu’une supposition… On ne le voit pas encore à l’œuvre et on ne le verra peut-être jamais…

Posté par zalandeau à 09:14 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2016

Mémoires et radotages (70) – Pawn stars – la surenchère politique

GSM

La politique pue vraiment la merde !
 
Ces jours derniers,  sort un bouquin de merde sur les confidences du capitaine de pédalo, avec des réflexions de merde qui foutent un émoi dans toute la population institutionnelle… Il a laissé passer, qui ne dit mot consent... Qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour essayer de se montrer sous un autre jour, pour essayer d’accrocher les électeurs qui votent pour autrui ? (Au risque de perdre ceux qui lui sont encore fidèles)...
 
Evidemment je n’ai pu échapper jeudi 13 octobre 2016 au 1er round du match primaire du cartel des droites…
Sept candidats… Concours de marchand de tapis « J’i li pli jouli tapis, mo zami », « Moi li mien i li di millère qualiti ».
27 milliards, 30 milliards, 100 milliards, qui dit mieux ?
C’est à celui qui rasera gratis ! Et vas-y, des propositions les plus démago pour ceux qui veulent rassembler leur camp, ou des offres un peu moins disproportionnées pour ceux qui veulent mordre dans l’électorat un peu gauchisant, histoire d’anticiper la présidentielle !
 
Je rappelle qu’il y avait dans le temps de 2007 à 2012, le petit agité… Et bien hier, il y avait « le petit agité 2, le retour »… Rebelote !
Il devait avoir des puces, ou une grosse envie de pisser, parce qu’il s’agitait en tous sens, se dandinait, avait des tics de visage, des tics d’épaules… Il montrait une tension maximale. Si on avait pu mesurer sa pression interne… Je crois qu’il était au bord de l’explosion…
Grrrr, être à l’académie des 7, quel déshonneur, pour un être à l’égo si démesuré !
Il n’a vraiment pas changé… Même ses anciennes propositions (celles qui avaient été désastreuse) étaient de retour !
Un message d’un téléspectateur l’a mis devant ses contradictions au sujet du résultat du référendum de 2005 piétiné par lui alors qu’il ose promouvoir le référendum comme panacée pour un nouveau règne… Et bien il a répondu à coté… C’est tellement facile de s’esquiver… Et y’a pas un con de journaliste qui lui aurait dit « Vous n’avez pas répondu à la question »… Noooonn ! Des fois qu’il gagnerait l’année prochaine, il vaut mieux être prudent…
J’espère que les spectateurs auront relevé son éternelle mauvaise foi mâtinée de populisme à deux balles…
 
Et puis y’en a un qui m’a surpris agréablement. Je fais en effet partie de ces 2% qui ont préféré un certain J.F. Poisson… On se demande vraiment ce qu’il fout avec toute cette bande d’olibrius ce soir-là !
 
J’espère que petit Poisson deviendra grand !
 
Nous voici donc de plain-pied, dans cette foire aux promesses qui ne seront pas tenues, pas tenables, et qui n’engageront que les couillons qui y auront cru… Un nouvel épisode de « Les baisés, comptez-vous ! »…
 
Spectacle affligeant et pire, désespérant !

Posté par zalandeau à 09:34 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

14 octobre 2016

Sarkozy le retour ?

GSM

Ecrit en septembre 2014, mais toujours aussi vrai...
 
Il y a des gens qui disent « il ne faut pas insulter le président en exercice »… Quand il est mauvais, on a quand même les gros mots qui nous démangent la gorge !
 
Mais alors quand il s’agit d’un type qui ne l’est plus (président) alors j’ai le droit de dire que cet e....é n’a pas compris qu’on le hait, qu’on le déteste, que c’est un pourri machiavélique, un traitre, que l’on voudrait voir griller en enfer… Manque de pot, c’est que c’est lui le diable et que même en enfer il y serait parfaitement bien, parce qu’il est le maitre du mal.
 
Cet être pervers est traqué de partout par la justice sur de nombreuses affaires où il a fait tout ce qu’un homme politique dépravé, corrompu, corrupteur, malhonnête peut faire. Mais il a déjà réussi à passer au travers de Clearstream en tendant un piège à Renaud Van Ruymbeke et c’est le juge intègre qui a morflé !
 
Cette pourriture a des soutiens partout y compris dans la magistrature (bien qu'il la déteste en général). Comment dès lors, imaginer que le jugement des hommes puisse un jour le coincer quand il suffit de trouver une date fausse, ou une faute d’orthographe pour qu’un avocat véreux fasse jouer le vice de procédure et innocente le plus coupable de tous les Français depuis Pétain ?
 
Cependant l’instruction des procès est longue et malgré tout, au fond de lui, le nabot pervers balise. Et s’il y en avait un qui le chopait ?
 
Accéder à la présidence en 2017 serait sa planche de salut et il pourrait ainsi jouer à chat perché pendant un quinquennat, à l’abri des poursuites, en faisant muter les juges d’instruction à Sainte Hélène à moins que la retraite anticipée, l’accident ou la suppression de leur fonction soient des options de la sauvegarde présidentielle…
 
Alors pourquoi être revenu en 2014, 2ans et demi avant que nécessaire ?
Bien entendu, il lui faut réorganiser sa bande de crétins qui se bouffe le nez depuis son départ, il lui faut ré-instiller des promesses mensongères pour rallier des électeurs désespérés en recherche de planche de salut…
Mais surtout, il veut montrer à la justice qu’il revient et qu’il va parvenir à réussir. Il veut les impressionner, leur faire peur. Les juges ne sont que des hommes. La perspective de sortir du tribunal pour rentrer chez eux leur mettra une boule au ventre, la perspective d’être exclus de la magistrature et marginalisés fera retomber leur ardeur au service de la justice.
 
Voilà ce qui se trame, voilà le terrible enjeu de ce despote. Il est soutenu par la fraction de la population qui vit de la mondialisation, du libéralisme, des privilèges du système.
 
Je dis aux paumés : Ne placez pas vos espoirs dans cet homme, il ne fera rien pour vous.
 
Nous sommes 62 % de la population, masse populaire des exécutants, tous grades confondus. Nous sommes ceux qui fabriquions, qui inventions, qui construisions, mais dont la caste Sarkozyenne n’a plus besoin, parce qu’avec l’UE, la mondialisation, l’ouverture des frontières, ils peuvent vivre bien sans nous.
 
Alors ne leur donnez pas vos voix, vous voteriez pour le camp opposé, le camp des possédants qui n’a besoin de vous que dans les isoloirs (pour le moment, mais ils vont bientôt changer cela)…
 
Sarko revient, c’est une mauvaise nouvelle, aussi mauvaise que la continuation d’un état libéral-socialiste Hollandiste, pas plus préoccupé par la précarisation du peuple Français…
L’un (Sarko) comme l’autre (le PS) en parlent beaucoup, mais l’un comme l’autre ne font rien pour le peuple, continuant à servir la caste possédante…
 
La chasse au gnome malfaisant est ouverte, ainsi que celle au culbuto !

Posté par zalandeau à 09:33 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

13 octobre 2016

Quand Jean-Marie sera-t-il exclu du FN ?

GSM

Est-ce un illettré, un abruti, quelqu’un ne sachant pas s’exprimer ? Assurément non ! Il a une culture et une finesse d’esprit à nulles autres pareilles. Sa verve très pétillante et sa maîtrise impeccable de notre langue attestent que ses propos ne peuvent pas être le fait d’une mauvaise expression ou d’une pauvreté de vocabulaire.
 
Alors on pourrait se dire que, emporté dans la vitesse d’élocution un mot soit utilisé à mauvais escient, véritable ‘faute de frappe’ verbale… On pourrait…
 
Mais quand, périodiquement et notamment au milieu de l'année 2014, ce Monsieur profère à quatre ou cinq reprises, c'est-à-dire presque autant que dans toute sa carrière antérieure, des propos d’un goût plutôt douteux sur des sujets différents mais ayant dans chaque cas une obsession tendancieuse monomaniaque du rejet péjoratif d’une frange de la société… Cela n’est plus un hasard !
 
Certes, certains l’avaient cherché ! Mais ce n’est pas pour autant que sa répartie doive se faire si près de la fange. Il a tant d’esprit et tant d’humour, qu’il aurait très bien pu les ridiculiser avec plus de hauteur et moins de sous-entendus xénophobes.
 
Il est maintenant une habitude chez moi de jauger les gens à leurs petites phrases, celles qui leur échappent, c’est ainsi que j'ai pu très bien évaluer des Sarkozy, des Ségolène, des Besson, des Hortefeux et consorts.
 
Je dis : Jean-Marie Le Pen est un vieillard sénile, qui ne peut s’empêcher les saillies les plus xénophobes, les critiques les plus acerbes contre tous ceux qui ne sont pas exactement comme lui le voudrait. Il critique le rassemblement bleu marine (de sa propre fille), il déprécie des juifs (alors même qu’il y a des juifs dans le Front National et que le Front National n'est pas antisémite) et tout ce qui passe à sa portée est victime de sa vindicte et de ses anathèmes. Aigri, intolérant, haineux, peut-être même jaloux du succès de sa fille qui s’écarte et s’éloigne de ses obsessions d’exclusion pour aller vers des aspirations plus rassembleuses, il doit être mis sur la touche.
 
Sa présence est intolérable de par son comportement provocateur et sa haine sous-jacente.
 
Quand sera-t-il exclu du front national ? Quand prendra-t-il sa retraite ? La question devient urgente.
 
PS : Depuis que j'ai écrit ce texte, Marine a "tué le père" (peu importe l’interprétation : Nietzsche, Freud, Lacan, ou Amélie Nothomb ?), sous la forme d'une sanction : Elle a fait supprimer du site du FN, le tableau de bord que tient son père... Celui-ci, visiblement dépité, a vivement réagi par une lettre ouverte à sa fille le 12 juin 2014... Ensuite Marine a tenté l'exclusion du FN... L'affaire est toujours entre les mains du tribunal de Nanterre, qui a déjà donné par trois fois raison à Jean Marie le Pen...
Il n'en demeure pas moins que Jean-Marie est le boulet qui empêche la progression de Marine...

Posté par zalandeau à 11:14 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2016

Que notre « humanité » me dégoûte ce soir !…

GSM

On se demande ?...
 
Oui, on se pose des questions… Mille interrogations sur mille sujets, auxquelles nous n'avons pas de réponse… Un univers de questionnements comme des constellations que nous ne pouvons pas attraper… Et pourtant, on tend les bras, on essaie d’élever notre pensée et de tout notre être, nous nous tiraillons afin de palper ces vérités que nous ne connaissons pas…
 
Que sont petits et bien mesquins les problèmes des humains et on se demande s’il ne faut pas quitter cette terre pour avoir la réponse à cette incompréhensible chose qu’est l’humain…

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Il n'y a aucune réponse… Tout est pourtant si évident… Tout est si facile à mettre en place… Tout est si faisable…

 
Mais, non ! Les hommes ne savent pas, ne font pas, laissent faire, ou bien dénient leurs semblables sans sanction, sans punition, sans remords… Et rien ne change, tout se répète, éternellement… La seule espèce qui pense et la seule espèce qui est sa propre ennemie… Non, nous ne comprendrons jamais, cela nous dépasse… Pour un peu d’amour, pour quelques gestes de compassions, combien de haine, de massacres, de meurtres, d’infâmie, de bourreaux, d’assassins, de pervers…
 
Le peu de « justes », n’a pas le pouvoir d’empêcher les criminels d’assouvir leur terrible plaisir, parce que les hordes de criminels et de malfaisants s’absolvent de la loi de l’homme tandis que les justes la respectent… Pourquoi ? Cette bêtise ne produira qu’iniquité et souffrance… Les gens subissent… C’est la loi du monde animal, la loi du plus fort, la loi du plus fourbe, la loi du dominant… Combinée à la loi de l’égoïsme, du fatalisme, de la couardise…
 
Pourquoi le dominé est un veau, une vache à lait, un cochon de payeur, un cheval de trait, de la chair à canon et un imbécile heureux ?
Surtout, pourquoi se laisse-t-il faire ? A quoi lui sert sa capacité de réflexion ?... A rien, je suppose…
 
Il ne subsiste que le caractère et le degré de perversité pour déterminer les rapports de force entre ces humains incompréhensibles…
 
Que cette « humanité » me dégoûte ce soir…

Posté par zalandeau à 09:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :