22 mars 2017

Mémoires et radotages (95) – Le grand débat du 20 mars 2017

GSM

Je ne raconterai pas les propos échangés, ce n’est pas le but de mon écrit. Les cinq candidats ont rivalisé de talent, on peut le dire…
Dans un premier temps courtois, puisque les candidats ne parlaient que de leur propre projet, les attaques ne tardèrent pas à fuser… Tout le monde attaquant tout le monde…
 
Mais plus particulièrement, chacun attaquait celui qui lui semblait être son adversaire favori… A cet égard, Marine le Pen était une adversaire favorite de tous les autres candidats, dont on pouvait penser que leur but était de se montrer à l’électorat comme étant chacun le seul en mesure de se mesurer à Marine au deuxième tour…
 
Chacun a eu son moment de gloire en clouant le bec aux autres, mais chacun s’est pris des rebuffades…
 
Il y a le sérieux des idées et il y a la façon de les exprimer…
 
Sur la façon d’exprimer les idées, c’est incontestablement Fillon qui m'a le plus convaincu, suivi je pense, par Mélenchon dont le talent de tribun est incontestable et enfin, par Marine , qui a, malgré quelques maladresses et quelques récusations subies, parfois rivé leur clou à ses adversaires, notamment sur le référendum de 2005…
 
Macron n’arrivant pas à me convaincre et Hamon encore moins…
 
Sur les idées exprimées, quels candidats ont les meilleures ? Cela est très subjectif et bien entendu cela dépend de chacun des téléspectateurs, donc, de chacun des électeurs… On adhère à une vision du monde ou à une autre… La seule vérité est mathématique et comptable. Mais ce n'était pas l'objet du débat et c'était surtout, invérifiable.
 
En tous cas, dans le cas Macron, il est à noter que :
 
-Bien souvent, celui-ci faisait référence à Fillon pour s’approprier ses idées, tout en cherchant à rajouter un plus… Comme un caméléon qui voudrait se démarquer… Une sorte de ‘Monsieur Plus’ qui fait pareil, mais qui fait plus…
-Sur tous les sujets qui visiblement n’étaient pas dans l’ordre de ses préoccupations, son langage ne voulait vraiment rien dire, par absence totale de proposition concrète, se contentant d’adjectifs et d’adverbes redondants.
-Dans tous les cas, il a un débit verbal très important, mais ne comportant que des phrases creuses, des propositions vagues, des grand écarts gauche-droite dans une même phrase qui discréditent totalement son propos en le contredisant… Il donne pourtant le change à ceux qui se bercent de la seule musique de ses mots...
 
Est-ce que cela va changer les sondages ? Probablement Fillon va-t-il revenir un peu du diable Vauvert, Marine va se tasser et j’aimerais bien que Macron s’écroule, comme un illusionniste dont les tours viendraient d’être découverts… Mais combien de gens ont-ils découvert ses tours de magie ? Toute la question est là.
 
Nota : J’ai noté une certaine satisfaction de Mélenchon, lorsque Marine défendait avec brio certaines idées qui sont les mêmes que les siennes… C’est dommage qu’ils soient si différents sur d’autres points…

Posté par zalandeau à 09:03 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


21 mars 2017

Il était une fois en 2008

GSM

-Croyez-moi, la crise va nous venir des surprimes en Amérique et risque de nous affecter !
-Permettez-moi, Monsieur le Président directeur général, les subprimes et non surprimes, ne sont qu’un aspect secondaire de la crise. La bulle financière établie avec des spéculations sur des produits virtuels est bien plus porteuse d’une crise, qui, n’en doutez pas sera de l’ordre de celle de 29… Ce n’est pas un risque c’est une certitude ! Les subprimes ne sont qu’un détail de plus… Nous n’y échapperons pas… Je vous conseille de rapatrier tous vos placements à promesses de gains mirifiques… Excusez-moi… On m’appelle…
 
(Je sors dans le couloir)
 
-Allo ! Oui et toi ?... Un renseignement ?... Si je peux… Oui… OK… Bon je vois ce que c’est… Et bien tu as une solution fastoche… Tu vas dans format, puis style des barres, oui… Puis dans ligne… Il y a le chiffre 1… Et bien mets 2, 3 4, comme tu veux… Mais je te conseille de ne pas dépasser 3… Ben oui : Une barre basse, une moyenne et une haute… C’est tout ?... Mais non je ne te sauve pas la vie… Allez… Tchao ! A plus !
 
(J’arrive sur le chantier)
 
-Comment tu vas toi ?
-Salut ! Alors tu viens encore nous casser les couilles ?
-Comment ça ? Quand je t’ai donné le plan qui te manquais l’aut’jour, t’étais bien content que j’te casse les couilles !
-Nonnnn ! J’plaisante ! Y’a qu’à toi que je peux demander des renseignements… Tes collègues ?...
-Attends j’te laisse, on s’voit à 11 heures au burlingue. Et pense à nettoyer OK ?
-Ca boume, chef !
 
(Mais qu’est-ce qu’il fout l’aut’gland ?)
 
-Hé, toi… Tu travailles pour qui l’ami ?
-Kéça peut fout’ ?
-Ca peut me foutre que je vais te faire lourder du chantier. Toi et ton collègue.
-Pourquoi ? Ki té toi ?
-Ici, c’est moi qui commande ! Tu passes ton échafaudage dans une porte qui n’est pas assez large… T’es en train d’bouziller l’huisserie du menuisier. Regarde ce que tu as fait ! Ton patron va payer, je vais prendre des photos ! Sur ce chantier on respecte le boulot des autres, sinon c’est la porte et je te fais retirer ta carte d’accès !... J’attends !...
-J’vais Kasser ta gueule !
-Ah oui ? Et ben essaye ! Allez viens ! Toi et ton gugusse ! Allez ! J’vais t’apprendre le respect !...
Et vous-autres, c’est pas salle de spectacle ici… Au boulot !
 
(Merde qui c’est celui-là ?)
 
-Bonjour qui êtes-vous ?
-Pas parle…
-Toi pas parler Français ?... Toi travailler pour qui ?... Toi faire quoi travail ?...(Je désigne le plafond, les murs, le sol, pas de réponse)…
Toi papiers ? (Il me sort un bordereau d’intérim)… Ah, bon tu travailles pour Augagneur ?
-Pas parle…
-Bon ! Toi aller là bas, tourner droite, voir homme grand et gros avec lunettes… Lui Chef à toi ! (Moi avoir fait tellement gestes, avoir impression parler sourd muet ou avec sioux… Hugh !)…
 
C’était le bon temps… Où je m’éclatais, où les jours duraient des minutes, où les minutes n’étaient que des instants… Où le bonheur était dans l’action… Je crois…

Posté par zalandeau à 09:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2017

Perpétuation du phénomène élitiste en France

GSM

La droite Française et singulièrement l’UMP (ou LR) est un rassemblement de différentes sensibilités politiques, avec des idées diverses comme le profit, l’individualisme, la libre entreprise, la réussite, le travail. Mais certains (oserais-je dire beaucoup) ont en commun un sentiment de supériorité. « La gauche c’est des faignants, des grévistes, etc… », ce en quoi, ils ont parfois raison... Ils se définissent donc comme les seuls assez courageux pour avoir le droit de gagner leur vie (fut-ce pour certains par des moyens pas forcément très clairs). Et pourtant, tous ne sont pas des cadors au travail et quelques uns ont carrément du poil dans les mains. Mais c'est ainsi…
Cependant, depuis maintenant de nombreuses années, le phénomène élitiste a essaimé le même mouvement de pensée dans des milieux qui se disent de gauche. J'ai souvent entendu des bobos de gauche affirmer le même mépris pour ces "faignants" qui vivent à "leurs" crochets... Comme quoi... c’est davantage une question d’égo que de positionnement sur le spectre politique.
 
J’ai un beauf dans ma famille, qui avait réussi par sa force de travail et sa compétence à devenir un petit chef dans une entreprise privée. Il habite dans une ville fortement UMP, histoire d’être avec les siens : Ceux qui gagnent « correctement » leur vie avec leur travail…
Il déclarait à tout bout de champ « les chômeurs sont tous des faignants, on ne devrait pas les indemniser, etc, etc… ».
 
Un jour, il y a une quinzaine d’années environ, l’entreprise qui l’employait fit faillite et il se retrouva pour la première fois de sa vie, chômeur…
Il a fortement mal vécu cette période, d’autant plus que malgré ses recherches, il est resté très longtemps dans cette situation qui l’a rendu dépressif…
Il a eu beaucoup de temps pour côtoyer d’autres gens à l’ANPE (ça s’appelait encore comme ça à l’époque) et a bien compris qui étaient ces gens et ce qu’ils vivaient au quotidien, comme lui…
 
A cette époque, il a avoué avoir découvert que les chômeurs n’étaient pas que des faignants, mais des gens souvent courageux, travailleurs, mais qui n’avaient pas eu de chance à un moment donné et que ce sort était injuste…
 
Un an après, (c'est long un an de stress quotidien), après moult lettres, rendez-vous infructueux, stages de recyclages, il retrouvait un emploi, d’un niveau plus bas qu’avant, mais l’essentiel était atteint.
 
Quelques années plus tard, ayant progressé dans son emploi, il traitait à nouveau les chômeurs de faignants, sans modération, sans exception, sans nuance… Cherchez l'erreur !
 
C’est pour cela que la droite existera toujours. Mémoire défaillante, auto-flagornerie, besoin d’appartenir à la classe supérieure, même quand financièrement ce n’est pas le cas. Autant de bataillons de gens ordinaires qui renforcent et soutiennent sans souvent le savoir les libéraux et les affairistes d’une certaine droite mondialiste…
La cohésion de l’UMP, c’est son besoin d’appartenance à un clan d’élite, son besoin de croire à des intérêts communs, qui sont souvent imaginaires, alors qu’en majorité ces gens sont seulement des individualistes…
 
La cohésion des bobos de gauche, c’est leur besoin d’appartenir à un clan des privilèges qu’ils croient mérités et dont ils croient qu’ils leur sont dus…
 
Actuellement l’individualisme carnassier de leurs dirigeants est tel, la situation économique est si mauvaise, qu’elle touche les sympathisants les plus modestes de la droite comme de la gauche, qui ne sont plus si certains d’appartenir à cette caste dont les préoccupations sont si différentes des leurs…
La division, l’incertitude, le doute s’installe parmi les militants de base et parmi l’électorat non encarté de l’UMP (LR), ainsi que des socialistes libéraux. Ils se dispersent parfois lors des élections… Mais pour combien de temps ?
 
Si la tempête dans ces partis prend un jour fin, si les clans dirigeants redonnent une perspective d’utilité sociale à leurs sympathisants, il y a gros à parier que la vanité reprenne le dessus sur le doute et tel un aimant les fasse revenir dans leur fantasme de classe dominante…
 
NB : Je ferais probablement prochainement, un article sur les Bobos (de gauche), qui sont plus hypocrites que la droite, puisqu'ils se prétendent de gauche...

Posté par zalandeau à 09:39 - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2017

Souvenirs enfouis

GSM

Je devais avoir sept ans. Nous étions partis en pique nique, un Dimanche, à la montagne au dessus de Nice avec ma petite sœur qui avait un an environ.
Il faisait beau.
Mais, soudain la température de ma sœur est montée à 41°C (ma mère avait toujours un nécessaire médical dont le thermomètre faisait partie). Ma sœur faisait une convulsion thermique. C’était impressionnant. On ne voyait plus que le blanc de ses yeux. Ses heures étaient comptées.
Nous sommes redescendus à une vitesse incroyable. Les pneus de la voiture crissaient à chaque virage de cette route en lacets. Mon père doublait les gêneurs avec une habileté insoupçonnée.
Nous nous arrêtions dans chaque village. Mon père tambourinait à chaque pharmacie, chez chaque médecin.
Au 4ème ou cinquième arrêt, enfin, un médecin entrouvrit ses volets, en disant que c’était dimanche et qu’il était de repos.
Mon père, fut si convaincant, (et c’est un doux euphémisme), que le Médecin, motivé par la peur, plus que par la conscience professionnelle, s’exécuta promptement, d’autant que mon père entreprenait de défoncer la porte.
Ma sœur fut sauvée…Ma sœur ne peut s’en souvenir, mais moi, je m’en souviens…
 
Je me souviens surtout de la panique de mes parents, de leur angoisse, de cette course folle dans la 203 noire, de ces menaces, de ce ton méchant et déterminé de mon père, prêt à tout pour sauver sa fille, à l’encontre de ce médecin sans conscience…

Posté par zalandeau à 08:59 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2017

(7) Les feux de l’amour

GSM

Ces mots qui l'ont charmé, Il en a coupé le ruban.
 
A la lisière de l'aiguillage il a bifurqué vers l'autre direction. Il a choisi le concret moins parfait que l'impossible.
 
On ne peut pas tout avoir. Alors il vaut mieux prendre ce que le ciel nous envoie et l'honorer comme un cadeau divin, plutôt que de se fourvoyer dans une quête sans issue et si destructrice…
 
Après tout la perfection n'existant pas, il suffit d'essayer de la construire, se dit-il.
 
Alors, sa jeune maîtresse à l'été de sa vie et lui, à l'automne de la sienne, ils tâchent de faire pour le mieux.
Il s’efforce de lui enseigner l'art d'aimer, tel que la vie la lui a enseigné, afin de leur éviter à tous deux les écueils que la vie tend aux amoureux.
 
Il sent chez elle, un attachement bien réel, qui le touche et qui lui donne l’envie d’être et de faire encore plus pour elle.
 
Combien cela fait-il de temps ? Deux semaines croit-il. Il n’a pu compter les nuits, puisqu’elles étaient des jours d’amour et de tendresse. C’est une merveilleuse journée de 15 jours, en quelque sorte, ou bien une grande nuit éveillée…
 
Il savoure chaque jour ce bonheur qui lui a été donné et il fait en sorte de s’en montrer digne en mettant de coté ce qui pourrait mettre un rempart à cet amour fabuleux, mais bien réel, quoique certainement très fugace...
 
La douceur, les mots d’amour, les attentions qu’ils ont l’un pour l’autre, sont un feu qu’il veut entretenir, parce qu’il sait qu’il sera le dernier à lui réchauffer le cœur.
 
Alors, chaque soir, c’est un merveilleux clin d’œil qui les unit, corps et cœurs palpitants…

Posté par zalandeau à 09:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


17 mars 2017

L’affaire Dieudonné

GSM

Janvier 2014
 
Je ne parlerai pas de ces juifs célèbres, les Elie Wiesel, les Yehudi Menuhin, etc… Non. Je parlerai de ceux que j’ai connus.
 
-Monsieur Haggiag était à son compte et réparait les appareils électroniques de l’époque dans les années 50-60. Parfois il réparait gratuitement et hésitait à nous faire payer car il nous savait pas bien riches. Il se déplaçait même le dimanche (pas le samedi, à cause de la religion). Vous en avez vu des juifs comme ça, qui ne restent pas accrochés au plafond quand on les lance en l’air ? Ben moi oui. Aujourd’hui il doit probablement être décédé.
-Monsieur le professeur Bensman, a suivi mon fils atteint d’une maladie rare (maladie orpheline) avec professionnalisme et assiduité et lui a probablement sauvé la vie. C’est beau, pour un type appartenant à un peuple communautariste, de soigner toutes les confessions, non ?
 
Mais les gens dont je viens de parler, qui ont connu et même vécu la shoah, disparaissent petit à petit. Ces gens avaient vécu la pire chose qu’il fut possible de vivre. Ils étaient donc profondément atterrés par l’attitude des gouvernements Israéliens en Palestine qui leur faisait penser à l’attitude d’un certain régime Allemand de sinistre mémoire… Ils ont appelés ces Israéliens particuliers des « Sionistes »…
 
----------
 
Aujourd’hui, je ne dirai que deux choses :
 
-Dire à un Sioniste qu’il est Sioniste (la vérité, donc) est devenu criminel.
-Le Sionisme est le lobby le plus puissant sur la planète. Tous les politiciens lui font allégeance.
 
A rapprocher de l’affaire Dieudonné…

Posté par zalandeau à 09:35 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

16 mars 2017

Economie : On est mal barré !

GSM

2014 : Nous sommes menacés de déflation. Nous étions déjà en croissance négative (décroissance).
On me rétorquera que récession ou déflation, c’est la même chose, ce n’est pas bon pour l’économie…
Oui, bien sur ! Mais autant la récession est une baisse de volume d’activité conjoncturelle, autant la déflation peut devenir structurelle et pathologique.
 
La déflation est la conséquence de la récession, mais son caractère prolongé provoque en outre une baisse des prix de vente. On pourrait considérer que c’est une bonne nouvelle, mais en fait c'est une catastrophe.
 
La conséquence d’une baisse continuelle des prix, initie une baisse des investissements et des achats, en différant des dépenses qui seront demain moins onéreuses qu’aujourd’hui. Ceci provoque alors une baisse de l’activité continue, qui, conjuguée à la baisse des prix aura des conséquences sur les salaires qui devront être revus à la baisse sous peine de voir les faillites se multiplier. C’est également une mauvaise chose pour la dette qui devient de plus en plus lourde par rapport aux PIB et collectes d’impôts tous deux en baisse.
 
Il est alors très difficile de relancer l’économie, alors qu’il aurait fallu le faire depuis plusieurs années déjà.
 
Mais décidément, nos politiciens sont bêtes à bouffer du foin.
S'ils croient avoir découvert le seul moyen de nous rendre compétitif dans la mondialisation, ils ont également trouvé le meilleur moyen de mettre notre industrie ainsi que des millions de Français supplémentaires sur la paille.
 
Leur niveau de connaissance se limitant au foin et à la paille, nous sommes gouvernés par des ânes ! Ou par des boeufs...
 ..........
2017 : Ces andouilles qui n'ont pas su engager une baisse de notre endettement, vont être pris par la hausse des taux d'intérêts qui va encore mécaniquement augmenter notre dette...

Posté par zalandeau à 09:33 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mars 2017

Macron, le fossoyeur de la France

GSM

 

Posté par zalandeau à 10:27 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Le ciel est gris, comme un ciel de mort (7)

GSM

2014 :
Tiens à propos d’arriéré, voilà le voisin qui passe dans la rue. Je lui jette un œil et comme les autres fois, il regarde de l’autre coté pour pas me voir.  Pourtant je fais du bruit à couper mes fers à té et mes cornières avec la meuleuse !...
 
C’est bien un truc qui me sidère… Du jour où nous avons été à la retraite et qu’il sait que je gagne moins que lui et sa femme, il ne nous parle plus… Alors qu’avant il nous entreprenais à toutes occasions et nous discutions par-dessus le grillage…
 
D’habitude, partout où je suis passé, j’ai vu des gens jaloux parce que celui d’à coté avait davantage, avait mieux, était plus aisé, etc…
Mais lui (et sa femme), c’est le contraire. Leur ‘amitié’ de voisinage est intéressée. Une sorte de fayotage devant le puissant, le nanti.
J’en veux pour preuve qu’il va voir tous les jours un vieux qui a un haras avec des bourrins, un domaine en guise de maison… Il fayotte avec ce vieux, parce qu’il croit qu’il y aura une part pour lui sur le testament… Et quand il y va, c’est toujours en blaser (contrairement à ce que je disais sur les gens habillés comme des bouseux), mais dès qu’il est revenu, il se remet en bouseux… Mais lui il a des excuses ce n’est qu’un prolétaire, pas un propriétaire terrien !
 
Voilà le charmant voisin dont l’arbre si haut m’envoie des feuilles plein ma gouttière et qui chaque fois me cause une inondation, par débordement… Il ne veut pas faire tailler son arbre, mais un jour je pourrais bien choper cette merde à la cravate, puisque de toute manière il n’y a plus de relation de voisinage !
Il a tout du fayot, j’aurais du me douter de ce revirement. Il était délégué ou bien représentant du personnel, il foutait rien. Il m’en parlait du temps où il me pensait grand manitou et avait des étoiles dans les yeux, quand il me parlait des réunions au siège, avion première classe, voiture avec chauffeur, restaurant, hôtel pas miteux…
 
Les pauvres camarades salariés… Il n’a pas du beaucoup les défendre… Mais par contre quel vendu il a du être…
 
Oui, donc je meulais mes profilés de cinq à sept, histoire de faire du boucan dans le quartier. Il n’y a pas de raison. On est bien réveillé à huit heures, par des tondeuses thermiques. On ne nous demande pas notre avis et bien moi non plus !
Depuis lundi, je me suis remis à bosser. La salle de bains était en stand-by aujourd’hui pour permettre « la » douche exceptionnelle pour mes morpions… Le plus jeune n’en a pas profité, il a continué au gant. On dirait qu’il y a pris goût !… Tant pis pour toi, mon gars, demain t’auras plus le droit à la douche. Je reprends mes activités de ponçage, rebouchage, enduit et j’espère bientôt laquage des murs et plafonds…
 
Et puis, la meilleure, c’est que depuis un an je suis descendu 5 fois à 90 kilos… Je viens de passer en dessous (89,5) pour la première fois depuis… Voyons voir ; je regarde mes courbes de poids… depuis le 28 juillet 2009… Ça, ça va m’encourager, je le sens…

Posté par zalandeau à 09:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2017

Avez-vous vu l'extrême impopularité de Hollande à la télé ?

GSM

Non, car les médias sont aux ordres. Ils favorisent Macron, ils pourrissent Fillon et le Pen... Et ils cachent ce qui se passe au salon de l'agriculture...

 

https://www.facebook.com/mlrevuedepresse/videos/594807870728913/?hc_ref=NEWSFEED

 

Posté par zalandeau à 10:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :