15 septembre 2017

Mémoires et radotages (131) – L’avenir derrière nous avec Macron

GSM

Pour les hommes politiques comme pour tout un chacun, il n’y a pas que la formation qui soit déterminante pour leur personnalité. Le milieu dans lequel ils ont vécu, les a également façonnés… Il n’est pas certain, j’en suis même convaincu, qu’un milieu aisé et bourgeois qu'il soit familial ou professionnel, soit le meilleur moyen d’apprendre ce que sont les problèmes des Français pour un politicien qui, un jour, devient leur chef suprême ou tout simplement pour un quelconque représentant du peuple… Comment peut-on traiter les gens de Faignants lorsqu'on a fait profession de passer ses nuits à "s’épuiser" en boites de nuit, en réceptions, en galas et autres opéras, certes très passionnants, pour exhiber sa faconde, sa répartie, sa tenue, mais que l’on ignore tout de l’activité que déploient au quotidien des salariés aux activités éreintantes, pénibles, usantes et dont la santé et la durée de vie est abrégée par la dégradation prématurée de leur corps et de leur mental ?… Il y a des mots que l'on peut penser, mais qu'on doit avoir la correction de ne pas prononcer, mais encore faudrait-il savoir cacher sa détestation !
 
Par ailleurs, Macon est un petit cron, en cela qu’il méprise, on le voit aujourd’hui, la cohorte des travailleurs et des Français qu’il considère comme laquais, corvéables à merci et dont il veut totalement ignorer la noblesse de l’existence… Entendons-nous bien : La noblesse de l’argent si importante pour le monarque est factice, mais elle est la seule que Macron reconnaisse, méprisant les Français, salariés ou fonctionnaires, ainsi que la France qu’il traîne dans la boue à chaque fois qu’il se pavane à l’étranger. Il monte nos compatriotes les uns contre les autres, comme jadis Sarkozy le fit ! Il partage de plus avec ses deux prédécesseurs, son ego démesuré, qui ne lui fait considérer uniquement que sa propre 'aura' pour éclairer le monde !
 
Habile manœuvrier, il a su accéder au pouvoir en flattant ceux-ci, en trompant ceux-là… Maintenant, il peut laisser transparaître un peu plus chaque jour sa détestation de l’ensemble de ce qui n’est pas sa vision personnelle, de l'ensemble de ce qui n'est pas le monde du ‘dessus du panier’ : Ceux qui, gagne-petits, se lèvent chaque matin pour aller gagner leur vie péniblement et honnêtement !
 
Les Français vont s’en rendre compte petit à petit ! Ce n’est pas faute de le leur avoir signalé ! Mais le petit joueur de flûtiau les a charmés et maintenant il est près de la rivière… Le troupeau va-t-il aller se noyer sous la férule de ce bobo de la finance ?
 
"Réformer la France". Quelle bien belle expression ! Mais derrière chaque expression, il y a un contenu et malheureusement ce contenu n’est pas forcément celui que l’on supposait !
 
Je rappelle que nous en sommes là, bien sur, parce que tous ceux de la classe huppée que Macron défend ont voté pour lui, c’est évident, mais aussi parce qu’il a su tromper pas mal d’autres Français avec l’aide certaine d’Hollande, de la complicité avérée de la magistrature et des patrons des médias.
 
Tout ce qui précède, concernant l’environnement et la formation de nos élites, exprime une idée centrale : L’actuel Président n’a pas été élu (d’ailleurs comment peut-on appeler ‘élection’ une opération aussi truquée) sur des qualités le rendant apte à comprendre et à diriger les Français, mais plutôt sur une vaste tromperie (encore une fois, les Français sont les rois des dupes) ! 
 
Un président devrait n’avoir ni alibis dogmatiques ni mobiles d’intérêts de classe, dans aucun domaine que ce soit : Economie, mondialisme, libéralisme, vision sociétale…
 
Faute de cela, nous débouchons sur de fumeuses idées de remplacement de la société par métissage universel, de nécessaire accumulation des richesses vers le haut, pour qu’elles rejaillissent soi disant en cascade vers le bas, de concurrence tous azimuts, de communautarisation salutaire à l’épanouissement personnel, etc…
 
Toutes ces théories sont entièrement fausses mais malheureusement, l’intelligence d’un individu cocooné à l’abri des réalités a du mal à l’apercevoir… De plus quand on est issu d’un milieu dont on souhaite l’épanouissement total, on a tendance à flétrir tous les autres pans de la société, considérés comme marginaux, voire inutiles !
 
Quand aura-t-on les dirigeants et surtout le dirigeant suprême qu’il nous faut ? Un pays comme la France a besoin de quelqu’un qui soit soucieux de l’intérêt général et non pas d’intérêts particuliers, de quelqu’un qui soit réaliste et non formé aux idées oniriques imbéciles de pseudos intellectuels !
 
Ou bien alors, comme il semble que ce personnage, qui nécessairement aurait de par son expérience côtoyé tous les milieux, n’existe pas, faudrait-il revenir à une république représentative à la proportionnelle ? Pourrait-on dans ce cas, éviter les pièges de dysfonctionnement des 3ème et 4ème républiques, trop parlementaires et incapables d’avancer, mais seulement capables d’être instables et de boguer tous les 4 matins ?
 
Je crois qu’il est grand temps de se poser les bonnes questions, si on ne veut pas que la progression de la société Française ne se transforme en une régression (déjà "en marche") à nulle autre pareille qui déboucherait, n’en doutons pas, sur une catastrophe sociale et humanitaire…

Posté par zalandeau à 09:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


12 septembre 2017

La mondialisation financière se fait toute seule

GSM

La mondialisation financière se fait toute seule.
 
L'autre mondialisation, celle que pourrait faire les citoyens, est en panne. Pourquoi ? Parce que les citoyens sont une somme d'individus isolés. Tant qu'ils n'arriveront pas à obtenir des chefs de files défendant et mettant en oeuvre leurs idées, ils ne pourront pas grand chose. La comédie démocratique à laquelle nous assistons de la part des "élites" confirme cette impossibilité.
 
Par conséquent il n'y a, à 99 %, qu'une seule mondialisation celle du fric.
La situation arrive à un point tel, que l'on peut parler de la dictature des capitaux.
Une dictature difficile à identifier, parce que n'ayant pas de visage identifié...
 
Que risque-t-il de se passer ? Contre un tel pouvoir qui accule des populations à la famine, qui exclut les individus, qui marginalise les valeurs du travail, sans aucune pitié, sans aucune foi (que celle de l'argent), on pourrait assister à une émergence regrettable...
 
En effet, du temps de la guerre froide, le bloc communiste faisait contrepoids au capitalisme et pouvait nous rendre sympathique ledit capitalisme (participation aux bénéfices etc...).
Mais depuis l'effondrement du bloc communiste, pour aussi souhaitable qu'il ait été, aucune force ne s'oppose plus aux débordements intempestifs du libéralisme...
 
Plus rien ne s'oppose ??? Pas si sûr !
 
Qui risque d'enfourcher le destrier de la croisade anti-libéralisme ?
 
Qui a une petite idée ?
 
Une idéologie théocratique qui dénonce l’impiété du monde occidental.
Un intégrisme se prévalant de la pureté des idées, face à un grand Satan qui veut dominer le monde…
Tout le monde voit de quoi je veux parler…
Nous allons donc assister à la récupération des blessés de la mondialisation, par cette nouvelle dictature intégriste… Oh, pas par bonté d’âme ! Mais parce que la multiplicité des prétextes fait gonfler les troupes…
 
Alors faut-il laisser le champ libre à l’affrontement de ces deux  dictatures ?
 
Il faut bien constater que nous sommes pris entre deux feux. Nous allons en prendre plein la figure, si nous ne faisons rien…

Posté par zalandeau à 09:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2017

Mémoires et radotages (126) – Les Macronneries des ordonnances…

GSM

Comme prévu dans « Mémoires et radotages (125) écrit quelques heures avant la publication des ordonnance, le dépouillement des mesures qui vont être imposées aux salariés du privé est à faire pas à pas, point par point. Pour les comprendre il faudrait avoir un code du travail sous les yeux (ce qui n’est pas mon cas), étant donné que le texte des ordonnances est une série de modification par rapport au code actuel…
Il est donc parfois impossible de comprendre la nature de la modification avec le seul bout de texte en lecture qui remplace tel alinéa de tel article…
 
Les syndicats, peu habitués à ce genre de concertation sans négociation, semblent satisfaits, croient avoir évité le pire, anesthésiés qu’ils sont par leur impuissance face aux miettes accordées par les nervis du Roi de France…
 
Mais en farfouillant et en se rappelant de la législation qui a quand même régi toute une vie professionnelle, il est possible de trouver des textes explicites par eux-mêmes sur les nouvelles dispositions. 
 
http://www.gouvernement.fr/les-ordonnances-pour-renforcer-le-dialogue-social
 
J’ai trouvé un premier exemple compréhensible concernant le champ libre laissé aux entreprises dans la première ordonnance « Ordonnance relative au renforcement de la négociation collective NOR MTRT1724786R » .
……….
Chapitre 3 : Harmonisation et simplification des conditions de recours et du contenu de certains accords collectifs
 
Article 3
 
I. - L’article L. 2254-2 est ainsi rédigé :
 
« Art. L. 2254-2. – I. – Afin de répondre aux nécessités liées au fonctionnement de l’entreprise ou en vue de préserver, ou de développer l’emploi, un accord d’entreprise peut :
 
« - aménager la durée du travail, ses modalités d’organisation et de répartition ;
 
 « - aménager la rémunération au sens de l’article L. 3221-3 ;
 
 « - déterminer les conditions de la mobilité professionnelle ou géographique interne à l’entreprise.
 
 « II. - L'accord définit dans son préambule ses objectifs et peut préciser :
 
 « 1° les modalités d'information des salariés sur son application et son suivi pendant toute sa durée, ainsi que, le cas échéant, l’examen de la situation des salariés au terme de l’accord ;
 
 « 2° les conditions dans lesquelles fournissent des efforts proportionnés à ceux demandés aux salariés pendant toute sa durée :
 
 « - les dirigeants salariés exerçant dans le périmètre de l'accord ;
 
 « - les mandataires sociaux et les actionnaires, dans le respect des compétences des organes d'administration et de surveillance.
 
 « 3° Les modalités selon lesquelles sont conciliées la vie professionnelle et la vie personnelle et familiale des salariés.
 
Les dispositions des articles L. 3121-41, L. 3121-42, L. 3121-44 et L. 3121-47 s’appliquent si l’accord met en place notamment un dispositif d’aménagement du temps du travail sur une période de référence supérieure à la semaine.
 
 « III - Les stipulations de l’accord se substituent de plein droit aux clauses contraires et incompatibles du contrat de travail, y compris en matière de rémunération, de durée du travail et de mobilité professionnelle ou géographique interne à l’entreprise.
 
 « Le salarié peut refuser la modification de son contrat de travail résultant de l’application de l’accord.
 
 « IV - Le salarié dispose d’un délai d’un mois pour faire connaitre son refus par écrit à l’employeur à compter de la date à laquelle ce dernier a communiqué dans l’entreprise sur l’existence et le contenu de l’accord.
 
 « V. – Si l’employeur engage une procédure de licenciement à l’encontre du salarié ayant refusé l’application de l’accord mentionné au premier alinéa, ce licenciement ne constitue pas un licenciement pour motif économique et repose sur une cause réelle et sérieuse. Ce licenciement est soumis aux seules modalités et conditions définies aux articles L.1233-11 à L.1233-15 applicables aux licenciements individuels pour motif économique ainsi qu’aux articles L.1234-1 à L.1234-11 et L.1234-14, L.1234-19 et L.1234-20.
 
 « VI. - Le salarié peut s’inscrire comme demandeur d’emploi à l’issue du licenciement et être indemnisé dans les conditions prévues par les accords mentionnés à l’article L. 5422-20.
L’employeur abonde le compte personnel de formation du salarié dans des conditions et modalités définies par décret.
 
II. – La section III du chapitre II du titre II du livre deuxième de la première partie du présent code, les articles L. 2242-17 à L. 2242-19, L. 2254-3 à L. 2254-6, ainsi que le chapitre V du titre II du livre premier de la cinquième partie du présent code sont abrogés.
 
III. – Le code du travail est ainsi modifié :
 
1° - A l’article L. 2323-15, les mots : « conclu en vue de la préservation ou du développement de l'emploi » sont supprimés ;
 
2° - Au 1er alinéa du II. de l’article L. 3132-25-3, les mots : «,soit par un accord conclu dans les conditions mentionnées aux II à IV de l’article L. 5125-4 » sont supprimés.
 
IV. – A l’article L. 5544-1 du code des transports, la référence : « L. 1222-7 » est supprimée.
 
J’espère que la lecture n’a pas été trop  fastidieuse…
Comme chacun peut le constater : C’est la partie "horaires" qui peut être totalement définie à l’échelle de l’entreprise en dehors des accords de branches… Comme l’horaire hebdomadaire de base, comme la répartition des heures, comme la mobilité géographique du salarié… Car les accords de branches ne seront valides que sur certains domaines et pas sur ceux propres à l'organisation du travail… Fort heureusement les entreprises n’ont pas le droit de fixer leur propre SMIC, ni de baisser la grille des salaires horaires minima de branche !!!
Finalement, les dégâts sont limités au niveau de ce domaine, dont on craignait les pires extrémités et c'est ce qui calme finalement les centrales syndicales...
 
Certes, en matière de négociations d'entreprise, les employés seront appelés à voter. Mais dans les petites entreprises, les pressions seront exercées sur les salariés les plus fragiles et donc, le résultat des votes sera à peu près aussi représentatif que celui du résultat de l’élection du Sieur Macron : Vote de peur, de contrainte, d’influence !
 
Il est à noter dans la fin de cet extrait et à expliciter (car il faut aller d’un article à un autre pour comprendre), que ceux qui refuseraient les accords ainsi « votés », seront licenciés, non plus ‘économiques’, comme auparavant, mais licenciés ‘ordinaires’ (56% du salaire au lieu de 75), avec en 'compensation' un accès plus important (100 heures de plus) à la formation.
Ça leur fera une belle jambe !

Posté par zalandeau à 09:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,