13 novembre 2017

Mémoires et radotages (145) – La prison Europe

GSM

Ecrit le 6 novembre 2017
 
L’Europe emprisonne.
 
On nous avait vendu l’Union Européenne comme une autre façon de vivre ensemble, comme nous le faisions en France jadis… Las, les désillusions sont de plus en plus patentes !
 
Carles Puigdemont, le pauvre, je le trouve pitoyable… Il est allé se réfugier à Bruxelles, pensant que l’Europe allait enjoindre à Madrid un peu de retenue...
Il s’est mis le doigt dans l’œil… L’Union Européenne n’intervient jamais pour libérer les peuples, jamais ! L’UE n’est pas le Gaullisme ! L’UE ce n’est pas l’autodétermination des peuples ! Si un peuple demande la liberté, on ne la lui donne pas ! Par contre l’UE se permet d’accueillir de nouveaux impétrants sans demander leur avis aux peuples qui en font déjà partie… On a d’ailleurs failli (sous l’ère Sarko), voir arriver la Turquie, sans nous demander notre avis !
 
On entend dire par les autorités européennes que, pour qu’un peuple puisse prendre son autonomie, il faut que le pays tout entier vote… C’est un bon moyen pour retenir ceux qui veulent s’en aller.
La bonne et mauvaise nouvelle, c’est que lorsqu’un état islamique voudra se créer en France, ce qui ne saurait tarder au train où vont les choses, on sera obligé de garder le territoire (c’est quand même chez nous) et les islamistes (même si on n’en veut pas) !
 
Par contre, lorsqu’une communauté accueille de nouveaux arrivants, on devrait demander aussi bien aux arrivants qu’aux accueillants, s’ils sont d’accord ! Ce serait démocratique !
 
Sarko nous a-t-il demandé notre accord pour « accueillir » Mayotte ? Non ! Et pourtant une majorité de Français ne voulaient pas de cet appendice musulman, dont les apports sont risqués pour notre sécurité et notre identité. Evidemment que les Mahorais voulaient par intérêt devenir Français et Européen en même temps. Dans le monde, il y a des centaines de pays qui voudraient devenir département Français… Pas pour nos beaux yeux, non… mais pour bénéficier de nos largesses sociales, qui pour nous, se réduisent comme peau de chagrin !
 
L’UE nous a-t-elle demandé notre permission pour accueillir les pays de l’Est ? Non ! Et pourtant peu de gens de l’Ouest voulaient voir tous les Roms qui allaient bientôt déferler comme des sauterelles sur l’occident !
 
Merkel a-t-elle demandé la permission du peuple Allemand pour ouvrir les portes, d’un coup à 800.000 migrants du proche orient ? Non ! On en voit le résultat maintenant… Un parti d’opposition et de résistance à cette immigration de mauvais alois, soi disant d’extrême droite, l’AFD, s’est formé en moins de temps qu’il ne faut pour le dire… Il faudra probablement que nos dirigeants Français donnent à Merkel la recette « Faites comme chez nous : Diabolisez-les, vous pourrez continuer à agir à votre guise ».
 
L’UE nous demande-t-elle l’autorisation d’accueillir le flot migratoire ininterrompu et grandissant qui va nous submerger ? Non ! Elle nous ordonne de les accueillir !
 
Les dirigeants des pays d’Europe s’habituent à se comporter comme l’exige l’Union. On décide en dehors des désirs des peuples. On leur impose, sans aucun droit à la parole… Finalement, la seule dynamique de l’UE est d’agglutiner les peuples, en une seule entité, sans leur accord. « Vous avez le droit d’entrer en Europe, vous n’avez pas le droit d’en sortir ! ». Tous dans la même cellule et partagez votre gamelle !
 
Conclusion : L’Europe est une prison… Comme dans une prison, elle installe ses propres règles, elle punit ceux qui les enfreignent, elle exhorte, elle oblige, mais elle ne protège pas. La sécurité, la souveraineté, la liberté ce n’est pas ses affaires !
 
Alors, revenant sur le sympathique mais pathétique Puigdemont… Il a fait une connerie (on ne s’y prend pas de la manière dont il a procédé, se laissant de plus emporter par l’exaltation qui régnait autour de lui), il ne trouvera aucune terre d’accueil pour résister en exil… Donc il a tort ! Quand on n’a pas d’allié, on a tort, forcément !
L’Europe est une prison, Carles n’en est pas sorti, donc il y est encore !
 
L’Union Européenne est une prison ! Comment va-t-on en sortir ?
 
Post Scriptum : En matière de libéralisme, l'UE n'est pas une prison pour les détenteurs de fortunes colossales, qu'ils soient particuliers ou grosses entreprises. Deux poids deux mesures, c'est l'ancien régime à donf ! Mais c'est une autre histoire !

Posté par zalandeau à 09:33 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


25 octobre 2017

Mémoires et radotages (143) – Libéralisme à fond la caisse - Macron

 

GSM

Écrit le 24 octobre 2017.
 
Nous avons une crise du beurre… Avec la suppression des quotas de production, les prix baissent et les producteurs de lait ne gagnent pas leur vie… La demande Mondiale en beurre augmente, l’offre est insuffisante, la spéculation sur le beurre monte en flèche ! Moralité, le beurre (et le lait) : C'est toujours les mêmes qui font le leur. Trop de lait : Marge arrière maximale... Pas assez de beurre : Spéculation sur la rareté...
 
Déjà dans le temps, avant l’UE telle qu’on la connaît actuellement, des importateurs Français avaient importé du bœuf de Pologne… 2% de la consommation Française… Ce n’était pas grand-chose pourrait-on dire… Sauf que c’était 2% de trop ! Le prix du bœuf s’était effondré de 50%, acculant les éleveurs Français à de très sévères problèmes de survie. Dans l’autre sens (sous-production), c’est l’inverse : Il manque un peu de beurre et les prix à la tonne sont passés de 2.500 euros à 7.000 ! Accessoirement, les consommateurs, informés par des médias aux ordres des spéculateurs, se précipitent sur les stocks de beurre accélérant et aggravant la pénurie… Certains de nos voisins ont une dizaine de kilos de beurre chez eux, par peur de manquer… C’est exactement la même situation que pour le carburant : On annonce qu’il pourrait y avoir des problèmes de blocage des raffineries et c’est immédiatement des queues de voitures devant les pompes !
 
Quand je pense que le Vietnam est le seul pays qui n'a pas souffert lors de la crise du riz il y a quelques années !... Le gouvernement Vietnamien avait interdit la mise sur le marché international et interdit toute exportation de riz... Les Vietnamiens n'avaient pas manqué de riz et les prix fixés n'avaient pas flambés... Et quand la crise a cessé ils ont remis le riz sur le marché...
 
Comme quoi la régulation a du bon pour les consommateurs (comme en France, après guerre, où les prix étaient fixés pour les denrées de base)... Mais depuis que l'Europe prend de la puissance, la PAC n'est plus qu'un souvenir, les régulations n’existent pas ou bien sont très mal conçues (parce qu’être technocrate n’est pas gage d’intelligence, ni d’honnêteté) et la spéculation fonctionne comme jamais !
Macron veut que les producteurs fixent leurs prix en lieu et place des grands distributeurs (cela concerne aussi bien la production de lait). Quelle louable intention, Monsieur Macron ! Comment, lui qui est si porté sur le libéralisme et le marché, peut-il être aussi naïf ? Les petits ne dicteront jamais leur loi aux grands ! Seuls l’état (après un Frexit) ou l’UE pourraient imposer un prix de vente plancher du lait par les producteurs, aux transformateurs et aux distributeurs ! Ce qui ne se fera donc pas, parce que la rgulation n'est pas dans leurs gènes !
 
….......
 
Le bio : on ne peut savoir si un produit est bio que si on réside près de chez l'agriculteur qui produit ce qu'on achète. Ainsi, on peut contrôler de visu... Sinon ? Allez savoir !...
Le bio dans les magasins, n’ont de bio, bien souvent, que le mot qui est écrit sur l’emballage… Et puis le prix : Parfois trois fois plus cher !
D’ailleurs il faudrait qu’on nous explique pourquoi en Allemagne le bio est-il que 15 % plus cher alors qu’en France on fait la culbute ? Cela laisse à penser que la qualité du produit n’est pas liée à son prix… Qu’en est-il donc de cette « qualité BIO » ? 
 
On crèvera tous du cancer ! Finalement cela arrangera le « monde d’en haut » : Moins de soins (puisque médecins insuffisants), plus de morts, moins de retraite à distribuer... De toute façon le travailleur aura donné tout son jus pendant sa carrière professionnelle et ne coûtera plus rien après. Son remplacement est déjà prévu par la masse migratoire et le travail détaché… C’est tout bénéfice ! Dans le même esprit, on supprimera les allocations : Pourquoi encourager la natalité, alors que l’on a des milliards de pauvres, dans le monde, prêts à venir se faire exploiter ?
 
……….
 
Macron ‘veut’ réguler le travail détaché (Oui, parce qu’en général le travail ça tache)… A priori, il peut apparaître sympathique aux Français kleenex (ceux qu’on jette après usage)…
Mais va-t-il réussir son pari ? Personnellement, je le souhaite !… Mais trop de pays ont intérêt à faire perdurer ce système de concurrence déloyale !
 
J’ai la conviction que ce « Président de mes deux » a surtout l’intention de jouer sur l’ambiguïté d’une volonté sociale progressiste affichée, destinée à redorer son blason auprès d’un électorat populaire, espérant tout au fond de lui que tout sera refusé et qu’ainsi il pourra proclamer la main sur le cœur, haut et fort « Et pourtant, vous voyez, j’ai tout essayé »… On sait très bien que la seule façon d’obtenir une mesure non-libérale de l’UE, c’est de la lui arracher en la menaçant (Par exemple de Frexit)…
Il se peut qu’il obtienne de très légères modifications… Mais de grande victoire il n’y aura sans doute point !
 
Ou bien alors, si je me trompe, je féliciterais Macron !

Posté par zalandeau à 09:26 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2017

Mémoire et radotages (36) – Enfants sans espérance

 

GSM

Ecrit le 22 février 2016.

 

Aider mes enfants… Cela a au moins une utilité, à défaut de pouvoir aller purger notre pays de ces inutiles qui nous ont menés dans la situation actuelle…

 
Il est vrai que je me suis senti utile, d’aller peindre 4 pièces du logement social de mon cadet… Le travail manuel est le meilleur remède contre le stress du retraité… Cela m’a pris quelques jours en décembre… Je n’ai même pas pensé à prendre des photos… Puis, je suis allé aider à déménager mon aîné… Ensuite j’ai emmené mon cadet et mon benjamin, voir leur grand frérot… Ils étaient heureux… Et moi, si heureux de les voir heureux…
 
Début janvier, plus rien à faire à part emmener mon tit’dernier au code trois fois par semaines… Alors j’ai acheté un costume d’occase à 20 euros et je l’ai agrandi à ma taille (en largeur)… Heureusement que le pantalon m’arrivait à la poitrine en hauteur… Avec la hauteur en trop, j’ai fait de la largeur… Maintenant à nouveau je me fais chier… Je colle des photos dans mes classeurs (ça coûte moins cher que des albums)…
 
Aujourd’hui, c’est un grand jour ! Mon aîné arrive à la gare dans quelques heures… A part pour moi, depuis début avril, d’être allé le voir trois fois une demi-journée, ses frères ne l’ont vu qu’une fois et sa mère pas du tout… Le retour du fils prodigue… Du bonheur, quoi ! On ira tous ensemble mercredi après-midi voir le cadet qui hélas travaille… Encore du bonheur…
 
C’est fou ce que ces trois frères se plaisent ensemble…Je voudrais bien que cela dure… Parce que nous, les parents, on n’est pas éternels… J’ai passé plus de vie avec eux, qu’il ne m’en reste à passer… Alors, j’aimerais bien que la fratrie perdure… Il ne leur restera que cela, car, je ne pense pas qu’ils feront des gamins… Ils ne sont pas si fous, ils ont compris… De toute façon, l’état nous remplace par des immigrés, alors nous avons le droit de ne pas nous reproduire, étant donné la vie de merde que nos dirigeants nous ont réservé…
 
Ce sera mieux ainsi… C’est trop de responsabilité d’avoir un ou des enfants… Ils voyageront plus légers ainsi, sans charges inconsidérées… Il leur sera déjà si difficile d’éviter d’être SDF !... Et heureusement que mes fils n’ont pas connu mon époque, parce qu’ils seraient encore plus déçus…
Ainsi est la vie actuelle ! Bien sur, une catégorie de Français ne comprend pas ce que je dis, parce qu’elle profite du système, se cooptant, étant privilégiés de père en fils, appartenant à des réseaux, etc…
 
De toute façon, il n’est pire aveugle qui ne veut regarder…
L’égoïsme et le nombrilisme, c’est tellement pratique, finalement !
 
Vous avez le gâteau et nous ‘Français périphériques’ n’avons que les miettes… Vous aviez besoin de nous pour sauver la France, dans le temps… Maintenant, il vous faudra vous passer de nous… On n’a pas envie de vous aider à sauver vos vies à vous ! Notre avenir, l’avenir de nos enfants est notre seule préoccupation. Nous ne ferons plus de gosses pour aller faire la guerre pour vos gueules ! Perso, j’ai déjà donné… pour ce que ça m’a rapporté… Même pas une poignée de main…
 
« A nos enfants, la patrie reconnaissante », qu’ils disaient ! C’est fini, tout ça !
Apprenez à vous passer de nous, c’est déjà ce que vous faites en nous sacrifiant sur l’autel du libéralisme…
 
Ah ! J’les vois bien moi, toutes ces ‘grosses légumes’, avec le petit gros à lunettes et le petit agité bling-bling, en train d’aller faire le coup de feu pour protéger leurs acquis et leurs privilèges, contre la barbarie qu'ils ont fait venir… On va rigoler…

Posté par zalandeau à 09:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

28 septembre 2017

Mémoires et radotages (38) – Pour faire l’Europe, quittons l’UE !

GSMEcrit le 4 avril 2016

On le voit à longueur de journée à travers des reportages précis, avec preuves à l’appui : L’état ne fait rien contre les malfaisances de l’Europe…
 
 

 

 
Tous les coups sont permis pour favoriser la concurrence déloyale et casser le système social Français… Vive le retour en arrière !
 
Je l’ai déjà dit maintes fois : En économie, comme en emploi, les seules augmentations d’activité et de bien-être ne peuvent être obtenues que par la régulation et encore… Une régulation efficace, basée sur le colmatage des fuites financières à tous les niveaux : Fraudes à la TVA, paradis fiscaux, délocalisations, travailleurs détachés, importations…
 
Mais notre état, malgré ses dénégations, diminue les moyens de contrôle et de répression, permettant ainsi une récession sociale sans précédant. Il obéit également aux injonctions imbéciles de cette commission européenne assassine …
 
On pourrait se demander quel intérêt nos dirigeants successifs ont, à participer aussi activement au naufrage de notre pays… mais outre le manque de courage, le manque d’imagination et le confort d’une position aisée sans obligation de résultats, il y a vraiment me semble-t-il, des intérêts particuliers, du genre corruption qui sont en jeu…
 
Mais nous, citoyens de base, nous ne pouvons plus supporter un semblable laxisme, ni cet alibi européen, pour justifier de la casse sociale dont nous sommes victimes…
 
L’Europe, si c’est cela, et bien on n’en veut plus ! Sortons de cette union européenne qui est un véritable attrape-nigaud !
 
Ah ! Ca y est j’entends les cris d’orfraie : « Nationalistes ! Fascistes ! Rétrogrades ! »
Les Français ne sont pas anti-européens ! Pas du tout ! Nous sommes simplement contre la façon ultra-libérale de construire l’Europe sur la tombe des peuples !
Il n’est plus question d’écouter les berceuses qui nous disent « Mais ne vous inquiétez pas ! Cela va se régler au fur et à mesure ! ». Cela n’est pas vrai ! Rien n’est fait ! On laisse le capital s’accaparer des profits en même temps qu’il aspire la substance sociale…
 
Bien sur que nous voulons l’Europe, mais la seule façon, c’est d’en sortir d’abord et ensuite de recommencer à zéro les négociations pour reconstruire cette entité sur des bases saines !
 
On en sort, sur une simple lettre à Bruxelles révoquant les traités signés, puis on rétablit le contrôle de la circulation des personnes et des biens (douane, contrôle des changes, monnaie nationale, etc…) et on refixe nos règles hexagonales (celles qui ont été abolies par les traités de merdes que nous avons laissé signer par la cohorte de nos dirigeants irresponsables.
 
On nous serine à longueur de journée « Ce n’est pas possible ! »… Il n’est qu’à voir l’exemple de la Grande Bretagne ! Celle-ci est très peu incluse dans les institutions de l’UE et ce n’est pourtant pas l’apocalypse… Nonobstant la moindre gène qu’elle subit, elle a quand même, une forte envie d’en sortir… Nul doute que c'est son intérêt ! Et pourquoi pas nous ?
 
Ce n’est pas parce qu’on quittera l’UE qu’on ne sera plus en pleine Europe ! Avant l’UE, nous avons su construire des projets communs nous avons su avoir des relations commerciales, malgré les taxes douanières et les contrôles et je dirais même grâce à ces mécanismes régulatifs…
 
Puis, on établit un cahier des charges et on renégocie avec les pays qui nous entourent… Ceux qui veulent accepter ces règles, s’associeront à nous… Les autres, qu’ils aillent se faire foutre ! Un Smic commun, un socle commun d’assurances sociales et des ministères communs, compris une armée commune et des services régaliens communs, un vrai contrôle régulatif des personnes et des biens à nos frontières extérieures…
 
Cela ne ressemble pas à cette Europe poussive, maladive, inutile qui nous amène progressivement au chaos… Oui, au chaos ! Parce que cela ne passe plus ! On ne veut plus de cette Europe ! Tout ce qui risque de se produire, c’est une haine de l’Europe qui se transformerait en haine des autres européens ! Autant dire, l’opposé du but ‘affiché’ et ‘prétendu’ de l’UE…
 
Sortons de l’UE, pour la reconstruire correctement…

Posté par zalandeau à 09:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2017

Mémoires et radotages (135) – Solférino : " Macron m'a tué "

GSMEcrit le 25 septembre 2017

Ils vendent le 10 rue de Solférino… les socialopes ! Hé, hé, hé ! Enfin !
 
Depuis 1981 que je subissais (comme bien d’autres Français), l’occupation de ces Mitterrand (l’homme de l’attentat bidon de l’observatoire), de ces Fromage… Non ! Hollande (dans quelques mois, on n’saura même pas qu’il a existé ce bon à nib) ! Et l’autre illettré qui se bidonnait des faux CV… Comment déjà ?... Ah oui : Camp-bat-des-lisses… Et les honnêtes touristes réguliers de la Suisse : Cahuzac et tutti quanti ! Eclatés, vaporisés, façon puzzle ! Y’a longtemps que j’attendais ça ! Enfin !
 
Y’en a un (enfin je crois) qui a émis l’idée de se réunir dans une cabine téléphonique, histoire de ne pas être à l’étroit avec le nouvel effectif ! Y’en a un autre, plus futé, qui lui a répondu que ça n’existait plus les cabines téléphoniques, mais qu’ils pourraient se réunir par téléphone mobile avec le double appel…
 
Le parti socialope terminé !... Oui mais ils sont ailleurs, parfois nulle part, parfois chez Méluche, parfois transfuges entre Marine et Jean-luc (on ne sait plus)… mais surtout y’en a qui sont chez Macron ! Les socialistes libéraux sont partis chez lui en premier ! Mais les autres ?
 
……….
 
Macron, le plus socialiste des libéraux et le plus libéral des socialistes… Celui qui est socialiste pour attirer à lui ses électeurs socialopes « petits, petits, petits » et qui est ultralibéral pour donner la France à l’Allemagne, à l’Europe, au monde, à l'immigration et au capital : « La France est morte, vive la France » (Traduction en langue Macronienne " La France est morte, enfin, c'est pas trop tôt ! ")…
 
D’abord les Français, c’était que des faignants, des voleurs qui ont des retraites imméritées, des salauds de pauvres qui piquent l’argent des riches en percevant bien trop d’APL. Alors on va à l’étranger dénoncer ces connards de Français en attendant de les enterrer par des millions de migrants plus taillables et corvéables et qu’on fera voter, afin de faire fermer leur claquemerde à ces bons à riens de ‘Francis’… Et puis, on fera venir tout plein de travailleurs détachés, comme le fait la copine Merkel… Oui, c’est vrai, que le système Allemand mis en place sous Schröder, c’est exactement ce qu’il faut : Des travailleurs clandestins low-cost, des emplois à 1 euro de l’heure, des allemands avec un chömage à 400 euros et des jobs-centers qui contrôlent et rayent des listes ceux qui osent refuser le moindre minijob ou qui ont le malheur de ne pas répondre aux questions inquisitrices les plus déplacées, un taux de pauvreté multiplié par 3 en quatre ans… De vrais emplois qui sont devenus des emplois précarisés, avec des salaires paupérisés ! Ca, c’est le paradis du « Miracle Allemand »… Macron veut le même pour les Français !
 
Quel paradis ce serait pour tous ceux qui se feraient encore plus de fric ! Enfin nos industries pourraient employer ouvertement des sous-traitants Roumains dont les salariés sous-payés et exploités de manière éhontée feraient la nique à ces ouvriers prétentieux aux revendications totalement anti-capitalistes !Les Français n'aiment pas les réformes... Pourtant il faut remettre les choses en ordre : Le pognon pour les riches et la misère pour les pauvres. Sinon où va-t-on ?
 
Hé oui, le reste des socialistes 'non-encore-libéraux', il est là : Chez le fossoyeur Macron… Alors, c’est vrai… ils n’ont plus besoin de siège… A part pour prendre un bain du même nom, après la sodomie qu’ils viennent de subir…

Posté par zalandeau à 09:41 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

15 septembre 2017

Mémoires et radotages (131) – L’avenir derrière nous avec Macron

GSM

Pour les hommes politiques comme pour tout un chacun, il n’y a pas que la formation qui soit déterminante pour leur personnalité. Le milieu dans lequel ils ont vécu, les a également façonnés… Il n’est pas certain, j’en suis même convaincu, qu’un milieu aisé et bourgeois qu'il soit familial ou professionnel, soit le meilleur moyen d’apprendre ce que sont les problèmes des Français pour un politicien qui, un jour, devient leur chef suprême ou tout simplement pour un quelconque représentant du peuple… Comment peut-on traiter les gens de Faignants lorsqu'on a fait profession de passer ses nuits à "s’épuiser" en boites de nuit, en réceptions, en galas et autres opéras, certes très passionnants, pour exhiber sa faconde, sa répartie, sa tenue, mais que l’on ignore tout de l’activité que déploient au quotidien des salariés aux activités éreintantes, pénibles, usantes et dont la santé et la durée de vie est abrégée par la dégradation prématurée de leur corps et de leur mental ?… Il y a des mots que l'on peut penser, mais qu'on doit avoir la correction de ne pas prononcer, mais encore faudrait-il savoir cacher sa détestation !
 
Par ailleurs, Macon est un petit cron, en cela qu’il méprise, on le voit aujourd’hui, la cohorte des travailleurs et des Français qu’il considère comme laquais, corvéables à merci et dont il veut totalement ignorer la noblesse de l’existence… Entendons-nous bien : La noblesse de l’argent si importante pour le monarque est factice, mais elle est la seule que Macron reconnaisse, méprisant les Français, salariés ou fonctionnaires, ainsi que la France qu’il traîne dans la boue à chaque fois qu’il se pavane à l’étranger. Il monte nos compatriotes les uns contre les autres, comme jadis Sarkozy le fit ! Il partage de plus avec ses deux prédécesseurs, son ego démesuré, qui ne lui fait considérer uniquement que sa propre 'aura' pour éclairer le monde !
 
Habile manœuvrier, il a su accéder au pouvoir en flattant ceux-ci, en trompant ceux-là… Maintenant, il peut laisser transparaître un peu plus chaque jour sa détestation de l’ensemble de ce qui n’est pas sa vision personnelle, de l'ensemble de ce qui n'est pas le monde du ‘dessus du panier’ : Ceux qui, gagne-petits, se lèvent chaque matin pour aller gagner leur vie péniblement et honnêtement !
 
Les Français vont s’en rendre compte petit à petit ! Ce n’est pas faute de le leur avoir signalé ! Mais le petit joueur de flûtiau les a charmés et maintenant il est près de la rivière… Le troupeau va-t-il aller se noyer sous la férule de ce bobo de la finance ?
 
"Réformer la France". Quelle bien belle expression ! Mais derrière chaque expression, il y a un contenu et malheureusement ce contenu n’est pas forcément celui que l’on supposait !
 
Je rappelle que nous en sommes là, bien sur, parce que tous ceux de la classe huppée que Macron défend ont voté pour lui, c’est évident, mais aussi parce qu’il a su tromper pas mal d’autres Français avec l’aide certaine d’Hollande, de la complicité avérée de la magistrature et des patrons des médias.
 
Tout ce qui précède, concernant l’environnement et la formation de nos élites, exprime une idée centrale : L’actuel Président n’a pas été élu (d’ailleurs comment peut-on appeler ‘élection’ une opération aussi truquée) sur des qualités le rendant apte à comprendre et à diriger les Français, mais plutôt sur une vaste tromperie (encore une fois, les Français sont les rois des dupes) ! 
 
Un président devrait n’avoir ni alibis dogmatiques ni mobiles d’intérêts de classe, dans aucun domaine que ce soit : Economie, mondialisme, libéralisme, vision sociétale…
 
Faute de cela, nous débouchons sur de fumeuses idées de remplacement de la société par métissage universel, de nécessaire accumulation des richesses vers le haut, pour qu’elles rejaillissent soi disant en cascade vers le bas, de concurrence tous azimuts, de communautarisation salutaire à l’épanouissement personnel, etc…
 
Toutes ces théories sont entièrement fausses mais malheureusement, l’intelligence d’un individu cocooné à l’abri des réalités a du mal à l’apercevoir… De plus quand on est issu d’un milieu dont on souhaite l’épanouissement total, on a tendance à flétrir tous les autres pans de la société, considérés comme marginaux, voire inutiles !
 
Quand aura-t-on les dirigeants et surtout le dirigeant suprême qu’il nous faut ? Un pays comme la France a besoin de quelqu’un qui soit soucieux de l’intérêt général et non pas d’intérêts particuliers, de quelqu’un qui soit réaliste et non formé aux idées oniriques imbéciles de pseudos intellectuels !
 
Ou bien alors, comme il semble que ce personnage, qui nécessairement aurait de par son expérience côtoyé tous les milieux, n’existe pas, faudrait-il revenir à une république représentative à la proportionnelle ? Pourrait-on dans ce cas, éviter les pièges de dysfonctionnement des 3ème et 4ème républiques, trop parlementaires et incapables d’avancer, mais seulement capables d’être instables et de boguer tous les 4 matins ?
 
Je crois qu’il est grand temps de se poser les bonnes questions, si on ne veut pas que la progression de la société Française ne se transforme en une régression (déjà "en marche") à nulle autre pareille qui déboucherait, n’en doutons pas, sur une catastrophe sociale et humanitaire…

Posté par zalandeau à 09:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

12 septembre 2017

La mondialisation financière se fait toute seule

GSM

La mondialisation financière se fait toute seule.
 
L'autre mondialisation, celle que pourrait faire les citoyens, est en panne. Pourquoi ? Parce que les citoyens sont une somme d'individus isolés. Tant qu'ils n'arriveront pas à obtenir des chefs de files défendant et mettant en oeuvre leurs idées, ils ne pourront pas grand chose. La comédie démocratique à laquelle nous assistons de la part des "élites" confirme cette impossibilité.
 
Par conséquent il n'y a, à 99 %, qu'une seule mondialisation celle du fric.
La situation arrive à un point tel, que l'on peut parler de la dictature des capitaux.
Une dictature difficile à identifier, parce que n'ayant pas de visage identifié...
 
Que risque-t-il de se passer ? Contre un tel pouvoir qui accule des populations à la famine, qui exclut les individus, qui marginalise les valeurs du travail, sans aucune pitié, sans aucune foi (que celle de l'argent), on pourrait assister à une émergence regrettable...
 
En effet, du temps de la guerre froide, le bloc communiste faisait contrepoids au capitalisme et pouvait nous rendre sympathique ledit capitalisme (participation aux bénéfices etc...).
Mais depuis l'effondrement du bloc communiste, pour aussi souhaitable qu'il ait été, aucune force ne s'oppose plus aux débordements intempestifs du libéralisme...
 
Plus rien ne s'oppose ??? Pas si sûr !
 
Qui risque d'enfourcher le destrier de la croisade anti-libéralisme ?
 
Qui a une petite idée ?
 
Une idéologie théocratique qui dénonce l’impiété du monde occidental.
Un intégrisme se prévalant de la pureté des idées, face à un grand Satan qui veut dominer le monde…
Tout le monde voit de quoi je veux parler…
Nous allons donc assister à la récupération des blessés de la mondialisation, par cette nouvelle dictature intégriste… Oh, pas par bonté d’âme ! Mais parce que la multiplicité des prétextes fait gonfler les troupes…
 
Alors faut-il laisser le champ libre à l’affrontement de ces deux  dictatures ?
 
Il faut bien constater que nous sommes pris entre deux feux. Nous allons en prendre plein la figure, si nous ne faisons rien…

Posté par zalandeau à 09:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2017

Mémoires et radotages (126) – Les Macronneries des ordonnances…

GSM

Comme prévu dans « Mémoires et radotages (125) écrit quelques heures avant la publication des ordonnance, le dépouillement des mesures qui vont être imposées aux salariés du privé est à faire pas à pas, point par point. Pour les comprendre il faudrait avoir un code du travail sous les yeux (ce qui n’est pas mon cas), étant donné que le texte des ordonnances est une série de modification par rapport au code actuel…
Il est donc parfois impossible de comprendre la nature de la modification avec le seul bout de texte en lecture qui remplace tel alinéa de tel article…
 
Les syndicats, peu habitués à ce genre de concertation sans négociation, semblent satisfaits, croient avoir évité le pire, anesthésiés qu’ils sont par leur impuissance face aux miettes accordées par les nervis du Roi de France…
 
Mais en farfouillant et en se rappelant de la législation qui a quand même régi toute une vie professionnelle, il est possible de trouver des textes explicites par eux-mêmes sur les nouvelles dispositions. 
 
http://www.gouvernement.fr/les-ordonnances-pour-renforcer-le-dialogue-social
 
J’ai trouvé un premier exemple compréhensible concernant le champ libre laissé aux entreprises dans la première ordonnance « Ordonnance relative au renforcement de la négociation collective NOR MTRT1724786R » .
……….
Chapitre 3 : Harmonisation et simplification des conditions de recours et du contenu de certains accords collectifs
 
Article 3
 
I. - L’article L. 2254-2 est ainsi rédigé :
 
« Art. L. 2254-2. – I. – Afin de répondre aux nécessités liées au fonctionnement de l’entreprise ou en vue de préserver, ou de développer l’emploi, un accord d’entreprise peut :
 
« - aménager la durée du travail, ses modalités d’organisation et de répartition ;
 
 « - aménager la rémunération au sens de l’article L. 3221-3 ;
 
 « - déterminer les conditions de la mobilité professionnelle ou géographique interne à l’entreprise.
 
 « II. - L'accord définit dans son préambule ses objectifs et peut préciser :
 
 « 1° les modalités d'information des salariés sur son application et son suivi pendant toute sa durée, ainsi que, le cas échéant, l’examen de la situation des salariés au terme de l’accord ;
 
 « 2° les conditions dans lesquelles fournissent des efforts proportionnés à ceux demandés aux salariés pendant toute sa durée :
 
 « - les dirigeants salariés exerçant dans le périmètre de l'accord ;
 
 « - les mandataires sociaux et les actionnaires, dans le respect des compétences des organes d'administration et de surveillance.
 
 « 3° Les modalités selon lesquelles sont conciliées la vie professionnelle et la vie personnelle et familiale des salariés.
 
Les dispositions des articles L. 3121-41, L. 3121-42, L. 3121-44 et L. 3121-47 s’appliquent si l’accord met en place notamment un dispositif d’aménagement du temps du travail sur une période de référence supérieure à la semaine.
 
 « III - Les stipulations de l’accord se substituent de plein droit aux clauses contraires et incompatibles du contrat de travail, y compris en matière de rémunération, de durée du travail et de mobilité professionnelle ou géographique interne à l’entreprise.
 
 « Le salarié peut refuser la modification de son contrat de travail résultant de l’application de l’accord.
 
 « IV - Le salarié dispose d’un délai d’un mois pour faire connaitre son refus par écrit à l’employeur à compter de la date à laquelle ce dernier a communiqué dans l’entreprise sur l’existence et le contenu de l’accord.
 
 « V. – Si l’employeur engage une procédure de licenciement à l’encontre du salarié ayant refusé l’application de l’accord mentionné au premier alinéa, ce licenciement ne constitue pas un licenciement pour motif économique et repose sur une cause réelle et sérieuse. Ce licenciement est soumis aux seules modalités et conditions définies aux articles L.1233-11 à L.1233-15 applicables aux licenciements individuels pour motif économique ainsi qu’aux articles L.1234-1 à L.1234-11 et L.1234-14, L.1234-19 et L.1234-20.
 
 « VI. - Le salarié peut s’inscrire comme demandeur d’emploi à l’issue du licenciement et être indemnisé dans les conditions prévues par les accords mentionnés à l’article L. 5422-20.
L’employeur abonde le compte personnel de formation du salarié dans des conditions et modalités définies par décret.
 
II. – La section III du chapitre II du titre II du livre deuxième de la première partie du présent code, les articles L. 2242-17 à L. 2242-19, L. 2254-3 à L. 2254-6, ainsi que le chapitre V du titre II du livre premier de la cinquième partie du présent code sont abrogés.
 
III. – Le code du travail est ainsi modifié :
 
1° - A l’article L. 2323-15, les mots : « conclu en vue de la préservation ou du développement de l'emploi » sont supprimés ;
 
2° - Au 1er alinéa du II. de l’article L. 3132-25-3, les mots : «,soit par un accord conclu dans les conditions mentionnées aux II à IV de l’article L. 5125-4 » sont supprimés.
 
IV. – A l’article L. 5544-1 du code des transports, la référence : « L. 1222-7 » est supprimée.
 
J’espère que la lecture n’a pas été trop  fastidieuse…
Comme chacun peut le constater : C’est la partie "horaires" qui peut être totalement définie à l’échelle de l’entreprise en dehors des accords de branches… Comme l’horaire hebdomadaire de base, comme la répartition des heures, comme la mobilité géographique du salarié… Car les accords de branches ne seront valides que sur certains domaines et pas sur ceux propres à l'organisation du travail… Fort heureusement les entreprises n’ont pas le droit de fixer leur propre SMIC, ni de baisser la grille des salaires horaires minima de branche !!!
Finalement, les dégâts sont limités au niveau de ce domaine, dont on craignait les pires extrémités et c'est ce qui calme finalement les centrales syndicales...
 
Certes, en matière de négociations d'entreprise, les employés seront appelés à voter. Mais dans les petites entreprises, les pressions seront exercées sur les salariés les plus fragiles et donc, le résultat des votes sera à peu près aussi représentatif que celui du résultat de l’élection du Sieur Macron : Vote de peur, de contrainte, d’influence !
 
Il est à noter dans la fin de cet extrait et à expliciter (car il faut aller d’un article à un autre pour comprendre), que ceux qui refuseraient les accords ainsi « votés », seront licenciés, non plus ‘économiques’, comme auparavant, mais licenciés ‘ordinaires’ (56% du salaire au lieu de 75), avec en 'compensation' un accès plus important (100 heures de plus) à la formation.
Ça leur fera une belle jambe !

Posté par zalandeau à 09:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,