17 décembre 2018

La France et son armée

GSM

Écrit par Henri ROURE, le mardi 27 novembre 2018 (Envoyé par Trub)
 
Je ne crois ni aux hasards, ni aux coïncidences. Tout a un sens dès lors que les évènements émanent d’une même source. C’est bien sûr le cas en stratégie politique.
Si nous considérons plusieurs faits récents, apparemment indépendants les uns des autres, et si, avec un peu de réflexion et d’attention, nous essayons de leur trouver un ferment commun, nous sommes immédiatement amenés à nous interroger sur les calculs qui sous-tendent certaines actions du gouvernement. Un phénomène latent depuis quelques années vient de prendre une acuité toute particulière avec les dirigeants actuels : les Français ne se contentent plus des paroles issues du système politique traditionnel, ils analysent et ils jugent de la pertinence des décisions.
Désormais ils s’informent grâce aux réseaux sociaux, à internet et à une solidarité qui s’est créée en dehors des cheminements habituels et qui porte un nom : ras-le-bol ! Ils en tirent inévitablement des conclusions.
Dans un panorama d’insatisfaction nationale s’ajoutant à l’insécurité, nous pouvons nous interroger, aussi, sur le fond des relations entre le pouvoir et l’armée. Les forces armées sont les garantes de l’intégrité du territoire, de la défense de la population et des intérêts nationaux. C’est dire que leur mission est essentielle, régalienne, et doit les rendre intimes avec le peuple. Elles sont, d’ailleurs, constituées par des citoyens qui en sont issus. Dans le paysage politique présent il est bon de le rappeler.
Bien avant la révolte des gilets jaunes le président et ses soutiens ont montré à la fois une indifférence hautaine et une crainte inavouée du peuple. Ils persévèrent. Méconnaissant les gens-d’en-bas ils prennent des décisions à l’emporte-pièce, en cohérence avec leur idéologie européiste et mercantiliste, sans se soucier des conséquences sociales, parce qu’ils se sentent assurés de leur intelligence et donc de la qualité de leurs choix. Ils savent, cependant, probablement de manière encore confuse et en sous-estimant les conséquences possibles, qu’ils ne sont pas à l’abri de sévères remous, car leur politique ne sert pas la France indépendante alors que les Français restent toujours attachés à leur pays, à leur mode de vie, à la grandeur de leur histoire et à leur culture.
> Cette crainte a sans doute été confirmée par les actions des gilets jaunes. Cette arrogance va de pair avec une inquiétude. Ils prennent donc quelques précautions pour éviter un mouvement populaire puissant et structuré qui viendrait à mettre en péril la permanence de leur démarche politique. Mais nous pouvons douter de leur compréhension de la situation, donc de la justesse de leur réaction…
Une de leur appréhension, non-dite, serait que les armées sortent de leur neutralité en cas de crise majeure, contestant la globalité de la politique conduite. Cette méfiance est en soi une preuve supplémentaire d’une politique très sensiblement en contradiction avec un destin national indépendant. Ils ont à l’égard des militaires ce même regard qu’ils portent au peuple.
Ils additionnent, donc, des gestes et des décisions vers les armées qui visent à les affaiblir et à les décérébrer mais à les conserver aux ordres. Cette action de défiance complète le désir de ne pas développer un instrument de défense nationale, qui serait en contradiction avec leur idéologie.
> Dans cette ligne, le président émet l’idée d’une armée européenne, rejetant celle de patrie et montrant, à l’évidence, qu’il ignore pourquoi un soldat accepte de mourir.
La Défense est un monde qui lui échappe. Il constitue, par essence, un obstacle au supranationalisme financier. 
 
Aucun président, avant lui, n’a trouvé nécessaire de rappeler qu’il était chef des armées. Les militaires savent parfaitement que celui qui, seul, peut engager le feu nucléaire et décider d’une opération militaire est bien le responsable suprême. Nul n’est besoin de le clamer et de défier et humilier un chef d’état-major pour asseoir une autorité constitutionnelle. Pourtant il est surprenant que le président actuel réponde aux questions d’un journaliste, à bord du porte-avions Charles de Gaulle, tout juste sorti de sa grande visite, avec en fond de tableau un Rafale Marine, comme s’il voulait se mettre sous la protection de ces armées qu’il maltraite par ailleurs. De même en imaginant d’accorder aux grands responsables militaires parisiens une prime conséquente de très haute responsabilité, sachant pertinemment qu’ils sont les véritables chefs opérationnels des armées, alors que cadres et militaires du rang subissent toutes sortes de régressions sociales et financières et se heurtent, au quotidien, à des conditions de vie professionnelles et personnelles difficiles.
 
Les nantis sont censés être du côté du pouvoir ! Diviser pour régner et faire accepter une nouvelle baisse de capacité opérationnelle ?
L’attitude du chef de l’État n’est paradoxale qu’en apparence.
Simultanément le président - par l’intermédiaire de son ministre des comptes publics - rabote le budget de la défense de 400 millions d’euros, malgré la LPM, alors que la menace islamiste intérieure et extérieure est bien présente et que l’immigration musulmane ne cesse pas. Il essaie de dissocier la Nation et son armée, notamment, lors de la commémoration du centenaire de l’armistice de 1918, refusant, en outre, d’honorer les maréchaux qui ont conduit à la victoire l’armée de la nation et non-pas des civils que l’on avait armés. Et, tout récemment, en humiliant les Saint-Cyriens et, en fait tous les militaires, en faisant débaptiser la dernière promotion de l’Ecole Spéciale Militaire au prétexte que le parrain choisi, le général LOUSTAUNAU-LACAU - pourtant héros des deux guerres et de la Résistance, déporté par les nazis.- ne répondrait pas aux critères de la bien-pensance, à laquelle il voudrait se référer, et aux critères de ceux qui ont fait son élection. Il bafoue le contexte historique et la tradition d’une grande école qui a fourni à la France ses sauveurs, des présidents et un saint. En agissant ainsi c’est bien l’intimité du peuple et de son armée qu’il voudrait fracturer. Il affiche le même mépris des militaires que du peuple.
Nous pouvons dès lors nous interroger sur la finalité d’une politique générale qui vise à appliquer contre vents et marées les obligations supranationales du traité de Maastricht en s’opposant, notamment, aux revendications populaires, pour s’inclure dans des règles budgétaires inappropriées et à continuer, par petites touches, à résorber l’héritage gaullien d’une politique militaire indépendante.
La réponse va de soi : il faut tout faire pour réduire encore la souveraineté nationale pour mieux paraître, individuellement, dans la coterie mondialiste. D’ailleurs certaines idées sont étonnantes, sortes de ballons sondes ; mais qu’elles aient pu être émises donne la direction souhaitée par le pouvoir actuel : Partage de la direction de la dissuasion nucléaire avec un autre État, s’ajoutant à la proposition d’armée européenne, partage du siège permanent au conseil de sécurité…D’un personnage aussi complexe, élu grâce à une manipulation médiatico-financière, partenaire des plus fervents « mondialistes », il n’y aurait là rien d’étonnant.
 
Général (2S) Henri ROURE
Ancien officier des Troupes de Marine
27 novembre 2018

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 novembre 2018

A l'est, rien de nouveau


GSM

Écrit le 26 juillet 2011... (NDLA : Toujours valable de nos jours)
 
Nos capitaux continuent de fuir vers l'Asie. Notre production continue de se délocaliser. Nous sommes dépendants de l'orient pour tout les produits industriels et manufacturés et bientôt nous subirons une dépendance alimentaire...
 
Nos "Daladier" et nos "Chamberlain" actuels ne mobilisent même plus, ne lancent pas de programmes de réarmement ni de relocalisation industrielle. Ils disent que nous n'avons plus les moyens de le faire. Ils pensent qu'il n'y a rien à faire. Ils sont résignés pour l'avenir de leurs pays (d'autant plus que leurs intérêts personnels sont préservés)...
 
Désarmés, nous sommes à la merci des envahisseurs qui préparent la plus grande armée d'invasion que l'on ait connue...
 
Qui donc avait compris que la prochaine guerre commencerait, non pas par des préparations d'artillerie, ni par des bombardements, ni par des infiltrations de commandos, mais par un assèchement économique de l'adversaire ? Personne !
 
Nous perdons la guerre économique, sans nous défendre, sans nous plaindre, sans qu'aucune voix ne s'élève... Nos morts se nomment par millions : chômeurs, SDF, quart-monde, "sous le seuil de pauvreté"... Et ensuite, nous périrons sous l'invasion barbare...
 
Nous n'avons pas de "de Gaulle", ni de "Churchill", mais par contre, les "Pétain" se bousculent au portillon...
 
Nous n'avons plus qu'à attendre l'asservissement total...
 
Le ciel de l'aube ne rougeoie pas encore de la fureur des armes...
 
A l'est, rien de nouveau... C'est au sud que cela se passe...

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

31 octobre 2018

20.000 vieux sous les merdes

GSM

Ecrit le 12 juin 2011.
 
Au lieu de se pencher dans les profondeurs mystérieuses des abysses marines nos chercheurs feraient bien de résoudre le problème de ces nombreux laissés-pour-compte de notre société...
 
Comment peut-on être heureux lorsqu'il y a tant de misère et de détresse ? Comment ?
 
Allons-nous continuer à foncer sur l'autoroute mondialiste en ignorant ceux qui gisent dans les fossés vicinaux sans considération, sans existence ?
 
La richesse non redistribuée est accélératrice de paupérisation et un chemin en cul de sac pour les possédants. Quand on a tout, comment peut-on en profiter s'il n'y a plus de flux économique ? Les possédants veulent mourir le ventre plein... Et s'ils crevaient le ventre vide à force de stopper l'activité qui les fait vivre ?
 
En tous cas ils mourront les derniers, c'est certain. Mais ont-ils demandés à ceux d'en bas, s'ils voulaient mourir les premiers, eux ?
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

04 octobre 2018

Ma chronique – Le FMI et Le « DSK »…

GSM

Écrit le 22 octobre 2010
 
Le FMI, créé après guerre, avait comme vocation officielle (et c’est toujours le cas), de prêter de l’argent à des pays sous-développés (que l’on appelle pudiquement « en voie de développement »), afin d’aider précisément à leur développement…
 
Mais au fil du temps, de plus en plus, cela est avéré (reportages diffusés en pleine nuit sur le petit écran, afin certainement, que le plus grand nombre de nos concitoyens soit le mieux informés possible), il s’agit d’un instrument de colonisation des mêmes pays…
 
L’argent leur est prêté, avec des conditions d’utilisation… Lesquelles conditions exonèrent l’emprunteur de tout retour sur investissement. Exemples :
-Construire des universités sans professeurs,
-Construire une aciérie sans matière première, sans énergie, sans débouché…
-Construire un barrage hydroélectrique pharaonique aux frais du contribuable indigène, réserver l'électricité et les profits aux multinationales, expulser les « idiots » qui vivaient sur le site…
 
Ensuite, les états surendettés, obtiennent de nouveaux prêts, ou un étalement de leur dette, ou un effacement partiel, moyennant quelques menus accommodements. Exemples :
-Abandonner gratuitement les droits d’exploitation de telle ou telle ressource ou minerai à telle multinationale nommément désignée (comme par hasard),
-Accepter l’implantation d’une base militaire Américaine (par exemple),
-Accueillir nos déchets…
 
« Avantages » pour les populations ? Dépossession de leurs biens et de leur travail, aggravation de la pauvreté, accablement d’impôt… Sont des avantages plutôt très négatifs !
 
Évidemment, pour rasséréner le semblant de conscience des potentats locaux, quelques abondants pots de vins arrondissent les angles…
 
Et lorsqu’un malencontreux incorruptible refuse à l’une ou l’autre des étapes susmentionnées, il se voit renversé par une opposition organisée par l’argent de notre cher FMI… En variante, si personne ne parvient à chasser du pouvoir le malencontreux incorruptible, celui-ci est victime d’un malencontreux accident (mortel évidemment)… 
 
Le FMI, allié au processus hyper libéral de la mondialisation, est une arme financière d’asservissement, d’exploitation, de paupérisation et de MORT, des peuples du tiers monde !!! 
 
-Voilà ce qu’est l’ « institution » que notre bon DSK (Dominique Strauss Khan), dirige…
-Ajouté, à cela, qu’il a été pistonné à ce poste par un certain Nicolas Sarkozy, dont l’humanité sociale n’est absolument pas la vertu dominante…
-Ajouté de plus que DSK profite d’une popularité dans les sondages auprès des Français, due uniquement à la réputation officielle du FMI  en tant qu’organisme de développement…
-Résultat : Le président du FMI jouit donc d’une « aura » digne du Bon docteur Schweitzer ! 
 
Pensez-vous que celui qui est présenté comme le futur candidat de l’opposition en 2012 contre le pouvoir actuel, soit le challenger providentiel qui sauvera nos concitoyens des ravages libéraux et de la casse sociale ? 
 
J’ai comme un léger doute…

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2018

A POITIERS, IL N'Y AURA PLUS DE STATUE DE CHARLES MARTEL !

GSM

A POITIERS, IL N'Y AURA PLUS DE STATUE DE CHARLES MARTEL !
Mais un nouveau monument aux morts (chouhad)
 

La mosquée de Poitiers a été nommée « Pavés des martyrs » en l’honneur des musulmans tombés lors de la victoire de Charles Martel en 732 

 
Ecrit par Emilie Defresne — 7 juillet 2018
                     
C’est l’imam de cette mosquée qui l’explique sans aucune vergogne: Le « Pavé des Martyrs » c’est le nom qu’il a donné à la mosquée de Poitiers en l’honneur des envahisseurs musulmans stoppés en ce lieu-même par Charles Martel, ainsi que l’expose dans la vidéo ci-après, l’imam de l’édifice.
 
 La « bataille du Pavé des Martyrs », c’est le nom par lequel les historiens arabes désignent la bataille de Poitiers qui a vu la victoire en 732 du chef des Francs Charles Martel sur l’armée d’Abd er-Rahman, signant ainsi l’arrêt de leur progression vers le nord de la France et le début de la libération de l’Aquitaine et du Languedoc.
 
 « Nous voulons que ce centre soit une mosquée et un centre de rayonnement culturel », s’enorgueillit le frère-musulman Boubaker El-Hadj Amor. 
 
« Le but de ce centre est de créer les conditions d’une rencontre avec l’islam et parler de cette religion sainte et pour qu’il soit un centre de prédication. Inch’Allah. »
 
 A la place d’une statue du libérateurs de la France, c’est donc un monument à la gloire des envahisseurs qui est dressé en ce lieu mémorable.
 
 C’est dire si c’est bien en conquérant que l’Islam implante en France ses gigantesques complexes politico-culturo-religieux, avec la complicité, -ainsi que s’enorgueillit cet imam-, des autorités de la ville et de celles du ministère.
 
 Génération identitaire qui a été condamnée pour avoir protesté de l’édification d’une mosquée sur le lieu même de la victoire de Charles Martel, c’est confiée à Valeurs actuelles Jeudi 5 juillet 2018:
 
Génération identitaire dénonce « le double discours » de l’imam. 
 
 « Il est très radical et dans l’affrontement. Cette vidéo révèle le double jeu de l’UOIF et de l’islam politique, qui s’apparente à la taqîya et essaie de faire bonne figure dans les médias tout en développant un islam conquérant », confie son porte-parole Romain Espino, tout aussi scandalisé par le financement de cette « mosquée cathédrale » par « une puissance étrangère liée au modèle islamique » avec « la complicité des autorités».
 

Une mosquée financée par le Qatar

 

Dans la vidéo, l’imam de Poitiers depuis 1995 admet en effet avoir bénéficié de fonds étrangers pour poursuivre la construction de la mosquée, interrompue plusieurs années durant en raison d’un manque de financement par les fidèles locaux.
 
 « Ce que nous avons construit, c’est grâce à Dieu et avec l’aide de l’organisation “Qatar Charity” », admet-il.
 
 L’organisation caritative, « bras humanitaire de l’émirat à l’étranger », « est devenue au fil des ans l’un des relais du soft power de Doha dans le monde », écrivaient les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot dans leur livre « Nos très chers émirs », publié en 2016.
 
 En plus de sa mission humanitaire, « l’autre domaine d’activité de Qatar Charity, c’est le prosélytisme religieux, notamment en Afrique… », ajoutaient-ils, précisant que « l’ONG soutient dans le monde entier des projets de mosquées, d’écoles coraniques et d’instituts de mémorisation du Coran. » Y compris en France.
 
 Le Qatar, dont le mufti officieux est Youssef al-Qaradawi, prédicateur égyptien antisémite, pro-terroriste et interdit de territoire français depuis 2012, investit le plus souvent dans des mosquées gérées par l’UOIF ou ses satellites, comme celle, gigantesque, de Mulhouse, financée à hauteur de 2 millions d’euros.
 
 Plus inquiétant, Qatar Charity a été accusée par les Etats-Unis, Israel et plusieurs pays du Golfe de soutenir le terrorisme.
 
 Selon des documents officiels, produits par la justice américaine, Oussama Ben Laden a utilisé l’organisation pour financer les activités criminelles de sa nébuleuse Al-Qaida dans les années 90.
 
 Des groupes djihadistes au sein de l’opposition syrienne ont aussi bénéficié de son soutien. Des djihadistes ont enfin opéré sous couverture de Qatar Charity au Mali, a révélé le Canard enchaîné.
 

Un projet encouragé par la mairie PS

 

Interrogé sur l’accord donné par les autorités politiques au projet, l’imam de Poitiers évoque le soutien personnel du maire PS, probablement Jacques Santrot.
 
« Bien sûr, le maire, grâce à Dieu, est mon collègue à l’université. Il a encouragé la construction de ce centre, et nous avons pu, grâce à Dieu, obtenir la licence, dit-il. Le problème est que la licence est de dix ans et a expiré en 2013. Mais, grâce à la relation de fraternité et d’amitié entre le maire et moi, il m’incite toujours à accélérer l’achèvement du projet. Que Dieu nous bénisse. Inch’Allah. »
 
 Son successeur socialiste Alain Claeys faisait lui partie des personnalités, qui ont soutenu l’imam et ses fidèles à la suite de l’occupation, en 2012, du chantier de la mosquée par des membres de Génération identitaire, opposés à sa construction.
 
 Des militants (dont cinq seront condamnés) avaient alors déroulé une banderole « 732, Génération Identitaire » sur le toit du bâtiment lors de cette opération symbolique destinée à lancer leur mouvement, qui dénonce depuis « l’islamisation » du pays.
 
 « Ils pestent un peu la haine, ils vivent il y a 13 siècles, ils vivent un peu dans la nostalgie de l’affrontement », avait osé à l’époque l’imam de Poitiers, traitant les activistes de « racistes ».
 
                                                               Qui est l’imam Boubaker El-Hadj Amor ?
 
Depuis le début, Boubaker El-Hadj Amor est le grand architecte de ce projet de Grande mosquée, bâtie sur un terrain de 7 000 m2 et dotée d’une salle de prière pour 700 fidèles et d’un minaret haut de 22 mètres, pour un coût global de plus de 3 million d’euros.
 
 Cet ingénieur en robotique de 61 ans, né en Tunisie et cadre de l’UOIF, devenue Musulmans de France en 2017, a mobilisé tous les réseaux de l’union islamiste, vitrine légale des Frères musulmans en France, pour participer à son financement.
 
Son argument pour les convaincre ? 
 
 « J’ai fait valoir l’histoire de Poitiers. Un lieu de culte et de paix  sur les ruines de la bataille de 732 : tout un symbole », leur a-t-il expliqué.
 

                        Un imam radical, pilier de l’UOIF

 

Celui qui a été vice-président de l’UOIF et président du conseil régional du culte musulman (CRCM) de Poitou-Charentes, a aussi enseigné à l’Institut européen de sciences humaines (IESH), en Seine-Saint-Denis, « un établissement d’enseignement supérieur privé spécialisé dans l’enseignement de la langue arabe, des sciences islamiques et l’apprentissage du Saint-Coran », fondé sous le patronage de l’UOIF.
 
 Le tout premier établissement, installé à Château-Chinon, stipendié par le Qatar, avait accueilli le théologien radical Youssef al-Qaradawi, qualifié même… d’« éminent savant » sur son site.
 
 S’il professe en public un message de « fraternité », Boubaker El-Hadj Amor applique à la lettre le discours radical de l’UOIF.
 
 A propos de la loi limitant le port de signes religieux à l’école, dont le voile islamique, il déclarait en 2004 : 
 
« Nous considérons que c’est une loi injuste, mais la loi est là, il faut faire avec, il faudra attendre que la mentalité globale de la communauté française évolue vers l’acceptation du fait de la visibilité de l’Islam plus que ce qu’elle n’est aujourd’hui… »
 
  Dix ans plus tard, il s’opposait à la diffusion d’un fascicule par le rectorat sur « la prévention de la radicalisation en milieu scolaire ».
 
Mais le Conseil constitutionnel impose l’application de la fraternité à sens unique: de la part des envahis au bénéfice de leurs envahisseurs.
 
Sur le compte Facebook de la Grande mosquée de Poitiers, des photos montrent aussi des fillettes couvertes d’un hidjab, et un message fait la promotion d’une « grande journée de conférence » à Poitiers, à laquelle ont été invités « plusieurs conférenciers de renommée », parmi lesquels Hassan Iquioussen, prêcheur antisémite de l’UOIF, pour qui les attentats sont de « faux problèmes » et « les traîtres » à l’islam méritent « 12 balles dans la tête », mais aussi Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan et prédicateur radical, complotiste et anti-israélien, favorable à la charia et interdit de séjour sur le territoire français depuis avril 2017, dont la conférence ce jour-là était intitulée « l’islam, religion de paix et de tolérance »…
 
 
Les descendants chrétiens de Charles Martel ont été lourdement condamnés, tandis qu’à la place d’une statue du vainqueur-libérateur, se dresse aujourd’hui la revanche des vaincus islamiques avec la complicité des autorités du Régime.


13 août 2018

La situation s'aggrave tout en se clarifiant ...

GSM

https://breizatao.com/2018/05/25/le-voile-islamique-fait-partie-de-la-france-affirme-un-chef-du-parti-demmanuel-macron-qui-veut-des-femmes-voilees-a-lassemblee-video/ 
 
Aurélien Taché Député En Marche :
« je veux des femmes voilées à l’Assemblée, le voile fait partie de la société Française ».
 
Lentement mais sûrement, Emmanuel Macron structure son alliance avec les islamistes, essentiellement les Frères Musulmans, en envoyant des émissaires faire voler des ballons d’essai dans les médias.
 
Dernier épisode en date, le député LREM du Val d’Oise Aurélien Taché a fait savoir que des femmes voilées à l’Assemblée Nationale française auraient « son soutien » car le voile islamique « fait partie de la société française » selon ce parlementaire Macroniste.
 
Cette déclaration s’ajoute au numéro de communication orchestré à l’Elysée par Emmanuel Macron et Yassine Belattar, un proche des Frères Musulmans, autour de la réorganisation politique des zones de peuplement afro-islamique en France (lire ici).
 
Capter le vote musulman.
 
Sur fond d’islamisation fulgurante de l’Hexagone – qui compte désormais près de 10 millions de musulmans – Macron entend empêcher la gauche radicale mélenchoniste de capitaliser sur le vote islamique.
 
Pour y parvenir, une sous-traitance des zones islamiques est donc accordée aux Frères Musulmans qui auront pour tâche, en échange de la protection du gouvernement, de soutenir électoralement Emmanuel Macron.
 
Ainsi se forme, progressivement, la 6ème République française :
 
La république islamique . C'est l'avenir de la France.
 

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 août 2018

Réfléchissons un peu...

GSM

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

06 août 2018

Général Gomart : bien sûr cette invasion est voulue


GSM

L’INVASION N’AVANCE PAS AU HASARD. LE GÉNÉRAL GOMART PATRON DU RENSEIGNEMENT MILITAIRE, L’EXPLIQUE (en 2015). 

 

 

Général Gomart : bien sûr cette invasion est voulue 
 
Rien du trafic migratoire en Méditerranée n’est ignoré des autorités françaises, militaires et civiles. Le général de corps d’armée (quatre étoiles) Christophe Gomart, patron de la DRM (Direction du renseignement militaire) est chargé de recueillir toutes les informations susceptibles d’aider la France à prendre ses décisions d’ordre militaire.
 
Le général 4 étoiles a expliqué, en ouverture du colloque Geoint, qui s’est tenu à la Société de géographie, à Paris, les 11 et 12 septembre derniers, comment rien du trafic migratoire au Moyen-Orient et en Méditerranée n’échappe au Renseignement français.
 
La DRM, qui est leader en France sur le renseignement d’origine imagerie (ROIM) fourni par les satellites-espions militaires, a inauguré le 19 janvier dernier un très discret centre d’expertise, le CRGI (Centre de renseignement géospatial interarmées).
 
Pluridisciplinaire, il intègre une trentaine de spécialistes civils, militaires et réservistes de haut niveau dont la principale fonction consiste à fusionner le renseignement recueilli par la DRM à partir d’une multitude de capteurs (interceptions, satellites, sources ouvertes, cybersurveillance, etc.).
 
C’est ainsi que la DRM peut aujourd’hui présenter aux dirigeants français une situation précise de la présence des migrants subsahariens en Libye, ainsi que les identités exactes, les modes opératoires et les stratégies des passeurs de migrants. Ces informations sont transmises par la France à l’état-major de la mission européenne en Méditerranée Eunavfor Med, lancée en mai dernier.
 
Le général Gomart a ainsi pu confier lors du colloque que les militaires français ont repéré les principaux points d’entrée des filières de trafic humain sur le territoire libyen, notamment à partir de la zone des trois frontières (Libye, Soudan, Égypte). Le renseignement français sait où les passeurs échangent leurs cargaisons humaines, où ils les hébergent. Il les voit également préparer les départs vers l’Europe depuis les plages de Tripolitaine et de Cyrénaïque, imposant aux migrants un processus immuable. 
 
Avant tout départ en mer les passeurs appellent le Centre de Coordination Italien des Secours Maritimes, explique-t-il, et c’est ainsi que les bateaux européens vont recueillir directement en mer les masses migratoires, pour les transporter à bon port, de crainte qu’ils ne s’égarent sur les côtes africaines…
 
Le GeoInt (Geospatial Intelligence) est devenu « l’outil idéal pour valoriser des données massives géo localisées. Il joue le rôle d’un accélérateur de prises de décisions en donnant une vision claire et complète aux chefs militaires et aux décideurs politiques », précise le général.
 
L’invasion est donc une « affaire »  qui n’avance pas au hasard.
 
Voilà, il n’y a aucun mystère. 
 
Lorsque les passeurs vont acheter un zodiac au siège du Consulat honoraire de Bodrum, chez Madame le consul Françoise Olcay, les renseignements français le savent… Sans le reportage de France 2, le consul serait toujours en poste. Il est à noter que Madame Olcay a perdu son poste de consul, mais qu’elle continue d’alimenter le trafic vers la France en poursuivant son commerce illégal et que les autorités françaises le savent, de même qu’elles savent que la Turquie délivre de faux passeports, que les capitaineries ferment les yeux etc. etc.
 
Et si le Renseignement français est capable de voir le trafic migratoire en Afrique jusque dans ses détails, comment ne pourrait-il pas le voir en Europe ? Mais qui sait sur qui la surveillance s’exerce en France ? Sur les opposants à l’immigration ?
 
Cette invasion est voulue.... PAR QUI ?  POURQUOI ?
 

http://www.medias-presse.info/linvasion-navance-pas-au-hasard-le-general-gomart-patron-du-renseignement-militaire-lexplique/38823/

 

NDLR : Le 22 mai 2017, le départ du général Gomart est annoncé. Il est embauché à compter du 3 juillet 2017 par un groupe Immobilier privé.

 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juillet 2018

Mémoires et radotages (184) – L’escroquerie mondialisée est permise et encouragée

L’année dernière, en été 2017, nous avions acheté deux Relax chez Gémo, MADE IN CHINA ! Ils ont passé toute la mauvaise saison (automne, hivers et printemps à l’abri des intempéries, de la chaleur et de l’humidité et de la poussière…
 
Voilà l’état des sandows qui composent les relax après seulement trois mois à la chaleur et à la pluie :
 
 
Et de plus près, le caoutchouc ainsi que la gaine des sandows tombent littéralement en poussière :
 
 
Voici encore un autre sandow MADE IN CHINA, acheté chez Brico Marché… Déjà, je m’étais méfié car  l’allongement élastique était deux fois moindre que la normale. Après un an de présence dehors, voici le résultat :
 
 
Alors, tous les sandows sont-ils aussi peu fiables ?
 
La bâche de la remorque a été achetée il y a neuf années. Le sandow en tension 365 jours par an (sauf pendant l’utilisation ponctuelle de la remorque), affronte toutes les saisons toutes les intempéries. Il a l’air quasi neuf :
 
 
Mais celui-ci n’a pas du être fabriqué par une entreprise d’un pays contre lequel le consommateur ne peut avoir aucune garantie, aucun recours juridique contre la mauvaise qualité de ses produits de MERDE !
 
J’ai donc acheté du sandow pour tenter de donner une nouvelle vie à ces relax… AUCUNE INDICATION DE PROVENANCE N’ETAIT INDIQUEE SUR L’EMBALLAGE. « Espace Emeraude », où j’ai acquis ce sandow, n’a pas su m’indiquer la provenance, mais m’a assuré que ce produit était de qualité ! Ce n'est pas une preuve. On verra bien :
 
Faut-il refuser d’acheter tout ce qui n’est pas cher, systématiquement ?
Un prix cher est-il le gage d’un produit de qualité ?
La concurrence ne s’exerce pas sur des bases loyales et nous, consommateurs, sommes les victimes de cette passoire mondialisée !
Aucune instance européenne ne nous garantit la qualité d'un produit, permettant ainsi toutes les fraudes, sans aucun contrôle !
 
NOUS SOMMES VICTIMES DE CETTE MONDIALISATION QUI PERMET TOUTES LES ESCROQUERIES ET LES ENCOURAGE !

Posté par zalandeau à 08:48 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

20 juillet 2018

Pourquoi m’occuper des autres ?

GSMEcrit le 10 juillet 2015

Il serait tellement plus simple de ne penser qu’à ma gueule…
 
Après tout, mon seul problème dans le passé, c’était ma retraite hypothétique et son montant improbable…
La santé ? Qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Plus vite crevé, plus vite débarrassé de voir tous ces cons et de constater lentement ma déchéance…
Le statut des fonctionnaires ? J’ai toujours été dans le privé, même mes missions spéciales ne m’ont conféré aucun statut public. Qu’est-ce que j’en ai à foutre ?
 
Donc, pourquoi prends-je fait et cause contre des présidents et leurs politiques de merde ?
Je ne devrais m’occuper que de mes petits intérêts mesquins comme fait tout le monde…
 
D’autant que le troupeau bêlant, bêle et continue son chemin sous les aboiements du roquet au pouvoir, puis sous les propos naïfs et lénifiants de son successeur…
 
Non, j’ai la bêtise, je dirais même l’énorme connerie, de penser que nos enfants, dont les miens, doivent avoir un avenir collectif dans la ligne de l’évolution et du progrès social que leurs ancêtres ont initiés…
J’ai même l’outrecuidance de ne pas me résigner à ces propos martelés et faux, que les gens font leurs, sans chercher à comprendre, du genre « Il faut revenir en arrière, c’est inévitable » (Ils parlent des avancées sociales conquises après guerre).
Slogans non démontrés parce qu’indémontrables et surtout parce qu’ils sont faux !
Je me suis opposé au « Le marché régulera tout »… Les événements ainsi que les revirements des spécialistes m’ont donné raison… Mais il a fallu une crise (que j’avais prévue), pour que j’aie raison… Oh oui, j’aurais bien aimé avoir tort ! Mais hélas…
 
Pour la rétrogradation de notre modèle social, je persiste à dire que c’est une absurdité et un crime de la part :
- De ce fou furieux, dont je continue de dire (comme les Américains pour Bush) : Sarko est la plus grande catastrophe qu’il nous soit arrivé (depuis Napoléon) !
- De cet ahuri qui ne comprends rien à l'économie et tourne sa veste vers un libéralisme tyrannique (Hollande) !
 
Les moyens, nous les avons, pour maintenir notre système de vie collective et solidaire. Nous avons même les moyens de sortir les miséreux de la situation indigne qui leur est faite.
 
Il faut simplement, re-planifier les dépenses et l’attribution des moyens…
L’activité, ne se crée pas en supprimant des postes ni des services dont nous avons pourtant une nécessité absolue, mais en favorisant des grands travaux, en réindustrialisant notre pays, en protégeant nos travailleurs des importations low-cost.
 
Sarko et Flamby auraient du s’informer sur la manière dont Roosevelt à sorti l’Amérique de la crise en 100 jours…
 
Mais Roosevelt était un grand démocrate… Sarko et Hollande, ne sont  que des petits libéraux-capitalistes, vendus au mondialisme…

Posté par zalandeau à 08:49 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,