GSM

NDLA de 2020 : J’ai été en stage "ouvrier" aux HBL du bassin de Lorraine en 1970, du 10 mars au 31 juillet, avec mes deux collègues de promo. Tous ces reproches faits par le responsable de stage, nous sont adressés à la deuxième personne du pluriel et donc on ne sait jamais lesquels d’entre nous sont visés, sauf à tenter de le deviner. Et parfois nous ne trouvons pas de quoi il peut s’agir. Peut-être du bluff ? J’ai retrouvé un carnet dans lequel sont consignés mes notes de l'époque…
 
 
Écrit le 1er juin 1970
 
« Si vous aviez les mêmes histoires à Douai, vous seriez à la porte »
« J’espère que vous allez continuer votre stage mieux que vous l »avez commencé »
« Je serais à la place de l’école, je croirais que vous l’avez fait exprès (de mal faire le C.T.P) » Je ne sais plus ce que signifie CTP
« Ceci ajouté au reste… » (Ceci : Absence de Jerf et de Bahou le lundi 1er juin)… Le reste ???
 
On nous a d’ailleurs reproché de n’être pas allés à un rendez-vous, auquel nous n’avons même pas été conviés. Des réticences de la part de Mr Lavall pour nous croire sur ce fait, me font penser que l’on est pris pour des menteurs.
Nous n’avons rien à nous reprocher, si ce n’est d’avoir oublié d’apporter à Monsieur Lavall une liste de renseignements dont nous avions besoin. C’est absolument tout. Cela ne nuisait à personne d’autre que nous.
Plus nous y pensons et plus nous sommes amenés à conclure que Monsieur Lavall se fait une montagne d’un rien. Il a essayé de nous bluffer et, ne rencontrant pas d’opposition de notre part, il a cru avoir raison.
Il doit s’imaginer que nous ne foutons rien à la mine. Quel imbécile !
Ses remarques sur la dernière analyse, montrent bien qu’il est susceptible et qu’il a l’esprit étroit.
Affaire à suivre. Il va falloir lui demander des explications sur ses sous-entendus que nous n’arrivons pas à entendre. Que nous reproche-t-il au juste ?
Il va falloir qu’il s’explique !
 
Écrit le 4 juin 1970
 
Je me demande pourquoi la maîtrise en la personne de Mr Lavall, s’acharne sur nous.
Cette expression « le reste », qui désigne Dieu sait quoi, ne laisse pas de nous étonner. On nous traite comme des gosses. Je voudrais bien voir s’il en est de même des stagiaires de Saint-Etienne. Je ne sais pas comment sera interprété la définition de leur stage.
Mais notre stage à nous, est mal interprété. On pourrait croire que la seule raison de notre présence dans ce bled, est primo, de fournir une main d’œuvre à vil prix, et secundo, de passer un examen d’une importance vitale pour nous : Le C.T.P. (Certificat de travaux pratiques). Maintenant je sais ce que veux dire CTP
Mais en ce qui concerne les visites d’installations, nos demandes de renseignements, la mauvaise organisation que l’on rencontre n’a rien prévu à ce sujet.
S’ils veulent inventer des motifs de mécontentement, nous, nous en avons de bien réels !
Pour la paye, autre exemple, nous sommes obligés d’aller la réclamer à chaque fin de mois.
Mais ils sont un peu plus empressés pour nous faire travailler, par contre !
S’ils veulent être tatillons avec nous, qu’ils le soient d’abord avec eux-mêmes.