GSM

Écrit le 15 mai 2007
 
Cette mondialisation et le libéralisme qui va avec, affectent bien entendu le monde de la finance… D’ailleurs je dirais, que c’est la sphère financière qui s’est emparée en premier de ce libéralisme mondialiste…
En effet, il est plus simple de transférer des capitaux, de faire des opérations spéculatives, une seule saisie informatique le permet, alors que pour échanger des produits manufacturés ou non, le transport et les formalités sont beaucoup plus contraignants et difficultueux…
 
Mais par delà cet aspect, il faut quand même se poser une question :
Pourquoi la finance échappe-t-elle de plus en plus à la fameuse « loi du marché », que tous les néolibéraux vantent tellement que c’en est indécent ?
En effet, la finance, devrait être la partie « capital », d’un système de création de richesse… Or on voit des spéculations, qui échappent totalement à cette logique de création de richesse
On voit s’organiser la rareté de ressources, afin d’en faire monter le prix spéculatif et d’en tirer davantage de profit. Ce n’est vraiment pas ce qui s’appelle « créer de la richesse », sauf pour les spéculateurs, bien entendu…
 
Donc que l’économie aille bien ou mal, la spéculation financière s’engraisse…
 
De plus, on voit actuellement des spéculations s’opérer sur des objets qui ne sont même plus concrets… J’appellerais cela « spéculer sur des produits virtuels »… Des produits financiers, des produits d’assurances… Que sais-je ?
 
Il y a quelques années, il y a eu la « bulle » spéculative sur les « startup »…
 
C'est-à-dire que l’on spéculait, sur l’espérance quasi certaine de la réussite de toute entreprise vouée aux nouvelles technologies… Totalement absurde… Une entreprise réussit ou échoue… On l’a bien vu quand la « bulle » a éclaté…
 
Mais les carnassiers affamés de la finance ont la mémoire bien courte… Ils ne s’en souviennent même plus.
Et l’on assiste maintenant à une spéculation tous azimuts, qui a pour effet de faire grimper tous les prix en flèche…
Tout le monde se met de la partie, espérant croquer une part du gâteau, les pauvres s’endettant, croyant investir…
 
Les prix sont si chers et les salaires n’augmentant pas, nous allons arriver bientôt en haut de cette inflation… Tous ceux à qui j’en parle me rient au nez, même ceux qui ont du vécu. Tout le monde est amnésique, ma parole !
Car viendra la période de déflation. Quand ? Je ne sais pas. Mais elle arrivera, avec son cortège de récession, de chômage et de misère…
 
Enfin, on n’est pas pressés…