30 septembre 2019

Memento du 23/02/2013


GSM

Depuis quelque-temps, je m’aperçois d'un amoindrissement de mon habileté manuelle. Je saisis mal le tissu plusieurs fois de suite, j'ai des pertes de coordination entre les deux mains, ou même entre les doigts d'une même main... Parfois j'oublie de respirer, c'est bizarre...
 
C'est con. J'avais fini la veste... Puis devant le miroir, deux défauts. Je pouvais toujours me tenir avec les bras en l'air comme Fernand Raynaud (Ah ben celui-là malfoutu comme il est, il a de la chance d'avoir trouvé un bon tailleur), mais j'ai préféré démonter tout... Ça fait deux jours que je cherche la solution (à part jeter au feu)... Je rebâtis, ça a l'air d'être moins tarte...
 
J'ai arrêté les médocs pour la tête depuis 16 jours. Je crois que je suis sevré.
L'assurance-décès est enfin régularisée. Je commençais à me demander s'ils m'avaient jeté, sans me jeter, tout en me jetant. J'étais méchamment inquiet. Ouf ! Ça va mieux.
 
J'aurai du naitre riche avec une cuillère en or dans le bec !

 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


29 septembre 2019

Suis-je malade, docteur ?

GSM

Ecrit le 15 mars 2015
 
Je discute avec les musulmans, je plaisante avec eux parfois, je n’ai jamais eu aucune difficulté professionnelle particulière avec eux, du moment qu’ils aient un comportement normal.
 
Je ne supporte pas la burqa, le voile intégral, l’arboration de signes ostentatoires de radicalisme, les gens qui prient en s’accroupissant dans la rue ; je ne supporte pas l’idéologie mortifère des extrémistes musulmans, l’impunité, la discrimination « positive », le laxisme en rapport aux délinquants musulmans ; je ne supporte pas l’envahissement de nos lieux de vie par des gens qui ne parlent pas français, vivent en communauté sans respecter nos lois, ni notre mode de vie ; je déteste le contrôle au faciès. Je ne comprends pas qu'on accueille et entretienne des gens, alors que des français sont dans l’extrême misère.
 
Suis-je raciste, docteur ?
 
-Vous ne détestez pas tous les musulmans ?
-Non. Pourquoi faire ?
-Trouvez-vous qu’ils soient d’une race inférieure ?
-Non.
-En fait vous trouvez qu’il y en a de trop et qu’ils ne sont pas intégrés ?
-Oui. C’est cela ! C’est le comportement de certains qui me débecte.
-Vous n’êtes pas raciste ! Vous n’êtes qu’un français qui souhaite le rester et ne pas subir la pression d’une autre culture envahissante…
-Voilà, c’est ça !
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

28 septembre 2019

cinquantitude270 - Aujourd'hui


GSM

Écrit par zalandeau le 4 juin 2007 vers 20 heures... exhumé le 25/09/19
 
Il y a 1 dizaine de jour j'ai été contacté par un chasseur de tête qui a trouvé mon CV sur le web.
 
La description du poste n'était pas fournie. J'ai vu le site du client. Je me suis dit : "C'est pas pour moi, monter une opération, je sais que je saurais le faire, bien que ne l'ayant jamais fait directement, je suis un peu culotté, etc"...
Il était trop tard pour annuler le Rendez vous. J'y suis allé à reculons.
 
Levé à 4h40. Départ 5h30. Stationnement auto à Saint Denis à 7h30. 2 h de repos dans la bagnole (l'entretien est à 16h00), j'ai le temps. Métro, je descend à l'école militaire. Laisser passer.
 
J'arrive au "magasin cession cadres" : Fermé pour cause d'inventaire le lundi 04/06/07. Je tombe "le" jour de l'inventaire, et avec ça sous la flotte...
 
Je récupère mes papiers à la sortie. Métro. Les puces. Je vais voir les potes, j'achète 2 bricoles. Je retourne à la tour Pleyel à pied (il ne pleuvait plus).
Je glande. Métro, 25 °C dehors avec le costard, j'ai perdu deux kg de transpiration. Terrasse de café : 5 Euros la bière pression près de la Madeleine !!!.
 
Puis arrive l'entretien à 16 h00. Je me fait décrire la mission ; " Maître d'Ouvrage en phase exécution ". Je conviendrais très bien... Je remplis un dossier. Ils vont me proposer au Maître d'ouvrage recruteur...
 
Et dire que j'ai failli ne pas y aller...
 
Avant de partir, je commence : "si je n'étais pas recruté, je compte sur vous pour me proposer d'autre...". On me coupe la parole : "Non! C'est mon seul client qui accepte la candidature de personnes de votre âge!".
 
"Mais n'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie", pensais-je.
Je ne me suis pas vu vieillir. C'est bien ça mon handicap : un chiffre supérieur à 50 suivis de "ans". Mes compétences ne sont pas en cause...
 
Affaire à suivre...
  

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

27 septembre 2019

Mémoires et radotages (233) – Chichi a cassé sa pipe


GSM

Écrit le 26 septembre 2019
 
Chirac ? Pour moi ? Il n’a pas fait grand-chose. Mais cependant je repense au passé…
 
J’ai apprécié et admiré son refus, très Gaullien, face à Bush Junior et à toute son Amérique hystérique, d’aller faire la guerre en Irak ! Aucun président Français, depuis, n’a eu un tel courage, une telle sagesse et une telle détermination…
J’ai apprécié son référendum sur l’Europe qui m’a permis ainsi qu’à une majorité de Français de répondre « Non » après avoir lu tous les articles du texte que la France aurait du signer…
Quelques expressions de lui me resteront : « Abracadabrantesque », « Ecoutaize, à cet égard et c’est fondamental… » ainsi que « C’est loin, mais c’est beau » répétée à l’envi…
 
Je me demanderai toujours s’il n’a pas fait exprès de dissoudre une assemblée nationale par trop RPR et s’il n’avait pas un petit peu le cœur à gauche…
 
Pour le reste, il n’a pas été transcendant, sa "grande oeuvre" restant les motocrottes, aujourd'hui supprimées… Mais il reste dans ma mémoire le président sympathique et proche des Français…
 
Il est mort et il est le seul président décédé, avec de Gaulle, dont je ne dirai pas « J’irai pisser sur sa tombe »… C’est tout dire !
Tout de même... Je me demande quel goût a la tête de veau sauce gribiche ???
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2019

De l’analyse des lois (2)

GSMEcrit le 15 avril 2015

La Loi ‘Macron' (PROJET DE LOI pour la croissance et l'activité).
 
J'avais téléchargé ce projet de loi le 24 février 2015. Il comporte 106 pages sur word.
J'avais parcouru une cinquantaine de pages. Je voulais faire comprendre à mes semblables ce qui était bon ou mauvais dans ce projet.
 
Hélas, comme il aurait fallu que je m'en doute, le document est d'une complexité hors de compréhension de mon cerveau amoindri, comme l'étaient devenues les pièces écrites que je tentais vainement de comprendre à partir d'avril 2007, suite à cet accident de santé cognitive qui m'a obligé à sortir du monde du travail.
 
Je m'étais borné à dire que ce texte est un véritable patchwork et donc à ce titre on ne peut apprécier chacun des morceaux de la même façon. Il est impensable de voter une seule fois sur un ensemble de dispositions, alors que l'on peut être d'accord sur certaines, mais en désaccord total sur toutes les autres !
 
Ce patchwork reprend les articles présentés par Attali (pas la pièce de Racine), dans son rapport remis sous le règne de Sarkozy.
Pétri de libéralisme forcené, bien peu de mesures ont pour but le service des citoyens. Même Sarkozy, pourtant très à droite avait renoncé à l'extrémisme de ces propositions. C'est dire la position ultra néo-libérale des sieurs Attali et Macron… En déduire la traîtresse position politique du culbuto de l'Elysée, bien évidemment complice de ce projet globalement abject, (même si certaines dispositions sont intéressantes), est dès lors une affaire entendue.
 
Il est donc bien évident que Macron est de la même fibre que Attali.
Pour l'avoir beaucoup écouté, ce dernier m'est progressivement  apparu comme un doux rêveur sans aucun raisonnement cartésien, seulement préoccupé de relier les chimères qu'il défend à son idéologie néo-libérale. C'est vraiment ce que j'abhorre chez un être humain : La rigidité d'une dépendance à un auto endoctrinement, qui partant, lui ôte tout esprit critique.
 
Je renonce donc à dénoncer point par point les pièges variés et nombreux, véritables chausse-trappes pour attraper le citoyen, pressurer et asservir le cochon de payeur, dans le but des intérêts particuliers des puissants. Alors que cette loi, bien entendu, annonce en préambule, des objectifs généreux.
De tous temps hélas, des pouvoirs ont annoncé une chose et réalisé son contraire, summum intemporel du populisme, de l’escroquerie, de la duplicité et du cynisme…
 
Nouvelle tentative d'arnaque libéral-socialiste !

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


25 septembre 2019

Immigration : La grande escroquerie

GSM





Faux numéros de Sécurité sociale, allocations douteuses, coûts gigantesques : alors que la France s'interroge sur la fraude sociale, Valeurs actuelles lève le tabou de la responsabilité de l'immigration dans ces chiffres.
 
Par Louis de Raguenel dans Valeurs Actuelles le 19 septembre 2019
 
Rarement un prérapport parlementaire aura fait autant de bruit. Difficiles à lire et encore plus à comprendre, ces documents n’intéressent guère le grand public. Encore moins les médias, souvent lassés à l'avance à l'idée de décrypter un texte de plus de cinq pages… Pourtant, le sénateur UDI Nathalie Goulet et le député LREM Carole Grandjean sont parvenus à percuter le débat public en publiant, le 3 septembre dernier, leur précieux prérapport, consacré à la lutte contre la fraude sociale. Tollé dans la salle et pugilat sur les plateaux de télévision.
 
Nathalie Goulet nous l'assure : « Il y a des gens qui déclarent 70 enfants à la Sécurité sociale. » Rapports administratifs à l'appui, elle alerte : il existerait une grande différence entre le nombre de personnes inscrites au Répertoire national d'identification des personnes physiques (RNIPP) et le nombre de bénéficiaires de prestations sociales. « 110 millions de personnes y sont inscrites et, parmi elles, 84,2 millions sont réputées en vie… Rappelons que le pays compte… 67 millions d'habitants ! » Plus incohérent encore, elle révèle que le même RNIPP compte 3,1 millions de personnes âgées de plus de 100 ans en vie alors que l'Insee en recensait 21 000 en 2016 ! « On lève un tabou ! », s'exclame-t-elle.
 
« Attention ! Sur le sujet de la fraude sociale, politiquement, il n'est pas question d'agiter le chiffon rouge de l'immigration », nous préviendra brutalement une des 90 personnes auditionnées par les deux parlementaires. Pourtant, il est précisément temps de s'intéresser à la fraude sociale concernant les étrangers, de s'attarder sur le lien entre celle-ci et l'immigration. Lorsqu'on tourne les pages du prérapport, le thème, sans jamais être désigné comme seul responsable, est presque omniprésent.
 

“8 millions de cartes Vitale surnuméraires toujours actives”

 
De manière concrète, Valeurs actuelles a demandé à plusieurs personnes auditionnées par la mission gouvernementale de lister quelques exemples précis pour éclairer l'opinion de ses lecteurs. Échantillon : à partir d'un faux certificat de naissance et d'une identité irakienne usurpée, un Algérien s'était fait verser 30.000 euros d'allocations ; un autre encaissait la pension de sa mère décédée ; un troisième, Franco-Nigérian, avait monté un réseau de faux inscrits à l'allocation d'adulte handicapé
 
En lisant ce pré rapport, on apprend que 21,1 millions d'individus disposant d'un numéro de Sécurité sociale sont nés à l'étranger et que 11,9 millions d'entre eux ont été bénéficiaires de prestations sociales, alors que l'Insee dénombre seulement 7,9 millions de personnes nées à l’étranger vivant sur le territoire Français ! On découvre aussi que 11.000 personnes sont immatriculées « sans nom patronymique » de nationalité étrangère.
L’inspection générale des finances et l’inspection générales des affaires sociales l’écrivaient noir sur blanc dans un autre rapport, publié en septembre 2013, page 8 : « Les déclarations de bénéficiaires des caisses de l’assurance maladie obligatoire surestiment de 7 millions le nombre de résidents en France et près de 8 millions de cartes vitales surnuméraires apparaissent être toujours actives. ». Page 9 : « L’Insee estime à 52,6 millions de personnes, en 2013, la population résidente âgée de plus de 16 ans […] Or on dénombre 60,36 millions de cartes Vitales actives[…]. ». Le magistrat Charles Prats, ancien membre de la délégation nationale à la lutte contre la fraude, met les pieds dans le plat : « A qui bénéficient ces cartes Vitales ? Une quasi certitude, pas à des Français ! Il existe des millions de numéros de sécurité sociale attribués sur la base de faux documents. On a appris par exemple, en juin, qu’il existe un million et demi de personnes nées à l’étranger, qui ont perçu des prestations en trop. »
 
Pour le député LR Pierre Henri Dumont, « Il y a un lien évident entre la fraude sociale et la fraude documentaire de personnes étrangères habitant en France ou à l’étranger ».
Les faits parlent d’eux-mêmes : En 2011, il avait été attesté que 1,8 millions de numéros de sécurité sociale étaient attribués frauduleusement à des personnes vivant à l’étranger. En 2009, 436.000 retraités de nationalité Algérienne, touchaient une pension de la Caisse nationale d’assurance vieillesse. « Qui vérifie si ces personnes existent ? Personne ! », assène le député.
En 2010, on comptait 412.000 pensionnés Algériens pour un total de 1,2 million de pensionnés à l’étranger toutes origines confondues, soit un tiers de tous les bénéficiaires de retraites versées par la France à l’étranger. Particulièrement combative, la députée Valérie Boyer (LR) a demandé à maintes reprises au gouvernement si les décès des ayants droits sont déclarés aux caisses de retraites. Sans réponse précise, les prestations sociales continuent d’être versées à leurs descendants.
 
Le pré rapport parlementaire insiste longuement : les services sociaux et fiscaux ne parviennent pas (ou ne tiennent pas) à croiser leurs fichiers pour lutter contre les doublons, les décès non déclarés ou encore les cas manifestes de fraude. Ce n’est pas moins grave : Le problème réside surtout dans notre incapacité à lutter contre la fraude documentaire, c'est-à-dire les faux papiers, les faux certificats de naissance, de création d’entreprise. Sans le dire aussi clairement, cet échec est donc aussi lié à celui du contrôle des flux migratoires : En contrôlant qui entre sur le territoire Français, l’état pourrait lutter plus efficacement contre l’immigration illégale, notamment dans ses demandes de laissez-passer consulaires. Le sénateur LR du Rhône, François Noël Buffet, expert des questions migratoires, a d’ailleurs demandé, avant l’été, la création d’une mission parlementaire sur la fraude documentaire. Demande restée pour le moment sans réponse.
 
Le phénomène est entier : Aujourd’hui, un tiers des mineurs Africains ne disposent pas d’état civil ! […] Du coté français, l’Etat n’a pas les moyens d’aller vérifier si un acte de naissance mal scanné, venant d’un pays où les questions d’état civil ne sont pas une priorité, st frauduleux ou pas. C’est en profitant de notre faiblesse que certaines personnes déclarent ainsi 15 enfants en cinq ans, sans que personne ne se pose de question. « On imagine qu’il y a eu beaucoup de triplés ! », ironise un haut fonctionnaire du ministère de l’intérieur.
 
[…] Le tremblement de terre social [Gilets Jaunes] a imposé au gouvernement de partir à la recherche de nouveaux postes de dépenses publiques inutiles. Voire de dépenses choquantes. Charles Prats n’a pas manqué de rappeler, en pleine crise des gilets jaunes, qu’on pouvait estimer la fraude sociale (Note de Zalandeau : liée à l’immigration) à 14 milliards d’euros par an. […] Le montant des mesures promises par Emmanuel Macron pour redonner du pouvoir d’achat à ceux qui peinent à boucler les fins de mois, correspond presque à celui de la fraude sociale (NDZ : liée à l’immigration), volé au contribuable !
 
[…] Maintenant que ces données sont connues de tous, la balle est dans son camp (Macron) pour agir. Plus pour parler !
  

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 septembre 2019

"Monsieur, ils l'ont bien cherché..."

GSM

Note de zalandeau : Tiré de MARIANNE n°926 du 16 au 22 janvier 2015. Le texte se suffit à lui-même. Je ne lui apporterai donc aucun commentaire.
 
Écrit par Mohamed Kacimi
Note de Marianne : Ecrivain et dramaturge. Auteur de la Confession d'Abraham, la Table d'éternité, Holy Land...
Ecrivain et dramaturge, Mohamed Kacimi devait parler théâtre dans un lycée professionnel de Bondy. La discussion a dérivé sur les attentats. Il en est ressorti estomaqué. Juste de la "provoc" ou plus grave ? Témoignage de Mohamed Kacimi...

Je suis parti tôt de chez moi. Comme tous les auteurs dramatiques, je n’ai pas de permis, j’ai donc pris un RER puis deux bus pour rejoindre un lycée professionnel dans le Val-de-Marne où je dois rencontrer deux classes de terminale pour leur parler de théâtre. J’ai fini par trouver l’établissement en question, planté dans une zone pavillonnaire plutôt jolie. J’ai poireauté un moment devant le portail cadenassé en raison du plan Vigipirate, avant d’être reçu par le proviseur. L’ambiance est tendue mais mon hôte est affable.

« Vous savez, c’est un peu tendu en ce moment, mais moi, je m’en suis bien sorti. On a fait la minute de silence, j’ai baissé la tête, certains ont rigolé, mais tout le monde a applaudi. Je respire. A Bondy, il y a des profs qui ont refusé d’observer la minute de silence… Vous allez rencontrer nos classes, ils sont très gentils, vous verrez, je crois qu’ils vont parler de ce qui s’est passé, des… événements. Il faut juste faire attention aux mots, il faut bien choisir les mots. Ils sont gentils, les élèves, mais il faut faire attention.
– C’est-à-dire ?
– N’utilisez pas le mot “terroristes”. “Terrorisme”, ils ne comprennent pas.
– Pourquoi ?
– C’est des ados. Pour eux, “terroriste”, c’est positif, c’est guerrier ; dites plutôt “attaquants”…
– Je vois…
– Oui, il y a un autre mot qu’il ne faut pas utiliser, c’est “attentat”.
– Ah bon ?
– Oui, c’est la même chose. C’est quelque chose d’héroïque, vaut mieux dire “opération”.
– Je comprends.
– Une dernière chose, monsieur Kacimi, j’ai lu ce que vous écrivez, ne parlez pas d’islam, d’islamistes, ils trouvent ça stigmatisant.
– Qu’est-ce que je dois dire ?
– “Religieux, fondamentalistes”, et si vous parlez d’islam, n’oubliez pas de citer les deux autres religions, c’est ce que je fais à chaque fois. Quand je parle de l’islam, je cite obligatoirement les deux autres religions, le christianisme et le judaïsme. »


Je m’installe au CDI où je suis reçu par la prof de français qui ressemble à toutes les profs de français du public, car elle a des cernes qui tombent jusqu’aux chevilles.

 Entre la première classe de terminale qui ressemble à toutes les classes de terminale des lycées professionnels, dans la mesure où elle compte 22 Blacks et deux Blancs que l’on dirait égarés. Les 22 Blacks sont habillés comme tous les Blacks, Nike, jeans et doudoune avec capuche. Et les deux Blancs égarés sont habillés comme les Blacks sauf qu’ils portent de lourdes chaînes en argent.

Entre la deuxième classe des filles, pareille à toutes les classes de lycée professionnel de France, car elle compte 16 Blacks et 6 Arabes, toutes habillées en Gap. La prof se lance dans de grandes questions sur Beckett, le théâtre de l’absurde et l’incarnation. Les garçons regardent leurs baskets et les filles, leurs ongles. Comme dans tous les lycées de ce genre, il n’y a aucun contact entre les deux sexes et les deux « races ». Les filles d’un côté, les garçons de l’autre ; les Arabes d’un côté, les Blacks de l’autre. Il y a une thèse à rédiger sur ce phénomène : « Ce que cachent aux adultes les ongles des jeunes filles ». Il faudrait que je revende ce titre à Yasmina Khadra.

Sentant mon auditoire peu passionné par la dramaturgie, j’ai décidé de mettre les pieds dans le plat.

« Bon, je vois que le théâtre ne vous passionne pas beaucoup. Pouvez-vous me dire comment vous avez vécu les… événements du journal… satirique ? »

Un frisson parcourt les deux classes.

« Vous parlez de Charlie ? – Oui, c’est ça.
– Vous l’avez vécu comment, vous, monsieur ?
– Je dois vous avouer que j’ai eu beaucoup de peine.
– Ah, s’esclaffent certains, pas nous.
– Pourquoi ?
– Ils l’ont bien cherché.
– Ils l’ont voulu.
– Ils ont eu ce qu’ils voulaient.
– On n’insulte pas les gens comme ça.
– Surtout notre Prophète. Personne ne l’a vu, personne ne lui a serré la main, comment peuvent-ils le dessiner ? »


J’essaye de calmer le jeu.

« Croyez-vous que l’assassinat soit la meilleure réponse ? Ne vaut-il pas mieux répondre à la critique par la critique ?
– Vous rigolez. Si on critique, ils risquent de recommencer.
– Comme ça, on n’en parle plus. »


Je calme un peu le brouhaha.

« Vous vous rendez compte que vous vivez dans un pays démocratique et qui a une longue tradition anticléricale qu’il faut connaître et respecter. »

Le propos, loin d’apaiser les élèves, jette de l’huile sur le feu.

« Oui, démocratique pour les uns, pas pour les autres. – Tu fais une quenelle, tu te retrouves en garde à vue.
– Tu dis “Allah akbar”, tu te reçois une balle dans la tête.
– Et Dieudonné, lui n’a pas le droit de déconner, comme vous dites.
– Y a que les juifs qui ont droit à l’humour ?
– Oui, nous, comme on n’a pas le droit de rigoler, on tire dans le tas.
– On se marre comme on peut. »


Au fond de la salle, un grand Black lève la main.

« Monsieur, faut que je vous dise une chose, c’est la guerre. Ça va être la guerre, nous les musulmans et les autres, les juifs et les chrétiens, la guerre à mort.
– Tu es musulman ?
– Non, je suis chrétien.
– Pourquoi tu dis que tu es musulman ?
– Je dis ça parce que j’aime Anelka, il est musulman, tout le monde le déteste, lui déteste tout le monde, et nous on l’aime… Je vais me convertir juste pour Anelka, monsieur. Ce sera la guerre, monsieur, comme avec Anelka. »


http://www.marianne.net/agora-monsieur-ils-ont-bien-cherche-1421429745.html

 

 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2019

Entre cynisme et hypocrisie

GSM

Sur le tableau de la vie, il y a ceux qui affichent des principes et des pratiques immoraux avec impudence et morgue. A l'autre bout du tableau Il y a les extrémistes de la courtisanerie, qui affichent de trouver tout parfait et d'applaudir aux principes contraires aux leurs.
 
Ce sont ces personnages extrêmes qui détraquent l'harmonie sociale, surtout lorsqu'ils sont connus du grand public.
Ils sont aidés en cela par la connivence des institutions qui laissent au nom de la liberté, libre cours aux plus pervers quitte à en devenir les complices.
 
Souvent d'ailleurs, ce sont les moins hypocrites et les moins cyniques, ceux qui s'expriment au nom de la vérité et de la morale, qui sont victimes de la vindicte et désignés à la foule comme des boucs émissaires.
Évidemment, ils sont un danger pour l'ordre immoral des choses... Celui qui dit la vérité doit être tué. Cela a été valable de tous temps.
 
Notre société va d'un extrême à l'autre. Mais aucun extrême ne convient.
Moins d'arrogance et plus d'humilité pour les premiers, plus de sincérité pour les seconds et nous aurions une société plus vivable.
 
Le problème est que ces gens immoraux sont trop imbus d'eux-mêmes et qu'ils ne se rendent pas compte que le citoyen les observe et qu'une crise de rejet pourrait leur faire perdre un jour, leurs privilèges tout en rabattant leur arrogance...

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2019

amour, bonheur, pardonner, conscience, inconséquence

GSM


@ 2012-06-12 – 09:40:02
Mes fils, vous m'avez donné tant de bonheur tant de raison de vivre, tant de joie.
Ma femme, tu m'as donné ces beaux enfants, si formidables, tu m'as fait confiance, même si tu m'as alpagué, même si tu me détestes maintenant.
 
Et moi, qu'ai-je fait ? Qu'ai-je été ? Un incapable, imprévoyant, absent, nul, aveugle à ce que j'aurais du comprendre et faire.
 
Si je pouvais recommencer ma vie, pour prendre cette fois les bonnes décisions, pour être ce que je n'ai pas été, pour faire ce que je n'ai pas fait.
 
Hélas, il n'est aucune seconde chance possible. Je vois la catastrophe s'annoncer et je ne sais que faire, toujours aussi incompétent et sans imagination.
 
Que Dieu me pardonne, que mes parents me pardonnent, que mes enfants me pardonnent...
 
Quant à ma femme, elle ne pourra pas me pardonner de la laisser dans la précarité et le dénuement, si toutefois je pars trop tôt.
 
A ma décharge, je sais que je n'ai pas fait exprès, que je ne savais pas, que j'ai été mal renseigné, que je n'avais pas du tout conscience de mes non-actes.
 
Mais comment puis-je me pardonner mon inconséquence ? J'étais censé être cultivé, intelligent, réfléchi...
Je me suis contenté de travailler comme une bête, au jour le jour, toujours le nez dans le guidon, sans réflexion, sans stratégie d'avenir, sans prévision, comme un véritable imbécile, avec pour seul but : Faire bouillir la marmite...
 
J'ai l'exemple sous les yeux de ma femme, qui en veut à son père décédé, pour ne pas avoir fait le nécessaire en terme de confort, alors qu'il aurait pu le faire...
 
Fort de ce mauvais exemple, je n'exprimerai jamais à aucun membre de ma famille, ces remords, ni ces demandes d'excuses... Ce n'est pas la peine de leur donner des idées qu'ils n'ont pas... Pour qu'ensuite, ils se mettent à me détester et à me rendre coupable de leur sort...
Ou si du moins cela arrive... que ce soit après ma mort...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

20 septembre 2019

Mémoires et radotages (232) – Le Macron nouveau vient d'arriver


GSM

Ou « plus menteur que Macron : Macron lui-même »
 
Écrit le 18 septembre 2019
 
On voit que les élections municipales se rapprochent. Tout le monde part en campagne… de mensonges…
 
Voilà que le Macron nouveau est anti-immigration !!! C’est nouveau, ça vient de sortir… Et tous ses affidés, le petit doigt sur la couture du pantalon, comme un seul homme : « Chef, oui chef ! ». Et de renier provisoirement leurs idées sur la bienfaitrice invasion massive migratoire, en adoptant des airs « Marine-le-Peniens » !
 
Qu’est-ce qu’ils ne feraient pas pour garder leurs place !
 
Mais je me pose des questions :
-Combien de gens seront-ils dupes de cette mystification mensongère ? Car on sait que Macron sait faire des promesses, mais on sait également qu’il ne tient que celles favorables au libéralisme, jamais celles qui vont contre le libéralisme.
-A aborder ces sujets jusque-là totalement tabous, ne risque-t-il pas de faire prendre conscience aux électeurs de la justesse de ces thèmes précédemment enfouis sous le tapis ?
-Ne risque-t-il pas de faire monter son adversaire (de la finale de 2017) dans les sondages, plutôt que de l’affaiblir ?
 
De son coté, Marine devient écologiste… A savoir : « produire localement » (qui rejoint la fameuse « consommation carbone excessive » des produits importés, chère aux écolos)… Sauf que le « produire localement » n’est pas en contradiction avec le programme du rassemblement national, car il correspond aux relocalisations des productions en France… Avec Marine, l’écologie devient sociale et humaine et non doctrinale…
 
Résumé : Macron drague les électeurs RN et va perdre les électeurs verts, pendant que Marine drague les électeurs « verts clairs »…
 
Qui gagnera ?
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :