31 juillet 2019

Depardieu, le crypto-communiste...


 
Je ne suis pas calé en communisme ! D'après ce que j'ai compris, c'est une doctrine qui prône une société égalitaire où la propriété privée serait abolie...
 
On entend actuellement, la star nationale, roi des péteurs-buveurs-pisseurs en public, délivrer, avec un panache qui va bien à celui qui interprète au cinéma l'imbécile au bon cœur d'une bande dessinée, une ode à la Russie et à la culture communiste dont il se revendique lui-même (quoique pour son bon cœur à lui, il y ait à redire)...
 
Faut-il donc comprendre qu'il n'aspire qu'à cette égalité financière et qu'il ne souhaite, dans un grand élan de générosité, rien d'autre que donner son patrimoine à la cause communiste, dans ce pays qui l'accueille à bras ouverts ?
 
Obélix donnera-t-il son pognon en Russie, alors qu'il a fui le pays qui l'a engraissé, pour ne pas payer son obole, dans un grand élan d'égoïsme digne d'Harpagon ?
 
Non ! La Russie n'a gardé du communisme que la dictature, mais les impôts sont à 17,5% pour tout le monde. Les pauvres, c'est bien fait pour leur gueule, en Russie et la liberté, c'est pour les morts...
 
Il pourrait demander son asile fiscal en Corée du Nord ? Non ? (Il sait qu'il y laisserait des plumes)...
 
Alors Obélix et son admiration crypto-communiste, pourquoi pas ? Un ingrat restera un ingrat, un imbécile restera un imbécile.
 
Je suggère qu'on le destitue de son nom et qu'on l'appelle "Depardiable" ou "Deparminable" ou "Deparcon". Je voudrais aussi qu'il soit rayé de la sécurité sociale, se fasse soigner ailleurs et fasse des films en Russie, en Belgique ou ailleurs...
 
Alors ? Crypto-communiste ? Je ne sais pas. Mais "Exo-con", il l'est vraiment !
 
Mais pour ma part, il n'est pas question que j'aille voir un des films de ce pauvre type...
 

Posté par zalandeau à 13:32 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :


30 juillet 2019

Le «vrai» déficit commercial de la France (3)

GSM



 
 
La balance commerciale en valeur de la France.
 
La balance commerciale en valeur de la France en 2008, est donnée dans le tableau 1. Les sources principales de ce tableau sont l'OCDE (sa base de données STAN, à la rubrique "Industrie et Services"), et la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Sur ce tableau, on peut lire que la France a exporté pour 473,6 milliards de dollars de biens manufacturés, dont 106,4 milliards vers les pays émergents. Elle a aussi importé pour 500,8 milliards de dollars de biens manufacturés, dont 124,4 milliards en provenance des pays émergents. La balance commerciale en valeur de la France était donc en déficit de 27,2 milliards de dollars pour ce qui concerne les échanges de biens manufacturés avec tous les pays du reste du monde, et de 18 milliards de dollars pour ce qui concerne les échanges de biens manufacturés avec les pays émergents.
Tableau 1. Balance commerciale en valeur de la France en 2008 (Valeur marchande des biens échangés, par sens de l'échange, catégorie des biens échangés, et région partenaire de l'échange, en milliards de dollars)
Dans le tableau 1 et les suivants, les biens et services sont regroupés dans la catégorie des biens mobiliers, et dans celle des biens immobiliers et des services. Les biens mobiliers sont ceux qui peuvent s'exporter ou s'importer. La catégorie des biens immobiliers et des services, comprend la construction, la vente et la location de terrains construits, le commerce et le transport, les services d'intermédiation financière, et les services non financiers, individuels ou collectifs. Les biens mobiliers sont regroupés dans la catégorie des biens naturels, et dans celle des biens manufacturés. La catégorie des biens naturels, est plus exactement celle des biens naturels, alimentaires ou énergétiques. Elle comprend les biens agricoles (comme du blé, du raisin, du coton ou du bois brut), les biens manufacturés alimentaires (comme du pain ou du vin), les biens extraits des sous-sols (comme du métal brut ou du pétrole brut), les biens naturels énergétiques (comme de l’électricité, du gaz ou de l’eau), et les biens manufacturés énergétiques (comme du pétrole raffiné). La catégorie des biens manufacturés, est plus exactement celle des biens manufacturés non alimentaires et non énergétiques (comme des vêtements, des meubles, de la pierre taillée, des produits métallurgiques, des produits chimiques, des machines, des appareils électriques, des matériels de transport). Ces catégories de biens et services, peuvent facilement être mises en correspondance avec celles définies par l'ONU (dans sa nomenclature ISIC 3).
Les pays du reste du monde aussi, sont regroupés dans des régions du monde, dont les plus étendues sont celle des pays émergents (Europe centrale, Asie du sud et du sud-est, Amérique latine, Maghreb et Turquie), celle des pays pauvres (Afrique sub-saharienne, proche et moyen Orient, Europe orientale, Caucase et Asie centrale), celle des pays d’Europe occidentale (du nord et du sud), et celle des autres pays riches (Amérique du nord, Japon et Océanie).
 
Le tableau 2 donne, pour diverses branches d'activité, la valeur ajoutée, calculée en valeur, faite par les acteurs de la branche concernée, en 2008. La valeur ajoutée en valeur faite par des acteurs d'une branche de l'économie, est la valeur marchande des biens et services qu'ils ont produit, à laquelle on retranche la valeur marchande de leurs consommations intermédiaires, c'est à dire des biens et services qu'ils ont utilisé lors de leur activité productive. Le PIB en valeur est la somme des taxes sur la consommation, et de la valeur ajoutée en valeur faite par toutes les branches d'activité. La source de ce tableau est l'OCDE (sa base de données STAN). Sur ce tableau, on peut lire qu'en France, les acteurs appartenant à la branche produisant des biens manufacturés, ont fait une valeur ajoutée de 247,1 milliards de dollars, et que le PIB en valeur de la France était de 2857 milliards de dollars. Les 27,2 milliards de dollars de déficit commercial en valeur de la France, pour ce qui concerne les échanges de biens manufacturés, représentent donc 1% de son PIB en valeur.
 
Tableau 2. Valeur ajoutée en valeur de la France en 2008 (Valeur marchande des biens et services produits, nette de la valeur marchande des consommations intermédiaires, par catégorie de biens et services produits, en milliards de dollars)

29 juillet 2019

Le «vrai» déficit commercial de la France (2)

GSM



 
 
Le déficit commercial en volume est la pleine mesure de la non réciprocité des échanges entre la France et le reste du monde. Il faudrait mobiliser en France beaucoup plus d'emplois pour produire ce que nous importons, qu'il faut y mobiliser d'emplois pour produire ce que nous exportons. Le nombre d'emplois mobilisés pour produire les biens exportés, porte le nom de contenu en emplois, calculé en volume, des biens exportés. Et le nombre d'emplois qu'il aurait fallu mobiliser en France pour produire les biens importés, porte le nom de contenu en emplois, calculé en volume, des biens importés. Ce nombre peut être différent du nombre d'emplois qui ont été effectivement mobilisés à l'étranger, pour produire les biens importés, puisque les pays étrangers peuvent ne pas avoir les mêmes niveaux d'équipement et de qualification des travailleurs qu'en France. On verra qu'à partir de la balance commerciale en volume, il existe une manière simple et sommaire de calculer ces contenus en emplois. On verra aussi que ce calcul aboutit sur une différence de 2,3 millions d'emplois, entre le contenu en emplois des biens manufacturés exportés et celui des biens manufacturés importés.
Le déficit commercial en volume est aussi la pleine mesure de l'érosion de l'appareil de production, notamment industrielle, de la France, qui est pourtant la seule source à long terme de sa prospérité et de sa puissance. En effet la différence entre le volume de biens et services que nous consommons, et le volume de biens et services que nous produisons, est ce déficit commercial en volume. Ce n'est pas parce que nous consommons moins de biens manufacturés, ou parce que nos techniques de production se sont améliorées, que nous consacrons environ deux millions d'emplois en moins à l'activité industrielle qu'il y a quelques décennies : c'est plutôt, comme il était naturel de le pressentir, parce que nous importons aujourd'hui beaucoup plus de bien manufacturés que nous en exportons.
Le déficit commercial en volume est enfin la véritable mesure de la longueur du chemin de reconstruction que notre économie devra parcourir, quand il viendra l'envie au reste du monde, de cesser de nous vendre comme aujourd'hui, beaucoup plus de biens qu'il ne nous en achète. Ou bien, quand il viendra l'envie au peuple français de s'engager de manière solidaire dans une relation au reste du monde, sans laisser les travailleurs français exposés à la concurrence des pays émergents, sans emploi ou avec des salaires soumis à une pression à la baisse. A ce moment là, les forces qui maintiennent les taux de change très loin de la parité des pouvoirs d'achat, et qui maintiennent l'euro dans son état de surévaluation, s'affaibliront. Par exemple, la banque centrale chinoise cessera d'intervenir pour maintenir la sous-évaluation de son yuan par rapport à l'euro. Ou bien, le peuple français décidera de dévaluer sa monnaie par rapport aux autres monnaies, et/ou mettra en place des droits de douane et éventuelles subventions aux exportations. La puissante force exercée par le déficit commercial en volume de notre pays, aura alors libre cours, et fera baisser la valeur de l'euro, pour la ramener vers la valeur qu'il aurait s'il y avait parité des pouvoirs d'achat. Le déficit de la balance commerciale en valeur se rapprochera alors du déficit commercial en volume, bien plus accentué. Les réserves de change de notre pays fondront alors plus vite, et l'inflation sera plus forte. En un mot, ce sera comme un lent dégonflement, ou un brusque éclatement, de la bulle qui consisterait en la surévaluation de l'euro et en notre déficit commercial en volume. Les échanges commerciaux revenant alors, doucement ou brusquement, vers leur valeur fondamentale que serait l'équilibre des balances commerciales en volume, et les taux de change revenant vers leur valeur fondamentale qui serait un état de parité des pouvoirs d'achat. Plus nous attendrons sans rien faire, sans avoir recours à des droits de douane, éventuelles subventions aux exportations, et/ou à des dévaluations, et plus la bulle qui se dégonflera ou éclatera sera alors volumineuse, et plus longue sera pour nous la reconstruction.
 
En 2008, le déficit commercial en valeur de la France, représentait 3,6% de son PIB en valeur. Selon l'estimation que j'ai faite, cette même année 2008, le déficit commercial en volume de la France représentait quant à lui 10,9% de son PIB en volume.
Pour ce qui concerne seulement les échanges de biens manufacturés de la France avec les pays émergents, le déficit en valeur de la France représentait 0,6% de son PIB en valeur, alors que son déficit en volume représentait 5,7% de son PIB en volume.
Enfin, pour ce qui concerne seulement les échanges de biens manufacturés, mais cette fois avec tous les pays du reste du monde, le déficit commercial de la France représentait par rapport à son PIB, 1% en valeur, et 7,6% en volume.
Dans la suite de ce texte, je donne le détail de la balance commerciale en valeur de la France en 2008, ainsi que le détail de l'estimation que j'ai faite de sa balance commerciale en volume cette même année. Ce faisant, je montre aussi comment une estimation de la balance commerciale en volume, peut se calculer à partir de la balance commerciale en valeur. Puis je montre comment on calcule le nombre d'emplois mobilisés en France pour produire les biens exportés, et le nombre d'emplois qu'il aurait fallu mobiliser en France pour produire les biens importés. Enfin, j'essaie de voir comment, au delà d'une compréhension intuitive du concept de volume réel, il est possible de lui donner une définition précise, et j'essaie d'évaluer la qualité des approximations que j'ai calculées.

28 juillet 2019

Albums de photos


 
Ça n'est pas sur les photos, mais ce sera dans ma tête jusqu'à ma mort...
 
C'était du bonheur à l'état pur, mais qui est passé si vite...
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2019

Extrait d'un magazine Algérien de 2010

GSM

Merci à Jielleaime


Sans commentaire !

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


26 juillet 2019

Le «vrai» déficit commercial de la France (1)

GSM


J’avais écrit en 2012 sur blog.fr, des comparatifs suggérant que la balance commerciale de la France était bien plus grave que ce que l’on nous le suggérait à longueur de médias.

Il n’en reste rien depuis que blog.fr a disparu.

Un  seul texte est demeuré (écrit sur Word) que j’ai republié en 2016 et qui aborde très brièvement la parité de pouvoir d’achat dans le calcul du déficit de notre balance commerciale.

Sur Blogger :

La balance commerciale (Modèle Allemand de Nikola 1er)


Ainsi que sur canalblog :

La balance commerciale (Modèle Allemand de Nikola 1er)



Un auteur « Samuel », explique fort bien le mécanisme qui conduit notre pays à minorer notre déficit commercial afin de faire penser aux Français que la situation n’est pas si grave. Or elle est très grave. Et simplement par le calcul raisonnable et non faussé, on comprendra aisément que notre politique libérale va droit dans le mur.

Je vais donc publier ci après le texte de cet auteur paru sur Mediapart en 2011…


Le «vrai» déficit commercial de la France (1)






Dans le domaine du commerce international, comme dans celui de la production et des échanges au sein d'un même pays, et contrairement à ce que suggère la belle image de Jean-Baptiste Say, la monnaie n'est pas qu'un «voile» posé sur l'économie réelle, sans influence sur elle, et à travers lequel on pourrait en voir une image non déformée.


Comme le soulignent notamment les économistes postkeynésiens, et contrairement à ce que suppose la théorie néoclassique des « avantages comparatifs », les taux de change, c'est à dire les valeurs des monnaies les unes par rapport aux autres, ne sont pas de simples conséquences des échanges commerciaux internationaux. Ils peuvent aussi être influencés par les interventions des banques centrales, et aussi par les mouvements de capitaux, surtout quand ceux-ci sont libéralisés. Les taux de change peuvent alors influencer à leur tour les échanges commerciaux internationaux. C'est ainsi que, dans leur état actuel où par exemple l'euro est surévalué et le yuan est sous-évalué, ils maintiennent des déséquilibres commerciaux, bien reflétés se dit-on, par les déséquilibres des balances commerciales des pays.


Mais c'est ici justement qu'on oublie que la monnaie, en plus d'agir sur l'économie réelle, n'en laisse voir à travers elle qu'une image déformée. La balance commerciale, que l'on considère le plus souvent comme une image fidèle des flux commerciaux entrants et sortants d'un pays, recense les valeurs marchandes, exprimées en unités monétaires, des biens importés et exportés par le pays. Derrière cette balance commerciale, qu'on pourrait appeler plus précisément la balance commerciale en valeur, se cache une autre balance commerciale, qu'on pourrait appeler la balance commerciale en volume, qui recense les volumes réels des biens échangés par le pays, exprimés en unités réelles de biens et services. De même, derrière la valeur des biens et services produits dans un pays, c'est à dire derrière son PIB en valeur, se cache le PIB en volume de ce pays, volume des biens et services qui y sont produits, dont l'évolution est considérée comme le plus fidèle indicateur de la croissance de ce pays.

On donne le nom de niveau des prix dans un pays et à un moment, à la valeur dans ce pays et à ce moment, d'un volume de biens et services, qui sert d'étalon. Ce volume étalon peut être un panier type de biens et services, qui ne doit pas changer quand on change de pays ou de moment. Le niveau des prix peut être exprimé dans une unité monétaire internationale, comme le dollar. Pour évaluer le niveau des prix dans un pays et à un moment, on regarde quelle est la valeur dans le pays et à ce moment, du volume étalon de biens et services, qu'on exprime en unités monétaires du pays, puis on convertit cette valeur en unités monétaires internationales, selon les taux de change du moment.

Dès lors que le niveau des prix change d'un pays à un autre, ou autrement dit, dès lors que les taux de change ne sont pas dans un état de parité des pouvoirs d'achat, les balances commerciales en valeur et en volume ne sont plus identiques. De même, dès lors que dans un pays, le niveau des prix change au cours du temps, c'est à dire dès lors qu'il y a de l'inflation ou de la déflation, les évolutions des PIBs en valeur et en volume ne sont plus identiques.


Dans ce texte, je donnerai la balance commerciale en valeur de la France en 2008, ainsi qu'une approximation que j'ai faite à partir de chiffres donnés par le FMI, de sa balance commerciale en volume cette même année. On verra que le déficit commercial en volume de la France est bien plus accentué que son déficit commercial en valeur.

Cela n'a rien d'étonnant, puisque par rapport à un état de parité des pouvoirs d'achat, l'euro est fortement surévalué par rapport à la plupart des autres monnaies. La valeur des biens que nous exportons est globalement surévaluée par rapport à celle qu'ils auraient s'il y avait parité des pouvoirs d'achat. Et la valeur des biens que nous importons est globalement sous-évaluée. En effaçant ces surévaluations et sous-évaluations, on obtient de plus petits volumes de biens exportés, et de plus grands volumes de biens importés.

25 juillet 2019

Mémoires et radotages (221) – Rugy : Les faits ou bien le verdict ?



GSM

Écrit le 24 juillet 2019
 
Le ci-devant Rugy a dit le 23 juillet devant les médias :
"Je me présente devant vous ce soir en homme blanchi, blanchi de toutes les accusations qui ont été portées contre moi"
 
Amennnnn !
 




 
Oyez Oyez, bonnes gens !
 
Le parlement composé de mes complices en majorité, m’a déclaré totalement innocent, donc je le suis… De Rugy, nimbé d'une auréole (j'ai oublié de la dessiner) et vêtu d'une robe de bure est innocent comme l'agneau qui vient de naître !!!
 
Comme le monde est merveilleux !
 
Si les tueurs en séries étaient jugés par des tueurs en série ils seraient tous innocentés.
Si les violeurs étaient jugés par des violeurs, aucun ne serait condamné.
Alors, quand des malhonnêtes jugent des malhonnêtes...
 
Au-delà de ce blanc sein accordé par les pairs de Rugy, il reste les faits.
Les faits sont têtus, ils sont là, et bien réels.
 
66.000 euros pour retaper son appart de fonction, des homards géants et du pinard à 500 euros la boutanche… Voir plus si affinité !
 
Innocent peut-être, mais coupable je l’espère dans l’esprit du peuple, de gaspiller l’argent de l’état, c'est-à-dire « notre argent »…
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juillet 2019

Hollandiste ?


 
La droite est devenue si infecte que j'ai l'impression d'être devenu de gauche...
 
Franchement, quand je vois François Hollande, avec sa bonhommie, sa gentillesse, son naturel, son coté 'pas fier' et aussi ses maladresses, j'aurais vraiment envie d'être de 'gauche'...
 
En fait, il s'agit d'un contexte de personnalité. Il incarne lui-même, il incarne la république et les citoyens Français. Incarne-t-il la 'Gauche' ? En théorie, oui.
 
Mais quand je repense à ce fumier de Mitterrand, irrévérencieux, imbu de sa personne, jaloux de de Gaulle, bourgeois caviar au service du capital, celui-ci incarnait-il la Gauche ?
Si oui, puis-je être de gauche ? Quand je vois Besson ou Kouchner ou DSK, puis-je être de Gauche ? Non !
Les partis évoluent et les hommes évoluent. Les partis se donnent les dirigeants qu'ils méritent.
 
Je ne pouvais vraiment pas être de gauche sous la Mitterrandie. Mais depuis cinq ans, il m'est totalement impossible d'adhérer au verbiage de ces monstres UMPistes : Des Bertrand, des NKM, des Copé, des Wauquiez, des... J'ai oubliés les noms tellement ils sont nombreux et inintéressants. Enfin, il y en a une floppée qui donnent bien le ton de ce parti devenu un ramassis de mauvaise foi, de haine, d'orgueil, d'égoïsme et de bêtise humaine... Je suis bien content d'avoir contribué à les foutre dehors.
 
Je ne suis carrément pas UMPiste !
 
Pour autant, je ne suis pas pour cette gauche PS-ique qui, complice du grand capital et inconsciemment, de la droite, nous a fait plonger pendant vingt ans dans le cloaque de la mondialisation, de la financiarisation et de l'abandon de souveraineté...
 
Socialiste ? Non ! Toujours Gaulliste, si toutefois cela a encore un sens...
Et c'est pour cela que je suis, pour le moment et très provisoirement, Hollandiste.
 
Mais je suis seulement Hollandiste, car je ne partage pas toutes les soixante propositions de son programme...Et je sais que je ne serai pas Hollandiste très longtemps... Car le vrai visage de la gauche va bientôt ressortir, comme d'habitude ! Et ça, c'est jamais pardonnable !
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2019

Ma chronique - Vers la 3ème guerre mondiale ?

GSM

Ecrit en 2009
 
EFFECTIFS (en 2009)
 
Armée Chinoise            2,4   millions d’hommes
Armée USA                  1,4   million  d’hommes
Armée Indienne            1,32 million  d’hommes
Armée Russe                1,2   million  d’hommes
Armée Corée du Nord  1,1   million  d’hommes
Armée Française                     239.000 hommes
 
BUDGETS
 
USA :      2009 : 450 milliards d’€ + Armes nucléaires et guerres et frais de personnels.
Estim. :    2010 : 715 milliards d’€         (A été triplé en 10 ans entre 1998 et 2008
 
Chine :    2009     56 milliards d’€ + dévelop.et fabric. armes et missiles non comptés.
Total estimé       196 milliards d’€         (Augmentation de 100% entre 1990 et 2000, de
                                                                17,8% en 2007, de 17,6 en 2008, de 14,8 en 2009)
                                                                A été triplé en 10 ans entre 1998 et 2008
 
Russie :   2008 :   25,55 milliards d’€     (Augmentation de 91%    entre 1998 et 2004,
                                                                de 19%en 2005, de 12% en 2006)
                                                                A été triplé en 10 ans entre 1998 et 2008
                                                                Et doit augmenter de 50% entre 2009 et 2011
 
Inde :      2009     28,9 milliards d’€       (Augmentation de 23,7% en 2009)
 
France :   2009 :   37,4 milliards d’€      (29,65 Mds en 1991 augmentation de seulement
                                                                26% en dix-huit ans)
 
Grande Bretagne : Dito depuis la dévaluation de la £ivre.
 
NB : Je signale que les valeurs des monnaies de Chine, Russie et Inde étant largement sous-évaluées, il y a lieu de dire que leurs budgets sont concrètement amplement plus importants.
 
Concrètement : 1464 milliards de dollars soit 1074 Milliards d’euros, représentent les dépenses militaires mondiales en 2008, soit une hausse de 45% en dix ans.
Les seuls Etats-Unis, Chine et Russie ont triplé leur budget militaire au cours de la même période (1998-2008)…
La Chine construit ne nombreux navires, des missiles et des têtes nucléaires. La Russie arme de nombreux sous marins nucléaires...
 
Les Etats-Unis ont un déficit de 10.000 milliards de dollars. Leurs armées et leurs 600 bases dans le monde, sont partiellement financées par le trop-plein de liquidité-dollars en circulation dans les pays émergeants qui les réinvestissent en créances auprès du trésor Américain, celui-ci n'ayant pas les moyens de rembourser…
 
Les Pays émergeants cherchent à changer de monnaie de référence et à commercer à l’aide d’une autre devise…
 
La guerre pour la possession des richesses : minérales, fossiles, la terre, l’eau se poursuit sur l’ensemble de la planète, avec les moyens les plus vils… Mais c’est une guerre !
 
Les USA, la Chine et la Russie s’arment pour la possession ou pour garder ces ressources…
 
Mais que se passerait-il si les pays émergeants faisaient chuter le géant Américain ?
 
Nous Européens et Français en particulier, rattachés à l’Otan, organisation qui risque un jour d’être une baudruche dégonflée, face à deux puissances surarmées : La Chine et La Fédération Russe ?
 
Il ne reste plus qu’à souhaiter que l’état Américain refuse de payer ses dettes afin d’éviter la banqueroute…
 
La Russie a beaucoup à perdre et la Chine beaucoup à gagner… La Russie semble se rapprocher de la Chine... C'est risqué parce qu'ils sont une proie pour la Chine. Changera-t-elle de politique et s’alliera-t-elle à l’Europe ?
 
Quand les Européens, prendront-ils conscience qu’ils sont sans défense devant ces puissances hyperarmées ? Peut-on compter sur les Etats-Unis ? A part la Grande Bretagne et la France aux armées insuffisantes, le reste de l’Europe est quasiment sans armée véritable…
 
Cette escalade de l’armement ressemble fort, aux prémices d’une conflagration plus large encore, pour la conquête de la planète…
 

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

22 juillet 2019

Comment croire que le laxisme n'est pas la politique officielle de ce gouvernement socialiste ?

NDLR : Puisque l'on Dénigre le Général Soubelet je tiens à rééditer le présent post :

Août 2014...

 

GSM

Général SOUBELET mis au placard après avoir critiqué la politique de Taubira dans une commission de l'assemblée nationale en janvier 2014 ! Vidéo :

Général Soubelet met les pendules à l'heure

 

Gendarmerie & Parquet

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=u-lQaLdNwsM

Le sujet est surtout la manière dont l'état et la justice ordonne la non-répression...
Quant au Général : Tant pis pour lui, il n'avait qu'à ne pas être courageux. Mais je le remercie pour nous révéler le laxisme de l'état... personnifié par Taubira...

Il a été muté outre-mer...

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :