GSMEcrit le 14/12/2013

Tout est-il écrit ? Bien sûr que non.
 
Toute considération avec du recul en terme de géopolitique, amène immanquablement, à des conclusions complètement claires. L’ascension de la Chine, son besoin en ressources, la conduisent vers un expansionnisme qui s’appuiera nécessairement sur une guerre de conquête…
 
Sauf si…
 
Voyons le passé… Si la démocratie Allemande avait été mieux ancrée, si le Président Hindenburg et le Chancelier Brüning avaient eu plus de pouvoir et plus d’autorité, Herr Hitler n’aurait jamais accédé au pouvoir. Les évènements dramatiques ultérieurs auraient été évités…
 
Revenons à la Chine. Qu’est le pouvoir Chinois ? Un régime totalitaire Communiste ?
Dans les mots vous avez raison.
 
Mais dans les faits, il s’agit d’une dictature de droite.
 
Ce régime que Mao a fondé s’appuyait sur la classe paysanne. Le « grand Timonier », a développé une classe ouvrière sur laquelle il a fondé le communisme Chinois.
 
Qu’en est-il maintenant ? Le régime en place s’appuie sur les classes émergentes, voire aisées et surtout très aisées. Ce régime est bien devenu une dictature de droite.
 
Vous me direz qu’une fois cette dictature renversée, rien n’empêche la démocratie de s’installer…
Mais la classe aisée sait ce qu’elle doit au parti et au pouvoir. Elle sait que leur sort est commun. Elle n’est pas prête du tout à laisser renverser un régime qui a permis leur ascension sociale…
Ajoutez à cela un patriotisme et un nationalisme de l’ensemble de la société Chinoise, y compris des jeunes étudiants, dont on pourrait s’attendre, mais à tort, à ce qu’ils soient contestataires et vous avez là tous les ingrédients pour un impérialisme du genre du pangermanisme Allemand d’avant-guerre…
 
Alors, d’où peut venir le salut ?
Nécessairement il ne peut venir que de la contestation du pouvoir par les mécontents.
La grande majorité du peuple est de plus en plus irritée des excès engendrés par l’évolution forcée qu’impose le pouvoir…
Mais l’inconnue est : Le mécontentement du Chinois de base sera-t-il plus fort que son nationalisme ?
Une éventuelle révolution, ou révolte du peuple Chinois risquerait même d’obliger le pouvoir à brandir l’union sacrée pour faire la guerre, seul moyen d’étouffer la désunion…
 
Il faudrait que le pouvoir Chinois devienne moins sûr de lui pour que l’éventuelle révolte soit prise en compte.
Autant dire, qu’il faudrait que le régime devienne un petit peu démocratique, pour entraîner l’avènement de la démocratie…