30 juin 2019

Elle était pourtant si...

 
Une femme qui me harcèle en moyenne deux fois par jour.
Une femme qui a transformé la maison en dépotoir, en taudis.
Une femme qui pue la transpiration et change de vêtement la semaine des quatre jeudis.
Une femme qui ne s'aime pas mais a de l'amour propre mal placé.
Une femme qui est masochiste et qui aime me faire du mal verbalement.
Une femme bourrée de tocs.
Une femme jalouse et haineuse de tout.
Une femme qui ne se soigne pas, ni médicalement, ni corporellement et qui va habillée comme une SDF.
Une femme qui fait une scène si on a l'audace de faire le ménage ou la vaisselle.
Une femme aux délires paranoïaques permanents.
 
Tout ça dans la même personne.
 
.........
 
Je crois que mon mal-être n'est pas seulement lié à ma perception de ma personne au passé et au présent, mais aussi beaucoup à cette femme que j'aime, mais qui est insupportable, stressante et probablement fait naitre en moi des pensées morbides.
 
Je crois qu'elle est maniaco-dépressive ? Et peut-être contribue-t-elle à me rendre dépressif. Elle "déteindrait" sur moi en quelque sorte...
Le futur avec elle est horrifiant et c'est peut-être cela que je fuis en regardant passé et présent...
 
Elle était pourtant si belle, si mignonne, si charmante, quand je l'ai connue !
Elle était un peu trop effacée cependant...
 
De quoi vient son basculement vers son état actuel ?
Je vais y réfléchir.
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


29 juin 2019

Merdier Centrafricain

GSM

Ecrit le mardi 10 décembre 2013
 
Les différents monarques se succèdent et aiment marquer leur mandat électoral. Différemment des ministres qui se font plaisir en laissant une loi portant leur nom, les "présidents" n'ont pas cette possibilité et optent pour laisser une empreinte guerrière.
Nostalgiques de César revenant à Rome sous les lauriers, au soleil de l'arc de triomphe, ils décident d'opérations extérieures dans le but avoué de l'intérêt supérieur du pays mais aussi dans le but inavoué d'une auréole de gloire éternelle...
 
Les interventions Africaines contre un ennemi clairement désigné, ont de grandes chances d'être couronnées de succès.
Par contre, Les interventions de remise d'ordre, sont à chaque fois des pétaudières coûteuses en vies, peu efficaces et mettent à mal la réputation d'un pays.
 
Certes, cette intervention Centrafricaine diffère des interpositions  Balkaniques, Libanaise, Soudanaise ou même Rwandaise.
Contrairement à ces missions sous l'égide de mandats internationaux, rédigées par des ignares complètement étrangers à la chose militaire, notre monarque du moment agit de son propre chef et les règles peuvent être décidées et improvisées au fur et à mesure du déroulement des opérations.
 
Cependant, il n'en reste pas moins que le contexte de l'opération Centrafricaine n'a rien à voir avec la Libye ou la Côte d'Ivoire ou le Mali.
En théorie, nous devons désarmer les belligérants, sans égard pour l'une ou l'autre faction. C'est dire que nous aurons peu d'aide des forces constituées existantes sur le terrain dont nous risquons de subir la haine et la coalition momentanée contre ces "empêcheurs de se massacrer en rond", que nos troupes constituent...
 
Nous gardons les stigmates honteux du Rwanda. Mais il faut dire que si nous avions fait quelque chose dans ce pays-là, nous aurions eu affaire à forte partie avec des pertes considérables, d'autant plus que nous n'avions pas la permission de tirer à vue.
Cette fois nos soldats ont une initiative plus importante. Encore faut-il qu'ils sachent s'adjoindre le concours d'une population suffisante comme cela a été le cas au Mali.
Mais il s'agit là d'une guerre civile, ethnique et bientôt confessionnelle ; cela n'a rien à voir avec la chasse d'un envahisseur identifié.
Si nous ne choisissons pas un camp contre l'autre, c'est le désastre assuré pour nos troupes. Si nous choisissons, la France subira la vindicte de nombreux peuples.
 
Merdier Centrafricain et faute politique, ou succès flamboyant ?
L'avenir le dira.
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

28 juin 2019

Mémoires et radotages (215) – Entrisme islamiste

GSM

Par Barbara Lefebvre
Publié le 26/06/2019 à 17:29
 
« Un rapport parlementaire révèle l’entrisme islamiste au sein des services publics. Comme l'explique Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste, il révèle surtout, ce qui n’était pas prévu, que nous ne disposons d’aucune radicalité à opposer au radicalisme musulman qui menace de nous tuer à petit feu.
 
C’est un coup de tonnerre dans un ciel serein. A la veille des vacances estivales, tandis que la France se détend au rythme des apéros et des soldes après un hiver tourmenté où les gueux arborant des gilets jaunes ont tenté de renverser la République et la démocratie, tandis que la France écoute les petits oiseaux chanter parce qu’elle croit au progrès promis par la technique — dont la climatisation (polluante) par temps de canicule est la preuve indubitable —, c’est le moment de pur bonheur que deux députés inconscients choisissent pour publier un rapport d’information anxiogène sur La radicalisation dans les services publics. Grâce à nos Dupont et Dupond, M. Diard et M. Poulliat, on apprend, en juin 2019, avec stupéfaction, que des islamistes infiltreraient nos services publics. La chose toucherait tous les secteurs : le sport, les services de sécurité, l’éducation, la santé. L’angoisse aurait pu se répandre comme une traînée de poudre mais heureusement, nos deux courageux élus nous rassurent : c’est « un phénomène marginal » bien que « des zones d’ombre » sur le contrôle de ces individus peuvent inquiéter.
Un rapport qui incarne l'impuissance politique à traiter un phénomène idéologique qui a pour programme notre disparition
 
Laissons l’ironie car le sujet est gravissime. Et résumons-nous : huit mois d’« enquête » et une centaine de pages pour enfoncer des portes ouvertes depuis vingt ans. Ouvertes à coups de béliers car on ne voulait pas nous entendre. Nous qui avons été nombreux à écrire des livres, publier des enquêtes et des articles pour alerter les pouvoirs publics, les médias, l’opinion sur le travail patient et minutieux des islamistes en France depuis le milieu des années 1990. Nombre d’entre nous y ont perdu leur santé, leur emploi, abrégé leur carrière professionnelle. Et il faudrait qu’on congratule ces deux élus pour un énième « rapport choc » qui va finir comme les autres aux archives de l’Assemblée nationale ? »
 
Note de Zalandeau du vendredi 28 juin 2019 : Ce blog a périodiquement dénoncé également l’entrisme islamiste dont différents acteurs de la société ont été les témoins. Et c’est pourquoi, il est enfin satisfaisant de voir tous les medias reprendre ce sujet à l’occasion du rapport parlementaire… Un tabou est en train de se lever…
Curieusement « tout le monde le savait »… Mais presque tout le monde se taisait.
 
Moi-même je restreignais mes publications à ce sujet, car lorsque la vérité est trop terrible et que l’on ose la dévoiler, la société du politiquement correct se fait un plaisir de diaboliser et de faire perdre toute crédibilité, à ceux qui osent révéler les faits… On nous taxe de racistes alors que nous ne sommes que réalistes, que notre propos n’est pas contre une ethnie, mais contre une secte conquérante et extrémiste d’une dangerosité avérée envers les principes de notre démocratie et les us et coutumes de notre société Française.
Alors je me contentais de publier des témoignages de personnalités publiques connues dont il me faut ici reconnaître le courage… D’autant que certaines ont été mises au placard, voire au banc de notre société !
Combien de mises à sac d’églises, de soumissions de la sphère publique, de laxismes ont été cachés, jusqu'à présent ?
 
Alors, maintenant que les langues se délient enfin, j’espère que les actions nécessaires et suffisantes seront entreprises par nos pouvoirs publics, pour juguler cette prise d’assaut de nos services publics, de nos espaces publics, de notre laïcité citoyenne par cette engeance moyenâgeuse qui nous envahit sans autre réaction de notre part, que l’acceptation, le laxisme, la soumission !
 
Il ne faut plus accepter les exigences islamistes dans notre quotidien !
 

Posté par zalandeau à 11:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 juin 2019

Mémoires et radotages (10) – Europe de merde

GSMEcrit le 21 octobre 2015

A quoi donc nous sert cette Europe ? Quand j’étais jeune, moi aussi, je la voulais cette Europe, sorte d’état fédéral, ou bien sorte d’union des peuples. Nous aurions eu un président de l’union, des ministres européens, une sécurité sociale, une armée, un smic commun, de la même façon que l’Allemagne de l’ouest a intégré l’ancienne Allemagne de l’est… C’était cela auquel je m’attendais… Hélas, ce n’était pas cela l’idée de ces dirigeants de pacotille. Leur idée, c’était de faire une arme anti sociale, anti syndicat, anti salariat, anti progrés… Et à la place de faire une Europe du capital, du patronat, du bénéfice, de l’enrichissement pendant que le peuple se paupérise, se ‘corvéabilise’ à merci… Oui c’était cela, leur but ! On nous l’a mis bien profond !...
 
Et dire qu’il y a encore plein de gens, valets de ce libéralisme dont ils ne perçoivent même pas qu’ils en sont les larbins, pour dire et répéter comme de vieux phonos aux disques rayés « Oui, mais grâce à l’Europe nous n’avons pas eu de guerre »…
 
Bande de pauvres imbéciles… Quand un père de famille perd son emploi, que sa femme divorce, qu’il devient SDF et dort sur un banc, qu’il cache à ses enfants ce qu’il est devenu, par honte… C’est quoi, comme violence ? C’est le résultat d’une guerre économique dans laquelle la délocalisation est l’arme de destruction massive. Les pertes humaines sont les chômeurs, les gens au RSA, les 150000 SDF, les millions de personnes paupérisées vivant sous le seuil de pauvreté.
 
Quand on ose nous parler de réfugiés (quelques dizaines de milliers, oui mais par an), qui se rajoutent aux 200000 immigrés officiels dont on ne parle pas, ainsi qu’aux 150000 immigrés clandestins… On oublie de dire qu'une grande partie de ces nouveaux arrivants ne trouvent pas de travail et que nombre d’entre eux n’en recherchent pas pour la bonne raison qu’ils préfèrent profiter de l’aumône que les fonds publics leur dispensent sur le dos des plus pauvres des Français, déjà fortement touchés par la misère et dont on veut encore réduire les prestations…
 
Et ce ne serait pas une guerre, dans laquelle nous sommes ? Et le petit peuple Français n’est-il pas en train de la perdre cette guerre en en subissant tous les dommages ?
Et l’insécurité ? Et la colonisation de nos ‘quartiers’ par des idéologies barbares et arriérées, ce n’est pas une invasion et un asservissement, un supplément de privation de notre liberté et de notre droit à vivre dignement ?
 
On a évité la guerre… Mais elle est là à nos portes larvée, incessante, elle progresse sans cesse… Et ceux-là, cette bande de perroquets, quand leurs quartiers préservés jusqu’à présent seront touchés… Ils déchanteront, mais il sera bien trop tard…
 
A moins… Ah moins qu’un sursaut national, nous fasse nous lever, pour refuser ce funeste destin, nous fasse démolir et reconstruire le système européen sur des bases saines cette fois.
A moins que nos nouveaux dirigeants contrôlent et régulent l’immigration afin que l’intégration aux principes de notre république, voire à ceux d’une ‘république européenne’ se fasse sainement, tandis que nous aiderions les ressortissants des pays pauvres ou en guerre à vaincre leurs oppresseurs  et à développer leur activité chez eux… Ce qui supposerait un partenariat avec ces peuples, au lieu de l’habituel pillage de leurs richesses dont nous sommes coutumiers…

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

25 juin 2019

La vieillesse est un naufrage

GSM

 

" La vieillesse est un naufrage " selon Chateaubriand. Lire les mémoires d'outre-tombe me rassérène quelque peu. J'y perçois les affres du grand écrivain. D’ailleurs de Gaulle avait lui-même repris cette citation. Je ne suis plus seul à m’accommoder de la solitude oppressante face à mon passé et à mon présent; solitude que la vieillesse creuse comme un fossé, entre le vieux et la société des vivants. C'est un mur d'incompréhension et d'ignorance.

 

Il est vrai que bien vivre sa vieillesse c'est savoir passer un pacte avec cette solitude. Mais saurais-je le faire ?

 

Tout a été écrit par nos illustres prédécesseurs. Y puiser le réconfort d'une complicité d'outre tombe permet de se sentir moins seul.

 

J'aurais du choisir ma compagne comme on choisit un ami. Certes, j'avais déjà formulé cette idée, puisqu'il y a deux ans je l'avais même enseignée à mon fils cadet. Hélas ce n'est pas à soixante piges qu'il m'aurait fallu avoir cette sagesse, mais bien avant...

 

Faut-il passer par ces tourments, avant de parvenir à la sérénité ?

 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


24 juin 2019

Mémoires et radotages (213) – Quel soucis, les enfants, même grands


GSM

Écrit le 21 juin 2019
 
Le 17 avril je croyais Nono enfin dans un emploi… mais cela n’avait duré que la journée… Le petit chef sadique l’avait emporté sur mon fils, dos bloqué par un travail totalement inadapté…
 
Ensuite il y a eu cette annonce "Ent. M..... recrute et forme" avec une liste de postes à pourvoir.
Bien que mon fils eut plus qu'il ne fallait de qualité requises, lors de l'entretien, "on" exigeait de l'expérience (le mot "forme" était un leurre), et "on" savait plus que mon fils que ce travail ne lui plairait pas et qu'il s'en irait (Alors qu'il était très motivé, comme en 2018 où il a travaillé comme manoeuvre de base pendant plusieurs mois).
L'histoire se répète à l'infini... "On" m'avait fait le coup à moi aussi quand j'étais jeune : On savait mieux que moi si cela me plairait ou pas (alors que j'étais le meilleur à tous les tests et que le salaire était très attractif et que j'étais très motivé)...
 
Depuis, l’inquiétude régnait encore dans mon crâne… Mon pauvre Nono était au fond du trou, moralement parlant...
 
Et le 12 juin, mon fils vient de commencer dans un emploi de surveillant…
En fait, c’est par son réseau de fêtards qu’il a eu ce poste : Un copain prof de maths, qui l’a pistonné pour cette place qui était vacante dans l'établissement où il exerce…
Comme quoi j’avais raison : L’emploi dans notre petite région abandonnée de Dieu, c’est une affaire de réseau familial ou autre…
Peu importe ! Le voilà assistant d’éducation, ou bien surveillant des collèges, pion, comme on disait de mon temps, sous contrat renouvelable…
L’industrie n’a pas voulu de lui, malgré tout le tapage fait sur la reprise économique. Mon benjamin a su s’asseoir sur sa fierté… Et je suis très fier de lui, parce qu'il a tout fait pour essayer de pouvoir travailler et gagner sa vie…
 
Le problème, c’est que ce genre d’emploi ne peut être que temporaire.
 
Quand après ce poste, il présentera son CV, qui voudra d’un pion dans l’industrie ? Il lui faut donc préparer une reconversion dès maintenant dans un milieu plus proche de l'enseignement…
 
Enfin je me contente de cette victoire de mon fils et de ce répit pour lui…
 
Mais pas pour longtemps… Je viens d’apprendre que mon ainé Kikson après plusieurs années de missions renouvelées d’intérim d’une semaine à temps partiel dans la même boite est sur le départ… On fait de moins en moins appel à lui et on va le jeter… A cause des menaces de l'état sur l’abus des contrats courts par trop renouvelés…
 
Merci Macron ! Tes menaces sur les contrats courts font perdre le taf de mon fils aîné ! Il n'avait que cela. Il n'a plus rien ! Tu ne pourrais pas t’occuper de tes fesses !
 
Quand à Toto… Il est devenu responsable de l’entretien, mais comme un gland il n’a pas négocié son augmentation de salaire ni de grille… Je l’avais pourtant bien prévenu… Petit bonhomme…
 
Que de stress pour l'avenir de mes garçons !
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

23 juin 2019

L'un de nous est de trop !



-Ma chérie, regarde ce que tu veux.

-Non non. Continue à regarder ton émission de merde. J'ai le droit de rien regarder ici. Je suis pas chez moi.

-Mais si ! Tiens, la télécommande ! Choisis ce - que - tu - veux !

-Garde-là ta télécommande.

.....

Je fis défiler toutes les chaines en commençant par TF1 et je lui citai les titres :

-TF1 Patati, A2 patata, FR3 Patal'autre, Canal on l'a pas, etc, etc, etc... On est au bout. Qu'est-ce que tu veux ?

-J'en ai rien à foutre.

-Prends la zapette et choisis.

-Tu mets ce que tu veux et j'ai le droit de rien, c'est toujours pareil avec toi.

-Mais non ! Puisque je te dis de choisir ce - que - tu - veux - toi ! Je peux quand même pas savoir ce que tu veux regarder alors que tu n'es pas là ? J'ai quand-même droit de regarder quelque chose pendant que tu es absente ? Maintenant que t'es là tu choisis.

-C'est toujours pareil avec tes émissions de merde, tu es le seigneur et maître. Je suis pas chez moi.

Et tout ça avec un œil mauvais, un rictus de haine aux lèvres et sur un ton d'une méchanceté inouïe...

Ça a continué. Alors la moutarde a monté. J'ai parlé d'un ton sec ! Je lui ai dit :

-Pour qui tu te prends, là ? Tu me fais chier pour le plaisir de me faire chier.

Elle est sortie de la pièce en claquant la porte et en me balançant encore une vacherie. Je ne sais même plus quoi.

J'ai eu alors une envie de la poursuivre de l’attraper, de lui ruiner la gueule, de la zigouiller, dans une mare de sang...

Puis j'ai compris que si elle revenait, je risquais de perdre le contrôle... Ce serait quand même idiot de finir ma vie en taule !!!

Alors je suis descendu au sous-sol et j'écris, pendant que mon cœur reprend petit à petit son rythme normal...

J'en peux plus. L'un de nous deux est de trop. Je regrette d'avoir épousé cette merde ! Et dire que je viens de lui acheter 3 pantalons, 2 impers, 1 duffle-coat... Je suis si con, que c'en est pas possible...

Un enfer que j'ai dit. Un enfer entre maintenant et ma mort. C'est vrai. Il faut qu'elle crève, cette charogne, cette pétasse, cette folle ! Ou que je crève, avant d'être aussi dingue que cette morue ! Je n'en peux plus. Ma tension est très élevée... Elle sait que c'est mon point faible. C'est certainement pour me faire crever qu'elle me provoque...

....

Ça y est, je sombre dans la déprime, la fatigue, le dégoût de tout...

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

22 juin 2019

Mémoires et radotages (214) – Retrouvailles 2019


GSM

Écrit le vendredi 21 juin 2019
 
Il y a deux semaines, c’était les derniers préparatifs, c’était le coup de fil à Jielleaime qui voulait bien me trimballer jusque au lieu de nos retrouvailles…
Puis il y a eu ce week-end du 8 au 9 juin… Qui a passé si vite, trop vite…
Était-ce un Cauchemar ? Certainement pas !
Etait-ce un rêve ? Dans l’idée de rêve on associe cette part de féerie que je n’ai pas ressentie…
 
Je dirais plutôt que c’était comme une chose imaginée, mais pas réelle… Je me sentais seul au milieu de ces anciens de ma promo… isolé par ma surdité et par mes problèmes de vertige…
 
Je me souviens de n’avoir pas pu par deux fois, maîtriser mes émotions : L’évocation par Dédé du décès de sa compagne ainsi que les adieux avant le départ.
 
Je me souviens avoir discuté avec deux épouses de camarades… Je ne saurais même pas dire qui était qui, ni les reconnaître si je les croisais…
 
Je me souviens d’avoir commencé à demander un conseil à Gigi, le spécialiste de l’image et de la vidéo, mais que mon propos coupé par un troisième intervenant, n’a pas abouti…
 
Je me souviens d’avoir bouffé des trucs bizarres au restau le samedi soir… Des trucs microscopiques avec des virgules de sauces dans l’assiette… J’aurais préféré un bon bœuf bourguignon, ou même une choucroute (sans patates)… Ils appellent ça la nouvelle cuisine…
 
Je me souviens d’avoir chaleureusement remercié Eddy pour avoir retrouvé la trace de Bahou, de la disparition duquel je m’inquiétais depuis de nombreuses années.
 
Je me souviens surtout de la gentillesse de Jielleaime qui m’a transbahuté. Je ne saurais assez le remercier : Sans lui, j’aurais annulé ma participation… Et de quelques bribes de nos discussions pendant le trajet.
 
Je me souviens, contrairement à 2017, d’avoir vu une bande de vieux, très vieux !!! Sauf quelques uns restés étonnamment bien conservés…
Depuis j’ai reçu des photos de cet évènement : Sur les photos, il y avait un vieux de plus que je ne soupçonnais pas : Moi !
 
J’ai l’impression d’avoir imaginé tout cela. Je n’ai pas l’impression que cela se soit déroulé réellement…
 

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

21 juin 2019

Il faut savoir effacer

GSM

Ecrit le 9 mai 2009.

 

Il faut savoir effacer les mots qui coupent, il faut savoir panser les blessures des coups de poignard dans le dos, il faut savoir apprendre de nos échecs. Apprendre, n’est pas forcément progresser. Il faut savoir se protéger, se prémunir, se blinder, se détacher et… oublier les mauvais souvenirs, avant de pouvoir pardonner…

 

Et comme le chantait si bien Charles Aznavour : "Il faut savoir, mais moi... Je ne sais pas..."

Posté par zalandeau à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juin 2019

Pour vivre en paix, vivons seuls

GSM

17 février 2015
 
L’être humain est une espèce dangereuse. Sortir de chez soi est un risque auquel l’humain est contraint quotidiennement. Il est des régions où la violence et la mort sont permanentes.
 
Les lieux dits pacifiés, sont le siège d’affrontements, de défis, de harcèlements. La vie grégaire de l’homme n’est que violence ou soumission à cette violence.
 
L’ermite ou le berger sont les derniers bastions humains de paix et de sérénité.
 
C'est bon d'être seul ! 
 
Ne pas frayer avec le voisinage a du bon.
 
Oui, parce que tant qu'à fréquenter des cons, autant ne fréquenter que soi-même.
 
Au moins, on n'a pas affaire à plus con que soi...
 
CQFD
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :