-Ma chérie, regarde ce que tu veux.

-Non non. Continue à regarder ton émission de merde. J'ai le droit de rien regarder ici. Je suis pas chez moi.

-Mais si ! Tiens, la télécommande ! Choisis ce - que - tu - veux !

-Garde-là ta télécommande.

.....

Je fis défiler toutes les chaines en commençant par TF1 et je lui citai les titres :

-TF1 Patati, A2 patata, FR3 Patal'autre, Canal on l'a pas, etc, etc, etc... On est au bout. Qu'est-ce que tu veux ?

-J'en ai rien à foutre.

-Prends la zapette et choisis.

-Tu mets ce que tu veux et j'ai le droit de rien, c'est toujours pareil avec toi.

-Mais non ! Puisque je te dis de choisir ce - que - tu - veux - toi ! Je peux quand même pas savoir ce que tu veux regarder alors que tu n'es pas là ? J'ai quand-même droit de regarder quelque chose pendant que tu es absente ? Maintenant que t'es là tu choisis.

-C'est toujours pareil avec tes émissions de merde, tu es le seigneur et maître. Je suis pas chez moi.

Et tout ça avec un œil mauvais, un rictus de haine aux lèvres et sur un ton d'une méchanceté inouïe...

Ça a continué. Alors la moutarde a monté. J'ai parlé d'un ton sec ! Je lui ai dit :

-Pour qui tu te prends, là ? Tu me fais chier pour le plaisir de me faire chier.

Elle est sortie de la pièce en claquant la porte et en me balançant encore une vacherie. Je ne sais même plus quoi.

J'ai eu alors une envie de la poursuivre de l’attraper, de lui ruiner la gueule, de la zigouiller, dans une mare de sang...

Puis j'ai compris que si elle revenait, je risquais de perdre le contrôle... Ce serait quand même idiot de finir ma vie en taule !!!

Alors je suis descendu au sous-sol et j'écris, pendant que mon cœur reprend petit à petit son rythme normal...

J'en peux plus. L'un de nous deux est de trop. Je regrette d'avoir épousé cette merde ! Et dire que je viens de lui acheter 3 pantalons, 2 impers, 1 duffle-coat... Je suis si con, que c'en est pas possible...

Un enfer que j'ai dit. Un enfer entre maintenant et ma mort. C'est vrai. Il faut qu'elle crève, cette charogne, cette pétasse, cette folle ! Ou que je crève, avant d'être aussi dingue que cette morue ! Je n'en peux plus. Ma tension est très élevée... Elle sait que c'est mon point faible. C'est certainement pour me faire crever qu'elle me provoque...

....

Ça y est, je sombre dans la déprime, la fatigue, le dégoût de tout...