GSM

Écrit le vendredi 21 juin 2019
 
Il y a deux semaines, c’était les derniers préparatifs, c’était le coup de fil à Jielleaime qui voulait bien me trimballer jusque au lieu de nos retrouvailles…
Puis il y a eu ce week-end du 8 au 9 juin… Qui a passé si vite, trop vite…
Était-ce un Cauchemar ? Certainement pas !
Etait-ce un rêve ? Dans l’idée de rêve on associe cette part de féerie que je n’ai pas ressentie…
 
Je dirais plutôt que c’était comme une chose imaginée, mais pas réelle… Je me sentais seul au milieu de ces anciens de ma promo… isolé par ma surdité et par mes problèmes de vertige…
 
Je me souviens de n’avoir pas pu par deux fois, maîtriser mes émotions : L’évocation par Dédé du décès de sa compagne ainsi que les adieux avant le départ.
 
Je me souviens avoir discuté avec deux épouses de camarades… Je ne saurais même pas dire qui était qui, ni les reconnaître si je les croisais…
 
Je me souviens d’avoir commencé à demander un conseil à Gigi, le spécialiste de l’image et de la vidéo, mais que mon propos coupé par un troisième intervenant, n’a pas abouti…
 
Je me souviens d’avoir bouffé des trucs bizarres au restau le samedi soir… Des trucs microscopiques avec des virgules de sauces dans l’assiette… J’aurais préféré un bon bœuf bourguignon, ou même une choucroute (sans patates)… Ils appellent ça la nouvelle cuisine…
 
Je me souviens d’avoir chaleureusement remercié Eddy pour avoir retrouvé la trace de Bahou, de la disparition duquel je m’inquiétais depuis de nombreuses années.
 
Je me souviens surtout de la gentillesse de Jielleaime qui m’a transbahuté. Je ne saurais assez le remercier : Sans lui, j’aurais annulé ma participation… Et de quelques bribes de nos discussions pendant le trajet.
 
Je me souviens, contrairement à 2017, d’avoir vu une bande de vieux, très vieux !!! Sauf quelques uns restés étonnamment bien conservés…
Depuis j’ai reçu des photos de cet évènement : Sur les photos, il y avait un vieux de plus que je ne soupçonnais pas : Moi !
 
J’ai l’impression d’avoir imaginé tout cela. Je n’ai pas l’impression que cela se soit déroulé réellement…