GSM

Ecrit le 07 décembre 2014
 
Je sais bien évidemment que l’amitié est une notion subjective et qu’elle ne peut en aucun cas être univoque.
Il y a des gens que l’on considère comme amis mais qui ne nous paient pas de retour. C’est pourquoi, je me méfie de ces fausses amitiés. Je n’accepte plus les faux amis et me méfie de ce mot au point de l’employer avec parcimonie et circonspection.
« Mon Dieu, gardez-moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge », disait Voltaire. Il est vrai que l’amitié est un prétexte facile pour poignarder dans le dos et chacun sait que celui qui frappe à notre huis avec un large sourire n’est pas toujours pavé de bonnes intentions.
 
Il apparaît donc que ces amis faux peuvent être de redoutables ennemis potentiels, des « agents dormants », pour emprunter à la rhétorique du ministère de l’intérieur, qui ont su passer le barrage de la méfiance et déjouer les soupçons…
 
C’est un problème important pour qui y est confronté. Avec le temps, j’ai personnellement fini par adopter la tactique d’Alexandre de Macédoine pour résoudre les problèmes complexes : Je tranche le nœud Gordien. Certes répondre par une solution simple et radicale peut sembler excessive, mais elle est la seule pour ne pas tomber dans les méandres brumeux que le faux ami répand afin de continuer sa coupable attitude…
 
La vie est trop courte pour être laminée par la sensibilité de notre affect.
 
Combien d’exemples pourrais-je donner de fausses amitiés qui ont coûté très cher, parfois même au péril de la vie de ceux qui croyaient en eux…
 Mais, bien que cette catégorie soit la plus nombreuse que nous côtoyons, assez parlé de ces gens, inutiles, ne sachant que vivre aux dépends de ceux qui les croient sincères…
 
La vraie amitié existe, lorsque deux amis sont sincères dans leurs sentiments. Le concept demande aussi qu’il y ait une fidélité, c'est-à-dire une fiabilité pérenne. On n’est pas amis pour dix minutes ! La sincérité implique naturellement l’honnêteté mutuelle.
 
J’ai deux amis véritables qui me restent, (les autres ayant été des faux amis motivés par l’intérêt), Mario et Michel, deux types formidables. Nous nous sommes toujours renvoyés l’ascenseur. Nous nous sommes toujours aidés quand nous le pouvions. Eux, ne se connaissent qu’à peine, l’amitié n’étant pas forcément contagieuse.
 
L’amitié ainsi persistante, donne une force supplémentaire à l’existence, même si elle est bien souvent contrecarrée par les conjoints, toujours prêts à mettre à bas par jalousie toute concurrence…
 
Il faut bien le dire, dans un couple, il y a plus souvent des faux amis et des fausses amies que des vrais amours sincères…