07 avril 2019

Honneur et sacrifice

GSM

Ecrit le 11 juillet 2008
 

On a eu bien de l'honneur, de celui que l'on a en soi, que l'on exerce, sans exhibition. Pas celui de ceux qui sont censés vous rendre honneur. Non ! On ne pourrait pas dire que notre honneur a servi à attirer les honneurs.
Il nous a servi à n'avoir pas à rougir de nous, enfin, le moins souvent possible.
Être fier de soi, quoi qu'il nous en coûtât, fut le principe directeur d'une partie notre vie. On savait qu'à chaque occasion, nous nous attirerions la haine des jaloux, la haine des couards et que globalement si on nous a parfois admiré, on nous a plus souvent haï d'être différents.
C'est pourquoi, à chaque fois que nous mettions notre courage en action, nous savions d'avance que nous en paierions le prix au centuple. Nous savions donc que nous sacrifierions notre carrière, notre avenir, notre place dans la société.
Certes, nous avons eu de la "chance", (mais est-ce une chance ?), de ne pas perdre la vie...
Il n'y a pourtant de bon héros, que les héros morts. Alors pourquoi être vivant ?
N'est-il pas plus intolérable, d'être mis d'une certaine manière au ban de la société, parce qu'on est différent, comme un voyou, comme un criminel ? Avec en plus la jalousie des gens, ce qui n'est pas le cas pour un criminel...
Le courage et l'honneur, c'est de savoir qu'il n'y aura que nous-mêmes pour les apprécier et que survivre sera le prix immense à payer ; c'est aussi de savoir qu'il faut de plus en plus de courage au fil du temps, pour en porter le fardeau cumulatif. Il fallait donc que nous soyons sacrément fous ou imbus de nos personnes, pour recommencer...
Amères victoires éphémères sur soi-même mais défaite définitive. L'usure de ce poids à porter nous fait effondrer, là, où le commun des mortels continue allègrement sa route.
Une sorte de mort avant la mort...

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :