28 février 2019

Oiseaux sans cervelles ? Non ! Politiciens Français tout simplement !

 

GSM

 

Sortie du chauffage au fioul

 

Nous avons les politiciens que nous méritons, à défaut de pouvoir les choisir en toute représentativité...

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


27 février 2019

Les ministres en Suède... Cela laisse à réfléchir sur notre modèle monarchique et dispendieux

 

GSM

 

en Suède

 

Et si on avait le même genre de démocratie en France ? On a le droit de rêver... Le bien public, l'intérêt supérieur de la nation... Des notions qui échappent totalement à ces grigous qui nous gouvernent...

Mais en France, les politiciens n'aiment pas que ce modèle soit connu du grand public... Des fois que le peuple exige de l'état Français une aussi grande simplicité plus économe de nos deniers...

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 février 2019

Ma chronique – Pourquoi ne parle-t-on pas des massacres en Amazonie ?


 

GSM

Écrit le samedi 20 juin 2009
 

On a beaucoup parlé des « évènements » d’Iran, moi-même aie évoqué l’importance des faits mais en termes différends de la vulgate médiatico-politique…
En effet Il est de l’intérêt des pays occidentaux de diaboliser le régime de Téhéran le traitant de criminel…
 
Mais lorsque c’est la puissance occidentale colonisatrice qui massacre, on n’en parle que très peu…
 
C’est pourtant ce qui se passe en Amazonie, où des dizaines de communautés indiennes du Pérou et d’Équateur sont prises à partie par quelques grandes multinationales  du Pétrole…
 
La cause : Les expropriations sauvages, la déforestation et les désastres environnementaux.
 
Le 5 juin (2009), l’armée Péruvienne a ouvert le feu sur des milliers de manifestants qui bloquaient une autoroute près de la ville de Bagua. Les affrontements ont fait une trentaine de morts parmi les soldats submergés par la foule. Les représailles ont fait une quarantaine de victimes et des centaines de blessés parmi les manifestants. Les témoins ont rapporté des exécutions sommaires, des fosses communes et des tirs depuis les hélicoptères sur les villages…
 
Le président Alan Garcia a imposé un couvre-feu, accusant les manifestants d’avoir provoqué ce bain de sang…
 
Depuis deux mois les manifestations se multiplient contre la volonté du gouvernement Péruvien d’ouvrir de nouvelles zones de la forêt Amazonienne à l’exploitation pétrolière, forestière et minière…
L’influente Eglise catholique s’est rangée aux cotés des populations locales, dénonçant « un désastre à venir et le mépris de communautés indiennes oubliées »
 
Dans le fond, qu’y a-t-il de commun dans les « évènements Iraniens », dans cette guerre d’Amazonie, dans la crise que nous traversons, dans l’accaparation illégales des terres, dans les subprimes, dans la dictature Birmane et même dans la casse sociale Sarkozyenne ?
Le Mépris !
 
OUI ! Le mépris ! Tant que les Dirigeants d’états, de multinationales, de banques, d’entités supranationales (comme l’Europe), mépriseront l’humain, il n’y aura qu’iniquités, que haines, que violences, que guerres…
 
La rapacité, l’esprit de lucre, l’envie de pouvoir et de richesse n’engendrent que le mépris de l’humain !
 
Et moi, dans ces cas-là… Je serais toujours du coté des méprisés…
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

25 février 2019

Macron : Il Risque de ne pas Finir son Mandat

 

GSM

Charles Gave , économiste :

 

Macron Il Risque de ne pas Finir son Mandat 1

 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

24 février 2019

Badiscout, Edenhouse, Reductoo. Des sites marchands à éviter

GSM


Badiscout, Edenhouse, Reductoo

Des sites marchands à éviter

Publié le : 09/02/2019 sur Que Choisir
 
Méfiance si vous croisez les chemins d’Edenhouse.fr et de Reductoo.com au cours de vos achats sur Internet.
Ces sites sont édités par Must Group LTD, une société que l’on retrouve aussi derrière le site Badiscout.com, qui vient de baisser le rideau sans honorer ses commandes.
 
Daniel peut attendre, il sait qu’il peut faire une croix sur le congélateur qu’il a commandé sur le site Badiscout.com et peut-être même sur les 306 € versés. Il n’est pas seul dans ce cas. Une cinquantaine de victimes, recensées au sein d’un groupe Facebook créé pour l’occasion, sont dans la même situation que lui. Certaines ont même déboursé plus de 900 € pour des articles dont elles n’ont jamais vu la couleur. Après avoir tenté de relancer à plusieurs reprises la société, sans succès, leurs derniers espoirs de recevoir leur commande ont été douchés, il y a quelques jours, lorsqu’ils ont découvert que le site Badiscout avait baissé le rideau, sans que l’on sache si cette fermeture est volontaire ou la conséquence d’une décision administrative.
 
Si les victimes de Badiscout cherchent désormais à récupérer leur argent, leurs chances d’aboutir sont minces, principalement parce que la société contre laquelle se retourner n’est pas évidente à identifier. Si, comme tout porte à le croire, Badiscout était une place de marché (donc un simple intermédiaire entre des acheteurs et des vendeurs), les victimes ne peuvent pas se retourner contre elle. À moins que Badiscout se soit également présenté comme le vendeur de l’article. Dans ce cas, c’est donc vers la société éditrice du site, Must Group LTD, qu’il faut se retourner. Le problème, c’est que cette société est loin de faire preuve de la plus grande transparence. La seule adresse disponible est celle de son siège social à Londres. Toutefois, le fait que cette adresse corresponde à celle d’une société de domiciliation laisse penser que le site pourrait en réalité être piloté de quelque part en France. Face à tant d’incertitudes, des investigations plus poussées s’avèrent nécessaires. On ne peut donc conseiller aux victimes que de porter plainte auprès de la police ou de la gendarmerie en espérant que l’enquête aboutisse. Elles ne doivent pas non plus hésiter à se tourner vers leur banque ou vers l’éditeur de leur carte bancaire (Visa ou Mastercard) afin de voir si un remboursement est envisageable. Certaines victimes semblent avoir réussi par ce biais à récupérer leur argent.
 

Le gérant déjà condamné

 
La société Must Group LTD, qui éditait Badiscout.com, est également derrière deux autres sites marchands qui, eux, sont toujours en activité : Edenhouse.fr et Reductoo.com. Vu les nombreux témoignages négatifs laissés sur les forums, dont celui de Que Choisir, nous vous recommandons de ne pas commander sur ces sites (1). Le fait que la société Must Group LTD soit gérée par un certain Maël Léger n’a pas de quoi non plus nous rassurer. En 2015, cet homme âgé aujourd’hui de 36 ans avait fait l’objet d’une interdiction de gérer une société pendant une période de 3 ans. Face à ces éléments, mieux vaut passer son chemin.
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,


23 février 2019

Mémoires et radotages (8) - Blog, monde de la déraison

GSM


Edité le 08 octobre 2015
 
Pauvre société Française… Cela me fait penser à la société des blogs… Là aussi suivant le logiciel du site, on retrouve des sociétés comme dans le réel !
 
J’avais comparé blog.fr à un village, où tout le monde sait ce que fait tout le monde, tout se sait, tout se dit, vrai ou faux… Mais aussi où on y on partage, on y discute, en essayant de ne pas trop s’engueuler…
 
Je peux maintenant ajouter d’autres comparaisons :
 
Blogspot : Le désert… On a l’impression d’être un méhariste, traversant les immensités sans fins… Mais au moins on maitrise tout, dans le calme silencieux…
 
Wordpress : Cela n’engage que moi, mais J’ai cru être perdu à jamais dans ce labyrinthe, sans jamais pouvoir régler les paramètres qui se dérobaient indéfiniment…
 
Canalblog : C’est une solitude immense au milieu de la foule… Comme un SDF dans la cohue pressée aux abords de la Fnac des Ternes, ou du Drugstore des Champs Elysées… Ou comme un provincial débarqué sur le quai à Montparnasse...
 
Alors je suis revenu au village, tellement la tête me tournait… Et tant pis si le village va terminer le 15 décembre comme Oradour sur Glane… On verra bien… Après, je retournerai sur canalblog et j'entrerai dans la Fnac...
 
Blog, monde de la déraison
 
Tout ce qui fait notre univers bloguesque part en brioche.
Les gens auxquels on s’attache, s’en vont, déçus, amers…
Moi aussi, je suis parti, plusieurs fois…
Moi aussi, je suis revenu…
Moi aussi, j’ai séché mes pleurs et calmé mes souffrances.
Souffrances du virtuel et souffrances du réel.
Mais les souffrances du réel, sont moins fréquentes et elles ont un visage…
Dans ce monde du media et de l’imaginaire, il est difficile de trouver l’équilibre et pour ne pas se noyer, il faut savoir raison garder.
Le monde de l’irréel par ses possibilités, augmente la force du discours sur le psychisme. La nécessité de communiquer, ne doit pas renoncer à l’essentiel : la solitude avec soi-même…
A vouloir trop des autres, on se perd assurément…
A écouter, à attendre, à espérer, il n’est qu’usure et déception.
C’est pourquoi il est nécessaire de garder vigilance et de ne point tomber dans le vortex du virtuel…

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

22 février 2019

Luc Ferry 2018 12 29 16 58 41 On a mis un gamin à l'Elysée

 

GSM

 

Luc Ferry 2018 12 29 16 58 41 On a mis un gamin à l'Elysée

Posté par zalandeau à 09:47 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

21 février 2019

Quatorze ans

GSM

21 février 2005...
 
Je crois que tu dormais. Tu avais la bouche ouverte. Ta faible respiration graillonnait de toute cette eau qui envahissait tes poumons et bientôt ton cœur.
 
La veille, tu m'avais dit "moi-aussi", quand je t'avais dit que je t'aimais.
 
Ton souffle a diminué et s'est arrêté, comme ça, à vingt heures dix-sept, dans un grand silence irréel. C'était il y a quatorze années, Papa.
 

Posté par zalandeau à 09:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

20 février 2019

CONTRIBUTION SOCIALE GENERALISEE

GSM


Affaibli par la crise des gilets jaunes, le président Macron a décidé d'exonérer plus de 3 millions de retraités de hausse de la CSG. L'exonération ne sera effective qu'en milieu d'année.
 
[Mis à jour le 3 janvier 2019 à 15h20] L'année 2018 s'est conclue pour une bonne nouvelle pour 3,5 millions de foyers de retraités. Le président Macron a décidé de les exonérer de la hausse de la CSG (Contribution sociale généralisée) Mais, la mesure, complexe à mettre en place, ne sera pas immédiate... Concrètement, les retraités exonérés de CSG vont quand même devoir payer plein pot la Contribution sociale généralisée, c'est-à-dire à 8,3% (comme en 2018) pendant les six premiers mois de l'année 2019. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud a expliqué, sur RTL, qu'un chèque ou un virement de remboursement sera envoyé au plus tard au 1er juillet. Pourquoi un tel décalage ? La raison est avant tout administrative et informatique. La mise en place de l'exonération implique une modification des systèmes. 
 
L'année 2018 a été particulièrement difficile pour les retraités. Au début de l'année, les retraités qui touchent une pension qui dépasse les 1 200 euros net par mois, ont vu leur taux de CSG grimper de 1,7 point de 6,6 à 8,3%. Cette mesure, très impopulaire, a provoqué la grogne des anciens de notre société. A la fin de l'été, pour calmer le jeu, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé que 300 000 retraités seraient finalement exonérés de hausse. Avec le mouvement des gilets jaunes, le gouvernement a décidé de faire un geste beaucoup plus spectaculaire. Environ 3,5 millions de foyers de retraités devraient être exonérés de hausse de CSG. Pour bénéficier de l'exonération de hausse de CSG en 2019, les plafonds à ne pas dépasser sont : 22 580 euros de revenu fiscal de référence pour une personne seule (pensions de retraite et revenus annexes). Cela équivaut à 2 000 euros par mois de revenus. Pour un couple, le seuil pour être exonéré est porté à 34 600 euros de revenu fiscal de référence. Cela équivaut à 3 000 euros de revenus par mois. 
 

Qu'est-ce que la CSG ?

 
La CSG est un impôt directement prélevé sur les revenus d'activité, sur les pensions de retraite, les allocations chômage, les revenus de patrimoine et de placement, etc. Créée par la loi de finances pour 1991, la CSG participe grandement au financement de la protection sociale (assurance chômage, maladie, etc.). Il a plusieurs fois été proposé de rendre la CSG progressive.
 

Augmentation de la CSG pour les retraités

 
En 2018, la CSG a augmenté pour les retraités de 1,7 point. Elle est passée de 6,6 à 8,3%. Face à la crise des gilets jaunes, le gouvernement est revenu partiellement sur la mesure. L'exécutif a choisi d'exonérer environ 3,5 millions de retraités de hausse de la CSG en 2019. Les seuils à ne pas dépasser sont les suivants : 22 580 euros de revenu fiscal de référence (sur un an) pour une personne seule (pensions de retraite et revenus annexes). Cela équivaut à 2 000 euros par mois de revenus. Pour un couple, le seuil pour être exonéré est porté à 34 600 euros de revenu fiscal de référence. Cela équivaut à 3 000 euros de revenus par mois. Les retraités très modestes bénéficient d'une CSG à taux réduit. Pour bénéficier du taux de CSG à 3,8%, le revenu fiscal de référence pour une personne seule doit être compris entre 11 018 euros et 14 404 euros et entre 16 902 euros et 22 051 euros pour un couple.
 

Augmentation de la CSG pour les fonctionnaires et indépendants

 
Les fonctionnaires et les travailleurs indépendants ne versent pas les mêmes cotisations que les salariés du secteur privé. La hausse de la CSG ne pouvait donc pas être neutralisée par la baisse de cotisations salariales. L'exécutif s'était donc engagé à prendre des mesure compensatrices. Pour les indépendants, la hausse de la CSG est compensée par une baisse de la cotisation famille de 2,5 points. En parallèle, une diminution progressive de 5 points de la cotisation maladie est accordée aux entrepreneurs dont les revenus nets sont inférieurs à 43 000 euros par an. Soit environ 75% des indépendants. Selon le Premier ministre, le gain sera de 270 euros par an pour un indépendant dont les revenus sont équivalents au Smic.
 
Les fonctionnaires, eux, ne verront pas leur rémunération baisser du fait de la réforme. Mais ils ne la verront pas augmenter non plus. Le gouvernement a institué le versement d'une indemnité compensatrice de 1,67% de la rémunération brute afin de contrebalancer la hausse de CSG. La Contribution exceptionnelle de solidarité (CES) de 1% disparaît pour les fonctionnaires concernés. Mais dans ce cas, l'indemnité compensatrice est ramené à 0,67% du salaire brut.
 

Augmentation de la CSG sur les revenus fonciers

 
Autres perdants de la réforme : les propriétaires-bailleurs. Les revenus fonciers (loyers et plus-values immobilières) qu'ils perçoivent ne sont pas soumis au nouveau prélèvement forfaitaire unique de 30% et conserve le même système d'imposition au barème progressif de l'impôt et aux prélèvements sociaux. Étant donné que la hausse de CSG augmente leur taux de 15,5% à 17,2%, les revenus fonciers seront eux aussi impactés par la mesure.
 
Note de Zalandeau : Alors, je dis  qu'il faut savoir remercier, pour ce bon geste...
 
Merci à vous les Gilets Jaunes !

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2019

Cette gauche devenue malade de la race

GSM


Ecrit par Jacques Dion le 01 février 2019 sur Marianne.
 
Dans un essai très documenté, le sociologue Manuel Boucher étudie la dérive idéologique qui a mené à une approche ethnique des rapports sociaux et ses conséquences.
 
Quand on veut comprendre pourquoi la notion de « gauche » est devenue un concept vide, on invoque souvent son ralliement à l'idéologie de marché, phénomène dont on trouve les prémices au début du règne de François Mitterrand. C'est juste. Mais on ne saurait oublier un autre aspect de la fracture idéologique ayant balayé les héritiers supposés du mouvement ouvrier. Il s'agit de la racialisation des rapports sociaux. Au fil des ans, l'analyse de classe a été remplacée par une approche ethnique aussi caricaturale que dévastatrice. Manuel Boucher, professeur à l'université de Perpignan, en dresse un tableau accablant dans un livre intitulé la Gauche et la race. L'auteur se revendique lui-même de la gauche, mais pas de n'importe laquelle. Il se réclame de la tradition des Lumières et de la lutte contre toutes les formes d'aliénation au nom de la promotion sociale, toutes choses qui lui paraissent désormais oubliées par certains de ceux qui se réclament toujours de la gauche et de l'anticapitalisme.
 
Pour Manuel Boucher, la mondialisation néolibérale et le déclin de la classe ouvrière ont débouché sur la naissance d'une « gauche culturelle bien-pensante, culpabilisatrice et bourgeoise, d'abord mobilisée sur les questions d'évolution des mœurs, d'écologie, de féminisme et de migration ». Au nom d'un réflexe mémoriel culpabilisateur, les minorités (raciales ou sexuelles) sont devenues les nouveaux « damnés de la terre », en lieu et place des exploités d'antan. Ainsi est née une forme d'identitarisme dit « décolonial » qui fait le pendant à l'identitarisme d'extrême droite, au point d'en être la copie conforme mais à front renversé.
 
Sans vergogne
 
On n’explique pas autrement la profusion de ces groupuscules dits « anti-racistes ». En réalité, ils décrivent la France comme une société d’apartheid comparable à l’Afrique du sud raciste ou à l’Amérique esclavagiste. Ils pratiquent une forme de racisme décomplexé à l’égard des « blancs », bouffent de la laïcité à longueur de colonne et encensent les dogmes les plus éculés de l’Islam, sous prétexte qu’elle est la religion des pauvres. Les prétendus « indigènes de la république » sont la forme la plus caricaturale de cette dérive. Leur égérie, Houria Bouteldja, étale sans vergogne un racisme antiblanc assumé, un antisémitisme qui ferait passer Alain Soral pour un apôtre et une fascination pour l’islam qui la conduit à diaboliser tout esprit se revendiquant de Voltaire.
Le phénomène est d’autant plus inquiétant, que ce courant de (non) pensée se répand, à l’instar des Etats-Unis, comme une traînée de poudre dans le milieu universitaire et dans l’intelligentsia se réclamant de la gauche. C’est en son nom que sont apparus des « camps d’été décoloniaux » interdits aux « non-racisés », autrement dit : aux blancs, comme si la couleur de peau était un critère d’appréciation scientifique validé. Jusqu’ici une telle approche était l’apanage de l’extrême droite. Désormais elle n’épargne pas des partis ou des mouvements se réclamant de la gauche, où l’on trouve des personnalités refusant de se démarquer de Houria Bouteldja – quand elles ne lui font pas allégeance idéologique. On ne citera pas de nom pour ne pas faire de jaloux, mais le livre, fort documenté, constitue un dossier à charge implacable.
Au terme de son réquisitoire, Manuel Boucher écrit : « A l’instar de la période du front populaire, où, dépassant leurs différence, toutes les forces de gauche se sont rassemblées pour combattre le fascisme, aujourd’hui dans un autre contexte, celui de la globalisation, il est temps que les gauches se réunissent à nouveau pour combattre tous les fascimes et les antimouvements identitaires et racistes. » Puisse son appel être entendu.
 

Posté par zalandeau à 09:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,