GSM


Edité le 08 octobre 2015
 
Pauvre société Française… Cela me fait penser à la société des blogs… Là aussi suivant le logiciel du site, on retrouve des sociétés comme dans le réel !
 
J’avais comparé blog.fr à un village, où tout le monde sait ce que fait tout le monde, tout se sait, tout se dit, vrai ou faux… Mais aussi où on y on partage, on y discute, en essayant de ne pas trop s’engueuler…
 
Je peux maintenant ajouter d’autres comparaisons :
 
Blogspot : Le désert… On a l’impression d’être un méhariste, traversant les immensités sans fins… Mais au moins on maitrise tout, dans le calme silencieux…
 
Wordpress : Cela n’engage que moi, mais J’ai cru être perdu à jamais dans ce labyrinthe, sans jamais pouvoir régler les paramètres qui se dérobaient indéfiniment…
 
Canalblog : C’est une solitude immense au milieu de la foule… Comme un SDF dans la cohue pressée aux abords de la Fnac des Ternes, ou du Drugstore des Champs Elysées… Ou comme un provincial débarqué sur le quai à Montparnasse...
 
Alors je suis revenu au village, tellement la tête me tournait… Et tant pis si le village va terminer le 15 décembre comme Oradour sur Glane… On verra bien… Après, je retournerai sur canalblog et j'entrerai dans la Fnac...
 
Blog, monde de la déraison
 
Tout ce qui fait notre univers bloguesque part en brioche.
Les gens auxquels on s’attache, s’en vont, déçus, amers…
Moi aussi, je suis parti, plusieurs fois…
Moi aussi, je suis revenu…
Moi aussi, j’ai séché mes pleurs et calmé mes souffrances.
Souffrances du virtuel et souffrances du réel.
Mais les souffrances du réel, sont moins fréquentes et elles ont un visage…
Dans ce monde du media et de l’imaginaire, il est difficile de trouver l’équilibre et pour ne pas se noyer, il faut savoir raison garder.
Le monde de l’irréel par ses possibilités, augmente la force du discours sur le psychisme. La nécessité de communiquer, ne doit pas renoncer à l’essentiel : la solitude avec soi-même…
A vouloir trop des autres, on se perd assurément…
A écouter, à attendre, à espérer, il n’est qu’usure et déception.
C’est pourquoi il est nécessaire de garder vigilance et de ne point tomber dans le vortex du virtuel…