GSM

Pauvres vies, pauvres êtres, demandant au ciel ce que la vie refuse. Pauvres hères, asservis aux passions dévorantes.
Pauvres créatures en fusion de volupté, mais aux cœurs secs, ne comprenant pas que l’amitié se mérite.
Pauvres amis sincères trompés par l’apparence des mots.
Pauvres vies en sursis dans le silence assourdissant de l’égoïsme.
Pauvres cyniques aux appétits féroces, jamais repus de dévorer leurs semblables et qui finiront ou pas, dans les affres de l’enfer.
 
L’humaine condition est la pire qui soit, porteuse de la mort et du néant.