GSM

© zalandeau, le mercredi 4 novembre 2009 complété le samedi 29 septembre 2018
 
Un débat sur l’identité nationale sous l'ère Sarkozy… Pourquoi faire ? Qu’est-ce que c’est ?
Il peut m’arriver d’évoquer mon identité Française, voire mon identité nationale, mais je ne la définis jamais… Pourquoi ? Parce que je pense que chacun a sa propre idée de son identité nationale. Un étranger peut avoir une identité nationale autre que Française. De plus chacun vit son identité Française à sa façon…
 
Alors un débat sur notre identité Française, à quoi cela peut servir à partir du moment où il peut y avoir des acceptions différentes de cette notion ? Est-ce pour standardiser ce concept ? Est-ce pour obliger tous les habitants de notre pays à vivre leur Francophonie de la même façon ?
C’est complètement absurde ! Ce débat est absurde !
 
Il y aurait des débats autrement plus importants et utiles…
 
Un débat sur la laïcité, sur le respect des règles, des us et coutumes que tout étranger aurait le devoir de respecter sur notre sol, aurait effectivement une importance dans la définition de notre citoyenneté… Et par conséquent, un débat sur la citoyenneté également serait positif…
 
Un débat sur l’avenir des retraites, sur la gratuité des soins ou sur l’égalité des chances, aurait une opportunité bien plus grande et intéresserait l’opinion publique dans son ensemble…
 
De fait, chacun le sait, chacun le ressent, ce faux-débat, n’est qu’un épouvantail destiné à ramener les Lepenistes et les Devillieristes dans le giron des partisans du pouvoir Sarkozyen actuel…Un débat inutile et sans contenu, destiné à rouvrir la porte à des relents de nationalisme et à agrandir la fracture sociale. C'est-à-dire tout le contraire d’une démarche humaniste…
Cette manœuvre politique est destinée bien évidemment à faire remporter les élections régionales par l’UMP en manipulant l’opinion publique…
 
Alors, qu’on arrête de me bassiner avec la définition de mon identité nationale. Je revendique mon identité Française, haut et fort, mais j’ai le droit de savoir et garder pour moi ce que cette fierté sous-tend ; cela ne regarde personne !