GSM

Ecrit le 12 juin 2011.
 
Au lieu de se pencher dans les profondeurs mystérieuses des abysses marines nos chercheurs feraient bien de résoudre le problème de ces nombreux laissés-pour-compte de notre société...
 
Comment peut-on être heureux lorsqu'il y a tant de misère et de détresse ? Comment ?
 
Allons-nous continuer à foncer sur l'autoroute mondialiste en ignorant ceux qui gisent dans les fossés vicinaux sans considération, sans existence ?
 
La richesse non redistribuée est accélératrice de paupérisation et un chemin en cul de sac pour les possédants. Quand on a tout, comment peut-on en profiter s'il n'y a plus de flux économique ? Les possédants veulent mourir le ventre plein... Et s'ils crevaient le ventre vide à force de stopper l'activité qui les fait vivre ?
 
En tous cas ils mourront les derniers, c'est certain. Mais ont-ils demandés à ceux d'en bas, s'ils voulaient mourir les premiers, eux ?