GSM



Écrit le vendredi 9 avril 2010
 
Or donc, mercredi, j’éteins mon ordi, puis je sors et chemine tel Gary Cooper dans « le Train sifflera trois fois », prêt pour la fusillade verbale…
Retard 15 minutes. J’ouvre la porte. Mon ainé se précipite vers moi et me glisse à l’oreille « Elle est prête »… Moi, incrédule, je lui réponds de la même manière « Dis-moi pas qu’elle s’est lavée le cul et les aisselles ? ». Il me dit, toujours en loussedé, « Pour le cul je ne sais pas, mais sinon elle s’est lavée et elle est prête »…
Je pénètre dans ce qu’il est convenu d’appeler la salle de séjour et interdit, je vois une petite femme dans une élégante veste de cuir, avec un chemisier, un foulard et une paire de pompes neuves… Et de plus elle me sourit… Incroyable !
 
C’est le miracle ! Et en plus elle sent la savonnette… Bon elle a oublié de porter N°5 de Channel (c’est bien une Normande, ça coûte cher… Et puis comme ça je pourrais parfumer ses cendres le moment venu, si je suis encore là), mais ça va !...
 
(J’apprendrai le lendemain, que je devais ce miracle à l’intervention interarmes de Mon Grand fils et de la belle-doche)… Mais le fait était là… Sourires, comme deux jeunes amants, main dans la main, direction la voiture. Départ avec 20 minutes de retard… Ça va ! (Je donne toujours des délais plus courts que la réalité sachant qu’elle est toujours à la bourre)…
 
Sur la route, nombreux bouchons de camions, de travaux, sur la première partie. Le reste du trajet ?  Et bien j’ai bombé pour rattraper le temps perdu au péril radaristique de mon permis de conduire. Arrivé à 17 h dans le Parking Vinci Madeleine Tronchet (Mais non ! Madeleine ne tronchait pas, voyons !)…
 
Puis après une petite mission de reconnaissance à l’Olympia (histoire de voir si Melody Gardot n’a pas chopé la maladie de Whitney Houston et est  bien toujours sobre et programmée), nous prenons ce bon vieux métro direction le quartier Latin. Nous flânames rue Mouffetard et à la Contrescarpe… Petit café plus chocolat à 12 € pour pouvoir pisser, ça fait cher la vidange !… Puis restauration rapide… A-t-on idée de mettre un spectacle à 20h… (Sinon on aurait pu bouffer dans un petit restau que je connais rue du Pot de Fer)…
 
Retour en métro et hop dans l’Olympia en avance, car je déteste être en retard… Tout ça main dans la main, comme deux amoureux… Elle a apprécié le spectacle… Ça a duré une heure de plus (avec les rappels)… Retour à 1h30 du matin… Jeudi, plusieurs siestes pour récupérer…
 
Donc pour résumer : Un vrai Miracle ! Je le dois certes, à l’action concertée de Mon grand fils et de sa grand-mère, mais qu’importe ! Ils l’ont raisonnée, motivée mais pour moi, il n’y a que le résultat qui compte… Une merveilleuse soirée…(J’allais dire « sacrée soirée »)… Si rare. Je crois que ce fut la dernière...