GSM

Écrit le 03 septembre 2018.
 
Mon petit Nono cherchait du boulot depuis longtemps, je ne sais pas de quelle façon, bien que je lui avais donné des conseils (qui sont bons à donner, mais jamais à prendre, comme chacun sait)… mais toujours pas de travail à 26 ans, aucun résultat, que dalle…
 
Quand deuxième semaine de juillet, il écrit trois lettres de candidatures spontanées, il va en porter une à l’entreprise, en envoie une autre à un autre destinataire et garde la troisième en réserve, si les deux premières ne produisaient pas d’effet (malgré mes conseils de tout envoyer pour multiplier ses chances en début de période estivale : Mais les conseils comme je l’ai déjà dit, il se les met…).
 
Mais cette fois, j’ai pu lire le texte de ses lettres de motivation… Franchement, c’était très bien écrit, très motivé… J’avoue qu’à son âge, je ne savais pas écrire de pareilles lettres, (ce qui m’aurait facilité mes recherches d’emploi) et j’en suis resté complètement baba !
 
Et miracle, une des deux boites le rappelle et lui donne rendez-vous pour le lundi suivant ! Je l’emmène repérer l’emplacement le dimanche… Ce n’était pas inutile, nous avons mis beaucoup de temps à repérer les ateliers de l’usine. Cela lui a permis de ne pas être à la bourre le lendemain…
 
Le lundi 16 juillet, il y va. Finalement il est proposé pour travailler dans un autre établissement de l'entreprise, plus proche de chez nous. Il appelle la responsable de cet établissement et sur ses conseils, il s’inscrit chez l’agence d’intérim qui va bien… Je l’emmène le mardi repérer les lieux et s’entretenir avec la boite d’intérim… En pure perte, ces jeunes gonzesses, sont habituées à ne communiquer que par le site de la boite d'intérim, par email et par SMS… Enfin, on daigne quand même verbalement, lui indiquer les pièces manquantes dans son dossier de candidature, insistant sur le fait que ce genre de question se pose sur internet sans venir à l'agence ! Ah, que les communications réelles sont dépassées !!! Et moi je suis complètement dépassé par la connerie humaine…
 
A part un petit couac au niveau de l’entreprise, qui n’a pas compris que Nono était libre à partir du 23 juillet… Il est vrai que j’étais très inquiet de ce silence… le vendredi 27 très tard, mon fils reçoit un sms l’invitant à signer son contrat d’une semaine commençant le 30 juillet. La boîte croyait que Nono n’était libre qu’à compter de cette date et avait donné les ordres tardivement à l’intérim !
 
Après deux semaines de taf, la boite a fermé deux semaines et le directeur d’exploitation lui a dit de revenir à la rentrée, le 27 août… le vendredi 31 août, après une semaine de taf, on lui dit que le contrat est fini… A peine rentré à la maison, il reçoit un appel pour continuer la semaine suivante. Ouf ! (La boite est complètement débordée par l'absentéisme et l'arrivée anarchique des commandes)...
 
Il en est maintenant à sa quatrième semaine de contrat… Bien sur, c’est de l’intérim, bien sur, c’est au smic, bien sur, il n’est qu’aide opérateur, alors qu’il est Technicien Supérieur… Mais j’ai découvert en Nono, un garçon courageux, qui n’hésite pas à se lever à 5h30, qui fait son boulot en allant plus vite que les cadences indiquées, qui est soigneux et consciencieux, qui rattrape en fin de poste, sans heures supplémentaires payées et sans rien demander, les temps perdus, quand le matin c’est le bordel et que le travail n’est pas encore distribué…
 
Je suis si fier de mon Nono ! C’est vraiment un homme, maintenant, enfin ! Il s’implique vraiment !
 
Un fils en CDI, deux en intérim… J’ai moins d’inquiétude, pour leur avenir… Et j’ai découvert un littéraire en la personne de mon petit dernier, qui fait des lettres de motivations du tonnerre de Dieu !
 
Depuis, Nono a reçu un appel intéressé concernant sa deuxième candidature… Il garde les coordonnées au cas où ? La troisième lettre est toujours en réserve…
 
A ce propos : « Aide-toi, le ciel t’aidera »… Merci mon Dieu, pour mon petit !